Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de BA Amadou Bal, Paris 19ème ISSN 2555-3003 (BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE France B.N.F GALLICA. Http://baamadou.overblog.fr/
  • : Ce blog personnel de M. Amadou Bal BA est destiné à l'échange en politique, littérature, histoire, faits de société et le bien-vivre ensemble. Google News BIBLIOTHEQUE NATIONALE DE FRANCE ISSN 2555-3003 BNF GALLICA. Http://baamadou.overblog.fr/
  • Contact

Recherche

25 mars 2022 5 25 /03 /mars /2022 19:18
«Le Mali, la France et le Sénégal, entre Amour et Répulsion» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

A l’initiative de l’association «Intercultura du 20ème», sous la présidence M. Hamidou SAMAKE, adjoint à la Maire de Paris, avait lieu une conférence, le vendredi 25 mars 2022, à la salle des fêtes de la mairie du 20ème arrondissement, et animée par l’écrivain, M. Seidik ABBA : «Mali-Sahel, notre Afghanistan à nous ?».

Cette conférence se tient dans un contexte particulier. La Cour de justice de l’Union économique et monétaire ouest-africaine, (UEMOA), dans une décision du 24 mars 2022, vient de suspendre les sanctions de la CEDEAO à l'égard du gouvernement malien. Pour le gouvernement malien, ces sanctions décidées par la conférence des chefs d’Etat, risquent d’entraîner des «conséquences difficilement réparables au regard de l’impact social, économique et financier». Sans se prononcer sur la légalité des sanctions, la Cour de Justice de l’UEMOA a estimé que compte tenu de l’urgence et du motif sérieux invoqué, les mesures, jugées «gravement préjudiciables», non seulement à l’Etat malien mais aux Maliens eux-mêmes, sont suspendues. Ces sanctions touchent également le Sénégal ; le Mali étant un pays enclavé, l'essentiel de ses marchandises transitent par le port de Dakar.

Par ailleurs, la situation malienne est appréciée au regard de la résurgence des coups d’Etat militaires en Afrique et de la Guerre froide, en raison de l’invasion de l’Ukraine par le Tsar des Russies. D’une manière générale, la politique africaine de la France, comme au bon vieux temps de la Françafrique du Général de GAULLE (1890-1970) et de Jacques FOCCART (1913-1997) est remise en cause par les populations africaines, dénonçant cette indépendance dans la dépendance. L’intervention française au Mali, n’a pas résolu la question de la sécurité au Nord du pays. Pire, le gouvernement malien n’avait pas le droit de se rendre à Gao, une sorte de partition du pays, qui ne disait pas son nom, sans combattre les djihadistes. Certaines mauvaises langues s’interrogent : comment la France a pu devenir le 4ème producteur mondial d’or ?

Aussi, M. Choguel MAIGA, premier ministre du Mali, lors de son discours en septembre 2021 au Nations Unies, a reproché au président MACRON «d’abandonner le Mali en plein vol». Je rappelle, qu'en 2012, la suite de l’assassinat du président Mouammar KADHAFI (1942-2011), et Nicolas SARKOZY, selon Médiapart, serait fortement impliqué dans ce crime, diverses bandes de terroristes se sont éparpillées dans d'autres pays du Sahel, notamment au Mali.

Finalement, le Mali est un débat erroné, dévoyé et instrumentalisé, c'est pour cela qu'il est difficile d'y voir clair, notamment la faillite de l'Etat colonial et la mise en place d'une Françafrique pour un continent de 33 millions de kilomètres carrés riche de ses matières premières.

La relation entre le Mali et ses partenaires oscille entre l’Amour et la répulsion. C’est le pèlerinage à la Mecque, en 1324, de Kankan Moussa, 10ème Mansa du Mali de 1312 à 1337, qui a suscité toutes les convoitises des Occidentaux à l’égard de l’Afrique. Suivant, Ibn KHALDOUN (1332-1406), on pouvait extraire 3 à 4 tonnes d’or par an, au Mali. Aussi, les Portugais, à l’époque, les plus grands navigateurs, ont entamé la conquête de l’Afrique. L’Empire du Mali a pendant longtemps dominé mon Fouta-Toro, le Nord du Sénégal. C’est à la suite de l’assassinat de son père que le Satigui, Coly Tenguella BA est venu conquérir et unifier le Fouta-Toro. En ce sens l’islamisation du Mali par El Hadji Omar TALL, par la guerre sainte, a laissé des traces profondes entre les deux peuples. C’est par le Sénégal, que le colonisateur qui voulait tracer la chemin de fer Dakar-Niger, que la «pacification» est arrivée. Les descendants de El Hadji Omar TALL (1794-1864), notamment Aguibou TALL (1843-1907), devenu le Fama à Bandiagara, ont participé à la défaite du Mali, un peuple millénaire. Dans cette relation faite d’amour et de répulsion, l’éphémère Fédération du Mali, la non reconnaissance de Lamine GUEYE (1891-1968), un saint-louisien, originaire de Médine, et le renvoi brutal par Léopold Sédar SENGHOR (1906-2001) de la délégation de Modibo KEITA (1915-1977), proche du camp soviétique, n’ont pas arrangé les choses.

Où va donc le Mali ?

Les fils du dialogue n’étant pas rompus, il est possible de trouver entre le gouvernement malien et la CEDEAO un accord sur un délai de transition raisonnable et un gouvernement d'union nationale, dans le respect de la souveraineté de ce pays.

Je le redis la France a encore sa place en Afrique, à condition de retrouver le chemin du dialogue, de la coopération mutuellement avantageuse et du respect de ses partenaires historiques. Certaines méthodes coloniales brutales et méprisantes sont à proscrire. Le Mali appartient aux Maliens.

Militant du bien-vivre ensemble, je crois en la République et en la démocratie. M. Choguel MAIGA a chassé du pouvoir, par la voie pacifique, l’indolent IBK (1945-1922). Le premier ministre malien, un homme d’Etat, saura trouver les ressources nécessaires, pour remettre le Mali sur le bon chemin.

Références

ABBA (Seidik), Mali-Sahel, nôtre Afghanistan à nous ?, Paris, Impacts, 2022, 150 pages ;

MAIGA (Choguel, Kollala), SINGARE (Issiaka, Ahmadou), Les rébellions au Nord du Mali, des origines à nos jours, Bamako, (Mali), Edis, juin 2018, 452 pages ;

Cour de Justice de l’Union économique et monétaire Ouest-africaine, UEMOA, ordonnance n°06/2022/CJ du 24 mars 2022.

Paris, le 25 février 2022 par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

