Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de BA Amadou Bal, Paris 19ème ISSN 2555-3003 (BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE France B.N.F GALLICA. Http://baamadou.overblog.fr/
  • : Ce blog personnel de M. Amadou Bal BA est destiné à l'échange en politique, littérature, histoire, faits de société et le bien-vivre ensemble. Google News BIBLIOTHEQUE NATIONALE DE FRANCE ISSN 2555-3003 BNF GALLICA. Http://baamadou.overblog.fr/
  • Contact

Recherche

28 mars 2021 7 28 /03 /mars /2021 13:15
«Maître Malick SALL, Garde des Sceaux à un moment décisif de l’Histoire du Sénégal» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Maître Malick SALL, avocat d’affaires international depuis 1982, Garde des Sceaux et Ministre de la Justice du Sénégal, connaît parfaitement le monde du droit et ses arcanes ; il a du métier, comme on le dit familièrement, dans un contexte où l'indépendance de la Justice, à tort ou à raison, est devenue le cheval de bataille de l’opposition dénonçant une instrumentalisation de la Justice. Maître Malick SALL est animé de la volonté de consolider et conforter la légalité républicaine. Il a aussi pour ambition d’améliorer le fonctionnement de la justice, ainsi le régime carcéral, qui doit rester l’exception. Il a été considéré par un opposant comme l’un des quatre hommes les plus influents du gouvernement sénégalais. En effet, la contribution de maître Malick SALL à la victoire du président Macky SALL, à travers son mouvement «M.T.M, Malick pour Tous, Tous pour Macky», a été déterminante aux présidentielles du 24 février 2019. Il a été choisi à ce poste, en raison justement de cette contribution et de la grande confiance que le président Macky SALL a en lui.
Connu et reconnu au Fouta-Toro, si maître SALL a été plébiscité par ses compatriotes, c'est non seulement en raison de son discours neuf et de sa façon de faire la politique, sans langue de bois, mais aussi et surtout, pour sa compassion et sa bienveillance auprès des déshérités. C'est pour cela que maître Malick SALL, dans son Jihad du cœur, au plus près des besoins de la population, est une pièce essentielle du dispositif du président Macky SALL. En raison de cette grande proximité et de cette confiance que lui accorde le Chef de l’Etat, devenu personnalité politique de premier plan au Sénégal, maître Malick SALL, Garde des Sceaux, Ministre de la Justice, est également l’objet souvent d’attaques injustes d’une partie de l’opposition.
I – Maître Malick SALL, avocat d’affaires, Garde des Sceaux Ministre la Justice,
issu des profondeurs du Sénégal et partisan de la Justice Sociale
Né le 2 avril 1956, à Danthiady, dans le N’Guénar, au Fouta-Toro, dans le Nord du Sénégal, maître Malick SALL est issu d’une famille aristocratique, paysanne et maraboutique détenant, encore de nos jours, les fonctions de chef de village et d’Iman, pour la mosquée. Son père, M. Tapsirou Baïdy Dieynaba SALL, était un paysan, et surtout un grand savant des sciences islamiques, un vrai marabout, comme il en existe très peu de notre temps. Un homme détaché des choses matérielles de la vie, il parlait aux esprits ; dans ses soliloques avec ce monde parallèle, on l’appelait affectueusement «l’homme à la grosse voix». Issu d’une fratrie de quatre enfants, son grand-frère, Mamadou Baïdy SALL, est le chef de village de Danthiady, dont le fondateur est un de ses ancêtres, Thierno Demba SALL. Par conséquent, et comme bien des Sénégalais, notamment originaires du Fouta-Toro, une contrée particulièrement défavorisée, Maître Malick SALL est issu d’une famille de condition très modeste. Cependant, par son travail, par son intelligence des situations, sa capacité à affronter l’adversité et à vaincre différents obstacles, maître Malick SALL a su se hisser au sommet de l’Etat ; cela force l’admiration. En effet, Maître Malick SALL est une incarnation de la méritocratie républicaine ; il a su braver briser le plafond de verre, réussir ses études de droit, et devenir un important avocat d’affaires, puis un homme politique, particulièrement influent au Sénégal. De ce point de vue maître Malick SALL est un exemple pour la jeunesse sénégalaise, de résilience et d’abnégation, même quand c’est difficile, on peut s’en sortir. La leçon de vie qu’il administre à la jeunesse sénégalaise, parfois gagnée par le pessimisme serait que quelles que soient nos origines et les handicaps à la base, rien n’est perdu d’avance. Le message d’espoir et d’espérance qu’il nous livre serait que par le travail, la rigueur et la discipline, on finira un jour par y arriver. Rien n’est donné, tout est à conquérir par la rigueur, la discipline et le travail. Vivez donc pleinement vos rêves !
Maître Malick SALL, après ses études à l'école primaire de Danthiady, a fréquenté le lycée Faidherbe, devenu lycée El Hadji Omar Foutiyou TALL, à Saint-Louis jusqu'en 3ème. Vivant dans des conditions très précaires, sans soutien financier, il a abandonné ses études pendant 2 mois. Sa mère, Mme Maïrame Ousmane WANE dite «Madina Haby», originaire de Madina Torobé, a saisi Amadou Sada DIA, son oncle maternel et député, de la situation désespérée, pour relancer ses études. Malick a été, alors, transféré au lycée Abdoulaye Sadji à Rufisque. Après l'obtention du baccalauréat, il s'inscrit à la faculté de droit de Dakar, puis passe le concours pour l'école du barreau. Il effectue son stage dans le plus vieux cabinet d'avocats de Dakar, dont la fondation remonte à 1945. Amadou Sada DIA souscrit une garantie bancaire pour Malick SALL qui a pu acquérir 40% des parts de ce cabinet d'avocats qu'il a racheté à 100% au départ pour le Canada de son associé.
«Derrière chaque Homme qui a réussi, se cache une Femme remarquable» dont on a perdu les traces de son auteur est attribué tantôt à Winston CHURCHILL (1874-1965), tantôt au poète et académicien français, Gabriel-Marie LEGOUVE (1764-1812). Déjà au VIIème siècle, le Prophète, Mahomet (voir mon article) était plein de reconnaissance à l’égard de sa femme, Khadija. En effet, très souvent, et dans la plus grande discrétion, la Femme joue un rôle considérable dans la réussite de son époux en l'encourageant à la créativité, à atteindre des objectifs de haut niveau, à la réalisation de soi, ainsi qu'à l’atteinte de nobles objectifs. Je veux nommer, Mme Maïmouna SYLLA, SALL, l’épouse de maître Malick SALL, Garde des Sceaux, Ministre de la Justice, qui lui a donné un fils, Tamsir, en référence à son grand-père paternel. «Ce qu’on attend de l’être avec qui on vit, c’est qu’il vous maintienne au niveau le plus élevé de vous-même» écrit Virginia WOOLF (1882-1941). Cette maxime, Eléonore ROOSEVELT (1884-1962), Danielle MITTERRAND (1924-2011) et Marième FAYE SALL l’ont appliquée, Mme Maïmouna SYLLA-SALL est sur leurs traces.
Maître Malick SALL, bien avant son entrée au gouvernement, n’ayant jamais oublié ses origines modestes, est resté solidaire avec les populations paupérisées du Fouta-Toro, sur ses fonds personnels. Ainsi, à chaque mois de Ramadan, sans aucun calcul politicien, maître Malick SALL, fidèle à sa tradition, par sa constance, son écoute et sa compassion, fait des dons en vivres aux villages du Fouta-Toro. «Je suis née pour partager l’amour et non la haine», fait dire Sophocle à Antigone, dans son dialogue avec Créon. Dans sa recherche de la justice sociale, de l’équité, de la compassion et de la bienveillance,  maître Malick SALL, avocat à Dakar, a choisi de ne pas s’enfermer dans sa villa, mais d’être à l’écoute des Foutankais. Maître SALL a pour ambition de servir et non de se servir. Il redonne ainsi ses lettres de noblesse à la Politique, encore considérée par une partie de la population, comme une affaire sale, des combinaisons et des magouilles, au détriment des pauvres. Ainsi, Maître SALL a initié, notamment, car la liste est longue, une couverture médicale pour les plus démunis, une réfection de certaines classes de notre lycée, des récompenses pour les élèves les plus méritants, une subvention au club de football ayant atteint la demi-finale, une résidence pour les étudiants à Dakar, etc. Maître SALL est devenu une voix qui compte dans l’expression de cette société civile, et une voix crédible qui agit pour le Bien commun. C’est une autre façon de faire de la Politique qui n’est autre que d’agir pour l’intérêt général.
Loin de ceux qui nous rabâchent à longueur de journée «Neddo Ko Bandoum» ou «Neddo Ko banditisme», et qui ne connaissent pas la conception humaniste, de solidarité, de fraternité et d’entraide des Fountankais, pour Maître Malick SALL sa famille, c'est le Fouta-Toro, mais aussi le Sénégal, l'Afrique ; il ne s'intéresse qu'à l'humain et lui attache un caractère sacré : «On ne voit bien qu'avec le cœur, l'essentiel est invisible pour les yeux», a écrit Antoine de SAINT-EXUPERY (1900-1944), dans le «Petit prince». Telle est en permanence la boussole éclairant l'action de Maître Malick SALL. Dans ses actions de solidarité, maître SALL ne prend en considération, ni l’appartenance politique, ni l’origine ethnique. Aussi, il rencontre régulièrement la communauté des commerçants mourides à Ouro-Sogui, pour les accompagner dans leurs projets.
En dépit de l’ingratitude ou des critiques, maître Malick SALL, fidèle à ses actions humanistes et de cœur, a toujours conservé la compassion pour les autres. Maître Malick SALL ne se définit pas comme un professionnel de la politique, mais comme un acteur social. Il a déjà à son actif plusieurs projets sociaux ou culturels. Ainsi, il finance une CMU, une résidence pour les étudiants déshérités du Fouta-Toro, à condition qu'ils soient sérieux dans leurs études. Il est disposé à accueillir des stagiaires à son cabinet ou à leur trouver un maître de stage, l’expérience professionnelle étant un atout déterminant, pour obtenir son premier emploi . Quand on vient de Danthiady on n'a pas le droit à l'erreur, il faut viser l'excellence. Maître Malick SALL reste disponible pour être à l'écoute des projets et besoins des villageois de Danthiady et du Fouta-Toro, a chargé ses collaborateurs, le soin de recueillir les doléances de la population, et de lui en rendre compte.
Esprit curieux, Maître Malick SALL avait fondé une revue de droit qui avait connu un grand succès auprès des universitaires. Défenseurs des valeurs et traditions, ainsi que la riche culture du Fouta-Toro. Maître Malick SALL a lancé une radio, au Fouta-Toro, dénommée «Tabaldé», rappelant ce tabala du chef de village annonçant les bonnes comme les mauvaises nouvelles. Maître Malick SALL, en traditionnaliste, souhaiterait recueillir les coutumes, folklores et l'histoire du Fouta-Toro. Notre patrimoine culturel est si fragile et précieux qu'il est nécessaire de le sauvegarder et le diffuser largement.
II – Maitre Malick SALL, Garde des Sceaux, Ministre de la Justice
et sa politique pénale
A –  Le civisme et le respect de la règle de droit
 
