Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de BA Amadou Bal, Paris 19ème ISSN 2555-3003 (BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE France B.N.F GALLICA. Http://baamadou.overblog.fr/
  • : Ce blog personnel de M. Amadou Bal BA est destiné à l'échange en politique, littérature, histoire, faits de société et le bien-vivre ensemble. Google News BIBLIOTHEQUE NATIONALE DE FRANCE ISSN 2555-3003 BNF GALLICA. Http://baamadou.overblog.fr/
  • Contact

Recherche

4 juillet 2022 1 04 /07 /juillet /2022 22:14
Peter BROOK (1925-2022) his Constant and Unwavering Solidarity with Africans” by Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
True political theatre is affirming the dignity of man”, says Peter BROOK. Far from the futile hustle and bustle of a self-centered, peaceful, affable, simple world, inhabited by an inner world of compassion, Peter BROOK in his vision of a world theater, has greatly valued the cultural heritage of Africa and its diasporas. “Peter Brook is the director of changing points of view and multiple truths. During his career, he often surprised critics with sudden and unforeseen variations. However, in the continual movement that characterizes his theater, a constant presence appears: Africa. Brook establishes with this continent a privileged relationship made of many trips, staging of African atmosphere and a long collaboration with African actors. In his search for regeneration, Brook detached himself from the theatrical trends of the time and embarked on a completely original journey: he was the first director to address Africa, while most theatre artists turned instead to the East, in order to grasp the secrets of ancient stage traditions rich in a thousand-year-old codification”, writes Rosaria RUFINI, in “Africultures”. Indeed, confirmed at the age of 16, as a follower of the Anglican Church, Peter BROOK, in his convictions, continued to wonder, aloud, about the meaning of spiritual commitment :It led me to think, “why would it be better than Islam ?” So, I read about Islam, and then about Buddhism. And that led me to India. But I'm still back to square one. Taste, test, question and never come to a conclusion," he says. "Denying what is the foundation of your path is artificial, it has always forbidden itself to consider a civilization, a way of thinking as superior to others, starting with his own”, says Peter BROOK.
Also, Peter BROOK, animated by a spirit of Brotherhood and Justice, had remarked, that because of serious colonial prejudices, Africa and its artists have been in Western capitals often marginalized and ostracized. “I am convinced that beyond a thousand real but superficial differences, all men are the same. If we start from this conviction, racism disappears”, says Peter BROOK, in his great benevolence. Therefore, Peter BROOK is, above all, a director opening doors to African actors in Paris, which have remained closed until now, if only for subordinate or decorative roles. Indeed, like René MARAN, who wanted to be a “Man like the others”, Peter BROOK gave the opportunity to African actors, exiled in Paris, to be able to express, fully, the measure of all their talents.
Born in Chiswick, London, on March 21, 1925, to Jewish parents from Latvia, Russian territory at the time, Peter BROOK, living in Paris since 1971, had the ambition to tear down the walls of misunderstanding between men. “The Paris I discovered in my youth was a hub and a boiling center for culture. In London, I found that culture was closed in on itself. My desire to go beyond borders also had a political meaning because you can't just stay on your own quant-à-soi”, he says. In 1974, Peter BROOK found an unusual and captivating place, the Bouffes du Nord theatre, closed for 20 years and located in the popular district of La Chapelle, between Barbès and the Gare du Nord. In its multiculturalism, it brings together artists from all countries, especially Africans, hitherto marginalized : “The discovery of the Bouffes du Nord was not due to chance: it was the continuation of three years of exploration, in Africa and elsewhere, with the International Center for Theatrical Creations. We first did hundreds of improvisations in places in the Paris region that had never been used for shows. In homes for immigrants, schools, with the disabled, in hospitals, prisons. Then we went to Africa and found that anywhere you could put on a carpet and have people sitting around”, says Peter BROOK.
Citizen of the world, rich in his encounters, Peter BROOK holds his openness to the others of his parents : “It is my parents who gave me this taste for travel. My father saw it as the best training. So did my mother. They were open people. They believed in progress through science. As much as a conviction, it was their true faith”, he said. Indeed, his father, from a liberal-minded family, Simon BROOK, born in Dvinsk in 1888, a supporter of the Mensheviks and follower of KARENSKI, will expatriate to Liège, Belgium. He took the name “BROUCK” and studied physics, mathematics and electrical engineering. His fiancée, Ida JANSEN, a chemist, joined him, marrying him in 1914. The couple moved to Brussels, then to Ostend, Paris, to settle in London, where Peter BROOK was born. His parents destined his brother Alex for medicine ; Peter was to become a lawyer. In 1942, at the age of 17, he revolted and wanted to become a director to make films. “I wanted to be a writer, journalist, composer, musician, painter but I quickly realized that I could never compete with the artists who were my references at the time”, he says.
Peter BROOK first tried his hand at various Western works in Britain, such as Hamlet or Dom Juan's opera. “In the extremely closed and grey England of those years, I first became interested in theatre because of the atmosphere there: a certain energy, a certain excitement. The theater itself was mortally boring, but, within this artificial form, there was great vitality”, he says. Bored in London, mobile spirit, fighting against conformism, and sometimes adventurous, Peter BROOK is constantly fighting against the routine, “the devil is boredom”, is the title of one of his books "the whole problem is whether there is this spark, this little flame that lights up and gives an intensity to this moment picked up or not" he writes. Also, to keep his audience constantly awake, he constantly fights boredom, in order to maintain the flame: "In the theater, boredom, like the devil, can arise at any moment. It only takes a little and it jumps on you. He watches, he is voracious ! He seeks the moment to slip invisibly inside an action, a gesture, a sentence. In the theater, as soon as boredom appears in me, it's a red flasher !" he writes.
In Paris, in this desire to discover the other, Peter BROOK is at ease in this multiculturalism : “It was at the invitation of Jean-Louis Barrault, who offered me to lead a workshop as part of the Théâtre des Nations, that I began to meet in Paris American, Portuguese, French, African and Japanese actors, who, at the time, were not present on any theater stage. What interested me was to bring together people from different cultures to work together on the same story”, he says. In his autobiographical book, “Forgetting Time” published in 2017, Peter BROOK recounts how much a life can be inhabited by a vocation as much as it can do it. In this book, the artist recounts his beginnings in London, his installation in Paris, his relationship with the Gurdjieff group, as well as his encounters with significant cultural figures of French and international cultural life. Adopting a bias of eclecticism, he successively presents authors as diverse as Jean-Paul SARTRE, André RUSSIN, Dostoevsky or Jean ANOUILH. Peter BROOK's ambition was to help others make their voices heard. Indeed, in Paris, Peter BROOK entrusted the role of Polonius, the lord chamberlain and adviser to the king, in the tragedy of Hamlet, to a Malian actor, Habib DEMBELE, known as Guimba. A specialist in William SHAKESPEARE, he rubbed shoulders with his literary production, through its many dimensions, always elusive and inaccessible “Shakespeare's plays are like planets. In an incessant movement, they approach us for a moment, then move away swirling in their orbit”, he writes.
In France, Peter BROOK made triumph, in Avignon, his “Mahabharata”, an Indian epic, recounting the dynastic struggle between two branches of the same family : the Pandava and the Kaurava. Their opposition will go so far as to jeopardize the existence of the world itself. Peter BROOK having spotted Sotigui KOUYATE (1936-2010), a Guinean artist of origin, Malian by birth, Burkinabe by adoption, performing a film by Christian RICHARD, “the courage of others”, he engages him in the “Mahabharata”, to embody the role of the sage Bhisma, a kind of voice of the Ancestors, embodying the forces of the spirit, with a certain fantasy. In 1990, during the premiere of William SHAKESPEARE's play, “The Tempest”, Peter BROOK also gave Sotigui KOUYATE the role of Prospéro. “Western actors have many qualities necessary to explore, in Shakespeare's plays, everything related to anger, political violence, sexual suffering, psychological introspection. But it's not easy for them to find images of an invisible world”, says Peter BROOK. This artist, who became Peter BROOK's favorite actor, collaborated with Sotigui KOUYATE for four years, notably in “Hamlet”, “Qui est là”, “Antigone”, “the man who took his wife for a hat” or the “The Suit" of the South African, Can TEMBA, as well as “Thierno Bocar” by Amadou Hampâté BA. In the end, Sotigui KOUYATE considered Peter BROOK, his mentor, as a representation of the father figure : “I never saw my father looking behind him. A noise, someone calling, he stopped, but did not turn around. After his death, I found an answer: he taught me to live in front of me, without ever going back. I find this in Peter Brook's work: what is done is done; we can't go back to a performance from yesterday to play today”, says Sotigui KOUYATE. Finally, Sotigui KOUYATE will say : “In the West they say : “You have to kill the father, to be; in our country we say : “Be your father, but surpass him”.
In Paris, seeking a cultural renaissance, Peter BROOK put color in the Parisian theatrical space “Peter Brook was one of the first to introduce diversity, and it was not a small revolution, a theater that was essentially white” says Olivier PY, director of the National Theater of Avignon. Indeed, in his relations with Africans, Peter BROOK has always considered that difference, far from constituting an Evil, is an extraordinary source of inspiration, a way of constantly renewing his art, fleeing boredom and conservatism. Therefore, Peter BROOK set himself the goal: to break down the partitions of misunderstanding artificially established between Men by the forces of Chaos. In his art, it is about revealing to the viewer what is hidden. Peter BROOK is convinced that Africa, a continent of the forces of the spirit, the cradle of Humanity, concentrates and unites, in itself, the profane and the sacred, the visible and the invisible. Speaking several languages and travelled a lot and rich in his encounters, Peter BROOK, curious about everything and others, has made the theater a powerful tool for rapprochement and understanding between peoples.
Peter BROOK was one of the first great directors to address Africa, adapting in 1979, with Michael BOWENS, Birago DIOP's “The Bone” :I have always been fascinated by the tradition of storytelling. That's how I became interested in the writings of Amadou Hampâté Bâ, Birago Diop or Thierno Bocar, played by Habib DEMBELE dit Guimba. I liked the ability of African storytellers to invent comedic situations to capture the attention of their audience” says Peter BROOK. Peter BROOK had mounted, in 2003, a play on one of the works of Amadou Hampâté BA, and concerning his spiritual guide and mentor, Thierno Bocar, persecuted by the French colonizer. Indeed, Peter BROOK is a supporter of the humanity of the smile: “Being too serious is not very serious” said Amadou Hampâté BA (1900-1991, see my article on this traditionalist). In his constant and unwavering solidarity with racialized people, Peter BROOK is in fact a great humanist. In his book, “The Space of emptiness. Written about the theatre”, he has greater ambitions. Theatre is for him, for sure, an end. But it is also the way to found and maintain a community of men and women capable of undermining, by their own example, an established order, of bringing a concern and happiness that other performing arts, too dependent on the economic forces they could denounce, cannot hatch. Also, Peter BROOK had also strongly supported Raliatou Fifi NIANE, one of the daughters of Djibril Tamsir NIANE (1932-2021, see my article), an African traditionalist.
Peter BROOK was also interested in black South African artists during apartheid : “In South Africa, with apartheid, it was infinitely more complicated. In this society of unparalleled cruelty, any form of art was forbidden to blacks. But I discovered an exception to the rule. Out of commercial necessity the Johannesburg market space was a place that ignored racial discrimination. Blacks and whites could rub shoulders there and this is what led Barney Simon to create the Market Theater with the possibility of bringing together a mixed cast and playing in front of a mixed audience. We became friends, that's when I discovered the pieces of Athol Fugard that we later brought to the Bouffes du Nord”, he says. In particular, Peter BROOK hires Habib DEMBELE, known as Guimba, born in San (Mali), candidate for the Malian presidential election of 2002, “for laughs”, to play, in 2006, in “Sizwe Banzi is dead”, a play written in 1972, by South African authors Athol FUGARD, John KANI and Winston NTSHONA. The role of an actor like Habib DEMBELE is to look at life, to celebrate it, to “highlight what normally goes unnoticed: impulses, reactions, everything that in the human being is hidden. Habib Dembélé, who stars in Sizwe Banzi, is an actor who looks at life like Cartier-Bresson, with an incredibly keen sense of observation and humor. And when he plays, because he has developed a body that responds to this, all this observation, this energy, and at the same time these feelings of joy in front of the absurdity of things, all this is expressed, is highlighted. It's much more than bodily expression, it's not personal expression: he's not just talking about himself doing this, he's talking about someone else”, says Peter BROOK.
Here, in this theater called “Townships”, of the left behind, in the time of Apartheid, focuses on a painful human experience, that of racism in its harshest harshness, a dehumanizing world of an entire black community struck by opprobrium. “In the 70s, when we were working in Europe and New York to change the theater, to involve not only the intellect of the actor but also his whole body, now these South African actors, using the basic materials of theater – the body, the imagination, the words – arrived at a theatrical form to which we aspired. It was a form of great vitality born in the streets from the need to communicate with the other”, says Peter BROOK. In 1950, in South Africa, racial identities were regulated, sexual relations and marital union between members of different “races” were prohibited, the freedom of movement of blacks was curtailed, and any such questioning was prohibited. Apartheid reinforced this system of racial segregation. Also, the main character of this play, Sizwe Banzi, an undocumented, will usurp the papers, in good standing of a dead, in order to be able to survive. However, by renouncing his real name, Sizwe Banzi must also renounce his identity, his history and this loss is a great tear ; indeed, to renounce one's name is a bit to die. Peter BROOK calls on a Belgian actor of Congolese origin, Pitcho Womba KONGA, in this play. In his humanism and concern Peter BROOK calls Apartheid “one of the most monstrous distortions in the modern world”.
This tragedy comedy, a lesson in courage and humanity, a suffering and a joy of life, makes “laugh not to cry” writes Aurélie OLIVIER. Sizwe Banzi is still very topical because of the tragedy experienced by migrants and undocumented migrants in rich countries. This play is a powerful denunciation of oppression and intolerance : “What's going on in this damn world ? I'm a man. I have eyes to see”, writes Sizwe Banzi.
In his ethic of curiosity and openness to Africans, Peter BROOK also directed in 1999, at the Bouffes du Nord, a short story by a South African, Can THEMBA (1924-1968), “The Suit” or “The Costume”. It is an evocation, in a system of dehumanizing Apartheid, of injustice, forgiveness and compassion. The setting that smells of sulfur, along with alcohol, music, knife and sex, takes place in Sofia, a black township on the outskirts of Johannesburg, now razed, embodying an island of joie de vivre. “This township with its crimes, its whores, its jazz musicians thirsty for illicit ambrosia, its poets, its photographers, its writers, its gangsters full of American cinema and even some whites: a mixture of people, a concentration of thought and talent having to do with the Saint-Germain-des-Prés or the Tangier of yesteryear has misery in addition” says Peter BROOK. It calls on three talented black actors : Bakary SANGARE, French native of Mali, for the role of Philemon, the cuckold husband, Mathilde JEAN-BAPTISTE, an English actress of Antiguan and Saint-Lucian descent, or the heroine Mathilde, a femme fatale, a strong sensual and free beauty, and a Malian actor, Sotigui KOUYATE who will be the lover, Maphikela.
Therefore, it is a play telling a story of adultery, in the context of Apartheid, South Africa. Indeed, Philemon, a black man is wrong to return home at an unusual time. He finds his wife, Mathilde, in bed with another black man, Maphikela. He is not the type to look for the fight and hides while the lover, feeling spotted, leaves pretty much naked in the street. Remains his costume. The husband, petty and resentful, will end up pretending to forgive, but in the form of a poisoned gift. The husband greets this jacket and trousers with solemnity, as if it were a human being, and asks his wife to take care of it as a precious friend, not to leave it, to pamper it, to feed it. Here is the adulterous woman forced to live, not with a lover, but with her ghost. Therefore, true forgiveness will not come, the memory of the fault being maintained through the costume, standing between this couple, an obstacle to any forgetfulness. The author of this play, Can THEMBA, in “The Suit”, a play written in 1950, a simple, beautiful and tragic story, but long censored, denounced the mistreatment of women. A talented and cursed writer, Can THEMBA, destroyed by Apartheid, died in exile, plagued by alcohol and despair. “Can Themba was the brightest and youngest journalist of the Drama, a local leaf. He burned his life. Night after night, he told stories. He wrote only short stories in this country where a black man, even an extralucid one, was not allowed to publish. Went into exile in Lesotho, where he was bored, near his wife, aware of the fragility of the moment, in a kind of intuition of not having it for long”, says Peter BROOK. Mathilde, the heroine of this play, lets herself die. Despite Sophia's dizzying festive spirit, this play is a nod to the mistreatment suffered by blacks during the apartheid era, dying.
Ultimately, Peter BROOK aimed to make his viewers more human and benevolent. Apostle of empty space, of a multicultural scene, Peter BROOK placed himself resolutely in the field of Fraternity and Justice. For Peter BROOK, theatre is a balance of the distant and the near, in order to reveal something unexpected, not banal, but the exotic must bring the spectator back, not to the strangeness but to the banality of everyday life. “I can take any empty space and call it a scene”, he said. As a result, Peter BROOK staged plays nourished by exoticism, with actors from different cultures, and toured all over the world, often in new places : from African villages to the streets of the Bronx, via the suburbs of Paris.
Setting up theater spaces in unusual spaces (Township, African villages, outlying neighborhoods), Peter BROOK revolutionized the set and staging, “Master of empty space, Peter Brook was one of the first to throw to the nettles the pageantry of the sets and the stage curtain to place the actor in the foreground and testify to the diversity of cultures by surrounding himself with an international troupe”, writes Marie-Hélène ESTIENNE in “Les Inrockuptibles”, of the 25 June 2019. He surrounded himself with African actors with a dimension of storytellers or griots, such as Sotigui KOUYATE or Habib DEMBELE. Passionate about the piano, Peter BROOK, director, actor, director and writer, believes that a good actor must be able to inhabit his character while filling him with the fullness of his experience and for this the artist must throw himself into the water. He renews the staging with a contemporary writing, a bold setting. “At the beginning of my career, in England, I quickly realized that theatre was totally blocked by pre-established conventions. My job has always been to free myself from it to get it out of the ruts of tradition”, says Peter BROOK. He then freed himself from the authority of the staging plan previously established to rely on the direct relationship with the actors and renew the process of developing the show.
In short, in his humanism, and in the face of the rise of the forces of Chaos, Peter BROOK invites us, permanently, to keep hope and persevere : “Never stop. We always back off as soon as something is about to happen”, he said.
Peter BROOK died in Paris on July 2, 2022, at the age of 97. His children wanted to keep the secret of this disappearance for a while, but there were leaks in the press. But can we reasonably remain silent for a long time, on this baobab that has just fallen ?
Peter BROOK was married to Natasha PARRY (1930-2015) who gave him two children Irina, born on April 5, 1962 in Paris, a former director of the Nice theater and Simon, born in London, a director, screenwriter and producer.
Very Brief References
1 – The Works de Peter Brook
BROOK (Peter), L’espace vide. Ecrits sur le théâtre, traduction de Christine Estienne, Paris, Points, Poche, 2014, 192 pages ;
BROOK (Peter), La qualité du pardon : Réflexions sur Shakespeare, traduit par Jean-Claude Carrière, Paris, Seuil, 2014, 112 pages ;
BROOK (Peter), Le diable, c’est l’ennui. Propos sur le théâtre, Arles, Actes Sud, 2015, 128 pages ;
BROOK (Peter), Oublier le temps. Une autobiographie, Paris, Seuil, Points, essais, 2017, 288 pages.
2 – Review or Criticism
BABLET (Denis), «Rencontre avec Peter Brook», Travail théâtral, octobre janvier 1973, n°10, pages 3-29, spéc sur l’expérience africaine pages 23-25 ;
BANU (Georges), Peter Brook. Vers un théâtre Premier, Paris, Seuil, 2005, 256 pages ;
BELZIL (Patricia), «Plaisir brut de conter : Le costume», Figures masculines de la scène québécoise, 2000, vol 4, n°97, pages 156-158 ;
BURELLE (Julie), «Sizwe Banzi est mort ; une fable puissante et tristement actuelle», L’Express, du 24 avril 2007 ;
CHEVILLEY (Philippe), «Peter Brook, le faiseur de théâtre universel», Les Echos, du 3 juillet 2022 ;
DEMIDOFF (Alexandre), «Peter Brook, nous sommes des conteurs à têtes multiples», Le Temps,  5 février 2000 ;
DESORGUES (Pierre), «Peter Brook, géant inspiré par l’Afrique», TV 5 Monde, du 3 juillet 2022 ;
ESTIENNE (Marie-Hélène), «Notre entretien avec la légende du théâtre, Peter Brook», Les Inrockuptibles, du 28 juin 2019 ;
HUNT (Albert), Peter Brook, New York, Cambridge Press, 1995, 288 pages ;
KUTOSW (Michael), Peter Brook, New York, Saint Martin’s Press, 2005, 334 pages ;
LA BARDONNE (Mathilde), «Brook, le Sud-Africain», Libération, du 11 décembre 1999 ;
MARIN LA MESLEE (Valérie), «The Suit, un costume enchanté aux Bouffes du Nord», Le Point, 6 avril 2012 ;
MEREUZE (Didier), «Peter Brook, le théâtre du monde», La Croix, du 26 décembre 2009 ;
OLIVIER (Aurélie), «Rire pour ne pas pleurer. Sizwe Banzi est mort», Théâtre et musique, 2007, vol 3, n°124, 65-68 ;
RATCLIFFE (Michael), «Peter Brook, Obituary», The Guardian, du 3 juillet 2022 ;
ROMEAS (Nicolas), «Rencontre avec un homme remarquable», Théâtre, 2 avril 2000 ;
RUFFINI (Rosaria), «Les Afriques du théâtre de Peter Brook», Africultures, 2013, vol 2-3, n°92-93, pages 284-291 ;
RUFFINI (Rosaria), Les Afriques du théâtre de Peter Brook, thèse université de Paris III avec l’université de Bologne, 2010, 607 pages ;
TREWIN (John, Courtney), Peter Brook, London, Macdonald and Co, 1971, 216 pages ;
WYNANTS (Jean-Marie), «Peter Brook, les Blancs ont les Noirs en eux. Woza Albert. Le Christ s’arrête à Soweto», Le Soir de Belgique, du 5 avril 1990.
Paris, le 3 juillet 2022 par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

 

«Peter BROOK (1925-2022), his Constant and Unwavering Solidarity with People of Color» par Amadou Bal BA http://baamadou.over-blog.fr/
«Peter BROOK (1925-2022), his Constant and Unwavering Solidarity with People of Color» par Amadou Bal BA http://baamadou.over-blog.fr/
«Peter BROOK (1925-2022), his Constant and Unwavering Solidarity with People of Color» par Amadou Bal BA http://baamadou.over-blog.fr/
«Peter BROOK (1925-2022), his Constant and Unwavering Solidarity with People of Color» par Amadou Bal BA http://baamadou.over-blog.fr/
«Peter BROOK (1925-2022), his Constant and Unwavering Solidarity with People of Color» par Amadou Bal BA http://baamadou.over-blog.fr/
«Peter BROOK (1925-2022), his Constant and Unwavering Solidarity with People of Color» par Amadou Bal BA http://baamadou.over-blog.fr/
«Peter BROOK (1925-2022), his Constant and Unwavering Solidarity with People of Color» par Amadou Bal BA http://baamadou.over-blog.fr/
«Peter BROOK (1925-2022), his Constant and Unwavering Solidarity with People of Color» par Amadou Bal BA http://baamadou.over-blog.fr/
«Peter BROOK (1925-2022), his Constant and Unwavering Solidarity with People of Color» par Amadou Bal BA http://baamadou.over-blog.fr/
«Peter BROOK (1925-2022), his Constant and Unwavering Solidarity with People of Color» par Amadou Bal BA http://baamadou.over-blog.fr/
«Peter BROOK (1925-2022), his Constant and Unwavering Solidarity with People of Color» par Amadou Bal BA http://baamadou.over-blog.fr/
«Peter BROOK (1925-2022), his Constant and Unwavering Solidarity with People of Color» par Amadou Bal BA http://baamadou.over-blog.fr/
«Peter BROOK (1925-2022), his Constant and Unwavering Solidarity with People of Color» par Amadou Bal BA http://baamadou.over-blog.fr/
«Peter BROOK (1925-2022), his Constant and Unwavering Solidarity with People of Color» par Amadou Bal BA http://baamadou.over-blog.fr/
«Peter BROOK (1925-2022), his Constant and Unwavering Solidarity with People of Color» par Amadou Bal BA http://baamadou.over-blog.fr/
«Peter BROOK (1925-2022), his Constant and Unwavering Solidarity with People of Color» par Amadou Bal BA http://baamadou.over-blog.fr/
«Peter BROOK (1925-2022), his Constant and Unwavering Solidarity with People of Color» par Amadou Bal BA http://baamadou.over-blog.fr/
«Peter BROOK (1925-2022), his Constant and Unwavering Solidarity with People of Color» par Amadou Bal BA http://baamadou.over-blog.fr/
«Peter BROOK (1925-2022), his Constant and Unwavering Solidarity with People of Color» par Amadou Bal BA http://baamadou.over-blog.fr/
«Peter BROOK (1925-2022), his Constant and Unwavering Solidarity with People of Color» par Amadou Bal BA http://baamadou.over-blog.fr/
«Peter BROOK (1925-2022), his Constant and Unwavering Solidarity with People of Color» par Amadou Bal BA http://baamadou.over-blog.fr/
Partager cet article
Repost0
3 juillet 2022 7 03 /07 /juillet /2022 20:40
«Peter BROOK (1925-2022) sa constante et indéfectible solidarité avec les Africains : Abattre les cloisons de la Discorde entre les Hommes et ouvrir les portes de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

«Le vrai théâtre politique, c’est affirmer la dignité de l’Homme» dit Peter BROOK. Loin des futiles agitations d’un monde autocentré, paisible, affable, simple, habité par un monde intérieur de la compassion, Peter BROOK dans sa vision d’un théâtre du monde, a considérablement valorisé l’héritage culturel de l’Afrique et de ses diasporas. «Peter Brook est le metteur en scène des points de vue changeants et des vérités multiples. Pendant sa carrière, il a souvent surpris la critique avec des variations soudaines et imprévues. Toutefois, dans le mouvement continuel qui caractérise son théâtre, apparaît une présence constante : l’Afrique. Brook instaure avec ce continent un rapport privilégié fait de nombreux voyages, de mises en scène d’ambiance africaine et d’une longue collaboration avec des acteurs africains. Dans sa recherche de régénération, Brook se détache des tendances théâtrales de l’époque et entreprend un parcours tout à fait original : il est le premier metteur en scène à s’adresser à l’Afrique, tandis que la plupart des artistes de théâtre se tournaient plutôt vers l’Orient, afin de saisir les secrets des anciennes traditions scéniques riches d’une codification millénaire», écrit Rosaria RUFINI, dans «Africultures». En effet, confirmé à 16 ans, comme adepte de l’église anglicane, Peter BROOK, dans ses convictions a continué à s’interroger, à haute voix, sur le sens de l’engagement spirituel : «Cela m’a conduit à penser, «pourquoi ce serait mieux que l’Islam ?» Alors j’ai lu sur l’Islam, et puis sur le Bouddhisme. Et cela m’a conduit en Inde. Mais je suis toujours à la case départ. Goûter, tester, questionner et jamais arriver à une conclusion» dit-il. «Nier ce qui est le fondement de votre voie est artificiel, il s'est toujours interdit de considérer une civilisation, un mode de penser comme supérieur aux autres, à commencer par le sien» dit Peter BROOK.

