Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de BA Amadou Bal, Paris 19ème ISSN 2555-3003 (BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE France B.N.F GALLICA. Http://baamadou.overblog.fr/
  • : Ce blog personnel de M. Amadou Bal BA est destiné à l'échange en politique, littérature, histoire, faits de société et le bien-vivre ensemble. Google News BIBLIOTHEQUE NATIONALE DE FRANCE ISSN 2555-3003 BNF GALLICA. Http://baamadou.overblog.fr/
  • Contact

Recherche

7 avril 2022 4 07 /04 /avril /2022 21:45
«Je vote pour la promesse républicaine aux présidentielles des 10 et 17 avril 2022, mais aussi aux législatives de juin 2022» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/ #annehidalgo2022 #annehidalgo
Socialiste j’étais. Socialiste je suis. Socialiste je resterai. C’est une belle idée intemporelle, valant l’engagement de toute une vie, que celle du combat pour une promesse républicaine d’égalité, de fraternité, de liberté et du bien-vivre ensemble. La Gauche socialiste, l’abrogation de la loi «sécurité et liberté», les régularisations massives d’étrangers, en 1981 et 1997, la carte de résident de dix ans, l’attribution de la nationalité française après le mariage, le droit au séjour pour raisons médicales, l’Aide médicale de l’Etat assurant les soins pour les étrangers en situation irrégulière en France, le congé de paternité, le RMI, les congés payés, la couverture médicale universelle, le droit au regroupement familial ou d’envoyer des mandats à ses parents restés en Afrique pour subvenir à leurs besoins, etc. Depuis la Révolution, la France a instauré la nationalité pour les enfants d’étrangers nés dans ce territoire, mais aussi le droit de tout individu, persécuté de rechercher asile et protection dans son pays. Cet héritage humaniste témoigne de l’idée de l’universalité des certains de droits l’Homme qui anime la Gauche. En effet, ces droits sont attachés, non pas en raison de la nationalité, mais uniquement à la qualité de personne humaine, notamment pour sa dignité et sa liberté.
Cependant, depuis quelques temps des vents mauvais soufflent très fort dans cette France républicaine. Les réfugiés du tiers-monde dont les pays ont été détruits par les Occidentaux, sont abandonnés sous les ponts et livrés à la drogue, tandis que les Ukrainiens sont accueillis, à bras ouverts. En effet, j’ai été profondément choqué, révulsé, en passant devant mon bureau de vote, de voir sur l’affiche de Mme Anne HIDALGO, première femme maire de Paris, taguée d’une inscription scandaleuse, infamante : «L’Andalouse». On désigne maintenant des citoyens français par leurs origines ethniques. Hier Mohamed ZEMMOUR qualifiait tous les Sénégalais de délinquants et ses sondages ont monté. Je trouve cela honteux et inquiétant, pour l’avenir des valeurs républicaines. Il se passe quelque chose de grave dans ce pays. Après les Ligues factieuses le 6 février 1934, ayant failli renverser la République, la collaboration pétainiste et la déportation des Juifs et des Résistants, les massacres du Camp de Thiaroye en décembre 1944, du 8 décembre 1945 à Sétif en Algérie, la torture pendant les guerres coloniales, les exécutions en 1947 à Madagascar, le putsch manqué des généraux à Alger en 1958. Par trois fois, depuis 2002, l’Extrême-droite est arrivée au 2ème tour. Et à chaque fois, on dit «plus jamais ça !». Les abstentionnistes, faussement dans la contrition, iront encore, après coup, manifester, inutilement, à la Place de la République.  «Notre vie commence à s’arrêter le jour où nous gardons le silence sur les choses graves» disait Martin Luther KING (1929-1968).
Je rends hommage à la campagne électorale courageuse, tenace, dans la sérénité, et en dépit des adversités, de Mme Anne HIDALGO, appréciant le chocolat et le ski. La candidate socialiste s’est recentrée sur les vrais sujets de préoccupation de la population, à savoir, notamment, le pouvoir d’achat, la retraite, la jeunesse et l’écologie. Je dénonce cette avancée extraordinaire des forces du Chaos, et tout le monde, ou presque, s’en bat les couilles : «A la fin nous ne nous rappellerons pas des mots de nos ennemis, mais le silence de nos amis» disait Martin Luther KING (1929-1968). En effet, cette campagne des présidentielles 2022 a été particulièrement violente. Précédée par les matraquages lors de la révolte des Gilets jaunes et des personnels soignants, elle s’est poursuivie par une violence, sans précédent contre les racisés : loi sur le séparatisme, augmentation inconsidérée des droits d’inscription des étudiants (277 à 3770 €), discrimination à l’encontre des réfugiés du tiers-monde. Après le thème de l’identité nationale, on a assisté à une extraordinaire libération de la parole raciste, sans aucune honte, dans ce pays des droits de l’Homme, avec son message universel. On parle, sans pudeur, dans une grande bassesse, de «Grand remplacement», de «Français de papiers», de taxation des mandats des racisés, d’interdiction du regroupement familial, de la suppression des aides légales ou du droit du sol, pour les enfants d’étrangers nés en France.
Par ailleurs, certains nous enjoignent de nous «assimiler». Mais s’assimiler par rapport à quoi ? Peul, Foutankais, Sénégalais et citoyen français, je revendique pleinement mes identités multiples. La diversité est une richesse, dans ce «rendez-vous du donner et du recevoir» dont parlait Léopold Sédar SENGHOR (1906-2001). En effet, je réside dans un quartier, le 19ème arrondissement, où vivent, de façon harmonieuse, Juifs, Musulmans, Croyants, Non-croyants, Gaulois, Noirs, Arabes, Gays, Lesbiennes, Chinois et autres minorités, et cela se passe très bien. C’est quoi ce délire ?
Je demeure convaincu que la Gauche n’a pas encore dit son dernier mot. Peut-être que je suis un doux rêveur, et je le confesse. Allez donc voter pour la promesse républicaine ! Je vote Anne HIDALGO. On sous-estime l’enjeux des législatives des 12 et 19 juin 2022. Compte tenu de l’avancée des forces du Chaos et de la démobilisation des Républicains, notamment des racisés, le RN, Mohamed ZEMMOUR et Valérie PECRESSE ciottisée, peuvent devenir majoritaires à l’Assemblée nationale.
ATTENTION GRAND DANGER ! S'abstenir, c'est faire le jeu de l'extrême-Droite. «Vivre, c’est résister» disait Antonio GRASMICI (1891-1937).
"Le seul vote utile, c'est le vôtre" dit Mme Anne HIDALGO.

Paris, le 7 avril 2022 par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

«Je vote pour la promesse républicaine aux présidentielles des 10 et 17 avril 2022, mais aussi aux législatives de juin 2022» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/ 
«Je vote pour la promesse républicaine aux présidentielles des 10 et 17 avril 2022, mais aussi aux législatives de juin 2022» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/ 
«Je vote pour la promesse républicaine aux présidentielles des 10 et 17 avril 2022, mais aussi aux législatives de juin 2022» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/ 
«Je vote pour la promesse républicaine aux présidentielles des 10 et 17 avril 2022, mais aussi aux législatives de juin 2022» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/ 
«Je vote pour la promesse républicaine aux présidentielles des 10 et 17 avril 2022, mais aussi aux législatives de juin 2022» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/ 
«Je vote pour la promesse républicaine aux présidentielles des 10 et 17 avril 2022, mais aussi aux législatives de juin 2022» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/ 
«Je vote pour la promesse républicaine aux présidentielles des 10 et 17 avril 2022, mais aussi aux législatives de juin 2022» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/ 
«Je vote pour la promesse républicaine aux présidentielles des 10 et 17 avril 2022, mais aussi aux législatives de juin 2022» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/ 
«Je vote pour la promesse républicaine aux présidentielles des 10 et 17 avril 2022, mais aussi aux législatives de juin 2022» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/ 
«Je vote pour la promesse républicaine aux présidentielles des 10 et 17 avril 2022, mais aussi aux législatives de juin 2022» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/ 
«Je vote pour la promesse républicaine aux présidentielles des 10 et 17 avril 2022, mais aussi aux législatives de juin 2022» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/ 
«Je vote pour la promesse républicaine aux présidentielles des 10 et 17 avril 2022, mais aussi aux législatives de juin 2022» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/ 
Partager cet article
Repost0
5 avril 2022 2 05 /04 /avril /2022 20:54
«Culture et traditions Vecteurs du développement en Centrafrique» par Victor BISSENGUÉ
Le samedi 26 mars 2022, le professeur Victor BISSENGUÉ a présenté une communication lors d’un débat organisé par LELAB RCA sur le thème «la culture face aux défis du développement en Centrafrique ». En particulier l’intervention du professeur Victor BISSENGUÉ a été axée sur "Culture et traditions Vecteurs du développement en Centrafrique» et qui reproduite ci-dessous.
La République Centrafricaine est confrontée à un défi de reconstruction. 
Il m’a été demandé de dire un mot sur la place de la culture, et plus particulièrement sur «La culture et les traditions» comme vecteurs du développement dans le contexte du pays.
Pour une meilleure compréhension, entendons-nous bien sur les termes ici en usage : « culture » et « tradition ». Que veulent-ils dire ? Quel est leur sens ? 
Ensuite, j’aborderai certains aspects de la question accompagnés d’un petit inventaire : Quel est notre héritage culturel ? Notre patrimoine culturel ? Quels sont les défis du développement et le rôle que jouent les élites ? Et une note finale.
 
