Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de BA Amadou Bal, Paris 19ème ISSN 2555-3003 (BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE France B.N.F GALLICA. Http://baamadou.overblog.fr/
  • : Ce blog personnel de M. Amadou Bal BA est destiné à l'échange en politique, littérature, histoire, faits de société et le bien-vivre ensemble. Google News BIBLIOTHEQUE NATIONALE DE FRANCE ISSN 2555-3003 BNF GALLICA. Http://baamadou.overblog.fr/
  • Contact

Recherche

26 mai 2022 4 26 /05 /mai /2022 12:37
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
C’est la première fois, pour un voyage éclair, que je me rends à Amiens : «La découverte d’Amiens ressemble à un parcours initiatique. Au fil du regard, du temps, des rues, des saisons, la capitale de la Picardie offre différents visages à ceux qui prennent le temps de s’arrêter. De la splendeur gothique à la modestie de Saint Leu, de la végétation du Parc Saint-Pierre aux reflets du soleil dans l’eau des hortillonnages, des rues étudiantes aux monuments historiques, Amiens offre aux voyageurs et aux curieux un formidable choix de promenades et de découvertes. Notre ville est belle des hommes qui l’ont construite génération après génération» écrit Gilles de ROBIEN, ancien député-maire de la ville, dans la préface du livre de Michel CURIE.
Capitale de la Picardie, Amiens une ville du Nord, se situe dans la région les Hauts de France. On dit que sa cathédrale gothique Notre-Dame et son beffroi médiéval, édifiée entre 1220 et 1288, est plus grande et plus majestueuse que les médiatiques cathédrales de Paris et Reims. On est fortement impressionné par son riche et varié ornement : «La cathédrale d’Amiens est considérée, avec raison, comme le prototype des édifices vulgairement appelés gothiques, est le chef-d’œuvre de l’architecture du Moyen-Age. En effet, il est peu de temps de ce genre qui offrent autant de grandeur, d’unité de style et d’élégance dans l’ensemble et les détails» écrit, en 1833, Antoine-Pierre-Marie GILBERT. La cathédrale d’Amiens, détruite en 1218, à la suite d’un incendie, sera reconstruite en plus grandiose. Eugène VIOLLET-LE-DUC (1814-1879), architecte, a pu de la cathédrale d’Amiens qu’elle était «l’église ogivale par excellence».
Dans les temps anciens, ville de tissage, de filature et de drapiers, Amiens avait renforcé le prestige du clergé. Saint-Firmin, patron d’Amiens, a été le premier évêque de Notre-Dame d’Amiens. Né en 272, à Pampelune (Espagne), fils d’un sénateur converti au christianisme, en raison du succès de ses prédications, qui incitèrent 3 000 personnes en trois jours à se convertir, Saint-Firmin est emprisonné dans le cachot de l’amphithéâtre transformé en forteresse, sur ordre du gouverneur Sebastianus qui le fit décapiter le 25 septembre 303. Le 25 septembre de chaque année, un hommage lui est rendu à ce martyr.
C’est en préparant un article sur Marcel PROUST (1871-1922) que je découvre que sa vocation littéraire est en grande partie liée à son entreprise de traduction de la «Bible d’Amiens», en 1904 du philosophe et esthète anglais, John RUSKIN (1819-1900) : «mon admiration pour RUSKIN donnait une telle importance aux choses qu’elles semblaient chargée d’une plus grande valeur que celles de la vie» écrit Marcel PROUST. Cette bible d’Amiens éclaire, non seulement la pensée de RUSKIN, mais aussi la pensée de PROUST, notamment au regard de sa conception de l’art, sa recherche du temps perdu. John RUSKIN est venu, à plusieurs reprises, à Amiens, en 1844, 1849, 1854, 1856, 1868 et 1880. Cette cathédrale qu’il considérait, au début mièvre, trouve ses origines dans l’installation des Francs dans cette ville et son évangélisation.
Le  vieux quartier de Saint Leu est le cœur mythique de la ville anciennement marécageuse, avec cet homme à la bouée au milieu de la rivière, et non loin des Hortillonnages, ou maraîchers. Le beffroi, jadis une sinistre prison, se dresse, majestueusement, non loin de l’hôtel de ville. Amiens est également une ville conservatrice et royaliste, sa devise est un «lien puissant m’unit au Lys». Ville du Moyen-âge, Amiens, dotée en 1185 par Philippe AUGUSTE (1165-1223) d’une charte, dispose d’un maire depuis 1790, aussi bien sous l’Empire, la Restauration, la Monarchie de Juillet, la IIème République, le Second Empire, les IIIème, IVème et Vème République. La maire depuis 2014 est Mme Brigitte FOURE, de l’UDI, avait été à la tête de cette ville entre 2002 et 2007. Alphonse FIQUET (1841-1916) et Maurice VAST (1898-1979) ont été trois fois maires de cette ville. Amiens a été dirigée à deux reprises par un maire de gauche : de 1971 à 1989, par un maire communiste, René LAMPS (1915-2007), un enseignant et résistant, et de 2008 à 2014, par un Socialiste, Gilles DEMALLY, un chimiste et universitaire.
L’histoire de la ville d’Amiens a été brillamment relatée par le vicomte Albéric CALONNE D’AVESNE (1843-1915) en trois volumes, Aimé DUTHOIT (1803-1869), Louis-François DAIRE (1713-1792), Antoine GOZE (1803-1874), Léon PAUL (1874-1962) ou Hyacinthe DUSEVELE (1796-1881). On dit que, jadis, Amiens était habitée par les Ambiens, tribu belge venue s'installer au bord de la Gaulle. La ville est ensuite conquise par les armées de Jules César en 57 av. JC. et connait une longue période de paix jusqu'à l'invasion des Francs au IVe siècle de notre ère. A cette époque, Saint FIRMIN, venu de Pamplune en Espagne, évangélise Amiens. Au VIe siècle, le royaume des Francs est divisé en plusieurs parties, le nord de la France, dont Paris et Soissons, se trouvant rattaché à la Neustrie où Charlemagne règnera en 768. En 860 les Normands prennent Amiens et les pillages s'y succéderont pendant près d'un demi-siècle. Après cette période d’insécurité, Amiens souffre du désaccord qui règne entre l'évêque et les premiers chefs féodaux, en particulier Enguerrand de BOVES, censés représenter l'autorité royale. Cette situation prend fin avec la prise de la forteresse de Castillon par le roi de France, Louis le Gros, venu au secours de l'évêque Geoffroy. Amiens se voit alors attribuer une chartre de franchises. Cette charte est confirmée par Philippe Auguste successivement en 1185 et en 1209 et la ville connaît depuis lors une période de grande prospérité. L'industrie y est florissante, notamment celle de la draperie , dont les teintes pastel sont tirées de la Waide , plante tinctoriale. Le commerce n'est pas moins prospère , ainsi que le prouve l'appartenance d'Amiens à la Hanse, groupement commercial et bancaire de l'Europe du Nord et septentrionale , aux XIII-XVème siècles. Les noms des rues tels que la rue des Orfèvres, des Parcheminiers, des Gantiers, des Tanneurs, des Huchers, attestent de la diversité des corporations établies à cette époque qui est aussi l'époque de l'édification de la cathédrale (1220-1280). En 1337 débute la guerre de Cent Ans, conséquences des difficultés liées à la succession de Philippe le Bel revendiquée par Philippe de Valois son neveu et Edouard III d'Angleterre son petit-fils. L'occupation anglaise prend fin à Amiens en 1437 avec la venue de Charles VII ; une réception grandiose lui est offerte en la cathédrale illuminée de mille cierges. Les armées anglaises reviendront à Amiens en 1475 pour y rester jusqu'au traité de Picquigny signé par Louis XI et Edouard VII. Devenue foyer protestant, Amiens va connaître, sous le règne de Charles IX , trente ans de guerre de religions qui prennent fin en 1597 grâce à Henri IV. En 1658 une terrible inondation ravage Amiens ; dix ans après, c'est la peste qui cause plus de 20.000 morts. En effet, Auguste DUBOIS (1824-1900) signale dans son ouvrage, en 1873, que diverses pestes ou contagions entre le XVème , XVIème et le XVIIème siècles ont failli décimer toute la population. «Après le choléra, il a fallu subir la guerre et l’occupation étrangère, tristes lots des infortunes qui s’abattent quelquefois sur les peuples » écrit-il.
Pendant la Révolution, la cathédrale est transformée en «Temple de la Déesse Raison» : elle est le théâtre de la fête de l'Etre Suprême, mais le monument ne subit qu'une faible détérioration. Le 25 mars 1802, la paix, signée à Amiens entre la France, l'Angleterre et la République Batave (la Hollande), restaure le calme en Europe, dans le pays et dans la ville. Cette paix sera pourtant rompue dès 1803. Pendant la guerre de 1870, la citadelle, sous les ordres du capitaine Vogel, résiste héroïquement aux Prussiens. En 1914, Amiens est occupée temporairement par les Allemands, lesquels de replient après la bataille de la Marne et de fixent à une trentaine de kilomètres. A partir de mars 1918, lors de la bataille de Picardie, la ville subit de nombreux bombardements. Lors de la Seconde Guerre mondiale, Amiens est sinistrée à 60 %, notamment du fait des bombardements et incendies provoqués durant la bataille de la Somme. La cathédrale n'en sera que peu endommagée. Depuis l'après-guerre Amiens et son agglomération doivent faire face à une progression démographique continue, passant de moins de 85.000 habitants en 1947 à plus de 132.000 au dernier recensement. Parallèlement la ville connaît un important essor économique. La fabrication du célèbre velours d'Amiens mérite toujours sa réputation, et la création d'une zone industrielle permet l'implantation de nombreuses industries nouvelles françaises et étrangères.