Aussi, Peter BROOK, animé d’un esprit de Fraternité et de Justice, avait remarqué, qu’en raison de graves préjugés coloniaux, l’Afrique et ses artistes ont été dans les capitales occidentales souvent marginalisés et ostracisés. «J’ai la conviction, qu’au-delà de mille différences réelles, mais superficielles, tous les Hommes sont les mêmes. Si on part de cette conviction, le racisme disparaît» dit Peter BROOK, dans sa grande bienveillance. Par conséquent, Peter BROOK est, avant tout, un metteur en scène ouvrant aux comédiens africains à Paris, des portes restées jusqu’ici fermées, si ce n’étaient que pour des rôles subalternes ou décoratifs. En effet, comme René MARAN, qui voulait être un «Homme pareil aux autres», Peter BROOK a donné l’opportunité aux comédiens africains, exilés à Paris, de pouvoir exprime, pleinement, la mesure de tous leurs talents.

Né à Chiswick, à Londres, le 21 mars 1925, de parents Juifs originaires de Lettonie, territoire russe à l’époque, Peter BROOK, vivant à Paris depuis 1971, avait pour ambition d’abattre les murs d’incompréhension entre les Hommes. «Le Paris que j’ai découvert dans ma jeunesse était une plaque tournante et un centre bouillant pour la culture. A Londres, je trouvais que la culture était refermée sur elle-même. Mon désir de dépasser les frontières avait aussi un sens politique car on ne peut pas se contenter de rester sur son quant-à-soi» dit-il. En 1974, Peter BROOK déniche un lieu insolite et envoûtant, le théâtre des Bouffes du Nord, fermé depuis 20 ans et situé dans le quartier populaire de la Chapelle, entre Barbès et la Gare du Nord. Il y réunit, dans son multiculturalisme des artistes de tous les pays, notamment Africains, jusqu’ici marginalisés : «La découverte des Bouffes du Nord n’a pas été due au hasard: c’était la suite des trois ans d’exploration, en Afrique et ailleurs, avec le Centre International de Créations Théâtrale. Nous avons d’abord fait des centaines d’improvisations dans des lieux de la région parisienne qui n’avaient jamais été utilisés pour des spectacles. Dans des foyers pour immigrés, des écoles, avec des handicapés, dans des hôpitaux, des prisons. Puis nous sommes allés en Afrique et nous avons constaté que, n’importe où, on pouvait mettre un tapis et avoir des gens assis autour» dit Peter BROOK.

Citoyen du monde, riche de ses rencontres, Peter BROOK tient son ouverture aux autres de ses parents : «Ce sont mes parents qui m'ont donné ce goût des voyages. Mon père y voyait la meilleure des formations. De même que ma mère. C'étaient des gens ouverts. Ils croyaient au progrès par la science. Autant qu'une conviction, c'était leur vraie foi» dit-il. En effet, son père, d’une famille d’esprit libéral, Simon BROOK, né à Dvinsk en 1888, un partisan des Mencheviks et adepte de KARENSKI, s’expatriera à Liège, en Belgique. Il prend le nom de «BROUCK» et étudie la physique, les mathématiques et l’ingénierie électrique. Sa fiancée, Ida JANSEN, chimiste, le rejoint, pour l’épouser en 1914. Le couple part à Bruxelles, puis à Ostende, à Paris, pour s’installer à Londres, là où est né Peter BROOK. Ses parents destinaient son frère Alex, à la médecine ; Peter devait devenir un avocat. En 1942, à 17 ans, il se révolte et veut devenir un metteur en scène pour réaliser des films. «Je voulais être écrivain, journaliste, compositeur, musicien, peintre mais je me suis vite aperçu que je ne pourrais jamais rivaliser avec les artistes qui étaient mes références à l’époque» dit-il.

Peter BROOK s’est d’abord essayé en Grande-Bretagne à diverses œuvres occidentales, comme Hamlet ou l’opéra de Dom Juan. «Dans l’Angleterre extrêmement fermée et grise de ces années-là, je me suis d’abord intéressé au théâtre à cause de l’ambiance qui y régnait : une certaine énergie, une certaine excitation. Le théâtre lui-même était d’un ennui mortel, mais, à l’intérieur de cette forme artificielle, il y avait une grande vitalité» dit-il. S’ennuyant à Londres, esprit mobile, en lutte contre le conformisme, et parfois aventureux, Peter BROOK est constamment en lutte contre la routine «le diable, c’est l’ennui» tel est le titre d’un de ses ouvrages «tout le problème est de savoir s’il y a cette étincelle, cette petite flamme qui s’allume et qui donne une intensité à ce moment ramassé ou pas» écrit-il. Aussi, pour tenir, constamment en éveil son public, il combat sans cesse l’ennui, afin de maintenir la flamme : «Au théâtre, l'ennui, tel le diable, peut surgir à chaque moment. Il suffit d'un rien et il vous saute dessus. Il guette, il est vorace ! Il cherche le moment pour se glisser de manière invisible à l'intérieur d'une action, d'un geste, d'une phrase. Au théâtre, dès qu'apparaît en moi l'ennui, c'est un clignotant rouge !» écrit-il.

A Paris, dans ce désir de découvrir l’autre, Peter BROOK est à l’aise dans ce multiculturalisme «C’est à l’invitation de Jean-Louis Barrault, qui me proposait de diriger un atelier dans le cadre du Théâtre des nations, que j’ai commencé à rencontrer à Paris des acteurs américains, portugais, français, africains et japonais, qui, à l’époque, n’étaient présents sur aucune scène de théâtre. Ce qui m’intéressait, c’était de réunir des gens de cultures différentes pour les faire travailler ensemble sur une même histoire» dit-il. Dans son livre autobiographique, «oublier le temps» paru en 2017, Peter BROOK relate combien une vie peut être habitée par une vocation autant qu’elle peut la faire. L’artiste raconte, dans cet ouvrage, ses débuts à Londres, son installation à Paris, ses rapports avec le groupe Gurdjieff, ainsi que ses rencontres avec des figures culturelles marquantes de la vie culturelle française et internationale. Adoptant un parti pris d'éclectisme, il présente successivement des auteurs aussi divers que Jean-Paul SARTRE, André RUSSIN, Dostoïevski ou Jean ANOUILH. Peter BROOK avait pour ambition d’aider les autres à se faire entendre. En effet, à Paris, Peter BROOK confie le rôle de Polonius, le lord chambellan et conseiller du roi, dans la tragédie de Hamlet, à un comédien malien, Habib DEMBELE, dit Guimba. Spécialiste de William SHAKESPEARE, il s’est frotté à sa production littéraire, à travers ses nombreuses dimensions, toujours insaisissables et inaccessibles «Les pièces de Shakespeare sont comme des planètes. Dans un incessant mouvement, elles s’approchent un moment de nous, puis s’éloignent en tourbillonnant sur leur orbite» écrit-il.

En France, Peter BROOK a fait triompher, à Avignon, son «Mahabharata», une épopée indienne, relatant la lutte dynastique qui oppose deux branches d'une même famille : les Pandava et les Kaurava. Leur opposition ira jusqu'à mettre en péril l'existence du monde même. Peter BROOK ayant repéré Sotigui KOUYATE (1936-2010), un artiste guinéen d’origine, malien de naissance, Burkinabé d’adoption, performant un film de Christian RICHARD, «le courage des autres», il l’engage dans le «Mahabharata», pour incarner le rôle du sage Bhisma, une sorte de voix des Ancêtres, incarnant les forces de l’esprit, avec une certaine fantaisie. En 1990, lors de la création de la pièce, «La Tempête» de William SHAKESPEARE, Peter BROOK confie également à Sotigui KOUYATE le rôle de Prospéro. «Les acteurs occidentaux ont bien des qualités nécessaires pour explorer, dans les pièces de Shakespeare, tout ce qui touche à la colère, à la violence politique, à la souffrance sexuelle, à l’introspection psychologique. Mais il ne leur est pas facile de trouver des images d’un monde invisible» dit Peter BROOK. Cet artiste, devenu l’acteur fétiche de Peter BROOK va collaborer avec Sotigui KOUYATE pendant quatre années, notamment dans «Hamlet», «Qui est là», «Antigone», «l’homme qui prenait sa femme pour un chapeau» ou le «Costume» du Sud-africain, Can TEMBA, ainsi que «Thierno Bocar» de Amadou Hampâté BA. En définitive, Sotigui KOUYATE considérait Peter BROOK, son mentor, comme une représentation de la figure paternelle : «Je n’ai jamais vu mon père regarder derrière lui. Un bruit, quelqu’un qui appelle, il s’arrêtait, mais ne se retournait pas. Après sa mort, j’ai trouvé une réponse : il m’apprenait ainsi à vivre devant moi, sans jamais revenir en arrière. Je trouve cela dans le travail de Peter Brook : ce qui est fait est fait ; on ne peut pas revenir sur une représentation d’hier pour jouer aujourd’hui» dit Sotigui KOUYATE. Finalement, Sotigui KOUYATE dira «En Occident on dit : «il faut tuer le père, pour être ; chez nous on dit «soit ton père, mais dépasse-le».

A Paris, recherchant une renaissance culturelle, Peter BROOK a mis de la couleur dans l’espace théâtral parisien «Peter Brook a été un des premiers à introduire de la diversité, et ça n’a pas été une petite révolution, un théâtre qui était essentiellement blanc» dit Olivier PY, directeur du théâtre national d’Avignon. En effet, dans ses rapports avec les Africains, Peter BROOK a toujours considéré que la différence, loin de constituer un Mal, est une extraordinaire source d’inspiration, une façon de renouveler constamment son art, en fuyant l’ennui et le conservatisme. Par conséquent, Peter BROOK s’est fixé comme objectif : abattre les cloisons d’incompréhension établis, artificiellement, entre les Hommes par les forces du Chaos. Dans son art, il s’agit de révéler au spectateur ce qui est caché. Peter BROOK est convaincu que l’Afrique, continent des forces de l’esprit, berceau de l’Humanité, concentre et réunit, en elle seule, le profane et le sacré, le visible et l’invisible. Parlant plusieurs langues et beaucoup voyagé et riche de ses rencontres, Peter BROOK, curieux de tout et des autres, a fait du théâtre un puissant outil de rapprochement et de compréhension entre les peuples.

Peter BROOK fut l'un des premiers grands metteurs en scène à s’adresser à l'Afrique, en adaptant en 1979, avec Michael BOWENS, «l’Os» de Birago DIOP : «J’ai toujours été fasciné par la tradition du conte. C’est comme ça que je me suis intéressé aux écrits d’Amadou Hampâté Bâ, Birago Diop ou Thierno Bocar, incarné par Habib DEMBELE dit Guimba. J’aimais la capacité qu’ont les conteurs africains d’inventer des situations comiques pour capter l’attention de leur auditoire» dit Peter BROOK. Peter BROOK avait monté, en 2003, une pièce de théâtre sur un des ouvrages de Amadou Hampâté BA, et concernant son guide spirituel et mentor, Thierno Bocar, persécuté par le colonisateur français. En effet, Peter BROOK est un partisan de l’humanité du sourire : «Être trop sérieux n’est pas très sérieux» disait Amadou Hampâté BA (1900-1991, voir mon article sur ce traditionnaliste). Dans sa solidarité constante et indéfectible avec les racisés, Peter BROOK est en fait un grand humaniste. Dans son livre, «l’espace du vide. Ecrits sur le théâtre», il a de plus grandes ambitions. Le théâtre est pour lui, à coup sûr, une fin. Mais il est aussi le moyen de fonder et d´entretenir une communauté d´hommes et de femmes capables de porter atteinte, par leur seul exemple, à un ordre établi, d´apporter une inquiétude et un bonheur que d´autres arts du spectacle, trop dépendants des forces économiques qu´ils pourraient dénoncer, ne peuvent faire éclore. Aussi, Peter BROOK avait aussi fortement appuyé Raliatou Fifi NIANE, une des filles de Djibril Tamsir NIANE (1932-2021, voir mon article), un traditionnaliste africain.

Peter BROOK s’intéressait aussi aux artistes sud-africains noirs au temps de l’Apartheid : «En Afrique du Sud, avec l’apartheid, c’était infiniment plus compliqué. Dans cette société à la cruauté sans pareil, toute forme d’art était interdite aux Noirs. Mais j’ai découvert une exception à la règle. Par nécessité commerciale l’espace du marché de Johannesburg était un endroit qui ignorait la discrimination raciale. Les Noirs et les Blancs pouvaient s’y côtoyer et c’est ce qui avait conduit Barney Simon à y créer le Market Theater avec la possibilité de réunir une distribution mixte et de jouer devant un public mixte. Nous sommes devenus amis, c’est là que j’ai découvert les pièces d’Athol Fugard que nous avons fait venir plus tard aux Bouffes du Nord» dit-il. En particulier, Peter BROOK engage Habib DEMBELE, dit Guimba, né à San (Mali), candidat aux présidentielles maliennes de 2002, «pour rire», à jouer, en 2006, dans «Sizwe Banzi est mort», une pièce écrite en 1972, par des auteurs Sud-Africains Athol FUGARD, John KANI et Winston NTSHONA. Le rôle d’un comédien comme Habib DEMBELE est de regarder la vie, de la célébrer, de «mettre en relief ce qui normalement passe inaperçu : les impulsions, les réactions, tout ce qui chez l’être humain est caché. Habib Dembélé, qui joue dans Sizwe Banzi, est un acteur qui regarde la vie comme Cartier-Bresson, avec un sens de l’observation et un humour incroyablement aigus. Et quand il joue, parce qu’il a développé un corps qui répond à cela, toute cette observation, cette énergie, et en même temps ces sentiments de joie devant l’absurdité des choses, tout cela s’exprime, se met en relief. C’est bien plus que de l’expression corporelle, ce n’est pas de l’expression personnelle : il ne parle pas que de lui en faisant cela, il parle de quelqu’un d’autre» dit Peter BROOK. Ici, dans ce théâtre dit des «Townships», des laissés-pour-compte, au temps de l’Apartheid, se concentre sur une expérience humaine douloureuse, celle du racisme dans sa dureté la plus crue, un monde déshumanisant de toute une communauté noire frappée d’opprobre. «Dans les années 70, alors que l’on travaillait en Europe et à New York à changer le théâtre, à impliquer non seulement l’intellect de l’acteur mais également tout son corps, voilà que ces acteurs sud-africains, en utilisant les matériaux de base du théâtre – le corps, l’imagination, les mots – arrivaient à une forme théâtrale à laquelle nous aspirions. C’était une forme d’une grande vitalité née dans les rues de la nécessité de communiquer avec l’autre» dit Peter BROOK. En 1950, en Afrique du Sud, sont réglementées les identités raciales, interdites les relations sexuelles et l’union maritale entre membres de «races» différentes, réduite la liberté de déplacement des Noirs, et interdite toute remise en cause de cet ordre. L’Apartheid renforce ce système de ségrégation raciale. Aussi, le personnage principal de cette pièce de théâtre, Sizwe Banzi, un sans-papier, va usurper les papiers, en règle d’un mort, afin de pouvoir survivre. Cependant, en renonçant à son vrai nom, Sizwe Banzi doit également renoncer à son identité, à son histoire et cette perte est une grande déchirure ; en effet, renoncer à son nom, c’est un peu mourir. Peter BROOK fait appel, dans cette pièce de théâtre, à un comédien belge d’origine congolaise, Pitcho Womba KONGA. Dans son humanisme et son souci Peter BROOK qualifie l’Apartheid «d’une des plus monstrueuses distorsions du monde moderne». Cette une tragédie comédie, une leçon de courage et d’humanité, une souffrance et une joie de vivre, fait «rire pour ne pas pleurer» écrit Aurélie OLIVIER. Sizwe Banzi reste encore d’une grande actualité en raison du drame que vivent les migrants et les sans-papiers dans les pays riches. Cette pièce est une puissante de dénonciation de l’oppression et de l’intolérance «Qu’est-ce qui se passe dans ce foutu monde ? Je suis un homme. J’ai des yeux pour voir» s’écrit Sizwe Banzi.

Dans son éthique de curiosité et d’ouverture aux Africains, Peter BROOK a aussi mis en scène en 1999, aux Bouffes du Nord, une nouvelle d’un Sud-africain, Can THEMBA (1924-1968), «The Suit» ou «le Costume». C’est une évocation, dans un système d’Apartheid déshumanisant, l’injustice, le pardon et la compassion. Le décor qui sent le soufre, avec l’alcool, la musique, le couteau et le sexe, prend place à Sofia, un township noir de la banlieue de Johannesburg, maintenant rasé,  incarnant un îlot de joie de vivre. «Cette township avec ses crimes, ses putes, ses musiciens de jazz assoiffés d'illicites ambroisies, ses poètes, ses photographes, ses écrivains, ses gangsters gorgés de cinéma américain et même quelques Blancs : un mélange de gens, une concentration de pensée et de talent ayant à voir avec le Saint-Germain-des-Prés ou le Tanger de naguère. a misère en plus», dit Peter BROOK. Il fait appel à trois comédiens noirs talentueux : Bakary SANGARE, français originaire du Mali, pour le rôle de Philémon, le mari cocu, Mathilde JEAN-BAPTISTE, une actrice anglaise d’ascendance antiguaise et saint-Lucienne, ou l’héroïne Mathilde, une femme fatale, une beauté forte sensuelle et libre, et un acteur malien, Sotigui KOUYATE qui sera l’amant, Maphikela. Par conséquent, c’est une pièce de théâtre relatant une histoire d’adultère, dans un contexte de l’Apartheid, en Afrique du Sud. En effet, Philémon, un homme noir a le tort de rentrer chez lui à une heure inhabituelle. Il trouve sa femme, Mathilde, au lit avec un autre homme noir, Maphikela. Il n’est pas du genre à chercher la bagarre et se cache pendant que l’amant, se sentant repéré, part à peu près nu dans la rue. Reste son costume. Le mari, mesquin et rancunier, finira par faire semblant de pardonner, mais sous forme d’un cadeau empoisonné. Le mari salue cette veste et ce pantalon avec solennité, comme s’il s’agissait d’un être humain, et demande à sa femme de s’en occuper comme d’un ami précieux, de ne pas le quitter, de le bichonner, de le nourrir. Voilà la femme adultère contrainte de vivre, non pas avec un amant, mais avec son fantôme. Par conséquent, le vrai pardon ne viendra pas, le souvenir de la faute étant entretenu à travers le costume, se dressant entre ce couple, un obstacle à tout oubli. L’auteur de cette pièce, Can THEMBA, dans «le costume», une pièce écrite en 1950, une histoire simple, belle et tragique, mais longtemps censurée, dénonçait la mauvais traitement des femmes. Ecrivain talentueux et maudit, Can THEMBA, détruit par l’Apartheid, est mort en exil, miné par l’alcool et le désespoir. «Can Themba était le plus brillant et jeune journaliste du Drama, feuille locale. Il brûla sa vie. Nuit après nuit, il racontait des histoires. Il n'écrivit que des nouvelles dans ce pays où un Noir, même extralucide, n'avait pas le droit de publier. S'exila au Lesotho, où il s'ennuya, près de sa femme, conscient de la fragilité de l'instant, dans une sorte d'intuition de n'en avoir pas pour longtemps» dit Peter BROOK. Mathilde, l’héroïne de cette pièce, se laisse mourir. En dépit de l’esprit de fête étourdissant à Sophia, cette pièce est un clin d’œil aux mauvais traitements subis par les Noirs au temps de l’Apartheid, en train de mourir.

En définitive, Peter BROOK ambitionnait de rendre ses spectateurs, plus humains et bienveillants. Apôtre de l'espace vide, d'une scène multiculturelle, Peter BROOK se plaçait résolument dans le champ de la Fraternité et de la Justice. Pour Peter BROOK le théâtre est un équilibre du lointain et du proche, dans le but de révéler quelque chose d'inattendu, de non banal, mais l'exotique doit ramener le spectateur, non pas à l'étrangeté mais à la banalité du quotidien. «Je peux prendre n'importe quel espace vide et l'appeler une scène» disait-il. Par conséquent, Peter BROOK monte des pièces de théâtre nourries d'exotisme, avec des acteurs de différentes cultures, et tournera dans le monde entier, souvent dans des lieux inédits : des villages africains jusqu'aux rues du Bronx, en passant par la banlieue parisienne.

