Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de BA Amadou Bal, Paris 19ème ISSN 2555-3003 (BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE France B.N.F GALLICA. Http://baamadou.overblog.fr/
  • : Ce blog personnel de M. Amadou Bal BA est destiné à l'échange en politique, littérature, histoire, faits de société et le bien-vivre ensemble. Google News BIBLIOTHEQUE NATIONALE DE FRANCE ISSN 2555-3003 BNF GALLICA. Http://baamadou.overblog.fr/
  • Contact

Recherche

28 janvier 2022 5 28 /01 /janvier /2022 22:23
«Le président Macky SALL : comment évaluer le résultat des municipales du 23 janvier 2022 au Sénégal ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/ 
A entendre les tintamarres de l’opposition, après le résultat des municipales du 23 janvier 2022, l’alternance en 2024 aurait déjà eu lieu, et par anticipation ; ils auraient gagné. Point n’est donc plus besoin d’organiser les prochaines élections présidentielles. Comment donc évaluer, objectivement et lucidement, le résultat des élections locales et départementales du 23 janvier 2023, ainsi que ses incidences, à court et moyen terme, sur le jeu politique au Sénégal ?
1ère observation : le Sénégal, «un Grand petit pays», confirme sa position de modèle de la démocratie en Afrique
Au moment où l’on note une résurgence des coups d’Etat militaires (Mali, Guinée et Burkina-Faso), le Sénégal est, et reste, une grande démocratie apaisée, respectée, où des élections transparentes et libres se déroulent, à échéances régulières, dont les résultats sont acceptés par tous. De ce point de vue, et en dépit d’un terrorisme intellectuel d’une partie de l’opposition, le Sénégal est bien, «un Grand petit pays», en référence au titre de mon titre de mon 3ème ouvrage qui vient de paraître chez Amazon.
Ce calme et cette sérénité des élections locales tranchent avec un passé électoral marqué parfois par de graves violences. Ainsi, en 1951, dans la compétition entre Léopold Sédar SENGHOR (1906-2001) et son mentor maître Lamine GUEYE (1891-1968), des militants de la SFIO ont été assassinés en Casamance. En réplique, et à Thiès, Aïnina FALL, un partisan de SENGHOR, a été lynché à mort. A la suite de violences aux municipales à Saint-Louis, certains dirigeants du Parti africain de l’Indépendance (PAI) sont emprisonnés, d’autres ont été exilés, comme Majemout DIOP (1922-2007) et Amat DANSOKHO (1937-2019). On sait maintenant que les poseurs de bombes, en 1988, ayant causé une année blanche, et les assassins de maître Babacar SEYE (1915-1993), sont connus de maître Abdoulaye WADE.
Par ailleurs, ce qui a frappé tous les observateurs, et contrairement à l’abstention qui avait battu des records aux dernières élections locales en France (58% aux municipales de juin 2020 et 65% aux régionales du 27 juin 2021), c’est la forte mobilisation des électeurs sénégalais, jeunes comme Anciens, dans ces locales du 23 janvier 2022. La conséquence de cet engouement et de cette forte participation, c’est que le résultat de ces locales a été très serré, âprement disputé, dans certaines villes (Ogo, Thiès, Rufisque).
A ma connaissance, cependant, aucune femme n’a été élue maire d’une grande ville.
2ème observation : le rapport de forces entre l’opposition a-t-il été bouleversé ?
Si l’on ne s’en tenait qu’à une lecture rapide et superficielle du titre des journaux sénégalais, on aurait eu l’impression d’une grande alternance au Sénégal : «La grosse punition (de Macky)», titre «Mandat», «Avertissement avec frais» écrit «24 heures», «un autre vent souffle» dit «Vox Populi», «Sall fin de Macky» entonne «Source», «Le vent Yaw souffle sur le pays» dit «l’As», «Alerte au 3ème mandat» écrit «L’Evidence», «Locales 2022, Yewi, la razzia» dit «L’Obs», et «Walf Quotidien» est sans nuance «Yewwi prend le pouvoir», le journal «l’Enquête» parle de «Grand séisme». Qu’en est-il exactement ?
L’opposition a, certes, gagné de grandes nouvelles villes, mais celles-ci étaient déjà détenues, non pas par la majorité gouvernementale, mais d’autres composantes de l’opposition. C'est donc un basculement à l'intérieur même de l'opposition, confirmant ainsi l'effondrement du Parti démocratique sénégalais de maître Abdoulaye WADE qui avait voulu imposer son fils, Karim WADE, en exil et condamné pour détournement de derniers publics (environ 6 milliards d'euros). Ainsi, pour ce qui est donc de Dakar, ville gagnée par Barthélémy DIAS, il n’a échappé à personne que la capitale, dirigée auparavant par Khalifa SALL, déchu de ses droits civiques, avait pour maire Mme Soham EL WARDINI. S’agissant de Ziguinchor, détenu par Abdoulaye BALDE un opposant, a été conquise par Ousmane SONKO, un autre opposant. A Kaolack, le vainqueur, M. M’BOUP, est plutôt proche de la majorité présidentielle. Touba était déjà dans l’opposition.