Amiens est composée essentiellement de trois quartiers : Saint-Leu, la vieille ville étudiante et très touristique, assimilée à une Venise du Nord, sa cathédrale et ses hortillonnages ; Henriville, très bourgeois ; Saint-Roch de la-Hotoie ; Saint-Maurice et Saint-Pierre.
M. Emmanuel MACRON, 25ème président de la République française, est né le 21 décembre 1977 à Amiens. On pense que «MACRON» est une forme contractée de  «MAQUERON» désignant en picard le menton ; ce pourrait donc être le surnom de celui qui a un menton proéminent. Son père, Jean-Michel MACRON, né le 29 juin 1951, à Vouët (Aisne) est fils d’un cheminot, André MACRON (1920-2010), professeur à l’université de Picardie, est un neurologue ayant soutenu une thèse sur «le fonctionnement physiologique de la respiration des chats». Sa mère Françoise NOGUES, médecin-conseil à la sécurité sociale, est née le 8 décembre 1950, à Poix-de-Picardie, dans la Somme, d’une famille d’enseignants. D’autres personnalités célèbres sont originaires d’Amiens, comme Edouard BRANLY, (1844-1940), comme Jean-Pierre PERNOT(1950-2022), Laurent DELAHOUSSE.
En raison d’une activité littéraire et artistique intense et ancienne, Amiens est une ville où l’imprimerie, «plus divine qu’humaine», suivant Louis XII, s’y est développées très tôt. Ce point n’avait pas fait l’objet de recherches approfondies jusqu’en 1861. «Des historiens nombreux ont payé un large tribut aux célébrités de la ville d’Amiens ; mais, par un oubli dont il est permis de s’étonner, une des branches importante de cette industrie, celle qui est considérée, à bon droit, comme un art, l’Imprimerie, est restée en dehors de la plume, sinon de la pensée, de tant d’écrivains, dont elle a pourtant fait passer les noms et les œuvres à la postérité» écrit Fernand POUY (1824-1891). Pourtant, à cette époque, cet auteur signale 101 éditeurs et lithographes, dont GAUTHIER-DESCHAMPS dont l’activité remonte à l’an 1461. Tout au début, cette ville était celle de féodalités, de châtelains, de princes et de barons, comme les FLIXECOURT et les VIGNACOURT. Les premiers sujets connus de l’illustre et antique race des Amiens sont la noblesse, dont un certain Adam d’AMIENS ou Guy d’AMIENS, son fils et successeur. C’est une famille d’artistes auteurs de chansons et de fabliaux, Thibaud d’AMIENS au XIIème et XIIIème siècle, de poète et conteurs, Girardin d’AMIENS. Jacques d’AMIENS (1250-1280) est l’auteur de chansons courtoises d’une pastourelle, d’un art d’aimer et d’un remède d’amour ; il a inspiré Ovide. Vicquier d’AMIENS était un poète. De nos jours, la bande dessinée occupe une place importante dans les activités artistiques, à travers un «Rendez-vous de la Bande dessinée» créé par une association en 1995.
Jules VERNE, bien que né à Nantes, a épousé, le 10 janvier 1857, Paris 10ème, une résidente d’Amiens, Honorine du FRAYSNE de VIANE (1829-1910), originaire de Vesoul.  «Sur le désir de ma femme je me fixe à Amiens, ville sage, policée, d’humeur égale, la société y est cordiale et lettrée. On est près de Paris, assez pour en avoir le reflet, sans le bruit insupportable et l’agitation stérile», écrit Jules VERNE dans une lettre en 1871. Jules VERNE a vécu à 2 rue Charles -Dubois à Amiens et il y est mort le 16 mars 1905 et enterré. Le couple aura trois enfants, Michel, Suzanne et Valentine. Par conséquent, Jules VERNE, dont la maison est devenue un Musée à Amiens, occupe une place importante dans cette ville où il a résidé pendant 34 années. L’auteur a été membre du conseil municipal de cette ville pendant 16 ans, de 1888 à 1904, initialement sous le mandat du maire, Frédéric PETIT (1836-1895). Jules VERNE a milité activement dans le milieu associatif. Ainsi, en 1872, il a été reçu à l’Académie d’Amiens, en 1895 nommé administrateur à la Caisse d’épargne et de 1898 à 1904, membre du conseil directeur de cet organisme. En 1889, il adhère à la Société industrielle d’Amiens.
L’œuvre de Pierre PUIS de CHAVANNES (1824-1898), un tenant de l’impressionnisme et ses peintures murales, a été magnifiée par le musée de Picardie, à Amiens. Gustave SCHIED lui a consacré, en 1907, un ouvrage.
Référence bibliographiques
CALONNE D’AVESNE (Albéric, Vicomte de), Histoire de la ville d’Amiens, Amiens et Paris, Piteux et Picard, Tome I, 1899, 501 pages, Tome II, 1900, 621 pages et Tome III,  1906, 467 pages ;
CURIE (Michel), Amiens au fil du regard, préface de Gilles de Robien, Amiens, La Martelle, 1999, 111 pages ;
DAIRE (Louis-François, Abbé), Histoire littéraire de la ville d’Amiens, Paris, Firmin Didot, 1782, 665 pages ;
DARRAS (Jacques), PIOCHE (Jacqueline), DEBRIE (René) IVART (Pierre), La forêt invisible, Amiens, édition des Trois Cailloux, Amiens, 1985, 482 pages ;
DEKISS (Jean-Paul), Jules Verne à Amiens : la maison des voyages, Paris, Belin, 2014, 123 pages ;
DUBOIS (Auguste), Les pestes ou contagions à Amiens pendant les XVème, XVIème et XVIIème siècles, Amiens, Emile Glorieux, 1873, 44 pages ;
DU CANGE (Charles Du Fresne), Histoire de l’Etat de la ville d’Amiens et de ses Comtes, Amiens, Duval et Herment, 1840, 498  pages ;
DURAND (Georges), Monographie de l’église Notre-Dame, cathédrale d’Amiens, Amiens, Yvert et Tellier, Paris, A. Picard et fils, 1901, Vo I, 641 pages et Vol II, 810 pages ;  
DUSEVEL (Hyacinthe), Histoire de la ville d’Amiens : depuis les Gaulois jusqu’en 1830, Amiens, Imprimerie R. Machart, 1832, 566 pages ;
DUTHOIT (Aimé et Louis), Le vieil Amiens, Amiens, T Jeunet, 1874, 137 pages ;
GILBERT (Antoine-Pierre-Marie), Description historique de l’église cathédrale de Notre-Dame d’Amiens, Amiens, Caron-Vitet, 1833, 377 pages ;
GOZE (Antoine, Michel), Histoire des rues d’Amiens, Amiens, Alfred Caron, 1854 en 4 volumes, et édition de la Tour Gilles, 1995, 869 pages ;
GOZE (Antoine, Michel), Nouvelle description de la cathédrale d’Amiens, Amiens, Alfred Caron, 1847, 215  pages ;
LEON (Paul), Amiens, la cathédrale, Paris, L’art et les artistes, 1918, 46 pages ;
MORLIERE (Adrien, de la), Les antiquités, histoires et choses remarquables de la ville d’Amiens,  Paris, Sébastien Cramoisy, 1642, 402 pages ;
NOULENS (Joseph), Maison d’Amiens. Histoire généalogique, Paris, Picard, 1888, 516 pages ;
PINCHEMEL (Philippe), GODARD (J), NORMAND (René), LAMY-LASSALLE (Colette), Visages de la Picardie, Éditions des Horizons de France, collection Les Provinciales, Paris, 1949, 177 pages ;
POUY (Ferdinand), Recherches sur l’imprimerie et la librairie à Amiens, Amiens, Amiens, Lemer Aimé, 1861, 203 pages ;
RUSKIN (John), La Bible d’Amiens, traduction, avant-propos et préface de Marcel Proust, Paris, 1904, Mercure de France, 347 pages ;
SALMON (Charles), Histoire de Saint-Firmin, martyr, premier évêque d’Amiens, Arras, Rousseau-Leroy, 1851, 523 pages ;
SCHIED (G. Gustave), L’œuvre de Puis de Chavannes à Amiens, Amiens, Office d’édition des musées et des arts, 1907, 68 pages.