Il est surprenant de constater que, même dans le domaine de la magistrature, certains juges sont attachés à leurs privilèges ; ils veulent rester affectés, indéfiniment, dans les grands centres urbains et rechignent donc à servir dans les zones reculées où les conditions de vie ne sont pas faciles. Aussi, sur la proposition de Maitre Malick SALL, Garde des Sceaux, Ministre de la Justice, lors du conseil supérieur de la magistrature du mardi 18 mai 2020, le président Macky SALL a procédé à un vaste mouvement de personnels au sein de la justice sénégalaise, au total 138 nominations de juges et de procureurs. Sont concernés par ce mouvement de personnels notamment le Premier président de la Cour administrative d’appel de Dakar, ainsi que le Premier président de la Cour suprême, le Procureur général près de la Cour suprême, le Premier président de la Cour d’appel de Dakar, ainsi les présidents et procureurs des tribunaux de province ; certains magistrats ont été recasés à la Médiature de la Présidence.
Par principe, pour certains, le seul statut d’opposant au Sénégal serait un talisman suffisant permettant de se soustraire à la législation pénale ; une stratégie d’impunité, par un terrorisme intellectuel ou de victimisation, est mise en œuvre, pour échapper à la Loi. Un Etat de droit fort et respectueux de la loi supposerait un minimum de consensus sur certaines règles républicaines : l’interdiction, notamment de faire l’apologie ou de l’excuse du viol, de la pédophilie, de la destruction de biens publics ou privés, le détournement de deniers publics, les menaces ou les voies de fait notamment à l’encontre de certains juges et d’un avocat, un tribunal incendié, les insultes ou diffamation à l’égard du Chef de l’Etat, l’ethnicité ou le racisme, etc. L’opposition qui fait partie de la société, aspirant fort légitimement à prendre un jour le pouvoir, devrait privilégier l’exemplarité, la probité, le respect de la loi et les comportements vertueux. Il y a un minimum de règles à appliquer dans une société, sans lesquelles, c’est l’anarchie et le Chaos. Il n’est pas normal qu’un prétendu opposant se spécialise dans  les insultes à l’encontre du Chef de l’Etat. La liberté d’expression, dans une démocratie, doit toujours se concilier avec l’honneur et la dignité des citoyens. L’Etat de l’Etat, en tant que chef de famille et citoyen, a droit au respect.
La jeunesse est encensée de nos jours, à juste raison, à bien des égards. Mais tout ce qu’elle fait ou réclame est-elle pour autant une bonne chose ? L’accès sans condition de tous les bacheliers, sans étude de leur dossier, à l’université, la bourse pour tous, les redoublements indéfinis, mais aussi les saccages de biens publics ou privés (Mise à sac de la direction des œuvres universitaire et du Rectorat de l’Université de Gaston en mai 2018 ; magasins et stations d’essence français incendiés en mars 2021,), à l’occasion de grèves répétitives ayant mis par terre notre système éducatif, sont autant de choses inacceptables. Par ailleurs, doit-on accepter que des jeunes, lors de manifestations politiques, servent de chair à canon, pour un opposant voulant marcher sur des cadavres, pour ses ambitions personnelles, strictement, personnelles et égoïstes ?
En effet, au Sénégal, les injonctions contradictoires sont nombreuses.  Le Sénégal n’est pas une monarchie, on a horreur des gaspillages de deniers publics, mais dès l’instant qu’il s’agit d’un dirigeant politique, engager à son encontre une procédure de détournement de deniers publics, ce ne serait qu’une manœuvre politicienne, attentatoire à l’indépendance de la Justice. «Vérité en deçà des Pyrénées, erreur au-delà» dit un dicton français. On veut que les règles de droit prévalent pour tous, pas pour soi, ni pour ses partisans, c’est toujours pour les autres quand, cela nous arrange. «N’Deyssaane » cette compassion à géométrie variable, pourrait faire exploser l’Etat de droit, si l’on n’y prend garde, au profit d’intérêts politiques partisans ou de puissants lobbies qui se sucrent, en permanence sur notre dos.
Dans notre tradition républicaine, fondée sur la grande liberté d’expression, ce qui est louable, certains, parfois par malveillance, parlent de ce qu’ils ne savent pas. Les réseaux sociaux s’enflamment. Si M. Moustapha KA, Directeur du Cabinet du Secrétaire d’Etat chargés des droits humains et de la bonne gouvernance et M. Samba N’DIAYE SECK, Directeur des droits de l’homme, ont été limogés, c’est qu’ils ont outrepassé leurs fonctions devant le Comité des Droits de l’Homme, en sollicitant la réhabilitation de Karim WADE, Ministre du Ciel et de la Terre, qui doit à l’Etat du Sénégal, plus de 300 millions d’euros. Ils ont reconnu leurs fautes. Dans tout Etat républicain, digne de ce nom, chaque agent a une lettre de mission.
Maître Malick SALL estime que le Sénégal est devenu un vrai Etat de droit. Cependant, l'attitude des citoyens, en termes de passe-droits et d'achat de conscience, est une préoccupation majeure. Le premier réflexe de la plupart des citoyens est souvent de contourner la règle de droit à l’occasion d’une démarche administrative, soit en faisant appel à des recommandations soit par la corruption, en vue d’accélérer la procédure, ou bien même d’obtenir un passe-droit, lorsque les conditions posées par la loi ne sont pas remplies. L’application de la règle de droit, dans la société sénégalaise, est un enjeu politique majeur. Chacun exige que la société soit ordonnée, respectueuse des lois républicaines, mais personne ne veut se soumettre aux contraintes de la Loi. Divers puissants lobbies veulent organiser des échappatoires aux lois (Marabouts, syndicats enseignants et étudiants). Mais la règle de droit républicaine devrait s’appliquer à tous, y compris aux magistrats, gardiens, par excellence, de l’Etat de droit.
Être citoyen, c'est avoir des droits, mais aussi des obligations. L’un ne va pas sans l’autre. En particulier, l’histoire immédiate, de notre cher Sénégal, reste fondamentalement marquée par l'incivisme, le manque de respect des règles ; on va jusqu'à pourrir la vie de nos voisins, en jetant des détritus dans la rue. Les obligations, c’est toujours pour les autres et jamais pour soi-même, y compris quand on déverse ses ordures devant la porte de sa maison ; c’est à la commune de tout faire. Le citoyen sénégalais est très exigeant à l'égard des autorités publiques, avec une très longue liste de droits et peu d'obligations. Mais l'Etat, c'est aussi chacun d'entre nous. Mais quand les mauvaises odeurs et la saleté empestent, ou qu'on finit par respirer la poussière de sa merde ou en être incommodé, c'est un juste retour de bâton. Comme le dirait le philosophe latin, Sénèque, il y a des choses qui dépendent de nous et qui peuvent améliorer nos conditions de vie et des choses qui ne dépendent pas de nous. Faisons ce qui dépend de nous. Nous avons cette latitude, cette marge d’action et d’appréciation. En particulier, n’attendons pas des autres qu’ils viennent ramasser notre merde, devant notre maison.
Comment appliquer la règle de droit dans nos sociétés, quand tout le monde connaît presque tout le monde ?
«La Justice africaine est fondamentalement conciliatoire» disait le président Kéba M’BAYE (1924-2007). En effet, M. Ousmane CAMARA, premier procureur africain, à Thiès de 1961 à 1962, relate dans ses «mémoires d’un juge africain» l’exigence du métier, souvent rechercher un compromis, en coupant la poire en deux, une sorte de Jugement de Salomon. Le juge doit prendre des décisions réfléchies et objectives dans le silence et la solitude «Quel que soit demain l’endroit où vous serez affectés, n’oubliez pas que vous jugez vos semblables, mais que vous ne siégez pas comme Dieu au Ciel» lui avait dit son mentor. Ainsi, il a été saisi d’un litige, au marché, deux hommes en sont venus aux mains, parce qu’un mouton a happé et ruminé un billet de banque. Il dit alors au Commissaire qui lui demandait conseil «Quand il n’y a pas de bonne solution, on choisit la moins mauvaise. Le propriétaire du mouton est civilement responsable de tout préjudice causé par un animal dont il a la garde, le candidat acheteur a commis une faute d’imprudence en ne laissant pas son argent dans sa poche, jusqu’à la fin des négociations. La responsabilité étant partagée, faites vendre le mouton à un «expert» en la matière, et remettez à chacun des deux protagonistes la moitié de la somme» dit-il. Mais qu’advient-il si on connaissait, personnellement, le mis en cause ? Un cas grave de conscience et de conflit d’intérêts. Ainsi, la gendarmerie de M’Bour était saisie d’un cas de détournement de deniers publics, et l’accusé s’est présenté avec son père, qui n’est d’autre que le maître d’école, à Kaolack de Ousmane CAMARA. Dans son réquisitoire, le procureur Ousmane CAMARA, tout en soulignant la gravité de la faute commise, a trouvé des circonstances atténuantes, notamment l’âge avancé et le statut de délinquant primaire du mis en cause. Le président de séance infligea au prévenu un an d’emprisonnement, avec sursis. Tout le monde est satisfait et soulagé.
Je forme le vœu que l'émergence de ce civisme ne soit pas seulement que folklorique, un épiphénomène d’un jour, un feu de paille. Le vrai citoyen, c'est celui qui se demande chaque jour, chaque instant, qu'est-ce qu'il peut faire pour lui-même, sa famille, sa patrie, l'Afrique et l'Humanité toute entière, pour avancer vers la Lumière, s'éloigner des ténèbres, pour aller vers le Bien souverain. «Il faut cultiver notre jardin. Le travail éloigne de nous trois grands maux : l’ennui, le vice et le besoin» dit un personnage de Voltaire. En d’autres termes, il faut s’appliquer à faire évoluer la société et la rendre meilleure. Or, la forte exigence à l'égard de soi-même est une condition essentielle pour notre développement, notre souveraineté et le bien-être de tous. Si je fais ce que je dois faire, je peux également et légitimement attendre de nos gouvernements qu'ils soient exemplaires et respectueux des devoirs de leurs charges. En effet, l'attentisme, le manque d'initiative et d'autonomie des citoyens tuent nos pays ; car bien des choses dépendent de chacun d'entre nous et l'Etat sera contraint de suivre cette marche forcée vers le progrès et l'amélioration de nos conditions de vie.
B – L’humanisation de la règle de droit et la détention devant rester l’exception
 
Maître Malick SALL, depuis sa nomination en sa qualité de Garde des Sceaux, Ministre de la Justice, a fait bouger les lignes. Il a réussi, dans des sujets sensibles, à concilier le respect de la légalité républicaine et la nécessité de sauvegarder les droits individuels, ainsi qu’un climat politique apaisé, comme le fut le cas de la libération de Khalifa SALL, ancien maire de Dakar, ayant sollicité la grâce présidentielle. A chaque fois que la situation semble bloquée, une issue a été trouvée dans le respect de la règle de droit et la sauvegarde des droits de la personne. Ce fut le cas pour un journaliste insulteur et diffamateur qui a fait acte de contrition. Dans cette affaire, présumée, de viol et de pédophilie, reprochée à un opposant politique, il a été libéré et mis sous contrôle judiciaire. Pendant ce temps les autorités religieuses recherchent une issue honorable pour tous, dans une situation insurrectionnelle ayant mis gravement en cause l’unité de la Nation. Un autre opposant, fils d’un ancien chef d’Etat, après une longue détention, a été libéré, puis s’est envolé dans un jet privé.
 
Par ailleurs, Maître Malick SALL, dans son souci d’humaniser l’univers carcéral, a initié divers projets : retrouver la maîtrise et  l’optimisation des ressources budgétaires du Ministère de la Justice, afin de dégager des marges de manœuvre. Un vaste programme est en cours pour rénover, moderniser et créer l’univers carcéral, afin d’améliorer, substantiellement, les conditions de vie des détenus.
 