Mettant en place des lieux de théâtre dans des espaces inhabituels (Township, villages africains, quartiers excentrés), Peter BROOK a révolutionné le décor et la mise en scène, «Maître de l’espace vide, Peter Brook fut l’un des premiers à jeter aux orties l’apparat des décors et du rideau de scène pour placer le comédien au premier plan et témoigner de la diversité des cultures en s’entourant d’une troupe internationale» écrit Marie-Hélène ESTIENNE dans «Les Inrockuptibles» du 25 juin 2019. Il s’est entouré d’acteurs africains avec une dimension de conteurs ou de griots, comme Sotigui KOUYATE ou Habib DEMBELE. Passionné du piano, Peter BROOK, metteur en scène, acteur, réalisateur et écrivain, estime qu'un bon comédien doit pouvoir habiter son personnage tout en le remplissant de la plénitude de son vécu et pour cela l'artiste doit se jeter à l'eau. Il renouvelle la mise en scène par une écriture contemporaine, un décor audacieux. «Au début de ma carrière, en Angleterre, je me suis vite rendu compte que le théâtre était totalement bloqué par des conventions préétablies. Mon boulot a toujours été de m’en libérer pour le sortir des ornières de la tradition» dit Peter BROOK. Il se libère alors de l'autorité du plan de mise en scène préalablement établi pour se fier aux rapports directs avec les comédiens et renouveler le processus d'élaboration du spectacle.

En définitive, dans son humanisme, et devant l’ascension des forces du Chaos, Peter BROOK nous invite, en permanence, à garder l’espérance et à persévérer : «Ne t’arrête jamais. On recule toujours dès que quelque chose est sur le point de se produire» disait-il.

Peter BROOK est mort à Paris le 2 juillet 2022, à l'âge de 97 ans. Ses enfants voulaient conserver pendant un certain temps le secret de cette disparition, mais il y a eu des fuites dans la presse. Mais peut-on raisonnablement garder longtemps le silence, sur ce baobab qui vient de tomber ? Une cérémonie funéraire est organisée à Paris entre intimes et amis le lundi 11 novembre 2022 entre 11 h et 12 h et à l’automne, un hommage mondial, en ligne, sera rendu à Peter BROOK.
Peter BROOK était marié à Natasha PARRY (1930-2015) qui lui a donné deux enfants. Irina, née le 5 avril 1962 à Paris, a été directrice du théâtre de Nice, sur décision de Aurélie FILIPETTI, Ministre de la culture. Irina vivant entre la France et l’Angleterre, a étudié l’art dramatique auprès de Stella ADLER, suivant les techniques de l’Actor Studio. Ira revendique son engagement éco-théâtral «J’essaie de faire du théâtre un lanceur d’alerte. En dépit de la crise mondiale que nous traversons, il existe encore quelque chose d’unique, un baume sur les plaies, une inspiration pour les cœurs, un éveilleur de consciences, qui nous ramène à notre essence : le théâtre» dit-elle. Simon, né à Londres, un réalisateur, scénariste et producteur ; il est le réalisateur de «Brook par Brook», un portrait intime de son père diffusé en juillet 2022 sur Arté.
Références très brèves
1 – Les ouvrages de Peter Brook
BROOK (Peter), L’espace vide. Ecrits sur le théâtre, traduction de Christine Estienne, Paris, Points, Poche, 2014, 192 pages ;
BROOK (Peter), La qualité du pardon : Réflexions sur Shakespeare, traduit par Jean-Claude Carrière, Paris, Seuil, 2014, 112 pages ;
BROOK (Peter), Le diable, c’est l’ennui. Propos sur le théâtre, Arles, Actes Sud, 2015, 128 pages ;
BROOK (Peter), Oublier le temps. Une autobiographie, Paris, Seuil, Points, essais, 2017, 288 pages.
2 – Critiques
BABLET (Denis), «Rencontre avec Peter Brook», Travail théâtral, octobre janvier 1973, n°10, pages 3-29, spéc sur l’expérience africaine pages 23-25 ;
BANU (Georges), Peter Brook. Vers un théâtre Premier, Paris, Seuil, 2005, 256 pages ;
BELZIL (Patricia), «Plaisir brut de conter : Le costume», Figures masculines de la scène québécoise, 2000, vol 4, n°97, pages 156-158 ;
BROOK (Irina), «Terre noire», Sur la terre, n°38, 14 pages ;
BROOK (Simon), «Brook par Brook portrait intime», durée 1 h 10 minutes et 21 secondes, diffusé sur Arté, le 6 juillet 2022 ;
BURELLE (Julie), «Sizwe Banzi est mort ; une fable puissante et tristement actuelle», L’Express, du 24 avril 2007 ;
CENAC (Laetitia), «Irina Brook : j’essaie de faire un théâtre lanceur d’alerte», Figaro Madame du 8 mars 2017 ;
CHEVILLEY (Philippe), «Peter Brook, le faiseur de théâtre universel», Les Echos, du 3 juillet 2022 ;
DEMIDOFF (Alexandre), «Peter Brook, nous sommes des conteurs à têtes multiples», Le Temps, du 5 février 2000 ;
DESORGUES (Pierre), «Peter Brook, géant inspiré par l’Afrique», TV 5 Monde, du 3 juillet 2022 ;
ESTIENNE (Marie-Hélène), «Notre entretien avec la légende du théâtre, Peter Brook», Les Inrockuptibles, du 28 juin 2019 ;
HUNT (Albert), Peter Brook, New York, Cambridge Press, 1995, 288 pages ;
KUTOSW (Michael), Peter Brook, New York, Saint Martin’s Press, 2005, 334 pages ;
LA BARDONNE (Mathilde), «Brook, le Sud-Africain», Libération, du 11 décembre 1999 ;
MARIN LA MESLEE (Valérie), «The Suit, un costume enchanté aux Bouffes du Nord», Le Point, du 6 avril 2012 ;
MEREUZE (Didier), «Peter Brook, le théâtre du monde», La Croix, du 26 décembre 2009 ;
OLIVIER (Aurélie), «Rire pour ne pas pleurer. Sizwe Banzi est mort», Théâtre et musique, 2007, vol 3, n°124, 65-68 ;
RATCLIFFE (Michael), «Peter Brook, Obituary», The Guardian, du 3 juillet 2022 ;
ROMEAS (Nicolas), «Rencontre avec un homme remarquable», Théâtre, 2 avril 2000 ;
RUFFINI (Rosaria), «Les Afriques du théâtre de Peter Brook», Africultures, 2013, vol 2-3, n°92-93, pages 284-291 ;
RUFFINI (Rosaria), Les Afriques du théâtre de Peter Brook, thèse université de Paris III avec l’université de Bologne, 2010, 607 pages ;
TREWIN (John, Courtney), Peter Brook, London, Macdonald and Co, 1971, 216 pages ;
WYNANTS (Jean-Marie), «Peter Brook, les Blancs ont les Noirs en eux. Woza Albert. Le Christ s’arrête à Soweto», Le Soir de Belgique, du 5 avril 1990.
Paris, le 3 juillet 2022 par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Peter BROOK (1925-2022) sa constante et indéfectible solidarité avec les Africains : Abattre les cloisons de la Discorde entre les Hommes et ouvrir les portes de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Peter BROOK (1925-2022) sa constante et indéfectible solidarité avec les Africains : Abattre les cloisons de la Discorde entre les Hommes et ouvrir les portes de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Peter BROOK (1925-2022) sa constante et indéfectible solidarité avec les Africains : Abattre les cloisons de la Discorde entre les Hommes et ouvrir les portes de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Peter BROOK (1925-2022) sa constante et indéfectible solidarité avec les Africains : Abattre les cloisons de la Discorde entre les Hommes et ouvrir les portes de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Peter BROOK (1925-2022) sa constante et indéfectible solidarité avec les Africains : Abattre les cloisons de la Discorde entre les Hommes et ouvrir les portes de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Peter BROOK (1925-2022) sa constante et indéfectible solidarité avec les Africains : Abattre les cloisons de la Discorde entre les Hommes et ouvrir les portes de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Peter BROOK (1925-2022) sa constante et indéfectible solidarité avec les Africains : Abattre les cloisons de la Discorde entre les Hommes et ouvrir les portes de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Peter BROOK (1925-2022) sa constante et indéfectible solidarité avec les Africains : Abattre les cloisons de la Discorde entre les Hommes et ouvrir les portes de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Peter BROOK (1925-2022) sa constante et indéfectible solidarité avec les Africains : Abattre les cloisons de la Discorde entre les Hommes et ouvrir les portes de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Peter BROOK (1925-2022) sa constante et indéfectible solidarité avec les Africains : Abattre les cloisons de la Discorde entre les Hommes et ouvrir les portes de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Peter BROOK (1925-2022) sa constante et indéfectible solidarité avec les Africains : Abattre les cloisons de la Discorde entre les Hommes et ouvrir les portes de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Peter BROOK (1925-2022) sa constante et indéfectible solidarité avec les Africains : Abattre les cloisons de la Discorde entre les Hommes et ouvrir les portes de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Peter BROOK (1925-2022) sa constante et indéfectible solidarité avec les Africains : Abattre les cloisons de la Discorde entre les Hommes et ouvrir les portes de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Peter BROOK (1925-2022) sa constante et indéfectible solidarité avec les Africains : Abattre les cloisons de la Discorde entre les Hommes et ouvrir les portes de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Peter BROOK (1925-2022) sa constante et indéfectible solidarité avec les Africains : Abattre les cloisons de la Discorde entre les Hommes et ouvrir les portes de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Peter BROOK (1925-2022) sa constante et indéfectible solidarité avec les Africains : Abattre les cloisons de la Discorde entre les Hommes et ouvrir les portes de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Peter BROOK (1925-2022) sa constante et indéfectible solidarité avec les Africains : Abattre les cloisons de la Discorde entre les Hommes et ouvrir les portes de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Peter BROOK (1925-2022) sa constante et indéfectible solidarité avec les Africains : Abattre les cloisons de la Discorde entre les Hommes et ouvrir les portes de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Peter BROOK (1925-2022) sa constante et indéfectible solidarité avec les Africains : Abattre les cloisons de la Discorde entre les Hommes et ouvrir les portes de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Peter BROOK (1925-2022) sa constante et indéfectible solidarité avec les Africains : Abattre les cloisons de la Discorde entre les Hommes et ouvrir les portes de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Peter BROOK (1925-2022) sa constante et indéfectible solidarité avec les Africains : Abattre les cloisons de la Discorde entre les Hommes et ouvrir les portes de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Peter BROOK (1925-2022) sa constante et indéfectible solidarité avec les Africains : Abattre les cloisons de la Discorde entre les Hommes et ouvrir les portes de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Peter BROOK (1925-2022) sa constante et indéfectible solidarité avec les Africains : Abattre les cloisons de la Discorde entre les Hommes et ouvrir les portes de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Peter BROOK (1925-2022) sa constante et indéfectible solidarité avec les Africains : Abattre les cloisons de la Discorde entre les Hommes et ouvrir les portes de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Peter BROOK (1925-2022) sa constante et indéfectible solidarité avec les Africains : Abattre les cloisons de la Discorde entre les Hommes et ouvrir les portes de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Peter BROOK (1925-2022) sa constante et indéfectible solidarité avec les Africains : Abattre les cloisons de la Discorde entre les Hommes et ouvrir les portes de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Peter BROOK (1925-2022) sa constante et indéfectible solidarité avec les Africains : Abattre les cloisons de la Discorde entre les Hommes et ouvrir les portes de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Peter BROOK (1925-2022) sa constante et indéfectible solidarité avec les Africains : Abattre les cloisons de la Discorde entre les Hommes et ouvrir les portes de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Peter BROOK (1925-2022) sa constante et indéfectible solidarité avec les Africains : Abattre les cloisons de la Discorde entre les Hommes et ouvrir les portes de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Peter BROOK (1925-2022) sa constante et indéfectible solidarité avec les Africains : Abattre les cloisons de la Discorde entre les Hommes et ouvrir les portes de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Peter BROOK (1925-2022) sa constante et indéfectible solidarité avec les Africains : Abattre les cloisons de la Discorde entre les Hommes et ouvrir les portes de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Peter BROOK (1925-2022) sa constante et indéfectible solidarité avec les Africains : Abattre les cloisons de la Discorde entre les Hommes et ouvrir les portes de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Peter BROOK (1925-2022) sa constante et indéfectible solidarité avec les Africains : Abattre les cloisons de la Discorde entre les Hommes et ouvrir les portes de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Peter BROOK (1925-2022) sa constante et indéfectible solidarité avec les Africains : Abattre les cloisons de la Discorde entre les Hommes et ouvrir les portes de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Peter BROOK (1925-2022) sa constante et indéfectible solidarité avec les Africains : Abattre les cloisons de la Discorde entre les Hommes et ouvrir les portes de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Peter BROOK (1925-2022) sa constante et indéfectible solidarité avec les Africains : Abattre les cloisons de la Discorde entre les Hommes et ouvrir les portes de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Peter BROOK (1925-2022) sa constante et indéfectible solidarité avec les Africains : Abattre les cloisons de la Discorde entre les Hommes et ouvrir les portes de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Peter BROOK (1925-2022) sa constante et indéfectible solidarité avec les Africains : Abattre les cloisons de la Discorde entre les Hommes et ouvrir les portes de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Peter BROOK (1925-2022) sa constante et indéfectible solidarité avec les Africains : Abattre les cloisons de la Discorde entre les Hommes et ouvrir les portes de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Peter BROOK (1925-2022) sa constante et indéfectible solidarité avec les Africains : Abattre les cloisons de la Discorde entre les Hommes et ouvrir les portes de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Peter BROOK (1925-2022) sa constante et indéfectible solidarité avec les Africains : Abattre les cloisons de la Discorde entre les Hommes et ouvrir les portes de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Peter BROOK (1925-2022) sa constante et indéfectible solidarité avec les Africains : Abattre les cloisons de la Discorde entre les Hommes et ouvrir les portes de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Partager cet article
Repost0
22 janvier 2022 6 22 /01 /janvier /2022 12:37
«Exterminez toutes ces brutes ! un documentaire de Raoul PECK sur ARTE» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Exterminez toutes ces brutes !» un documentaire, en quatre volets, diffusé sur ARTE entre le 25 janvier et le 31 mai 2022, de Raoul PECK, établit la relation entre la civilisation, la colonisation, l’esclavage, le racisme institutionnalisé, les idéologies suprémacistes et l’extermination. «Exterminez toutes ces brutes !» est tiré d’un passage du roman de Joseph CONRAD (1857-1924), paru en 1899, «au cœur des ténèbres», une analyse les crimes de la colonisation européenne en Afrique. Hannah ARENDT (1906-1975) voit dans ce roman, une préfiguration des massacres à venir au XXème siècle. «Au cœur des ténèbres», ayant inspiré le film «Apocalypse Now», un violent réquisitoire contre le colonialisme, nous interpelle sur notre rapport à l’Histoire, sur le dévoiement de la langue par l’idéologie, sur la responsabilité des œuvres de fiction dans la société.
Réalisateur, scénariste, producteur, ingénieur et journaliste d’origine haïtienne, Raoul PECK, né le 9 septembre 1953, a séjourné au Congo à partir de 1961 pendant 25 ans. Professeur à l'Université de New York de 1994 à 1995, il devient ministre de la culture de la République d'Haïti de 1995 à 1997, sous Jean-Bernard ARISTIDE. En mai 2000, Raoul PECK est nommé par Catherine TASCA président de la Commission d'aides sélectives aux pays en voie de développement (Fonds Sud) et de 2010 à 2019, président de la FEMIS, ou Fondation européenne des métiers de l'image et du son. «Je ne suis pas cinéaste pour être cinéaste. Pour moi, le Septième Art est une forme de combat. Ça permet de refléter les sociétés dans lesquelles on vit. J’ai eu le privilège de vivre dans différentes sociétés, que j’ai pu observer de différents points de vue. Je suis héritier du cinéma américain, européen, africain… Mais il m’a fallu déconstruire pour créer autre chose» dit Raoul PECK. En effet, Raoul PECK est l’auteur d’un documentaire sur Patrice LUMUMBA (1925-1961). Dans ce documentaire, il montre que la Belgique, ce n’est pas seulement la frite, Tintin, le commissaire Maigret et Amélie Nothomb. Il y a eu aussi la férocité et la grande barbarie du colonialisme belge au Congo et le corps de Patrice LUMUMBA a été dissous dans du cidre, ses dents en or récupérées par ses assassins, qui n’ont jamais été jugés. Raoul PECK a réalisé d’autres documentaires dont notamment «L’Homme sur les quais », «Affaire Villemin», «L’École du pouvoir» ou bien «Moloch Tropical».
Dans sa création artistique, avec une part d’autobiographie et d’histoire, là où le documentaire ne suffit plus, Raoul PECK fait recours à la fiction en vue de «trouver une forme pour exprimer l'inexprimable». Dans une démarche citoyenne, Raoul PECK a reconstitué plus de 700 ans d’histoire de l’Humanité, dominé par le récit des Blancs. «Aujourd’hui, on a accès à tout si on veut vraiment connaître sa propre histoire. Et je pense que le minimum pour être un citoyen dans une cité, c’est de savoir d’où on vient. Le présent est le résultat de cette histoire. Si on ne le fait pas, c’est souvent parce que l’on est du bon côté de la clôture et que l’on n’a aucune nécessité organique d’en savoir plus, car aucune nécessité de changer le statu quo. Nous avons une sorte d’inertie naturelle qui fait que l’on préfère garder ce qu’on a, plutôt que risquer de faire chavirer le navire» dit Raoul PECK.
Les Occidentaux, la France en particulier, sont dans le déni de leur passé colonialiste et esclavagiste. En dépit de cette stratégie d’accaparement de la parole, de représentation partielle et partiale de la Vérité, par les vainqueurs, dans ses documentaires et écrits, Raoul PECK, dans sa déconstruction, convoque la mémoire afin de rendre la parole aux vaincus. En fait, à travers ces mensonges parfois par le silence, ce que veulent occulter les dominants, c’est la prédation, le pillage du tiers-monde, la violence et le racisme. «J’essaie d’approcher l’autre Histoire, celle qui a été réduite au silence» dit Raoul PECK. En effet, l’ouvrage paru en 1995, de Michel-Rolph TROUILLOT (1949-2012), anthropologue haïtien et universitaire à Johns Hopkins, «Silencing the Past», a bousculé les certitudes et semé un trouble dans les doctrines dominantes des sciences sociales occidentales. Michel-Rolph TROUILLOT montre de l'échec de l'Occident à reconnaître la Révolution haïtienne, la révolte d'esclaves la plus réussie de l'histoire, au débat continu sur les négations de l'Holocauste, et le sens de l'arrivée de Christophe COLOMB (1451-1506) dans les Amériques, que l'Histoire n'est pas simplement l'enregistrement des faits et des événements, mais un processus de silences activement imposés, certains inconscients, d'autres tout à fait délibérés.
Raoul PECK a été profondément influencé par l’idée que l’origine de toutes ces violences faites aux faibles vient de l’Européocentrisme, de ces démocraties ethniques où la valeur de l’individu et de la théorie des droits de l’Homme ne vaut que par rapport à ses origines. En effet, Sven LINDQVIST (1932-2019), dans son livre datant de 1995, «Exterminez toutes ces brutes», un récit historique relate la diffusion des théories raciales, le Darwinisme dévoyé qui sous-tend la conquête coloniale et l'ivresse d'un rêve fou et monstrueux : éradiquer des populations entières pour faire renaître un homme nouveau. Par ailleurs, Roxanne DUNBAR-ORTIZ, historienne américaine d’une mère indienne, dans son livre, «une histoire des peuples autochtones des Etats-Unis», réinterprète l’histoire de son pays du point de vue des peuples marginalisés. En effet, pour Roxanne DUNBAR-ORTIZ, la mythologie fondatrice des Etats-Unis, notamment à travers la théorie dite de la «Découverte» (Thanksgiving, Columbus Day), atteste «comment la politique contre les peuples autochtones était colonialiste, et conçue pour s’emparer du territoire des habitants d’origine (les Indiens), en les déplaçant ou en les éliminant» écrit-elle.
Raoul PECK, très jeune, à 16 ans, a été fortement marqué par la lecture d’un auteur afro-américain, ayant séjourné et mort à Saint-Paul de Vence, en France, James BALDWIN (1924-1987), notamment à travers son livre «La prochaine fois le feu». Défenseur de la cause des Afro-Américains, critique acerbe de la ségrégation raciale et des préjugés aux Etats-Unis, James BALDWIN a été un critique du cinéma, il aimait enfant, les films Cow-Boy, et en particulier John WAYNE (1907-1979), ce cow-boy, tueur d’Indiens. L’idée sous-jacente à ces film est de vendre la culture suprémaciste blanche : les Indiens, pourtant les premiers natifs de l’Amérique, seraient des «Sauvages» menaçant les grands conquérants civilisés du Far-West, donc ils sont à exterminer. «Parce que Oncle Tom refusait de se faire vengeance, il n’était pas un héros pour moi. Aussi longtemps que je m’en souvienne, les héros étaient blancs, pas seulement à cause des films, mais à cause du pays dans lequel je vivais et que les films ne faisaient que refléter» écrit James BALDWIN. Le cinéma américain, et on y fait pas trop attention, est une réécriture de l’Histoire. Il nous raconte le monde «Et, il raconte du point de vue clair et on a une image du monde qui est reflétée à travers ces images» dit Raoul PECK. «Dès le moment de votre naissance, dans votre innocence, chaque bout de bois, chaque pierre, chaque visage est blanc, et comme vous n’avez pas encore utilisé de miroir, vous supposez que vous aussi vous êtes blanc. C’est un grand choc pour vous, à l’âge de cinq ou six ou sept ans, après avoir vu Gary Cooper tuer des Indiens et l’avoir applaudi, de découvrir que les Indiens, c’était vous» écrit James BALDWIN.
Pendant le temps de préparation de son documentaire sur James BALDWIN, la sœur de l’auteur communique à Raoul PECK, un manuscrit, non achevé, sur grands afro-américains, combattants des droits civiques, qui ont tous été assassinés : Medgar EVERS (1925-1963), Martin Luther KING (1929-1968) et Malcolm X (1925-1965). Raoul PECK, partant de ce livre inachevé, dans un documentaire sur la condition des Noirs au temps de la ségrégation raciale, intitulé «I Am Not your Negro» ou «je ne suis pas votre nègre», ou encore «Je ne suis pas votre esclave, je ne suis pas un être inférieur» que l’on désigne sous le terme méprisant de «nègre».
Dans ce documentaire, «I Am Not your Negro», Raoul PECK a reconstitué la pensée de James BALDWIN, sur la base  des notes prises par l'écrivain, ses discours et ses lettres. Un des apports majeurs de ce documentaire, «I am not your Negro», est la question du point de vue, point de vue des Blancs, point de vue des Noirs, En effet, James BALDWIN questionne le point de vue des Blancs alors que lui-même est Noir. En fait, c’est ce regard des Blancs sur les Noirs que questionne James BALDWIN, regard imprégné d’un racisme profond, qu’il soit conscient ou inconscient. Et c’est bien aux Blancs que l’écrivain pose la question: «Si je ne suis pas un nègre, ici, et que vous l’avez inventé, si vous, les Blancs, l’avez inventé, alors vous devez trouver pourquoi. Et l’avenir du pays dépend de cela, de si oui ou non le pays est capable de poser cette question» écrit James BALDWIN. Il se définit, avant d’être un Noir, d’être avant tout un Homme : «Ce que les Blancs doivent faire, c'est essayer de trouver au fond d'eux-mêmes pourquoi, tout d'abord, il leur a été nécessaire d'avoir un "nègre', parce que je ne suis pas un «nègre». Je ne suis pas un nègre, je suis un homme. Mais si vous pensez que je suis un nègre, ça veut dire qu'il vous en faut un», écrit James BALDWIN. Finalement, James BALDWIN avait de l’écoute, de l’empathie, il savait prendre en compte le point le point de l’autre :  «James Baldwin a toujours voulu être un témoin au milieu de l'action. C'est ainsi qu'il a pu connaître tous ces leader du mouvement, que ce soit Medgar Evers, Malcolm X, Martin Luther King. Il a été un lien entre des gens qui pensaient différemment, qui avaient des visions différentes. Surtout, il écoute. C'est ça la force de Baldwin. Ce qu'il critique c'est ce manque d'empathie de la majorité de la population face aux autres, face à l'autre. Lui fait le contraire, il écoute d'abord et écrit ensuite. Ce qui fait la force du film c'est qu'il ne s'adresse pas aux Noirs particulièrement, ni aux Blancs malgré les critiques que leur porte Baldwin, mais c'est à l'être humain, en face de vous. Il vous dit de ne pas laisser les autres vous définir mais de vous définir vous-même. Et cette définition est tout le temps en construction» dit Raoul PECK. En effet, les dirigeants noirs dans la lutte pour les droits civiques n’avaient pas la démarche : «Les Noirs de ce pays sont victimes par une violence perpétrée par les Blancs depuis quatre cents ans. Suivant en cela les conseils de prêcheurs noirs ignorants, nous avons cru faire plaisir à Dieu, en tendant l’autre joue à la brute qui nous maltraitait» dit Malcolm X, de la Gauche radicale. «Dans ce contexte, l’Amour auquel je pense n’est pas de la niaiserie sentimentale, mais cet Amour est quelque chose de très fort, qui prend forme dans une action puissante et directe. C’est ce que je m’efforce d’enseigner dans le Sud pour notre lutte : nous ne sommes pas engagés dans un combat où nous nous asseyons sans rien faire. Il y a une grande différence entre la non-résistance au Mal et la résistance non-violente» dit le pasteur Martin Luther KING.
On peut donc dire que le propos du film est celui-ci : quel regard les Blancs (aux États-Unis) portent-ils sur les Noirs et pourquoi les voient-ils comme des «Nègres» ? Ce documentaire a été sélectionné aux Oscars et remporté le César 2018.
Raoul PECK réalise «Le jeune Marx», pour qui le fil conducteur à la base du capitalisme, c’est une histoire de la consommation et profit. En effet, 1844, l’Europe en ébullition, les ouvriers, premières victimes de la “Révolution industrielle”, cherchant à s'organiser devant un “capital” effréné qui dévore tout sur son passage. Karl MARX (1818-1883), journaliste et jeune philosophe de 26 ans, victime de la censure d’une Allemagne répressive, s’exile à Paris avec sa femme Jenny, où ils vont faire une rencontre décisive : Friedrich ENGELS (1820-1895), fils révolté d’un riche industriel Allemand. Intelligents, audacieux et téméraires, ces trois jeunes gens décident que «les philosophes n’ont fait qu’interpréter le monde, alors que le but est de le changer».
«Ce matin, en me levant, j’ai pleuré. Je pensais qu’un autre monde était possible, sans qu’on ait à mettre le feu partout. Maintenant, je n’en suis plus sûr du toit» écrit Raoul PECK dans «J’étouffe», en référence à «I Can not Breathe» de George FLOYD (1973-2020). Ce petit livre, «j’étouffe», est une violente colère, mais saine contre le racisme. Il l'insère dans un ensemble plus vaste de dominations et fustige l'attitude très française de minimiser le racisme en France à l'aune de la situation des États-Unis. 
Références bibliographiques
BALDWIN (James), I am not your Negro, traduction de Pierre Furlan, Paris, 10/18, 2018, 168 pages ;
CONRAD (Joseph), Au cœur des ténèbres, Paris, Flammarion, 2012, 200 pages ;
DUCANGE (Jean-Numa), «Le jeune Marx de Raoul Peck, 2016, 188 minutes», Cahiers d’histoire, revue d’histoire critique, 2018, n°140, pages 203-205 ;
DUNBAR-ORTIZ (Roxanne), An Indigenous Peoples’s History of the United States, Hardcover, 2014, 296 pages ;
FIORILE (Thierry), «I am not your Negro, un film de Raoul Peck», France Info, 10 mai 2017 ;
FONTANA (Céline), «Entretien avec Raoul Peck : exterminez toutes ces brutes, j’essaye de réhumaniser l’autre», Le Figaro, TV Magazine, 1er février 2022 ;
KNAEBEL (Martial), L’homme sur les quais de Raoul Peck : une allégorie des rapports humains, Paris, Trigon Film, juin 1993 ;
LINDQVIST (Sven), Exterminez toutes ces brutes ! Un voyage à la source des génocides, préface de Patrick de Saint-Exupéry, traduction de Alain Gnaedig, Les Arènes eds, 2014, 291 pages ;
PAJOT (Guillaume), «James Baldwin ou l’hommage impossible Medgar Evers, Malcolm X et Martin Luther King», Libération, 22 juillet 2021 ;
PECK (Raoul), J’étouffe, Paris, Denoël, 2020, 48 pages ;
PECK (Raoul), Monsieur le Ministre … jusqu’au bout de la patience, préface de Russell Banks, Port-au-Prince, éditions Velvet, 1998, 223 pages ;
TROUILLOT (Michel-Rolph), Silencing the Past : Power and the Production of History, Beacon Press, 1995, 191 pages.
Paris, le 22 janvier 2022, par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