 
Le Mali, la France et le Sénégal, entre Amour et Répulsion» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Le Mali, la France et le Sénégal, entre Amour et Répulsion» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Le Mali, la France et le Sénégal, entre Amour et Répulsion» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Le Mali, la France et le Sénégal, entre Amour et Répulsion» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Le Mali, la France et le Sénégal, entre Amour et Répulsion» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Le Mali, la France et le Sénégal, entre Amour et Répulsion» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Le Mali, la France et le Sénégal, entre Amour et Répulsion» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Partager cet article
Repost0
16 janvier 2022 7 16 /01 /janvier /2022 20:57
«Décès de Ibrahim Boubacar KEITA dit I.B.K. (1945-2022), ancien président du Président du Mali», par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
L’ancien président malien, Ibrahim Boubacar KEITA dit IBK, vient est décédé le 16 janvier 2022. Marié à Aminata MAIGA KEITA, et père de quatre enfants, sa fille est mariée au président de l’assemblée nationale, organe maintenant dissout. «C'est avec beaucoup de tristesse que j'ai appris la perte brutale, du Président Ibrahim Boubacar Kéita. Le Mali perd encore un de ses fils l'ayant servi au plus haut sommet. Puisse les meilleurs de ses actes lui servir auprès du Très miséricordieux Seigneur» écrit M. Choguel MAIGA, en hommage.
Né le 29 janvier 1945, à Koutiala au Mali, son grand-père est mort à la bataille de Verdun. IBK arrive en France en 1958, pour études secondaires au lycée Jeanson-de-Sailly. Il poursuivra ses études à la faculté des Lettres à Dakar, puis à la Sorbonne. IBK est titulaire d’une maîtrise d’histoire et d’un DEA en politiques et relations internationales. Militant à la F.E.A.N.F et ami d’Alpha CONDE, Ibrahima Boubacar KEITA sera chargé d’études au CNRS et enseigne la politique du tiers-monde au centre Pierre Mendès-France à Paris. En 1986, de retour au Mali, il devient conseiller technique principal du Fonds européen de développement et devient Directeur représentant «Terre des Hommes», une ONG.
La carrière politique de IBK, démarre vraiment à la chute de Moussa TRAORE, en 1991 ; il devient Directeur-adjoint de la campagne présidentielle de Alpha Oumar KONARE. En juin 1992, IBK devient conseiller diplomatique à la Présidence du Mali et en novembre, il est désigné ambassadeur du Mali dans différents pays africains (RCI ; Gabon, Burkina Faso, Niger).
Premier ministre de 1994 à 2000 et président de l'assemblée nationale de 2000 à 2007, IBK a été président du Mali de 2013 jusqu'au 18 août 2020. Il a été renversé par le colonel Assimi GOITA. Auparavant, le Mali avait été secoué par une désobéissance civile conduite par M. Choguel MAIGA maintenant premier ministre de transition depuis le 7 juin 2021.
La mort de tout être humain nous rend triste et nous prions pour le repos de son âme. Quel héritage ou souvenir IBK a-t-il laissé ?
IBK, un très fidèle allié de la France, était connu pour son goût pour le whisky et son indolence ; il dormait jusqu'à 18 heures. Homme discret et retiré de tout, IBK ne dérangeait personne. «Sa voix douce et suave, son français soigné jusqu'à en être parfois maniéré se sont faits rares sur les antennes et même, selon ses détracteurs, dans le pays» écrit dans un article, «IBK, le lymphatique hôte de Koulouba», Tanguy BERTHEMET, dans le «Figaro». Pour Cécil BENSIMON du journal «Le Monde», IBK jouissait pouvoir politique, sans l’exercer. Il avait acheté un avion présidentiel à 30 millions d'euros ; le FMI l'avait alors lâché. A sa chute, les jeunes sont venus se baigner dans la piscine de la luxueuse villa de son fils, Karim.
IBK disparaît au moment où son pays est dans une grande tourmente en raison des manœuvres de la Françafrique qu'il avait bien servi.
Mais la junte militaire devrait aussi raccourcir les délais de transition et ne pas se laisser piéger par le président MACRON (voir mon article sur l’embargo contre le Mali décrété par la CEDEAO, à l’instigation de la Françafrique).
Références bibliographiques très sommaires
KEITA (Ibrahim, Boubacar), KEITA (Oumar), Mali d’abord : pour l’honneur du Mali, pour le bonheur des Maliens, Paris, L’Harmattan, 2013, 80 pages ;
BERTHEMET (Tanguy), «IBK, le lymphatique hôte du palais de Koulouba», Le Figaro  du 27 juillet 2018 ;
BENSIMON (Cécil), «IBK, le président malien qui jouissait du pouvoir sans l’exercer», Le Monde du 20 août 2020.
Paris, le 16 janvier 2022 par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Décès de Ibrahim Boubacar KEITA dit I.B.K. (1945-2022), ancien président du Président du Mali», par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Décès de Ibrahim Boubacar KEITA dit I.B.K. (1945-2022), ancien président du Président du Mali», par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Décès de Ibrahim Boubacar KEITA dit I.B.K. (1945-2022), ancien président du Président du Mali», par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Décès de Ibrahim Boubacar KEITA dit I.B.K. (1945-2022), ancien président du Président du Mali», par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Décès de Ibrahim Boubacar KEITA dit I.B.K. (1945-2022), ancien président du Président du Mali», par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Décès de Ibrahim Boubacar KEITA dit I.B.K. (1945-2022), ancien président du Président du Mali», par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Décès de Ibrahim Boubacar KEITA dit I.B.K. (1945-2022), ancien président du Président du Mali», par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Décès de Ibrahim Boubacar KEITA dit I.B.K. (1945-2022), ancien président du Président du Mali», par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Décès de Ibrahim Boubacar KEITA dit I.B.K. (1945-2022), ancien président du Président du Mali», par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Décès de Ibrahim Boubacar KEITA dit I.B.K. (1945-2022), ancien président du Président du Mali», par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Décès de Ibrahim Boubacar KEITA dit I.B.K. (1945-2022), ancien président du Président du Mali», par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Décès de Ibrahim Boubacar KEITA dit I.B.K. (1945-2022), ancien président du Président du Mali», par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Partager cet article
Repost0
11 janvier 2022 2 11 /01 /janvier /2022 21:05
«Mali : une période de transition déraisonnable, un embargo téléguidé de l’Elysée avec une logique colonialiste. Pour une Nouvelle politique africaine de la France en Afrique» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Quelle sortie honorable à la crise malienne ?
La Vérité n’est ni Blanche, ni Noire ; elle est souvent grise. La junte militaire s’était engagée à une brève période de transition, au 27 février 2022, mais l’a repoussée dans 5 ans ; ce qui est déraisonnable et met gravement en doute sa volonté de remettre le pouvoir aux civils. Le président MACRON, s’abritant derrière la CEDEAO, concurrencé par la Chine et la Russie, emploie les méthodes détestables, d’un autre âge, celles de la Françafrique, en réagissant par un embargo, voire par des opérations de déstabilisation du gouvernement malien, qui n’est plus sa colonie depuis 60 ans. Chacun ne veut faire le pas vers l’autre ; c’est donc la logique de la confrontation, dans laquelle toutes les parties seraient perdantes.
Par conséquent, au Mali, la crise se rajoute à la crise. Prenant prétexte de l'intervention des forces russes au Mali, avec une logistique à partir de l’Algérie, et du recul considérable des délais de transition (5 ans), le président MACRON a décidé, de s'abriter derrière la CEDEAO, pour asphyxier le Mali, à travers un embargo. Pourtant, en matière de leçon de démocratie, le président MACRON devrait rester modeste. En effet, le président MACON est allé installer au pouvoir, personnellement, le 21 avril 2021, Mahamat DEBY, fils d'Idriss DEBY (1952-2021) du Tchad. Le président MACRON a également  reçu, le 12 novembre 2021, Ali BONGO, du Gabon, «un légume» ayant failli s'écrouler sur les marches de l’Elysée. Tout récemment, et en début janvier 2022, le président MACRON devait se rendre au Mali, mais sous réserve d'y convoquer un sommet de la CEDEAO ; C'est ce que la junte militaire a catégoriquement refusé. C'est l’un des points de crispation entre le Mali et le président MACRON.
La stratégie du président MACRON, de gérer les relations entre la France et l'Afrique comme au temps de Jacques FOCCART (1913-1997) théoricien de la Françafrique (voir mon article «Charles de GAULLE et l’Afrique, l’indépendance dans la dépendance»), au début des indépendances, en 1960, me paraît à moyen et court termes, dommageable pour les intérêts de notre pays. L'Afrique de 2022 n'est plus celle de 1960. Vouloir continuer des relations entre la France et l’Afrique, faites de mépris, d'arrogance, d’impolitesse, de subordination et de violence, serait la pire des politiques africaines de la France. On ne traite de la politique africaine qu’en termes d’immigration, de terrorisme, d’islamisme ou de matières premières, à confisquer, ainsi que de gouvernements africains dociles et obéissants à la France, au mépris des droits de l’Homme et de la démocratie. C’est ce qui attise de plus en plus, un sentiment violemment antifrançais des jeunesses africaines en révolte contre cette indépendance dans la dépendance. En revanche, le respect mutuel et une coopération mutuellement avantageuse, c'est cela l'avenir de la France en Afrique ; la France a encore toute sa place en Afrique afin de mieux concurrencer la Russie et la Chine. Il faudrait réorienter la politique africaine de la France en Afrique «Si la relation entre les pays d'Afrique et la France était une marmite, sachez qu'elle est très sale, cette marmite. (...) Si vous refusez de la laver, si vous voulez quand même préparer là-dedans, je ne mangerai pas, nous ne mangerons pas, l'Afrique ne mangera plus !» avait dit, fort justement et de façon imagée, Ragnimwendé Eldaa KOAMA, une jeune Burkinabé à la rencontre de Montpellier du 8 novembre 2021.
La transition, censée être provisoire avec une élection présidentielle au 27 février 2022, s’allonge et tend vers le définitif. J’ai toujours pensé que les régimes militaires veulent toujours transformer le provisoire en définitif. La tactique est bien rôdée : rassurer à travers «un Comité de salut public» et promettre de rendre le pouvoir aux civils. Cependant, dès que le pouvoir militaire est stabilisé, les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent. A ma connaissance, seul Jerry John RAWLINGS (1947(2020), au Ghana, avait rendu le pouvoir aux civils.
Au Mali, tout avait bien démarré par une révolte populaire, le 5 juin 2020, organisée pacifiquement par M. Choguel MAIGA ? contre l’indolent ancien président Ibrahima Boubacar KEITA, mais ce sont les militaires, un 18 août 2021, qui ont organisé un putsch, volant ainsi la victoire au MPR. Un premier gouvernement, du 28 septembre 2020 au 24 mai 2021, celui de M. Moctar OUANE, soupçonné de collusion avec la France, a été démis de ses fonctions, puis remplacé, le 7 juin 2021, par M. Choguel MAIGA, chef de la désobéissance civile. M. Choguel MAIGA osera même de défier le président MACRON, à travers l’intervention des forces russes dans son pays : «La France a abandonné le Mali en plein vol» avait-il dit, le 25 septembre 2021, à l’Assemblée générale de l’ONU, à New York.
Cependant, M. Choguel MAIGA avait promis des élections présidentielles au 27 février 2022, après donc une période de transition de 9 mois. «Nous sommes engagés dans une véritable course contre la montre. Les Maliens nous observent et comptent sur la réussite de cette transition qui, pour beaucoup d'entre eux, semble celle de la dernière chance pour sauver la nation» disait, lors de la présentation de son plan d’action, le 30 juillet 2021, le nouveau Premier Ministre, M. MAIGA. Le président de la transition, le colonel Assimi GOITA, comme M. GOITA insistaient, à l’époque, pour la tenue des élections présentielles au Mali, pour le 27 février 2022. La  nomination, le 7 juin 2021, de M. Choguel MAIGA, «un gouvernement de rupture et d’exemplarité», censée représenter, «une rectification» du putsch militaire, devait aboutir, à brefs ou moyens termes, à des élections «transparentes, crédibles et inclusives. Une demande persistante exprimée depuis des décennies par la classe politique et la société civile» dit M. MAIGA, lors de la présentation de son plan d’action.