Maître Malick SALL, Garde des Sceaux, Ministre de la Justice, a fait adopter, par le Conseil des ministres du 20 mai 2020, deux projets de loi modifiant le Code pénal et le Code de procédure pénale, en vue d’introduire, pour la première fois au Sénégal, le bracelet électronique, comme mode alternatif à la détention provisoire ou à l’emprisonnement à la suite d’une condamnation.
 
Le bracelet électronique est un outil majeur pour humaniser et moderniser le système pénal. Là aussi, Maître Malick SALL, a secoué ce système judiciaire poussiéreux en vue de le faire entrer dans le XXIème siècle. Maître SALL, dans cette réforme, plaide pour un droit pénal sénégalais raisonné et humaniste, conciliant l’intérêt de l’individu et la protection du droit à la sûreté de la société. Le droit pénal n’est pas un instrument de répression, une loi du talion, la vengeance des temps anciens. En effet, s’il faut certes empêcher les délinquants de nuire, le but de la sanction n’est pas exclusivement de punir, mais d’amender l’individu, le remettre sur le bon chemin. Les peines infligées doivent être utiles et elles ont deux fonctions : «empêcher le coupable de causer de nouveaux dommages à ses concitoyens et dissuader les autres d’en commettre», écrit Cesare BECCARIA (1738-1794), dans «des délits et des peines» de 1764. Par conséquent, la peine ne peut pas avoir fonction que de faire souffrir le délinquant ; cette fonction purement punitive, n’efface pas le trouble à l’ordre public déjà infligé à la société.
 
Maître Malick SALL a tenu à rappeler, qu’au Sénégal, Etat de droit, la Justice est indépendante. C’est la Constitution, elle-même qui a organisé les garanties nécessaires pour l’indépendance de la Justice. Les droits de la défense sont scrupuleusement respectés. Il y a le réel et le ressenti. On a tendance à chaque fois qu’on perd un procès à trouver des excuses, c’est la faute du juge ou du pouvoir politique. Le pouvoir judiciaire est indépendant de l’exécutif, du pouvoir religieux ou du milieu financier. «Les avocats savent que les juges sont indépendants. Aucun juge ne peut dire que je l’ai appelé, pour faire pression. Le Président de la République ne peut même pas mettre un visage sur 95% des magistrats ; il ne les connaît pas» dit le Garde des Sceaux. Le Conseil supérieur de la magistrature est présidé par le chef de l’Etat et le vice-président est le Garde des Sceaux, mais il est surtout composé de magistrats, de la haute hiérarchie. Mais jusqu’ici les jeunes magistrats étaient sous représentés au sein de cette instance ; cela vient d’être corrigé, pour que le Conseil supérieur de la magistrature corresponde mieux à la sociologie du monde judiciaire.
 
Les récentes promotions et mouvements des magistrats, plus de 135 magistrats concernés, témoignent d’un souci d’équité. En effet, certains magistrats, installés dans les grandes villes, n’avaient pas bougé depuis 20 ans, alors que d’autres sont restés bloqués, dans des centres périphériques. La règle sera une mobilité tous les 5 ans. Cheikh Tidjane COULIBALY, un magistrat qualifié, respecté a été nommé en toute logique 1er président de la Cour suprême. Demba KANDJI, affecté, provisoirement à la Présidence, sera nommé Médiateur de la République. Le Parquet, en relation avec le Garde des Sceaux, contrairement aux magistrats du siège, doit appliquer la politique pénale du gouvernement. Le Parquet, c’est le Ministère public, il représente la société, et fait des réquisitions, mais c’est toujours le magistrat du siège, un juge indépendant, qui décide.
La Justice est égale pour tous, et contrairement à une idée répandue, le bracelet électronique n'est pas réservé aux gens fortunés ; en fait, une mesure facultative, soumise à l’appréciation du déféré ou détenu ; c’est à lui de décider entre la rétention et le port du bracelet électronique. Le bracelet est très discret, et personne ne peut le savoir, sauf l’entourage intime (conjoint).
Dans l’affaire Seydina FALL, alias Bougazelli, impliqué dans un trafic de faux billets, même membre de la majorité présidentielle et député, il n’a bénéficié d’aucune faveur ou protection particulière. Dans l’opinion publique, il y a parfois des amalgames, des raccourcis. Bougazelli a présenté 20 demandes de libertés provisoires qui ont été rejetées. La règle de droit est simple, quand on est placé sous mandat de dépôt, il faut d’abord être entendu par un juge, sur le fond, avant toute libération.
Dans l’affaire Luc NICOLAI, l’intéressé étant condamné définitivement, c’est la partie civile qui a demandé des dommages et intérêts, et une contrainte par corps. L’Etat n’est pas en cause dans cette affaire.
Pour ce qui est des dossiers de trafics de faux billets de banque, une enquête est diligentée. S’il y avait matière à poursuites, l’Etat fera son travail.
S’agissant du protocole du 17 octobre 2018, l’administration des fonds de greffes fait l’objet d’un versement tous les 3 mois. Cependant, le Ministère des finances exige que cette procédure soit organisée, non pas sous forme de protocole, mais de décret. Les procédures en cours ont été retardées par l’état d’urgence sanitaire, mais le décret est en cours de validation. Le Garde des Sceaux a été heureux de faire connaître aux Sénégalais, qu’aucun prisonnier ou détenu n’a été infecté par le Covid 19. La magistrature, pendant le pic de cette crise, a suspendu les audiences non urgentes. Certaines personnes ont été retenues au Cap Mamel ou à Le Dantec. Le Chef de l’Etat a gracié respectivement 2036 et 1021 détenus. Hissène HABRE, qui avait bénéficié de 60 jours d’aménagement de sa rétention, est retourné en prison. Il a été condamné par les instances internationales africaines, le Sénégal est seulement chargé de faire exécuter la peine. Si ses avocats estiment que sa détention n’est pas compatible avec son âge ou la situation sanitaire, ils peuvent toujours saisir les instances africaines qui l’ont condamné.
Par ailleurs, la loi d’habilitation est relative à un état sanitaire, où il y avait urgence à agir, mais toujours dans le respect des recommandations du comité scientifique. Cet état d’urgence peut être levé, avant terme, si la situation sanitaire le permet. Ce qui compte c'est la santé et la vie des Sénégalais.
 
 
III – Maître Malick SALL, Garde des Sceaux, Ministre de la Justice,
et la question de l’indépendance de la Justice
A – L’exemplarité et la probité de tous
Les succès n’engendrent pas seulement que des ovations. Les réseaux sociaux au Sénégal charriant parfois la boue, et l’atmosphère de guerre civile ou de guérilla que mène l’opposition, n’est pas, parfois, un climat favorable pour une Justice sereine et apaisée. Dans notre tradition républicaine, fondée sur la grande liberté d’expression, ce qui est louable, certains, parfois par malveillance, parlent de ce qu’ils ne savent pas, du moins ce thème recèle de graves injonctions contradictoires. Dès les premières lueurs de l’indépendance, la suspicion de l’instrumentalisation de la Justice a été posée.  L’argument souvent invoqué serait l’impunité des puissants. Ainsi, en décembre 1962, Mamadou DIA (1910-2009), le président du Conseil de l’époque, avait été jugé par une haute Cour de Justice, composée de députés qu’il voulait sanctionner pour des faits de corruption. Il voulait mettre fin au système de la traite arachidière profitant au système colonial et aux marabouts mourides, et donc désavantageant le système agricole sénégalais. «Je sais que cette haute Cour de justice, par essence, et par sa composition a déjà prononcé la sentence avant même l’ouverture du procès. La participation des magistrats que sont le Président, le Juge d’instruction et le Procureur général ne sert qu’à couvrir du manteau de la légalité une exécution sommaire déjà programmée» écrit Ousmane CAMARA, dans ses «Mémoires d’un juge africain. Itinéraire d’un homme libre». Par ailleurs, le Parti Africain de l’Indépendance (PAI) a été interdit au Sénégal, à la suite d’une tentative d’insurrection en 1959, à Saint-Louis, pour obtenir l’indépendance immédiate.
Maître Malick SALL, Garde des Sceaux et garant de la légalité républicaine, informe qu’une enquête sur le littoral est en cours, et s’il avait des infractions, il y aura des poursuites pénales. S’agissant de M. Lamine DIACK, ressortissant sénégalais, faisant l’objet de poursuites pénales en France, le Sénégal, comme tout Etat, et conformément au droit international, lui a accordé sa protection diplomatique (visite du Consul général, aide morale et matérielle. Pape Massata DIACK, séjournant au Sénégal, a été convoqué, inculpé et le dossier a été communiqué à la France. C’est également une règle constante de droit international, les Etats n’ont pas à extrader leurs nationaux.
B – Les pistes de recherches d’une meilleure indépendance de la Justice
 C’est quoi l’indépendance de la Justice ?
Un juge indépendant doit dire le droit, parce que la Justice c’est la soumission du magistrat à la loi, rien que la loi, mais toute la loi. Cette indépendance n’a pas été accordée aux juges pour leur confort personnel, mais en vue de garantir, en toute circonstance, les libertés individuelles et la démocratie. La Justice devrait, en toute indépendance et diligence, lutter notamment contre l’incivisme, le laxisme, la mal gouvernance et la corruption, si l’on veut instaurer les droits relatifs à la vie et à la liberté et qui restent dominés par le droit à un environnement sain.
Quelles que soient l’importance des garanties statutaires pour protéger l’indépendance de la magistrature, le meilleur rempart contre l’arbitraire, c’est avant et surtout, la volonté du juge à ne pas se soumettre à diverses pressions, notamment politiques ou sociales, recherche d’un quelque avantage ou honneur. Fort heureusement, il y a de nombreux magistrats au Sénégal en toute discrétion et  juges qui font correctement leur travail. On a connu un magistrat, démissionner avec grand fracas de ses fonctions, pour par la suite constituer un parti politique à la veille des présidentielles de 2019. Ce n’était donc qu’un politicien déguisé en magistrat.
Il faut un temps, sous maître Abdoulaye WADE, le juge constitutionnel, se bornait à se déclarer incompétent, dans des litiges électoraux, parfois épineux. M. Kéba M’BAYE, confronté à un cas de conscience, a eu l’honneur, au lieu de proclamer les élections présidentielles, de rendre sa démission au président Abdou DIOUF, le lundi 2 mars 2013. Auparavant, confrontée à de nombreux blocages provenant des partis politiques, dans l’impossibilité de proclamer les résultats provisoires du scrutin, Mme Andrésia VAZ, Premier présidente de la Cour d’Appel, avait mis fin aux travaux de la Commission nationale de recensement des votes, pour s’en remettre au Conseil Constitutionnel.
Comment davantage améliorer l’effectivité de l’indépendance de la Justice ?
Aucun système judiciaire n’est parfait, mais le Sénégal, Etat de droit, doit constamment améliorer les garanties de l’indépendance de la Justice, un point constamment agité par l’opposition.
 
