Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de BA Amadou Bal, Paris 19ème ISSN 2555-3003 (BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE France B.N.F GALLICA. Http://baamadou.overblog.fr/
  • : Ce blog personnel de M. Amadou Bal BA est destiné à l'échange en politique, littérature, histoire, faits de société et le bien-vivre ensemble. Google News BIBLIOTHEQUE NATIONALE DE FRANCE ISSN 2555-3003 BNF GALLICA. Http://baamadou.overblog.fr/
  • Contact

Recherche

29 août 2021 7 29 /08 /août /2021 15:56
«Transition au Mali : le premier ministre Choguel MAIGA a rencontré les partis politiques» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Le vendredi 27 août 2021, le premier ministre, Choguel MAIGA, a rencontré les représentants des partis politiques, pendant plus de 5 heures. Il est normal que les partis politiques, concourant au suffrage universel, soient concertés. Le succès de la transition dépendra, en large partie, de l'adhésion des Maliens aux orientations données à la Transition. M. Choguel MAIGA, sur un ton mesuré, calme, ouvert au dialogue et constructif, a conduit les débats de façon sereine. Pour le premier ministre, M. MAIGA, le consensus n'est pas l'unanimité. Mais la minorité ne peut pas tout bloquer, au seul motif qu’elle serait en désaccord sur certains points en discussion. Par conséquent, ceux qui ont des désaccords peuvent formuler des propositions, afin de faire avancer le débat.
Plusieurs questions ont fusé, durant un débat passionné, mais respectueux.
Les délais, si contraints, seront-ils tenus ? Certains disent qu'il ne faudrait pas bâcler ou transiger sur la transition ; en d'autres termes un travail en profondeur devrait être mené, en prenant le temps nécessaire. D'autres estiment que le Mali a déjà tenu suffisamment diverses rencontres de concertation et de dialogue, il n'y aurait qu'à les appliquer.
Quelle sera valeur juridique des conclusions des Assises de la Refondation, dans la hiérarchie des normes ; les décisions en émanant seraient-elles supérieures aux normes constitutionnelles ?
Faudrait-il rationaliser le nombre des partis politiques (200) au Mali et introduire une dose de proportionnelle dans le système électoral ? Il n'y a pas de petits ou grands partis. Chacun a vocation à faire entendre sa voix.
Est-ce que les membres des organes de transition (président ou premier ministre) pourront se présenter aux élections présidentielles de février 2022 ? Une question sensible et redoutable.
Le Premier ministre a tenu, d'emblée, à rappeler que les dignitaires de l’Ancien régime «ne seront pas jugés non pas sur ce qu'ils ont été, mais sur ce qu'ils ont fait». Il n'y aura donc pas de règlement de comptes ou de chasse aux sorcières.
La transition doit durer normalement 18 mois (31 octobre 2020 : élection référendaire ; 21 décembre 2020 : élections locales ; 17 février 2022 : 1er tour des présidentielles et des législatives regroupées). Or, à ce jour, dans ce schéma de la transition, 12 mois se sont déjà écoulés, et il n'en reste donc que 6. Aussi, les échanges ont porté sur la sécurité, l'organe unique de gestion des élections, les délais de transition et les Assises de la Refondation, qui pourraient se tenir fin septembre 2021 ou début octobre 2021.
Le thème du besoin de sécurité fait consensus au sein de la classe politique ; même s'il y a des appréciations divergentes sur les causes de l'insécurité, l'essentiel étant de s'atteler à un retour pour une paix durable.
Par ailleurs, il existe une aspiration profonde à la Justice et à une stabilité du pouvoir politique afin de résoudre, durablement, tous les maux gangrénant, structurellement, la société malienne.