1. Définir la culture et la tradition
A. Culture
La culture d’après l’UNESCO - Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Science et la Culture (United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization) - se définit de la manière suivante : 
« La culture, dans son sens le plus large, est considérée comme l'ensemble des traits distinctifs, spirituels et matériels, intellectuels et affectifs, qui caractérisent une société ou un groupe social. Elle englobe, outre les arts et les lettres, les modes de vie, les droits fondamentaux de l'être humain, les systèmes de valeurs, les traditions et les croyances. »(1)
Pour sa part, Léopold Sédar SENGHOR déclare : 
« Mais qu’est-ce que la Culture ? J’avais pris l’habitude, quand j’enseignais, de la définir comme "l’esprit d’une civilisation." C’était là une définition trop intellectualiste. À l’expérience et dans le contexte actuel du dialogue des civilisations, je dirai que « la culture est l’ensemble des valeurs de création d’une civilisation. »(2)
B. Tradition
Selon le Dictionnaire de l’Académie française (8e édition), la « Tradition se dit, dans le langage courant, de la Transmission des doctrines, des procédés, des coutumes, des faits historiques, etc., qui s’est faite de génération en génération, spécialement par la parole et par l’exemple. Il se dit aussi de ces Doctrines, de ces procédés, de ces coutumes, de ces faits, etc., qui sont un legs du passé. »
La tradition serait un fait de permanence du passé dans le présent, une survivance à l'œuvre, le legs encore vivant d'une époque pourtant globalement révolue. En d’autres termes, la tradition désigne une pratique ou un savoir hérité du passé, répété de génération en génération.
Etymologiquement, la tradition désigne la transmission continue d'un contenu culturel à travers l'histoire depuis un événement fondateur ou un passé immémorial (du latin traditio, tradere, de trans « à travers » et dare « donner », « faire passer à un autre, remettre »). Cet héritage immatériel peut constituer le vecteur d'identité d'une communauté humaine, élément pouvant contribuer à son ethnogenèse. (Cf. Wikipedia)
La principale différence entre la culture et la tradition réside dans le fait que la culture est constituée des idées, des coutumes et du comportement social d’un groupe social particulier, alors que la tradition est la transmission des coutumes et des croyances d’une génération à l’autre. 
Les deux termes, coutume et tradition, sont souvent employés l’un à la place de l’autre. En un mot, la coutume renvoie à la façon d’agir par l’usage ; tandis que la tradition, à la transmission des usages.
 
2. Quel est notre héritage culturel ? Notre patrimoine culturel ?
- La langue comme vecteur de transmission orale des connaissances est la base de la tradition orale.
- Le tambour d’appel et le langage tambouriné ou encore la drumologie, participe à la transmission des messages codés [dont un prototype en provenance de la Ouaka en Centrafrique est conservé au  Musée de l’Homme à Paris]. 
- Le conteur Zandé s’accompagnant de la harpe, récite l’épopée de Tule ou Tere ("l’araignée") de génération à génération.
- Le rôle des anciens dans la société - le Baobab ou la Bibliothèque - Amadou Hampâté Bâ disait si justement au sujet de la tradition orale : 
« En Afrique, lorsqu'un vieillard meurt, c'est une bibliothèque qui brûle ».
Les anciens sont des éducateurs, des dépositaires de connaissances, la mémoire, qui servent de trait d’union entre le passé et le présent.
- L’arbre à palabre : le Conseil des sages, les juges coutumiers, en sont une autre illustration.
- L’éducation des enfants et la transmission des connaissances de base ou de la morale est assurée ; on retrouve au premier plan  les oncles maternels appelés « nôkö » ou « kôya » dans le rôle de pédagogues. D’une façon générale, l’éducation traditionnelle met surtout l’accent sur les valeurs : la bravoure, le sens de l’honneur, la solidarité, le travail collectif ou communautaire, le respect dû aux aînés, aux parents, aux vieillards,  aux handicapés.
- La parenté à plaisanterie désignée « mbûki », ou ce type de relation basée sur le pacte d’alliance, participe d’une manière aux règlements des litiges entre groupes et familles ; elle vise surtout à désamorcer les conflits qui interviennent à tout moment. 
- Jeu de stratégie kissoro ou awalé – jeu de société combinatoire abstrait, complexe ; il se présente sur deux rangées ou quatre rangées. 
- Face au problème lié à la consanguinité et ses conséquences génétiques, les mariages ont souvent été pratiqués dans des familles et contrées éloignées.
- La médecine traditionnelle, la pharmacopée : les tradipraticiens ou « nganga », particulièrement les Aka, connaissent les vertus des plantes et leurs portés curatives. 
- La musique, les chants, les danses : à l’instar de la musique polyphonique et la chorégraphie sacrée des Aka (Les "Traditions orales des Pygmées Aka de Centrafrique" se trouvent désormais considérées par l’Unesco le 07 novembre 2003, "Chef d’œuvre du patrimoine oral et immatériel de l’humanité"), les trompes Broto Trogodé, la danse Léngué… occupent une place de choix.
- Les travaux collectifs et les entraides (le labour des champs, les récoltes, les constructions d’habitations, la chasse aux filets, etc.), emportent l’adhésion populaire.
- Les centres d’artisanat, la poterie, la forge, exigeant un savoir-faire transmis de génération à génération, participent au développement économique.
- La maât, fondement de la pensée égyptienne remontant vers 2350-2200 av. J.-C., subsiste encore aujourd’hui : elle se base sur la justice, la vérité, l’ordre, la spiritualité.
- Les tatouages et scarifications, sont autant de signes extérieurs de reconnaissance des ethnies, tribus, clans, voire des hiérarchies sociales au sein de ces clans.
- Les naissances, les mariages, les initiations, les deuils, revêtent une place centrale dans les sociétés ; ils donnent lieu à des moments de partagent, des cérémonies qui rassemblent les populations, réconcilient, et à des activités qui génèrent des revenus soit entraînent des dépenses (pour de bonnes causes)…
 
3. Quels sont les défis du développement et le rôle que jouent les élites ?
Les activités culturelles se déploient. Elles deviennent des vecteurs de développement économique. 
Aujourd’hui, des spécialisations apparaissent comme l’économie culturelle, l’ingénieur culturel ; on parlera de relais de croissance, de levier de développement économique. La mondialisation y est présente tout en imprégnant son standard économique. Ainsi, les œuvres de création à l’exemple des films, de la peinture, de la musique, s’octroient des nationalités.
Des élites inaugurent et ont tendance à appliquer des modèles de développement qui ont cours, c’est-à-dire, le développement extraverti, exogène. 
Se souvient-on des plans d’ajustements structurels(3) qui firent couler beaucoup d’encre et de larmes dans les années 1980 sans pourtant ouvrir une quelconque voie de développement réel en Afrique. Ces élites ne pensent pas à leur propre stratégie.
Un modèle imposé, ce sont des obstacles qui s’érigent. Ce progrès ne permet pas le dynamisme endogène, autocentré. C’est la course au poste le plus juteux.
Les populations ne sont pas impliquées. On ne peut agir sans et contre le peuple ; d’où : le disfonctionnement et l’impasse. Il ne reste plus qu’à repenser le projet.
4. Note finale
Les termes «culture, tradition, coutume» sont devenus suspects, parce qu'ils sont considérés comme des freins au système de développement imposé(4).
La République Centrafricaine est confrontée à un défi de reconstruction. La situation sollicite de nouveaux paradigmes, une vision dynamique de développement économique. L’élaboration d’un tel plan prend en compte l’aspect sécuritaire, l’aspect institutionnel, les valeurs intrinsèques. 
La sensibilisation et la rééducation des élites qui doivent servir d’avant-garde pour le peuple sont une préconisation. Il est une priorité. 
Une proposition serait de mettre sur pied des projets de développement qui touchent à l’agriculture, à la paysannerie, aux travaux publics, aux transports dont la population a besoin. J’en appelle  à la préservation de la nature, au respect des droits humains, notamment ceux des Aka, qui sont des écologistes avant l’heure, et aujourd’hui en danger d’ethnocide. Léonard Fabrice Odambo Adone, Bakoya du Gabon attire l’attention : « C’est nous, les peuples autochtones, qui devons être les auteurs et les acteurs de notre destin. »(5)
La mise en valeur par l’écotourisme des espaces classés au patrimoine mondial pour la richesse de leur biodiversité et la culture immatérielle des Pygmées associée à la forêt – à l’instar du "Trinational de la Sangha"(6) - montre un certain nombre de limites liées notamment au type de gestion du projet. Pour qu’ils soient durables, les processus de valorisation et la gestion des patrimoines culturels et naturels devraient par exemple veiller à mieux assurer la participation des communautés locales dans leur ensemble.
Pour remonter les obstacles afin d’en sortir, pouvoir puiser et valoriser les potentialités fondamentales traditionnelles pour le développement, la réappropriation des cultures s’impose.
Enfin, à propos de la dimension politique et anthropologique de la culture, l’UNESCO souligne, 
- d’une part que « La culture donne à l'homme la capacité de réflexion sur lui-même. », 
- et d’autre part que « La culture constitue une dimension fondamentale du processus de développement et contribue à renforcer l'indépendance, la souveraineté et l'identité des nations. La croissance a souvent été conçue en termes quantitatifs, sans que soit prise en compte sa nécessaire dimension qualitative, c'est-à-dire la satisfaction des aspirations spirituelles et culturelles de l'être humain. Le développement authentique a pour but le bien-être et la satisfaction constante de tous et de chacun.
Il est indispensable d'humaniser le développement, qui doit avoir pour finalité ultime la personne, considérée dans sa dignité individuelle et sa responsabilité sociale. Le développement suppose que chaque individu et chaque peuple aient la possibilité de s'informer, d'apprendre et de communiquer son expérience. »(7)
Références du professeur Victor BISSENGUÉ
  1. Déclaration de Mexico sur les politiques culturelles. Conférence mondiale sur les politiques culturelles, Mexico City, 26 juillet - 6 août 1982.
  2. Léopold Sédar SENGHOR, La Culture africaine. Communication à l’Académie des sciences morales et politiques. Le 26 septembre 1983.
  3. En 1979, le G7 invite la Banque Mondiale et le FMI à mettre en œuvre des Plans d’Ajustement Structurel (PAS). Désignant un ensemble de conditions posées pour le rééchelonnement de la dette des pays en développement, ils ont constitué une réponse au phénomène d’insolvabilité de nombreux pays en développement. Leurs conséquences sociales ont néanmoins remis en cause leurs objectifs.
  4. Victor Bissengué, Les maux de la République Centrafricaine. Infantilisation, arrogance, nihilisme, kôbetîyângâ. 2021, Dossier "N°8 Question de la bonne et mauvaise tradition : pêcher par ignorance" pp. 79-99]
  5. Léonard Fabrice Odambo Adone est le premier journaliste Pygmée et double directeur général de l’entreprise de presse : « Le Citoyen », in Discrimination des Pygmées. Réfutation des Maîtres de la forêt, par Victor Bissengué, Edit. Paari, 2014, p. 86.
  6. Le Trinational de la Sangha comporte trois aires protégées contiguës de catégorie II selon la typologie de l'UICN (Union internationale pour la conservation de la nature). Il comprend trois parcs nationaux contigus couvrant une superficie totale de 746 309 hectares. Il s’agit du parc national de Lobéké au Cameroun, du parc national de Nouabalé-Ndoki en République du Congo et du parc national Dzanga-Ndoki en République Centrafricaine.
  7. Déclaration de Mexico sur les politiques culturelles, UNESCO, Conférence mondiale sur les politiques culturelles, Ciudad de Mexico, 26 juillet - 6 août 1982
Le samedi, 26 Mars 2022, 14H00 -19H00. 30 rue Lhomond Paris 5ème, par M. Victor BISSENGUÉ, écrivain.