  • La présence d’un avocat, dès les premières heures de l’interpellation, est rendue obligatoire par les instances communautaires ; une obligation parfois difficile à honorer à l’intérieur du pays, en raison, parfois de manque de moyens ou de cabinets d’avocats ;
 
  • l’inamovible des magistrats devrait passer de la fiction à la réalité ;
 
  • la présence du Chef de l’Etat et du Garde des Sceaux, au Conseil supérieur de la Magistrature est perçue comme un moyen de pression de l’exécutif ;
  • Le Conseil supérieur de la Magistrature devrait être renforcé par une augmentation de membres élus et de personnalités extérieures ;
 
  • Couper le cordon ombilical entre le Garde des Sceaux, Ministre de la Justice, s’agissant d’affaires individuelles.
Tout le monde parle de l’indépendance de la Justice, le dialogue national est en cours. Quelles  réponses concertées, concrètes, justes et durables à mettre en place, et à accepter, par tous ?
Rien n’est tabou, mais à condition que l’opposition ne pratique pas, en permanence l’obstruction ou la chaise vide. Pour négocier, il faudrait l’écoute, la bonne fois et la participation active et constructive de toutes les parties.
L’opposition agite en permanence un chiffon rouge : le 3ème mandat du président Macky SALL ?
Je me réjouis que le président Macky SALL ait été visionnaire dans sa loi constitutionnelle n°2016-10 du 5 avril 2016 limitant les mandats du chef de l’Etat à deux : «La durée du mandat du Président de la République est de cinq ans. Nul ne peut exercer plus de deux mandats consécutifs», article 27 de la Constitution, JORS du 13 juin 2016. Je me rappelle encore du débat particulièrement violent et fratricide sur ce référendum du 20 mars 2016, l’opposition l’ayant combattu sans retenue, des prêches acrimonieux appelant à voter non ont été dits, et des urnes saccagées. De nos jours, cette même opposition bipolaire ne jure que par la limitation des mandats du présidentiel, faisant ainsi l’unanimité de la classe politique, sur ce point. Toutefois le dissentiment ou le doute restent cette question fondamentale, à partir de quand va s’appliquer cette réforme constitutionnelle ?
 
  • à partir de 2024 ? si le mandat de 2012 entre en ligne de compte ; mais ce serait dans ce cas une application rétroactive de la réforme constitutionnelle du 5 avril 2016, adoptée par référendum le 20 mars 2016 ;
 
  • ou à partir de 2029, si l’on part de la réélection du président Macky SALL au 24 février 2019 ? Lorsqu’une nouvelle loi entre en vigueur, quelle est le sort de la loi ancienne ? C’est une question d’application des lois dans le temps, connue des étudiants de 1ère année en droit civil. Les lois sévères ne régissent que les situations pour l’avenir.
Pour l’instant, le texte constitutionnel est silencieux sur la période transitoire et les travaux préparatoires de ce référendum ainsi que de cette loi constitutionnelle ne donnent aucune indication précise sur ce débat du moment empoisonnant la vie politique. En effet, les travaux parlementaires n’ayant pas vraiment éclairé la volonté du peuple, et ceux travaux de la Commission nationale de réforme des institutions (CNRI, décret 2013-730 du 28 mai 2013) chargée de mener des concertations sur la réforme des institutions et de formuler toutes propositions visant à améliorer le fonctionnement des institutions, ne donnent, non plus, aucune indication sur cette question majeure. Dommage que l’opposition, dans ses combats stériles et toujours dans la posture de la chaise vide, n’ait pas songé, en temps opportun, à clarifier cette question d’importance majeure, lors du débat sur le référendum ou pendant les travaux du Parlement.
Par conséquent, devant cette lacune juridique ou ce débat divisant la Nation, rien n’empêche au gouvernement de saisir le Conseil constitutionnel, pour avis, afin que la réponse à cette question fondamentale soit désormais gravée dans le marbre, qu’on y revienne plus. Les Sénégalais sont lassés de cette campagne électorale permanente et stérile depuis 2016 ; ils ont le droit de savoir ce que proposent les protagonistes politiques, en termes de projets politiques viables pour le Sénégal. Le reste n’est qu’enfumage, et a pour l’instant conduit à divers échecs de cette opposition bavarde, pleurnicharde et avide de pouvoir, sans projet alternatif crédible, autre que les salons de massage ou «ôte-toi de là que je m’y mette !».
Références bibliographiques
AFRIMAP, Le secteur de la Justice au Sénégal, Open Society Institute, 2008, 175 pages ;
CAMARA (Ousmane), Mémoires d’un juge africain. Itinéraire d’un homme libre, préface de Amady Aly Dieng, Paris, Karthala, Crepos, 2010, 306 pages ;
DIARRA (Mamadou), Justice et développement, Dakar, NEA, 1973, 262 pages ;
FALL (Alioune, Badara), «Le juge constitutionnel africain, artisan de la démocratie en Afrique ?», in Mélanges en l’honneur de Jean-Marie Breton, itinéraire du droit et terre des hommes, éditions Mare et Martin, 2007, pages 63-82 ;
FALL (Alioune, Badara), «Les menaces internes à l’indépendance de la Justice», in Indépendance de la Justice, Dakar, nov 2007, pages 47-75 ;
Gouvernement du Sénégal, La Justice au Sénégal, Dakar, Imprimerie nationale, 1969, 320 pages ;
M’BAYE (Kéba), «L’expérience sénégalaise de la réforme du droit», Encyclopédie internationale de droit comparé, janvier-mars 1970, vol 22, n°2, pages 35-42 ;
M’BAYE (Kéba), Les droits de l’Homme en Afrique, Paris, Pedone, 1992, 392 pages ;
M’BAYE (Kéba), Propos d’un juge, Dakar, NEAS, 2007, 249 pages ;
NIANG (Yaya), Le contrôle juridictionnel du processus électoral en Afrique noire francophone : les exemples du Sénégal et du Bénin, thèse sous la direction de Alioune Badara Fall et Babaly Sall, Universités de Montesquieu Bordeaux IV et Gaston Berger de Saint-Louis, 2018, 514 pages ;
RADDHO, De l’indépendance du pouvoir judiciaire au Sénégal, éditions Raddho, 2007, 202 pages ;
Union des Magistrats du Sénégal, L’indépendance de la Justice, Dakar, colloque des 28 et 29 décembre 2017.
Paris, le 28 mars 2021 par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

 

«Maître Malick SALL, Garde des Sceaux à un moment décisif de l’Histoire du Sénégal» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Maître Malick SALL, Garde des Sceaux à un moment décisif de l’Histoire du Sénégal» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Maître Malick SALL, Garde des Sceaux à un moment décisif de l’Histoire du Sénégal» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Maître Malick SALL, Garde des Sceaux à un moment décisif de l’Histoire du Sénégal» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Maître Malick SALL, Garde des Sceaux à un moment décisif de l’Histoire du Sénégal» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Maître Malick SALL, Garde des Sceaux à un moment décisif de l’Histoire du Sénégal» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Maître Malick SALL, Garde des Sceaux à un moment décisif de l’Histoire du Sénégal» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Maître Malick SALL, Garde des Sceaux à un moment décisif de l’Histoire du Sénégal» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Maître Malick SALL, Garde des Sceaux à un moment décisif de l’Histoire du Sénégal» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Maître Malick SALL, Garde des Sceaux à un moment décisif de l’Histoire du Sénégal» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Maître Malick SALL, Garde des Sceaux à un moment décisif de l’Histoire du Sénégal» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Maître Malick SALL, Garde des Sceaux à un moment décisif de l’Histoire du Sénégal» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Maître Malick SALL, Garde des Sceaux à un moment décisif de l’Histoire du Sénégal» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Maître Malick SALL, Garde des Sceaux à un moment décisif de l’Histoire du Sénégal» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Maître Malick SALL, Garde des Sceaux à un moment décisif de l’Histoire du Sénégal» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Maître Malick SALL, Garde des Sceaux à un moment décisif de l’Histoire du Sénégal» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Maître Malick SALL, Garde des Sceaux à un moment décisif de l’Histoire du Sénégal» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Maître Malick SALL, Garde des Sceaux à un moment décisif de l’Histoire du Sénégal» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Maître Malick SALL, Garde des Sceaux à un moment décisif de l’Histoire du Sénégal» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Maître Malick SALL, Garde des Sceaux à un moment décisif de l’Histoire du Sénégal» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Maître Malick SALL, Garde des Sceaux à un moment décisif de l’Histoire du Sénégal» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Maître Malick SALL, Garde des Sceaux à un moment décisif de l’Histoire du Sénégal» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Maître Malick SALL, Garde des Sceaux à un moment décisif de l’Histoire du Sénégal» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Maître Malick SALL, Garde des Sceaux à un moment décisif de l’Histoire du Sénégal» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Maître Malick SALL, Garde des Sceaux à un moment décisif de l’Histoire du Sénégal» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Maître Malick SALL, Garde des Sceaux à un moment décisif de l’Histoire du Sénégal» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Maître Malick SALL, Garde des Sceaux à un moment décisif de l’Histoire du Sénégal» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Maître Malick SALL, Garde des Sceaux à un moment décisif de l’Histoire du Sénégal» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Maître Malick SALL, Garde des Sceaux à un moment décisif de l’Histoire du Sénégal» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Maître Malick SALL, Garde des Sceaux à un moment décisif de l’Histoire du Sénégal» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Maître Malick SALL, Garde des Sceaux à un moment décisif de l’Histoire du Sénégal» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Maître Malick SALL, Garde des Sceaux à un moment décisif de l’Histoire du Sénégal» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Maître Malick SALL, Garde des Sceaux à un moment décisif de l’Histoire du Sénégal» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Maître Malick SALL, Garde des Sceaux à un moment décisif de l’Histoire du Sénégal» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Maître Malick SALL, Garde des Sceaux à un moment décisif de l’Histoire du Sénégal» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Maître Malick SALL, Garde des Sceaux à un moment décisif de l’Histoire du Sénégal» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Maître Malick SALL, Garde des Sceaux à un moment décisif de l’Histoire du Sénégal» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Maître Malick SALL, Garde des Sceaux à un moment décisif de l’Histoire du Sénégal» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Maître Malick SALL, Garde des Sceaux à un moment décisif de l’Histoire du Sénégal» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Maître Malick SALL, Garde des Sceaux à un moment décisif de l’Histoire du Sénégal» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Maître Malick SALL, Garde des Sceaux à un moment décisif de l’Histoire du Sénégal» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Maître Malick SALL, Garde des Sceaux à un moment décisif de l’Histoire du Sénégal» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Maître Malick SALL, Garde des Sceaux à un moment décisif de l’Histoire du Sénégal» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Maître Malick SALL, Garde des Sceaux à un moment décisif de l’Histoire du Sénégal» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Maître Malick SALL, Garde des Sceaux à un moment décisif de l’Histoire du Sénégal» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Partager cet article
Repost0
28 mars 2021 7 28 /03 /mars /2021 13:15
Partager cet article
Repost0
25 mars 2021 4 25 /03 /mars /2021 07:32
Partager cet article
Repost0
25 mars 2021 4 25 /03 /mars /2021 07:16
«Les régionales des 13 et 20 juin 2021 : une étape majeure, pour gagner les présidentielles de 2022» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Aux régionales de 2016, les rapports de force dans les 20 régions sont les suivants : 9 régions à Droite et le Centre Droit, 8 régions à Gauche, dont 5 Socialistes (Marie-Guite DUFAY en Bourgogne-Franche-Comté, Loïc CHESNAIS-GIRARD en Bretagne, François BONNEAU en Centre Val-de-Loire, Alain ROUSSET en Nouvelle Aquitaine et Carole DELGA en Occitanie), et 3 indépendantistes.
Ces régionales en France des 13 et 20 juin 2021, dont on parle très peu, et confinées donc dans le confidentiel, présentent, pourtant, plusieurs intérêts.
Tout d'abord, ce scrutin des régionales de 2021 fait suite aux municipales de juin 2020, une Gauche plurielle qui a mis fin, depuis 2017, au processus de sa marginalisation. En effet, Mme Anne HIDALGO ayant traversé allègrement le périphérique, dans un accord avec les Verts, a redonné espoir et espérance à la Gauche, face à une Macronie ayant réprimé durement différentes grèves contre des réformes injustes (Gilets jaunes, retraites, hôpitaux chômage). Par conséquent, pour ces régionales de 2021, l'ambition affichée est de confirmer, d'amplifier et de requinquer cette Gauche, que l'on croyait morte et qui a repris du poil de la bête contre les forces du Chaos.
Ensuite, ces régionales de 2021, avec Mme Audrey PULVAR, tête de liste pour l'île de France, sont une formidable occasion pour reconquérir notre région, et en gagner d'autres. Je songe notamment aux régions détenues par la Droite et le Centre Droit : l'Auvergne-Rhône-Alpes (Laurent WAUQUIEZ), aux Hauts-de-France (Xavier BERTRAND), à la Provence-Alpes-Côtes d'Azur (Renaud MUZELIER), à la Réunion (François BONNEAU) et au Grand Est (Jean ROTTNER). Il y a donc des Bastille à faire tomber.
Enfin, ces régionales dépassent largement le cadre local. Elles sont, avant tout, un grand moment national, pour sanctionner, très sévèrement, la Macronie qui a gravement merdouillé dans sa gestion de la pandémie. Au début, sans avouer la pénurie de masques, on nous disait que cela ne servait à rien. Les tests ont été laborieux et chaotiques. La promesse est d'arriver à 60 millions de vaccinés en juin 2021 ; on est bien loin. On ne voit pas le printemps arriver, aucune perspective ! A ce jour, seuls 7 millions de personnes ont été vaccinées (10,76% de la population). Les restaurants auraient dû rouvrir le 20 janvier 2021.
En réalité, toute la politique macronienne, dans cette gestion de la pandémie, un cuisant échec, se résume en dissimulation, instrumentalisation et communication. Manifestement, la Macronie est sans stratégie industrielle viable : on ne peut fabriquer ni masques, ni respirateurs, ni vaccins, et les lits manquent dans les hôpitaux. Et pourtant les entreprises ont été arrosées à coup de milliards au détriment des ménages.  Le pompon dans tout cela, c'est ce confinement bizarre, en mars 2021, à l'extérieur et le couac sur l'attestation de de déplacement. Dans ce «et en même temps», cette inaptitude fondamentale de la Macronie à décider, on aura tout vu. Heureusement que le ridicule ne tue pas ! La stratégie du président MACRON refusant de reconfiner, dans un contexte d'ouverture des écoles, de manque de doses de vaccins, mais où le variant anglais met l'hôpital, plus que jamais, en grande difficulté. Il va falloir que le chef de l’Etat et assume ses graves erreurs, au lieu de se cacher derrière son premier ministre sarkozyste.
Par ailleurs, ces réformes injustes ne sont pas abrogées (retraites et chômage) ; elles ne sont que suspendues. Le combat ne sera pas entre une Macronie lepénisée, vichyste et islamophobe contre la Petite entreprise familiale. Le Front républicain de 2017 a été trahi par M. Emmanuel MACRON, le président des riches. «Je ne veux pas de l’extrême-droite pour notre pays» a prévenu Mme Anne HIDALGO.
Par conséquent, l'enjeu est donc de sauver la République. Une victoire de la Gauche, et en particulier de Mme Audrey PULVAR aux régionales, annoncera celle de Mme Anne HIDALGO aux présidentielles de 2022. Et pour ces présidentielles «Je ne pourrai pas rester en dehors du chemin» dit Mme Anne HIDALGO.
«Les Français sont prêts à élire une Femme, et je l'espère ne sera pas une femme d'extrême-droite» a dit Mme Anne HIDALGO. Une Femme de Gauche, pour la première fois présidente de France : un coup de tonnerre dans le paysage politique !
Paris, le 23 mars 2021 par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