Amiens, le 27 mai 2022 par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Hôpital de Tivaoune (Sénégal) : 11 bébés meurent dans un incendie. La question de la sécurité et de la qualité des soins dans les établissements de santé» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Hôpital de Tivaoune (Sénégal) : 11 bébés meurent dans un incendie. La question de la sécurité et de la qualité des soins dans les établissements de santé» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Hôpital de Tivaoune (Sénégal) : 11 bébés meurent dans un incendie. La question de la sécurité et de la qualité des soins dans les établissements de santé» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Hôpital de Tivaoune (Sénégal) : 11 bébés meurent dans un incendie. La question de la sécurité et de la qualité des soins dans les établissements de santé» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Hôpital de Tivaoune (Sénégal) : 11 bébés meurent dans un incendie. La question de la sécurité et de la qualité des soins dans les établissements de santé» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Hôpital de Tivaoune (Sénégal) : 11 bébés meurent dans un incendie. La question de la sécurité et de la qualité des soins dans les établissements de santé» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Hôpital de Tivaoune (Sénégal) : 11 bébés meurent dans un incendie. La question de la sécurité et de la qualité des soins dans les établissements de santé» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Hôpital de Tivaoune (Sénégal) : 11 bébés meurent dans un incendie. La question de la sécurité et de la qualité des soins dans les établissements de santé» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Hôpital de Tivaoune (Sénégal) : 11 bébés meurent dans un incendie. La question de la sécurité et de la qualité des soins dans les établissements de santé» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Hôpital de Tivaoune (Sénégal) : 11 bébés meurent dans un incendie. La question de la sécurité et de la qualité des soins dans les établissements de santé» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Partager cet article
Repost0
11 février 2022 5 11 /02 /février /2022 20:08
«Les hackers : La recrudescence grave d'une certaine délinquance en col blanc» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Les forces du Chaos nous tympanisent, à longueur de journée, sur la recrudescence de la délinquance, bien sûr des racisés. Je ne vais pas vous parler des condamnations qui pleuvent à droite comme à L'extrême-Droite. Plus leur casier judiciaire est rempli, et plus les sondages montent.
Je ne veux pas non plus, évoquer ces escrocs de bas étage sur Facebook, et notamment ce Samuel ETOO, ou d'autres vous promettant une bourse alléchante au Canada. Cependant, et au préalable, pour les frais de dossier, il faudrait envoyer un mandat en RCI ou au Bénin. On connaît aussi ces hameçons surannés d'héritiers voulant rapatrier leur magot, mais, et il y a toujours un mais, il faudrait leur payer une commission. Ces escrocs, généralement Nigérians installés à Londres, qui envoient par millions des spams : «vous avez gagné !», mais pour récupérer «votre cadeau», il faudrait encore payer. Très souvent, ils ont un numéro  de téléphone provisoire et un compte bancaire numéroté et ouvert au tabac du coin. Avant de payer, prévenez donc la Police (Info escroquerie, 0805 805 817 appel et service gratuits, ouvert de 9h à 18h30 du lundi au vendredi), si vous sentez l’anarque !
Depuis quelques temps, on connaît également ces organismes de formation qui vous disent que votre épargne formation va expirer, à moins de vous connecter immédiatement sur Google et engager une action de formation, naturellement avec eux ! Je ne parle pas de ces démarcheurs, changeant à chaque fois de numéros, qui ne cessent de vous importuner. En France, et à l'approche de l'été, on peut voir ces annonces alléchantes d'un bel appartement à louer, avec prix défiant toute concurrence, à côté de la plage et ses cocotiers. Dans leur imagination débordante, on retrouve aussi ces offres d'emplois de livreur de pizza, à 1600 euros nets mensuels, payés à l'avance, sans entretien d’embauche, mais le dossier de recrutement requiert une assurance de 500 euros. Et bien sûr le chèque est en bois ! Quid de ces fausses convocations à la Police judiciaire, sous menace de venir vous chercher chez vous, pour pédopornographie, à moins que vous ne payiez une «rançon». Laissez espérer le pirate et encore prévenez, discrètement, la Police qui prendra le relais.
L'arrivée de l'Internet est à la fois un remarquable progrès, mais aussi une menace. On connaissait l'intrusion des Russes dans les présidentielles américaines ayant favorisé, à l'époque, l'élection de Donald TRUMP. Les banques, et de longue date, sont victimes de la piraterie informatique. Mais le secret bancaire est lourd à porter. L’espionnage, dans le domaine industriel, est connu ; les pays sous-développés doivent savoir que le transfert de technologie ne s'effectue essentiellement que par le vol. Les inventeurs sont piratés par les autres, mais il faudrait toujours conserver sa longueur d’avance par rapport à ses concurrents.
Il n’y a pas eu le Bug de l’année 2000, mais depuis quelques temps des hackers s'attaquent aux mairies, aux hôpitaux, aux centres de gestion et bien d'autres institutions. A défaut de payer la rançon, les hackers menacent de publier des données internes de l'organisation. On sait, qu'en dehors de ces menaces, le blocage des dossiers informatiques suffit, à lui tout seul pour paralyser une organisation. En effet, bien des dossiers sont maintenant dématérialisés. C'est comme si on perdait son portable avec tous ses contacts.
Quelle sécurité informatique face à ces hackers ?
Une règle générale, ne jamais  cliquer sur un lien douteux ou ouvrir un mail suspect et le déclarer en spam. Un ami sur Facebook qui envoie une seconde invitation c’est douteux.
Que faire donc contre les hackers ?
1 - Déconnectez immédiatement les postes touchés afin d’éviter que l’infection ne se propage aux autres ordinateurs via le réseau de l’entreprise auquel ils sont reliés. Concrètement, éteignez le wifi, le Bluetooth (ainsi que le réseau mobile si vous travaillez sur un smartphone), et débranchez tous les câbles et les appareils de stockage (clé USB, disque dur interne ou externe).
2 - Récoltez toutes les informations pour avoir des preuves : l’heure de l’attaque, la zone compromise (les logiciels, e-mails ou fichiers qui étaient utilisés ou ouverts au moment de l’attaque). En attendant l’intervention d’un expert, gardez les terminaux touchés allumés afin de ne pas perdre les informations de l’attaque qui permettront de remonter au hacker. Ne tentez pas de redémarrer l’appareil, les fichiers risqueraient d’être modifiés et vous aurez perdu les traces nécessaires à l’analyse de l’attaque.
3 - Prévenez le responsable sécurité informatique de votre entreprise. Il saura si la société est couverte par une cyber assurance et qui contacter. Si ce n’est pas le cas, il sera en capacité de lancer une analyse avec un programme antivirus ou de faire intervenir une société spécialisée.
4 - Contactez votre assurance cyber risques le plus rapidement possible (idéalement dans les 48 h) pour ne pas perdre plus de temps et d’argent et éviter une déchéance de garanties, en cas de déclaration tardive. Selon votre contrat, elle fera intervenir des experts qui analyseront l’attaque, répareront votre système et restaureront vos données. Votre assureur prendra en charge les honoraires de ces professionnels ainsi que le coût de la perte d’exploitation engendrée. Si votre entreprise n’est pas couverte pour ce type de risques, vous devrez faire appel à un service de réparation informatique, qui conseillera votre responsable informatique ou nettoiera elle-même les appareils infectés. Cette intervention sera aux frais de la société.
5 - Essayez de restaurer les données grâce aux sauvegardes, si vous en faites régulièrement. Pensez aussi aux services de stockage en ligne, comme Google drive ou Dropbox par exemple, ils offrent un système de récupération des fichiers. Cela permettra à vos salariés de continuer à avoir accès aux informations nécessaires à votre activité le temps de l’analyse et de la restauration du système. La perte d’exploitation n’en sera que moins importante.
6 - En cas de demande de rançon suite à un ransomware, ne la payez pas ! Cela peut être tentant, car vous pouvez vous dire que la somme à verser sera moins importante que la perte de chiffre d’affaires en cas de blocage complet de votre activité. Mais, en dehors de toute considération éthique, rien ne vous garantit que le hacker déchiffrera bien votre système informatique !
En dépit de ces précautions de crise, force est de reconnaître, pour l’instant, que la société est déminue par rapport à ces hackers. L’Etat, ou même toute la société internationale, compte tenu de leurs moyens, leurs missions et la mise en commun de leur expertise, ont un rôle prééminent, au lieu d’arroser les instituts de sondage, de prendre en charge cette menace sérieuse que sont les cyberattaques.
Paris, le 11 février 2022 par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Les hackers : La recrudescence grave d'une certaine délinquance en col blanc» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Les hackers : La recrudescence grave d'une certaine délinquance en col blanc» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Les hackers : La recrudescence grave d'une certaine délinquance en col blanc» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Les hackers : La recrudescence grave d'une certaine délinquance en col blanc» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Les hackers : La recrudescence grave d'une certaine délinquance en col blanc» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Partager cet article
Repost0
29 janvier 2022 6 29 /01 /janvier /2022 17:58
«Denise GREGOIRE (1932-2022), ma très Grande amie du bien-vivre ensemble» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Cela faisait plus de 40 ans que je connaissais Denise GREGOIRE, une parisienne de souche corrézienne. Denise était une authentique amie du bien-vivre ensemble. Il y a de ces rencontres improbables qui transcendent l’amitié et deviennent des relations de parenté. On ne choisit pas ses parents, mais on peut choisir ses amis, et cette amitié, si elle est sincère, devient un lien de parenté, non pas par le sang, naturellement, mais un partage de valeurs communes.