Pour les membres du comité stratégique du M5 RFP, en 2020, des orientations ont été dégagées, et donc M. Choguel MAIGA, devenu premier ministre de transition, ne se dédira pas ; il dit ce qu'il fait et fait ce qu'il dit, à savoir :
- une gouvernance vertueuse ;
- des réformes politiques, administratives et institutionnelles profondes ;
- des élections transparentes et crédibles ;
- l'émergence de valeurs éthiques et morales, pour une bonne gouvernance ;
- la consolidation d'un État de droit ;
- l'amélioration, substantielle, des conditions de vie de la population, notamment pour les plus défavorisés, dans une démarche inclusive.
Pour le M5 RFP, si certaines questions font consensus, d'autres épineuses et clivantes, ne pourront être tranchées, de façon durable et acceptable, par la classe politique, que par l'organisation d'assises nationales. Il s'agit notamment :
- découpage administratif ou électoral. Ainsi, en l'état actuel de la situation, et dans le Nord, des zones, avec seulement 10 000 habitants, pourraient avoir 3 ou 4 députés, alors que dans d'autres circonscriptions, il faut, au moins, 600 000 habitants pour 1 député. Cela n'est ni acceptable, ni équitable.
- instaurer une carte biométrique, afin de lutter, efficacement, contre les fraudes électorales.
- et rationaliser le nombre des partis politiques, actuellement au nombre de 200.
En définitive, les Africains, en particulier, les Maliens, depuis les indépendances oscillent entre espoir, colère, ressentiment et scepticisme, à l’égard de la classe politique. En effet, les bourgeoisies nationales africaines, régnant souvent sur de micros entités, ont fait de l’Etat une vache à lait, un délicieux gâteau, pour s’enrichir vite. Qu’importe les belles et mirobolantes promesses, une fois au pouvoir, celles-ci sont souvent vite oubliées, la cupidité refaisant surface ; aussi, la classe politique africaine est largement discréditée.
M. Choguel MAIGA, premier ministre de transition, longtemps handicapé par l’étiquette de dinosaure de la politique, en raison de sa proximité avec le général Moussa TRAORE (1936-2020), rudement concurrencé, un certain temps, par Soumaïla CISSE (1949-2020), a eu la grande intelligence, de se refaire une jeunesse, et de renaître ainsi de ses cendres, tel un phénix. Son mouvement M5 FPR de juin 2020, alors que personne ne l’attendait, a su déboulonner, par une résistance pacifique, comme un Martin Luther KING (1929-1968), l’indolent et le discrédité, président Ibrahima Boubacar KEITA. La victoire de M. Choguel MAIGA a été volée, un certain temps, par les militaires, du fait du coup de force du 18 août 2020. Mais M. Choguel MAIGA, en raison de ses propositions émanant des aspirations profondes du peuple malien, est devenu une personnalité incontournable. Depuis qu’il a été nommé premier ministre de transition, le 7 juin 2020, M. Choguel MAIGA, dans le cadre d’un calendrier de transition, déjà validé, de 18 mois, n’a pas dévié de sa ligne et de ses propositions.
En dépit de ces éloges, fondés sur des faits tangibles, à l’égard de M. Choguel MAIGA, «Il ne faut pas vanter les mérites de la nuit, avant qu’il ne fasse jour» nous disait mon arrière-grand-mère, Dourma LY. Tout observateur attentif et honnête, pour l’instant, à travers ce qu’il dit et ce qu’il fait, M. Choguel MAIGA inspire confiance et fait renaître l’espoir et l’espérance.
Cette rencontre du 27 août 2021 de M. MAIGA avec les partis politiques, a été émaillée de débats passionnés, mais sereins, riches et centrés sur l’intérêt de son pays.
Plein succès à M. MAIGA dans cette transition, dans l’intérêt des Maliens !
Paris, le 29 août 2021 par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

 