 

 

«Les régionales des 13 et 20 juin 2021 : une étape majeure, pour gagner les présidentielles de 2022» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Les régionales des 13 et 20 juin 2021 : une étape majeure, pour gagner les présidentielles de 2022» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Les régionales des 13 et 20 juin 2021 : une étape majeure, pour gagner les présidentielles de 2022» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Les régionales des 13 et 20 juin 2021 : une étape majeure, pour gagner les présidentielles de 2022» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Les régionales des 13 et 20 juin 2021 : une étape majeure, pour gagner les présidentielles de 2022» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Les régionales des 13 et 20 juin 2021 : une étape majeure, pour gagner les présidentielles de 2022» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Les régionales des 13 et 20 juin 2021 : une étape majeure, pour gagner les présidentielles de 2022» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Les régionales des 13 et 20 juin 2021 : une étape majeure, pour gagner les présidentielles de 2022» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Partager cet article
Repost0
25 mars 2021 4 25 /03 /mars /2021 05:43
«Les relents nauséabonds, racistes et ethnicistes, d'une partie de l'opposition, en panne d'un projet politique viable et crédible : Macky SALL a repris l’initiative» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Depuis que maître Malick SALL et Farba NGOM, après ces formidables et gigantesques rencontres au Fouta-Toro du 21 mars 2021, ont réveillé l'opinion publique sénégalaise pour un soutien vigoureux en faveur de l'action de Macky SALL, les vieux démons de l'ethnicité ont encore ressurgi. Cette libération de la parole raciste, tombant sous le coup de la répression pénale et menaçant l'unité nationale, est d’une gravité exceptionnelle. Partout où le poison de l’ethnicité ou du racisme ont triomphé, au détriment du bien-vivre ensemble, les sociétés ont explosé et ont du mal, par la suite à se relever.  Faisons attention à ce qu’on dit, dans une démocratie, la Liberté est inséparable de la Responsabilité.
La stigmatisation des Peuls et un procès constant en illégitimité d'occuper des emplois publics, comme s'ils seraient des esclaves ou des citoyens de seconde zone, mériteraient d'être dénoncés avec une vigueur extrême. On se souvient de ce précédent fâcheux concernant l'ancien président du Conseil Mamadou DIA, évincé pour un prétendu coup d'Etat en 1962, avec la complicité du colon, des commerçants libano-syriens et des Mourides, parce qu'il voulait s'attaquer au système de la traite arachide. Tout le monde cite maintenant Mamadou DIA en modèle du nationalisme ; il voulait redonner le pouvoir et la dignité au monde rural et agricole. Il est donc urgent de réhabiliter Mamadou DIA, un héros national du Sénégal du Sénégal, symbole de combat pour notre souveraineté et vraie indépendance.
Depuis qu'il a accédé au pouvoir, en 2012, Macky SALL, le Lam-Toro et un pharaon des temps modernes, a accompli en un seul mandat, ce que 40 ans de socialisme n'avait pu faire. Et pourtant Macky, n'est pas attaqué son bilan flatteur, mais uniquement et exclusivement sur ses origines ethniques. On connaît l'angle d'attaque odieux et carrément raciste, n'ayant pas peur des mots ; appelons un chat un chat : «Neddo ko Bandoum». J'ai même entendu un minable journaliste écrire "Neddo ko banditisme". On scrute ses moindres nominations et en publiant leurs origines ethniques. On va jusqu'à reprocher aux Foutankais d'avoir voté pour lui. Le terme particulièrement noble de «Neddo Ko Bandoum» signifie, en Peul, la piété familiale, la solidarité, la fraternité et l’entraide des personnes du même clan. C’est ce que font de nos jours les immigrants peuls en France et ailleurs, habitant souvent seuls des foyers, et envoyant des mandats chaque mois à leur famille, construisent des écoles et des dispensaires dans leur village d’origine. Ce terme signifie par ailleurs, que l’Homme ne peut vivre isolé seul, séparé de son clan, de son ethnie, de sa Nation. La conscience de son identité, n’a jamais voulu dire le rejet des Ouolofs ou des autres groupes ethniques. «L’Homme est le remède de l’Homme» dit à juste titre un dicton Ouolof.
Les Foutankais, même s’ils ont voté massivement, n’ont pas bénéficié de passe-droits de la part du président Macky SALL. Loin de là. Le Fouta-Toro, la région la plus délaissée du Sénégal, estime que le gouvernement l’aurait oublié. Par ailleurs, maître Malick SALL, Garde des Sceaux, Ministre de la Justice, utilise souvent des deniers propres, pour des actions de solidarité avec les Foutankais (logement des étudiants à Dakar et à Thiès, aides alimentaires notamment lors du Ramadan, actions de santé, rénovation d’établissements scolaires et l’hôpital de Ouro-Sogui, etc). Maître Malick SALL, en raison de la grande proximité avec le président Macky SALL est souvent injustement attaqué avec des arguments politiques en dessous de la ceinture. Ainsi, lors du meeting du 21 mars 2021, bien des personnes mal intentionnées, qui n’avaient écouté sa déclaration, l’ont travestie. Il a dit en Peul «Sonko est mort, politiquement. Qui en douterait ? S’il vous plaît gardez vos enfants loin de ces tensions politiques. Il ne faudrait pas les mêler à cela. Cela n’en vaut pas la peine». Et dans les commentaires malveillants, Maître Malick SALL aurait employé des arguments ethnicistes. On ne peut pas être plus malhonnête que ces politiciens véreux, prêts à marcher sur des cadavres pour arriver au pouvoir.
Loin d’un communautarisme ou d’un sectarisme fantasmé par une partie de l’opposition, les Peuls, non seulement solidaires de la Nation sénégalaise, mais ils en sont aussi et surtout, des militants ardents de sa cohésion. Ainsi, le président Macky SALL représente l'idéal du métissage sénégalais. De parents originaires du Fouta-Toro, il est né à Fatick en pays Sérère ; il maîtrise parfaitement le Ouolof ainsi que l'anglais et est marié à une Sérère qui est mouride. Par ailleurs, les Fountankais ne choisissent pas leur appartenance politique sur des critères ethniques. En effet, tous les partis politiques sénégalais ne sont pas seulement composés que de Ouolofs et fort heureusement pour notre Sénégal pluriel et tolérant. Les Peuls sont présents dans tous les partis politiques sénégalais, majorité comme opposition, et ne soutiennent pas seulement que Macky SALL. J’ajouterais que presque tous les grands dirigeants sénégalais ont au moins un ancêtre peul (Abdou DIOUF, Abdoulaye WADE, Cheikh Anta DIOP, Khalifa Ababacar SALL, Ousmane SONKO, etc.). Et c'est bien comme cela. Vous remarquerez que tous les grands marabouts du Sénégal, sans exception, sont d’ascendance peule et souvent originaires de la région de Podor, même s’ils sont devenus de culture ouolofe (Cheikh Amadou Bamba BA, Maba Diakhou BA, El Hadji Malick SY, Abdoulaye NIASS). Les Ouolofs qui ont habité le Fouta-Toro, descendent de N'Diadiane N'DIAYE, qui lui-même est un métis Peul et Berbère. Personne ne peut contester que les dynasties peules Déniankobé, de Coly Tenguella BA et les Almamy du Fouta-Toro, avec la Révolution de 1776, ainsi que la résistance de El Hadji Omar TALL (voir mes articles sur ces illustres personnages) ont profondément marqué l’histoire du Sénégal et dépassent largement le cadre national.
Par conséquent, je suis profondément révolté par ces arguments stigmatisant et carrément racistes qui reviennent, constamment dans le débat national, et sans que cela ne choque personne. Le racisme n’est pas une opinion, mais un délit. Aucun groupe ethnique, même prétendu majoritaire, et s’il l’était cela se saurait au résultat des scrutin, n’est propriétaire du Sénégal. Le Sénégal appartient à tous les Sénégalais ; ça suffit ces injures et ces calomnies permanentes ! Ce souci de nettoyage ethnique (Ethnic cleansing) me rappelle William FAULKNER (1897-1962), un homme du Sud des Etats-Unis, esclavagiste et ségrégationniste, cette littérature obsédée, dans ses personnages de la présence d’une «goutte de sang de noir». Prix Nobel de Littérature en 1949, la contribution littéraire de William FAULKNER relate le racisme, la violence, le suicide ou la castration.
Une partie de l’opposition, sans projet politique alternatif crédible, avait mené une guérilla, notamment sur ces thèmes de «Neddo Ko Bandoum» entre 2016 et 2019. Le résultat de ces injures, a été que Macky SALL fut réélu dès le 1er tour, le 24 février 2019.
Quel projet est donc le projet politique de cette opposition bavarde, pleurnicharde, démagogue, et parfois ethniciste ?
Depuis que Mme Adji SARR s’est exprimée, et que les partisans du président Macky SALL ont repris du poil de la bête, notamment à travers ce fameux meeting de Matam du 21 mars 2021, les Sénégalais se rendent que celui cet opposant libidineux, insurrectionnel et arrogant n’a qu’un seul projet politique : transformer le Sénégal en un gigantesque salon de massage. Une partie des militants soutenant cet opposant jouisseur ont fini par comprendre que sa forfaiture ; un vent de révolte et de fronde souffle très fort à l’intérieur du Pastef. Ce serait un boulet que ce parti traîne avec lui, un dirigeant, dans l’attente des tests ADN réclamés par Mme Adji SARR et qu’il jure sur le Saint Coran, dont la moralité est sérieusement mise en doute. Par ailleurs, cet opposant est un antifrançais notoire, cultivant la haine à l’égard de l’hexagone sans proposer de nouveaux axes de coopération équilibrée. Il s’est pendant longtemps illustré par une critique violente et sans discernement contre tous les marabouts, qui ont contribué à l’apaisement du climat politique, à sa libération ; il est quand même inculpé de viol et de pédophilie.
Le président Macky SALL, que ses adversaires sous-estiment souvent, est en réalité une «force tranquille», rappelant François MITTERRAND, un grand stratège, qui a su apaiser, rebondir, et tirer les leçons de ces journées agitées en début mars 2021.
Le président Macky SALL a mis sur la table plus de 300 milliards de FCA en faveur de la Jeunesse. Les retards de paiement concernant les enseignants seront apurés (166 milliards décaissés). Les municipales auront lieu en 2022.
Paris, le 23 mars 2021 par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