L’autre grande bataille du leadership avait lieu au sein de la majorité présidentielle, dans la région de Matam. Farba N’GOM, griot et maire de Agnam, avait engagé une bataille déloyale à l’égard de maître Malick SALL, Garde des Sceaux, Ministre de la Justice. Finalement, avec la victoire de Abou DIALLO BALEL à la commune de Ogo, et des maires qu’il a soutenus à N’Guidjilone, Ranérou, et Kanel, maître Malick SALL, Garde des Sceaux, Ministre de la Justice, est devenu, incontestablement, le chef de la majorité présidentielle dans le Fouta-Toro. Animé d’une compassion à l’égard des déshérités, maître Malick SALL bénéficie d’une grande estime des habitants du Fouta-Toro, une région convoitée et stratégique. Au conseil des ministres du mercredi 26 janvier 2022, le président Macky SALL a dit aux membres du gouvernement : «Préparez vos dossiers. Le gouvernement aura un Premier ministre !». Il est des hommes, comme le griot Farba GNOM, qui plombent la bonne action du président Macky SALL.
Par conséquent, Maître Malick SALL, homme généreux, discret, loyal, efficace, est l’une pièce maîtresse du président Macky SALL au Fouta-Toro, aucun candidat ne pourra gagner les élections présidentielles, sans l’appui des Foutankais. Le Fouta n’est pas qu’une référence géographique, les Peuls sont présents partout au Sénégal et à travers le monde.
3ème observation : rien n’est joué pour les présidentielles de 2024 : le peuple souverain décidera, tranchera le moment venu.
Il n’appartient pas à l’opposition, de décider à l’avance, qui peut, ou non, candidater aux élections présidentielles de 2024. Le grand mérite revient au président Macky SALL d’avoir gravé dans le marbre, la limitation du mandat présidentiel, à travers le référendum du 20 mars 2016. En effet, l’opposition bipolaire avait farouchement combattu cette réforme ayant consolidé la démocratie sénégalaise.
Limitation des mandats présidentiels à deux ? oui, mais à partir de quand ?
Je reste convaincu que c’est une question d’application des lois dans le temps. En 2016, le président Macky SALL avait déjà entamé son premier mandat depuis 2012. Par conséquent, en raison du principe de non-rétroactivité, les lois sévères ne rétroagissent pas dans le passé. En définitive, rien, sur le plan juridique, ne peut légalement empêcher au président Macky SALL de se représenter, en 2024. Le reste, c’est une question de légitimité. En effet, le Sénégal, «un Grand petit pays», ancré dans la démocratie, le peuple souverain tranchera le moment venu.
Pour ma part, et en dehors de la nomination d’un premier ministre et d’une nouvelle équipe gouvernementale, le président Macky SALL, un Pharaon des temps modernes, devrait structurer la majorité présidentielle autour d’un grand parti de centre-gauche, continuer les réformes structurantes et consolider la démocratie locale, en rééquilibrant la ville et la campagne, en s’attaquant aussi à l’emploi et à la formation des jeunes.
En dépit du nombre important de partis politiques, dont certains sont insignifiants et appelés «partis cabines téléphoniques», deux pôles se dégagent à la suite des élections locales du 23 janvier 2022 : la majorité présidentielle et la vaste coalition de Yewwi, un conglomérat différentes forces politiques. Cela au moins a l’avantage de la clarté.
4ème observation : ce scrutin reste, avant tout, des élections locales
Je félicite les nouveaux élus dans les départements et les communes. Une des grandes questions majeures est la place de l’argent dans la société sénégalaise qui a tout pourri. En effet, l’ancien maire de Dakar, Khalifa SALL, un dissident socialiste, a une belle rhétorique de gauche, mais ce sont les détournements de deniers publics de sa ville qui l’ont perdu.
Le nouveau maire de Ziguinchor, M. Ousmane SONKO, n’est pas encore totalement lavé de tout soupçon de viol, dans un salon de massage, une très belle carte de visite. S’agissant, nouvel élu maire de Dakar, Barthélémy DIAS, il a un casier judiciaire et du sang dans les mains. En effet, Barthélémy DIAS est directement mis en cause dans une affaire criminelle du 22 décembre 2011, concernant l’assassinat un militant du PDS, N’Diaga DIOUF, devant sa mairie. En effet, Barthélémy DIAS, ce jour-là videra, au moins, deux chargeurs de 17 balles sur ses assaillants. «La route qui me menait chez moi était bloquée. Je ne pouvais pas fuir ou retourner dans ma mairie. Je me suis battu pour ma vie» dit-il pour sa défense. Pour ces faits, Barthélémy DIAS a été condamné, en première instance, le 16 février 2017 «pour coups mortels» à deux ans de prison, dont six mois fermes. Il s’estime avoir tiré en légitime défense.
En dehors de ces questions criminelles ou de prédation sexuelle, l’un des problèmes important dans le jeu politique, est la place de l’argent aussi bien au niveau national que local. Les maires nouvellement élus vont être confrontés à différents parasites ou quémandeurs. C’est aux actes, et non aux beaux discours, qu’il faudra juger un homme politique.
Bonne chance au Sénégal !