«Transition au Mali : le premier ministre Choguel MAIGA a rencontré les partis politiques» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Transition au Mali : le premier ministre Choguel MAIGA a rencontré les partis politiques» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Partager cet article
Repost0
2 août 2021 1 02 /08 /août /2021 12:20
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Nommé premier ministre de transition le 7 juin 2021, M. Choguel MAIGA est venu, le vendredi 30 juillet 2021, livrer sa vision de la transition, avec «un sens des responsabilités et une exigence de l’engagement» dit-il. Le Mali se trouvant à la croisée des chemins, «il faudrait déblayer la voie pour prendre le chemin du salut. Depuis plus d’une décennie le sort n’a cessé de s’acharner contre nous» dit M. MAIGA. «La gravité de la situation exige des pratiques nouvelles, une rupture avec le passé, l’exemplarité dans les actes et les comportements» aussi bien pour les gouvernants que les gouvernés dit M. MAIGA. Il est temps prendre en compte l’aspiration légitime des Maliens au changement.
Le plan d’action est décliné en 9 objectifs, assortis d’un chronogramme de mise en œuvre, avec un coût de 2050 360 000 000 FCA, soit 313 032 061 € (sécurité, politique, social). «Le Mali est un grand malade, nécessitant une thérapie de choc» dit le docteur Choguel MAIGA, faisant appel ainsi à des termes médicaux. Aussi, devant le Conseil national de transition M. Choguel MAIGA, premier ministre, a dégagé un plan d’action de transition inspiré par quatre orientations majeures.
1er axe : Le renforcement de la sécurité sur toute l’étendue du territoire malien
Les séquelles de l’invasion demeurent encore (extrémisme, terrorisme, insécurité). Par suite, il existe «une aspiration profonde, à la quiétude, au bien-vivre ensemble» dit M. MAIGA. Le gouvernement s’engage à mettre tous les moyens matériels et humains nécessaires à la disposition des forces de sécurité. Les effectifs seront renforcés de «façon dense», leurs équipements modernisés, le parcours du recrutement amélioré, de meilleurs formations et entraînements, avec une stratégie de désarmement, de démobilisation et de réinsertion. Des opérations militaires d’envergure seront menées, sur l’ensemble du territoire national, avec un maillage dense, pour un retour de l’administration et des services sociaux dans les territoires.
M. MAIGA prône une relecture «intelligente et consensuelle», des accords d’Alger pour la paix et la réconciliation nationale, avec une «appropriation collective» et une dimension «inclusive». Une relecture de certaines dispositions, en raison de l’écoulement du temps, sera nécessaire.
2ème axe : Les réformes politiques et institutionnelles
Le Mali a besoin d’une profonde refondation, pour un retour à une vie constitutionnelle normale : «les réformes politiques et institutionnelles constituent l’épine dorsale du dispositif de transition, en raison de l’insatisfaction générale à l’encontre de l’Etat qui ne rassure pas, n’inspire pas confiance» dit M. MAIGA.
Par conséquent, il faudrait rénover en profondeur le cadre politique au Mali, notamment les textes fondamentaux, mais aussi doter le pays d’institutions fortes, légitimes permettant une stabilité politique.
Il sera organisé des «Assises nationales sur le refondation», mais ce n’est pas une assise de plus ; «ce cadre de dialogue s’appuiera sur les recommandations et résolutions des dernières années. L’approche consiste à donner la parole, sans censure. Les recommandations issues de ces assises seront exécutoires, aussi bien pour les autorités de transition que les pouvoirs à venir.» dit le premier ministre, M. MAIGA.
3ème axe : L’organisation d'élections générales transparentes, crédibles et inclusives
Les élections doivent être «transparentes, crédibles et inclusives, en vue de conduire à un ordre constitutionnel normal. Ces élections seront le baromètre de réussite de la transition, et conditionneront l’avenir de la démocratie malienne. Les élections ne sont pas un objectif en soi ; il faut les réhabiliter» dit M. MAIGA.
Il sera institué «un Organe unique de gestion des élections» au Mali. C’est une demande permanente formulée par la classe politique malienne. Cet organe politique posera les jalons politiques et institutionnels d’une réforme de la démocratie malienne.
Par conséquent, le système électoral doit aussi être réformé en profondeur, dans un cadre inclusif. Les réfugiés et les déplacés doivent pouvoir participer aux élections.