Comme le dirait, mon arrière-grand-mère, «Je suis un aveugle, je ne vois que ce que je touche». M. Choguel MAIGA est un homme politique expérimenté et avisé. S’il a survécu dans ce monde politique particulièrement hostile, c’est qu’il a d’importantes qualités que personne ne peut lui dénier. Jusqu’ici, M. Choguel MAIGA qui a fait un parcours sans faute. Je suis donc très surpris qu’il se soit engagé dans une période de transition aussi longue, dont ainsi une opportunité rêvée au président MACRON de le «liquider», politiquement, j’entends, à travers cette longue et non défendable transition, légitimant et pérennisant ainsi le putsch du 18 août 2020. En effet, le MPR, le parti de Choguel, a organisé un congrès du 11 au 12 décembre 2021, suivi «d’Assises nationales de la Refondation» du 27 au 30 décembre 2021, censées fixer les règles du jeu d’un Mali Nouveau et Démocratique. Cependant, et curieusement, ces Assises, loin d’être une «Refondation», proposent une période transitoire de 5 à 10 ans. La classe politique africaine était déjà en grande partie discréditée. Pourquoi ce qui était censé être provisoire devrait devenir définitif ?
Pour ma part, et j’en appelle à M. Choguel MAIGA, il ne faudrait pas s’obstiner dans l’erreur, le Mali a grand intérêt à fixer une nouvelle date des élections présidentielles et législatives, avant la fin janvier 2023. Ce qui me paraîtrait acceptable et raisonnable. Il n’est jamais trop tard de faire le Bien. C’est toujours le bon moment de faire ce qui est juste, en raccourcissant les délais de transition les délais de la transition, avec une date butoir à la fin de janvier 2023. La CEDEAO, sans doute instrumentalisée par le Parti colonial, a décrété l’embargo du Mali, un Etat faible et surtout enclavé, donc vulnérable. Républicain inguérissable, je crois fondamentalement à la démocratie et au caractère civil d’un gouvernement. Le président de transition, le colonel Assimi GOITA, dans une allocution télévision du 10 janvier 2022, estime que la négociation reste encore possible avec la CEDEAO. Il est temps d’agir, et de décider vite, avant la chienlit, afin d’éviter au Mali un désastre supplémentaire.
Pour l'instant, et à l'intérieur du Mali, seul l'Iman DICKO, soutient la Françafrique. Ce soutien à la junte, en raison des troubles et des mécontentements pouvant être alimentés ou suscités par le Parti colonial, va-t-il durer longtemps ?
J'apprends, et c'est à confirmer ou à infirmer, que le président MACRON va suspendre les vols d'Air France sur le Mali et des avions militaires auraient survolé le territoire malien. Ce qui va davantage installer le Chaos au Mali, avec ses nombreux ressortissants en France. En tout cas, les diasporas maliennes, installées dans 65 pays, s'apprêtent à manifester le samedi 15 janvier 2022 pour soutenir la junte malienne.
Les gesticulations, les théories du complot venant de l’Elysée, les slogans politiques et les manifestations de populaires de soutien à la junte, n’auront que peu d’effets sur la population quand elle manquera de tout. Pour l’instant, la population lèche le gouvernement la junte, mais versatile, le temps du lynchage viendra, si cette situation perdurait. Les Maliens ont connu trop de souffrances, pour ne pas en rajouter davantage.
La junte militaire étant dos au mur, ne devrait pas laisser la souricière tendue par le Parti colonial se refermer sur elle. En effet, le président MACRON a une occasion rêvée de faire tomber le gouvernement malien, qui a défié le Maître. En effet, la stratégie du président MACRON au Mali est clairement lisible : il s'agit, à travers l'embargo, avec la perspective des pénuries et de la montée du prix des denrées de première nécessité, de monter la population malienne contre la junte malienne. En raison de cet embargo, l'histoire ne se répète pas mais elle peut bégayer. En effet, pendant longtemps Modibo KEITA (1915-1977) avait tenu tête à la France du général Charles de GAULLE (1890-1970). Mais quand Modibo avait envisagé de sortir du FCA, c’est le début de la fin de son règne ; la France a organisé une montée des prix et une grève des commerçants.
L’embargo de la CEDEAO, téléguidé par la Macronie, aura, immanquablement, des conséquences pénibles pour la population au Mali, un Etat enclavé ; l'accès au port de Dakar et l'excellent réseau routier et ses ponts bâti par le président Macky SALL, est bloqué. Ce qui constitue un coup très dur pour la junte qui n'est soutenue que par la Guinée, mais un pays forestier avec réseau routier médiocre pour l'approvisionnement en denrées alimentaires. L'Algérie qui a donné des facilités aux forces russes intervenant, mais est plus lointaine.
Une situation particulièrement préoccupante à suivre.  
Paris, le 11 janvier 2022 par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali : une période de transition déraisonnable, un embargo téléguidé de l’Elysée avec une logique colonialiste. Pour une Nouvelle politique africaine de la France en Afrique» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali : une période de transition déraisonnable, un embargo téléguidé de l’Elysée avec une logique colonialiste. Pour une Nouvelle politique africaine de la France en Afrique» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali : une période de transition déraisonnable, un embargo téléguidé de l’Elysée avec une logique colonialiste. Pour une Nouvelle politique africaine de la France en Afrique» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali : une période de transition déraisonnable, un embargo téléguidé de l’Elysée avec une logique colonialiste. Pour une Nouvelle politique africaine de la France en Afrique» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali : une période de transition déraisonnable, un embargo téléguidé de l’Elysée avec une logique colonialiste. Pour une Nouvelle politique africaine de la France en Afrique» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali : une période de transition déraisonnable, un embargo téléguidé de l’Elysée avec une logique colonialiste. Pour une Nouvelle politique africaine de la France en Afrique» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali : une période de transition déraisonnable, un embargo téléguidé de l’Elysée avec une logique colonialiste. Pour une Nouvelle politique africaine de la France en Afrique» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali : une période de transition déraisonnable, un embargo téléguidé de l’Elysée avec une logique colonialiste. Pour une Nouvelle politique africaine de la France en Afrique» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali : une période de transition déraisonnable, un embargo téléguidé de l’Elysée avec une logique colonialiste. Pour une Nouvelle politique africaine de la France en Afrique» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali : une période de transition déraisonnable, un embargo téléguidé de l’Elysée avec une logique colonialiste. Pour une Nouvelle politique africaine de la France en Afrique» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali : une période de transition déraisonnable, un embargo téléguidé de l’Elysée avec une logique colonialiste. Pour une Nouvelle politique africaine de la France en Afrique» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali : une période de transition déraisonnable, un embargo téléguidé de l’Elysée avec une logique colonialiste. Pour une Nouvelle politique africaine de la France en Afrique» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali : une période de transition déraisonnable, un embargo téléguidé de l’Elysée avec une logique colonialiste. Pour une Nouvelle politique africaine de la France en Afrique» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali : une période de transition déraisonnable, un embargo téléguidé de l’Elysée avec une logique colonialiste. Pour une Nouvelle politique africaine de la France en Afrique» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Partager cet article
Repost0
22 décembre 2021 3 22 /12 /décembre /2021 07:47
 «Le Congrès de Bamako des 11-12 décembre 2021 du MPR le parti de Choguel MAIGA, premier ministre de transition du Mali», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Le congrès du MPR de Bamako, des 11-12 décembre 2021 vient à un moment décisif de l'histoire du Mali. Le mouvement du 5 juin 2020 après avoir débarqué pacifiquement, l'indolent et l'homme de la Françafrique, IBK, a failli perdre le bénéfice de cette victoire à la suite du coup d’Etat militaire du 18 août 2020.
Le parti colonial à la manœuvre a tenté vainement de reprendre le contrôle de la situation en positionnant ses hommes. C'est dans ces circonstances que les militaires ont fait appel à Choguel MAIGA.
Congrès de Bamako du MPR est un clin d’œil aux historiques Congrès du RDA des 18 au 21 1946, des 27 au 31 octobre 1947 et des 25 au 30 septembre 1957, dans la future capitale malienne, épicentre du nationalisme africain. Le colonisateur avait des ambitions de conserver sa main mise sur le continent africain, à travers des conseils de notables, une administration directe. Cependant, pour le RDA, créé à Bamako le 21 octobre 1946, sous l’égide de Félix HOUPHOUET-BOIGNY, à l’époque un farouche nationaliste, le sujet dominant était le fédéralisme, l’unité africaine gage de souveraineté. Que faudrait-il donc retenir de ce congrès du MPR à Bamako des 11-12 décembre 2021 ?
On retrouve cette même tendance nationaliste, 61 ans après les indépendances, depuis l’arrivée de Choguel MAIGA au pouvoir en qualité de Premier ministre de transition. Dans les débats, il émerge l’idée, non encore validée, de prolonger la transition, pour 5 ans, renouvelable une fois, à compter du 27 février 2022. La classe politique acceptera-t-elle une si longue transition de 10 ans ? Il ne faudrait pas que le provisoire devienne le définitif.
Les relations entre le Mali et la France, même si le dialogue n’est pas rompu, restent cependant tendues et empreintes d’une grande méfiance. Le président Emmanuel MACRON avait envisagé de se rendre au Mali, en décembre 2021, mais souhaitait y organiser une rencontre de la CEDEAO, ce que les autorités maliennes, ont carrément rejeté. Pour le Mali, la CEDEAO serait devenue une courroie de transmission de la Françafrique. Dans les débats du Congrès du MPR, il a émergé l’idée d’une sortie du France FCA, la suspension de l’adhésion à la CEDEAO, l’abandon de la langue française comme langue nationale au profit du Bamanan, et refuser l’aide au développement. En revanche, la Mali souhaite négocier avec la Guinée, l’émergence d’une fédération et créer une compagnie militaire en relation frontalière, en relation avec l’Algérie, la Mauritanie, le Niger et le Burkina-Faso.
L’une des grandes originalités, de ce congrès du MPR, est la présence, pour la première fois de deux représentants de la diaspora malienne : Mme Anna MAIGA et M. Mamoudou CISSOKO. Ils ont transmis une copie de la contribution de la section MPR-France aux Assises Nationales de la Refondation du Mali est audacieuse en 15 points :
1) Prolongation du délai de la transition pour cinq (5) renouvelable une fois à compter du 27 février 2022 pour permettre au gouvernement de sécuriser définitivement et pacifier l'ensemble du territoire en recouvrant l’intégrité totale.
2) Le gouvernement doit tout mettre en œuvre pour achever les travaux de port pour les bateaux (CANAL) à AMBEDEDINE sur le fleuve Sénégal dans le cadre de l'OMVS
3) Faire des études sur le foncier rural, bornage des limites territoriales de nos villages afin de limiter les conflits inter-villageois, campagnes d'informations de la population de ses devoirs et droits en permanence
4) Retirer le pouvoir d'attribution des parcelles aux Préfets et aux Maires car ils ont causé trop de dégâts au Mali
5) La lutte contre l'impunité et la corruption doit être intensifiée et durcir les condamnations
6) Création d'une compagnie militaire à la frontière des pays suivants : Algérie, Mauritanie, Niger et Burkina-Faso, création d'un bataillon militaire dans chaque Cercle (Préfecture) et la réactivation du service militaire obligatoire.
7) Négocier avec la Guinée Conakry pour faire une fédération entre nos deux pays
8) Mettre en application réelle la séparation entre l'état et les religions
9) Refuser l'aide au développement des pays tiers et les dons des ONG à tout va ; ceux ne sont que des cadeaux empoisonnés ; contrôler les sources de financement ;
10) Restreindre les activités des ONG et Associations
11) Suspendre notre adhésion à la CEDEAO, sortir dans la monnaie FCFA et l'UEMOA
12) Interdire le financement des partis politiques avec les fonds publics, durcir les conditions de création de parti politique et association ;
13) Prendre une loi pour que la langue Bamanan ou Bamanakan soit notre langue officielle à la place du français
14) Dans le cadre de l'éducation nationale, l’école doit être obligatoire jusqu'à la majorité des enfants ; insister sur l'instruction civique, la morale, l'histoire du Mali y compris l'histoire politique, la géographie, développer la formation professionnelle
15) Développer le tourisme à l'intérieur du pays pour que les maliennes découvrent leurs terroirs et l’apprécient mieux.
Paris, le 11 décembre 2021, actualisé le 6 décembre 2021, par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