 


 

«Exterminez toutes ces brutes : un documentaire de Raoul PECK sur ARTE» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Exterminez toutes ces brutes : un documentaire de Raoul PECK sur ARTE» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Exterminez toutes ces brutes : un documentaire de Raoul PECK sur ARTE» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Exterminez toutes ces brutes : un documentaire de Raoul PECK sur ARTE» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Exterminez toutes ces brutes : un documentaire de Raoul PECK sur ARTE» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Exterminez toutes ces brutes : un documentaire de Raoul PECK sur ARTE» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Exterminez toutes ces brutes : un documentaire de Raoul PECK sur ARTE» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Exterminez toutes ces brutes : un documentaire de Raoul PECK sur ARTE» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Exterminez toutes ces brutes : un documentaire de Raoul PECK sur ARTE» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Exterminez toutes ces brutes : un documentaire de Raoul PECK sur ARTE» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Exterminez toutes ces brutes : un documentaire de Raoul PECK sur ARTE» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Exterminez toutes ces brutes : un documentaire de Raoul PECK sur ARTE» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Exterminez toutes ces brutes : un documentaire de Raoul PECK sur ARTE» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Exterminez toutes ces brutes : un documentaire de Raoul PECK sur ARTE» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Exterminez toutes ces brutes : un documentaire de Raoul PECK sur ARTE» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Exterminez toutes ces brutes : un documentaire de Raoul PECK sur ARTE» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Exterminez toutes ces brutes : un documentaire de Raoul PECK sur ARTE» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Exterminez toutes ces brutes : un documentaire de Raoul PECK sur ARTE» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Exterminez toutes ces brutes : un documentaire de Raoul PECK sur ARTE» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Exterminez toutes ces brutes : un documentaire de Raoul PECK sur ARTE» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Exterminez toutes ces brutes : un documentaire de Raoul PECK sur ARTE» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Exterminez toutes ces brutes : un documentaire de Raoul PECK sur ARTE» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Exterminez toutes ces brutes : un documentaire de Raoul PECK sur ARTE» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Exterminez toutes ces brutes : un documentaire de Raoul PECK sur ARTE» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Exterminez toutes ces brutes : un documentaire de Raoul PECK sur ARTE» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Exterminez toutes ces brutes : un documentaire de Raoul PECK sur ARTE» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Exterminez toutes ces brutes : un documentaire de Raoul PECK sur ARTE» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Exterminez toutes ces brutes : un documentaire de Raoul PECK sur ARTE» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Exterminez toutes ces brutes : un documentaire de Raoul PECK sur ARTE» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Exterminez toutes ces brutes : un documentaire de Raoul PECK sur ARTE» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Exterminez toutes ces brutes : un documentaire de Raoul PECK sur ARTE» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Exterminez toutes ces brutes : un documentaire de Raoul PECK sur ARTE» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Exterminez toutes ces brutes : un documentaire de Raoul PECK sur ARTE» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Exterminez toutes ces brutes : un documentaire de Raoul PECK sur ARTE» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Exterminez toutes ces brutes : un documentaire de Raoul PECK sur ARTE» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Exterminez toutes ces brutes : un documentaire de Raoul PECK sur ARTE» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Exterminez toutes ces brutes : un documentaire de Raoul PECK sur ARTE» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Exterminez toutes ces brutes : un documentaire de Raoul PECK sur ARTE» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Exterminez toutes ces brutes : un documentaire de Raoul PECK sur ARTE» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Partager cet article
Repost0
7 janvier 2022 5 07 /01 /janvier /2022 21:36
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé les barrières raciales» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Sidney POITIER nous a quittés le 6 janvier 2022. «Guess Who is Coming to Diner» ou «Devine qui vient dîner ce soir», un mythique film sur le mariage mixte et les démons de l'Amérique en pleine ségrégation raciale, a brisé la glace. «Sidney Poitier a joué un rôle capital, ouvrant la voie à la participation des Noirs à la culture populaire, mais aussi à la culture politique. J'ai toujours eu énormément de respect pour cet homme qui n'a jamais eu peur de dire ce qu'il avait à dire» dit Angela DAVIS. De par son talent immense, Sidney POITIER a ouvert la voie aux acteurs Noirs des États-Unis souvent voués à des rôles dégradants, d'une minorité invisible. «J'ai fait des films à une époque où le seul autre Noir des studios était le cireur de chaussuresJe me sentais bien seul. Depuis, sont venus les Eddie Murphy, Richard Pryor et dix autres qui ont pris la relève. Je suis un peu leur papa. Je leur ai ouvert la voie» dit Sidney POITIER, le 3 août 1988, à «France-Soir». En effet, Sidney POITIER, une figure de pionner estime que «L'industrie cinématographique n'était pas encore prête à élever plus d'une personnalité issue des minorités au rang de vedette» écrit-il dans son autobiographie, «This Life».
Par conséquent, «à travers ses rôles révolutionnaires et son talent singulier, Sidney Poitier incarne la dignité et la grâce, révélant le pouvoir des films de nous rapprocher. Il a également ouvert les portes à une génération d’acteurs. Michelle et moi envoyons notre amour à sa famille et à sa légion de fans», écrit Barack OBAMA, qui lui avait décerné la Médaille de la Liberté, le 12 août 2009.  En effet, toute sa carrière, Sidney POITIER a toujours décliné les stéréotypes négatifs réservés aux Noirs à l’écran : domestiques, marginaux ou criminels. Quitte à jouer souvent le même rôle d’homme droit, sans beaucoup d’aspérité, portant le costume. Ni majordome, ni danseur de claquette, ni envahi par une colère stérile, cette attitude équilibrée a permis à Sidney POITIER de survivre et de se maintenir, en haut de l’affiche de 1950 à 1970 : « Je ne veux accepter que des rôles qui inspirent fierté aux spectateurs noirs, leur donnant envie de se redresser dans leur fauteuil et qui imposent au spectateur blanc l'image d'un noir estimable dont l'autorité met en question leurs préjugés» dit Sidney POITIER. La lutte pour les droits civiques prenant de l’ampleur, après les années 70, Sidney POITIER, met sa notoriété au service de l’égalité réelle, en devenant producteur, pour des films incarnant des personnages rebelles et orgueilleux : « Le public noir réclamait tout autre chose, une image beaucoup plus choc, beaucoup plus primitive et beaucoup plus violente, se souvient l'acteur. Elle ne correspondait pas à mes opinions. Les producteurs ne souhaitaient plus me voir dans leurs films et moi-même je cherchais une autre voie» dit Sidney POITIER.
Sidney POITIER est célèbre pour avoir été le premier artiste noir à remporter, en 1964, l’Oscar du meilleur acteur du film, «Lilies of the Field» ou «Le Lys des champs». Sidney POITIER «concrétisait nos aspirations, et ce que nous rêvions d'être. Ce que traduit Poitier en recevant, en 1964, l'oscar du Meilleur acteur pour Le Lys des champs. Le premier remis à un Noir : La route a été longue pour arriver jusqu'ici» dit Danny GLOVER, acteur de cinéma. En effet, dans le film, «Le Lys des champs» de Ralph NELSON (1916-1987), paru en 1963, Sidney POITIER joue le rôle d’un aventurier rencontrant dans le désert de l’Arizona, une communauté de religieuses allemandes, envisageant de construire une communauté hispanique dans la contrée. Sidney POITIER les y accompagne en leur donnant des leçons d’anglais. Un film optimiste, fondé sur des valeurs de solidarité et de fraternité, à rebrousse-poil d’une Amérique conservatrice et peu ouverte aux autres.
Sidney POITIER est né le 20 février 1927, à Miami, en Floride, de parents des Bahamas, mais originaires de Haïti. I was born in Miami, Florida. My parents, Evelyn and Reginald Poitier, was two uneducated farmers from Cat Island in Bahamas” écrit-il, en 1980, dans son autobiographie, “This Life”. Dans cette autobiographie, «This Life», ou «Cette vie» il prend soin de préciser qu'il est né à Miami. D'autres biographes disent qu'il serait né aux Bahamas. Je suppose que Sidney POITIER sait ce qu'il dit. Ses parents sont de conditions de très modestes. Son père, Reginald James POITIER (1884-1961), faisait le commerce de tomates, et Evelyn OUTTEN POITIER (1896-1964) avait huit enfants. A la suite de la Grande dépression, Sidney grandit aux Bahamas : «C'était une chance ; la majorité des gens étaient noirs. Je n'ai eu aucun mal à me définir, dès mon plus jeune âge. Si bien que lorsque je suis arrivé aux États-Unis dans une société à majorité blanche, je savais qui j'étais» dit Sidney POITIER. En raison de sa double nationalité, Sidney POITER a été ambassadeurs des Bahamas au Japon, pendant dix ans : «Nous avons perdu une icône, un héros, un mentor, un combattant, et un trésor national», a écrit le Vice-Premier ministre des Bahamas, M. Chester COOPER.
A l’âge de 15 ans, le jeune Sidney débarque à New York, en plein hiver, mais vêtu d’habits d’été. «J’ignorais ce qu’il adviendrait de moi, mais je savais que l’échec n’était pas une option» déclare-t-il. Après le jeune, Sidney exerce de petits boulots pour survivre «Pendant deux ans, j'ai creusé des tranchées, surveillé des parkings. J'ai été employé dans un drugstore, camionneur, docker. À 18 ans, je me suis engagé dans l'armée, c'était le refuge des pauvres» écrit-il dans son autobiographie, «This Life».
Sidney POITIER répond, un jour, à une annonce de l’American Theater de Harlem, pour un rôle, bien nommé, dans «La porte s’ouvre». Il travaille dur, mais est resté, un certain temps, éclipsé par Harry BELAFONTE, jusqu’à ce qu’en 1949, le réalisateur, Joseph Leo MANKIEWICZ (1909-1993), le remarque. Aussi, Sidney POITIER, dans le film, «La porte s’ouvre», interprétant le rôle d’un médecin qui surmonte ses réticences à soigner un gangster raciste, sort de l’ombre. «Dès cette apparition, c'est une star que l'on voit. Pour les Noirs américains, il annonçait un jour nouveau et a su exprimer, dans les années 50, la colère, et les mots, touchant ceux qui étaient impliqués dans la lutte pour les droits civiques» écrit Donald BOGLE, un historien du cinéma.
Aussi, les succès défilent. Dans sa prestation cinématographique sobre, mais un jeu intense, Sidney POITIER a balayé les préjugés raciaux. Il joue notamment dans «Graine de violence» ou «Blackboard Jungle», en 1955, un film de Richard BROOKS sur les relations tendues au sein d’un lycée professionnel de New York, essentiellement composé d’élèves issus de minorités ethniques. Sidney POITIER y incarne le rôle d’un étudiant et Glenn FORD (1016-2006), le rôle principal. Film avant-gardiste, illustré «Rock around the clock» une musique de Bill HALLEY (1925-1981). En 1958, Sidney POITIER participe, aux côtés de Tony CURTIS (1925-2010), au film de Stanley KRAMER (1913-2001), «La Chaine». Dans ce film, deux détenus, un Blanc et un Noir, profitant d’un accident de leur fourgon, s’évadent. Les protagonistes racistes, se détestant mutuellement, réaliseront que leur intérêt commun, pour s’en sortir et s’évader, est de coopérer. Leur vie antérieure présente des similitudes, à travers leur condition professionnelle et les humiliations qu’ils avaient subies avant leur arrestation. Dans «Paris Blues», un film de 1961, sur une musique de Duke ELLINGTON (1899-1974), Sidney POITIER incarne un saxophoniste de jazz américain exilé à Paris. Il noue une amitié avec un autre américain blanc, amateur de Jazz, Paul NEWMAN (1925-2008). A deux, ils draguent deux jeunes américaines de passage à Paris. Bien qu’épris de ces touristes, ils hésitent de les suivre en Amérique.
Dans «In the Heat of the Night» ou dans «La chaleur de la nuit», un film de Norman JEWISON (1926-2010), de 1967, nous plonge dans le Sud ségrégationniste ; Sidney POITIER, un policier noir, doit affronter des Blancs racistes et incompétents. En effet, dans une bourgade du Mississippi, un homme d'affaires est assassiné. Un Noir, Sidney POITIER, qui attendait son train à la gare est arrêté, désigné comme coupable idéal. Celui-ci est, en réalité, un policier, membre de la brigade criminelle de Philadelphie. Un politicien du Sud ségrégationniste des États-Unis gifle Sidney POITIER, un détective de Philadelphie. Sidney POITIER le gifle à son tour, sans hésiter. Cette réplique, même cinématographique, revêt une très haute importance symbolique, dans cette Amérique marquée le racisme et en pleine lutte pour les droits civiques. En dépit de cet incident, son supérieur lui ordonne de rester sur place et de mener l'enquête avec le shérif local. «Dans la chaleur de la nuit» est récompensé de quatre Oscars, dont celui du meilleur film.
En 1967, le brillant film, sur le mariage mixte jusqu’alors interdit par la loi américaine, «Guess Who is Coming to Diner ?” ou “Devine qui vient dîner ?» de Stanley KRAMER (1913-2001) a suscité pourtant des réactions mitigées. Dans ce film, une jeune bourgeoise blanche présente son fiancé, un Noir, Sidney POITIER, à ses parents, un couple d'intellectuels, se croyant être des libéraux, ouverts d'esprit. Le dîner devient un cauchemar. Si la mère, Katharine HEPBURN (1907-2003), finit accepter le choix de sa fille, le père, Spencer TRACY (1900-1967), directeur d'un important journal de San Francisco, est beaucoup plus suspicieux. Dans ce film, le baiser n'a pas les honneurs d'un gros plan, il est entrevu dans le rétroviseur d'un taxi. Cela suffit pour choquer les Blancs et les Noirs. Pour les uns, un Noir, fût-il médecin et président de l'Organisation Mondiale de Santé, et une Blanche ne peuvent pas tomber amoureux comme les autres. Pour les autres, le scandale vient de la perfection du héros noir, brillant et irréprochable, condition nécessaire pour être aimée d'une fiancée blanche sans qualités particulières. Aussi, les militants noirs, contre la ségrégation raciale, attaquent violemment Sidney POITIER, qualifié de «Nègre de service» ou de «Fantasme de blanc». Les reproches de la communauté noire à Sidney POITIER sont que ses qualités, irréelles, dans le film, occulteraient la dureté de la ségrégation raciale encore en vigueur aux Etats-Unis. «Il se trouve que je compte parmi les millions de personnes à avoir aimé ce film. Le monde a besoin de tous les arguments possibles pour démontrer que l'homme est davantage bon que mauvais», dira Sidney POITIER, dans le «New York Times». C'est dans sa décision, Richard Loving v. Virginia, n°388 US 1, du 12 juin 1967, année de graves émeutes raciales, que la Cour suprême américaine reconnaît la légalité du mariage mixte. En effet, après plus de 10 ans de lutte, Richard LOVING, un Blanc et sa femme, Mildred, une noire, mariés le 12 juin 1958, en Virginie, un Etat du Sud, voisin de Washington, dans lequel une loi de 1924, «Racial Integrity Act» interdisait toujours les mariages mixtes. «Le mariage est l’un des droits civiques fondamentaux de l’homme, fondamentaux pour notre existence et notre survie même. En vertu de notre Constitution, la liberté d’épouser ou de ne pas épouser une personne d’une autre race relève du choix individuel et ne peut donc être limitée par l’État» dit la Cour suprême américaine, dans sa décision di 12 juin 1967.
Attaché aux valeurs d’intégrité, d’engagement, de foi et de pardon, Sidney POITIER a tenu, en 2000, à publier une autobiographie spirituelle et philosophique. Ses valeurs sont exprimées à travers ses films : “The give you and me the possibility of common bond and common frame of reference, and what I want to use them that way” écrit-il. Sidney POITIER a tenu, en 2000, à publier une autobiographie spirituelle et philosophique. Ses valeurs sont exprimées à travers ses films : “This give you and me the possibility of common bond and common frame of reference, and what I want to use them that way” écrit-il. «The Measure of a Man» ou la «Les dimensions de l'homme», est une seconde et étonnante autobiographie, quasi mystique et même surréaliste. Il réévalue sa vie à la lumière de dimensions religieuses, morales ou philosophiques. Pour le bonheur parfait est rempli à cette condition «Lorsque ma conscience, mes instincts et mes valeurs sont en accord avec l'univers» dit-il à «Vanity Fair».
Sidney POITIER disparaît à l’âge de 94 ans, le 6 janvier 2022. Sidney POITIER a été marié à Juanita HARDY, du 29 avril 1950 à 1965, qui lui a donné ses quatre premières filles, puis à Diahann CAROLL, de 1965 à 1969. De son remariage, le 23 janvier 1976 à Joanna SHIMKUS, sont issues deux filles. Dans sa longue vie, il n’a pas de regrets et considère avoir bien vécu : «Je ne me souviens pas de ce que cela a pu être, mais quoi que ce soit, j'y ai survécu. Et je n'ai aucun regret à ce sujet» dit-il à «Vanity Fair». Son plus grand bonheur, outre ses films et ses autobiographies, c’est surtout sa famille et son chien : «Ma femme, mes six enfants, mes cinq petits-enfants, mon arrière-petit-enfant, et Sproutie, le chien de la famille» dit-il.
Sa carrière exceptionnelle et un combat pour les droits des afro-américains qui lui vaudront, en 1974, le titre de Chevalier remis par la reine Elisabeth II. En 2002, Sidney POITIER reçoit l’Oscar d’honneur récompensant l’ensemble de sa carrière cinématographique. En 2009, la médaille présidentielle de la liberté, plus haute distinction civile des Etats-Unis, lui est décernée de la part du président Barack OBAMA : «Pour moi, le plus grand des “Grands Arbres” est tombé : Sidney Poitier. Mon honneur de l’avoir aimé en tant que mentor. Ami. Frère. Confident. Maître de sagesse. , vie éloquente. Je le chérissais. Je l’adorais. Il avait une âme énorme que je chérirai à jamais. Bénédictions à Joanna et à son monde de belles filles», a écrit Oprah WINFREY.
Brèves références bibliographiques
1 – Autobiographies
POITIER (Sidney), The Measure of a Man : A Spiritual Autobiography, San Francisco (California), Harper, 2000, 255 pages ;
POITIER (Sidney), This Life, New York, Alfred A. Knopf, 1980, 374 pages.
2 – Autres références
BALDWIN (James), “Sidney Poitier”, Look, juillet 1968, n°23, page 56 ;
BERGMAN (Carol), Sidney Poitier : Actor, Melrose Square, 1990, 168 pages ;
DUTRIAUX (Claire), «The Measure of a (Black Man), Sidney Poitier, la contestation afro-américaine et ses limites dans le cinéma afro-américain dans les années cinquante à la fin des années soizante-dix», in Dona Andreolle, Eolle, novembre 2012, n04, pages 15-25 ;
EVERETT (Percival), Pas de Sidney Poitier, Arles, Actes Sud, 2011, 310 pages ;
GOUDSOUZIAN (Aram), Sidney Poitier : Man, Actor, Icon, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 2004, 506 pages ;
KNIGHT (Arthur), “Sidney Poitier: It is no Great Joy to Be a Symbol”, in Pamela Roberston Wojcik,  New Constellations: Movie Stars of the Sixties, Rutgers University Press, 2012, pages 160-82 ;
LEVINE (Andrea), “Sidney Poitier’s Civil Rights : Rewriting the Mystique of White Womanhood in Guess Who’s Coming to Dinner and In the Heat of the Night”, American Literature, 2001, vol 73, pages 365-86 ;
MASON (Clifford), “Why Does White America Love Sidney Poitier So?”, The New York Times, 10 septembre 1967, page 123.
Paris, le 7 janvier 2022 par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sidney POITIER (1927-2022) un acteur  de cinéma noir qui a brisé la glace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Partager cet article
Repost0
15 mars 2021 1 15 /03 /mars /2021 00:14
«Thione Ballago SECK (1955-2021) la voix d'or du M'Balax, une musique sénégalaise» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Après une semaine tragique, terminée par un jour de deuil national, le musicien sénégalais, Thione Ballago SECK, «la voix d'or du M'Balax», hospitalisé en même temps que sa femme, vient de disparaître le 14 mars 2021 à Dakar, du Covid-19. «J’ai appris avec beaucoup de peine la disparition de Thione Balago Seck. Talentueux, libre et constant dans la création, il fut une figure marquante de sa génération. Je présente mes condoléances émues, au nom de la Nation, à sa famille ainsi qu’au monde de la culture» écrit le président Macky SALL.
Thione SECK, né le 12 mars 1955, à Dakar, est issu d'une longue lignée de griots qui étaient au service de Lat-Dior DIOP (1842-1886), Damel du Cayor, et compagnon de route de Maba Diakhou BA (1809-1867) du Nioro du Rip (voir mon article sur ce marabout nationaliste). «Thione Seck fait partie des artistes héros d’une époque. Libre, énergique, mélodique […], il a persisté dans la création, passant du traditionnel au moderne, bravant les écueils et l’incompréhension d’une société qui a peu cru à l’art comme mode vie et moyen de vivre», écrit El Hadji Hamidou KASSE, Conseiller du président Macky SALL pour les affaires culturelles. Fidèle à cet héritage familial traditionnel et artistique, sous le patronage de Laye MBOUP, disparu tragiquement en 1974, Thione SECK a démarré à l'âge de 17 ans à l'Orchestra Baobab, en qualité de chanteur et batteur.
A travers le M'Balax, un rythme Ouolof, Thione SECK a considérablement contribué à nationaliser la musique sénégalaise, restée trop longtemps une pâle copie de la musique cubaine (voir mon article sur Johnny PACHECO). «Aux côtés de Youssou N’Dour, Ismaël Lo, Baaba Maal, il a été un formidable ambassadeur de la musique sénégalaise, Il est l’une des icônes de la modernisation du folklore sénégalais et des grands musiciens griotiques de notre époque. Sa mort représente une perte immense pour notre pays et pour l’Afrique tout entière», a déclaré M. Abdou Latif COULIBALY, ancien Ministre de la Culture. Cependant, Youssou NDOUR, devenu même Ministre de la culture et star planétaire, a éclipsé tous ses concurrents, en professionnalisant et en internationalisant son art.
Thione SECK resté sur sa ligne traditionnelle de musique, estimant que son devoir moral est de continuer sur la voie tracée par ses Ancêtres. Il fondera son propre groupe, en 1984, «Raam-Daan». Son style mâtiné et sa musique voluptueuse chargée de références associant l’histoire du Sénégal, les cultures égyptienne et indienne, avait su séduire notamment les femmes : «La conscience morale, sans pour autant être l'unique fondement de la vérité morale, demeure l'instance ultime ou se décide la perception du bien. Et s'il est important d'écouter sa conscience, il est encore plus utile de l'éveiller et de l'éclairer, d'abord a la primauté du don de Dieu» écrivent ses biographes, Chérif SECK et Momar CISSE, dans «Papa Thione». Son père était chanteur de la confrérie mouride, à qui il dédiera d’ailleurs en 1991 une de ses musiques. A cette école, il apprit à conjuguer dans son chant la capacité à grimper dans les octaves et la faculté à habiter sa voix d’une ferveur spirituelle. En moraliste et conservateur, il estime que «la femme est la gardienne des valeurs. Il faut que l’homme prenne tout son temps avant de choisir une femme, car c’est elle qui détermine l’éducation de ses enfants» dit-il.
Thione SECK, dans démêlés avec la Justice, en 2015, dans une sombre affaire de trafic de faux billets de banque, a finalement bénéficié d’un non-lieu. «Beaucoup de personnes sont en prison par erreur. Si j’avais le pouvoir de faire sortir Khalifa Sall, je l’aurais fait. J’en ai même fait la demande auprès du président de la République, Macky Sall», a-t-il dit. Homme émotif, d’un caractère fort, mais en dépit de ces obstacles, Thione SECK a su rebondir. Il conseille à ses enfants qu'ils «évitent de commettre certaines erreurs du passé. Qu'ils n'écoutent pas leurs fans et qu'ils essaient, l'un comme l'autre, de polir leurs relations» dit-il.
Par ailleurs, et en scène depuis plus de 40 ans, parfois tous les jours de la semaine, tirant la conséquence que son public devenait parfois rare, Thione SECK a su mettre progressivement son fils, pied à l'étrier. Il s'est réservé le «Raam-Daan seniors» des spectacles le week-end de minuit à 3 heures du matin, pour, par la suite, laisser la place à son fils, Wally et aux jeunes noctambules.
Chez les SECK, la musique est toujours une affaire de lignage, d’héritage. Wally SECK, le fils de Thione Ballago SECK, un musicien déjà confirmé, saura donc honorer dignement la mémoire de son. Il a été à la bonne école en faisant les premières du groupe «Raam-Dan» ; c’était son terrain de football. Wally s'est déjà produit à Bercy, à Paris, en présence de sa mère, Kiné DIOUF et sous le patronage de Youssou N’DOUR, qui n’est pas venu : «Parce que l’homme est le remède de l’homme, même si l’homme est le poison de l’homme aussi. Ce que disent les uns et les autres n’engagent qu’eux. Moi, j’ai dit à Waly stop, tu as assez parlé de ton papa Youssou Ndour. Tu as fait des soirées en faisant de lui le parrain, il n’est pas venu. Tu as fait aussi Bercy en faisant de lui le parrain, il l’a vu d’une autre manière. Même à ton anniversaire, tu lui as fait l’honneur d’être le parrain. Maintenant, ça suffit. Youssou Ndour est ton père, respecte le en tant que père comme tu l’as toujours fait. Fait ton chemin. Et Basta !» dit Thione SECK. Le roi du M’Balax a rendu hommage, de façon élégante, à l’image de la presse mondiale, à Thione SECK, ce grand parolier : «Nous avons perdu un grand homme, un parolier, notre grand frère. Notre réveil a été brutal. Jamais je n’avais pensé que Thione Seck allait nous quitter si tôt. Mais, il a accompli sa mission sur terre» écrit-il.
Sa fille, Bintou SECK est également chanteuse. Thione SECK, en mentor de ses enfants leur a toujours recommandé de garder la tête sur les épaules, de faire fi aux «qu’en dira t’on» et de profiter du temps pour s’améliorer en permanence. Wally avait porté un tee-shirt de tolérance pour les LGBT, un sacrilège au Sénégal, et aussitôt, Thione SECK monte au créneau pour son poussin et le lave à grande eau : «Je ne vous apprends pas que Wally a son épouse et ses enfants. Ça veut tout dire» dit-il.