 

«Culture et traditions Vecteurs du développement en Centrafrique» par Victor BISSENGUÉ
«Culture et traditions Vecteurs du développement en Centrafrique» par Victor BISSENGUÉ
Partager cet article
Repost0
3 avril 2022 7 03 /04 /avril /2022 18:55
Partager cet article
Repost0
2 avril 2022 6 02 /04 /avril /2022 17:32
«Néfertiti (1370-1334, avant JC), reine égyptienne, un idéal universel féminin» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
L’Egypte a connu de grandes reines comme Cléopâtre (69-30 avant JC), sœur et épouse de Ptolémée, mais aussi maîtresse de Marc Antoine, ou l’énigmatique, l’intelligente et indomptable, Hatshepsout (1520-1484 avant J-C), fille de Thoutmosis 1er et épouse de Thoutmosis II, rayée de l’histoire et dont les monuments ont été détruits. L’histoire de l’Egypte antique est aussi celle de la reine Néfertiti, idéal universel féminin, belle, majestueuse et libre, avec sa haute coiffe bleue royal, avec en bandeau un diadème doré. Néfertiti est sans conteste, avec Cléopâtre, la reine d’Egypte la plus connue. Pourtant, sa vie reste en grande partie un mystère tant les sources à son sujet sont rares. Elle semble toutefois avoir joui d’un certain pouvoir. Participant avec Akhénaton à l’instauration d’un nouveau culte divin monothéiste, celui d’Aton, elle incarne l’élément féminin de la nouvelle triade qu’elle forme avec son époux et le dieu Aton. Ce faisant, la grande épouse royale acquiert une importance considérable dans la nouvelle religion. Au-delà du faste ou du cliché cinématographique, dans le Nil, le berceau de la civilisation égyptienne, pendant l’Antiquité, la femme égyptienne jouissait d'un statut égal à celui de l'homme. Dans cette société, la femme peut faire des études ; elle peut hériter, tester, léguer. Au sein du couple les décisions se prennent à deux. Dans le domaine royal, la Grande Epouse transmet le sang et l'héritage pharaonique ; elle seconde et conseille le roi.
Si le tombeau de Néfertiti n’a été pas retrouvé jusqu’ici, la découverte le 6 décembre 1912, par Ludwig BORCHARDT, un égyptologue allemand, de son buste en calcaire peint, stuqué, réalisé par Thoutmosis, et exposé au Musée égyptien, le Neues Museum de Berlin, en Allemagne, permet d’admirer cette majestueuse créature. «Tel qu'il se présente à nous, le buste de Néfertiti est complet, à la fois sur le plan artistique et sur le plan rituel, intellectualisé, austère et irréel [...] De toutes les grandes oeuvres d'art, c'est celle qui nous rassure le moins. Sa célébrité repose sur un malentendu et sur la suppression de ses traits spécifiques. Devant le buste de Néfertiti, la réaction appropriée, c'est la peur» écrit Camille PAGLIA, dans «Sexual Personae». En raison de ce buste, une des œuvres d’art les plus durables et célèbres au monde, son visage ne cessant de fasciner tous les visiteurs du Musée de Berlin, Néfertiti a acquis une solide réputation mondiale d’une reine égyptienne merveilleusement belle. «La survie de l’Egypte est dans son art, et non dans ses noms illustres.  Sésostris est moins présent pour nous que le pauvre Akhénaton. Et le visage de la reine Néfertiti hante nos artistes comme Cléopâtre hantait nos poètes. Mais Cléopâtre était une reine sans visage, et Néfertiti est un visage sans reine» disait André MALRAUX (1901-1976), Ministre de la culture. L’art égyptien traditionnel imposait des formes figées. Akhénaton a encouragé un réalisme destiné à mieux le glorifier «Représentez les choses, tel que vous les voyez !» dit-il. Akhenaton demande, pour lui ou Néfertiti, à être représenté tel qu'ils sont, dans toute leur humanité, sans grandeur. En effet, affublée d’une grande coiffe pharaonique, Néfertiti est la reine la plus puissante d’Egypte. «La beauté des femmes est sublimée. L'art égyptien ne cherche pas à être réaliste, mais à faire ressortir l'essence des êtres. Le rôle du sculpteur dans cette civilisation est de rendre vivante une statue, qu'elle soit animée par une sorte d'esprit. Il y a une force métaphysique et symbolique dans l'art égyptien. Il n'y a pas de sagesse sans son esthétique. Il n'y a pas de beauté sans bonté. Les femmes-pharaons sont très belles dans les représentations, car le dessin est une idéalisation du pouvoir royal. Les reines, comme les pharaons, sont des représentants du divin sur Terre, des êtres inaccessibles» dit Florence QUENTIN. Aussi, de nos jours, Néfertiti a inspiré les joailliers, les sculpteurs, les artistes peintres, et les musiciens comme Miles DAVIS. Ancienne muse, sa puissance culturelle est renforcée par le mythe entourant son histoire personnelle. Elle symbole, à elle seule, au XXIème siècle, avec ce buste majestueux, l’héritage XVIIIème dynastie des Pharaons. Devenue un symbole puissant de l’art contemporains, l’image de Néfertiti a été exploitée par les artistes afro-américains, comme Lakela BROWN, originaire de Detroit, ou Awol ERIZKU. A la galerie d’art, Zamalek, au Caire, l’artiste égyptien, Hossam DIRAR, a présenté en 2018, une série de peintures à l’huile, à l’effigie de Néfertiti.
Néfertiti épouse Aménophis IV, qui se fera nommer plus tard Akhénaton, et devient alors reine. Les artistes rivalisent d’ingéniosité pour représenter sa beauté. C'est cette œuvre, retrouvée en 1912, qui a fait de Néfertiti un symbole de l'idéal féminin. En effet, la souveraine devenue une icône de beauté et la glorieuse éminence grise d’un règne révolutionnaire. «Le souverain pourvu d’un physique quasi extraterrestre et d’un intellect insaisissable, a été réclamé par toutes les idéologies modernes. Il est décrit comme un penseur de la plus haute élévation ou un crétin malingre, un adepte de la paix universel ou un tyran totalitaire du pire acabit» Philippe MARTIN.
Le père, Aÿ, la sœur, et la nourrice de Néfertiti viennent d’emménager à Thèbes. Un jour, elle rencontre un garçon, Aménophis. Tous les deux se rejoignent au bord du Nil, tous les jours. Son nom, parfois mentionné sous la forme Neferneferuaten, signifiant «la Belle est venue» ou «la parfaite est arrivée», a fait penser aux premiers égyptologues qu'elle était peut-être une princesse mitannienne. De nombreux détails suggèrent cependant qu'elle serait la fille, née en Égypte, du chef de la cavalerie d'Akhénaton, Ay, également frère de la mère d'Akhenaton, la reine Tiyi. Si le nom des parents de Néfertiti. Un soir Aménophis demande à Néfertiti de devenir sa reine : elle accepte. Elle accouchera de trois filles. Reine d'Égypte, épouse du roi Akhénaton (1352-1336 av. J.-C.). Sous la XVIIIème dynastie, contre sa volonté, la princesse Néfertiti épouse son demi-frère, Aménothès IV, et monte avec lui sur le trône de la corégence. La bonté et la droiture de celui-ci finissent par la gagner et elle participera activement à la révolution religieuse qu'Aménothès IV tentera, sous le nom d'Akhnaton, la quatrième année de son règne. Akhénaton est le fils d’Amenhotep III qui avait épousé une femme d’origine et de religion étrangère, la reine Taï. Akhénaton, sans doute imbu des idées religieuses de sa mère, manifesta une grande horreur pour le culte d’Amon, et reporta ses hommages sur les divinités solaires, principalement sur le disque solaire. À l’époque, les Égyptiens croyaient en de nombreux dieux mais Aménophis, soutenu par sa femme, proclame le culte unique d’Aton, ce qui ne plaît pas au reste de la population. Quelques années plus tard, une épidémie de peste ravage le pays, tuant trois filles du couple royal. Néfertiti disparaît et l'énigme reste entière en ce qui concerne le reste de sa vie.
Dans «Néfertiti» d’André CHEDID, à travers l’instauration du monothéisme, c’est un idéal de liberté, de justice et de tolérance qui est mis en scène. En effet, la reine est protagoniste de l’Histoire, en y occupant une place centrale auprès du Pharaon. Sous Akhénaton (1360-1340 avant J-C), dans son monothéisme, le soleil n’était pas considéré comme créateur uniquement de la lumière et de la chaleur, mais aussi comme créateur du temps. Lumière et temps furent considérés comme des principes suffisant pour expliquer toute la phénoménologie de l’existence. Le monothéisme se manifeste par des interdits explicites : l’interdiction des images et l’adoration d’autres dieux, mais aussi par des destructions, en imposant une nouvelle cosmologie. Akhénaton, un Africain, est donc, pour la première fois de l’histoire de l’Humanité, l'inventeur du monothéisme. «On pourrait penser que le Tout-puissant s’est, pour un temps, révélé lui-même à l’Egypte. Akhénaton, le premier apôtre du vrai Dieu, est le premier être humain à comprendre correctement le sens de la divinité au cœur d’une époque de vaines superstitions» écrit Arthur WEIGALL dans «The Life and the Time of Akhnaton». Cette réforme, à travers le monothéisme, est une nouvelle croyance qui surpasse de beaucoup, le polythéisme rétrograde, à l’esprit étroit méprisant les autres populations vivant en Egypte et introduit probablement et pour la première fois le concept de la Raison, mais aussi l’immortalité de l’âme. Le monothéisme d’Akhénaton, «Ce sont les bases même du cheminement théologico-politique du monde occidental et oriental, voire du monde tout court, qui sont en cause, via le judaïsme, le christianisme et l'islam» écrit Alain ZIVIE. Akhénaton est la base d’un culte unique, en s’affranchissant des traditions polythéistes millénaires ; il proclame l'existence d’un monothéisme, dont le soleil était la manifestation tangible. «Akhénaton est le premier œil clairvoyant à discerner cette grande et suprême vérité qu’est la connaissance de Dieu, le premier prophète de l’histoire» écrit Henry BRESTED dans «histoire de l’Egypte depuis les temps reculés». Sous Akhénaton nait une nouvelle croyance monothéiste «qui surpasse de beaucoup le polythéisme confus du passé, dont elle fait table rase» écrit Adolphe ERMAN dans «la religion des Egyptiens». Akhénaton et Néfertiti imposèrent donc durant leur règne le culte monothéiste d'Aton, dieu solaire et universel. «C'est en Egypte que l'idée de l'immortalité de l'âme est apparue pour la première fois» dira Sigmund FREUD.
Par conséquent, Akhénaton est considéré comme un hérétique, réformateur ou despote éclairé, s’est insurgé contre le culte du Dieu Amon, symbolisé par le bélier, dont le nom signifie «occulte ou caché», incarnation de la bienfaisance, démiurge, le premier et le seigneur des autres dieux égyptiens, l’esprit générateur mettant en lumière les choses cachées. En effet, cette réforme religieuse d’Akhénaton vient entrer en conflit avec une religion millénaire et polythéiste, le culte voué à Amon «Le fonctionnaire le prie pour son avancement, l’opprimé met sa confiance en lui, car il est le ministre des pauvres, qui n’admet pas la corruption et n’influence pas les témoignages. L’homme prévoyant qui fait une promesse ajoute d’ordinaire «Si Amon me laisse la vie» écrit Adolphe ERMAN dans la «religion égyptienne». Aménophis IV, qui deviendra Akhénaton s’insurge contre ce polythéisme. Akhenaton «semble être le premier dans l'histoire universelle à avoir introduit dans la pensée religieuse une innovation que la tradition attribue à Moïse : la distinction entre le vrai et le faux» écrit Jan ASSMANN.  En effet, Akhénaton règne sur un pays prospère et stable. Aux guerres antérieures contre l’Asie, l’Egypte domine le monde par sa puissance et son rayonnement intellectuel. «Aussi vit-on se produire à ce moment un changement, dans ses mœurs et ses idées, bien plus considérables que ceux qui avaient survenir dans les siècles antérieurs. L’horizon du peuple s’était étendu, et la dissolution du vieil esprit étroit et immobile devait commencer son œuvre» écrit Adolphe ERMAN. Le Pharaon, influencé par la proximité avec les Juifs, les Nubiens, les Syriens et les Babyloniens, devient plus humain, pour un Etat plus moderne. Aussi, Akhénaton se tourna vers le Dieu-Soleil, Râ Har-Achte, et éleva des temples pour lui à Thèbes, délaissant ainsi Amon, un culte méprisant les autres populations considérées comme barbares. Il voulait doter l’Egypte d’un Dieu plus universel et plus humain, fédérateur de la diversité de ses composantes ethniques. «Désormais, le nouveau Soleil n’était plus la haute divinité, il était l’unique divinité» écrit Adolphe ERMAN.