 

 

«Le Congrès de Bamako des 11-12 décembre 2021 du MPR le parti de Choguel MAIGA, premier ministre de transition du Mali», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le Congrès de Bamako des 11-12 décembre 2021 du MPR le parti de Choguel MAIGA, premier ministre de transition du Mali», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le Congrès de Bamako des 11-12 décembre 2021 du MPR le parti de Choguel MAIGA, premier ministre de transition du Mali», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le Congrès de Bamako des 11-12 décembre 2021 du MPR le parti de Choguel MAIGA, premier ministre de transition du Mali», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le Congrès de Bamako des 11-12 décembre 2021 du MPR le parti de Choguel MAIGA, premier ministre de transition du Mali», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le Congrès de Bamako des 11-12 décembre 2021 du MPR le parti de Choguel MAIGA, premier ministre de transition du Mali», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le Congrès de Bamako des 11-12 décembre 2021 du MPR le parti de Choguel MAIGA, premier ministre de transition du Mali», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le Congrès de Bamako des 11-12 décembre 2021 du MPR le parti de Choguel MAIGA, premier ministre de transition du Mali», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le Congrès de Bamako des 11-12 décembre 2021 du MPR le parti de Choguel MAIGA, premier ministre de transition du Mali», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le Congrès de Bamako des 11-12 décembre 2021 du MPR le parti de Choguel MAIGA, premier ministre de transition du Mali», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le Congrès de Bamako des 11-12 décembre 2021 du MPR le parti de Choguel MAIGA, premier ministre de transition du Mali», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le Congrès de Bamako des 11-12 décembre 2021 du MPR le parti de Choguel MAIGA, premier ministre de transition du Mali», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le Congrès de Bamako des 11-12 décembre 2021 du MPR le parti de Choguel MAIGA, premier ministre de transition du Mali», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le Congrès de Bamako des 11-12 décembre 2021 du MPR le parti de Choguel MAIGA, premier ministre de transition du Mali», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le Congrès de Bamako des 11-12 décembre 2021 du MPR le parti de Choguel MAIGA, premier ministre de transition du Mali», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le Congrès de Bamako des 11-12 décembre 2021 du MPR le parti de Choguel MAIGA, premier ministre de transition du Mali», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le Congrès de Bamako des 11-12 décembre 2021 du MPR le parti de Choguel MAIGA, premier ministre de transition du Mali», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le Congrès de Bamako des 11-12 décembre 2021 du MPR le parti de Choguel MAIGA, premier ministre de transition du Mali», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le Congrès de Bamako des 11-12 décembre 2021 du MPR le parti de Choguel MAIGA, premier ministre de transition du Mali», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le Congrès de Bamako des 11-12 décembre 2021 du MPR le parti de Choguel MAIGA, premier ministre de transition du Mali», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Partager cet article
Repost0
20 novembre 2021 6 20 /11 /novembre /2021 22:11
«Mali où en est-on ? Rencontre avec Mao, un bilan d'étape de la transition» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Mahamadou Lamine HAIDARA dit Mao, membre fondateur du MPR, l'ancêtre de l'Union pour la démocratie et le développement (UDD), créé en 1991, le parti de Choguel MAIGA, premier ministre de transition du Mali, est en visite en France. Il y a eu après le procès de Moussa TRAORE (1936(2020), un «devoir d'inventaire», suivant une expression de Lionel JOSPIN. Le MPR a retenu les aspects positifs du bilan de Moussa TRAORE. Mao a été maire, deux fois député et maintenant vice-président du MPR.
La visite en France de Mao, vice-président du MPR, est l'occasion de faire le point de la situation politique au Mali, la place de la diaspora malienne, dans la perspective du congrès du MPR de décembre 2021 et les relations avec la France.
1ère interrogation où en est-on pour la transition ?
Le premier ministre de transition, Choguel MAIGA, est en visite à l'intérieur du pays, à Kita, dans la région de Kayes, à la frontière entre le Sénégal et la Mauritanie. C'est un signe que l'Etat retrouve la confiance et l'aptitude à reprendre son autorité à travers tout le territoire.
Depuis que juin 2021 que M Choguel MAIGA est premier ministre de transition trois observations peuvent être formulées.
Tout d'abord, progressivement la paix et la confiance en l'Etat malien d'assurer la sécurité de tous, est en train de revenir. Il y a moins d'attaques absurdes et criminelles, comme les tueries entre communautés et leurs escalades incontrôlables de vengeance ou l’absurdité de brûler les champs de riz. On sait, c'est le grand paradoxe, le meilleur riz produit en Afrique c'est au Mali, et la moitié des terres reste encore inexploitée. «Le Mali dispose de terres de bonne qualité qu'il n'arrive pas à valoriser. Les coûts de production du riz sont bien supérieurs à ce que l'on peut trouver en Asie», disait le président Abdoulaye WADE, en 2011, à Davos. C'est donc un grand paradoxe que l'Afrique soit confrontée à un déficit alimentaire et une importation massive du riz asiatique.
Ensuite, la restauration d'une bonne gouvernance et de la probité est en marche. Tout gaspillage des deniers publics est traqué et poursuivi ; ceux qui avaient détourné sous l'Ancien régime ont conclu des accords avec l'Etat sur les modalités de remboursement. En somme une gouvernance sobre et vertueuse.
Enfin, même si un nouveau calendrier de la transition n'est pas encore communiqué, M. Choguel MAIGA entend dresser un nouveau timing tenable, crédible et réalisable. Au cœur du dispositif, concernant la Refondation, est l'idée de poser de solides règles fondées sur l'inclusion et qui seront intégrées dans le dispositif constitutionnel, afin d'être acceptables et opposables à tous.
2 - Le Mali a-t-il acheté des armes russes ?
Une première livraison d’armes russes a déjà eu lieu, et il y en aura d’autres. Il n’y a pas de troupes russes déployées au sol, comme c’est le cas des forces françaises et celles des Nations Unies, mais des conseillers russes pour le maniement de ces armes. Contrairement à une idée reçue, les relations entre le Mali et la Russie, datant de l’époque de Modibo KEITA sont très anciennes. En effet, de nombreux cadres maliens, dont l’actuel premier ministre, M. Choguel MAIGA, ont été formés en Russie. «Il ne faut pas mettre tous ses œufs dans un même panier» dit un dicton africain. Par conséquent, le Mali, Etat souverain, peut entretenir des relations diplomatiques ou commerciales, si cela est conforme à ses intérêts. Les armes russes sont moins chères, semble-t-il que les armes françaises, soit une économie de 101 milliards de FCA, soit 154 198 473 euros.
3 - Où en est-on dans les relations entre la France et le Mali ?
La France et le Mali sont comme un vieux couple, il arrive parfois que l’on dispute. Cependant, en raison des liens de l’histoire et de la communauté de langue, la raison l’emportera sur la passion, à condition que la relation soit fondée sur des intérêts réciproques et un respect mutuel.
4 - Des représentants de la diaspora malienne seront-ils invités au Congrès du MPR à Bamako de décembre 2021 ? Quelle sera la place de la diaspora malienne au cours de cette transition et après ?
Tout sera fait pour que des représentants de la diaspora malienne soient invités au congrès du MPR des 11 et 12 décembre 2021, à Bamako. La diaspora malienne en France, forte de ses 200 000 membres en situation régulière et probablement 100 000 sans-papiers, sera associée à tous les projets de développement du Mali, en raison de son expertise et déjà de son soutien social et économique au pays.
Paris, La Plaine, Saint-Denis, le 20 novembre 2021 par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali où en est-on ? Rencontre avec Mao, un bilan d'étape de la transition» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali où en est-on ? Rencontre avec Mao, un bilan d'étape de la transition» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali où en est-on ? Rencontre avec Mao, un bilan d'étape de la transition» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali où en est-on ? Rencontre avec Mao, un bilan d'étape de la transition» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali où en est-on ? Rencontre avec Mao, un bilan d'étape de la transition» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali où en est-on ? Rencontre avec Mao, un bilan d'étape de la transition» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali où en est-on ? Rencontre avec Mao, un bilan d'étape de la transition» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali où en est-on ? Rencontre avec Mao, un bilan d'étape de la transition» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali où en est-on ? Rencontre avec Mao, un bilan d'étape de la transition» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Partager cet article
Repost0
28 septembre 2021 2 28 /09 /septembre /2021 11:07
«Choguel MAIGA, premier ministre de transition du Mali à l'assemblée générale des Nations et à Paris : Plaidoyer pour l’intégrité territoriale et la sécurité du Mali et une coopération respectueuse et mutuellement avantageuse» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Devant la 76ème assemblée générale des Nations Unies, le premier ministre Choguel MAIGA rappelle que le Mali n'est ni anti onusien, ni anti français ; son pays n'est pas surtout pas un peuple ingrat, mais reconnaissant.
L'objectif du peuple malien est de défendre sa sécurité et l'intégrité de son territoire. L'insécurité dans le Nord du Mali est assimilée «une métastase» une sorte de cancer généralisé, gangrénant la société malienne déjà confrontée aux problèmes de sous-développement, et maintenant, cette pandémie du Covid-19. Aussi, le Mali demande aux Nations Unies que les forces de la MUNISMA de quitter le statut de forces d'interposition, en s’engageant dans les combats, en application du Chapitre VII des Nations unies.
M. Choguel MAIGA est également en visite en France du 26 au 28 septembre 2021. M. MAIGA estime que la «France qui a abandonné le Mali en plein vol» et a procédé à des «décisions unilatérales», sans concertation, sans respect de la souveraineté malienne. Probablement le retrait annoncé des forces BARKANE et les négociations des Maliens avec les Russes ont été au cœur des échanges avec des représentants de la France, venus le rencontrer le 27 septembre 2021, dans l’après-midi.
M. Choguel MAIGA a rencontré la presse française et la communauté malienne, dont M. Mamoudou CISSOKO, son représentant en France.
Je suis persuadé, qu'en raison des liens culturels et historiques avec l'Afrique, la France a grand intérêt à négocier avec des hommes lucides et courageux, comme le premier ministre, M. Choguel MAIGA. Les vieilles méthodes de la Françafrique, fondées sur la violence, la prédation ou la subordination, transformant l'Afrique en provinces françaises, ont fait leur temps.