Aux vacances Noël, Isabelle voulait que je découvre la Corrèze, le pays de ses ancêtres à Perpezac-le-Noir ; cela ne s'invente pas. J'étais le seul Black du coin. A deux kilomètres de là il y avait un autre village, Perpezac-le-Blanc. Lupin, un chien de la race des cockers, était très hargneux en me voyant approcher du feu de la cheminée.  Denise était venue passer Noël chez son cousin, Jeannot, comme elle l'appelait. Marthe, la mère d'Isabelle s'affairait autour de la soupe. Voilà que Jacques, le compagnon de Denise, un boute-en-train détend l'atmosphère. Il avait toujours quelque chose de drôle à raconter. Jacques, pourtant de parents Alsaciens, tous les deux sont Blancs, avait le teint noir, mais avec un physique d'européen. Il commence par me dire, «mon cher fils, je me sentais si seul à chaque fois que je viens à Perpezac-le-Noir. J'étais le seul Africain du village. Maintenant que tu es là, cela renforce la communauté» dit Jacques.
Par conséquent, rien donc ne présageait cette rencontre fortuite entre un Foutankais et un Alsacien à Perpezac-le-Noir. Denise et Jacques une fois, rentrés à Paris à la rue Vulpian, à Paris à Paris 13ème, avaient l'habitude de nous inviter chez eux à prendre un café. Un soir, la discussion tellement animée et passionnante quand on a quittés, à pied, le domicile de Denise, une fois arrivé à la rue des Boulangers notre domicile, on s’est rendu compte qu’on avait oublié les clés de notre appartement chez Denise. Quand on a sonné, avec insistance, chez Denise, Jacques a fini nous parler à l’interphone avec un ton agacé, il croyait c’était des plaisantins : «Qu’est-ce vous avez à nous emmerder à deux heures du matin ? Je vais appeler la Police» dit-il. Mais je lui réponds, calmement, «Mon cher Jacques, mon papa, nous avons oublié nos clés chez vous !». Et tous les deux éclatent de rire : «Que vous êtes bêtes ! Montez donc !». Cette étourderie de notre part, on a en souvent parlé, plusieurs décennies après, un sujet de plaisanterie.
Denise est née le 16 août 1932 à Paris, de parents corréziens s'installer à la rue Elisa Lemonnier, jouxtant la Caisse des écoles du 12e où je suis encore en service. Un autre curieux hasard de l'histoire.
En raison de l'âge, Denise GREGOIRE avait fréquenté plusieurs maisons de repos, mais pour venir s'installer, en dernier lieu dans une maison de retraite près du métro Ourcq, dans le 19ème, mon quartier, où elle s'est éteinte le jeudi 28 janvier 2022, à l'âge de 90 ans.
Au terme de cette longue vie paisible que dire de notre chère Denise ?
Curieuse de tout et des autres, Denise avait une extraordinaire culture générale. Nos échanges étaient particulièrement riches et contradictoires. J'ai appris beaucoup d'elle de ce que c'est comprendre le point de vue de l'autre. Un débat ne peut être approfondi et fructueux que si chacun essaie d'examiner lucidement et de façon apaisée les principes et valeurs de l'autre.
Denise qui a beaucoup voyagé notamment au Maroc, en Grèce et en Italie, n'a jamais connu l'Afrique noire. Aussi mes différents débats sur les valeurs culturelles de mon Fouta-Toro aristocratique, musulman ancré dans ses principes de solidarité, passionnaient Denise. Elle me racontait aussi la vie des paysans de la basse et haute Corrèze ainsi que les raisons économiques de leur immigration dans la région parisienne.
Cadre supérieure dans une maison d'édition, Denise lisait beaucoup des romans, des journaux et suivait régulièrement l'actualité. Il faut dire que son grand-père a fait la première guerre mondiale et y est resté. Mon grand-père maternel, Harouna Samba NDIAYE, avait fait la Deuxième mondiale et a survécu. Aussi quand je lui parlais des Tirailleurs sénégalais massacrés au Camp de Thiaroye le 1er décembre 1944, Denise qui n'en avait jamais entendu parler auparavant croyait que c'était une propagande anti-française. Un jour, Denise me dit, «je vais de poser une question peut-être idiote, mais cela trotte dans la tête depuis longtemps» . Je lui réponds qu’aucune question n’est bête il n’y a que les réponses pouvant l’être. «Est-ce que les Africains portent des chaussures ?» me demandent Denise. Je lui réponds, «Bien sûr que non. On se déplace comme avec Zembla, dans cette bande dessinée de 1963 à 1979, en lianes d’arbre en arbre». Et Denise me réponds «cela doit être formidable ! Mais toi, Amadou, tu n’es pas du tout sportif, et tu es peu souple. Comment tu faisais ?». Là j’en rajoute un peu plus : «Même l’ambassade de France à Dakar, en raison du privilège colonial, est juché dans l’arbre le plus élevé, à Dakar». La réplique de Denise a été cinglante : «Tu en fait trop ! Arrête de te ficher de ma gueule !». Naturellement que voit l’opinion publique française, en Afrique, ce sont ces enfants mal vêtus, marchant presque pieds nus, notamment les «Talibés», fréquentant l’école coranique, exploités ou maltraités par certains marabouts. La discussion devient alors plus sérieuse et a menée sur la littérature de Amadou KOUROUMA (1927-2003) sur le sort tragique des enfants soldats pendant les guerres civiles en Afrique, à travers son roman, «Allah n’est pas obligé» paru chez Seuil, et Prix Renaudot (voir mon article). Dans ce roman, le jeune Birima de 12 ans, quitte sa Côte-d’Ivoire et se retrouve mêlé à une guerre civile au Libéria, avec son lot d’atrocités (Drogues, meurtres, viols, etc.).
Denise me parlait beaucoup des contes et traditions de la Corrèze, dont elle était particulièrement fière. Elle aimait beaucoup Henri POURRAT (1887-1859), un spécialiste de la littérature orale, une région jouxtant la Corrèze. La question qui revenait souvent «En Afrique, vous n’avez pas l’écriture, comment es-tu sûr Amadou de l’histoire de ces royaumes anciens du Fouta-Toro, avant la colonisation ?». je fais remarquer à ma chère Denise, comme Henri POURRAT s’appuyait sur la tradition et la transcrivait. Une bonne partie de l’histoire de France, en dehors des écrits de Grégoire de TOURS (438-594), a été écrite au XIXème siècle, au début de l’industrialisation, en vue d’appuyer les conquêtes coloniales, avec notamment la théorie de «la Découverte». Mes ancêtres, les Peuls, venaient, sans doute, d’Egypte et le chercheur Cheikh Anta DIOP (1923-1986), l’a rigoureusement prouvé. Le peuple sénégalais existait depuis des millions d’années et son histoire ne démarre pas à l’année 1365, date d’arrivée des commerçant dieppois au Sénégal. Par ailleurs, non seulement, il existe des écrits de Portugais, d’Arabe et même de Français, à travers des récits de voyage, souvent tendancieux et mensongers, Louis FAIDHERBE (1818-1889), gouverneur du Sénégal, a reconnu que l’Etat de mon Fouta-Toro, a le mieux résisté à la pénétration coloniale. Mais une des forces de l’Afrique, c’est sa «tradition orale vivante», comme l’a bien montré Amadou Hampâté BA. Ces interrogations pertinentes de Denise GREGOIRE m’ont donné l’envie et l’enthousiasme d’écrire mon 3ème ouvrage sur le Sénégal, paru en décembre 2021 «Le Sénégal, un Grand petit pays».
D'une famille corrézienne de tradition socialiste de longue date quand on évoquait la politique de Valéry GISCARD-d’ESTAING (1926-2020), les combats de François MITTERRAND (1916-2001) pour conquérir le pouvoir on était sur la même longueur d'onde. Il faut dire qu'à l’occasion l'un des déjeuners de Noël, la famille des SAUTAREL, des Parisiens de la rue de Buttes-aux-Cailles (Paris 13ème), venue de leur maison secondaire de la Vedrenne, près de Monestier Port Dieu (Corrèze), ont eu une prise de bec avec Jacques, le compagnon de Denise, qualifié de «bourgeois». Denise voyant que le débat passionné risquait de pourrir le déjeuner de Noël me demande mon arbitrage. Que faire quand les esprits sont surchauffés, si ce n'est que de recourir au jugement de Salomon, personne ne devant perdre la face. En réalité, Jacques était un artisan, il n'avait pas d'employé à exploiter ; il était un patron, comme le disaient Gilberte, la sœur de Denise et son mari, Gabriel ; Jacques était donc «un patron de lui-même». Aussitôt après cet équilibrisme de ma part, Jacques dans ses provocations rajoute en direction des SAUTAREL : «vous n'aurez pas l'Alsace et la Lorraine». Ils ont failli en venir aux mains. Heureusement que le café était servi par les VENTADOUR dans le jardin et M. Georges BOUTOT, un cousin et chef d'entreprise, à Perpezac, était de passage.