Akhénaton et Néfertiti ont également une extraordinaire révolution esthétique, dans le domaine des arts et des lettres, se poursuivant encore de nos jours par une exploitation commerciale de leur image. En effet, pour promouvoir leur croyance et afficher leur foi nouvelle monothéiste, Akhénaton et Néfertiti bousculèrent les canons artistiques anciens et fondèrent une nouvelle capitale, Amarna dont l'urbanisme est conçu au service du dieu privilégié et aux intellectuels. Ils sont donc les protecteurs des arts et des lettres.
«Sans l'Egypte, il n'y aurait pas de Bible», affirme Thomas ROMER, professeur de Bible hébraïque à l'université de Lausanne. Le pays des pharaons est le lieu où Israël se forme en tant que peuple et où se noue sa relation avec Dieu. Sous la conduite de Moïse, les Hébreux vont quitter ce pays où ils étaient si bien intégrés, au point d'apparaître menaçants. Après avoir été au service du pharaon, ils seront les serviteurs de Yahvé. L'Exode est le mythe fondateur par excellence. Pourquoi Osarsiph alias Moïse aurait-il adopté le monothéisme égyptien, alors qu'il était supposé haïr ses oppresseurs ?
C’est Sigmund FREUD (1856-1939), disciple d'Akhénaton, dans son livre «l’homme Moïse et la religion monothéiste» qui fait autorité en la matière. En effet, Moïse, le libérateur du peuple juif, un égyptien donc un Africain, a transmis à tous les Hébreux le culte de la religion monothéiste ainsi que l’immortalité de l’âme, hérités d’Akhénaton et Néfertiti. «Déposséder un peuple de l'homme qu'il célèbre comme le plus grand de ses fils est une tâche sans agrément et qu'on n'accomplit pas d'un cœur léger. Toutefois aucune considération ne saurait m'induire à négliger la vérité au nom d'un prétendu intérêt national. Moïse, l'homme qui fut pour le peuple juif un libérateur et qui lui donna ses lois et sa religion, appartient à une époque si lointaine qu'on se demande tout de suite s'il doit réellement être considéré comme un personnage historique ou s'il n'est qu'une figure de légende. la plupart des historiens s'accordent à penser que Moïse a réellement vécu et que l'Exode d'Égypte, auquel son nom reste attaché, a vraiment eu lieu. Moïse descend de lévites juifs. Au contraire, la seconde famille, celle qui devrait être modeste, et qui recueille l'enfant, se trouve remplacée par la maison royale d'Égypte ; la princesse élève l'enfant comme  s'il était réellement son fils» écrit Sigmund FREUD. Un autre auteur insiste également sur l’origine africaine du nom de Moïse ««Il est important de faire remarquer que son nom de «Moïse» était égyptien. Le mot égyptien «Mose» signifiait «enfant» écrit James Henry BREASTED (1865-1935) dans son «histoire de l’Egypte». Pour Sigmund FREUD, la paternité du monothéisme, tel que sanctifié par le peuple juif vient d’Akhénaton, «Si l'on veut rendre justice au souverain (Akhénaton), il convient de ne pas le considérer seulement comme le partisan et le protecteur d'une religion d'Aton qui existait déjà avant lui. Son action fut bien plus efficace. Il ajouta à la doctrine d'un dieu universel quelque chose qui en fit le monothéisme, à savoir son caractère exclusif. Dans l'un de ses hymnes, il est dit clairement : «Oh toi! Dieu unique à côté de qui il n'en est point d'autre» écrit Sigmund FREUD. Cependant, la religion des Juifs, telle qu’importée d’Egypte n’a été fixée que 800 ans plus tard. «Les similitudes aussi bien que les divergences entre les deux religions sont aisément discernables. Toutes deux sont des formes d'un rigoureux monothéisme. Le monothéisme juif est, sur certains points, plus rigide encore que l'égyptien, par exemple quand il interdit toute représentation plastique. la religion juive ignorait l'au-delà et l'existence après la mort, croyance qui n'est cependant pas incompatible avec le monothéisme le plus strict. Cet étonnement se dissipe si nous passons de la religion juive à celle d'Aton et si nous admettons que cette négation de la vie future est empruntée à la religion d'Ilhnaton. Pour ce dernier, rejeter l'idée d'un au-delà était devenu une nécessité dans sa lutte contre la religion populaire où le dieu des morts, Osiris, jouait un rôle plus grand peut-être que n'importe quel autre dieu des régions supérieures. La concordance, sur ce point important, des religions juives et d'Aton constitue un premier argument sérieux en faveur de notre thèse. Moïse n'a pas seulement donné aux Juifs une nouvelle religion : il a aussi, c'est certain, institué la pratique de la circoncision. Doué d'une nature énergique, Moïse conçut le plan de fonder un nouvel empire auquel il donnerait la religion dédaignée par l'Égypte» écrit Sigmund FREUD.
Par conséquent, et cela a été pendant longtemps soigneusement occulté, le monothéisme des grandes religions a bien ses sources en Egypte, donc en Afrique, berceau de l’Humanité. «Seule face à la mort, comme toujours, elle (Néfertiti) lutta» écrit Christian JACQ. Akhénaton, à travers son monothéisme, a déclenché la colère des conservateurs, notamment le clergé d’Amon, excitant sournoisement la colère du peuple, et la révolte gronde de partout. En effet, sous Akhénaton, les temples d’Amon furent fermés, les cultes abolis, les images détruites, les noms effacés. Partout dans l'empire, les temples d’Amon furent fermés et leurs biens confisqués, les cultes interdits et les trésors ecclésiastiques saisis. Le monarque, dans son zèle, alla jusqu'à faire rechercher les inscriptions des monuments anciens pour que le mot «Dieu» y fût effacé chaque fois qu'il y était au pluriel. Après 17 ans de règne, et à la mort d’Akhénaton, le clergé d'Amon s'empare de Thèbes ou Ouaset, ville antique en haute Egypte, appuyé par les généraux mécontents de voir le vaste empire s'effondrer. «La mort du roi fut suivie des courts règnes de quelques grands de la cour qui se crurent obligés de faire la paix avec Amon et de revenir Thèbes. Le triomphe de l’ancienne religion fut complet, les monuments et les édifices de l’hérétique furent anéantis» écrit Adolphe ERMAN.
Le mystère reste entier, sur les circonstances de la mort de Néfertiti, disparue vers l’âge de 30 ans. Un cas de «Cold Case», comme on le dirait de nos jours. Jadis femme puissante et vénérée de tous, Néfertiti a disparu, sans laisser de traces. La reine s’est évanouie comme si elle n'avait jamais existé. Aucun document rapporte les circonstances de sa mort, aucun monument ne commémore sa disparition.  On est en réduit à des conjectures. A-t-elle été victime de la peste ? A-t-elle été assassinée dans le cadre d’un complot ou d’une vengeance ? Mystère. Est-elle morte en couche ? A-t-elle était évincée par une rivale ou continué de régner après la mort de son mari ?
Après la disparition de Néfertiti, sa fille Mérytaton aurait commencé à endosser le rôle de grande épouse royale dans les cérémonies officielles vers 1336 av. J.-C. Le visage de cette dernière a même remplacé celui de sa mère sur les représentations au sein de l’empire. Aucune information n’a été communiquée sur ce qui était advenu de Néfertiti.
On a une version, plausible, de cette fin de règne d’Akhénaton et de Néfertiti : «Se voyant acculé de toutes parts, comprenant qu'il a définitivement perdu la bataille de son Dieu, Akhnaton dépose la couronne. Le monde de Néfertiti s'écroule. Elle entre en lutte contre ce qu'elle appelle la «lâcheté» de son époux... et c'est la disgrâce. Elle se retire avec ses filles, son demi-frère le petit Toutankhamon et ses partisans, dans son palais au septentrion de la ville» écrit Raphaël GIVELON dans «Akhénaton et Moïse». Ce n'est qu'à la mort de son époux, un an plus tard, que Néfertiti comprend que chacun de ses actes a été un acte d'amour et de foi en elle. Cependant, le général Harembad, décidé à sauver l'Égypte d'une guerre des partis, fait assassiner Néfertiti. En 1350, l’ordre est rétabli, la glorieuse XVIIIème dynastie éteinte et, dans le même temps, ses conquêtes en Nubie et en Asie se trouvèrent perdues. Durant ce triste interrègne, les vieilles religions égyptiennes furent rétablies et la religion d'Aton fut abandonnée, la ville d’El Amarna détruite et pillée et le souvenir d’Akhénaton et Néfertiti, honni comme celui de criminels.
En effet, Toutankhaton montera sur le trône de Thèbes, sous le nom de Toutankhamon (1345-1327 avant J-C) et Armana, la capitale du Dieu Soleil, sera abandonnée aux sables. Cette ville, construite vers 1360 avant Jésus-Christ, ne sera redécouverte que plus de 3500 ans après, à la suite de fouilles archéologiques de savants allemands et anglais, entre 1849 et 1859 par Karl Richard LEPSIUS (1810-1884), entre 1891 et 1908 par William Flinders PETRIE (1853-1942) et Norman de GARIS DAVIES (1865-1941), de 1907 à 1914, autour de l’atelier de Thoutmosis, sculpteur officiel d’Akhénaton, avec la découverte du buste de Néfertiti, par Ludwig BORCHARDT (1863-1938).
Références
ALFRED (Cyril), Akhenaton and Nefertiti, London, Thames and Hudson, 1973, 240 pages ;
AZIZ (Philippe), Moïse et Akhénaton, Paris, Robert Laffont, 1979, 276 pages ;
BEAULIEU (Jean-Philippe), «Voix et présence de femmes : la relecture de l’histoire par André Chédid», Etudes françaises, 2004, Vol 40, n°1, pages 81-93 ;
BRAUN (Eliot), LEMAIRE (André), GRELOT (Pierre), Ce que la Bible doit à l’Egypte, préface de Thomas Romer, Paris, Bayard, 2008, 284 pages ;
BREASTED (James, Henry), Histoire de l’Egypte depuis les temps reculés depuis les temps les plus reculés jusqu’à la conquête persane, préface de Jean Capart, Bruxelles, Vromant, 1926, Vol II, 633 pages, spéc pages 386-387 ;  
CANNUYER (Christian), «La religion d’Akhénaton: monothéisme ou autre chose ? Histoire et actualité d’un débat égyptologique», in Deus Unicus, R. Lebrun, J. Devos et E. Van Quickelberghe (éds), Homo Religiosus Religiosus, Série 11, Brepols Brepols, 2014, pages 77‐117 ;
CARSALADE (Louis), «Le troisième grand siècle égyptien, plein feux sur la 18ème dynastie», Société de géographie de Toulouse 1979, pages 6-13  ;
CHAPPAZ (Jean-Luc), VANDENBEUCH (Marie), TIRADRITTI (Francesco), Akhénaton et Néfertiti : soleil et ombre des Pharaons, Milano, Silvano éditoriale, 2008, 292 pages ;
CHEDDID (Andrée), Néfertiti et le rêve d’Akhénaton, roman, Paris, Flammarion, 1974, 234 pages ;
CHUBB (Mary), Nefertiti Lived Here, New York, Crowell, 1954, 218 pages ;
DAUXOIS (Jacqueline), Reines de légendes : Néfertiti, la reine de Shaba, Cléopâtre, Messaline, Paris, Pygmallion, 2013, 110  pages ;
DESROCHES-NOBLECOURT (Christiane), La femme au temps des Pharaons, Paris, Stock, 1986, 344 pages ;
DESROCHES-NOBLECOURT (Christiane), La reine mystérieuse : Hatshepsout, Paris, Pygmallion, 2002, 501 pages ;
DUPUIS (Charles-François), Origine de tous les cultes, ou religion universelle, avec une notice biographique sur la vie et les écrits de C-G Dupuis, Paris, Librairie historique de Emile Babeuf, 1822, T. 4, 609 pages ;
DURAND LOPES (Gonzalo), «Néfertiti», Revista Atticus, 2013, Vol 21, pages 9-27 ;
ENGLAR (Mary), Nefertiti of Egypt, Mankato, (Minnesota), Capstone, 2009, 42  pages ;