Paris, le 27 janvier 2022, par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

«Le président Macky SALL : comment évaluer le résultat des municipales du 23 janvier 2022 au Sénégal ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/ 
«Le président Macky SALL : comment évaluer le résultat des municipales du 23 janvier 2022 au Sénégal ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/ 
«Le président Macky SALL : comment évaluer le résultat des municipales du 23 janvier 2022 au Sénégal ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/ 
«Le président Macky SALL : comment évaluer le résultat des municipales du 23 janvier 2022 au Sénégal ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/ 
«Le président Macky SALL : comment évaluer le résultat des municipales du 23 janvier 2022 au Sénégal ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/ 
Partager cet article
Repost0
24 janvier 2022 1 24 /01 /janvier /2022 18:19
«Élections locales au Sénégal : la déferlante des partisans de SONKO et Maître Malick SALL a terrassé Farba N’GOM dans le Fouta-Toro» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

Le résultat des élections locales du 23 janvier 2022 a sonné pour la majorité présidentielle comme un tremblement de terre, un tsunami. Les résultats obtenus par l’opposition ont largement dépassé leurs espérances et de grandes villes sont tombées sous leur escarcelle. Ainsi, Ousmane SONKO, celui qui avait provoqué des émeutes, à la suite d’un scandale sexuel dans un salon de massage, a été élu maire de Ziguinchor, dans le Sud du Sénégal, une région martyrisée par des autonomistes depuis 1982. A Dakar, la capitale, c’est Barthélémy DIAS, un allié de l'opposant Ousmane SONKO, qui a remporté la victoire face à Abdoulaye DIOUF SARR, Ministre de la santé. «Yewwi Askan WI» (Réveiller le peuple), une coalition de l’opposition radicale, a remporté d’autres villes, comme Guédiawaye avec Ahmed HAIDARA de la coalition YAW, en battant le maire sortant, M. Aliou SALL, le frère du chef de l’Etat ou à Kaolack, Kaffrine. A Yeumbeul Sud, Amadou HOTT de la majorité présidentielle, qui convoitait le poste de premier ministre, a mordu la poussière. A Sangalkam, où se présentait Oumar GUEYE, porte-parole du gouvernement, c’est la défaite de la majorité présidentielle.

En revanche, dans plusieurs villes les résultats restent encore incertains ou disputés, comme c’est le cas à Kaolack, Saint-Louis, Thiès, pour Yankhoba DIATTARA, ou à Rufisque pour le professeur Ismaila Madior DIOUF, universitaire et ancien Ministre de la Justice.

Même si ce sont des élections strictement locales ; elles ont une signification politique nationale. C'est incontestablement un avertissement sans frais pour le président Macky SALL. Le Sénégal comptant 571 collectivités locales, 14 régions, 172 communes, dont 46 communes d'arrondissement et 385 communes rurales, ce scrutin mesure donc la température politique, avant les législatives de juin 2022 et de la présidentielle de 2024. Les résultats sont une lourde défaite politique pour le président Macky SALL.

Cependant, et dans cette bérézina pour le camp président, il y avait un mousquetaire du président Macky SALL, à Matam, en la personne de Malick SALL et ses équipes, notamment les professeurs Abdoulay Baïla N’DIAYE et Harouna BAL. Un des points chauds de cette compétition électorale était l’élection du maire à la commune rurale de Ogo. Le griot, Farba N’GOM, qui croyait que cette zone serait son «titre foncier» a mordu la poussière. C’est finalement, Abou DIALLO BALEL de Naforé, qui a été élu maire de Ogo, au détriment de Amadou KANE DIALLO soutenu par Farba N’GOM..