Devant l'avancée des Russes et des Chinois, la France devrait privilégier avec ses partenaires africains, la négociation fondée sur des intérêts mutuellement avantageux. C'est le seul chemin qui vaille : une vraie coopération, et non le diktat. Par conséquent, il faudrait apprendre à écouter et respecter ses partenaires.
Paris, le 27 septembre 2021, par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Choguel MAIGA, premier ministre de transition du Mali à l'assemblée générale des Nations et à Paris : Plaidoyer pour l’intégrité territoriale et la sécurité du Mali et une coopération respectueuse et mutuellement avantageuse» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Choguel MAIGA, premier ministre de transition du Mali à l'assemblée générale des Nations et à Paris : Plaidoyer pour l’intégrité territoriale et la sécurité du Mali et une coopération respectueuse et mutuellement avantageuse» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Choguel MAIGA, premier ministre de transition du Mali à l'assemblée générale des Nations et à Paris : Plaidoyer pour l’intégrité territoriale et la sécurité du Mali et une coopération respectueuse et mutuellement avantageuse» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Choguel MAIGA, premier ministre de transition du Mali à l'assemblée générale des Nations et à Paris : Plaidoyer pour l’intégrité territoriale et la sécurité du Mali et une coopération respectueuse et mutuellement avantageuse» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Choguel MAIGA, premier ministre de transition du Mali à l'assemblée générale des Nations et à Paris : Plaidoyer pour l’intégrité territoriale et la sécurité du Mali et une coopération respectueuse et mutuellement avantageuse» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Choguel MAIGA, premier ministre de transition du Mali à l'assemblée générale des Nations et à Paris : Plaidoyer pour l’intégrité territoriale et la sécurité du Mali et une coopération respectueuse et mutuellement avantageuse» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Choguel MAIGA, premier ministre de transition du Mali à l'assemblée générale des Nations et à Paris : Plaidoyer pour l’intégrité territoriale et la sécurité du Mali et une coopération respectueuse et mutuellement avantageuse» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Choguel MAIGA, premier ministre de transition du Mali à l'assemblée générale des Nations et à Paris : Plaidoyer pour l’intégrité territoriale et la sécurité du Mali et une coopération respectueuse et mutuellement avantageuse» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Choguel MAIGA, premier ministre de transition du Mali à l'assemblée générale des Nations et à Paris : Plaidoyer pour l’intégrité territoriale et la sécurité du Mali et une coopération respectueuse et mutuellement avantageuse» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Choguel MAIGA, premier ministre de transition du Mali à l'assemblée générale des Nations et à Paris : Plaidoyer pour l’intégrité territoriale et la sécurité du Mali et une coopération respectueuse et mutuellement avantageuse» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Choguel MAIGA, premier ministre de transition du Mali à l'assemblée générale des Nations et à Paris : Plaidoyer pour l’intégrité territoriale et la sécurité du Mali et une coopération respectueuse et mutuellement avantageuse» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Choguel MAIGA, premier ministre de transition du Mali à l'assemblée générale des Nations et à Paris : Plaidoyer pour l’intégrité territoriale et la sécurité du Mali et une coopération respectueuse et mutuellement avantageuse» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Choguel MAIGA, premier ministre de transition du Mali à l'assemblée générale des Nations et à Paris : Plaidoyer pour l’intégrité territoriale et la sécurité du Mali et une coopération respectueuse et mutuellement avantageuse» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Choguel MAIGA, premier ministre de transition du Mali à l'assemblée générale des Nations et à Paris : Plaidoyer pour l’intégrité territoriale et la sécurité du Mali et une coopération respectueuse et mutuellement avantageuse» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Choguel MAIGA, premier ministre de transition du Mali à l'assemblée générale des Nations et à Paris : Plaidoyer pour l’intégrité territoriale et la sécurité du Mali et une coopération respectueuse et mutuellement avantageuse» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Choguel MAIGA, premier ministre de transition du Mali à l'assemblée générale des Nations et à Paris : Plaidoyer pour l’intégrité territoriale et la sécurité du Mali et une coopération respectueuse et mutuellement avantageuse» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Partager cet article
Repost0
29 août 2021 7 29 /08 /août /2021 15:56
«Transition au Mali : le premier ministre Choguel MAIGA a rencontré les partis politiques» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Le vendredi 27 août 2021, le premier ministre, Choguel MAIGA, a rencontré les représentants des partis politiques, pendant plus de 5 heures. Il est normal que les partis politiques, concourant au suffrage universel, soient concertés. Le succès de la transition dépendra, en large partie, de l'adhésion des Maliens aux orientations données à la Transition. M. Choguel MAIGA, sur un ton mesuré, calme, ouvert au dialogue et constructif, a conduit les débats de façon sereine. Pour le premier ministre, M. MAIGA, le consensus n'est pas l'unanimité. Mais la minorité ne peut pas tout bloquer, au seul motif qu’elle serait en désaccord sur certains points en discussion. Par conséquent, ceux qui ont des désaccords peuvent formuler des propositions, afin de faire avancer le débat.
Plusieurs questions ont fusé, durant un débat passionné, mais respectueux.
Les délais, si contraints, seront-ils tenus ? Certains disent qu'il ne faudrait pas bâcler ou transiger sur la transition ; en d'autres termes un travail en profondeur devrait être mené, en prenant le temps nécessaire. D'autres estiment que le Mali a déjà tenu suffisamment diverses rencontres de concertation et de dialogue, il n'y aurait qu'à les appliquer.
Quelle sera valeur juridique des conclusions des Assises de la Refondation, dans la hiérarchie des normes ; les décisions en émanant seraient-elles supérieures aux normes constitutionnelles ?
Faudrait-il rationaliser le nombre des partis politiques (200) au Mali et introduire une dose de proportionnelle dans le système électoral ? Il n'y a pas de petits ou grands partis. Chacun a vocation à faire entendre sa voix.
Est-ce que les membres des organes de transition (président ou premier ministre) pourront se présenter aux élections présidentielles de février 2022 ? Une question sensible et redoutable.
Le Premier ministre a tenu, d'emblée, à rappeler que les dignitaires de l’Ancien régime «ne seront pas jugés non pas sur ce qu'ils ont été, mais sur ce qu'ils ont fait». Il n'y aura donc pas de règlement de comptes ou de chasse aux sorcières.
La transition doit durer normalement 18 mois (31 octobre 2020 : élection référendaire ; 21 décembre 2020 : élections locales ; 17 février 2022 : 1er tour des présidentielles et des législatives regroupées). Or, à ce jour, dans ce schéma de la transition, 12 mois se sont déjà écoulés, et il n'en reste donc que 6. Aussi, les échanges ont porté sur la sécurité, l'organe unique de gestion des élections, les délais de transition et les Assises de la Refondation, qui pourraient se tenir fin septembre 2021 ou début octobre 2021.
Le thème du besoin de sécurité fait consensus au sein de la classe politique ; même s'il y a des appréciations divergentes sur les causes de l'insécurité, l'essentiel étant de s'atteler à un retour pour une paix durable.
Par ailleurs, il existe une aspiration profonde à la Justice et à une stabilité du pouvoir politique afin de résoudre, durablement, tous les maux gangrénant, structurellement, la société malienne.
Pour les membres du comité stratégique du M5 RFP, en 2020, des orientations ont été dégagées, et donc M. Choguel MAIGA, devenu premier ministre de transition, ne se dédira pas ; il dit ce qu'il fait et fait ce qu'il dit, à savoir :
- une gouvernance vertueuse ;
- des réformes politiques, administratives et institutionnelles profondes ;
- des élections transparentes et crédibles ;
- l'émergence de valeurs éthiques et morales, pour une bonne gouvernance ;
- la consolidation d'un État de droit ;
- l'amélioration, substantielle, des conditions de vie de la population, notamment pour les plus défavorisés, dans une démarche inclusive.
Pour le M5 RFP, si certaines questions font consensus, d'autres épineuses et clivantes, ne pourront être tranchées, de façon durable et acceptable, par la classe politique, que par l'organisation d'assises nationales. Il s'agit notamment :
- découpage administratif ou électoral. Ainsi, en l'état actuel de la situation, et dans le Nord, des zones, avec seulement 10 000 habitants, pourraient avoir 3 ou 4 députés, alors que dans d'autres circonscriptions, il faut, au moins, 600 000 habitants pour 1 député. Cela n'est ni acceptable, ni équitable.
- instaurer une carte biométrique, afin de lutter, efficacement, contre les fraudes électorales.
- et rationaliser le nombre des partis politiques, actuellement au nombre de 200.
En définitive, les Africains, en particulier, les Maliens, depuis les indépendances oscillent entre espoir, colère, ressentiment et scepticisme, à l’égard de la classe politique. En effet, les bourgeoisies nationales africaines, régnant souvent sur de micros entités, ont fait de l’Etat une vache à lait, un délicieux gâteau, pour s’enrichir vite. Qu’importe les belles et mirobolantes promesses, une fois au pouvoir, celles-ci sont souvent vite oubliées, la cupidité refaisant surface ; aussi, la classe politique africaine est largement discréditée.
M. Choguel MAIGA, premier ministre de transition, longtemps handicapé par l’étiquette de dinosaure de la politique, en raison de sa proximité avec le général Moussa TRAORE (1936-2020), rudement concurrencé, un certain temps, par Soumaïla CISSE (1949-2020), a eu la grande intelligence, de se refaire une jeunesse, et de renaître ainsi de ses cendres, tel un phénix. Son mouvement M5 FPR de juin 2020, alors que personne ne l’attendait, a su déboulonner, par une résistance pacifique, comme un Martin Luther KING (1929-1968), l’indolent et le discrédité, président Ibrahima Boubacar KEITA. La victoire de M. Choguel MAIGA a été volée, un certain temps, par les militaires, du fait du coup de force du 18 août 2020. Mais M. Choguel MAIGA, en raison de ses propositions émanant des aspirations profondes du peuple malien, est devenu une personnalité incontournable. Depuis qu’il a été nommé premier ministre de transition, le 7 juin 2020, M. Choguel MAIGA, dans le cadre d’un calendrier de transition, déjà validé, de 18 mois, n’a pas dévié de sa ligne et de ses propositions.
En dépit de ces éloges, fondés sur des faits tangibles, à l’égard de M. Choguel MAIGA, «Il ne faut pas vanter les mérites de la nuit, avant qu’il ne fasse jour» nous disait mon arrière-grand-mère, Dourma LY. Tout observateur attentif et honnête, pour l’instant, à travers ce qu’il dit et ce qu’il fait, M. Choguel MAIGA inspire confiance et fait renaître l’espoir et l’espérance.
Cette rencontre du 27 août 2021 de M. MAIGA avec les partis politiques, a été émaillée de débats passionnés, mais sereins, riches et centrés sur l’intérêt de son pays.
Plein succès à M. MAIGA dans cette transition, dans l’intérêt des Maliens !
Paris, le 29 août 2021 par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