ERMAN (Adolphe), La religion égyptienne, traduction de Charles Vidal, Paris, Librairie Fischbacher, Musées royaux de Berlin, 1907,  355 pages, spéc  pages 90-102 ;
FREUD (Sigmund), L’Homme Moïse et la religion monothéiste, traduction de l’édition de 1939, par Anne Berman, Paris, Gallimard, 1980, 94 pages ;
GABOLDE (Marc), D’Akhénaton à Toutânkhamon, Collection de l’Institut d’archéologie et d’histoire de l’Antiquité, Université Lumière‐Lyon 2, Paris, De Boccard, 1998, 350 pages ;
GIVELON (Raphaël), Akhénaton et Moïse : une opinion sur les origines du monothéisme, Paris, Aubier, 1985, 8 pages ;
JACQ (Christian), fertiti et Akhénaton,  Paris, Place des éditeurs, 2015, 216 pages ;
JACQ (Christian), Néfertiti, l’ombre du soleil, Paris, XO éditions, 2013, 373 pages ;
JOAQUIN (Chamorro), Anam, Nefertiti, Libertarias-Prodhufi, 1993, 238 pages ;
JOYCE (A. Tyldsley), Nefertiti, Unlocking the Mistery Serrounding Eypt’s most Famous and Beautiful Queen, Penguin, 2005, 274 pages ;
KEMP (Barry, J.), The City of Akhenaton and Nefertiti : Armana and it’s People, London, Thames and Hudson, 2012, 320 pages ;
KOENIG (Viviane), Néfertiti, reine d’Egypte, Paris, Hachette, 2008, 192 pages ;
LANGE (Brenda), Nefertiti, New York, Chelsea House, 2009, 109 pages ;
MARTINEZ (Philippe), Akhénaton et Néfertiti, trop près du soleil, Paris, Ellipses, 2020, 384 pages ;
MASPERO (Gaston), Histoire ancienne des peuples de l’Orient, Paris, 1912, 282 pages 211‐212 ;
PAGLIA (Camille), Sexual Personae : Art and Decadence, from Nefertiti to Emily Dickinson, London, New Haven, Connecticut, Yale University Press, 1990, 718 pages ;
PAS (Léon, de), BIBESCO (La Princesse), Toi aussi, Néfertiti, Paris, Le Cherche Midi, 2015, 145 pages ;
PRESTON (Beth, Brown), «Néfertiti and Memoir Cleveland», African American Review, été 2013, Vol 46, n°2-3, pages 510-511 ;
QUENTIN (Florence), Les grandes souveraines d’Egypte, Paris, Perrin, 2021, 412 pages ;
RACHET (Guy), Néfertiti, reine du Nil, Paris, Robert Laffont, Monaco, éditions du Rocher, 1984, 349 pages ;
REDFORD (Donald, B), Akhenaten. The Heretic King, Princeton, Princeton University Press, 1984, 288 pages ;
RIBAUD (Jean-Claude), «Toutankamon», Combat, n°7049, vendredi 17 février 1967, page 9 ;
ROBINSON (Lynda, S), L’étrange mort de Nefertiti, Paris, Librairie des Champs-Elysées, 2001, 308 pages ;
ROLAND (Claudine) GROSJEAN (Didier), Moi, Néfertiti la belle qui est venue, grande épouse royale, souveraine des deux pays et vivante à jamais, illustrations de Véronique Ageorges, Tournai, Casterman, 1988, 120 pages ;
SAMSON (Julia), Nefertiti and Cleopatra : Queen-Monarchs of Ancient Egypt, London, Rubicon Press, 1985, 174 pages ;
SINOUE (Gilbert), Akhénaton : le dieu maudit, Paris, Flammarion, 2013, 319 pages ;
THELIOL (Mylène), Néfertiti, la reine d’Egypte et le culte monothéiste dédié à Aton, Paris, Le Petit Littéraire, collection Grandes personnalités, 2015, 32 pages ;
VANDERBERG (Philipp), Néfertiti : la première biographie archéologique, Jean-Marie Gaillard-Paquet traductrice, Paris, Belfond, 1976, 287 pages ;
VIDAL (Nicole), Néfertiti, Paris, Gallimard, 1961, 384 pages ;
VIEGNES (Michel), «Parole et utopie : la réécriture de l’histoire dans Néfertiti et le rêve d’Akhénaton», Australian Journal of French Studies, mai-août 1987, Vol 24, n°2, pages 215-223 ;
VOLOKINE (Youri), «Atonisme Atonisme et monothéisme: monothéisme: quelques étapes d’un  débat moderne», dans Akhénaton et Néfertiti. Soleil et ombres des pharaons, Musée d’Art et d’Histoire, Milan‐ Genève, 2008, pages 129‐141 ;
VOLOKINE (Youri), Monothéisme, Aniconisme. Débat autour du Dieu unique d’Akhénaton, Université de Genève, Faculté des Lettres, Département des sciences de l’Antiquité, 43 pages ;
WEIGALL (Arthur), The Life and the Time of Akhnaton Pharaoh of Egypt, New York, G. P. Putman, 1923, 255 pages ;
WELLS (Evelyn), Nefertiti, New York, Garden City, Doubleday, 1964, 388 pages ;
WILDUNG (Dietrich), Les multiples visages de Néfertiti, traducteurs Nina Awadly et Marcel Saché, Otsfildern, Hatje Cantz Verlag, 2013, 32 pages.
Paris, le 2 avril 2022 par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Néfertiti (1370-1334, avant JC), reine égyptienne, un idéal universel féminin» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Néfertiti (1370-1334, avant JC), reine égyptienne, un idéal universel féminin» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Néfertiti (1370-1334, avant JC), reine égyptienne, un idéal universel féminin» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Néfertiti (1370-1334, avant JC), reine égyptienne, un idéal universel féminin» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Néfertiti (1370-1334, avant JC), reine égyptienne, un idéal universel féminin» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Néfertiti (1370-1334, avant JC), reine égyptienne, un idéal universel féminin» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Néfertiti (1370-1334, avant JC), reine égyptienne, un idéal universel féminin» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Néfertiti (1370-1334, avant JC), reine égyptienne, un idéal universel féminin» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Néfertiti (1370-1334, avant JC), reine égyptienne, un idéal universel féminin» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Néfertiti (1370-1334, avant JC), reine égyptienne, un idéal universel féminin» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Néfertiti (1370-1334, avant JC), reine égyptienne, un idéal universel féminin» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Néfertiti (1370-1334, avant JC), reine égyptienne, un idéal universel féminin» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Néfertiti (1370-1334, avant JC), reine égyptienne, un idéal universel féminin» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Néfertiti (1370-1334, avant JC), reine égyptienne, un idéal universel féminin» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Néfertiti (1370-1334, avant JC), reine égyptienne, un idéal universel féminin» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Néfertiti (1370-1334, avant JC), reine égyptienne, un idéal universel féminin» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Néfertiti (1370-1334, avant JC), reine égyptienne, un idéal universel féminin» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Néfertiti (1370-1334, avant JC), reine égyptienne, un idéal universel féminin» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Néfertiti (1370-1334, avant JC), reine égyptienne, un idéal universel féminin» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Néfertiti (1370-1334, avant JC), reine égyptienne, un idéal universel féminin» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Néfertiti (1370-1334, avant JC), reine égyptienne, un idéal universel féminin» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Néfertiti (1370-1334, avant JC), reine égyptienne, un idéal universel féminin» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Néfertiti (1370-1334, avant JC), reine égyptienne, un idéal universel féminin» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Néfertiti (1370-1334, avant JC), reine égyptienne, un idéal universel féminin» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Néfertiti (1370-1334, avant JC), reine égyptienne, un idéal universel féminin» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Néfertiti (1370-1334, avant JC), reine égyptienne, un idéal universel féminin» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Néfertiti (1370-1334, avant JC), reine égyptienne, un idéal universel féminin» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Néfertiti (1370-1334, avant JC), reine égyptienne, un idéal universel féminin» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Néfertiti (1370-1334, avant JC), reine égyptienne, un idéal universel féminin» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Néfertiti (1370-1334, avant JC), reine égyptienne, un idéal universel féminin» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Néfertiti (1370-1334, avant JC), reine égyptienne, un idéal universel féminin» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Néfertiti (1370-1334, avant JC), reine égyptienne, un idéal universel féminin» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Néfertiti (1370-1334, avant JC), reine égyptienne, un idéal universel féminin» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Néfertiti (1370-1334, avant JC), reine égyptienne, un idéal universel féminin» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Néfertiti (1370-1334, avant JC), reine égyptienne, un idéal universel féminin» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Néfertiti (1370-1334, avant JC), reine égyptienne, un idéal universel féminin» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Partager cet article
Repost0
29 mars 2022 2 29 /03 /mars /2022 20:06
«Mohamed ZEMMOUR : tous les Sénégalais seraient des trafiquants de drogue à expulser de France» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Mohamed ZEMMOUR a dit que les Sénégalais seraient des trafiquants de drogue. Mohamed ZEMMOUR avait déjà affirmé, sur CNews, le 13 mai 2021, que «tous les trafiquants de crack en France sont des Sénégalais». Dans un tweet, Mohamed ZEMMOUR a récidivé en exhortant à renvoyer ces Sénégalais, faire pression sur le gouvernement sénégalais pour qu’il les reprenne, taxer l’argent que les Sénégalais renvoient ou même l’empêcher de partir et renvoyer les consommateurs étrangers.  Dans une interview accordée le 26 mars 2022, sur CNews à Morandini Live, à Paris, Porte de la Villette, Mohamed ZEMMOUR a réitéré que «c’est un problème global de l’immigration, la plupart des vendeurs de crack sont des Sénégalais. La plupart sont des clandestins qui viennent du Sénégal, et quand je serai président nous renverrons ; c’est de mes objectifs du ministère de la Remigration» dit-il. Auparavant, interpellé par un habitant, à ce propos de ce campement d’Africains, dont personne ne veut, Mohamed ZEMMOUR a déclaré «Cela fait six mois qu’ils sont là, les gamins sont agressés, et l’Etat qu’est-ce qu’il fait ? Il regarde. Les gens, les commerçants en ont marre» dit-il. Dans le même ordre d’idées et son obsession identitaire, Mohamed ZEMMOUR s’est engagé, s’il est élu, à mettre «définitivement, fin aux privilèges exorbitants des Algériens».  Par ailleurs, Mohamed ZEMMOUR met le terrorisme et l’immigration au même plan «Comme il faut éradiquer les terroristes, nous éradiquerons la racaille qui pourrit la vie des Français» dit-il.
A ma connaissance, que la première fois les autorités sénégalaises, avec 15 députés pour la diaspora et un Secrétaire d’Etat en charge des Sénégalais de l’extérieur, ont osé protester, publiquement, contre ces graves dérives, et n’ayons pas peur des mots, carrément racistes. Enfin ! Depuis le temps qu’on s’acharne sur les racisés, cette audace mériterait d’être saluée : «Eric Zemmour s’est encore attaqué aux Sénégalais. Ces propos, d’un racisme primaire incontestable, relèvent d’une stigmatisation injurieuse, portant gravement atteinte à l’honorabilité de toute une communauté sénégalaise. Ceci dénote d’un acharnement obsessionnel d’Eric Zemmour contre le Sénégal et sa communauté établie en France. Le Sénégal condamne, avec la plus grande fermeté, ces attaques irresponsables à l’encontre d’une communauté exemplaire pour son intégration et son respect des lois de la République française » écrit, dans un communiqué du 27 mars 2022, M. El Hadji Magatte SEYE, ambassadeur du Sénégal en France.