Par conséquent, le système électoral doit aussi être réformé en profondeur, dans un cadre inclusif. Les réfugiés et les déplacés doivent pouvoir participer aux élections.
Le calendrier de la transition, établi le 15 avril 2021, reste maintenu, à savoir :
  • 31 octobre 2021 tenue d’une élection référendaire ;
  • 26 décembre 2021, élections des conseillers communaux, régionaux, et du district de Bamako ;
  • Elections présidentielles et législatives couplées : 1er tour le 27 février 2022, et second tour les 13 et 20 mars 2022.
4ème axe : La promotion d’une bonne gouvernance et l’adoption d’un Pacte de stabilité
«Nous nous sommes engagés dans une gouvernance de rupture et d’exemplarité. Une lutte implacable sera engagée pour combattre la corruption et l’impunité, à la base de la déliquescence de l’Etat du Mali» dit M. MAIGA.
Il y aura des audits sur les biens mal acquis, des enquêtes sur les différents crimes et délits, notamment la répression en juin 2020, contre les manifestants.
Le train de vie de l’Etat malien sera réduit, pour dégager des marges de manœuvre financières en vue d’améliorer les conditions de vie des Maliens. Au minimum 100 milliards FCA (1 539 000 €) seront alloués aux secteurs prioritaires, notamment sociaux. Le gouvernement traitera toutes les formes de vulnérabilités.
En vue de plus de justice et d’équité, une conférence sociale sera convoquée, en concertation avec les différents acteurs sociaux. C’est «un exercice de recherche des causes profondes du malaise en vue d’aboutir un contrat social, pour des solutions ambitieuses et durables, tout en préservant les équilibres budgétaires de l’Etat» dit M. MAIGA.
Par conséquent la grille salariale de la fonction publique sera revalorisée, dans la poursuite du dialogue social. Les enseignants, dans le respect de l’équilibre budgétaires, ne seront pas oubliés. «Nos parents enseignants n’ont rien à craindre. L’article 39, je le dis solennellement, n’a pas été abrogé ; c’est un texte emblématique pour les forces du changement. Les primes et indemnités cumulés faisaient 1400 milliards de FCA (2 154 000 000 €), soit plus de la moitié du budget. Il faut dire le discours de la Vérité aux Maliens. L’article 39 va être maintenu. La grille salariale va être harmonisée. Cependant, 10% des enseignants n’ont pas constaté des augmentations de leur indice ; il faut chercher l’équité. Ces enseignants lésés verront des ajustements nécessaires. Les négociations sont en cours. Sans école, il n’y a pas de pays. Tout ce qui est raisonnablement possible de faire, sera fait, tout en disant la vérité, dans le respect des équilibres macroéconomiques. Notre pays tient, parce que nous disons la Vérité, dans l’équité» dit M. MAIGA.
En définitive, et pour l’instant, deux écueils ou doutes majeurs ont été levés ou contournés.
D’une part, et jusqu’ici, les différents coups d’Etat militaires en Afrique avaient confisqué le pouvoir politique, refusant le retour à la démocratie et la restitution du pouvoir aux civils. Depuis le 18 août 2020, date du coup d’Etat militaire, un semblant de démocratie, bien que sous la tutelle de l’armée, semble fonctionner au Mali, tant bien que mal, avec des espaces de liberté, de dialogue et de fonctionnement des institutions.
D’autre part, M. Choguel MAIGA, le tombeur du président indolent, M. Ibrahima Boubacar KEITA, à travers des manifestations pacifiques du 5 juin 2020, qui ont abouti à sa chute, ne s’est pas, pour l’instant, renié. Il fait ce qu’il dit, il dit ce qu’il fait. Cohérent, structuré dans son discours avec un diagnostic pertinent de la situation, le docteur Choguel MAIGA envisage un traitement de choc pour le Mali, confronté en permanence à des secousses depuis l'indépendance.
On connaît la profonde désaffectation des populations à l’égard des pouvoirs politiques, notamment par rapport aux objectifs posés (élections libres et transparentes, bonne gouvernance). A ce stade, les intentions et les actes posés semblent aller dans le bon sens. C’est dans la durée que l’on jugera aux actes concrets. «Je suis une aveugle, je ne vois que ce Je touche» disait mon arrière-grand-mère, Dourma LY.
Je souhaite donc au Mali et aux Maliens qu’ils retrouvent, enfin, le chemin de la paix, de la concorde et du bien-être. Les Maliens ont droit au Bonheur.
Paris, le 1er août 2021 par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
 