Wally SECK a été très touché par cet extraordinaire élan de solidarité national et international "Nous avons l'esprit tranquille, parce qu'on n'est pas seuls. C'est la première fois que nous traversons ce genre de situation. Papa Thione est parti, mais nous pouvons compter sur vous" dit-il.

Mes sincères condoléances à la famille de Thione SECK et à tout le peuple sénégalais, durement éprouvé par ces temps sombres. Même après la nuit la plus obscure, le jour se lèvera et le soleil brillera sur notre planète disait, en substance, Victor HUGO.

Référence bibliographique
SECK (Chérif), CISSE (Momar), Papa Thione : La conscience morale et religieuse dans la poésie chantée de Thione Ballago Seck, Westland Presse, 2013, 222 pages.
Paris, le 14 mars 2021, par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

 

 

 

«Thione Ballago SECK (1955-2021) la voix d'or du M'Balax, une musique sénégalaise» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Thione Ballago SECK (1955-2021) la voix d'or du M'Balax, une musique sénégalaise» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Thione Ballago SECK (1955-2021) la voix d'or du M'Balax, une musique sénégalaise» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Thione Ballago SECK (1955-2021) la voix d'or du M'Balax, une musique sénégalaise» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Thione Ballago SECK (1955-2021) la voix d'or du M'Balax, une musique sénégalaise» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Thione Ballago SECK (1955-2021) la voix d'or du M'Balax, une musique sénégalaise» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Thione Ballago SECK (1955-2021) la voix d'or du M'Balax, une musique sénégalaise» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Thione Ballago SECK (1955-2021) la voix d'or du M'Balax, une musique sénégalaise» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Thione Ballago SECK (1955-2021) la voix d'or du M'Balax, une musique sénégalaise» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Thione Ballago SECK (1955-2021) la voix d'or du M'Balax, une musique sénégalaise» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Thione Ballago SECK (1955-2021) la voix d'or du M'Balax, une musique sénégalaise» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Thione Ballago SECK (1955-2021) la voix d'or du M'Balax, une musique sénégalaise» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Thione Ballago SECK (1955-2021) la voix d'or du M'Balax, une musique sénégalaise» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Thione Ballago SECK (1955-2021) la voix d'or du M'Balax, une musique sénégalaise» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Thione Ballago SECK (1955-2021) la voix d'or du M'Balax, une musique sénégalaise» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Thione Ballago SECK (1955-2021) la voix d'or du M'Balax, une musique sénégalaise» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Thione Ballago SECK (1955-2021) la voix d'or du M'Balax, une musique sénégalaise» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Thione Ballago SECK (1955-2021) la voix d'or du M'Balax, une musique sénégalaise» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Thione Ballago SECK (1955-2021) la voix d'or du M'Balax, une musique sénégalaise» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Thione Ballago SECK (1955-2021) la voix d'or du M'Balax, une musique sénégalaise» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Thione Ballago SECK (1955-2021) la voix d'or du M'Balax, une musique sénégalaise» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Thione Ballago SECK (1955-2021) la voix d'or du M'Balax, une musique sénégalaise» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Thione Ballago SECK (1955-2021) la voix d'or du M'Balax, une musique sénégalaise» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Thione Ballago SECK (1955-2021) la voix d'or du M'Balax, une musique sénégalaise» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Thione Ballago SECK (1955-2021) la voix d'or du M'Balax, une musique sénégalaise» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Thione Ballago SECK (1955-2021) la voix d'or du M'Balax, une musique sénégalaise» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Thione Ballago SECK (1955-2021) la voix d'or du M'Balax, une musique sénégalaise» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Thione Ballago SECK (1955-2021) la voix d'or du M'Balax, une musique sénégalaise» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Thione Ballago SECK (1955-2021) la voix d'or du M'Balax, une musique sénégalaise» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Thione Ballago SECK (1955-2021) la voix d'or du M'Balax, une musique sénégalaise» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Thione Ballago SECK (1955-2021) la voix d'or du M'Balax, une musique sénégalaise» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Thione Ballago SECK (1955-2021) la voix d'or du M'Balax, une musique sénégalaise» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Thione Ballago SECK (1955-2021) la voix d'or du M'Balax, une musique sénégalaise» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Thione Ballago SECK (1955-2021) la voix d'or du M'Balax, une musique sénégalaise» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Thione Ballago SECK (1955-2021) la voix d'or du M'Balax, une musique sénégalaise» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Thione Ballago SECK (1955-2021) la voix d'or du M'Balax, une musique sénégalaise» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Thione Ballago SECK (1955-2021) la voix d'or du M'Balax, une musique sénégalaise» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Thione Ballago SECK (1955-2021) la voix d'or du M'Balax, une musique sénégalaise» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Thione Ballago SECK (1955-2021) la voix d'or du M'Balax, une musique sénégalaise» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Thione Ballago SECK (1955-2021) la voix d'or du M'Balax, une musique sénégalaise» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Thione Ballago SECK (1955-2021) la voix d'or du M'Balax, une musique sénégalaise» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Thione Ballago SECK (1955-2021) la voix d'or du M'Balax, une musique sénégalaise» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Thione Ballago SECK (1955-2021) la voix d'or du M'Balax, une musique sénégalaise» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Thione Ballago SECK (1955-2021) la voix d'or du M'Balax, une musique sénégalaise» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Thione Ballago SECK (1955-2021) la voix d'or du M'Balax, une musique sénégalaise» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Thione Ballago SECK (1955-2021) la voix d'or du M'Balax, une musique sénégalaise» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Thione Ballago SECK (1955-2021) la voix d'or du M'Balax, une musique sénégalaise» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Thione Ballago SECK (1955-2021) la voix d'or du M'Balax, une musique sénégalaise» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Thione Ballago SECK (1955-2021) la voix d'or du M'Balax, une musique sénégalaise» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Thione Ballago SECK (1955-2021) la voix d'or du M'Balax, une musique sénégalaise» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Thione Ballago SECK (1955-2021) la voix d'or du M'Balax, une musique sénégalaise» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Thione Ballago SECK (1955-2021) la voix d'or du M'Balax, une musique sénégalaise» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Thione Ballago SECK (1955-2021) la voix d'or du M'Balax, une musique sénégalaise» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Thione Ballago SECK (1955-2021) la voix d'or du M'Balax, une musique sénégalaise» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Thione Ballago SECK (1955-2021) la voix d'or du M'Balax, une musique sénégalaise» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Partager cet article
Repost0
30 janvier 2021 6 30 /01 /janvier /2021 13:51
In the mind of many, Cicely Tyson is the embodiement of black womanhood. A naturalluy gifted. Tyson is often given credit for inspiring Black American Women to embrace African standard of beauty” écrit Emile M. BELDIER. Cicely TYSON a ouvert la voie pour toutes les générations d’artistes noires : «C'est très excitant de savoir que vous êtes, espérons-le, en train de tracer une voie à suivre pour quelqu'un d'autres» dit-elle. Cicely TYSON a reçu plusieurs distinctions, dont des Emmy Awards, équivalent des Oscars pour la télévision américaine, ainsi qu'un Tony Award récompensant les prestations théâtrales. En 2016, le président Barack OBAMA lui a décernée la médaille de la Liberté : «Au cours de sa longue et extraordinaire carrière, Cicely Tyson n'a pas juste eu du succès comme actrice, elle a façonné le cours de l'Histoire» avait dit le premier président noir des Etats-Unis. En 2018, Cicely TYSON, est la première afro-américaine à recevoir un Oscar d’honneur pour l’ensemble de sa carrière, et le symbole qu'elle représente pour les artistes noirs. Elle est «une Reine pour nous tous, les Afro-Américains», avait alors souligné l'acteur et réalisateur Tyler PERRY. «Je n'ai jamais vraiment travaillé pour de l'argent. J'ai travaillé parce qu'il y avait certains problèmes que j'aurais aimé aborder à propos de moi-même et de ma race en tant que femme noire» écrit Cicely TYSON dans ses mémoires. Cicely TYSON représente une leçon de vie. En effet, Cicely TYSON, dans ces combats futurs pour l’égalité réelle a planté une graine de l’espoir et de l’espérance. Son message est simple et puissant : «Apprenez qui vous êtes et votre valeur. Respectez-vous et respectez les autres !».

Actrice au cinéma et comédienne de théâtre, Cicely TYSON, pionnière avec sa longue et prolifique carrière de plus de 70 ans, est reconnue comme tous comme très talentueuse : «Tout comme Je Suis  est ma vérité. C'est moi, clair et sans vernis, avec les paillettes et la guirlande mis de côté. Ici, je suis en effet Cicely, l'actrice qui a eu la chance de décorer la scène et l'écran pendant six décennies. Pourtant, je suis aussi la fille d'église qui parlait rarement un mot. Je suis l'adolescente qui a cherché du réconfort dans les vers du vieil hymne pour lequel ce livre est nommé. Je suis une fille et une mère, une sœur et une amie. Je suis une observatrice de la nature humaine et rêveuse de rêves audacieux. Je suis une femme qui a souffert autant que j'ai aimé, une enfant de Dieu divinement guidée par Sa main. Et ici, dans ma neuvième décennie, je suis une femme qui, depuis longtemps enfin, a quelque chose de significatif à dire» écrit-elle dans ses mémoires. En militante résolue de la cause des droits civiques, Cicely TYSON a pris la position que son art devait refléter les temps et propulser les Noirs vers l'avant. C'était sa mission de choisir des pièces avec l'intention de changer la façon dont les femmes noires étaient perçues, en reflétant notre dignité. Et c'est exactement ce qu'elle a fait. Cicely TYSON refusait tous les rôles au cinéma de prostituée ou de domestique. A l’époque des lois ségrégationnistes, l’actrice noire était assimilée à la vulgarité, au sexe, à la violence, à la danse ou à la musique, des préjugés que Cicely TYSON ne voudrait pas perpétuer. En effet, Cicely TYSON déclinait ces assignations et considérait qu’elle pouvait interpréter n’importe quel rôle «I know instantly when I should take a role. If my skin tingles as I read the script It is absolutely something I must do. But if my stomac churns, I do not touch the project. As an artist, I should be able to portray anyone” dit-elle sans ses mémoires “Just As I am”.

Cicely TYSON jouait souvent des personnages de femmes fortes, insurgées contre l’esclavage et luttant pour leur dignité. Ainsi, dans la fameuse série, «Roots» ou «Racines» d’Alex HALEY (1921-1992), Cicely TYSON incarne le personnage de Bineta, la mère de Kounta KINTé, (Joh Amos), Maya ANGELOU (1928-2014) est la grand-mère, Nyo Boto. La naissance de Kounta KINTé est célébrée, Gambie, avec un grand faste ; c’est un hommage à l’Afrique des animiste ou l’esprit des ancêtres. Capturé au cours d’une expédition en forêt, Kounta KINTé est embarqué, dans des conditions atroces, en bâteau, à destination, pour être réduit en esclavage. Alex HALEY, craignant des réactions négatives d’une partie de cette Amérique suprémaciste, avait décidé de faire diffuser toutes les séries de Racines en une seule semaine, du 23 au 30 janvier 1977, sur ABC. Mais le succès dépassa tous les espoirs. Cette série est un grand début dans la dénonciation des 400 années d’esclavage et une puissante regénération de l’esprit des droits civiques.

Cicely TYSON est née à Harlem, New York, le 19 décembre 1933, d’une fratrie de trois enfants. Ses parents, des immigrants de la Caraïbe arrivés aux Etats-Unis en 1919 et sont originaires d’une petite, l’île de Niévès (Nives en anglais), de 92 kilomètre carrés, non loin de Porto-Rico, une colonie britannique indépendante depuis 1983. Ils sont de conditions modestes, son père, William Augustine TYSON, étant ouvrier charpentier et peintre en bâtiment. Sa mère, Frederica Theodosia HUGGINS, une domestique très dévote, considérait que le fait d’aller  au cinéma ou au théâtre. En effet, sa famille résidant dans un quartier pauvre fréquenté par des prostituées, des drogués et divers marginaux, sa mère avait associé la création artistique à un lieu de débauche et de déperdition, et l’avait évincée de la maison pendant trois ans. Mais Cicely, initialement, très timide, se passionnera pour le cinéma. Après ses études, elle exercera le métier de secrétaire à la Croix rouge. Très soigneuse de son look et prenant grand soin de ses cheveux, elle est recrutée comme top model par «Artois Studio Playhouse». Cicely n’était pas née pour rester longtemps secrétaire “I know that God didnot put me on the face of this earth to being on a typewriter for the rest of my life !” dit-elle. Cicely TYSON suit des cours chez «Barbara Modeling School». Cicely fera, plusieurs fois, la couverture du magazine «Ebony».

Cicely commence par de petits rôles au cinéma, en 1956 dans «Dark of the Moon» et la fait la couverture de Vogue Harper’s Bazar. En 1959, elle joue dans une série télévisée «CBS Camera Three». En 1961, Jean GENET (1910-1986) la fait jouer, à Broadway, dans l’une de ses pièces de théâtre, «The Black» (Les Nègres), aux côtés de Maya ANGELOU. Dans cette pièce de théâtre, quand la Cour accuse les Nègres d’un crime, ces derniers deviennent comédiens et offrent pour leur jugement une belle tragédie grotesque. Les Nègres comédiens, possédés par une fureur carnavalesque, se réunissent cérémonieusement dans un lieu clandestin pour jouer à la tragédie classique devant la Cour juge. Ils répètent pour la énième fois Le Meurtre de la Blanche et inventent alors la mort, la vie et l’amour. Les Nègres jouent à paraître ce qu’ils sont déjà et à être ce qu’ils ne sont pas. Non loin, une révolte se prépare. Dans la préface des Nègres, publiée pour l’édition de la pléiade, Jean GENET explique : «Cette pièce est écrite non pour les Noirs, mais contre les Blancs». Jean GENET ne se met pas à la place des Noirs, mais s’efforce de mettre le spectateur blanc face à son propre racisme et les stéréotypes de la négritude sur lesquels il repose. Cette pièce, une solidarité envers tous les opprimés du monde, se joue en Amérique, dans les années 60, dans un contexte racialisé de lutte pour les droits civiques, contre la violence des suprémacistes blancs, le mythe du «Rêve américain » d’égalité ne s’applique, en fait, qu’à certains, et excluait les Noirs. C’est à cette occasion, Cicely TYSON se rase la tête, à une époque où la mode est aux cheveux lisses des femmes blanches ; aussi les femmes afro-américaines commencent à l’imiter.

En 1962, elle remporte le «Drama Desk Vernon Price» dans «Moon over a Rainbow Shawl». A partir de 1963, Cicely participe à différents shows télévisés, notamment avec George C SCOTT (1927-1999) et à la série «East Side/West Side», dans laquelle elle a un rôle de secrétaire ; ce qui donne une plus grande notoriété. Cicely collabore avec Sammy DAVIS Jr, en 1966, un opéra comique «The Guilding Light».

Le succès viendra en particulier, en 1972, pour son rôle de Rebecca Morgan, dans le drame, «Sounder» ; c’est une mère-courage, en Louisiane, dans un Sud rural et raciste, lors de la Grande dépression, assurant seule l’éducation de ses enfants. Parce que leur chien «Sounder» est vieux, David et son père, Nathan, ne ramènent rien de la chasse. Le père vole de la viande, et, est jeté en prison pendant un an. «Sounder» c’est le titre du film, mais aussi, c’est le nom du chien de la famille qui y joue un rôle important. Le fils aîné de la famille a un goût prononcé de la lecture. L’éducation est considérée comme un des puissants moyens de rédemption et de promotion sociale. En 1974, Cicely TYSON est récompensée d’un Emmy de la meilleure actrice dans «Autobiography of Miss Jane Pittman», un téléfilm basé sur une nouvelle écrite en 1971 par Ernest J. GAINES relate, par le biais du personnage de Miss Jane, cent ans d’histoire américaine, de la guerre de Sécession à la lutte pour les droits civiques. Miss Jane raconte son «autobiographie» à la demande d’un jeune professeur d’histoire noir. Cependant, Ernest GAINS précise que l’ouvrage est bien une autobiographie fictive ; car il ne s’agit pas de dire une personne mais un peuple. Il précise souvent que Miss Jane est un composé de plusieurs personnes dont le récit lui-même est relayé par plusieurs protagonistes et s’élabore autour de leur témoignage. Par conséquent, dans ce film, Cicely TYSON joue le rôle de Miss Jane, une femme noire du Sud, née en esclavage dans les années 1850 et vivant pour devenir membre du mouvement des droits civiques dans les années 1960. En 1976, Cicely TYSON participe au film «La Couleur des sentiments» dans lequel trois femmes, que l'Apartheid social alors en vigueur oppose, se lancent le défi à la fois simple et fou, d'écrire ensemble un livre sur leurs conditions de vie. Une jeune blanche, Skeeter (Emma STONE), qui vient de terminer ses études de journalisme, rentre dans sa famille à Jackson (Missippi). La lutte pour les droits civiques vient de démarrer et le Ku Klux Klan fait encore sa loi dans le Sud. Skeeter a choisi de faire une enquête sur les conditions de vie des bonnes noires chargées à l'époque des enfants, de la cuisine et de l'entretien de la maison. Elle parvient à convaincre deux d'entre elles, la timide Aibileen (Viola DAVIS) et la rebelle Minny  (Octavia SPENCER) de témoigner des brimades et des humiliations dont elles sont victimes au quotidien. Ce faisant elles prennent le risque d'être identifiées et chassées par leurs maîtres. Hostiles au départ, les autres domestiques du quartier les rejoignent, elles apportent des récits qui permettent la rédaction d'un livre-choc qui devient un best-seller. Au fur et à mesure qu'elle se rapproche de ces femmes, Skeeter est rejetée par ses amies d'enfance blanches accrochées à leurs privilèges et enfermées dans leurs vies de femmes au foyer oisives. Cicely TYSON joue le rôle de Constantine. C’est un puissant réquisitoire contre le racisme et l’esclavage. En effet, grâce à une solidarité blanche insidieuse, les employés noirs ne peuvent quitter un travail sans risquer de ne jamais en retrouver, n’ont aucun accès à l’emprunt, peuvent être accusés de vol sans preuve, sont fermement punis si vol il y a, et risquent d’être abattus par le Ku Klux Klan.