Denise était dans la même maison de retraite du 19ème arrondissement que sa sœur Gilberte SAUTAREL dite Gilou, disparue également récemment à l'âge de 94 ans ; Michel, le fils de Gilou qui réside comme moi, dans le 19ème et ainsi Fabien, le petit-fils sont en charge des intérêts de Denise.
Denise n'avait pas d'enfants, mais avait comme les Africains un sens particulièrement élevé d'attachement à la famille. Aussi au soir de sa vie, bien remplie, j'avais posé la question à Denise la question «Que regretteriez-vous dans votre vie ?». Denise m'a répondu que d'une manière a eu une vie bien remplie en accord avec ses principes. Elle regrettait cependant de n'avoir pas eu d'enfants. Un enfant c'est une forme de continuation de la vie.
Dans sa maison de retraite, Denise me disait qu'elle souffrait beaucoup non pas de la vieillesse ou de la maladie, mais surtout de la solitude, particulièrement pesante la nuit. Certes, ses deux neveux, Michel et Fabien, ainsi que moi-même ont venait la voir régulièrement ; ce qui est particulièrement pesant et de nature à rendre dépressif, c'est en particulier le manque de contacts humains.
Par ailleurs, je me rends du coût prohibitif du séjour en maison de retraite entre 2500 et 3000 € par mois. Une question souvent négligée par la classe politique, le sort de nos aînés. Aucun travailleur immigré, vivant en foyer, ne pourra s’acquitter de ces sommes affolantes. Chez nous en Afrique nous avons le culte des Anciens, «quand un vieillard meurt, c'est une bibliothèque qui brûle» disait Amadou Hampâté BA (1901-1990), un gardien de la tradition orale. On a l'habitude de nous occuper de nos aînés à domicile notamment pour leurs derniers. Cependant, en raison de ce conflit entre la tradition et la modernité, notamment l'individualisme des nouvelles générations issues de l'immigration en France cette solidarité sera-t-elle conservée ? Je n'en suis pas sûr que cela. L'autre jour, occupé à corriger un texte, je demande à ma fille de me préparer un café. Sa réponse m'a surpris et interloqué «je ne suis pas ton esclave. Vas préparer ton café toi-même» dit Arsinoé. Inutile de vous dire que, dans ma rage, le ciel a grondé à la maison. Arsinoé s'est vite exécutée. J'ai bu le café préparé par ma fille, mais il avait un goût amer de cette révolte, avant le grand âge et la dépendance, contre mes valeurs traditionnelles qui sont en train de s'effondrer, «Things Fall Apart», comme le dirait l'écrivain nigérian, Chinua ACHEBE (1930-2O13).
Michel, conscient de cette grande solitude déprimante de Denise, dans sa maison de retraite, a fait venir dans sa maison de retraite ses meubles et objets personnels, mais surtout sa chatte dénommée «Ficelle». Dans mon Fouta-Toro les chiens vivent hors de la concession familiale. Aussi au début, je ne comprenais pas pourquoi les Occidentaux étaient tant attachés à leur chien et à leur achat. Rares sont les Africains en France qui ont des animaux domestiques dans leur maison.
Je vous ai relaté, tout au début de cet article, ma rencontre avec «Lupin» le chien des VENTADOUR à Perpezac-le-Noir, en Corrèze. Lupin, un cocker, dès que j'approchais de la maison, comme si j'étais un rôdeur suspect, commençait à aboyer comme un malade et se montrait hostile et agressif. Petit à petit nos relations sont devenues affectueuses et je dirai même fraternelles. Je lui donnais à manger et le promenais souvent. Aussi quand je revenais dans ce village Lupin venait m'accueillir et au loin et me suivait le soir jusqu'à mon lit.
J'ai un peu mieux compris la fonction de «Ficelle», la chatte de Denise à sa maison de retraite. Que va devenir Ficelle, à la suite de la disparition de sa maîtresse ?
Incinérée le mardi 8 février 2022 au Père Lachaise, les cendres de Denise GREGOIRE vont rejoindre le caveau familial, à Saint-Julien, en Corrèze. Finalement, la chatte «Ficelle», a été confiée à Fabien SAUTAREL qui a deux filles de 4 et 10 ans.
Paris, le 28 janvier 2022, par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
 

 

«Denise GREGOIRE (1932-2022), ma très Grande amie du bien-vivre ensemble» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Denise GREGOIRE (1932-2022), ma très Grande amie du bien-vivre ensemble» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Denise GREGOIRE (1932-2022), ma très Grande amie du bien-vivre ensemble» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Denise GREGOIRE (1932-2022), ma très Grande amie du bien-vivre ensemble» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Denise GREGOIRE (1932-2022), ma très Grande amie du bien-vivre ensemble» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Denise GREGOIRE (1932-2022), ma très Grande amie du bien-vivre ensemble» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Denise GREGOIRE (1932-2022), ma très Grande amie du bien-vivre ensemble» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Denise GREGOIRE (1932-2022), ma très Grande amie du bien-vivre ensemble» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Denise GREGOIRE (1932-2022), ma très Grande amie du bien-vivre ensemble» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Denise GREGOIRE (1932-2022), ma très Grande amie du bien-vivre ensemble» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Denise GREGOIRE (1932-2022), ma très Grande amie du bien-vivre ensemble» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Denise GREGOIRE (1932-2022), ma très Grande amie du bien-vivre ensemble» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Denise GREGOIRE (1932-2022), ma très Grande amie du bien-vivre ensemble» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Denise GREGOIRE (1932-2022), ma très Grande amie du bien-vivre ensemble» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Denise GREGOIRE (1932-2022), ma très Grande amie du bien-vivre ensemble» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Denise GREGOIRE (1932-2022), ma très Grande amie du bien-vivre ensemble» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Denise GREGOIRE (1932-2022), ma très Grande amie du bien-vivre ensemble» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Denise GREGOIRE (1932-2022), ma très Grande amie du bien-vivre ensemble» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Partager cet article
Repost0
4 juillet 2021 7 04 /07 /juillet /2021 20:17
«Le défi d'Arthur GERMAIN : remonter à la Seine sur 776 km, pour la défense de la Nature» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Depuis le 6 juin 2021, et pour 52 jours, 15 km par jour, Arthur GERMAIN s’est fixé un défi : descendre la Seine, sur 776 km, à la nage, et en solitaire, de sa source en Côte d’Or, à Source-Seine, dans les plateaux du Langres, jusqu’à son embouchure, entre le Havre et Honfleur. En 2018, Arthur avait traversé la Manche, sur 24 km, dans une eau à 16 degrés, pour une association caritative, devenant le plus jeune Français à avoir réalisé cette performance.
Le 3 juillet 2021, à l'étape de Paris, au quai Henri IV, Denise DARIES, la petite fiancée et assistante de communication, était présente. Arthur a déjà franchi la moitié du chemin, 360 km. Sa mère, Mme Anne HIDALGO, était émue aux larmes. «Je suis impressionnée par ce qu’il fait, cette performance. Je suis très, très fière. Je n’ai pas d’autres mots pour le dire. C’est la maman qui parle, aux larmes. Le cœur qui bat la chamade. Je le sens bien. Je le sens heureux. La natation c’est son élément, il voulait porter un message très fort, un message écologique, d’une génération qui va nous surprendre, pour nous réserver de belles surprises. Je suis admirative mais je n’interviens pas. Je l’accompagne uniquement avec l’amour que je lui donne» dit la mère d’Arthur et Maire de Paris, Mme Anne HIDALGO.
Cet esprit de compétition, cette endurance et ce goût du challenge et du dépassement de soi, la fibre écologiste, Arthur doit le tenir de sa mère Anne HIDALGO et de son père Jean-Marc GERMAIN. «J’ai un fils adolescent très impliqué dans l’écologie» avait dit Mme Anne HIDALGO.
Au-delà de la performance sport, Arthur a pour ambition de sensibiliser la population sur les questions de pollution de l'eau, notamment des fleuves. «Il y a bien évidemment des déchets qui suivent le cours du fleuve. J’analyse un échantillon d’eau par jour. La qualité de l’eau n’est pas si mauvaise. La Seine, ce n’est pas Tchernobyl» dit Arthur. Il nous administré aussi la preuve que la jeunesse de notre temps n'est pas seulement qu'hédoniste, elle sait aussi s'enflammer et se passionner pour de grandes et nobles causes. C’est au Sénégal que Arthur GERMAIN a vu la lumière : «J’ai toujours été sensible à la nature. Mais quand j’ai nagé à Dakar, au Sénégal, dans une eau polluée, j’ai eu un déclic. Je me prenais des bidons d’essence dans les jambes en nageant ! J’ai eu un choc en voyant que c’était u peu pareil dans la Seine. C’est là que j’ai vraiment pris conscience de l’importance de l’eau» dit-il.