 

«Transition au Mali : le premier ministre Choguel MAIGA a rencontré les partis politiques» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Transition au Mali : le premier ministre Choguel MAIGA a rencontré les partis politiques» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Partager cet article
Repost0
2 août 2021 1 02 /08 /août /2021 12:20
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Nommé premier ministre de transition le 7 juin 2021, M. Choguel MAIGA est venu, le vendredi 30 juillet 2021, livrer sa vision de la transition, avec «un sens des responsabilités et une exigence de l’engagement» dit-il. Le Mali se trouvant à la croisée des chemins, «il faudrait déblayer la voie pour prendre le chemin du salut. Depuis plus d’une décennie le sort n’a cessé de s’acharner contre nous» dit M. MAIGA. «La gravité de la situation exige des pratiques nouvelles, une rupture avec le passé, l’exemplarité dans les actes et les comportements» aussi bien pour les gouvernants que les gouvernés dit M. MAIGA. Il est temps prendre en compte l’aspiration légitime des Maliens au changement.
Le plan d’action est décliné en 9 objectifs, assortis d’un chronogramme de mise en œuvre, avec un coût de 2050 360 000 000 FCA, soit 313 032 061 € (sécurité, politique, social). «Le Mali est un grand malade, nécessitant une thérapie de choc» dit le docteur Choguel MAIGA, faisant appel ainsi à des termes médicaux. Aussi, devant le Conseil national de transition M. Choguel MAIGA, premier ministre, a dégagé un plan d’action de transition inspiré par quatre orientations majeures.
1er axe : Le renforcement de la sécurité sur toute l’étendue du territoire malien
Les séquelles de l’invasion demeurent encore (extrémisme, terrorisme, insécurité). Par suite, il existe «une aspiration profonde, à la quiétude, au bien-vivre ensemble» dit M. MAIGA. Le gouvernement s’engage à mettre tous les moyens matériels et humains nécessaires à la disposition des forces de sécurité. Les effectifs seront renforcés de «façon dense», leurs équipements modernisés, le parcours du recrutement amélioré, de meilleurs formations et entraînements, avec une stratégie de désarmement, de démobilisation et de réinsertion. Des opérations militaires d’envergure seront menées, sur l’ensemble du territoire national, avec un maillage dense, pour un retour de l’administration et des services sociaux dans les territoires.
M. MAIGA prône une relecture «intelligente et consensuelle», des accords d’Alger pour la paix et la réconciliation nationale, avec une «appropriation collective» et une dimension «inclusive». Une relecture de certaines dispositions, en raison de l’écoulement du temps, sera nécessaire.
2ème axe : Les réformes politiques et institutionnelles
Le Mali a besoin d’une profonde refondation, pour un retour à une vie constitutionnelle normale : «les réformes politiques et institutionnelles constituent l’épine dorsale du dispositif de transition, en raison de l’insatisfaction générale à l’encontre de l’Etat qui ne rassure pas, n’inspire pas confiance» dit M. MAIGA.
Par conséquent, il faudrait rénover en profondeur le cadre politique au Mali, notamment les textes fondamentaux, mais aussi doter le pays d’institutions fortes, légitimes permettant une stabilité politique.
Il sera organisé des «Assises nationales sur le refondation», mais ce n’est pas une assise de plus ; «ce cadre de dialogue s’appuiera sur les recommandations et résolutions des dernières années. L’approche consiste à donner la parole, sans censure. Les recommandations issues de ces assises seront exécutoires, aussi bien pour les autorités de transition que les pouvoirs à venir.» dit le premier ministre, M. MAIGA.
3ème axe : L’organisation d'élections générales transparentes, crédibles et inclusives
Les élections doivent être «transparentes, crédibles et inclusives, en vue de conduire à un ordre constitutionnel normal. Ces élections seront le baromètre de réussite de la transition, et conditionneront l’avenir de la démocratie malienne. Les élections ne sont pas un objectif en soi ; il faut les réhabiliter» dit M. MAIGA.
Il sera institué «un Organe unique de gestion des élections» au Mali. C’est une demande permanente formulée par la classe politique malienne. Cet organe politique posera les jalons politiques et institutionnels d’une réforme de la démocratie malienne.
Par conséquent, le système électoral doit aussi être réformé en profondeur, dans un cadre inclusif. Les réfugiés et les déplacés doivent pouvoir participer aux élections.
Par conséquent, le système électoral doit aussi être réformé en profondeur, dans un cadre inclusif. Les réfugiés et les déplacés doivent pouvoir participer aux élections.
Le calendrier de la transition, établi le 15 avril 2021, reste maintenu, à savoir :
  • 31 octobre 2021 tenue d’une élection référendaire ;
  • 26 décembre 2021, élections des conseillers communaux, régionaux, et du district de Bamako ;
  • Elections présidentielles et législatives couplées : 1er tour le 27 février 2022, et second tour les 13 et 20 mars 2022.
4ème axe : La promotion d’une bonne gouvernance et l’adoption d’un Pacte de stabilité
«Nous nous sommes engagés dans une gouvernance de rupture et d’exemplarité. Une lutte implacable sera engagée pour combattre la corruption et l’impunité, à la base de la déliquescence de l’Etat du Mali» dit M. MAIGA.
Il y aura des audits sur les biens mal acquis, des enquêtes sur les différents crimes et délits, notamment la répression en juin 2020, contre les manifestants.
Le train de vie de l’Etat malien sera réduit, pour dégager des marges de manœuvre financières en vue d’améliorer les conditions de vie des Maliens. Au minimum 100 milliards FCA (1 539 000 €) seront alloués aux secteurs prioritaires, notamment sociaux. Le gouvernement traitera toutes les formes de vulnérabilités.
En vue de plus de justice et d’équité, une conférence sociale sera convoquée, en concertation avec les différents acteurs sociaux. C’est «un exercice de recherche des causes profondes du malaise en vue d’aboutir un contrat social, pour des solutions ambitieuses et durables, tout en préservant les équilibres budgétaires de l’Etat» dit M. MAIGA.
Par conséquent la grille salariale de la fonction publique sera revalorisée, dans la poursuite du dialogue social. Les enseignants, dans le respect de l’équilibre budgétaires, ne seront pas oubliés. «Nos parents enseignants n’ont rien à craindre. L’article 39, je le dis solennellement, n’a pas été abrogé ; c’est un texte emblématique pour les forces du changement. Les primes et indemnités cumulés faisaient 1400 milliards de FCA (2 154 000 000 €), soit plus de la moitié du budget. Il faut dire le discours de la Vérité aux Maliens. L’article 39 va être maintenu. La grille salariale va être harmonisée. Cependant, 10% des enseignants n’ont pas constaté des augmentations de leur indice ; il faut chercher l’équité. Ces enseignants lésés verront des ajustements nécessaires. Les négociations sont en cours. Sans école, il n’y a pas de pays. Tout ce qui est raisonnablement possible de faire, sera fait, tout en disant la vérité, dans le respect des équilibres macroéconomiques. Notre pays tient, parce que nous disons la Vérité, dans l’équité» dit M. MAIGA.
En définitive, et pour l’instant, deux écueils ou doutes majeurs ont été levés ou contournés.
D’une part, et jusqu’ici, les différents coups d’Etat militaires en Afrique avaient confisqué le pouvoir politique, refusant le retour à la démocratie et la restitution du pouvoir aux civils. Depuis le 18 août 2020, date du coup d’Etat militaire, un semblant de démocratie, bien que sous la tutelle de l’armée, semble fonctionner au Mali, tant bien que mal, avec des espaces de liberté, de dialogue et de fonctionnement des institutions.
D’autre part, M. Choguel MAIGA, le tombeur du président indolent, M. Ibrahima Boubacar KEITA, à travers des manifestations pacifiques du 5 juin 2020, qui ont abouti à sa chute, ne s’est pas, pour l’instant, renié. Il fait ce qu’il dit, il dit ce qu’il fait. Cohérent, structuré dans son discours avec un diagnostic pertinent de la situation, le docteur Choguel MAIGA envisage un traitement de choc pour le Mali, confronté en permanence à des secousses depuis l'indépendance.
On connaît la profonde désaffectation des populations à l’égard des pouvoirs politiques, notamment par rapport aux objectifs posés (élections libres et transparentes, bonne gouvernance). A ce stade, les intentions et les actes posés semblent aller dans le bon sens. C’est dans la durée que l’on jugera aux actes concrets. «Je suis une aveugle, je ne vois que ce Je touche» disait mon arrière-grand-mère, Dourma LY.
Je souhaite donc au Mali et aux Maliens qu’ils retrouvent, enfin, le chemin de la paix, de la concorde et du bien-être. Les Maliens ont droit au Bonheur.
Paris, le 1er août 2021 par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
 