Cicely TYSON disparaît le 28 janvier 2021, à l’âge de 96 ans et l’hommage est planétaire. Cicely TYSON s’était mariée à deux reprises ; une première fois à 18 ans, le 27 décembre 1942, avec Keneth FRANKLIN (1923-2007), qui disparaît huit mois seulement après cette union. Cicely TYSON a rencontré Keneth FRANKLIN pour la première fois à l'église après que le pasteur les ait présentés tous les deux. Elle n'avait que 17 ans. «Kenneth était sur la liste approuvée de ma mère avant même de l'avoir vu. Il a coché la seule case qui lui semblait importante : il était la progéniture d'un révérend» écrit-elle. Ils ont commencé à sortir ensemble, et un jour lors de la visite de sa maison, Keneth FRANKLIN a abusé d’elle : «Nos caresses sont devenues plus intenses et il a soulevé ma robe. J'ai légèrement reculé, mais avant de pouvoir reculer, il était en moi. Cet incident s'est terminé par une grossesse» écrit Cicely TYSON dans ses mémoires. Le divorce avec FRANKLIN ne sera prononcé qu’en 1956. Cicely TYSON est également sorti avec Jimmy KIND pendant quelques mois et Billy Dee WILLIAMS pendant 9 ans de 1957 à 1966. Cicely TYSON entretient, pendant de nombreuses années, à partir de 1965, une liaison, hors mariage, avec Miles DAVIS (1926-1991), un homme à femmes et drogué. Ils ne se marieront qu’en 1981 pour divorcer en 1988, mais entretiendront toujours une relation amicale. Miles DAVIS est resté le grand amour de sa vie. Cicely TYSON est restée, globalement discrète sur sa vie privée, et on ne sait pas exactement si elle a eu des enfants. Pourtant, dans ses mémoires, qui viennent de paraître, Cicely TYSON parle d’une file, «Joan» et plonge dans les détails de sa naissance et de son enfance ; elle évoque «une relation, aussi fragile que précieuse», et elle lui dédie ses mémoires : «Celui qui a payé le plus grand prix pour ce cadeau à tous» dit-elle à Joan.

Indications bibliograhiques

1 – Contributions de Cicely TYSON
TYSON (Cicely), BURFORD (Michelle), Just as I Am. A Memoir, préface Viola Davy, Harper Collins, 2021, 432 pages.
1 - 1 Films
1957 : “Carib Gold» de Harold Young : Dottie
1959 : «Le Coup de l'escalier» (Odds Against Tomorrow) de Robert Wise : la barmaid du clubb de jazz
1959 : «La Colère du juste» (The Last Angry Man) de Daniel Mann : la fille à gauche sur le porche
1966 : “A Man Called Adam» de Leo Penn : Claudia Ferguson
1967 : «Les Comédiens» (The Comedians) de Peter Glenville : Marie-Thérèse
1968 : «Le Cœur est un chasseur solitaire» (The Heart Is a Lonely Hunter) de Robert Ellis Miller : Portia
1972 : “Sounder» de Martin Ritt : Rebecca Morgan
1976 : “The River Niger» de Krishna Shah : Mattie Williams
1976 : “L'Oiseau bleu» (The Blue Bird) de George Cukor : Tylette, le chat
1979 : “Airport 80 Concorde » (The Concorde: Airport '79) de David Lowell Rich : Elaine
1981 : “Bustin' Loose” de Oz Scott et Michael Schultz : Vivian Perry
1991 : «Beignets de tomates vertes» (Fried Green Tomatoes) de Jon Avnet : Sipsey
1997 : «Les Seigneurs de Harlem» (Hoodlum) de Bill Duke : Stephanie St.Clair
2005 : “Winn-Dixie mon meilleur ami » (Because of Winn-Dixie) de Wayne Wang : Gloria
2005 : “Madéa, grand-mère justicière » (Diary of a Mad Black Woman) de Darren Grant : Myrtle
2006 : «Affaire de femmes» (Madea's Family Reunion) de Tyler Perry : tante Myrtle
2006 : «Idlewild Gangsters Club» (Idlewild) de Bryan Barber : la mère de Hopkins
2007 : «À cœur ouvert» (Reign over me) de Mike Binder : Miriam
2011 : «La Couleur des sentiments» (The Help) de Tate Taylor : Constantine Jefferson
2012 : “Alex Cross» de Rob Cohen : Nana Mama
2013 : “The Haunting in Georgia» de Tom Elkins : Mama Kay
2017 : “La Dernière tournée» (Last Flag Flying) de Richard Linklater : Mrs. Hightower
2020 : “Rupture fatale» (A Fall from Grace) de Tyler Perry : Alice.
  1. 1 Pièces de théâtre
Dark of the Moon, 1959
Talent, 1959
The Blacks, 1961
Moon on the Rainbow Shawl, 1962
Tiger, Tiger Burning Bright, 1962
The Blue Boy in Black, 1963
Carry me back to the Morning Heights, 1963.
2 – Autres interviews ou critiques
American Biographies, Connecticut Grohier, 2006, vol 9, 143 pages, spéc page 133 ;
BELDIER (Emile, M), Contemporary Black Biography, Detroit, Thomson Gale, 2005, vol 51, 281 pages, spéc pages 161-166 ;
NIQUET (Christopher Niquet), «L'allure de… Cicely Tyson et Miles Davis par Ron Galella, New York, 1968», Vanity Fair, avril 2017, n°45, pages 38-39 ;
TYSON (Cicely) “Interview”, Ebony, février 1981, pages 124-132, janvier 1979, page 27, mai 1974, page 38 ;
TYSON (Cicely) “Interview”, Jet, 12 septembre 1994, page 56.
Paris le 29 janvier 2021 par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

 

«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Cicely TYSON (1924-2021) une brillante et longue carrière, et un modèle pour les actrices noires américaines» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Partager cet article
Repost0
25 janvier 2021 1 25 /01 /janvier /2021 21:49
«Omar SY, un artiste engagé et talentueux» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Omar SY est la deuxième personnalité la plus populaire de France ; il est déjà présent à l’entrée du Musée Grévin à Paris, au moment où Donald TRUMP en est éjecté. Les acteurs ont besoin de cette reconnaissance populaire pour se dépasser : «Quand ça arrive il faut assumer. Il faut assumer, on l’a un peu cherché donc oui, on ne fait pas ce métier-là par hasard. On a besoin de cette reconnaissance et de cet amour donc quand ça vient il faut le prendre» dit Omar SY. Portée par Omar SY, la série Arsène Lupin a atteint la première place du classement, non seulement en France, mais aussi dans dix autres pays du monde dont les États-Unis. «C'est le roi des casseurs, c'est le roi des tombeurs, Il est brillant comme le diamant, rapide comme le vent, le bel Omar Sy» dit-on. On attend la deuxième série, mais déjà plus de 70 millions de spectateurs. «Je me suis entretenu hier soir avec l’acteur et humoriste Omar Sy. Il est une grande fierté et je l’ai félicité pour sa brillante carrière. Je me réjouis de constater que son super film Lupin cartonne dans le monde entier» a tweeté, le président Macky SALL du Sénégal. L’image du Noir dans le cinéma français est en train de bouger, dans le bon sens, grâce à certains acteurs. Les Noirs sont présents dans le cinéma français depuis les frères Lumière (Joséphine Baker, Habib Benglia, Darling Légitimus, Robert Liensol), mais la place qui leur était assignée reflétait bien des préjugés colonialistes et esclavagistes : «Au début du XXème siècle, les Blancs en étaient encore à se demander si les Noirs étaient des humains ou non. En revanche, l’avancée est très faible quant à la place des Noirs sur la scène artistique. Pas seulement les Noirs. Aujourd’hui le monde de la culture et des arts ne représente pas du tout le pays dans sa diversité» dit Omar SY qui appelle à faire un travail sur nous-mêmes. En effet, les acteurs noirs interprètent les personnages d’un voyou, d’un domestique, d’un comique ou d’un rigolo «Clownesque  ou exotique, l’image du Noir dans le cinéma des premiers temps est peu flatteuse. Georges Méliès s’est approprié la tradition de Blackface» écrit Régis DUBOIS. Depuis quelques temps, les lignes bougent, vers une citoyenneté pleine et entière, et Omar SY y a joué un rôle considérable (Isaac de Bankolé, Firmine Richard, Jacques Martial, Alex Descas, Mouss Diouf, Aïssa Maïga, Edouard Montoute, Stomy Bugsy, Eriq Ebouaney, Joeystar) : «Les préjugés dont il parle ne sont pas liés particulièrement au cinéma : je sais, moi, que je ne vais pas m’arrêter là et que je vais démonter tous ces archétypes pourris. Et puis quoi ? Je ne vais pas m’arrêter de danser parce que je suis noir uniquement pour casser les idées reçues ! Je ne vais pas m’arrêter de rire non plus ! Le cliché, ce serait de refuser ce qu’on est profondément. Moi, je me suis toujours tout autorisé. Je ne me définis pas comme un Noir, je suis beaucoup plus que ça», dit Omar SY.
En raison de sa récompense, César du meilleur acteur en 2012, dans le film «les Intouchables», Omar SY était déjà une immense star. Ce film est une version romancée de la vie de Philippe POZZO di BORGO, un homme d'affaires corse devenu tétraplégique en 1993, après un accident de parapente. Son épouse meurt quelques années plus tard, et il finit par sombrer dans une dépression après la mort de sa femme. Driss, un jeune homme d'origine sénégalaise (Omar SY) tout droit sorti de prison, comme auxiliaire de vie à domicile est engagé par cet aristocrate. Pourquoi lui ? Tout simplement parce qu'il ne regarde pas Philippe avec le même regard de pitié que les autres candidats. «Au départ, quand Eric et Olivier m’ont appris qu’Omar allait jouer Driss, j’ai jeté un coup d’œil plus attentif sur ses prestations dans le SAV . Et ça m’a plu : le spectre proposé est assez large. Mais attention, ce sont des sketchs donc pas le même boulot qu’un film comme Intouchables !» confesse François de CLUZET, initialement un peu sceptique ou sur la réserve quant au choix  porté sur Omar SY. Avec 19,44 millions d'entrées «Intouchables» est le deuxième plus gros succès du Box-office en France, derrière «Bienvenue chez les Ch'tis ».
Dans cette série, Omar SY s’est encore dépassé, en dépoussiérant Arsène Lupin, en l’adaptant donc à notre temps. Du même coup, Omar SY, en Gentleman cambrioleur vient de réaliser un casse du siècle, un pied de nez aux esprits étriqués ; il a volé la vedette aux autres. En effet, dans cette mise en scène : Exit le chapeau haut de forme et le monocle, l’acteur préféré des Français ne campe pas le héros inventé en 1905 par Maurice LEBLANC (1864-1941), mais Assane DIOP, un admirateur d’Arsène Lupin, ancré dans le Paris d’aujourd’hui. Fausses identités (agent d’entretien, livreur à vélo, informaticien...), tours de passe-passe, vol de bijoux. : «Je voulais commencer par un symbole fort mais montrer Paris autrement. Le mystère n’est pas de savoir comment Assane arrive à ses fins mais qui est-il, où est-il dans cette foule. À l’heure où chacun veut être célèbre, son invisibilité est son arme. Comme Arsène Lupin, il passe sans problème des bas-fonds à la haute société. Il utilise la peur, les préjugés des gens sur la pauvreté, sa couleur de peau pour se fondre dans la foule.» dit George KAY, un britannique, admirateur de Sherlock Holmes et de Tintin, et coscénariste d’Arsène Lupin. Le nouvel Arsène Lupin d’Omar SY s’inspire du gentleman cambrioleur pour tromper les riches et les puissants et venger son père, originaire de Thiès (Sénégal), mort 25 ans plus tôt après avoir été accusé d’un crime qu’il n’a pas commis. Omar SY est un acteur noir, qui tient le rôle principal dans Arsène Lupin, aux côtés de Nicole GARCIA et Ludivine SAGNIER : «Je ne nie pas l’importance de la chose. En même temps, on le fait juste, on n’en parle pas. Lupin, je l’ai fait pour toutes les familles, les familles noires et les familles blanches. Je n’isole et je n’exclus personne. C’est ouvert. Et c’est comme cela qu’il faut qu’on fasse, les faire en grand. Ouvrir, ne pas isoler, ni exclure. C’est avec cet élan-là que l’on va gommer les choses» dit Omar SY. En effet, magnétique et charismatique, Omar SY incarne une justice crédible avec notre époque marquée par un racisme systémique et institutionnel. Au-delà du divertissement et de l’intrigue haletante, l’enquête, un drame social, met en exergue l’impunité des forts, et le pouvoir qu’ils exercent sur les faibles, en les écrasant. Arsène Lupin, tel que l’interprète Omar SY, appelle à la justice et à la vérité sur la mort de son père qui nous rappelle ces violences policières à l’encontre des jeunes racisés.
Bien qu’il ait réussi pleinement sa vie, et a échappé à ces lieux de relégation, Omar SY sait d’où il vient ; il est resté pleinement solidaire avec les habitants de la banlieue «La banlieue, je la porte en moi. Je n’ai pas besoin de le crier sur les toits. En revanche, je suis vigilant sut le sujet. J’ai la responsabilité de ne pas tomber dans les clichés» dit-il. En effet, Omar SY, un acteur engagé, milite activement contre les violences policières et fait partie du comité de soutien, «Justice pour Adama». Omar SY a signé une pétition publiée par l’observateur «Regardons devant nous, ayons le courage de dénoncer les violences policières qui sont commises en France. Engageons-nous à y remédier. Ne soyons plus spectateurs d’un système violent, qui enterre les mémoires de ces morts dans l’oubli, qui jette systématiquement leurs noms dans la fosse aux non-lieux. Nous devons profiter de cet élan suscité par l’affaire Floyd pour refuser ce grossier clivage, qui consiste à trier, parmi nous, les méchants et les gentils. Il n’y a qu’un seul et même camp, celui de la justice. Nous aspirons tous à une police digne de notre démocratie, une police qui protège sa population, sans distinction de couleur de peau ou de provenance sociale, la même pour tous, qu’on habite dans les centres-villes ou dans les quartiers populaires» mentionne cette pétition. Résidant à Hollywood, aux Etats-Unis depuis 2012, Omar SY soutient le mouvement Black Lives Matter. «La mort d’Adama Traoré est aussi injuste et indigne que celle de George Floyd. Je me réjouis qu’on en prenne conscience aujourd’hui, je me réjouis de voir des dizaines de milliers de personnes venues de tous horizons sociaux entourer de leurs forces les proches d’Adama Traoré, ses frères, sa sœur, Assa. D’entendre les soutiens leur venir du monde entier. Pendant quatre ans, cette famille a fait preuve d’une détermination sans relâche, quotidienne, qui n’a d’égale que sa peine infinie. Pendant quatre ans, cette famille a résisté dans une trop grande solitude, face à l’injustice, face à l’inertie de l’institution judiciaire, face à l’indifférence des pouvoirs publics. Elle a vaillamment tenu bon. Mais combien d’autres familles, moins nombreuses, moins épaulées, se sont écroulées sous les coups d’une justice sourde à leurs demandes, bafouant les droits qu’elle est censée représenter ?» écrit-il dans l’appel du 4 juin 2020 relayé par «l’Observateur».
Né le 20 janvier 1978 à Trappes, dans les Yvelines, Omar Sy, volontairement ou non, est resté fidèle à son département de naissance, les Yvelines. Car de nombreuses scènes d’Arsène Lupin ont été tournées près de sa ville natale de Trappes. En fait, c’est à la maison d’arrêt de Bois-d’Arcy que la production a posé ses caméras. Dans les premiers épisodes, on voit plusieurs fois l’établissement en plans larges, les couloirs, les grilles et les cellules. La ville de Trappes est maintenant dirigée par un maire de souche maghrébine. Que des séparatistes ! La série Arsène Lupin parle notamment de ce déni du passé colonialiste et esclavagiste de la France, du multiculturalisme, de cette tentative permanente à vouloir à gommer les différences et établir des frontières dans une société déjà diverse et compartimentée : «La série parle des fractures, si l’on peut dire cela comme ça, ou des cloisons entre ces différents niveaux, de toutes nos différences. Et justement, une des qualités d’Assane est de réussir à naviguer au travers les unes et les autres, avec aisance. Peu de gens peuvent le faire. Dans notre société, tout est trop compartimenté, cloisonné. Ce n’est peut-être pas le bon terme, mais tout est polarisé. Et ce n’est pas peu dire sur notre société aujourd’hui » dit Omar SY. Mais Arsène Lupin est aussi un espoir que les racisés écartés des lieux de décision et de la lumière, retrouveront pleinement leur juste place dans la société : «Je n’ai pas la réponse. Mais espérons qu’avec Lupin, nous sommes en train de lancer quelque chose. Chez Netflix, il y a eu récemment la création d’un nouveau poste de responsable des programmes inclusion et de la diversité des contenus, qui va peut-être améliorer les choses. Attendons de voir ce que cela va donner. J’ai le sentiment que cela progresse. Mais, je suis d’accord, nous sommes en retard. Espérons que Lupin est annonciateur d’un changement qui va dans le bon sens» dit Omar SY. 
D’origine peule, fils d’un ouvrier sénégalais, Demba SY, originaire de Bakel, arrivé en France en 1962, et d’une mère, agent d’entretien, originaire de Mauritanie, Omar SY a grandi à Trappes, dans les Yvelines, en région parisienne, une fratrie de 8 enfants. Ses parents ont mené une vie et ses stigmates : «Rétrospectivement, je me dis que mes parents devaient beaucoup jongler, lui avec son salaire d'ouvrier, elle qui faisait des ménages. Tous les gens que je connaissais vivaient comme ça, dont on ne souffrait pas (...) Il y avait toutes sortes de gens dans cette cité. Ça m'a ouvert l'esprit «Les gens de la banlieue», c'est comme ça qu'on nous appelait à Paris. Et c'était une tare, ça voulait dire les Noirs et les Arabes, bien sûr» dit Omar SY qui a usé de l’humour d’abord pour se faire accepter par les autres. Omar SY, qui réside à Hollywood avec sa femme normande, Hélène et ses cinq enfants, tout en revendiquant sa citoyenneté française, ne renie pas ses racines peules du Sénégal : «C’est un peuple qui s’occupait du bétail et qui a transhumé dans toute l’Afrique. J’en ai gardé l’amour du lait ! Et quelque chose de nomade. Je suis curieux et je vais voir partout. Entre la culture française et la culture africaine, je glane ce qui me plaît» dit Omar SY. Trappes est une ville de la banlieue parisienne conquise en juin 2020 par Ali RABEH, et dont sont natifs, notamment Jamel DEBBOUZE et Nicolas ANELKA, fortement engagés dans la lutte pour l’égalité réelle. «On parle sans cesse de la banlieue, mais les gens n'en savent pas grand-chose finalement. Je ne fais pas dans l'angélisme. Il y a du trafic, des violences. Mais il y a aussi des gens qui triment, qui font des études, qui cravachent» dit-il. Acteur autodidacte, né en banlieue, Omar SY n’a pas suivi les cours d’art dramatiques : «On avait une petite part de la culture, on était abrité. Il pleuvait de la culture en France et nous on était à l’abri. Voilà ce qui s’est passé pour nous mais bon, ce sont les zones d’éducation prioritaires» dit Omar SY. Il suivait un baccalauréat professionnel de chauffage et climatisation, quand, en 1995, Omar SY a eu la chance de rencontrer Jamel DEBBOUZE qui lui a tendu la main, à Radio Nova, à Canal Plus et au cinéma. «S’il n’y avait pas eu Jamel Debbouze. C’est vraiment lui le départ. Je n’aurais pas fait connaissance avec ce métier, avec cette possibilité de faire rire le plus grand nombre, s’il ne m’y avait pas amené. Avec lui, je me suis rendu compte que j’en étais capable, et surtout que ça me plaisait. Je lui dois ça. Tout le reste en découle» dit Omar SY. Aussi, dans sa filmographie, Omar SY, un acteur engagé, a pour souci naturellement de distraire, mais aussi et surtout d’éduquer. Le héros du film, «Samba», retraçant l’itinéraire en France, d’un sans-papiers, est un vibrant hommage à cette minorité invisible, travaillant dans la restauration, le bâtiment, l’industrie automobile, c’est bien «la France qui se lève tôt», toujours calomniée, taxée de «séparatiste», mais de vrais héros du quotidien. C’est également un clin d’œil à ses parents, des immigrants peuls et ouvriers en France, et à ces réfugiés mauritaniens, victimes de l’esclavage et de ces massacres de 1989. Ce film, «Samba» est aussi un vibrant hommage, à cette France républicaine, à ces associations humanitaires (Charlotte GAINSBOURG et Izïa HIGELIN, actrices humanitaires), fraternelles et infatigables dans leur remarquable élan de solidarité. Samba CISSE, ce sans-papier malien, le personnage du roman s’est battu pour venir en France, mais la France ne veut pas de lui, mais en raison de cette fraternité des associatifs  : «Même derrière les barreaux, même les menottes aux poignets, il aimait la France» écrit Delphine COULIN, l’auteure du roman. Alice, l’humanitaire que joue Charlotte GAINSBOURG, est déprimée et a besoin d’un réconfort moral et tombe amoureuse de Samba CISSE (Omar SY), «J’aime l’idée de cette rencontre improbable. On se dit que ça ne marchera jamais entre eux. Et finalement, ils s’épanouissent et guérissent au contact l’un de l’autre» dit Omar SY. En effet, le film «Samba», gomme une grande partie de la dramaturgie que vivent les immigrés, des soutiens de famille ayant la nostalgie du pays, constamment la boule au ventre de se faire attraper par la Police et d’être expulsés du territoire, après un parcours au Maroc, en Espagne et en Algérie, fait de violences et de privations.  Ces immigrés habitant souvent des foyers, des immeubles insalubres ou des zones de relégation que Manuel VALLS a qualifié «d’Apartheid», ont des conditions d’existence avilissantes ; la seule alternative , c’est de se cacher en permanence ou savoir bien courir. «Il s’agissait d’un sujet peut-être un peu plus grave que les précédents, mais qu’ils voulaient traiter comme ils savent le faire, en y mettant un peu de légèreté. Il ne fallait pas que ça devienne un film à charge ou une grosse comédie. Ça supposait pas mal de finesse. En plus, il y a de l’action, une histoire d’amour, un personnage féminin très développé : tout ça c’était des premières, pour eux. Mais ce film était aussi un challenge pour moi. J’interprète un personnage que je devais vraiment composer : parler avec un accent sénégalais en enlevant le sourire dans la voix. Samba a des fragilités, mais il émane quand même de lui de la force, du courage. C’est un homme grave, pas un amuseur, même s’il est parfois drôle. Bref, c’est un personnage plein de nuances» dit Omar SY.
Le cinéma divertit, mais il éduque aussi, et Omar SY découvre dans le film américain, «Twelve Years a Slave» la question de l’esclavage : «Sur l’esclavage, mais j’ai découvert en fait qu’il y a une période où au Nord ils étaient libres et pas dans le Sud, qu’il y avait ce trafic-là de Noirs libres qu’on remettait à l’état d’esclavage. Ça s’est passé et finalement je l’ai appris avec le film. C’est un truc que je ne savais pas. Donc se sont des choses comme ça où parfois le cinéma peut faire aussi ça, il instruit ou il nous présente des gens» dit Omar SY. Français natif de Trappes, avec des origines sénégalaise et mauritanienne, Omar SY, en raison de sa double culture cherche ses racines. Dans le film «Yao» (Lionel BASSE), de Philippe GODEAU, tourné au Sénégal, il est qualifié de «Bounty», Noir à l’extérieur, mais Blanc à l’intérieur. «En France, tu es l’étranger. Et quand tu retournes au pays, avec tes habitudes de vie occidentale, tu deviens Bounty. C’est une autre forme de racisme ou du moins de préjugés, qui fait que nulle part, tu ne peux te sentir chez toi» dit Omar SY. «Guelfe pour les Gibelins, mais Gibelins pour les Guelfes» suivant Marguerite YOURCENAR dans «Erasme». Dans ce film, «Yao», outre la présence des forces de l’esprit, notamment l’animisme, une religion traditionnelle de l’Afrique, Omar SY a accompli un voyage initiatique, un retour aux sources «Ce voyage-là, je l’aie fais avec mon père quand j’avais 19 ans. Tous les deux, nous avons traversé le Sénégal en voiture. J’en garde un souvenir émouvant. J’ai découvert alors mon père et mes racines. Celles de Peuls, peuple de bergers nomades. J’en suis sorti différent» dit-il. En effet, dans ce film, Seydou TALL, un peul vivant en France et originaire de Kanel, dans le Damga, vient au Sénégal, berceau de ses ancêtres, pour la première fois, pour dédicacer son livre autobiographique. Un petit garçon, de 11 ans, traverse tout le pays, pour rencontrer cet écrivain, son idole, devenu célèbre. Alors, Seydou TALL décide de raccompagner ce mineur chez lui, mais en fait c’est Yao qui le guide dans cette Odyssée.
Dans ce succès planétaire de Omar SY, on en revient, dans ce contexte d’adoption de la loi sur le séparatisme à cette question fondamentale de la promesse républicaine. Pour l’essentiel, les Français issus de l’immigration sont une véritable richesse pour ce pays. La première génération avait contribué, durant les Trente glorieuses, le père de Omar SY est arrivé en France en 1962, au relèvement de ce pays meurtri par deux guerres mondiales. De nos jours, les descendants de ces immigrants, nés ici ont du talent à revendre. En particulier, et Omar SY l’a montré, les artistes noirs encore relégués dans les caves ne demandent qu’à exprimer, pleinement, leur talent. Ainsi, Omar SY, dans sa magistrale prestation Rafael PADILLA (1868-1917), alias «Chocolat», rappelle que ce personnage aspire à n’être plus seulement un clown, mais un extraordinaire artiste. Chocolat a connu un succès éphémère, mais tragique. En effet, «Chocolat», a été le premier grand artiste noir à se produire sur la scène française à la Belle Époque. Tour à tour esclave, garçon de ferme, mineur et star du spectacle, le comédien a connu la misère puis la gloire avant de sombrer dans la pauvreté et l'anonymat. Avec son camarade de scène, ils se nourrissent des «Minstrels shows», une sorte de sketch burlesque dans lequel un clown blanc autoritaire frappe un souffre-douleur noir. Pourtant, en 1910 le duo se sépare et alors, le clown, «Chocolat» sombre dans l'alcoolisme et dans la dépression après avoir perdu sa fille, âgée de 19 ans. Il meurt dans la misère à 49 ans à Bordeaux en 1917. Omar SY, dans son rôle de «Chocolat» a réhabilité et sorti de l’oubli cet artiste noir précurseur de tous les succès de notre temps. «Nous aimons aimer. C’est ça notre pays» dit Omar SY.
Bibliographie très sélective
BOURGEOIS (Marie-France), Omar Sy, les secrets de l'acteur préféré des Français, Paris, EAN, 2015, 208 pages ;
CARRIERE (Christophe), «Omar Sy : Je ne veux pas être le Noir à la mode», L’Express, 22 février 2012 ;
COULIN (Delphine), Samba pour la France, Paris, Seuil, 2011, 312 pages ;
DEVELEY (Alice), «Le fabuleux destin du véritable clown, Chocolat», Le Figaro, 3 février 2016 ;
DUBOIS (Régis), Les Noirs dans le cinéma français. De Joséphine Baker à Omar Sy, LettMotif, 2016, 246 pages ;
KREMER (Pascale), «Omar Sy : Grâce à Jamel, j’ai compris que j’étais capable», Le Monde, 3 décembre 2016 ;
LAUREA (Tesi D), Samba pour la France. Un patriote sans-papiers. Récit de vie, d’immigration, d’amour, Universita Degli Studi Di Padova, 2015-2016, 111 pages ;
LEBLANC (Maurice), Arsène Lupin. Gentleman-cambrioleur, Paris, éditions du groupe ebooks, 1907, 264 pages ;
PEREIRA (Vincent), Omar Sy : l’inimitable, Paris, Carpentier, 2015, 157 pages ;
SY (Omar), «Interview sur Chocolat», Télérama, 3 février 2016, actualisé le 8 décembre 2020 ;
SY (Omar), «Interview», 20 minutes, 8 janvier 2021 ;
SY (Omar), «Interview», Jeune Afrique, 14 avril 2014 ;
SY (Omar), «Réveillez-vous !», appel publié par l’Observateur du 4 juin 2020.
Paris le 25 janvier 2021 par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