Arthur a été agréablement surpris de la qualité de l'eau de la Seine et notamment à Paris. «Le message que je veux transmettre est simple : il faut se sensibiliser à l’eau et à la nature. Je souhaite montrer que la Seine mérite d’être préservée pour sa richesse, et que l’on ne profite de la diversité qu’elle offre qu’en la respectant» dit Arthur GERMAIN. Le défi, c'est d'arriver un jour à ce que les Parisiens puissent se baigner, comme dans les temps anciens, à la Seine. «J’ai toujours rêvé de nager dans Paris, sous la Tour Eiffel. Quand je suis entré dans Paris, l’émotion est montée tellement fort» dit Arthur GERMAIN.
Paris le 4 juillet 2021 par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

 

«Le défi d'Arthur GERMAIN : remonter à la Seine sur 776 km, pour la défense de la Nature» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le défi d'Arthur GERMAIN : remonter à la Seine sur 776 km, pour la défense de la Nature» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le défi d'Arthur GERMAIN : remonter à la Seine sur 776 km, pour la défense de la Nature» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le défi d'Arthur GERMAIN : remonter à la Seine sur 776 km, pour la défense de la Nature» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le défi d'Arthur GERMAIN : remonter à la Seine sur 776 km, pour la défense de la Nature» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le défi d'Arthur GERMAIN : remonter à la Seine sur 776 km, pour la défense de la Nature» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le défi d'Arthur GERMAIN : remonter à la Seine sur 776 km, pour la défense de la Nature» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le défi d'Arthur GERMAIN : remonter à la Seine sur 776 km, pour la défense de la Nature» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le défi d'Arthur GERMAIN : remonter à la Seine sur 776 km, pour la défense de la Nature» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le défi d'Arthur GERMAIN : remonter à la Seine sur 776 km, pour la défense de la Nature» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le défi d'Arthur GERMAIN : remonter à la Seine sur 776 km, pour la défense de la Nature» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le défi d'Arthur GERMAIN : remonter à la Seine sur 776 km, pour la défense de la Nature» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le défi d'Arthur GERMAIN : remonter à la Seine sur 776 km, pour la défense de la Nature» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le défi d'Arthur GERMAIN : remonter à la Seine sur 776 km, pour la défense de la Nature» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le défi d'Arthur GERMAIN : remonter à la Seine sur 776 km, pour la défense de la Nature» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le défi d'Arthur GERMAIN : remonter à la Seine sur 776 km, pour la défense de la Nature» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le défi d'Arthur GERMAIN : remonter à la Seine sur 776 km, pour la défense de la Nature» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le défi d'Arthur GERMAIN : remonter à la Seine sur 776 km, pour la défense de la Nature» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le défi d'Arthur GERMAIN : remonter à la Seine sur 776 km, pour la défense de la Nature» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Partager cet article
Repost0
25 septembre 2020 5 25 /09 /septembre /2020 22:41
Partager cet article
Repost0
4 août 2020 2 04 /08 /août /2020 15:07
«Professeur émérite, Moustapha SOURANG était un homme de foi et un homme d'État. D'une discrétion exemplaire, il a servi avec dévouement la Nation» écrit le président Macky SALL. Né à Saint-Louis le 24 juillet 1949, le doyen Moustapha SOURANG nous a quittés le 4 août 2020, à l'âge de 71 ans.
Universitaire, doyen de la faculté de droit, recteur de l'université Cheikh Anta DIOP et ministre, lors de mon séjour au Sénégal, en qualité d’assistant en droit public pendant quelques années, j'avais connu, personnellement, le professeur Moustapha SOURANG.
En dépit de son impressionnant C.V., de ses titres universitaires, de son vaste savoir, le professeur Moustapha SOURANG était un homme particulièrement discret, voire effacé. Affable, d'une grande courtoisie, il était à l'écoute de tous. Par son charisme, son aménité, sa prescience et son sens de l’équité, il savait fédérer et mobiliser toutes les énergies, sans jamais élever la voix.
Descendant de Cheikh Ahmadou Bamba BA, le guide spirituel des Mourides, en raison de ses éminentes qualités morales et intellectuelles, le doyen Moustapha SOURANG a transcendé les clivages politiques, pour mettre ses compétences au service de la Nation sénégalaise. Aussi, et en toute logique, il a été ministre sous Maître Abdoulaye WADE. Le président Macky SALL lui avait chargé un dossier sur la réforme foncière qu'il lui a remis le 20 avril 2017.
Autant dire que le doyen Moustapha SOURANG, un homme d'une grande sérénité, de consensus et de dialogue, est un digne fils du Sénégal. Mission accomplie !
Aussi, j'adresse mes sincères condoléances à la communauté universitaire du Sénégal, et à la famille du défunt, ainsi qu'au Sénégal tout entier.
Paris le 4 août 2020 par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
 

 
«Disparition du professeur Moustapha SOURANG (1949-2020), un digne fils du Sénégal» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Disparition du professeur Moustapha SOURANG (1949-2020), un digne fils du Sénégal» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Disparition du professeur Moustapha SOURANG (1949-2020), un digne fils du Sénégal» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Disparition du professeur Moustapha SOURANG (1949-2020), un digne fils du Sénégal» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Disparition du professeur Moustapha SOURANG (1949-2020), un digne fils du Sénégal» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Partager cet article
Repost0
25 octobre 2019 5 25 /10 /octobre /2019 18:34
Si pour les forces du Chaos et de la Discorde, le Noir symbolise l'effrayant et le repoussoir, les publicitaires français qui, pendant longtemps ont ignoré les mérites de cette France métissée, tant redoutée, s'y intéressent désormais.
Certes, nos ancêtres les Gaulois ont toujours eu une image positive du Noir américain, en raison d'un complexe d'infériorité à l'égard de l'Amérique. En revanche, les Français issus de l'immigration sont restés cette minorité invisible, une valeur, en termes d'image, peu marchande et donc ils traités en indigènes de la République, conformément à cette idéologie de la Case de «l'Oncle Tom». Ils n'étaient pas présentables comme valeur esthétique et commerciale, dignes de figurer notamment dans les slogans publicitaires. Du moins, les anciennes publicités, notamment de lessive ou de chocolat avaient une connotation raciste, assumée.
Cette idéologie coloniale, même si elle est persistante et vivace dans le monde politique, à travers listes électorales des municipales où on ne nous donne que des miettes, le monde de la publicité est en train d'évoluer. Il faut savoir détecter les signaux forts ou faibles d'évolution d'une société. Quand ces signaux semblent aller dans le bon sens, même s'il s'agit de mobiles mercantiles, faut le signaler et s'en réjouir.
En effet, les publicitaires ont quitté une partie du cliché ne présentant le Noir que sous l'angle du dominé, de l'exotisme, du sexe et de la force brutale ; ils arrivent maintenant, à travers affiches du métro ou dans les spots à la télévision, à mieux percevoir les qualités de l'homme, sa dimension esthétique et mettent de la couleur dans leurs messages, pour en tirer au plan commercial. Par ailleurs, le Noir est devenu une clientèle cible, un consommateur que le capitalisme ne peut plus ignorer en termes de profit, à réaliser.
Black is Beautiful. Say it Loud : I am Black and Proud”, comme le dirait James BROWN. L'émergence d'une race de capitaines d'industrie, de Français issus de l'immigration a aussi valorisé le potentiel de richesse et de créativité du continent noir et de sa diaspora. Il appartient aux Français issus de l'immigration, au lieu de baisser la tête, de travailler et de s'engager dans les batailles culturelles et de communication, pour affirmer et réaffirmer leur place d'Hommes, dans cette société encore pleine de préjugés.
Vive la diversité culturelle et artistique, pour le bien-vivre ensemble, dans le respect mutuel !
Paris, le 22 octobre 2019, par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Black is Beautiful» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Black is Beautiful» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Black is Beautiful» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Black is Beautiful» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Black is Beautiful» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Black is Beautiful» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Black is Beautiful» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Black is Beautiful» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Black is Beautiful» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Black is Beautiful» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Black is Beautiful» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Black is Beautiful» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Black is Beautiful» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Black is Beautiful» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Black is Beautiful» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Black is Beautiful» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Black is Beautiful» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Black is Beautiful» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Black is Beautiful» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Partager cet article
Repost0
19 octobre 2019 6 19 /10 /octobre /2019 20:53
Jean-Michel MARTIAL est un acteur, metteur en scène et réalisateur français, né le 1ᵉʳ janvier 1952, à Madagascar, de parents originaires de Guadeloupe, et mort le 17 octobre 2019 à Paris. Docteur en chirurgie dentaire 1978, il fut lauréat au Concours National de Déontologie en 1977, champion de France universitaire d’aviron 1976, mais c’est dans le domaine des arts qu’il trouve sa juste place. Passionné par le théâtre, ii suivit l’enseignement de Sarah SANDERS et d’Andréas WOUTSINAS. En 1997 il fonde la compagnie «L’Autre Souffle» et questionne les grands mythes de l’humanité. Il a voulu questionné de l’identité théâtrale de la Caraïbe. Le projet, est simple, réunir un corpus de pièces parmi les plus emblématiques de la Caraïbe. En 1983, il ferme son cabinet de chirurgien dentaire à Cayenne, pour entamer une carrière de comédien. Il est remarqué au Festival de Cannes en 1993 dans «L'homme sur les quais» de Raoul PECK. «Jean-Michel Martial était un grand acteur, un des rares ultramarins qui ait percé au niveau national tant au théâtre qu’au cinéma. C’était aussi un citoyen engagé, qui n’hésitait pas à participer à la vie collective» a dit George PAU-LANGEVIN députée de Paris et ancienne ministre des colonies.