 
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali et transition : Le premier ministre Choguel MAIGA s'engage vers un gouvernement de rupture» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Partager cet article
Repost0
8 juin 2021 2 08 /06 /juin /2021 07:41
«Mali : M. Choguel MAIGA premier ministre de transition, pour rupture totale, l’exemplarité, et l’inclusion» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Au Mali, le colonel Assimi GOITA, devenu président de transition, a nommé le 7 juin 2021, M. Choguel MAIGA, du Mouvement M 5 RFP, premier ministre.
Dans sa première déclaration, M. Choguel MAIGA a énoncé de grands principes concernant sa gouvernance qu’il veut de rupture totale, par l’exemplarité positive. M. MAIGA s’engage pour une transition inclusive ; aucun Malien ne sera laissé au bord de la route. Son gouvernement a pour ambition de faire de la Politique au sens noble du terme. En effet, la Politique est pour lui, au sens où l’entendait Aristote, la poursuite du Bien commun. La crise qui frappe les sociétés africaines est avant tout celle des valeurs, de l’éthique et de la bonne gouvernance. Gouverner pour servir, afin d’améliorer les conditions de vie des populations, et non se servir ; telle est l’exigence fondamentale de notre temps.
Ingénieur des télécommunications de profession, proche du général Moussa TRAORE (1936-2020) un militaire qui avait renversé Modibo KEITA (1915-1977), M. Choguel MAIGA est doté d’une expérience et d’un sens politique. Comme je le dis souvent, la Politique ce n’est pas une question de diplômes, c’est avant tout un véritable Art. Choguel MAIGA doit sa survie antérieurement, et maintenant à son triomphe en qualité de premier ministre, sa vision d’un Mali de paix, indépendant, mais ouvert aux autres, sa résilience, sa capacité d’écoute et de dialogue, ainsi que sa grande sérénité, devant les agitations stériles. Ce sont là d’éminentes qualités d’homme d’Etat qui sont des viatiques pour un succès. En effet, initialement membre de l'Union nationale des jeunes du Mali, il a été Ministre de l’Industrie et du Commerce de 2002 à 2007, puis Ministre de l’Economie numérique, de l’Information et de la Communication, porte-parole du gouvernement. Choguel MAIGA s’est présenté, à deux reprises, à l’élection présidentielle, en 2002 et en 2013. Ancien Directeur général de l’Autorité malienne de régulation des télécommunications et des postes (AMRTP), aimant la lecture et le sport, Choguel MAIGA est marié et père de 7 enfants.
M. Choguel MAIGA, nouveau premier ministre, doit renouer le fil du dialogue avec la CEDEAO qui avait suspendu le Mali de ses instance. Il doit aussi assurer la défense d’un Mali uni et de paix. C’est dans ce sens que la relation avec la France sera un des importants dossiers pour le nouveau premier ministre, une relation de coopération, mutuellement avantageuse, dans le respect de chaque partie. Le Mali est un grand test pour un renouveau de la coopération entre la France et ses anciennes colonies.
En définitive, la Politique, c’est l’art du Bien-vivre ensemble, comme le disait Aristote, c’est-à-dire, l’aptitude à aller dans le sens de l’Histoire, en sachant répondre aux aspirations légitimes de son peuple. Aussi, dans ce moment critique de la société malienne, Choguel MAIGA sera, particulièrement, attendu sur une transition démocratique rapide, dans le respect des règles énoncées par le Mouvement M 5 RFP en juin 2020, à savoir :
 
  • Les Assises nationales sur la refondation en vue de doter le Mali d’institutions, d’une Constitution démocratique ; - L’organe de gestion de la veille pendant la transition ;
 
  • Le Haut conseil consultatif ;
 
  • Une cour des comptes ; la corruption et la mauvaise des finances publiques sont des plaies dans le monde politique malien ;
 
  • Les dispositions à valeur constitutionnelle, pour la promotion et la responsabilisation, aux fonctions électives et nominatives, ainsi que des femmes, des personnes handicapées et des jeunes
 
  • L’autorité de régulation de la communication audiovisuelle
 
  • La prolongation de la durée de la garde à vue des personnes poursuivies pour des faits de terrorisme ou d’atteinte à la sûreté nationale
 
  • La nomination à certains postes administratifs ou financiers impliquant la gestion de fonds publics, par décret en conseil des ministres
 
  • La reconnaissance des mécanismes traditionnels de règlement des litiges, fondés sur les us et coutumes des différentes communautés
 
  • le retour au caractère civil et démocratique du gouvernement, dans de brefs délais, avec l’organisation d’élections transparentes et multi-partisanes.
 
Aussi, je renouvelle mes vœux ardents que le Mali, un pays riche au plan culturel, retrouve la confiance en lui, dans la paix, l'unité, la démocratie, le caractère civil du gouvernement et le bien-être de tous.
Références
MAIGA (Choguel, Kollala), SINGARE (Issiaka, Ahmadou), Les rébellions au Nord du Mali, des origines à nos jours, Bamako, (Mali), Edis, juin 2018, 452 pages.
 