Cette outrance verbale, cet acharnement de Mohamed ZEMMOUR et des forces du Chaos, se déroulent dans un contexte particulier en France, où tout est en train de basculer vers le «côté obscur de la chose», comme le dirait l’autre. En effet, la France reste encore un pays démocratique, mais il existe depuis des décennies une lente, mais inexorable progression des forces du Chaos, contre les valeurs républicaines du bien-vivre ensemble. La percée du Front national aux cantonales de 1982, à Dreux, avec Jean-Pierre STIRBOIS (1944-2006) a été suivie de diverses phrases assassines certains responsables politiques contre les racisés : «Le bruit et les odeurs» de Jacques CHIRAC, «la France ne peut pas accueillir toute la misère du monde» de Michel ROCARD, «les sauvageons» de Jean-Pierre CHENEMENT, «l’identité nationale» de Nicolas SARKOZY et sa droite décomplexée, le projet de déchéance de la nationalité de François HOLLANDE, l’augmentation déraisonnable des droits d’inscription des étudiants étrangers ainsi que la loi sur le séparatisme d’Emmanuel MACRON. Depuis 2002, le Front national, devenu Rassemblement national et cessant ses petites phrases contre la communauté juive, concentre exclusivement ses attaques contre les racisés. On n'entend que des débats sur la laïcité, le voile, la burqa, le burkini et l’assimilation. Il s’y ajoute qu’au 1er tour des primaires de la Droite, c’est Eric CIOTTI qui est arrivé en tête et Valérie PECRESSE n’a gagné au deuxième tour que par un miracle non encore éclaircie. Cette primaire de la Droite, orientée à l’extrême-droite par Eric CIOTTI, a été bâtie sur des thèmes nauséabonds : immigration zéro, interdiction du regroupement familial, abolition du droit du sol, pour les enfants des étrangers nés en France, taxation des mandats ou leur limitation en cas de refus de réadmission des expulsés, etc. C’est dans ce contexte, que la Gauche fragmentée en 8 candidats est devenue inaudible.
Les malheureux à la Porte de la Villette, à Paris, c'est moins de 150 personnes se faisant du mal à eux-mêmes, parce qu’abandonnés de tous, et qui font du mal aussi autres. L'Etat, et sa responsabilité, peut les isoler et les soigner. Quand on peut accueillir 4 millions de réfugiés ukrainiens, on peut aussi soigner et accompagner ces parias. Je crois que la stratégie politique assumée est d'exposer ces personnes, qui n'ont pas la bonne couleur, à la vindicte populaire, afin de justifier ce lynchage médiatique permanent. Il se passe quelque chose de particulièrement grave dans ce pays des droits de l’Homme avec son message. Se taire, c'est d'être complice de cette infamie. Je rappelle aussi, que depuis novembre 2021, les préfectures ont mis en place des sites pour le renouvellement des titres de séjour et leur retrait. Mais ces sites fonctionnent mal, pour prendre un rdv à chaque fois on vous indique que le site est saturé. Par conséquent, pour ces personnes en situation régulière, on est en train de les faire subir un traitement inhumain et dégradant (angoisse, peur, insomnie) et on veut sûrement les faire basculer vers la clandestinité. Tout est fait pour les dégoûter. En revanche, les Britanniques, pourtant soumis depuis le 1er janvier 2022 au régime de la carte de séjour, n'ont pas à s'inquiéter puisque personne ne va contrôler leur identité. Quid des Turcs, membres du Conseil de l'Europe et de L'OTAN, mais dont la demande d'adhésion à l'union européenne est bloquée depuis le 14 avril 1987 ? Le sort des Turcs, au regard de la libre circulation, est moins enviable que celui des 4 millions de réfugiés ukrainiens, non-membre de l’Union européenne. Comment pouvons-vous expliquer ces différences de traitement ?
Il y a, certes, des délinquants dans toute société. Mais de là à coller tous Sénégalais cette étiquette infamante et absoudre les autres délinquants, notamment les sales racistes, il y a un pas qu'il ne faudrait pas franchir. Les Sénégalais, comme pour l'écrasante majorité, sont cette «France qui se lève tôt». Ils ont participé, après la Deuxième guerre mondiale, à la reconstruction de ce pays et au grand bien-être des Français, en occupant des emplois pénibles et mal rémunérés, que d'autres ne veulent toujours pas prendre. Pendant cette pandémie, dans les hôpitaux et les maisons de retraite, même si on ne les a pas applaudi à 20 heures, sans le dévouement de cette minorité invisible, bien des drames se seraient produits. Aussi, je réitère mon appel à organiser un jour une nouvelle grève générale de tous les racisés afin que ces gens haineux se rendent compte de leur place particulièrement utile dans cette société. Boris JOHNSON dans sa grande démagogie en voulant fermer ses frontières s'est vite rendu compte que le commerce ne pouvait pas fonctionner sans la contribution des racisés notamment les chauffeurs.
La France est présente au Sénégal, ce grand petit pays depuis 1365. L’amitié franco-sénégalaise, depuis Blaise DIAGNE, en passant par Léopold Sédar SENGHOR est une des plus anciennes et les plus solides en Afrique. Lors des émeutes au Sénégal, en mars 2021, certains opposants ont exploité un sentiment antifrançais latent. Ces déclarations de Mohamed ZEMMOUR sont un poison dans les relations franco-sénégalaises. Le français est langue officielle de ce pays, SENGHOR était à l’Académie française et Mohamed M’Bougar SARR, Prix Goncourt. Pourtant, Mohamed ZEMMOUR lance ses injonctions d’assimilation, mais s'assimiler par rapport à quoi ?
Comment quelqu'un, comme Mohamed ZEMMOUR, sorti de nulle part, vomissant en permanence sa haine, peut-il s'insurger en représentant d'une France qui n’a jamais existé, en faisant l’apologie du pétainisme ? Et ça passe ! Les sondages montent et le Trocadéro est blanc de monde. Dans ce pays des droits de l’Homme, avec son message universel, comment peut-on cautionner que le racisme, un délit, puisse devenir un argument électoral et remplir le Trocadéro ou le Parc de Villepinte, là où l'on s'acharne, injustement et déraisonnablement, contre Mme Anne HIDALGO ?
Mohamed ZEMMOUR a été déjà condamné pour des délits de racisme. Parlons donc de la délinquance. Comment, au nom de la liberté d'expression, un candidat qui a un casier judiciaire et qui récidive sans être convoqué immédiatement par le Procureur de la République ? Depuis plusieurs décennies de vents mauvais soufflent dans cette démocratie ethnique où l'on peut, sans impunité, s'acharner contre une partie de la population. Mais jusqu'où cette «démocratie» pourra-t-elle aussi un jour se retourner contre les autres ?
Quand on ne parle que des racisés on n'évoque les vrais problèmes de ce pays en termes de pouvoir d'achat de réindustrialisation, de logements et de justice sociale. C'est mieux assujettir les autres. Au Trocadéro, un pas grave a été franchi. Ainsi, les partisans de Mohamed ZEMMOUR ont bien entonné «MACRON assassin !». La Constitution française dit que les faits de discrimination ethnique sont punis par la loi. On voit bien que les amis de Mohamed ZEMMOUR ont qualifié le chef de l’Etat Emmanuel MACRON «d'assassin». Il a tué qui ?
Mohamed ZEMMOUR n’a pas condamné ces propos haineux contre le Chef de l’Etat, prétendant ne les avoir pas entendus. Il n'y a pas sourd que celui qui ne veut rien entendre. Tout ce qui est excessif n'a pas de sens. Au meeting de Villepinte, en décembre 2021, je suppose que Mohamed ZEMMOUR se souvient de son discours particulièrement violent à l’égard du président MACRON, qualifié de «néant», de «fantôme», de «gouffre» ou encore de «grand vide». Mohamed ZEMMOUR ce sont des slogans bêtes et simplistes, comme ceux-là sont dangereux ; il y a des mots, mis dans la tête de gens aux idées courtes, qui tuent. Face à cette progression grave de la peste brune, je suis scandalisé des réactions molles des partis républicains ; ce ne sont pas des «dérapages» verbaux que l'on pourrait excuser, mais une orientation politique ségrégationniste assumée, une lepénisation des esprits qui a même contaminé pour un parti dit «Les Républicains» ayant vendu son âme au diable.
Il n'a échappé depuis plusieurs années qu'on s'acharne contre les immigrés, dont pour l'essentiel ne sont pas des étrangers, mais des citoyens français d'origine africaine. Cette libération extraordinaire de la parole raciste, dans ce pays des droits de l'homme, si niée, est devenue un trou béant depuis la guerre d'Ukraine. L'Etat peut accueillir 100 000 réfugiés, mais ne peut pas s'occuper de 200 personnes abandonnés au périphérique, livrées à la drogue, sous les ponts ou les intempéries. Personne ne veut voir ces personnes qu’on tente de contenir, à travers un mur de la honte. Ils avaient dénoncé, pourtant le mur de Berlin !
Tout le monde, ou presque, a acté, tant qu'on peut, dans ce pays des droits de l'homme avec son message universel, que l'on peut lyncher les Noirs et les Arabes, à longueur de journée dans certaines chaînes d'information ; ce n'est pas si grave que cela. Mais pour d'autres communautés, c'est tolérance zéro. Face au moindre écart, on va manifester, massivement et rapidement, à la place de la République. Les digues sont tombées ! «A la fin nous ne nous rappellerons pas des mots de nos ennemis, mais le silence de nos amis» disait fort justement Martin Luther KING.
Ces présidentielles ne sont pas comme les autres. Les racisés ne pourront pas vraiment compter sur les autres. Un peu de cohérence, de décence et d’estime de soi. Ne venez pas dire après : «Je ne savais pas !» ou «Je ne fais pas de politique !». A deux semaines du 1er tour des présidentielles, je réitère mon appel à tous les Républicains, mais aussi à tous les Français issus de l’immigration : Votez pour les partis réellement Républicains mais allez voter !
Finalement, j'appelle tous les pays africains à boycotter CNews, cette chaîne raciste de Vincent BOLLORE, encore largement regardée en Afrique, y compris en France. BOLLORE a ses ports en Afrique, il faudrait les nationaliser.
Paris, le 28 mars 2022, par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mohamed ZEMMOUR : tous les Sénégalais seraient des trafiquants de drogue à expulser de France» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mohamed ZEMMOUR : tous les Sénégalais seraient des trafiquants de drogue à expulser de France» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mohamed ZEMMOUR : tous les Sénégalais seraient des trafiquants de drogue à expulser de France» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mohamed ZEMMOUR : tous les Sénégalais seraient des trafiquants de drogue à expulser de France» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mohamed ZEMMOUR : tous les Sénégalais seraient des trafiquants de drogue à expulser de France» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mohamed ZEMMOUR : tous les Sénégalais seraient des trafiquants de drogue à expulser de France» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mohamed ZEMMOUR : tous les Sénégalais seraient des trafiquants de drogue à expulser de France» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mohamed ZEMMOUR : tous les Sénégalais seraient des trafiquants de drogue à expulser de France» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mohamed ZEMMOUR : tous les Sénégalais seraient des trafiquants de drogue à expulser de France» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mohamed ZEMMOUR : tous les Sénégalais seraient des trafiquants de drogue à expulser de France» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mohamed ZEMMOUR : tous les Sénégalais seraient des trafiquants de drogue à expulser de France» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Partager cet article
Repost0
25 mars 2022 5 25 /03 /mars /2022 19:18
«Le Mali, la France et le Sénégal, entre Amour et Répulsion» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