Ancien président du Conseil Représentatif des Français d’Outre-mer (CREFOM), et fils de Jacques MARTIAL, président du Mémorial ACTE, Jean-Michel MARTIAL était un artiste engagé : «Le CREFOM transcende les clivages politiques, moi je veux être au-delà ! Cela demande une vraie réflexion et les mots ont leur importance. Il faut respecter les populations, à savoir moi et vous, mais également les élus qui défendent les intérêts de la population» dit Jean-Michel. Il militait activement dans le Comité pour la mémoire de l’abolition de l’esclavage : «Apprendre de l’histoire et avancer ensemble. Faire la paix avec soi, avec l’autre, définir un projet commun et avancer, ça passe par l’hommage aux victimes et par la réconciliation» dit-il.  En effet, Jean-Michel était l’incarnation même d’une colère sourde qui gronde contre l’injustice. La vie reflète le cœur de l'individu. Ce qu'on fait est le discours implicite que l'on porte, c'est le reflet de la bonté de son cœur. Jean-Michel est «un homme de cœur et de convictions, libre et soucieux de tous et de chacun. Epris d’humanité et d’égalité, Jean-Michel s’est toujours battu contre l’injustice. Avec les mots et les actes» écrit Anne HIDALGO, maire de Paris. A chaque manifestation, à Paris, contre le Code de l'indigénat, j'avais l'habitude de le rencontrer. Contrairement à certaines vedettes qui ont la grosse tête et qui snobent les autres, il était accessible et prenait le temps d'échanger avec vous. «Il était le visage connu et une personnalité aimée, artiste populaire, militant engagé», dit Jean-Marc AYRAULT, ancien premier ministre et en charge du Comité pour la mémoire de l’esclavage. On était en contact sur Facebook. Il avait mis sa notoriété, à l'inverse certains artistes qui ne s'intéressent qu'à eux-mêmes ou qui se battent dans les halls des aéroports, au service du bien-vivre ensemble.  Fondateur de la compagnie, «L’Autre Souffle», Jean-Michel a produit et mis en scène notamment «La Force d’Aimer» de Martin Luther KING.
Ne pas abandonner ses morts, et gérer leur devenir par divers rites funéraires, les honorer, est l'activité humaine la plus chargée en valeur symbolique, tant au niveau de l'individu que du groupe, qui distingue l'Homme de tous les autres êtres vivants. Récemment, la Plume antillaise avec l’animation d’Eléonore BASSOP, ainsi que le Collectif James Baldwin, ont rendu un vibrant hommage à Toni MORRISON.
Les autres groupes ethniques ne s'y sont pas trompés, les plaques devant les écoles, les hommages à Johnny HALLYDAY depuis plus de 2 ans, tout cela participe de l’idée que respecter ses morts, c'est s'honorer soi-même. S’abstenir d’honorer ses morts, participer, indirectement, à la hiérarchisation de la valeur de la vie. C’est faire croire que certaines vies sont plus importantes que d’autres. C’est renforcer, sans en être conscients, ce Code de l’indigénat qui ne dit pas son nom.
Or, un poète sénégalais, comme d’ailleurs Toni MORRISON, sont attachés aux forces de l’esprit. «Les morts ne sont pas morts. Ceux qui sont morts ne sont jamais partis. (..) C’est le souffle des ancêtres» écrit Birago DIOP. Dans la mythologie égyptienne, AKHENATON, est la réincarnation de son ancêtre. Pour les Africains, la mort est la prolongation de la vie dans le monde de l'invisible. Par-là, Birago DIOP, exprime de façon limpide, le lourd pacte qui unit les Anciens aux Vivants. Il y a quelque chose de plus fort que la mort, c’est la présence des absents, dans la mémoire des vivants . «Les morts ne sont vraiment morts que lorsque les vivants les ont oubliés» dit un proverbe malgache. L’existence d’un individu se poursuit dans le souvenir des autres. Il est le dernier rempart contre le néant absolu, c'est pourquoi il faut le cultiver.
Jean-Michel, comme je le disais, était présent à toutes les marches contre l’injustice et la bêtise humaine. Nous lui témoignerons toujours notre gratitude, notre estime et notre profonde reconnaissance. «Les vivants ferment les yeux des morts ; les morts ouvrent les yeux des vivants» dit un proverbe bulgare.
Jean-Michel, tu vivras parmi nous, à travers ta solidarité avec les forces en lutte pour l’égalité et la fraternité, le bien-vivre ensemble !
La cérémonie funéraire aura lieu le 23 octobre 2019, à 10 h 30 en l’église Saint-Roch, 296 rue Saint-Honoré, au 1er ardt de Paris, la crémation à 13 h 30 à la Coupole du Père Lachaise et 19 à 22 h, un hommage lui sera rendu au Conseil régional d’IDF, 33 rue Barbet de Jouy, à Paris 7ème.
Paris, le 19 octobre 2019, par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jean-Michel MARTIAL (1952-2019) nous honorons nos morts» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jean-Michel MARTIAL (1952-2019) nous honorons nos morts» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jean-Michel MARTIAL (1952-2019) nous honorons nos morts» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jean-Michel MARTIAL (1952-2019) nous honorons nos morts» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jean-Michel MARTIAL (1952-2019) nous honorons nos morts» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jean-Michel MARTIAL (1952-2019) nous honorons nos morts» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jean-Michel MARTIAL (1952-2019) nous honorons nos morts» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jean-Michel MARTIAL (1952-2019) nous honorons nos morts» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jean-Michel MARTIAL (1952-2019) nous honorons nos morts» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jean-Michel MARTIAL (1952-2019) nous honorons nos morts» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jean-Michel MARTIAL (1952-2019) nous honorons nos morts» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jean-Michel MARTIAL (1952-2019) nous honorons nos morts» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jean-Michel MARTIAL (1952-2019) nous honorons nos morts» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jean-Michel MARTIAL (1952-2019) nous honorons nos morts» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jean-Michel MARTIAL (1952-2019) nous honorons nos morts» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jean-Michel MARTIAL (1952-2019) nous honorons nos morts» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jean-Michel MARTIAL (1952-2019) nous honorons nos morts» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jean-Michel MARTIAL (1952-2019) nous honorons nos morts» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jean-Michel MARTIAL (1952-2019) nous honorons nos morts» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jean-Michel MARTIAL (1952-2019) nous honorons nos morts» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jean-Michel MARTIAL (1952-2019) nous honorons nos morts» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jean-Michel MARTIAL (1952-2019) nous honorons nos morts» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jean-Michel MARTIAL (1952-2019) nous honorons nos morts» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jean-Michel MARTIAL (1952-2019) nous honorons nos morts» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jean-Michel MARTIAL (1952-2019) nous honorons nos morts» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jean-Michel MARTIAL (1952-2019) nous honorons nos morts» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jean-Michel MARTIAL (1952-2019) nous honorons nos morts» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jean-Michel MARTIAL (1952-2019) nous honorons nos morts» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jean-Michel MARTIAL (1952-2019) nous honorons nos morts» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jean-Michel MARTIAL (1952-2019) nous honorons nos morts» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jean-Michel MARTIAL (1952-2019) nous honorons nos morts» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jean-Michel MARTIAL (1952-2019) nous honorons nos morts» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jean-Michel MARTIAL (1952-2019) nous honorons nos morts» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jean-Michel MARTIAL (1952-2019) nous honorons nos morts» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jean-Michel MARTIAL (1952-2019) nous honorons nos morts» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jean-Michel MARTIAL (1952-2019) nous honorons nos morts» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jean-Michel MARTIAL (1952-2019) nous honorons nos morts» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jean-Michel MARTIAL (1952-2019) nous honorons nos morts» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jean-Michel MARTIAL (1952-2019) nous honorons nos morts» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jean-Michel MARTIAL (1952-2019) nous honorons nos morts» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jean-Michel MARTIAL (1952-2019) nous honorons nos morts» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jean-Michel MARTIAL (1952-2019) nous honorons nos morts» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jean-Michel MARTIAL (1952-2019) nous honorons nos morts» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jean-Michel MARTIAL (1952-2019) nous honorons nos morts» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jean-Michel MARTIAL (1952-2019) nous honorons nos morts» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jean-Michel MARTIAL (1952-2019) nous honorons nos morts» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jean-Michel MARTIAL (1952-2019) nous honorons nos morts» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jean-Michel MARTIAL (1952-2019) nous honorons nos morts» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jean-Michel MARTIAL (1952-2019) nous honorons nos morts» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jean-Michel MARTIAL (1952-2019) nous honorons nos morts» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jean-Michel MARTIAL (1952-2019) nous honorons nos morts» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jean-Michel MARTIAL (1952-2019) nous honorons nos morts» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jean-Michel MARTIAL (1952-2019) nous honorons nos morts» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jean-Michel MARTIAL (1952-2019) nous honorons nos morts» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jean-Michel MARTIAL (1952-2019) nous honorons nos morts» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jean-Michel MARTIAL (1952-2019) nous honorons nos morts» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jean-Michel MARTIAL (1952-2019) nous honorons nos morts» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jean-Michel MARTIAL (1952-2019) nous honorons nos morts» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jean-Michel MARTIAL (1952-2019) nous honorons nos morts» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jean-Michel MARTIAL (1952-2019) nous honorons nos morts» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jean-Michel MARTIAL (1952-2019) nous honorons nos morts» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jean-Michel MARTIAL (1952-2019) nous honorons nos morts» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jean-Michel MARTIAL (1952-2019) nous honorons nos morts» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jean-Michel MARTIAL (1952-2019) nous honorons nos morts» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jean-Michel MARTIAL (1952-2019) nous honorons nos morts» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jean-Michel MARTIAL (1952-2019) nous honorons nos morts» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jean-Michel MARTIAL (1952-2019) nous honorons nos morts» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jean-Michel MARTIAL (1952-2019) nous honorons nos morts» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jean-Michel MARTIAL (1952-2019) nous honorons nos morts» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jean-Michel MARTIAL (1952-2019) nous honorons nos morts» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Partager cet article
Repost0
11 mai 2019 6 11 /05 /mai /2019 19:26

Mme Madina GUISSE, membre du groupe M.T.M Europe vient de nous informer que ses deux neveux de 3 ans, Maya, et 6 ans, Léo, ont été égorgés, le 9 mai 2019, à Dresde, en Allemagne, par leur père.