 
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Partager cet article
Repost0
8 juin 2021 2 08 /06 /juin /2021 07:41
«Mali : M. Choguel MAIGA premier ministre de transition, pour rupture totale, l’exemplarité, et l’inclusion» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Au Mali, le colonel Assimi GOITA, devenu président de transition, a nommé le 7 juin 2021, M. Choguel MAIGA, du Mouvement M 5 RFP, premier ministre.
Dans sa première déclaration, M. Choguel MAIGA a énoncé de grands principes concernant sa gouvernance qu’il veut de rupture totale, par l’exemplarité positive. M. MAIGA s’engage pour une transition inclusive ; aucun Malien ne sera laissé au bord de la route. Son gouvernement a pour ambition de faire de la Politique au sens noble du terme. En effet, la Politique est pour lui, au sens où l’entendait Aristote, la poursuite du Bien commun. La crise qui frappe les sociétés africaines est avant tout celle des valeurs, de l’éthique et de la bonne gouvernance. Gouverner pour servir, afin d’améliorer les conditions de vie des populations, et non se servir ; telle est l’exigence fondamentale de notre temps.
Ingénieur des télécommunications de profession, proche du général Moussa TRAORE (1936-2020) un militaire qui avait renversé Modibo KEITA (1915-1977), M. Choguel MAIGA est doté d’une expérience et d’un sens politique. Comme je le dis souvent, la Politique ce n’est pas une question de diplômes, c’est avant tout un véritable Art. Choguel MAIGA doit sa survie antérieurement, et maintenant à son triomphe en qualité de premier ministre, sa vision d’un Mali de paix, indépendant, mais ouvert aux autres, sa résilience, sa capacité d’écoute et de dialogue, ainsi que sa grande sérénité, devant les agitations stériles. Ce sont là d’éminentes qualités d’homme d’Etat qui sont des viatiques pour un succès. En effet, initialement membre de l'Union nationale des jeunes du Mali, il a été Ministre de l’Industrie et du Commerce de 2002 à 2007, puis Ministre de l’Economie numérique, de l’Information et de la Communication, porte-parole du gouvernement. Choguel MAIGA s’est présenté, à deux reprises, à l’élection présidentielle, en 2002 et en 2013. Ancien Directeur général de l’Autorité malienne de régulation des télécommunications et des postes (AMRTP), aimant la lecture et le sport, Choguel MAIGA est marié et père de 7 enfants.
M. Choguel MAIGA, nouveau premier ministre, doit renouer le fil du dialogue avec la CEDEAO qui avait suspendu le Mali de ses instance. Il doit aussi assurer la défense d’un Mali uni et de paix. C’est dans ce sens que la relation avec la France sera un des importants dossiers pour le nouveau premier ministre, une relation de coopération, mutuellement avantageuse, dans le respect de chaque partie. Le Mali est un grand test pour un renouveau de la coopération entre la France et ses anciennes colonies.
En définitive, la Politique, c’est l’art du Bien-vivre ensemble, comme le disait Aristote, c’est-à-dire, l’aptitude à aller dans le sens de l’Histoire, en sachant répondre aux aspirations légitimes de son peuple. Aussi, dans ce moment critique de la société malienne, Choguel MAIGA sera, particulièrement, attendu sur une transition démocratique rapide, dans le respect des règles énoncées par le Mouvement M 5 RFP en juin 2020, à savoir :
 