Par conséquent, maître Malick SALL Garde des Sceaux Ministre de la Justice, a terrassé Farba NGOM. En effet, dans la commune de Ogo, la «NAFORé» (Utilité), conduite par Abou DIALLO BALEL, est en tête à Bélinaïdé, Danthiady, Dendoudy, Galayabé, Garly, Hamarabé, Hombo et Sinthiou Garba et a gagné au final dans un résultat serré avec un écart de 286 voix. Il faut dire que le maire sortant, Amadou Abou DIALLO, qui a été battu, est arrivé en tête à Boguel, Gana Ballol, Hiraye, Lambanguou, Léwé Nguenar, Loumbol, Ogo, Thiambé et Wassakodé. Amadou Amadou DIALLO, dans un combat loyal, a résisté, mais il a perdu. Amadou KANE DIALLO a été tout de même un beau joueur ; dans un communiqué, l’ancien maire a reconnu sa défaite et félicité, Abou DIALLO BALEL.

J’ajouterai à cela, comme un Lion du Fouta-Toro, maître Malick SALL a fait gagner à Kanel la liste «Buntu-Bi» (La porte), au détriment de Souleymane Nasser NIANE et du Candidat de Benno, limogé du cabinet de maître SALL. A Nabadji, le candidat de la coalition de Benno Bokk Yakar (S’unir pour l’Espérance), Abdoulaye Sally SALL a été sauvé par Me SALL. Thilogne, Mamadou Elimane KANE, candidat de «Buntu-Bi» (un parti de la mouvance présidentielle), a gagné grâce à maître SALL. A Ranérou, en particulier, «Buntu-Bi», liste conduite par Amadou Dawa DIALLO, un allié de Maître Malick SALL, a gagné pour la mairie et le département au détriment des candidats de Benno, des inconditionnels de Farba N’GOM.

En tout cas, un grand bravo à maître Malick SALL et à ses équipes, notamment les professeurs Abdoulaye Baïla NDIAYE, de l’IFAN et Harouna BAL dit Chita, de l’Université de Thiès.

Quels enseignements faudrait-il tirer de ces élections locales ?

C'est un séisme politique au Sénégal. Le Sénégal est bien un «Grand petit pays» en référence au titre de mon 3ème livre. En cas de désaccord, ce sont les électeurs qui décident. Et tant mieux comme cela. Les Sénégalais ont voté dans la transparence, le calme et la sérénité, les débordements, à la marge, ont été maîtrisés. Le résultat des élections, aussi bien pour les gagnants que pour les perdants, a été accepté par tous, dans la paix, même dans les cas où le scrutin était très serré.

Un des grands enjeux de ces élections qui sont avant tout locales, est de rééquilibrer ces rapports entre les villes et les campagnes. Au Sénégal, un pays rural, plus d’un tiers de la population est concentrée dans la région de Dakar. Cet afflux des populations rurales ne cesse de se développer en raison des fortes chaleurs pendant le Ramadan, d’importantes masses de populations fuient du Fouta-Toro vers Dakar ou M’Bour, où les températures sont plus clémentes. Or cette forte concentration urbaine génère de redoutables problèmes, en termes d’infrastructures, de besoins scolaires, en énergie et eau, de sécurité, de canalisations ou d’espaces de respiration (absence de parcs et jardins). La campagne se vidant de ses paysans, cela creuse également le déficit alimentaire du Sénégal.

Le président Macky SALL en développant des infrastructures étendues à l’ensemble du territoire national et avec maintenant le TER désengorgeant Dakar, le temps n’est pas venu de poser un schéma de «La ville à la campagne». Maintenant que les déplacements étant plus faciles sur le territoire sénégalais, désormais on peut vivre en grande banlieue, ou M’Bour, et venir travailler à Dakar. Cela pourrait baisser le prix du loyer ou des maisons dans les grandes villes et favoriser la création de parcs et jardins, ainsi que la libération d’une partie du littoral, pour tous.

Par ailleurs, toutes les collectivités locales sont confrontées à un terrible manque de moyens financiers, de personnels compétents, à une très bonne gestion des deniers publics. L’Etat civil n’est pas souvent rigoureusement tenu et les archives quasi inexistantes. Je ne parle pas des canalisations, de l’éclairage ou l’entretien de la voie publique, ainsi que le traitement des déchets et ordures ménagères. Il faut dire que les écoles sont essentiellement entretenues, non pas par l’Etat, particulièrement défaillant, mais par les villageois.

Sur le plan politique, et en vue du rétablissement du poste de premier ministre, les grands enjeux restent avant tout la place de la jeunesse, de sa formation professionnelle, de l’agriculture et d’un début de l’industrialisation du pays. Un nouveau gouvernement et une nouvelle équipe au service de ce Sénégal neuf et de plus en plus exigeant comme le montre ces municipales, un avertissement sans frais.

Il n’a échappé à personne que le président Macky SALL n’a pas de parti structuré ; il est lui-même et à lui tout seul son parti, et ses alliés, comme le Parti socialiste ou l’AFP sont devenus presque sans consistance. Il est grand de reconstruire et d’unifier une grande force de centre gauche, structurée, avec un logiciel politique audible et pertinent, ainsi que des militants disciplinés et combattifs. Des griots milliards, bavards et nocifs ont terni la bonne image du gouvernement.