A l’initiative de l’association «Intercultura du 20ème», sous la présidence M. Hamidou SAMAKE, adjoint à la Maire de Paris, avait lieu une conférence, le vendredi 25 mars 2022, à la salle des fêtes de la mairie du 20ème arrondissement, et animée par l’écrivain, M. Seidik ABBA : «Mali-Sahel, notre Afghanistan à nous ?».

Cette conférence se tient dans un contexte particulier. La Cour de justice de l’Union économique et monétaire ouest-africaine, (UEMOA), dans une décision du 24 mars 2022, vient de suspendre les sanctions de la CEDEAO à l'égard du gouvernement malien. Pour le gouvernement malien, ces sanctions décidées par la conférence des chefs d’Etat, risquent d’entraîner des «conséquences difficilement réparables au regard de l’impact social, économique et financier». Sans se prononcer sur la légalité des sanctions, la Cour de Justice de l’UEMOA a estimé que compte tenu de l’urgence et du motif sérieux invoqué, les mesures, jugées «gravement préjudiciables», non seulement à l’Etat malien mais aux Maliens eux-mêmes, sont suspendues. Ces sanctions touchent également le Sénégal ; le Mali étant un pays enclavé, l'essentiel de ses marchandises transitent par le port de Dakar.

Par ailleurs, la situation malienne est appréciée au regard de la résurgence des coups d’Etat militaires en Afrique et de la Guerre froide, en raison de l’invasion de l’Ukraine par le Tsar des Russies. D’une manière générale, la politique africaine de la France, comme au bon vieux temps de la Françafrique du Général de GAULLE (1890-1970) et de Jacques FOCCART (1913-1997) est remise en cause par les populations africaines, dénonçant cette indépendance dans la dépendance. L’intervention française au Mali, n’a pas résolu la question de la sécurité au Nord du pays. Pire, le gouvernement malien n’avait pas le droit de se rendre à Gao, une sorte de partition du pays, qui ne disait pas son nom, sans combattre les djihadistes. Certaines mauvaises langues s’interrogent : comment la France a pu devenir le 4ème producteur mondial d’or ?