  • Les Assises nationales sur la refondation en vue de doter le Mali d’institutions, d’une Constitution démocratique ; - L’organe de gestion de la veille pendant la transition ;
 
  • Le Haut conseil consultatif ;
 
  • Une cour des comptes ; la corruption et la mauvaise des finances publiques sont des plaies dans le monde politique malien ;
 
  • Les dispositions à valeur constitutionnelle, pour la promotion et la responsabilisation, aux fonctions électives et nominatives, ainsi que des femmes, des personnes handicapées et des jeunes
 
  • L’autorité de régulation de la communication audiovisuelle
 
  • La prolongation de la durée de la garde à vue des personnes poursuivies pour des faits de terrorisme ou d’atteinte à la sûreté nationale
 
  • La nomination à certains postes administratifs ou financiers impliquant la gestion de fonds publics, par décret en conseil des ministres
 
  • La reconnaissance des mécanismes traditionnels de règlement des litiges, fondés sur les us et coutumes des différentes communautés
 
  • le retour au caractère civil et démocratique du gouvernement, dans de brefs délais, avec l’organisation d’élections transparentes et multi-partisanes.
 
Aussi, je renouvelle mes vœux ardents que le Mali, un pays riche au plan culturel, retrouve la confiance en lui, dans la paix, l'unité, la démocratie, le caractère civil du gouvernement et le bien-être de tous.
Références
MAIGA (Choguel, Kollala), SINGARE (Issiaka, Ahmadou), Les rébellions au Nord du Mali, des origines à nos jours, Bamako, (Mali), Edis, juin 2018, 452 pages.
 