 

«Omar SY, un artiste engagé et talentueux» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Omar SY, un artiste engagé et talentueux» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Omar SY, un artiste engagé et talentueux» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Omar SY, un artiste engagé et talentueux» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Omar SY, un artiste engagé et talentueux» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Omar SY, un artiste engagé et talentueux» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Omar SY, un artiste engagé et talentueux» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Omar SY, un artiste engagé et talentueux» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Omar SY, un artiste engagé et talentueux» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Omar SY, un artiste engagé et talentueux» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Omar SY, un artiste engagé et talentueux» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Omar SY, un artiste engagé et talentueux» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Omar SY, un artiste engagé et talentueux» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Omar SY, un artiste engagé et talentueux» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Omar SY, un artiste engagé et talentueux» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Omar SY, un artiste engagé et talentueux» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Omar SY, un artiste engagé et talentueux» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Omar SY, un artiste engagé et talentueux» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Omar SY, un artiste engagé et talentueux» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Omar SY, un artiste engagé et talentueux» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Omar SY, un artiste engagé et talentueux» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Omar SY, un artiste engagé et talentueux» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Omar SY, un artiste engagé et talentueux» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Omar SY, un artiste engagé et talentueux» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Omar SY, un artiste engagé et talentueux» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Omar SY, un artiste engagé et talentueux» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Omar SY, un artiste engagé et talentueux» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Omar SY, un artiste engagé et talentueux» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Omar SY, un artiste engagé et talentueux» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Omar SY, un artiste engagé et talentueux» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Omar SY, un artiste engagé et talentueux» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Omar SY, un artiste engagé et talentueux» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Omar SY, un artiste engagé et talentueux» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Omar SY, un artiste engagé et talentueux» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Omar SY, un artiste engagé et talentueux» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Omar SY, un artiste engagé et talentueux» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Omar SY, un artiste engagé et talentueux» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Omar SY, un artiste engagé et talentueux» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Omar SY, un artiste engagé et talentueux» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Partager cet article
Repost0
30 août 2020 7 30 /08 /août /2020 12:00
Acteur de cinéma, particulièrement talentueux, Chadwick Aaron BOSEMAN, né le 29 novembre 1976, à Anderson, en Caroline du Sud, est mort, prématurément, du cancer du côlon, le 28 août 2020, à Los Angeles.
Depuis le début de sa carrière en 2003, Chadwick BOSEMAN est surtout connu pour avoir joué dans des séries télévisées, comme «Les Experts», «Lie To Me» ou encore «Fringe». Après un petit rôle dans «The Express» en 2008.
Très tôt, il s’est fait remarqué dans ses interprétations de Jackie ROBINSON (1919-1972), le drame sportif 42. Ce film de Brian HELGELAND, en 2013 retrace la vie et l’intégration dans la ligue de baseball de cette légende noire du football américain, Jackie ROBINSON qui est le premier à avoir joué dans de grands clubs. En 1945, le riche propriétaire des Dodgers de Brooklyn, Branch RICKEY, décide qu’il est temps qu’un jour noir puisse évoluer avec des blancs. Il recrute alors Jackie ROBIN, un joueur électrisant, rapide et cogneur. Jackie est aidée par son épouse Rachel et un journaliste noir pour surmonter les obstacles de la ségrégation raciale et démarre en 1947 avec les Dodgers. Par conséquent, l'histoire se déroule en pleine ségrégation raciale, et nous montre le parcours difficile de Jackie ROBINSON pour se faire accepter dans un milieu raciste, et devenir plus tard un symbole pour l'égalité sociale. Jackie ROBINSON a un jeu intuitif et rapide, la formidable aptitude à dépasser d'insultes racistes des spectateurs et des autres joueurs ; ce qui a fait de lui le pionnier, le leader, et un représentant héroïque des noirs américains. Il a ouvert la voix, dans un sport maintenant composé à 70% de Noirs.
Chadwick BOSEMAN interprétera, en 2014, le rôle de James BROWN, un biopic musical «Get on Up». Il a failli refusé ce rôle, ne souhaitait pas «interpréter à nouveau une personne réelle, encore moins une aussi iconique». Il a donc appris à «être James Brown». Chadwick est complètement devenu le personnage de James BROWN, mélangeant la Soul et le Funk, en saisissant sa voix rauque et râpeuse. La société de production de Mick JAGGER est à l’origine de biopic «J’ai volé à James Brown tout ce que j’ai pu» dira Mick JAGGER, un musicien fasciné et fortement influencé par James BROWN. Spike LEE pressenti pour diriger ce film l’a abandonné en 2012 au profit de Tate TAYLOR, le réalisateur de «la couleur des sentiments». C’est un film sans concession sur la vie de James BROWN, ses côtés sombres, ses moments de violence, ses abus de drogue et ses relations explosives avec ses musiciens : «J'ai rencontré beaucoup de membres de sa famille. Ils avaient envie de montrer tous les aspects de James et on en a beaucoup parlé avec eux. On a même regardé le film tous ensemble et ils réagissaient en direct. Les génies sont souvent des personnages complexes» dit Tate TAYLOR, le réalisateur.
Le film montre l’enfance de James BROWN (1933-2006) où il vit avec un père violent et encaisse l'absence de sa mère, puis l'on suit James BROWN pendant ses premiers gospels et jusqu'à ses immenses succès, «I Got You», «I Feel Good», «Please, Please, Please» ou «Get Up» ou «I Feel Like Being a Sex Machine». James BROWN ou Mister Dynamite, est «un personnage complexe, politique et si important dans la musique» dira Chadwick BOSEMAN. En effet, James BROWN est décrit par ses détracteurs comme étant comme un génie capricieux et hors de contrôle. «J'ai essayé de ne pas penser à son importance historique, explique l'acteur, mais j'ai voulu comprendre qui était cet enfant de Caroline du Sud, abandonné par ses parents, délinquant juvénile… Et de voir comment il devient cette homme que l'on respecte pour sa musique et qui nous intrigue politiquement» dit Chadwick BOSEMAN. James BROWN est un personnage de Groove, un danseur sexy sur scène : «J'ai mis deux mois à me prépare. Chaque jour, j'avais des cours de danse, au début trois heures par jour, puis jusqu'à cinq heures de répétition quotidienne. J'écoutais de la musique toute la nuit» dit Chadwick BOSEMAN.
Le film montre aussi l’engagement de James BROWN, aux côtés de la communauté noire, la scène plus importante du film est celle des émeutes de Boston. Engagé contre la guerre au Vietnam, James BROWN rendu hommage à Martin Luther KING assassiné le 4 avril 1968, «L’Amérique a perdu à ce moment-là son meilleur ami, et une majorité d’Américains ne s’en rendait même pas compte» dit l’artiste. «Vous êtes un grand homme, vous avez fait des choses incroyables, mais je ne vous suis pas sur la non-violence. Si quelqu’un me bat, je le bats à mon tour» ajoute James BROWN. En effet, au lendemain de l’assassinat de Martin Luther KING, l’artiste James BROWN empêche les jeunes de la ville d'entrer en conflit avec la police. «C'était important pour moi de montrer que ces gamins avaient une expérience émotionnelle de l'assassinat de King, et ils avaient besoin de Brown pour traverser cette épreuve, pour les aider. Je voulais qu'on comprenne toutes les implications de cette scène. James Brown était un penseur libre et je voulais que ça se ressente. Les Afro-Américains ont une histoire qui a des milliers d'années et qui s'est perdue dans l'esclavage. Il faut essayer de se retrouver une place, de progresser, de s'élever dans la société contre une culture opprimante. C'est ce que représente sa musique» dit le réalisateur.
En 2017, Chadwick BOSEMAN jouera, sous la direction de Reginald HUDLIN, le rôle du juge Thurgood MARSHALL, premier juge noir à la Cour suprême des Etats-Unis, dans «Marshall, la vérité sur l’affaire Spell». Dans ce film, alors qu’il est encore avocat de la NAACCP, et que l’Amérique est encore confrontée à ses démons de la ségrégation raciale, Thurgood MARSHALL est envoyé dans un Connecticut conservateur et raciste, afin de défendre un chauffeur noir dans un très public procès pour agression sexuelle et tentative d'assassinat. Marshall se voit associé à Samuel FRIEDMAN, un jeune avocat juif qui n'a jamais défendu un client. Ensemble, ils luttent contre une vague de peur et de préjugés, mais parviennent à découvrir la vérité dans ce procès dramatisé qui annonce le Mouvement des Droits Civiques à venir. Une défense se dresse habilement autour de ce dernier et nous redécouvrons les vestiges de l’esclavage, à savoir une inégalité morale et éthique. Thurgood Marshall vient alors de la Cour Suprême afin de soutenir devant celle qui décidera du sort de SPELL. La justice est impartiale sur le plan théorique ; Ce que le duo combat, c’est le préjugé. Il est difficile d’obtenir Justice alors qu’une ethnie porte un lourd fardeau, l’asservissement du Noir depuis la nuit de l’esclavage. On sent le système oppressif mis en place contre les Noirs qui ont du mal à se faire entendre.
En 1954, Thurgood MARSHALL, alors qu’il était avocat, avait plaidé, avec brio, devant la Cour suprême dans l’affaire historique «Brown v. Board of Education» qui allait mettre fin à la ségrégation dans les écoles publiques aux États-Unis. Grand nom du mouvement en faveur des droits civiques et juriste éminent, Thurgood MARSHALL (1908-1993), né dans un quartier pauvre de Baltimore, a été le premier Noir américain à siéger à la Cour suprême, à partir du 2 octobre 1967. «L’enfant d’une mère noire né dans un État comme le Mississippi  a exactement les mêmes droits qu’un bébé blanc né dans la famille la plus nantie des États-Unis. Ce n’est pas le cas, mais je défie quiconque de dire que ce n’est pas objectif qui mérite des efforts» avait-il dit en 1988.
Mais Black Panther, en 2018, avec la musique du sénégalais, Baaba MAAL, que Chadwick a littéralement conquis la planète. Chadwick avait incarné le personnage T’Challa, un super héros noir, souverain du royaume imaginaire, d’Afrique Equatoriale, du Wakanda. Les Wakandais vivent sur un gigantesque gisement de vibranium, métal aux propriétés merveilleuses qui leur a permis de développer une technologie dépassant de loin celles des pays les plus développés. Depuis des temps immémoriaux, le roi du Wakanda reçoit, en même temps qu’il monte sur le trône, des pouvoirs surhumains qui font de lui, quand le besoin s’en fait sentir, un guerrier quasiment invincible, «Black Panther». T’Challa vient de succéder à son père assassiné par un terroriste international, et affrontera plus d’épreuves qu’Hamlet et Winston CHURCHILL réunis.
Chadwick BOSEMAN à la veille des présidentielles américaines, compte tenu des violences policières contre les Noirs et des menaces d’un deuxième mandat de Donald TRUMP, a laissé dans une vidéo son testament : il a exhorté  les jeunes d’aller voter le 3 novembre 2020.
Paris le 29 août 2020 par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
 
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Chadwick Aaron BOSEMAN (1976-2020), héros du film Black Panther» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Partager cet article
Repost0
28 mai 2020 4 28 /05 /mai /2020 23:27
Il y a dans cette belle France deux camps qui s’affrontent : les vrais républicains, très nombreux, qui se battent pour une juste place de chacun, en fonction de son mérite, et certains, minoritaires, mais particulièrement bruyants, remplis d’eux-mêmes et de préjugés, usurpant toutes les couleurs républicaines, à s’y méprendre. Pour ma part, il n’y a qu’une seule France, la Républicaine. Guy BEDOS, comédien et humoriste, partisan de la République, ne faisait pas partie de la majorité silencieuse et honteuse ; il assumait ses convictions républicaines et savait taper, sans retenue, sur les gens aux idées courtes ; il traquait et fustigeait la stigmatisation, ainsi que toutes les formes d’intolérance : «ce qui m’effraie, ce n’est pas l’oppression des méchants ; c’est l’indifférence des Bons» disait, fort justement, Martin Luther KING (1929-1968). C’est en ce sens que Guy BEDOS, cette grande gueule sympathique, représentait l’honneur de cette France républicaine, face aux forces du Chaos. «Avec la disparition de Guy Bedos, c’est un grand ami qui s’en va et avec lui un sens de l’humour et de la dérision à nul autre pareil. Humoriste et acteur, la scène était son arène. Guy Bedos était un Don Juan brillant, lettré à l’esprit vif et ravageur. Percutant, toujours mordant, ses piques touchaient juste et fort. Avec une ironie joyeuse et sulfureuse, ses mots frétillaient et ne cessaient de nous faire rire» écrit Jacques LANG, Ministre de la Culture de François MITTERRAND.
Né le 15 juin 1934 à Alger et mort le jeudi 28 mai 2020 à Paris, Guy DEBOS avait émis le souhait d'être enterré en Corse. La dernière fois que je l'avais rencontré c'était en 2017 dans mon 19ème arrondissement à un meeting d'Arnaud MONTEBOURG. Guy DEBOS est connu pour son engagement à gauche et son antiracisme affiché et affirmé «Ma conscience politique s’est forgée au contact de Finouche, la jeune femme qui s’est chargée de moi lorsque mes parents m’avaient envoyé en pension à la campagne. Elle m’a appris, parallèlement à l’école, à lire, à écrire, à compter  et les droits de l’Homme. J’avais 8 ans» dit Guy BEDOS. Après le départ récent de Michel PICCOLI les forces de progrès sont terriblement en deuil. Résister par l’impertinence et par le rire, Guy BEDOS s'y attache, en comédien et en observateur féroce de la société française. De sa jeunesse algérienne, exposé au racisme et à la violence de ses parents, Guy entre en résistance «Ma mère est moins déplaisante que mon père, mais les deux faisaient la paire. Leurs mauvaises manières vis-à-vis des Algériens m’ont profondément heurté. Depuis ma lutte contre tous les racismes, racisme de peau, racisme social, racisme de sexe est devenue constante et définitive » dit Guy BEDOS. Du refus de l'indifférence, l'engagement pour l’égalité réelle. Du goût pour la liberté, l'indocilité face aux pouvoirs. De l'exigence de démocratie, l'appel à «l'insurrection pacifique». Guy BEDOS projette son rêve d'une société meilleure dans la jeunesse qui s'indigne et qui agit «Valérie Giscard d’Estaing et son Ministre de l’intérieur, Michel Poniatowski, m’apparaissaient en aristos ostentatoires qu’ils étaient, comme ses fossoyeurs de la République. C’est dans ce contexte que j’ai commencé à m’exprimer en polémiste» dit-il. Pour lui, le rôle de l’artiste n’est pas seulement d’être un amuseur public et de faire rire : «L’humour est la politesse du désespoir» affirme-t-il. Artiste irrésistiblement drôle et tourné vers la vie, Guy BEDOS était un homme engagé, et il le dit dans «J’ai fait un rêve», un entretien avec Gilles VANDERPOOTEN : «À ceux qui me demandent de quoi je me mêle, je réponds que je me mêle de ce que je regarde» dit-il «J’ai fait un rêve», et d’ajouter «Vive l'avenir ! Plus qu'un message, c'est un devoir pour l'idéaliste et le père que je suis» et puis «La Bourse ? Je m'en fous. J'ai choisi la vie».
Dans son engagement à gauche, Guy BEDOS est resté lucide : «Guy Bedos était exigeant et déterminé. J’aimais sa franchise toute méditerranéenne, il allait droit au but sans contrefaçons. Il ne transigeait jamais, surtout pas avec ses convictions et ses passions» écrit Jack LANG. Guy BEDOS avait suivi la dernière campagne de gauche, celle de François HOLLANDE, avec son slogan «Le changement, c’est maintenant». Mais son regard sur ce quinquennat décevant, il l'a résumé en une phrase assassine : «Nous sommes toutes et tous des Valérie Trierweiler» écrit-il. «Son humour grinçant, décapant, parfois blessant était une arme redoutable contre le racisme, et la bêtise qu’il combattait sans relâche. La gauche était sa famille. Il la traitait durement parce qu’il en attendait beaucoup. Il râlait souvent mais il ne renonçait jamais. Son talent et ses colères nous manqueront» écrit François HOLLANDE, dans son hommage à Guy BEDOS.  Libre comme il l'a toujours été, Guy BEDOS sait asséner des coups rudes et se moquer des puissants tout en donnant un éclairage cruel au théâtre politique. En éveilleur de conscience, avec Guy BEDOS on rit à gorge déployée, mais on rit parfois jaune. Guy BEDOS a réveillé, dans leur torpeur, armé de son esprit vif et corrosif, ceux qui se sont assoupis devant les dangers que courent la République. «Vouloir définir l’humour c’est manquer d’humour» disait-il. Guy BEDOS, tout en sérieux, savait, nous faire rire en abordant des sujets sérieux. Guy BEDOS a toujours cultivé l’art de la formule, le sens de l’aphorisme et le goût de la réplique cinglante : «J’ai horreur des gens qui parlent pendant que je les interromps» dit-il dans «Pointes, piques et répliques». «Les femmes chez nous représentent la moitié du corps électoral. Vu comme ça, le corps électoral, ça m’excite» dit-il.
«Arrêtez le monde, je veux descendre» tel l’un des titres de ses nombreux ouvrages. Guy BEDOS ce n'est pas drôle, tu nous manques déjà : «Guy Bedos nous aura fait sa plus mauvaise blague ce soir mais pour beaucoup, il restera longtemps une étoile inspirante» écrit Jack LANG.
Tous ceux qui l’ont vu à ses spectacles n’ont pas manqué de signaler que Guy BEDOS, dans sa relation à l’autre, ne joue pas ; il est spontané, vrai et authentique dans sa grande humanité. Mon ami, Souvahibou SY, un taximan, qui a souvent transporté Guy BEDOS insiste sur ses qualités humaines «souvenir inoubliable» dit-il. «S’il savait à quel point, il m’a inspiré. Je l’ai vu tant de fois en spectacle. Quand on parlait de la Gauche caviar, il répondait «Je suis Gauche Couscous» me dit mon ami et frère, Sélim «Le Pacha».
Nos amicales pensées vont aux membres de la famille de Guy BEDOS. Il a été marié, une première fois, à Karen BLANGUERNON (1935-1996), qui lui a donné une fille, Leslie, née en 1957. Il a épousé, en secondes noces, Sophie DAUMIER (1934-2004), et ont eu une fille, Mélanie, née en 1977. Il se mariera aussi, une dernière fois, à Joëlle BERCOT, danseuse classique et mannequin, mère de Nicolas, né en 1979 et Victoria née 1983. Guy BEDOS a également été fiancé Françoises DORLEAC.
En définitive, «Merci pour tout» mon cher Guy, et c’est aussi le titre d’un de ses ouvrages de 1996.
 