La place de l’argent dans le jeu politique reste une préoccupation majeure. L’argent a tout pourri. En effet, à chaque compétition, de nombreux parasites viennent carrément rançonner tous les candidats, majorité et opposition. Ces quémandeurs reviennent par la suite «terroriser» le nouvel élu, au motif prétendu qu’ils auraient voté pour lui.  A quand la fin des achats de conscience ?

Paris, le 23 janvier 2022 par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

«Élections municipales et départementales au Sénégal : la déferlante des partisans de SONKO et Maître Malick SALL a terrassé Farba N’GOM dans le Fouta-Toro» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Élections municipales et départementales au Sénégal : la déferlante des partisans de SONKO et Maître Malick SALL a terrassé Farba N’GOM dans le Fouta-Toro» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Élections municipales et départementales au Sénégal : la déferlante des partisans de SONKO et Maître Malick SALL a terrassé Farba N’GOM dans le Fouta-Toro» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Élections municipales et départementales au Sénégal : la déferlante des partisans de SONKO et Maître Malick SALL a terrassé Farba N’GOM dans le Fouta-Toro» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Élections municipales et départementales au Sénégal : la déferlante des partisans de SONKO et Maître Malick SALL a terrassé Farba N’GOM dans le Fouta-Toro» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Élections municipales et départementales au Sénégal : la déferlante des partisans de SONKO et Maître Malick SALL a terrassé Farba N’GOM dans le Fouta-Toro» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Élections municipales et départementales au Sénégal : la déferlante des partisans de SONKO et Maître Malick SALL a terrassé Farba N’GOM dans le Fouta-Toro» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Élections municipales et départementales au Sénégal : la déferlante des partisans de SONKO et Maître Malick SALL a terrassé Farba N’GOM dans le Fouta-Toro» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Élections municipales et départementales au Sénégal : la déferlante des partisans de SONKO et Maître Malick SALL a terrassé Farba N’GOM dans le Fouta-Toro» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Élections municipales et départementales au Sénégal : la déferlante des partisans de SONKO et Maître Malick SALL a terrassé Farba N’GOM dans le Fouta-Toro» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Élections municipales et départementales au Sénégal : la déferlante des partisans de SONKO et Maître Malick SALL a terrassé Farba N’GOM dans le Fouta-Toro» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Élections municipales et départementales au Sénégal : la déferlante des partisans de SONKO et Maître Malick SALL a terrassé Farba N’GOM dans le Fouta-Toro» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Élections municipales et départementales au Sénégal : la déferlante des partisans de SONKO et Maître Malick SALL a terrassé Farba N’GOM dans le Fouta-Toro» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Élections municipales et départementales au Sénégal : la déferlante des partisans de SONKO et Maître Malick SALL a terrassé Farba N’GOM dans le Fouta-Toro» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Élections municipales et départementales au Sénégal : la déferlante des partisans de SONKO et Maître Malick SALL a terrassé Farba N’GOM dans le Fouta-Toro» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Élections municipales et départementales au Sénégal : la déferlante des partisans de SONKO et Maître Malick SALL a terrassé Farba N’GOM dans le Fouta-Toro» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Élections municipales et départementales au Sénégal : la déferlante des partisans de SONKO et Maître Malick SALL a terrassé Farba N’GOM dans le Fouta-Toro» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Élections municipales et départementales au Sénégal : la déferlante des partisans de SONKO et Maître Malick SALL a terrassé Farba N’GOM dans le Fouta-Toro» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Élections municipales et départementales au Sénégal : la déferlante des partisans de SONKO et Maître Malick SALL a terrassé Farba N’GOM dans le Fouta-Toro» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Élections municipales et départementales au Sénégal : la déferlante des partisans de SONKO et Maître Malick SALL a terrassé Farba N’GOM dans le Fouta-Toro» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Élections municipales et départementales au Sénégal : la déferlante des partisans de SONKO et Maître Malick SALL a terrassé Farba N’GOM dans le Fouta-Toro» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Élections municipales et départementales au Sénégal : la déferlante des partisans de SONKO et Maître Malick SALL a terrassé Farba N’GOM dans le Fouta-Toro» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Élections municipales et départementales au Sénégal : la déferlante des partisans de SONKO et Maître Malick SALL a terrassé Farba N’GOM dans le Fouta-Toro» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Partager cet article