 

«Les relents nauséabonds, racistes et ethnicistes, d'une partie de l'opposition, en panne d'un projet politique viable et crédible : Macky SALL a repris l’initiative» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Les relents nauséabonds, racistes et ethnicistes, d'une partie de l'opposition, en panne d'un projet politique viable et crédible : Macky SALL a repris l’initiative» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Les relents nauséabonds, racistes et ethnicistes, d'une partie de l'opposition, en panne d'un projet politique viable et crédible : Macky SALL a repris l’initiative» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Les relents nauséabonds, racistes et ethnicistes, d'une partie de l'opposition, en panne d'un projet politique viable et crédible : Macky SALL a repris l’initiative» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Les relents nauséabonds, racistes et ethnicistes, d'une partie de l'opposition, en panne d'un projet politique viable et crédible : Macky SALL a repris l’initiative» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Les relents nauséabonds, racistes et ethnicistes, d'une partie de l'opposition, en panne d'un projet politique viable et crédible : Macky SALL a repris l’initiative» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Les relents nauséabonds, racistes et ethnicistes, d'une partie de l'opposition, en panne d'un projet politique viable et crédible : Macky SALL a repris l’initiative» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Les relents nauséabonds, racistes et ethnicistes, d'une partie de l'opposition, en panne d'un projet politique viable et crédible : Macky SALL a repris l’initiative» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Les relents nauséabonds, racistes et ethnicistes, d'une partie de l'opposition, en panne d'un projet politique viable et crédible : Macky SALL a repris l’initiative» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Les relents nauséabonds, racistes et ethnicistes, d'une partie de l'opposition, en panne d'un projet politique viable et crédible : Macky SALL a repris l’initiative» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Les relents nauséabonds, racistes et ethnicistes, d'une partie de l'opposition, en panne d'un projet politique viable et crédible : Macky SALL a repris l’initiative» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Les relents nauséabonds, racistes et ethnicistes, d'une partie de l'opposition, en panne d'un projet politique viable et crédible : Macky SALL a repris l’initiative» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Les relents nauséabonds, racistes et ethnicistes, d'une partie de l'opposition, en panne d'un projet politique viable et crédible : Macky SALL a repris l’initiative» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Les relents nauséabonds, racistes et ethnicistes, d'une partie de l'opposition, en panne d'un projet politique viable et crédible : Macky SALL a repris l’initiative» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Les relents nauséabonds, racistes et ethnicistes, d'une partie de l'opposition, en panne d'un projet politique viable et crédible : Macky SALL a repris l’initiative» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Les relents nauséabonds, racistes et ethnicistes, d'une partie de l'opposition, en panne d'un projet politique viable et crédible : Macky SALL a repris l’initiative» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Les relents nauséabonds, racistes et ethnicistes, d'une partie de l'opposition, en panne d'un projet politique viable et crédible : Macky SALL a repris l’initiative» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Les relents nauséabonds, racistes et ethnicistes, d'une partie de l'opposition, en panne d'un projet politique viable et crédible : Macky SALL a repris l’initiative» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Les relents nauséabonds, racistes et ethnicistes, d'une partie de l'opposition, en panne d'un projet politique viable et crédible : Macky SALL a repris l’initiative» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Les relents nauséabonds, racistes et ethnicistes, d'une partie de l'opposition, en panne d'un projet politique viable et crédible : Macky SALL a repris l’initiative» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Les relents nauséabonds, racistes et ethnicistes, d'une partie de l'opposition, en panne d'un projet politique viable et crédible : Macky SALL a repris l’initiative» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Les relents nauséabonds, racistes et ethnicistes, d'une partie de l'opposition, en panne d'un projet politique viable et crédible : Macky SALL a repris l’initiative» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Les relents nauséabonds, racistes et ethnicistes, d'une partie de l'opposition, en panne d'un projet politique viable et crédible : Macky SALL a repris l’initiative» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Les relents nauséabonds, racistes et ethnicistes, d'une partie de l'opposition, en panne d'un projet politique viable et crédible : Macky SALL a repris l’initiative» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Les relents nauséabonds, racistes et ethnicistes, d'une partie de l'opposition, en panne d'un projet politique viable et crédible : Macky SALL a repris l’initiative» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Les relents nauséabonds, racistes et ethnicistes, d'une partie de l'opposition, en panne d'un projet politique viable et crédible : Macky SALL a repris l’initiative» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Les relents nauséabonds, racistes et ethnicistes, d'une partie de l'opposition, en panne d'un projet politique viable et crédible : Macky SALL a repris l’initiative» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Les relents nauséabonds, racistes et ethnicistes, d'une partie de l'opposition, en panne d'un projet politique viable et crédible : Macky SALL a repris l’initiative» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Les relents nauséabonds, racistes et ethnicistes, d'une partie de l'opposition, en panne d'un projet politique viable et crédible : Macky SALL a repris l’initiative» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Les relents nauséabonds, racistes et ethnicistes, d'une partie de l'opposition, en panne d'un projet politique viable et crédible : Macky SALL a repris l’initiative» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Partager cet article
Repost0
25 mars 2021 4 25 /03 /mars /2021 05:39
Partager cet article
Repost0
22 mars 2021 1 22 /03 /mars /2021 23:46
«Le président Macky SALL mobilise ses troupes contre l’esprit de salon de massage,  pour une démocratie saine et apaisée, au service de la Jeunesse» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
M. Ousmane SONKO, le DSK sénégalais, s'enfonce chaque jour, un peu plus, dans ses scandales sexuels. Lui qui voulait marcher sur des cadavres pour prendre le pouvoir par une insurrection ; en fait tout raffut n'occultait qu'une banale histoire de fesses. En effet, la vidéo de Mme Adji SARR, loin du soi-disant complot politique, relate dans les détails les accusations de viol avec menace d'une arme. Même si elle ne le dit pas expressément, il est fort probable que Mme Adji SARR attende un enfant. Si cette hypothèse était avérée, au-delà du serment sur le Saint Coran, il va falloir procéder à des tests A.D.N.
Par ailleurs, chaque jour on en apprend sur le passé libidineux et insurrectionnel de cet opposant, M. SONKO qui avait déjà engrossé une mineure de Thiès, élève en 3ème au lycée Malick SY, exclue finalement de cet établissement. Dans ce brouhaha, ces saccages et ces menaces et violences verbales, M. Ousmane SONKO a entrepris de maquiller ses frasques sexuels en persécution politique. Mais le viol à l’encontre de Mme Adji SARR, s'il était établi par la justice, est un crime. Le statut d’opposant ne signifie nullement l’impunité, mais l’exemplarité et la probité.
Une partie des cadres de PASTEF songe à un plan B, estimant que Ousmane SONKO, dans ses scandales et sa phraséologie guerrière, mènerait son camp politique à sa perte pour 2024. «Le Pastef Adji Sarr», partisan de la théorie fumeuse du complot, est dans le déni de cette réalité devenue patente. M. Ousmane SONKO a «merdouillé» disent les contestataires. Il y a désormais une grave fissure, une bronca de la part du «Front Pastef original» estimant que la crédibilité de SONKO a été sérieusement écornée dans ces scandales sexuels. Le donneur de leçon est désormais inscrit à la rubrique des chroniques judiciaires.
Finalement, avec ces manifestations de soutien massif, du 21 mars 2021, au président Macky SALL, au Fouta-Toro, avec maître Malick SALL et Farba N’GOM, refusent que le Sénégal ne soit transformé en un gigantesque salon de massage ; les Sénégalais y voient désormais très clair.
Face aux violences et aux intimidations, le président Macky SALL, en force tranquille, a apaisé et apporté les bonnes et légitimes réponses aux questions que se posent notre jeunesse, en mettant sur la table plus de 300 milliards de FCA.
Le Sénégal a été confronté dans le passé à de nombreuses crises économiques sociales ou politiques, mais a pu les surmonter et avancer dans la construction de sa Nation et de sa démocratie. Ce fut le cas dès le 10 mai 1914, avec l'élection de Blaise DIAGNE en qualité de Premier député africain à l'assemblée nationale. Les colons qui régnaient sans partage aux législatives depuis 1848, avaient mal ressenti cette «Révolution» suivant un terme du professeur Iba Der THIAM et demandant l'arbitrage d'une commission de l'assemblée nationale française. En 1946 le conflit entre SENGHOR et Lamine GUEYE, s'était soldé par une victoire du premier, appuyé sur le monde rural. Entre partisans de l'indépendance immédiate en 1958 et d'autres rimés aux vieux schémas coloniaux, ainsi que l'éphémère fédération du Mali, les luttes pour la conservation ou la conquête du pouvoir avaient fait rage. La crise de 1962 entre DIA et SENGHOR, les différentes révoltes de la jeunesse en 1968, en 1988 et 2021 et parfois avec de nombreuses années blanches et d'importants saccages, avaient fondamentalement secoué le pays. La crise casamançaise, ainsi que l'arrivée, en 1989, de 70 000 réfugiés mauritaniens avec les tueries de part et d'autre avaient traumatisé le pays. A chaque fois, la Nation sénégalaise meurtrie par ces Chaos, a trouvé les ressorts nécessaires pour retrouver le chemin de l'Harmonie.
Nous avons besoin d'une démocratie apaisée où la majorité et l'opposition chacun à sa place. Or une partie de l’opposition est en permanence en guerre civile, en campagne électorale sans fin. Ce fut le cas entre le référendum de 2016 et les présidentielles de 2019. Et maintenant l'opposition a les yeux rivés sur 2024, sans projet politique décelable, autre que la conquête du pouvoir ou de transformer le Sénégal en gigantesque salon de massage.
Des défis majeurs attendent le Sénégal à l'aube du XXIème siècle, et il va falloir quitter les incantations et les discours stériles, pour s’y atteler, résolument et concrètement.
Il s'agit incontestablement de la place de l'avenir de la jeunesse. En 1948, le Sénégal ne comptait que 200 000 habitants, en 1960 moins de 3 millions d'âmes et maintenant 16 millions dont 75% sont des jeunes. De nombreux lycées, collèges et universités ont été construits, mais la bourse pour tous, l'accès de tous à l'université, et en particulier très majoritairement dans des disciplines comme le droit et les lettres, au détriment des matières scientifiques ou de la médecine, est un suicide collectif. Le président Macky SALL avait annoncé une formation professionnelle, avec des métiers concrets pour l'agriculture, le bâtiment et la pêche. C'est le seul chemin viable : tout le monde n'est pas aptes à poursuivre des études universitaires, un lieu d'excellence et d’élitisme.
La place de l'agriculture et de la pêche, a été négligée et les villes continuent d'attirer d'importantes catégories de populations au détriment de la ruralité, du monde agricole, sans modèle de consommation national ; ce que nous consommons vient essentiellement de l'étranger, et sans aucun début d'industrialisation. Tout le drame qui se profile est là.
La population est une opportunité, si elle est mobilisée autour notamment de l'agriculture de la pêche et la réalisation de grandes infrastructures comme les canalisations dans les villes, les parcs et jardins. Sans cela la population est une véritable bombe à retardement, interpellant toute la classe politique, majorité comme opposition. Arrêtons de parler : au boulot !
Paris le 21 mars 2021 par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