Références
BEDOS (Guy), A l’heure où noircit la campagne, Paris, Fayard, 2017, 153 pages ;
BEDOS (Guy), Arrêtez le monde, je veux descendre, Paris, Le Grand livre du mois, 2003, 138 pages ;
BEDOS (Guy), Bête de scène, Paris, Le Grand livre du mois, 2004, 410 pages ;
BEDOS (Guy), Envie de jouer, Paris, Seuil, 1999, 187 pages ;
BEDOS (Guy), En attendant la bombe, Paris, Calmann-Lévy, 220 pages ;
BEDOS (Guy), Inconsolable et gai, Paris, Seuil, 1991, 184 pages ;
BEDOS (Guy), J’ai fait un rêve, entretien avec Gilles Vanderpooten, Paris, L’aube, 2013, 147, pages ;
BEDOS (Guy), Je craque, Paris, Calmann-Lévy, 1976, 278 pages ;
BEDOS (Guy), Je me souviendrai de tout, journal mélancolique, Paris, J’ai Lu, 2017, 224 pages ;
BEDOS (Guy), Journal d’un mégalo, Mitterrand, Pasqua Balladur et Moi, Paris, Seuil, 1999, 136 pages ;
BEDOS (Guy), La rue-éclabousse, Paris, éditions de l’Aube, 2010, 48 pages ;
BEDOS (Guy), Le jour et l’heure, Paris, éditions France Loisirs, 2009, 135 pages ;
BEDOS (Guy), Mémoires d’outre mère, Paris, 2006, 219 pages ;
BEDOS (Guy), Merci pour tout, Paris, Le Grand livre du mois, 1996 148 pages ;

BEDOS (Guy), Petites drôleries et autres méchancetés, Paris, Seuil, 1992, 132 pages ;

BEDOS (Guy), Plans rapprochés, Paris, J’ai Lu, 2017, 224 pages ;
BEDOS (Guy), Pointes, piques et répliques, Paris, J’ai Lu, 1998, 196 pages ;
BEDOS (Guy), Sarko et Co, Paris, Cherche Midi, 2008, 123 pages.
Paris, le 28 mai 2020 par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Guy BEDOS (1934-2020), comédien, humoriste, antiraciste, homme de gauche et humaniste et républicain assumé» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Guy BEDOS (1934-2020), comédien, humoriste, antiraciste, homme de gauche et humaniste et républicain assumé» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Guy BEDOS (1934-2020), comédien, humoriste, antiraciste, homme de gauche et humaniste et républicain assumé» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Guy BEDOS (1934-2020), comédien, humoriste, antiraciste, homme de gauche et humaniste et républicain assumé» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Guy BEDOS (1934-2020), comédien, humoriste, antiraciste, homme de gauche et humaniste et républicain assumé» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Guy BEDOS (1934-2020), comédien, humoriste, antiraciste, homme de gauche et humaniste et républicain assumé» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Guy BEDOS (1934-2020), comédien, humoriste, antiraciste, homme de gauche et humaniste et républicain assumé» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Guy BEDOS (1934-2020), comédien, humoriste, antiraciste, homme de gauche et humaniste et républicain assumé» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Guy BEDOS (1934-2020), comédien, humoriste, antiraciste, homme de gauche et humaniste et républicain assumé» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Guy BEDOS (1934-2020), comédien, humoriste, antiraciste, homme de gauche et humaniste et républicain assumé» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Guy BEDOS (1934-2020), comédien, humoriste, antiraciste, homme de gauche et humaniste et républicain assumé» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Guy BEDOS (1934-2020), comédien, humoriste, antiraciste, homme de gauche et humaniste et républicain assumé» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Guy BEDOS (1934-2020), comédien, humoriste, antiraciste, homme de gauche et humaniste et républicain assumé» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Guy BEDOS (1934-2020), comédien, humoriste, antiraciste, homme de gauche et humaniste et républicain assumé» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Guy BEDOS (1934-2020), comédien, humoriste, antiraciste, homme de gauche et humaniste et républicain assumé» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Guy BEDOS (1934-2020), comédien, humoriste, antiraciste, homme de gauche et humaniste et républicain assumé» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Guy BEDOS (1934-2020), comédien, humoriste, antiraciste, homme de gauche et humaniste et républicain assumé» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Guy BEDOS (1934-2020), comédien, humoriste, antiraciste, homme de gauche et humaniste et républicain assumé» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Guy BEDOS (1934-2020), comédien, humoriste, antiraciste, homme de gauche et humaniste et républicain assumé» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Guy BEDOS (1934-2020), comédien, humoriste, antiraciste, homme de gauche et humaniste et républicain assumé» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Guy BEDOS (1934-2020), comédien, humoriste, antiraciste, homme de gauche et humaniste et républicain assumé» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Guy BEDOS (1934-2020), comédien, humoriste, antiraciste, homme de gauche et humaniste et républicain assumé» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Guy BEDOS (1934-2020), comédien, humoriste, antiraciste, homme de gauche et humaniste et républicain assumé» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Guy BEDOS (1934-2020), comédien, humoriste, antiraciste, homme de gauche et humaniste et républicain assumé» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Guy BEDOS (1934-2020), comédien, humoriste, antiraciste, homme de gauche et humaniste et républicain assumé» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Guy BEDOS (1934-2020), comédien, humoriste, antiraciste, homme de gauche et humaniste et républicain assumé» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Guy BEDOS (1934-2020), comédien, humoriste, antiraciste, homme de gauche et humaniste et républicain assumé» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Guy BEDOS (1934-2020), comédien, humoriste, antiraciste, homme de gauche et humaniste et républicain assumé» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Guy BEDOS (1934-2020), comédien, humoriste, antiraciste, homme de gauche et humaniste et républicain assumé» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Guy BEDOS (1934-2020), comédien, humoriste, antiraciste, homme de gauche et humaniste et républicain assumé» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Guy BEDOS (1934-2020), comédien, humoriste, antiraciste, homme de gauche et humaniste et républicain assumé» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Guy BEDOS (1934-2020), comédien, humoriste, antiraciste, homme de gauche et humaniste et républicain assumé» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Guy BEDOS (1934-2020), comédien, humoriste, antiraciste, homme de gauche et humaniste et républicain assumé» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Guy BEDOS (1934-2020), comédien, humoriste, antiraciste, homme de gauche et humaniste et républicain assumé» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Guy BEDOS (1934-2020), comédien, humoriste, antiraciste, homme de gauche et humaniste et républicain assumé» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Guy BEDOS (1934-2020), comédien, humoriste, antiraciste, homme de gauche et humaniste et républicain assumé» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Guy BEDOS (1934-2020), comédien, humoriste, antiraciste, homme de gauche et humaniste et républicain assumé» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Guy BEDOS (1934-2020), comédien, humoriste, antiraciste, homme de gauche et humaniste et républicain assumé» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Guy BEDOS (1934-2020), comédien, humoriste, antiraciste, homme de gauche et humaniste et républicain assumé» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Guy BEDOS (1934-2020), comédien, humoriste, antiraciste, homme de gauche et humaniste et républicain assumé» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Guy BEDOS (1934-2020), comédien, humoriste, antiraciste, homme de gauche et humaniste et républicain assumé» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Guy BEDOS (1934-2020), comédien, humoriste, antiraciste, homme de gauche et humaniste et républicain assumé» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Guy BEDOS (1934-2020), comédien, humoriste, antiraciste, homme de gauche et humaniste et républicain assumé» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Guy BEDOS (1934-2020), comédien, humoriste, antiraciste, homme de gauche et humaniste et républicain assumé» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Guy BEDOS (1934-2020), comédien, humoriste, antiraciste, homme de gauche et humaniste et républicain assumé» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Guy BEDOS (1934-2020), comédien, humoriste, antiraciste, homme de gauche et humaniste et républicain assumé» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Guy BEDOS (1934-2020), comédien, humoriste, antiraciste, homme de gauche et humaniste et républicain assumé» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Partager cet article
Repost0
18 mai 2020 1 18 /05 /mai /2020 15:57
«Michel Piccoli s’est éteint le 12 mai dans les bras de sa femme Ludivine et de ses jeunes enfants Inord et Missia, des suites d’un accident cérébral», indique un communiqué de Gilles JACOB, ami de l’acteur et ancien président du Festival de Cannes. «La disparition de Michel Piccoli me remplit d’une immense tristesse. Nous aurions aimé qu’il ne meure jamais. Monument du cinéma français, acteur aux milles vies, c’est avant tout pour moi un grand ami que je perds» écrit Jack LANG.
Michel PICCOLI, acteur, homme de théâtre, producteur et réalisateur, est mort le 12 mai 2020, à Saint-Philbert-sur-Risle, dans l’Eure, mais on ne l’a su que le 18 mai 2020. Pourtant cet artiste frondeur, peu conventionnel, dans ses 94 ans d’existence, nous a étonné par son génie et sa grande créativité.
Pour Michel PICCOLI, l’art doit rester une passion, si l’on veut réussir dans cette voie. La diversité, loin d’être un danger ou une menace, et n’en déplaise aux adversaires du multiculturalisme, est une formidable source de créativité et d’enrichissement. En effet, Michel PICCOLI est né le 27 décembre 1925, d’un père italien, Henri PICCOLI, et d’une mère française, Marcelle EXPERT-BESANCON (1892-1990) : «Je suis né par hasard. Par hasard et par compensation. Mes parents, avant moi, avaient un enfant, un garçon, mais qui n’a pas survécu. Ce frère aîné disparu avait été une passion pour ma mère, et à la suite de cette perte, elle s’était dit qu’elle n’aurait plus jamais une famille, autrement dit d’avoir un autre enfant. Ma mère m’a tout fabriqué. Ce n’est pas confortable d’avoir à penser comme un enfant de substitution» dit-il. Ses grands-parents étaient une famille aisée, mais déclassée : «Mon grand-père maternel avait été un homme d’affaires fort riche, il avait possédé une usine de peinture du côté de la Place d’Italie. Ce grand-père aurait tout perdu dans la crise qui a précédé la Première guerre mondiale. Toute sa vie, ma mère a ressassé cette ruine» dit-il. Michel PICCOLI prétend ne rien savoir de son père «Du côté de mon père, on ne m’a rien dit de sa famille d’origine italienne. Je ne sais pas grand-chose de son passé et n’ai aucune idée des circonstances de sa rencontre avec ma mère» dit l’artiste. Son père était violoniste ; il était membre de l’orchestre Colonne, un troisième violon dans cette formation où il a joué pendant 50 ans. «Il travaillait tout le temps. Quand les vacances arrivaient, ce n’était pas pour se reposer. Nous allions à Dieppe, où mes parents louaient tous les étés la même maison, car mon père jouait dans l’orchestre du casino, devant un public qui ne l’écoutait guère» dit-il. Sa mère avait fait des études sérieuses de piano «Elle aurait souhaité être soliste, une virtuose, mais elle n’y est pas parvenue. Elle est devenue professeure de musique» dit-il. Ses parents habitaient un trois pièces, derrière la mairie du 13ème arrondissement de Paris et son lit était dans le salon, sans intimité ; il avoue «j’en ai été malheureux, mais mon enfance s’est déroulée sans que j’aie jamais eu la moindre inimitié» dit-il. Michel PICCOLI, n’ayant pas pu jouer au piano, est passé au violon. Aussi, ses parents qui exerçaient la musique, sans joie ni passion, n’ont pas été son modèle artistique. C’est le frère de son père et sa femme, résidant à Sceaux, dans la banlieue parisienne, également violoniste et sa femme pianiste, qui l’ont incité à devenir artiste : «J’adorais leur rendre visite. J’échappais, un moment, à un environnement pesant. J’aimais l’ambiance qui émanait de mon oncle, que je trouvais radieux» dit-il.
Michel PICCOLI a donc vécu une enfance solitaire, silencieuse et ennuyeuse : «Ça ne me pèse pas, mais, égoïstement et personnellement, c’est la chose qui me bouleverse le plus» dit-il. Sa vocation artistique n’est donc pas venue de la fréquentation avec ses parents, mais d’un de ses enseignants : «Le déclic décisif, ce fut ce professeur merveilleux, à Paris, à la fin de la guerre. Il était remplaçant et était habillé comme une espèce d’artiste. J’étais passionné par cet homme qui n’avait pas l’air du tout sérieux. Sa parole était captivante. Il nous racontait des histoires passionnantes. Je le trouvais extraordinaire. Ses cours étaient sublimes» dit-il. Le théâtre ce fut d’abord le désir de fuir, d’aller ailleurs. Michel PICCOLI rate son bac et ses parents le somment, désormais de se prendre en charge. Il s’engage donc résolument pour devenir artiste : «J’ai travaillé jour et nuit. J’étais passionné. Je n’ai pas choisi ce métier par fuite ou en pensant que j’allais gagner des millions et faire une carrière à Hollywood. Non, j’allais en cours comme on va en apprentissage. J’étais heureux d’apprendre des textes, de jouer la trahison, la passion. De jouer à séduire» dit-il dans un entretien à «l’Express».
A la prestance de grand ténébreux, robuste et à la voix ensorceleuse, Michel PICCOLI avait toujours aimé séduire, étonner, vivre dans l’illusion et s’inventer des identités successives ; il a toujours refusé la routine : «Il nous faisait vibrer, vivre les scénarios et nous faire apprécier les choses de la vie. Rigoureux, perfectionniste et infatigable travailleur, ses phrasés sonnaient toujours justes. Michel Piccoli était précis dans l’intonation et dans les gestes» écrit Jack LANG. Enfant timide et réservé, il s’essaie au théâtre, à 9 ans, à Compiègne, «les habits neufs de l’empereur» un conte d’Andersen : «Au cinéma, on n’a pas besoin d’avoir appris le métier d’acteur pour être magnifique. Il y a la dimension de l’écran, le secret de la salle, la beauté de votre partenaire. On est dans le mythe, mais ce ne sont pas les acteurs qui fabriquent cette magie. On est comme des marionnettes tributaires du cadrage, de la lumière, du montage. Au théâtre, l’acteur est davantage maître du résultat» dit-il. Le jeune Michel s’aperçoit ainsi du pouvoir de séduction que l’artiste peut exercer sur le public. Michel PICCOLI est habité, intense et passionné pour son art : «Parvenir à étonner les gens par mon travail sans prétention, avec simplicité, aura été mon idéal. Je suis un éternel enfant, heureux de raconter une histoire. Donner à vivre un texte provoque en moi un plaisir inouï, et j'ai toujours été émerveillé de vivre ce métier extravagant. Faire l’acteur est tellement étrange ! D’abord il faut beaucoup travailler, ensuite il faut se mettre à jouer et que cela ne soit plus vécu comme un travail» dit-il.
Véritable lieu de mémoire du cinéma français, avec plus de 200 films à son actif, ne recherchant jamais la bonne grâce des critiques, Michel PICCOLI aura travaillé avec Luis BUNUEL pendant plus de 20 ans : «Buñuel était d’une très grande rigueur dans le travail et dans son existence, mais il savait aussi jouir de la vie. Tout en étant révolté, il avait un grand goût de la farce. Il savait quand il fallait travailler et quand il fallait se soûler la gueule» dit-il. Bon vivant, drôle et provocateur, ils vont tourner six films : «Le Journal d’une femme de chambre » (1964), «Belle de jour» (1967), «La Voie lactée» (1969), «Le Charme discret de la bourgeoisie» (1972), «Le Fantôme de la liberté» (1974) et «Cet obscur objet du désir» (1977). Michel PICCOLI fait ses débuts, au cinéma, en 1945, dans «les sortilèges», un film de Christian-Jacque. Il explique sa participation au film «French Cancan» en 1955 : «Je n’avais qu’un petit rôle. Grâce à Jean Renoir, c’était un tournage gai et joyeux. J’ai un peu approché Gabin. On aurait pu devenir amis. On raconte qu’il était distant et extrêmement exigeant. Je crois qu’il aimait tout simplement le travail bien fait et qu’il ne fallait pas déconner avec ça. Quand on ne l’emmerdait pas et qu’on était franc avec lui, il était très sympathique. Il ne voulait pas être encombré par tout ce fatras du cinéma et n’avait aucune vanité à être Jean Gabin» dit-il. 
Michel PICCOLO prend aussi des cours de théâtre chez Andrée BAUER-THERAUD, puis au cours Simon. Le théâtre a été un tremplin pour accéder aux rôles majeurs au cinéma : «Dans des petits théâtres qui n’existent plus maintenant, j’ai joué des rôles sublimes. Ce qui m’a véritablement fait démarrer au cinéma, c’est «Le Doulos», en 1962, où je n’avais pourtant qu’une seule scène. J’étais assez ami avec Jean-Pierre Melville. C’est la première fois que les critiques ont cité mon nom» dit-il.  
C’est Louis DAQUIN, un cinéaste communiste qui lui donne sa chance, dans «le point du jour». Michel PICCOLI, acteur mythique du cinéma français, figure charismatique et mystérieuse, est au cœur de films inoubliables. C’est le «Mépris» de Jean-Luc GODARD, aux côtés de Brigitte BARDOT, qui l’a rendu célèbre. En fait, «le Mépris» c’est Jean-Luc GODARD déguisé en Michel PICCOLI : «Le mépris est une œuvre entièrement autobiographique de Godard, autobiographique de ce moment de sa vie. Il raconte un moment de douleur, de mise en question de soi-même vis-à-vis de l’amour, de la littérature, du cinéma, de l’argent. Je pense que c’était un moment d’inquiétude tout à fait particulier de la vie de Godard» dit Michel PICCOLI à propos du «Mépris». Pour Fritz LANG, si GODARD a choisi Michel PICCOLI, c’est aussi parce que c’est un «homme vivant, cherchant sa vocation, son âme véritable et souffrante». Michel PICCOLI collaborera, notamment avec Jean RENOIR, Jacques AUDIBERTI, Marco FERRERI et Claude SAUTET (Max et les ferrailleurs, les choses de la vie),  Alain RESNAIS, Agnès VARDA, Roger VADIM, Jacques DEMY, Alfred HITCHCOCK, Claude CHABROL, Nanni MORETTI, Léo CARAX, Manoel de OLIVEIRA : «S’il y a un homme qui n’est jamais blasé, c’est bien Michel Piccoli. Pourtant ses états de services l’autoriseraient à prendre du recul, en se contentant de vivre de sa rente symbolique. Il n’en est rien, car cela n’est pas son genre. Michel Piccoli garde en lui une capacité d’étonnement presque enfantine qui force l’admiration» écrit Serge TOUBIANA dans «Le Temps de voir».
Grand séducteur et sensuel, Michel PICCOLI avait obtenu les faveurs de Romy SCHNEIDER, avec laquelle il avait tourné 6 films : «Elle et moi avons eu la faiblesse de nous laisser aller à des gestes pas toujours honnêtes, mais cela n'a jamais détruit, comme on dit, la grande amitié que l'on avait l'un pour l'autre» dit-il. Hédoniste et épicurien l’artiste le confesse : «J’ai toujours navigué entre mes passions personnelles et mes passions professionnelles. Je me suis beaucoup amusé et, heureusement, ça continue. Et puis, j’ai une sorte d’inconscience, qui vient surtout de mon plaisir de vivre. Je ne pleure jamais sur ce passé qui a été à la fois merveilleux et douloureux. Je ne regrette rien. Jamais... Si je n’avais pas fait toutes ces rencontres affectives et professionnelles, je n’existerais pas comme j’existe» dit-il. En effet, Michel PICCOLI a également connu Anouk AIMEE, et probablement bien d’autres : «Il avait du talent, de l’humour, et il aimait mes fesses» dit Brigitte BARDOT. Par ailleurs, Michel PICCOLI s’est marié trois fois. En 1954, de son premier mariage avec l’actrice Eléonore HIRT, ils ont eu une fille, Anne-Cordélia et leurs relations se sont distendues «Il n’est pas facile d’en parler, car nous sommes froissés, et j’ignore ce qu’elle devient. Nous nous ne sommes pas revus depuis longtemps, je sais seulement qu’elle a eu trois enfants» dit Michel PICCOLI à propos de sa fille. Son deuxième mariage, en secret avec Juliette GRECO, résistera de 1966 à 1977.  En 1978, c’est son dernier mariage avec Ludivine LECLER, scénariste, et ils adopteront deux enfants d’origine polonaise, Missia et Inord.
«J’ai vécu dans mes rêves. On voudrait que ça ne s’arrête jamais et cela va s’arrêter ; c’est très difficile» disait Michel PICCOLI, toujours passionné pour son art, même après une si longue et brillante carrière. «Michel Piccoli était un immense acteur. Il avait pris tous les risques pour faire avancer son art et savait se transformer pour incarner toutes sortes de personnages, des plus énigmatiques aux plus séduisants» écrit François HOLLANDE.
Michel PICCOLI était un artiste engagé, à gauche et il l’assumait, pleinement : «Peut-être que ça m’a fermé certaines portes, mais je n’ai jamais pensé à ça. Pas plus que je n’ai été un vrai militant. Certains m’ont reproché de me servir de ma notoriété pour défendre certaines causes, mais, face à l’injustice, je n’aurais jamais pu me taire» dit-il. Michel PICCOLI se qualifiait de «toujours passionnément, obsessionnellement, lucidement de gauche». Ses amis le confirment : «Il était à la fois totalement cohérent avec son engagement artistique son engagement politique et citoyen», dit Pierre ARDITI. «Il était entier, libre et engagé» renchérit Julie GAYET. En effet, Michel PICCOLI avait une conscience politique qui s’est affirmée à partir de la montée du Nazisme : «Peut-être que la cause de mon engagement remonte à la fin des années 1930, quand j'ai entendu Hitler à la radio. Il me faisait peur, ce monsieur. Avant même que la guerre soit déclarée, je savais que Mein Kampf existait» dit-il. Militant du Mouvement de la Paix, il est d’abord proche des communistes, sa deuxième épouse Juliette GRECO, y est pour quelque chose. Il soutiendra en 1981, François MITTERRAND, puis Ségolène ROYAL et François HOLLANDE. En vrai militant, même s’il a été déçu par les dérives libérales du Parti socialiste, son cœur a continué à battre à gauche. Face à l’injustice, Michel PICCOLI, n’avait pas sa langue dans la poche ; il savait interpeler notre conscience ; c’était un authentique homme de progrès : «Il y a deux ans, je suis allé à Vienne manifester avec les Autrichiens contre la coalition d’extrême droite. Il faut continuer les luttes que nous menions lorsque nous étions jeunes. Dans huit mois se déroulera l’élection du président de la République, c’est une chose beaucoup plus importante et sérieuse que tout ce qu’on nous raconte dans les journaux sur les terrains achetés par M. Chirac ou le passé trotskiste de M. Jospin. Pour l’instant, la politique est ravalée au plus bas par des ragots. Reprenons un peu de croyance dans un combat politique et dans la citoyenneté» dit-il. Michel PICCOLI n’avait jamais renié ses engagements de socialiste : «À nos côtés, il mettait au service des nobles causes son flamboyant charisme. Michel Piccoli était avec nous lors de la victoire de François Mitterrand en mai 81. En ardent militant de la culture, il a toujours défendu les choix culturels que nous nous étions fixés. Fougueux et enthousiaste, il était de tous les combats humanistes et sociaux» écrit Jack LANG, Ministre de la Culture de François MITTERRAND. Humaniste, Michel PICCOLI était curieux des êtres et des choses, l’autre est toujours un sujet d’intérêt et de passion, et jamais de stigmatisation : «Engagé pour la dignité et l’égalité humaine, il était un homme de culture et un fervent défenseur des auteurs» écrit François HOLLANDE.
Michel PICCOLI fait partie des hommes et femmes dans ce pays qui se sont toujours battus pour la Fraternité et le bien-vivre ensemble. Aussi, je m’incline, très respectueusement, devant sa mémoire.
Références
PICCOLI (Michel), J’ai vécu dans mes rêves, entretien avec Gilles Jacob, Paris, Grasset, 2015, 160 pages ;
PICCOLI (Michel), «Interview, Michel Piccoli l’intransigeant», L’Express, 30 septembre 2000 ;
LORRAIN François-Guillaume, «Michel Piccoli, le dernier géant du cinéma français», Le Point du 18 mai 2020 ;
MARQUES (Sandrine), «Michel Piccoli, légendaire acteur de cinéma et de théâtre» Le Monde, du 18 mai 2020 ;
MERCIER (Anne-Sophie), Piccoli derrière l’écran, Paris, Allary, 2020, 139 pages.
Paris, le 18 mai 2020 par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
 
 
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Michel PICCOLI (1925-2020) un artiste frondeur, peu conventionnel, génial et militant de la Fraternité» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Partager cet article
Repost0

Liens