Repost0
20 janvier 2022 4 20 /01 /janvier /2022 18:40
«Municipales au Sénégal, la Guerre de Matam aura bien lieu : Abou DIALLO BALEL en challenger à Ogo, pour la Probité et le Bien commun» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Dans un précédent article, je vous relatais les enjeux des locales (municipales et départementales) au Sénégal du dimanche 23 janvier 2022, l’éparpillement des candidatatures, y compris dans le camp présidentiel où foisonnent des listes «concurrentes» ou «complémentaires». On connaissait les rudes batailles pour certaines grandes villes comme Dakar, Saint-Louis, Kaolack, Thiès et surtout Ziguinchor.
Dans la région de Matam, la lutte fratricide se concentre autour de la commune de Ogo et des listes départementales. En particulier, à Ogo, capitale du N’Guénar, dans la région de Matam, au Fouta-Toro, Amadou Abou DIALLO, actuel maire sortant, homme d’affaires et agent immobilier, ayant patrimonialisé une bonne partie des terres de sa commune, avec des conflits graves d’intérêts, se représente à sa succession, en dépit de tout bon sens. La commune avait dû mal à s’acquitter de ses différentes factures, notamment d’électricité, et les différents projets d’envergure votés et débloqués, à 50 millions de FCA, soit 76 346 €, (postes de santé à Diandioly et Bélinaïdé), tardent encore à voir jour. En revanche, diverses délibérations avec attribution d’importants lots de terre, y compris au maire en exercice, Amadou Abou DIALLO, en violation grave de la réglementation, sont vite mises en œuvre. Cette gestion manquant, manifestement, de toute probité du maire sortant, a déjà été dénoncée par les populations, elles-mêmes, et bien avant cette bataille électorale du 23 janvier 2022 : «Depuis les dernières élections locales, l’histoire de la commune est ponctuée de haine et d’humiliation. (…). La racine du mal se trouve bien dans notre sol, dans notre terreau politique puant et putréfié de convoitises, de corruption et de lâchetés ; un pouvoir injuste, étouffant toute la population de la commune au lieu de la servir et de la protéger» disait déjà, en 2016,  «un collectif pour la défense des intérêts de la commune de Ogo», dans le journal «Le Ferloo», édition du 26 mai 2016.
En raison de cette contestation très sérieuse du bilan négatif du maire sortant, une autre candidature a émergé, celle de Abou DIALLO BALEL, originaire de Diandioly, membre fondateur de l’Alliance pour la République au Gabon et son généreux bienfaiteur. Je rappelle que son village, Diandioly, est l’un des plus anciens de la région de Matam. Le village de Diandioly est fondé vers 1354 ; ses habitants, des guerriers, en conflit avec le Satigui, Soulèye N’DIAYE, un roi Déniyanké, quittèrent Orkodiéré, pour s’y installer.
Dans cette bataille autour de la commune de Ogo, dans la région de Matam, deux poids lourds de la majorité présidentielle sont face à face : Farba N’GOM, maire de Agnam et maître Malick SALL, Garde des Sceaux, Ministre de la Justice.
En homme loyal, et particulièrement discipliné à l’égard du chef de l’Etat, maître Malick SALL, initialement candidat pressenti du parti et candidat des populations de la commune de Ogo, s'est désisté pour  mettre le Président Macky SALL à l'aise. Pourtant, Maître Malick SALL, Garde des Sceaux, Ministre de la Justice, homme d’une grande intégrité et probité et particulièrement généreux à l’égard des populations défavorisées du Fouta-Toro, aurait pu être un maire idéal à Ogo, au regard des dérives graves constatées à l’encontre du maire sortant, Amadou Abou DIALLO. En effet, l’honneur de la Politique, contrairement à ce maire sortant qui veut se servir, Maître Malick SALL a pour crédo de servir loyalement, dans la compassion, et en toute probité, les populations foutankaises. En particulier, Maître Malick SALL a pour ambition de soulager les Foutankais des difficultés auxquelles ils sont confrontés, et non pas d’en rajouter.