 

«Le président Macky SALL mobilise ses troupes contre l’esprit de salon de massage,  pour une démocratie saine et apaisée, au service de la Jeunesse» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le président Macky SALL mobilise ses troupes contre l’esprit de salon de massage,  pour une démocratie saine et apaisée, au service de la Jeunesse» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le président Macky SALL mobilise ses troupes contre l’esprit de salon de massage,  pour une démocratie saine et apaisée, au service de la Jeunesse» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le président Macky SALL mobilise ses troupes contre l’esprit de salon de massage,  pour une démocratie saine et apaisée, au service de la Jeunesse» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le président Macky SALL mobilise ses troupes contre l’esprit de salon de massage,  pour une démocratie saine et apaisée, au service de la Jeunesse» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le président Macky SALL mobilise ses troupes contre l’esprit de salon de massage,  pour une démocratie saine et apaisée, au service de la Jeunesse» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le président Macky SALL mobilise ses troupes contre l’esprit de salon de massage,  pour une démocratie saine et apaisée, au service de la Jeunesse» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le président Macky SALL mobilise ses troupes contre l’esprit de salon de massage,  pour une démocratie saine et apaisée, au service de la Jeunesse» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le président Macky SALL mobilise ses troupes contre l’esprit de salon de massage,  pour une démocratie saine et apaisée, au service de la Jeunesse» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le président Macky SALL mobilise ses troupes contre l’esprit de salon de massage,  pour une démocratie saine et apaisée, au service de la Jeunesse» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le président Macky SALL mobilise ses troupes contre l’esprit de salon de massage,  pour une démocratie saine et apaisée, au service de la Jeunesse» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le président Macky SALL mobilise ses troupes contre l’esprit de salon de massage,  pour une démocratie saine et apaisée, au service de la Jeunesse» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le président Macky SALL mobilise ses troupes contre l’esprit de salon de massage,  pour une démocratie saine et apaisée, au service de la Jeunesse» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le président Macky SALL mobilise ses troupes contre l’esprit de salon de massage,  pour une démocratie saine et apaisée, au service de la Jeunesse» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le président Macky SALL mobilise ses troupes contre l’esprit de salon de massage,  pour une démocratie saine et apaisée, au service de la Jeunesse» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le président Macky SALL mobilise ses troupes contre l’esprit de salon de massage,  pour une démocratie saine et apaisée, au service de la Jeunesse» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le président Macky SALL mobilise ses troupes contre l’esprit de salon de massage,  pour une démocratie saine et apaisée, au service de la Jeunesse» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le président Macky SALL mobilise ses troupes contre l’esprit de salon de massage,  pour une démocratie saine et apaisée, au service de la Jeunesse» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le président Macky SALL mobilise ses troupes contre l’esprit de salon de massage,  pour une démocratie saine et apaisée, au service de la Jeunesse» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le président Macky SALL mobilise ses troupes contre l’esprit de salon de massage,  pour une démocratie saine et apaisée, au service de la Jeunesse» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le président Macky SALL mobilise ses troupes contre l’esprit de salon de massage,  pour une démocratie saine et apaisée, au service de la Jeunesse» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le président Macky SALL mobilise ses troupes contre l’esprit de salon de massage,  pour une démocratie saine et apaisée, au service de la Jeunesse» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le président Macky SALL mobilise ses troupes contre l’esprit de salon de massage,  pour une démocratie saine et apaisée, au service de la Jeunesse» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le président Macky SALL mobilise ses troupes contre l’esprit de salon de massage,  pour une démocratie saine et apaisée, au service de la Jeunesse» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le président Macky SALL mobilise ses troupes contre l’esprit de salon de massage,  pour une démocratie saine et apaisée, au service de la Jeunesse» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le président Macky SALL mobilise ses troupes contre l’esprit de salon de massage,  pour une démocratie saine et apaisée, au service de la Jeunesse» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le président Macky SALL mobilise ses troupes contre l’esprit de salon de massage,  pour une démocratie saine et apaisée, au service de la Jeunesse» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le président Macky SALL mobilise ses troupes contre l’esprit de salon de massage,  pour une démocratie saine et apaisée, au service de la Jeunesse» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le président Macky SALL mobilise ses troupes contre l’esprit de salon de massage,  pour une démocratie saine et apaisée, au service de la Jeunesse» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le président Macky SALL mobilise ses troupes contre l’esprit de salon de massage,  pour une démocratie saine et apaisée, au service de la Jeunesse» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le président Macky SALL mobilise ses troupes contre l’esprit de salon de massage,  pour une démocratie saine et apaisée, au service de la Jeunesse» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le président Macky SALL mobilise ses troupes contre l’esprit de salon de massage,  pour une démocratie saine et apaisée, au service de la Jeunesse» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le président Macky SALL mobilise ses troupes contre l’esprit de salon de massage,  pour une démocratie saine et apaisée, au service de la Jeunesse» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le président Macky SALL mobilise ses troupes contre l’esprit de salon de massage,  pour une démocratie saine et apaisée, au service de la Jeunesse» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le président Macky SALL mobilise ses troupes contre l’esprit de salon de massage,  pour une démocratie saine et apaisée, au service de la Jeunesse» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le président Macky SALL mobilise ses troupes contre l’esprit de salon de massage,  pour une démocratie saine et apaisée, au service de la Jeunesse» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le président Macky SALL mobilise ses troupes contre l’esprit de salon de massage,  pour une démocratie saine et apaisée, au service de la Jeunesse» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le président Macky SALL mobilise ses troupes contre l’esprit de salon de massage,  pour une démocratie saine et apaisée, au service de la Jeunesse» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le président Macky SALL mobilise ses troupes contre l’esprit de salon de massage,  pour une démocratie saine et apaisée, au service de la Jeunesse» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le président Macky SALL mobilise ses troupes contre l’esprit de salon de massage,  pour une démocratie saine et apaisée, au service de la Jeunesse» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le président Macky SALL mobilise ses troupes contre l’esprit de salon de massage,  pour une démocratie saine et apaisée, au service de la Jeunesse» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le président Macky SALL mobilise ses troupes contre l’esprit de salon de massage,  pour une démocratie saine et apaisée, au service de la Jeunesse» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le président Macky SALL mobilise ses troupes contre l’esprit de salon de massage,  pour une démocratie saine et apaisée, au service de la Jeunesse» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le président Macky SALL mobilise ses troupes contre l’esprit de salon de massage,  pour une démocratie saine et apaisée, au service de la Jeunesse» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le président Macky SALL mobilise ses troupes contre l’esprit de salon de massage,  pour une démocratie saine et apaisée, au service de la Jeunesse» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le président Macky SALL mobilise ses troupes contre l’esprit de salon de massage,  pour une démocratie saine et apaisée, au service de la Jeunesse» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le président Macky SALL mobilise ses troupes contre l’esprit de salon de massage,  pour une démocratie saine et apaisée, au service de la Jeunesse» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le président Macky SALL mobilise ses troupes contre l’esprit de salon de massage,  pour une démocratie saine et apaisée, au service de la Jeunesse» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le président Macky SALL mobilise ses troupes contre l’esprit de salon de massage,  pour une démocratie saine et apaisée, au service de la Jeunesse» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le président Macky SALL mobilise ses troupes contre l’esprit de salon de massage,  pour une démocratie saine et apaisée, au service de la Jeunesse» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le président Macky SALL mobilise ses troupes contre l’esprit de salon de massage,  pour une démocratie saine et apaisée, au service de la Jeunesse» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le président Macky SALL mobilise ses troupes contre l’esprit de salon de massage,  pour une démocratie saine et apaisée, au service de la Jeunesse» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le président Macky SALL mobilise ses troupes contre l’esprit de salon de massage,  pour une démocratie saine et apaisée, au service de la Jeunesse» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Partager cet article
Repost0
22 mars 2021 1 22 /03 /mars /2021 23:45
Partager cet article
Repost0
21 mars 2021 7 21 /03 /mars /2021 22:57
«AFRO18 Market» - «www.afro18.com», la plateforme de distribution de produits alimentaires africains en France» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Il faut écouter la forêt qui pousse, plutôt que l’arbre qui tombe» avait dit un philosophe allemand, G. W. F HEGEL (1770-1831). Des changements lents, parfois en profondeur,  sont en gestation. En effet, au moment où une certaine France frileuse présente tous les racisés comme étant de dangereux séparatistes, des délinquants, islamistes ou des terroristes en puissance, une race de capitaines d’industrie, sans faire de grands bruits, est en train d’émerger en France. Je vous avais, dans différents articles, relaté ces audaces, dans le domaine entrepreneurial, qui sont de bons points d’appui pour la diaspora africaine en France (La mode : Mmes Nelly WANDJI, My Bélinda, M. Youssouf FOFANA et sa Maison du Château rouge ; restauration : le Petit Dakar, à Paris, dans le Marais et Mory SAKHO de Top chef à l’étoile du guide Michelin et son émission «Cuisine ouverte» sur France 3, le samedi. Au siècle dernier, et en pleine ségrégation raciale, aux Etats-Unis, Mme C.J WALKER (1867-1919) a été la première noire, cheffe d’entreprise millionnaire (voir mon article) ; elle a mis sa fortune au service du mouvement Harlem Renaissance et la lutte pour les droits civiques.