Paris, le 7 juin 2021, par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali : M. Choguel MAIGA premier ministre de transition, pour rupture totale, l’exemplarité, et l’inclusion» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Partager cet article
Repost0
28 mai 2021 5 28 /05 /mai /2021 22:44
«MALI : Choguel Kollala MAIGA, pressenti pour le poste de Premier Ministre de Transition : une Victoire de la Ténacité, du Courage, de l’Expérience, de la Stratégie et de la Probité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
La junte militaire, arrivée au pouvoir le 18 août 2020, par surprise et effraction, avait, dans une certaine mesure, «volé la victoire» du Mouvement M. 5 RFP de Choguel MAIGA qui avait engagé dans une insurrection depuis le 5 juin 2020, en vue de la destitution de IBK. Dépossédé fort injustement de sa victoire, au dernier moment, par les militaires, là aussi, la situation était semée d’embûches et de germes de divisions au sein du M5 RFP : comment évaluer la situation nouvelle ? Faut-il faire une pause dans les manifestations, après le massacre de manifestants ?
Cependant, et depuis presque 10 mois, la transition, en dépit de vœux pieux, s’enlisait dans des méandres marécageux et les incantations stériles. Et puis, il y a eu ce coup de théâtre, le président de transition, BAH Ndaw et son premier ministre, Moctar OUANE, après avoir, le 24 mai 2021, formé un nouveau gouvernement, ont été arrêtés, pour soupçons de «collusion avec la France», et transférés, à ce fameux camp de Kati. En raison de cette nouvelle crise politique, appelée deuxième coup d’Etat, les spéculations allaient bon train. On s’interrogeait : comment le Mali allait s’en sortir de cette crise dans la crise ?
En dépit de certaines trahisons et des doutes, la constance, l’expérience, la droiture et la stratégie de Choguel MAIGA ont fini par payer. En effet, les militaires avaient initialement mené une stratégie de contournement, voire de liquidation, à tout le moins de discrédit du M 5 RFP de Choguel MAIGA. Les anciens amis de IBK, ou même des compagnons de route du M5, sont allés à la soupe, et ont infiltré, en masse le gouvernement de transition des militaires, avec une tentative de discrédit et de marginalisation du mouvement M5. Si la population est devenue, à force de choses, méfiante à l’égard d’une classe politique traditionnelle, les militaires des gens intelligents, à ne pas sous-estimer, ont fini, probablement, par apprécier la probité et la constance de Choguel MAIGA, devenu une personnalité de recours incontournable et dominant maintenant la vie politique malienne.
Finalement, c’est donc Choguel MAIGA qui est pressenti pour le poste de Premier Ministre de Transition. C’est, avant tout, une victoire de la ténacité, du courage, de l’expérience, de la stratégie et de la probité. Il y a de cela un an, bien que mal élu, IBK l’ancien président du Mali, soutenu par le parti colonial, était solidement installé au pouvoir. En définitive, les manifestations de juin 2020, ont conféré à Choguel, devenu personnalité politique malienne de premier plan, des galons de «Général» pour un combat républicain, en vue d’un Mali démocratique et de paix. Pourtant, auparavant, et en raison de la multiplicité des partis politiques, sur la scène politique malienne se jouait une concurrence rude et, à peine feutrée, entre Choguel MAIGA, et Soumaïla CISSE (20 déc. 1949 – 25 déc. 2020). Cependant, dans sa plate-forme, le mouvement M. 5 exigera, constamment la libération de Soumaïla CISSE, en otage à la veille des législatives, sous IBK. En effet, et en raison de la contestation de la légitimité de son pouvoir, de l’anarchie et de la division du pays, ainsi que la corruption à vaste échelle, rien, a priori, ne semblait menacer la réélection de IBK. Mais dans ce ciel malien ensoleillé et qui semblait serein, voilà que Choguel MAIGA, lance le 5 juin 2020, un vaste mouvement de désobéissance civile, si puissant que les militaires, le 18 août 2020, déposeront doucement IBK à la caserne de Kati.
Ce choix porté sur la personne de Choguel MAIGA est la reconnaissance de ses qualités de stratège, dans la constance, pour avoir fait bouger les lignes, par des manifestations pacifiques, de désobéissance civile.
Né le 1er janvier 1958, à Tabango, (cercle d’Asango, région de Gao), dans le Nord du Mali, Choguel MAIGA est particulièrement attaché à l’unité du Mali, et hostile à tout découpage factice ou toute partition de ce pays. A ce titre, il est l’auteur d’un ouvrage «les rébellions du Nord du Mali». Par conséquent, il a pu signaler son étonnement : le Mali, un pays très étendu (1 240 190 Km2, soit 2 fois et demi la France) avec 7 pays limitrophes, avait une armée respectée de tous, avec plus de 36 avions militaires. Comment en est-on arrivé là ?
Pour M. MAIGA, originaire du Nord confronté au Chaos, les gouvernements maliens successifs ont fait de mauvais diagnostics de la situation et les réponses apportées ne peuvent être qu’inadaptées. Ils ont été victimes de l’intoxication de la propagande des Touaregs et des Arabes du Nord malien qui se disent victimes de l’abandon et de la discrimination. Selon M. MAIGA certaines voix, dans une démarche anti-française, s’élèvent au Mali pour réclamer l’intervention militaires des Russes ou des Chinois. Pour lui, la France reste l’allié historique et stratégique du Mali, et c’est au gouvernement malien dire, clairement à la France, un pays ami, ce qui a fonctionné ou non dans les accords militaires. Quand on est amis, on peut se dire tout. Or, le gouvernement malien n’a jamais protesté contre le double jeu de certains gouvernements français. C’est ainsi, quand M. Alain JUPPE, sous SARKOZY, venu au Mali, en février 2012, pour évoquer l’autonomie des Touaregs. Le gouvernement malien aurait dû s’y opposer, fermement.
Ingénieur des télécommunications de profession, proche du général Moussa TRAORE (1936-2020) un militaire qui avait renversé Modibo KEITA (1915-1977), M. Choguel MAIGA est doté d’une expérience et d’un sens politiques. Comme je le dis souvent, la Politique ce n’est pas une question de diplômes, c’est avant tout un véritable Art. Si Choguel MAIGA a su survivre de ce monde hostile, de caïmans, d’ambitieux, et de critiques faciles, il doit à sa capacité de dialogue, sa vision d’un Mali de paix, indépendant, mais ouvert aux autres, sa capacité de résilience et de dialogue, ainsi que sa grande sérénité, devant les agitations stériles. Ce sont là d’éminentes qualités d’homme d’Etat qui sont des viatiques vers un succès. En effet, initialement membre de l'Union nationale des jeunes du Mali, il a été Ministre de l’Industrie et du Commerce de 2002 à 2007, puis Ministre de l’Economie numérique, de l’Information et de la Communication, porte-parole du gouvernement. Choguel s’est présenté, à deux reprises, à l’élection présidentielle, en 2002 et en 2013. Ancien Directeur général de l’Autorité malienne de régulation des télécommunications et des postes (AMRTP), aimant la lecture et le sport, Choguel MAIGA est marié et père de 7 enfants.
Si la nomination de Choguel MAIGA était confirmée, les travaux du Mouvement M5 RFP sont déjà, à eux seuls, un véritable programme de gouvernement, devant rassembler tous les Maliens. Choguel MAIGA, un partisan du général Moussa TRAORE, vient du «Vieux Monde». Cependant, il a su mobiliser le peuple malien et faire émerger des idées nouvelles, une offre politique correspondant aux aspirations du peuple malien. Le pouvoir isole, corrompt et ébloui, et sitôt, les bonnes intentions sont oubliées. La politique est de nos jours, assimilée au mensonge, à l’instrumentalisation, aux combines, et au désir de s’enrichir, vite, sur le dos de la population. Par conséquent, on doit toujours juger les hommes politiques, non seulement à leurs paroles, mais surtout à leurs actes concrets. En effet, un homme politique de valeur, fait ce qu’il dit et dit ce qu’il fait. Dans notre Afrique ancestrale, l’Homme, c’est sa parole, et la parole c’est l’Homme. La Politique, c’est l’art du Bien-vivre ensemble, comme le disait Aristote, c’est-à-dire, l’aptitude à aller dans le sens de l’Histoire, en sachant répondre aux aspirations légitimes de son peuple. Aussi, dans ce moment critique de la société malienne, Choguel MAIGA sera, particulièrement, attendu sur l’application concrète du programme du M5 RFP, le respect de la parole donnée à savoir :
- Les Assises nationales sur la refondation en vue de doter le Mali d’institutions, d’une Constitution démocratique ;
- L’organe de gestion de la veille pendant la transition ;
- Le Haut conseil consultatif ;
- Une cour des comptes ; la corruption et la mauvaise des finances publiques sont des plaies dans le monde politique malien ;
- Les dispositions à valeur constitutionnelle, pour la promotion et la responsabilisation, aux fonctions électives et nominatives, ainsi que des femmes, des personnes handicapées et des jeunes ;
- L’autorité de régulation de la communication audiovisuelle ;
- La prolongation de la durée de la garde à vue des personnes poursuivies pour des faits de terrorisme ou d’atteinte à la sûreté nationale ;
- La nomination à certains postes administratifs ou financiers impliquant la gestion de fonds publics, par décret en conseil des ministres ;
- La reconnaissance des mécanismes traditionnels de règlement des litiges, fondés sur les us et coutumes des différentes communautés
- Retour au caractère civil et démocratique du gouvernement, dans de brefs délais, avec l’organisation d’élections transparentes et multi-partisanes.
Je forme des vœux ardents que le Mali, un pays riche au plan culturel, retrouve la paix, l'unité, la démocratie et le bien-être de tous.
Références
MAIGA (Choguel, Kollala), SINGARE (Issiaka, Ahmadou), Les rébellions au Nord du Mali, des origines à nos jours, Bamako, (Mali), Edis, juin 2018, 452 pages.
Paris le 28 mai 2021 par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
 
 
 
«MALI : Choguel Kollala MAIGA, pressenti pour le poste de Premier Ministre de Transition : une Victoire de la Ténacité, du Courage, de l’Expérience, de la Stratégie et de la Probité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«MALI : Choguel Kollala MAIGA, pressenti pour le poste de Premier Ministre de Transition : une Victoire de la Ténacité, du Courage, de l’Expérience, de la Stratégie et de la Probité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Partager cet article
Repost0

Liens