Paris, le 7 juin 2021, par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali : M. Choguel MAIGA premier ministre de transition, pour rupture totale, l’exemplarité, et l’inclusion» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Partager cet article
Repost0
28 mai 2021 5 28 /05 /mai /2021 22:44
«MALI : Choguel Kollala MAIGA, pressenti pour le poste de Premier Ministre de Transition : une Victoire de la Ténacité, du Courage, de l’Expérience, de la Stratégie et de la Probité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
La junte militaire, arrivée au pouvoir le 18 août 2020, par surprise et effraction, avait, dans une certaine mesure, «volé la victoire» du Mouvement M. 5 RFP de Choguel MAIGA qui avait engagé dans une insurrection depuis le 5 juin 2020, en vue de la destitution de IBK. Dépossédé fort injustement de sa victoire, au dernier moment, par les militaires, là aussi, la situation était semée d’embûches et de germes de divisions au sein du M5 RFP : comment évaluer la situation nouvelle ? Faut-il faire une pause dans les manifestations, après le massacre de manifestants ?
Cependant, et depuis presque 10 mois, la transition, en dépit de vœux pieux, s’enlisait dans des méandres marécageux et les incantations stériles. Et puis, il y a eu ce coup de théâtre, le président de transition, BAH Ndaw et son premier ministre, Moctar OUANE, après avoir, le 24 mai 2021, formé un nouveau gouvernement, ont été arrêtés, pour soupçons de «collusion avec la France», et transférés, à ce fameux camp de Kati. En raison de cette nouvelle crise politique, appelée deuxième coup d’Etat, les spéculations allaient bon train. On s’interrogeait : comment le Mali allait s’en sortir de cette crise dans la crise ?
En dépit de certaines trahisons et des doutes, la constance, l’expérience, la droiture et la stratégie de Choguel MAIGA ont fini par payer. En effet, les militaires avaient initialement mené une stratégie de contournement, voire de liquidation, à tout le moins de discrédit du M 5 RFP de Choguel MAIGA. Les anciens amis de IBK, ou même des compagnons de route du M5, sont allés à la soupe, et ont infiltré, en masse le gouvernement de transition des militaires, avec une tentative de discrédit et de marginalisation du mouvement M5. Si la population est devenue, à force de choses, méfiante à l’égard d’une classe politique traditionnelle, les militaires des gens intelligents, à ne pas sous-estimer, ont fini, probablement, par apprécier la probité et la constance de Choguel MAIGA, devenu une personnalité de recours incontournable et dominant maintenant la vie politique malienne.
Finalement, c’est donc Choguel MAIGA qui est pressenti pour le poste de Premier Ministre de Transition. C’est, avant tout, une victoire de la ténacité, du courage, de l’expérience, de la stratégie et de la probité. Il y a de cela un an, bien que mal élu, IBK l’ancien président du Mali, soutenu par le parti colonial, était solidement installé au pouvoir. En définitive, les manifestations de juin 2020, ont conféré à Choguel, devenu personnalité politique malienne de premier plan, des galons de «Général» pour un combat républicain, en vue d’un Mali démocratique et de paix. Pourtant, auparavant, et en raison de la multiplicité des partis politiques, sur la scène politique malienne se jouait une concurrence rude et, à peine feutrée, entre Choguel MAIGA, et Soumaïla CISSE (20 déc. 1949 – 25 déc. 2020). Cependant, dans sa plate-forme, le mouvement M. 5 exigera, constamment la libération de Soumaïla CISSE, en otage à la veille des législatives, sous IBK. En effet, et en raison de la contestation de la légitimité de son pouvoir, de l’anarchie et de la division du pays, ainsi que la corruption à vaste échelle, rien, a priori, ne semblait menacer la réélection de IBK. Mais dans ce ciel malien ensoleillé et qui semblait serein, voilà que Choguel MAIGA, lance le 5 juin 2020, un vaste mouvement de désobéissance civile, si puissant que les militaires, le 18 août 2020, déposeront doucement IBK à la caserne de Kati.
Ce choix porté sur la personne de Choguel MAIGA est la reconnaissance de ses qualités de stratège, dans la constance, pour avoir fait bouger les lignes, par des manifestations pacifiques, de désobéissance civile.
Né le 1er janvier 1958, à Tabango, (cercle d’Asango, région de Gao), dans le Nord du Mali, Choguel MAIGA est particulièrement attaché à l’unité du Mali, et hostile à tout découpage factice ou toute partition de ce pays. A ce titre, il est l’auteur d’un ouvrage «les rébellions du Nord du Mali». Par conséquent, il a pu signaler son étonnement : le Mali, un pays très étendu (1 240 190 Km2, soit 2 fois et demi la France) avec 7 pays limitrophes, avait une armée respectée de tous, avec plus de 36 avions militaires. Comment en est-on arrivé là ?