La réussite du bien-vivre ensemble dépendra largement de l’accès aux lieux de décisions politiques et économiques. L’émergence d’une bourgeoisie noire fera reculer, considérablement, le racisme, les Africains cantonnés dans les tâches ingrates sont encore assimilés à des indigènes de la République. Les Chinois, arrivés dans les années 80, bien après les Boat People du Vietnam, ont conquis tous les cafés parisiens, en dépit de différentes entraves (contrôle vétérinaires, fiscaux, de police ou des inspections du travail). L’immigration maghrébine, plus ancienne, a fini par émerger, timidement dans le domaine de la boucherie et les petites boutiques d’alimentation. Les Portugais, initialement des gardiens d’immeubles, ont monté d’importantes entreprises en bâtiment. Dans le domaine de l’entreprenariat, de nombreux secteurs sont à prendre par la diaspora africaine encore confinée dans la servitude, comme la sécurité, les services à la personne. Tout récemment, et dans d’autres secteurs des Africains ont percé (M. Alain MABANCKOU aux éditions «Le Point», M. Pap NDIAYE au Musée de l’immigration, Omar SY et son Lupin). Mais ces belles promotions n’auront de sens que si elles sont mises au service du bien-vivre ensemble, afin d’aider les autres à émerger et à se prendre en charge pour l’accès aux lieux de décisions, notamment économiques, comme l’avait fait Mme C.J. WALKER.
Dans mon article consacré au Marché Château Rouge, le marché africain à Paris 18ème, je constatais que les magasins des produits d’alimentation africains, étaient presque exclusivement détenus par des Asiatiques. Les Africains, à Château Rouge, sont encore des employés de ces boutiques ou des consommateurs de ces produits, venant pourtant de l’Afrique ou des Antilles. Finalement, Mbaye NDIAYE, autoentrepreneur, à travers «AFRO18 Market» a eu l’audace de briser cette malédiction, en lançant sur le Net, un système de distribution de produits africains en France. Il suffit de se connecter sur leur site, www.afro18.com, de choisir ses produits, et en un click, se faire livrer chez soi.
«AFRO18 Market» est une entreprise de vente en ligne de produits africains 100% naturels, notamment des céréales («Thiakry», un dessert peul fait à base de lait et couscous ; «Arraw», le couscous, «Thiéré» en Ouolof ou «Latthiry» en peul, le Sankal, le Soungouf, le Fonio, une céréale diététique, l’Achéké), les apéritifs (Cajou, arachide, nougat) et divers épices («Nénétou» en grains, gombo en poudre et farine de «Niébbé» (haricots), «Lalo» (feuilles de baobab), «Dakatine» (crème d’arachide, Karité, etc.). Par ailleurs, «AFRO18 Market» distribue du «Bissap» en Ouolof, ou «Folléré» en peul, cette boisson rouge faite avec une sorte de fleur d’hibiscus, «le Bouye», en Ouolof, du jus de fruit de baobab ou pain de singe, le gingembre.
M. Mbaye NDIAYE, fondateur de «AFRO18 Market» a bien voulu m’accorder un entretien.
  1. - Quel est votre parcours scolaire et professionnel ?
Réponse de M. Mbaye NDIAYE : J’ai un diplôme d’ingénieur généraliste obtenu en 2006 (ENSTA – Paris) et un master en management et gestion obtenu en 2009 (CNAM – IIM).
J’ai 15 ans d’expériences professionnelles en France dans le secteur Finance, Banque et Assurance.
Depuis étudiant, j’ai toujours été sensible et impliqué dans des initiatives associatives pour la promotion de la culture africaine, mais également aux problématiques de développement de l’Afrique. J’ai toujours considéré que la contribution de la Diaspora au développement de l’Afrique, ne pouvait se limiter à un rôle de pourvoyeur de fonds pour satisfaire aux besoins de consommation de la famille restée en Afrique. Le potentiel de la diaspora en tant qu’investisseur direct ou en tant qu’entrepreneur est très largement sous-estimé.
En dehors de mes activités professionnelles, je suis resté ancré sur mes racines africaines et paysannes en particulier. J’ai hérité de mes parents un lien très fort avec l’agriculture qui a bercé toute mon enfance car mes parents ont vécu toute leur vie au village où je suis né et ou j’ai grandi. Et à chaque fois que je retourne au Sénégal, c’est comme un éternel retour aux sources originelles.
  1. - Qu'est-ce qui vous a décidé à vous orienter vers le business ? 
Réponse de M. Mbaye NDIAYE : L’idée de me lancer dans cette aventure d’entrepreneuriat avait germé dans ma tête quelque temps avant la période du COVID 19.
J’avais fait le constat global que les produits africains sont peu valorisés en Europe, du fait qu’ils sont : (i) peu référencés dans la grande distribution, (ii) cloisonnés dans des espaces de vente non accessibles à la majorité de la diaspora (ex : 18ème arrondissement de Paris) et (iii) proposant très peu de services de vente en ligne et de livraison à domicile, etc.
Pour conforter ce constat j’avais d’abord lancé un premier sondage en ligne à travers mon réseau, et le premier retour étant sans appel sur la nécessité de faire quelque chose allant dans le sens d’apporter une solution innovante face à ces attentes.
Pendant la première phase de confinement, je me suis retrouvé moi-même assez rapidement dépourvu de produits du pays, notamment les céréales que mes enfants adorent manger le soir. C’est en ce moment que j’ai d’abord cherché naïvement un fournisseur sur internet avec livraison à domicile. Hélas, peu d’offres sur le marché ou à des prix excessifs !
C’est en ce moment que j’ai eu un déclic en réouvrant le sondage que j’avais laissé de côté pour me rendre compte qu’il fallait faire quelque chose.
Le jour d’après, et en plein confinement, j’ai commencé à bosser tous les soirs sur ce projet qui a donné naissance 3 mois plus tard à la mise en ligne de la plateforme AFRO18 Market. Le «18» étant une référence symbolique au Marché africain du 18ème arrondissement de Paris.
  1. - Pouvez-vous me présenter votre entreprise ? 
Réponse de M. Mbaye NDIAYE :  «AFRO18 Market» est une Marketplace en ligne qui propose des produits africains 100% naturels. Elle a pour ambition de promouvoir la culture africaine, à travers la mise en valeur de ses produits agricoles issus du terroir local.
C’est en cela que «AFRO18 Market» apporte une innovation et une proposition de valeur unique sur ce marché à travers :
•    Un accès à une large gamme de produits africains ;
•    Une qualité de produits aux normes standards ;
•    Des prix compétitifs et accessibles à tous ;
•    Un service de livraison fiable, sécurisé et disponible partout en France métropolitaine ;
•    Et de nombreux services à valeur ajoutée (modes d’usage et de préparation, conseil diététique, découverte de nouvelles saveurs africaines etc..). 
Nous avons mis en place un modèle de partenariat avec des producteurs locaux basés en Afrique et qui s’articulent autour de «4 piliers vertueux» : Un partenariat éthique - Une collaboration durable - Des exigences de qualité - Un partage de valeur équitable.
  1. - Comment avez-vous pu monter votre entreprise,  en termes d'associés, de fonds, locaux et études de marché ? 
Réponse de M. Mbaye NDIAYE : J’ai lancé ce business, en tant que fondateur, avec un investissement initial sur fond propre. Pour mettre en place ce service et développer les activités, j’ai pu bénéficier notamment de l’appui de mon entourage, mais également de mon réseau sur des sujets divers et variés.
Dès le lancement, nous avons mis en place un système de communication nous permettant d’avoir les feedbacks en continu de nos clients, en vue d’améliorer la qualité du service ou d’enrichir notre offre de produits.
  1. – Quel bilan depuis la création  de votre entreprise : réalisations et défis surmontés ? 
Réponse de M. Mbaye NDIAYE : Après plus de 6 mois d’activités, nous avons largement dépassé nos attentes en termes de phase de tests, et cela dès les 3 premiers mois qui ont suivi le lancement.
Actuellement, nous bénéficions d’un écho très favorable auprès de la clientèle du fait notamment du contexte de COVID19.
Notre service est disponible sur l’étendue de la France avec un service de livraison sous 48 heures.
Au début de notre aventure, il n’a pas été aisé de trouver des fournisseurs fiables et capables d’être en ligne avec les normes et standards attendus sur les produits. C’est un point sensible sur lequel nous n’étions pas prêt à la moindre concession, quitte à refuser de travailler avec des fournisseurs ne pouvant pas nous garantir un respect strict de nos exigences. Aujourd’hui nous avons pu mettre en place un partenariat durable et très fort avec les fournisseurs qui nous accompagnent.
  1. – Quelles perspectives ?
Réponse de M. Mbaye NDIAYE : La plateforme a pour vocation de s’imposer sur le marché afro en Europe et de devenir le leader dans ce domaine.
Nous comptons d’ici à horizon 22, ouvrir les services sur d’autres pays en Europe (Espagne, Italie, Belgique etc ..).
M. Mbaye NDIAYE et son «AFRO18 Market» mériteraient dans cette perspective d’un modèle de consommation en Afrique et d’un accès aux lieux de décision pour la diaspora, être appuyés et soutenus.
La diaspora africaine est une tête de pont entre l’Europe et l’Afrique afin de promouvoir une nouvelle forme de coopération, loin des schémas de la Françafrique. De ce point de vue, l’immigration est une chance pour la France. En effet, le chef étoilé de Paris 14ème, du guide Michelin, M. Mory SAKHO, fait la promotion de ces produits africains et mélangés à ceux de la France. Un modèle de consommation, pour la diaspora africaine en France, en relation avec les agriculteurs africains est en train de se mettre en place, dont l’un des promoteurs est M. Mbaye NDIAYE, à travers son entreprise «AFRO18 Market».
Ce nouveau modèle de consommation peut contribuer, considérablement à créer des emplois pour les jeunes au Sénégal, après ces émeutes de la faim en début mars 2021. Songez seulement que le Sénégal consacre plus de 300 milliards de FCA (458 015 268 €) par an, de dépenses pour importer des produits alimentaires fabriqués ailleurs, alors qu’une main-d’œuvre désœuvrée et galopante, fuit la campagne, s’entasse dans les villes et n’a de rêve que pour l’exil en pirogue.
Cette jeunesse est à la fois une bombe, si rien n’est fait, mais aussi et surtout une chance, si elle était formée et mobilisée, notamment en vue de certains objectifs stratégiques, pour la modernisation de l’agriculture et de la pêche. L’agriculture pourrait être un levier pour un début d’industrialisation en Afrique, dans le respect des normes environnementales, à condition que les questions de tracasseries douanières, de logistique et de bonne conservation de ces produits soient résolues, mais aussi de fiabilité des fournisseurs, bien formés. Une des questions centrales, pour les paysans africains, sera l’accès à l’eau et à l’énergie, pendant les neuf mois de la saison sèche. Les magasins Casinos et Auchan, pillés tout récemment au Sénégal, travaillent en fait, avec les agriculteurs sénégalais.
Contacts AFRO18 Market
Paris le 21 mars 2021 par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

 

«AFRO18 Market» - «www.afro18.com», la plateforme de distribution de produits alimentaires africains en France» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«AFRO18 Market» - «www.afro18.com», la plateforme de distribution de produits alimentaires africains en France» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«AFRO18 Market» - «www.afro18.com», la plateforme de distribution de produits alimentaires africains en France» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Partager cet article
Repost0
21 mars 2021 7 21 /03 /mars /2021 22:57
Partager cet article
Repost0

Liens