La mère, Mariéta Sadio GUISSé, qui avait tenté de sauver ses enfants, est blessée, mais ses jours ne sont pas en danger.
Le père, M. FOIN, qui a commis ce forfait, un Français vivant en Allemagne, ne supportait pas la séparation avec sa femme, Mariéta GUISSé, originaire de Thilogne, dans le Fouta-Toro. Il avait proféré de nombreux propos à caractère raciste. Les histoires de couple sont souvent complexes, nous n’avons pas tous les tenants et les aboutissants. Mais de là, à attenter à la vie de ses enfants, on est saisi par l’effroi et la stupeur en raison de ce drame familial monstrueux.
Comment en est-on arrivé là ? De l'amour, à la haine, puis à cette folie. Chacun, Ponce-Pilate, devant les convulsions qui secouent nos sociétés se dit "Je m'en lave les mains". D'autres par un parti-pris aveugle, sans avoir toutes les données complexes d'un couple, sont dans le jugement : "Le mari serait violent et raciste" ou la femme serait une "profiteuse et machiavélique". Notre rôle, à nous tous, en tant que citoyens, c'est d'essayer dans la mesure de nos moyens, de contribuer à l'édification d'une société apaisée, fondée sur la justice et l'Amour, pour quitter le Chaos et aller vers l'Harmonie.
Au nom de Faty Abass DIALLO, présidente de MTM France, de Maître Malick SALL, Garde des Sceaux Ministre de la Justice et fondateur de «Malick pour Tous et Tous pour Macky» (M.T.M), et de tous les Danthiadynabé de France, nous adressons nos sincères condoléances à Mme Madina GUISSE.
Paris, le 10 mai 2019, par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Un drame familial épouvantable.

Un drame familial épouvantable.

Partager cet article
Repost0
25 avril 2019 4 25 /04 /avril /2019 15:14
Georges GAZEILLES s'est éteint à l'âge de 95 ans, le 17 décembre 2018, à l'hôpital Lariboisière, à Paris. J'avais tenté, à Noël dernier, de le joindre, comme chaque année, pour un déjeuner. Ça ne répondait pas aussi bien sur le fixe que sur le portable. J'ai fini par me rendre chez lui, à la rue Archereau, dans le 19ème. Aucune réponse. Notre amie commune, Claudine NIOGRET, n'avait pas non plus de ses nouvelles. J'ai également essayé d'obtenir des renseignements par l'intermédiaire du docteur Daniel MARCOVITCH, qui a été longtemps son médecin traitant, Inbox sur sa page Facebook. Pas de réponse. C'est finalement, M. François DAGNAUD, maire du 19ème, qui m'a confirmé la mort de Georges.
Mon ami, Georges GAZEILLES, est parti comme il a vécu, en toute discrétion, sur la pointe des pieds. Georges fuyait la lumière, et ses rares photos sont des images volées. Il ne voulait pas d'hommage à ses funérailles.
Georges était complètement détaché des choses matérielles de la vie, des honneurs et des vanités de ce bas monde. De son vivant, son modeste appartement était peint en blanc, sans gravures, ni photos. Il n'avait ni famille, ni enfants, il appréciait les livres. Homme de grande culture, il m'épatait ; dès qu'il commençait à engager une conversation, on avait du mal, par suite, à la conclure. Il avait toujours quelque chose d'intéressant à raconter, compte tenu de sa longue vie riche de ses différentes expériences.
Georges GAZEILLES, en dépit de sa vaste culture, n'aimait pas se confier sur sa vie privée. Je suis revenu, à plusieurs reprises à l'assaut, mais il est resté, constamment, avare en confidences. Tout ce qu'il m'a dit, c'est que né à Perpignan, son père est mort très tôt. Il a dû abandonner ses études pour subvenir aux besoins de sa mère. Le métier de comptable l'a conduit en région parisienne, où il a fini par s'installer, et en particulier dans le 19ème arrondissement. En fait, l'essentiel de la vie de cet homme ce n'était pas son histoire personnelle ; c'est la trajectoire qu'il s'était fixée : rester constamment au service des autres.
Georges nous a administré une grande leçon de morale que pose cette interrogation majeure de nos futiles et éphémères existences : qu'est-ce qu'une vie bien remplie, une vie réussie ?
Georges a vécu en harmonie avec les idées qu'il a toujours défendues : se consacrer aux autres, aux plus démunis, et en particulier aux étrangers confrontés aux tracasseries administratives (CAF, Préfecture, CNAV). La première fois que j'ai rencontré Georges cela faisait bientôt plus de 40 ans, c'était à mon université Paris 2, Panthéon-Assas. En effet, notre association d'étudiants, INTERCAPA, était confrontée à des refus massifs de titres de séjour pour les étudiants étrangers, en application d'une loi scélérate giscardienne, dite "sécurité et liberté", avec des contrôles d'identité au faciès, des fouilles et palpations, uniquement pour les Nègres et les Arabes. L'arrivée de François MITTERRAND, avec la régularisation de sans-papiers, nous avait causé trois mois d'insomnies. Georges a été hospitalisé un temps, en raison de cette activité intense. Et pourtant quand, il y a eu, plus tard, un afflux de réfugiés Algériens, dans les années 90, Georges était toujours là, pendant plus de 2 ans, pour faire face à cet afflux exceptionnel de demandeurs d'asile.
Quand j'ai déménagé, dans le 19ème arrondissement, nos chemins se sont croisés, à nouveau, dans le cadre d'une association AIDEMA, que nous avions montée et qui existe toujours. La mairie du 19ème arrondissement, et en particulier le député Jean-Christophe CAMBADELIS, avait bien voulu nous prêter son bureau, un certain temps. Georges créera, par la suite, une association FASTI, qui avait ses permanences à la rue Fessart, à quelques mètres de chez moi.
Georges aurait pu se dire je termine ma vie tranquillement. Pourtant à un âge, pourtant très avancé, Georges tenait encore ses permanences. Du haut de son 1 m 42, on finit, par s'apercevoir, que la grandeur d'un homme, ce n'est pas seulement que dans la taille. Dans une société où les forces du Chaos et de la Discorde ne cessent d'avancer, je m'incline, très respectueusement, devant la mémoire de ce grand homme humaniste, désintéressé, animé de Compassion, de Fraternité et de Solidarité envers les autres, sans rien attendre en contrepartie des autres.
L'Afrique devrait honorer ces humanistes anonymes. La République française, se prétendant inspirée de principes universalistes et humanistes, devrait ériger des statuts, des stèles, des boulevards, et même des cathédrales, pour reconnaître et célébrer tous ces bénévoles, ces associatifs humanitaires anonymes qui entretiennent et consolident le Bien-vivre ensemble.
Aussi, à la suite de la disparition de mon ami Georges, j'adresse mes sincères condoléances à ceux qui font avancer l'esprit humain, ceux qui sont convaincus de la dignité et du caractère sacré de la personne humaine, de la valeur essentielle qu'est l'altérité.
Mon très Georges tu es parti, sur la pointe des pieds, sans dire au revoir à tes nombreux amis qui sont, en fait, l'humanité entière. Je te dis que tu vivras, à jamais, dans le coeur de tous ceux qui croient à la supériorité du Bien souverain sur le Mal.
Repose en paix, mon Pote !
Paris, le 24 avril 2019, par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Georges GAZEILLES, (1923-2018) une vie au service des autres.

Georges GAZEILLES, (1923-2018) une vie au service des autres.

Partager cet article
Repost0

Liens