Il était convenu, après le retrait de la candidature de maître Malick SALL à la commune de Ogo, que ses partisans soient représentés dans les listes à constituer. Or et de façon particulièrement surprenante et fourbe, Farba N’GOM, maire de Agnam, transformant le Fouta-Toro en «titre foncier», et dans une grande cupidité, s’est attribué la part du lion, dans la répartition des postes au sein des listes. Alors que sa commune ne représente qu’une population estimée de 26 000 habitants, la ville-centre de Ogo, à elle seule, recense 23 000 habitants, Farba NGOM a attribué 24 des 66 postes éligibles de la liste départementale, à ses partisans. L’ensemble de la communauté rurale de Ogo est composée de 36 villages et 8 hameaux, pour une population totale d’environ de 40 000 habitants. En effet, Farba NGOM, dans une démarche punitive, a relégué, très loin et à des places non éligibles, les amis de Maître Malick SALL
Par ailleurs, non content de s’être attribué la part léonine, dans ses coups de griffe saignants et sanguinolents, Farba N’GOM, maire de AGNAM, griot et milliardaire, en violation manifeste de la solidarité gouvernementale, a déterré, fort déloyalement et publiquement, la hache de guerre, par des attaques publiques, tendancieuse, mensongères, calomnieuses et déloyales, contre le Garde des Sceaux, Ministre de la Justice, maître Malick SALL.  «Me Malick Sall a trahi la coalition Benno Bokk Yaakaar pour les Locales en soutenant des listes parallèles, en l’occurrence celles de l’Union citoyenne «Bunt Bi» qui s’opposent à BBY dans le département de Matam. En tant que ministre qui représente la région au niveau du gouvernement, il devrait soutenir la liste de Macky Sall. Il n’est pas candidat et, donc, il devait appuyer ceux qui sont choisis par notre leader» déclare honteusement, Farba NGOM. La maire de Agnam, devenu un boulet pour l’équipe gouvernementale, a donc une relation particulièrement distendue à l’égard de la Vérité.
En revanche, et en dépit de ces attaques, en dessous de la ceinture, Maître Malick SALL, au-dessus la mêlée, resté digne, a adopté une attitude distanciée et pleine d’humour : «N’accuse pas le puits d’être trop profond ; c’est ta corde qui trop courte» dit un proverbe indien, que Maître Malick SALL a repris à son compte. Comme l’a fait remarquer, notre ami Samba Alassane THIAM, un énarque de Ouro-Sogui, si les 10 maires sortant de la région de Matam, avaient un bon bilan, pourquoi s’attaquer à Maître Malick SALL, qui ne se présente pas aux municipales de Ogo ? De quoi donc a peur Farba NGOM, maire de Agnam, à la veille des élections départementales et municipales du 23 janvier 2022 ?  En effet, Maître Malick SALL est resté particulièrement concentré sur les missions que lui a confiées le Chef de l’Etat, à savoir le rétablissement du poste de Premier ministre ainsi que la Présidence, par M. Macky SALL, de l’Union africaine.
«La guerre de Troie n’aura pas lieu», tel est le titre d’une pièce de théâtre de Jean GIRAUDOUX (1882-1944), jouée pour la première fois le 22 novembre 1935. A la veille de la Deuxième mondiale, Jean GIRAUDOUX voulait attirer sur cette classe politique vérolée par la duplicité, l’instrumentalisation et les manipulations. A Ogo, le mandat de Amadou KANE DIALLO, fait de cupidité, n’a pas été glorieux. L’attitude déplorable de Farba NGOM appelle à une sévère sanction à ces municipales.
Aussi, Maître Malick SALL vous invite à voter dans la commune de Ogo, pour l’alternance et donc le changement, en faveur de la liste conduite par M. Abou DIALLO BALEL. Maître Malick SALL vous appelle aussi à voter, très massivement pour la liste départementale «Bunt Bi» conduite par M. Ibrahima AGNE de Gawol, dans le «Daandé Maayo».
Par conséquent, l’enjeu majeur est, non seulement de mettre fin à la cupidité et à l’incompétence du maire sortant, mais surtout de faire gagner, à la  commune de Ogo, M. Abou DIALLO BALEL le dimanche 23 janvier 2022, autour  de projets innovants :
-Une gestion transparente et honnête de la commune de Ogo ; l’argent public, au lieu d’enrichir les élus, doit être bien géré et employé pour des projets audacieux et innovants, afin d’améliorer les conditions de vie des populations ;
- Les terres spoliées aux populations doivent être restituées pour l’agriculture, l’habitat, contre la spéculation foncière et la défense de la nature, contre l’avancée du désert ;
- La fin des abris provisoires dans les écoles et une rénovation de celles-ci ;
- La concertation et l’avis des populations sur les projets innovants ;
-   Un service d’Etat civil bien archivé, dématérialisé et rigoureusement bien tenu, avec des personnels bien formés, compétents et disponibles pour les populations, de façon très désintéressée ;
-    L’hydraulique rurale, l’hydrologie ainsi qu’une meilleure répartition spatiale des populations au sein de la commune de Ogo, face au manque d’espace de Ouro-Sogui, capitale économique du Fouta-Toro ; le désenclavement des communautés rurales ;
 