Pour M. MAIGA, originaire du Nord confronté au Chaos, les gouvernements maliens successifs ont fait de mauvais diagnostics de la situation et les réponses apportées ne peuvent être qu’inadaptées. Ils ont été victimes de l’intoxication de la propagande des Touaregs et des Arabes du Nord malien qui se disent victimes de l’abandon et de la discrimination. Selon M. MAIGA certaines voix, dans une démarche anti-française, s’élèvent au Mali pour réclamer l’intervention militaires des Russes ou des Chinois. Pour lui, la France reste l’allié historique et stratégique du Mali, et c’est au gouvernement malien dire, clairement à la France, un pays ami, ce qui a fonctionné ou non dans les accords militaires. Quand on est amis, on peut se dire tout. Or, le gouvernement malien n’a jamais protesté contre le double jeu de certains gouvernements français. C’est ainsi, quand M. Alain JUPPE, sous SARKOZY, venu au Mali, en février 2012, pour évoquer l’autonomie des Touaregs. Le gouvernement malien aurait dû s’y opposer, fermement.
Ingénieur des télécommunications de profession, proche du général Moussa TRAORE (1936-2020) un militaire qui avait renversé Modibo KEITA (1915-1977), M. Choguel MAIGA est doté d’une expérience et d’un sens politiques. Comme je le dis souvent, la Politique ce n’est pas une question de diplômes, c’est avant tout un véritable Art. Si Choguel MAIGA a su survivre de ce monde hostile, de caïmans, d’ambitieux, et de critiques faciles, il doit à sa capacité de dialogue, sa vision d’un Mali de paix, indépendant, mais ouvert aux autres, sa capacité de résilience et de dialogue, ainsi que sa grande sérénité, devant les agitations stériles. Ce sont là d’éminentes qualités d’homme d’Etat qui sont des viatiques vers un succès. En effet, initialement membre de l'Union nationale des jeunes du Mali, il a été Ministre de l’Industrie et du Commerce de 2002 à 2007, puis Ministre de l’Economie numérique, de l’Information et de la Communication, porte-parole du gouvernement. Choguel s’est présenté, à deux reprises, à l’élection présidentielle, en 2002 et en 2013. Ancien Directeur général de l’Autorité malienne de régulation des télécommunications et des postes (AMRTP), aimant la lecture et le sport, Choguel MAIGA est marié et père de 7 enfants.
Si la nomination de Choguel MAIGA était confirmée, les travaux du Mouvement M5 RFP sont déjà, à eux seuls, un véritable programme de gouvernement, devant rassembler tous les Maliens. Choguel MAIGA, un partisan du général Moussa TRAORE, vient du «Vieux Monde». Cependant, il a su mobiliser le peuple malien et faire émerger des idées nouvelles, une offre politique correspondant aux aspirations du peuple malien. Le pouvoir isole, corrompt et ébloui, et sitôt, les bonnes intentions sont oubliées. La politique est de nos jours, assimilée au mensonge, à l’instrumentalisation, aux combines, et au désir de s’enrichir, vite, sur le dos de la population. Par conséquent, on doit toujours juger les hommes politiques, non seulement à leurs paroles, mais surtout à leurs actes concrets. En effet, un homme politique de valeur, fait ce qu’il dit et dit ce qu’il fait. Dans notre Afrique ancestrale, l’Homme, c’est sa parole, et la parole c’est l’Homme. La Politique, c’est l’art du Bien-vivre ensemble, comme le disait Aristote, c’est-à-dire, l’aptitude à aller dans le sens de l’Histoire, en sachant répondre aux aspirations légitimes de son peuple. Aussi, dans ce moment critique de la société malienne, Choguel MAIGA sera, particulièrement, attendu sur l’application concrète du programme du M5 RFP, le respect de la parole donnée à savoir :
- Les Assises nationales sur la refondation en vue de doter le Mali d’institutions, d’une Constitution démocratique ;
- L’organe de gestion de la veille pendant la transition ;
- Le Haut conseil consultatif ;
- Une cour des comptes ; la corruption et la mauvaise des finances publiques sont des plaies dans le monde politique malien ;
- Les dispositions à valeur constitutionnelle, pour la promotion et la responsabilisation, aux fonctions électives et nominatives, ainsi que des femmes, des personnes handicapées et des jeunes ;
- L’autorité de régulation de la communication audiovisuelle ;
- La prolongation de la durée de la garde à vue des personnes poursuivies pour des faits de terrorisme ou d’atteinte à la sûreté nationale ;
- La nomination à certains postes administratifs ou financiers impliquant la gestion de fonds publics, par décret en conseil des ministres ;
- La reconnaissance des mécanismes traditionnels de règlement des litiges, fondés sur les us et coutumes des différentes communautés
- Retour au caractère civil et démocratique du gouvernement, dans de brefs délais, avec l’organisation d’élections transparentes et multi-partisanes.
Je forme des vœux ardents que le Mali, un pays riche au plan culturel, retrouve la paix, l'unité, la démocratie et le bien-être de tous.
Références
MAIGA (Choguel, Kollala), SINGARE (Issiaka, Ahmadou), Les rébellions au Nord du Mali, des origines à nos jours, Bamako, (Mali), Edis, juin 2018, 452 pages.
Paris le 28 mai 2021 par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
 
 
 
«MALI : Choguel Kollala MAIGA, pressenti pour le poste de Premier Ministre de Transition : une Victoire de la Ténacité, du Courage, de l’Expérience, de la Stratégie et de la Probité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«MALI : Choguel Kollala MAIGA, pressenti pour le poste de Premier Ministre de Transition : une Victoire de la Ténacité, du Courage, de l’Expérience, de la Stratégie et de la Probité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Partager cet article
Repost0

Liens