-   Une meilleure couverture sanitaire, la formation et le retour à l’emploi au moment où les frontières en Europe se referment, pour un Fouta-Toro, jusqu’ici terre par excellence d’immigration ;
 
-    La chaîne du froid, les énergies renouvelables comme le solaire.
Aussi, je vous demande de bien vouloir réserver un accueil triomphal à Maitre SALL, dès le vendredi 21 janvier 2022 dans la région de Matam, en vue du Grand changement, le dimanche 23 janvier 2022 en faveur de Abou DIALLO BALEL à la tête de la commune de Ogo.
Paris, le 20 janvier 2022 par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr
 
 
«Municipales au Sénégal, la Guerre de Matam aura bien lieu : Abou DIALLO BALEL en challenger à Ogo, pour la Probité et le Bien commun» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Municipales au Sénégal, la Guerre de Matam aura bien lieu : Abou DIALLO BALEL en challenger à Ogo, pour la Probité et le Bien commun» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Municipales au Sénégal, la Guerre de Matam aura bien lieu : Abou DIALLO BALEL en challenger à Ogo, pour la Probité et le Bien commun» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Partager cet article
Repost0
21 août 2021 6 21 /08 /août /2021 10:58
«Une candidature souhaitable et attendue de maître Malick SALL Garde des Sceaux aux municipales, à la commune d'Ogo» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Les élections locales, au Sénégal, auront lieu finalement le 23 janvier 2022. C'est à titre que la candidature de maître Malick SALL, Garde des Sceaux Ministre la Justice, est souhaitée et fortement attendue pour la commune de Ogo.
Maître Malick SALL est le plus que légitime pour briguer le mandat de maire à Ogo, en raison notamment du fait que c'est un poids de l'équipe du président Macky SALL. Il l'a montré aux dernières élections présidentielles, comme lors de la tournée triomphale récente du président Macky SALL, ce pharaon des temps modernes, avec un slogan «Fouta-Toro Fofti». Les habitants de Danthiady ont été particulièrement honorés, et ce n'était pas prévu, que le président Macky SALL s'arrête à Danthiady, une grande marque d'estime et de considération, mais aussi de reconnaissance de la qualité des services de maître Malick SALL au sein de l'équipe gouvernementale. En définitive, comme le dit un proverbe peul, «Ko Diom Borrou lopata Borrou Moum» en d’autres termes, il faudrait rendre à César ce qui est à César.

Il n'est pas inutile de rappeler, et bien avant son entrée au gouvernement, les éminentes qualités personnelles et morales de maître Malick SALL, et donc l'attention particulière qu'il porte aux personnes les plus démunies, notamment du Fouta-Toro ; tout cela augure de bonnes dispositions, si maître Malick SALL se présentait, dans sa grande compassion, pour qu’il devienne un maire attentif et attentionné aux besoins des populations, l’Homme qu’il faut, à la place qu’il faut.
A mon sens, et en raison de son sérieux et de sa rigueur maître Malick SALL, s'attachera, s'il était confirmé dans ses fonctions de candidat de la majorité présidentielle pour la commune de Ogo, de s'entourer d'une équipe qui rassemble et ressemble aux habitants de cette localité, en se fondant sur des critères de compétence, de probité, de compassion et de bonne gouvernance.
Une des fortes attentes est que les services soient dotés en personnels suffisants, compétents, pour une gestion rigoureuse de l'état civil, bien archivé et dématérialisé, une administration locale efficace, professionnalisée, rigoureuse et au service de tous.
Dans son grand professionnalisme, maître Malick SALL s'attachera à élaborer un projet audacieux, réaliste et co-construit avec les populations, notamment autour de divers questions encore non bien résolues :
- la gestion des terres, dans le respect du périmètre territorial de Ogo, afin de les mettre à disposition des agriculteurs, et une lutte, sans merci, contre la spéculation foncière ;

- la défense de l'environnement, dans une commune rurale marquée par un déficit pluviométrique et une avancée du désert (programme local de boisement renforcé, bassins de rétention d'eau ; limitation de l'usage du bois notamment pour les clôtures des champs ou la cuisine ; agriculture bio renforcée, énergie solaire, etc.) ;
- maintien du périmètre actuel de la commune de Ogo, avec un enjeu de bonne gouvernance et une saine gestion des ressources locales, sans conflit d'intérêts.
Nous poussons tous très fort pour que maître Malick SALL, Garde des Sceaux Ministre la Justice, se présente à ces élections communales à Ogo.
Paris le 20 août 2021 par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

 

«Une candidature souhaitable et attendue de maître Malick SALL Garde des Sceaux aux municipales, à la commune d'Ogo» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Une candidature souhaitable et attendue de maître Malick SALL Garde des Sceaux aux municipales, à la commune d'Ogo» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Une candidature souhaitable et attendue de maître Malick SALL Garde des Sceaux aux municipales, à la commune d'Ogo» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Une candidature souhaitable et attendue de maître Malick SALL Garde des Sceaux aux municipales, à la commune d'Ogo» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Une candidature souhaitable et attendue de maître Malick SALL Garde des Sceaux aux municipales, à la commune d'Ogo» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Une candidature souhaitable et attendue de maître Malick SALL Garde des Sceaux aux municipales, à la commune d'Ogo» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Une candidature souhaitable et attendue de maître Malick SALL Garde des Sceaux aux municipales, à la commune d'Ogo» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Partager cet article
Repost0

Liens