Aussi, M. Choguel MAIGA, premier ministre du Mali, lors de son discours en septembre 2021 au Nations Unies, a reproché au président MACRON «d’abandonner le Mali en plein vol». Je rappelle, qu'en 2012, la suite de l’assassinat du président Mouammar KADHAFI (1942-2011), et Nicolas SARKOZY, selon Médiapart, serait fortement impliqué dans ce crime, diverses bandes de terroristes se sont éparpillées dans d'autres pays du Sahel, notamment au Mali.

Finalement, le Mali est un débat erroné, dévoyé et instrumentalisé, c'est pour cela qu'il est difficile d'y voir clair, notamment la faillite de l'Etat colonial et la mise en place d'une Françafrique pour un continent de 33 millions de kilomètres carrés riche de ses matières premières.

La relation entre le Mali et ses partenaires oscille entre l’Amour et la répulsion. C’est le pèlerinage à la Mecque, en 1324, de Kankan Moussa, 10ème Mansa du Mali de 1312 à 1337, qui a suscité toutes les convoitises des Occidentaux à l’égard de l’Afrique. Suivant, Ibn KHALDOUN (1332-1406), on pouvait extraire 3 à 4 tonnes d’or par an, au Mali. Aussi, les Portugais, à l’époque, les plus grands navigateurs, ont entamé la conquête de l’Afrique. L’Empire du Mali a pendant longtemps dominé mon Fouta-Toro, le Nord du Sénégal. C’est à la suite de l’assassinat de son père que le Satigui, Coly Tenguella BA est venu conquérir et unifier le Fouta-Toro. En ce sens l’islamisation du Mali par El Hadji Omar TALL, par la guerre sainte, a laissé des traces profondes entre les deux peuples. C’est par le Sénégal, que le colonisateur qui voulait tracer la chemin de fer Dakar-Niger, que la «pacification» est arrivée. Les descendants de El Hadji Omar TALL (1794-1864), notamment Aguibou TALL (1843-1907), devenu le Fama à Bandiagara, ont participé à la défaite du Mali, un peuple millénaire. Dans cette relation faite d’amour et de répulsion, l’éphémère Fédération du Mali, la non reconnaissance de Lamine GUEYE (1891-1968), un saint-louisien, originaire de Médine, et le renvoi brutal par Léopold Sédar SENGHOR (1906-2001) de la délégation de Modibo KEITA (1915-1977), proche du camp soviétique, n’ont pas arrangé les choses.

Où va donc le Mali ?

Les fils du dialogue n’étant pas rompus, il est possible de trouver entre le gouvernement malien et la CEDEAO un accord sur un délai de transition raisonnable et un gouvernement d'union nationale, dans le respect de la souveraineté de ce pays.

Je le redis la France a encore sa place en Afrique, à condition de retrouver le chemin du dialogue, de la coopération mutuellement avantageuse et du respect de ses partenaires historiques. Certaines méthodes coloniales brutales et méprisantes sont à proscrire. Le Mali appartient aux Maliens.

Militant du bien-vivre ensemble, je crois en la République et en la démocratie. M. Choguel MAIGA a chassé du pouvoir, par la voie pacifique, l’indolent IBK (1945-1922). Le premier ministre malien, un homme d’Etat, saura trouver les ressources nécessaires, pour remettre le Mali sur le bon chemin.

Références

ABBA (Seidik), Mali-Sahel, nôtre Afghanistan à nous ?, Paris, Impacts, 2022, 150 pages ;

MAIGA (Choguel, Kollala), SINGARE (Issiaka, Ahmadou), Les rébellions au Nord du Mali, des origines à nos jours, Bamako, (Mali), Edis, juin 2018, 452 pages ;

Cour de Justice de l’Union économique et monétaire Ouest-africaine, UEMOA, ordonnance n°06/2022/CJ du 24 mars 2022.

Paris, le 25 février 2022 par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

 
Le Mali, la France et le Sénégal, entre Amour et Répulsion» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Le Mali, la France et le Sénégal, entre Amour et Répulsion» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Le Mali, la France et le Sénégal, entre Amour et Répulsion» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Le Mali, la France et le Sénégal, entre Amour et Répulsion» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Le Mali, la France et le Sénégal, entre Amour et Répulsion» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Le Mali, la France et le Sénégal, entre Amour et Répulsion» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Le Mali, la France et le Sénégal, entre Amour et Répulsion» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Partager cet article
Repost0
23 mars 2022 3 23 /03 /mars /2022 20:05
«Anne HIDALGO : meeting de Limoges, soutien enthousiaste de François HOLLANDE et les vrais sujets» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
L’ancien président, M. François HOLLANDE est venu au meeting de Limoges du 22 mars 2022, soutenir Mme Anne HIDALGO, dans son refus de la résignation dans l'épreuve, une femme courageuse et tenace. En effet, à Limoges, en Haute-Vienne, terre socialiste par excellence, M. François HOLLANDE, enthousiaste et tonique, a rappelé ses convictions politiques : «Je suis là parce que je suis fidèle et loyal, surtout quand c’est difficile. Je sais ce que je dois au Parti socialiste, à ma famille politique. (…) Je vais vous confier un secret : je vote toujours socialiste» a-t-il déclaré. Très percutant et mordant, dans ces présidentielles insipides, le président HOLLANDE a adressé des piques à Nicolas SARKOZY, accusé de déloyauté, pour n’avoir pas encore soutenu Valérie PECRESSE, candidate Les Républicains : «Qu’aurait- on dit si je m’étais caché ? Je laisse ça à d’autres, plutôt à un autre qui n’a jamais été un exemple pour moi» dit-il. Le président Emmanuel MACRON est incriminé d’être responsable de «la décomposition politique», et donc de ces mauvais vents soufflant sur la France. La France Insoumise, sans être citée, est assimilée à une simple gauche protestataire : «Les incantations d’aujourd’hui sont les capitulations de demain» dit François HOLLANDE.
Après la passe d'armes entre Stéphane LE FOLL et Mme Anne HIDALGO lors de son investiture aux présidentielles, le calumet de la paix semble avoir été signé. Auparavant, Mme Julie GAYET était venue, le 16 mars 2022, au compte rendu de mandat de la députée de Paris, Mme Lamia EL AARAJE, à la Bellevilloise, à Paris 20ème. Souriante et aimable Mme GAYET n'a pas fait de discours, mais je me disais que cette présence radieuse, à elle seule, avait une profonde signification politique. Le discours, ce n'est pas nécessairement le langage articulé ; il existe, dans le domaine des ressources humaines, ce qu'il est convenu d'appeler le non verbal. Toute la difficulté est donc de détecter et bien interpréter les signaux forts ou faibles.
Dans cette campagne des présidentielles où Jupiter, du haut de sa Majesté, refuse de débattre en se croyant déjà réélu, en raison de la guerre en Ukraine. En effet, 61% des Français estiment que le programme du président des riches, qui est «Et de Droite, et de Droite», ne sera pas de nature à résoudre les difficultés des plus faibles. Bien au contraire, Jupiter feigne d'oublier que ses amis de la Samaritaine qui l'avaient financé en 2017 ont fait pendant la crise sanitaire 137 milliards de profits ; le président-candidat envisage, s’il est réélu, de porter l'âge de la retraite à 65 ans. Un attentat contre les démunis dont l'espérance de vie est plus courte, et qui ne bénéficieront donc pas pendant longtemps de leur maigre retraite.
Finalement, cette guerre en Ukraine ne fera que remonter à la surface des problèmes internes escamotés ou occultés dans cette campagne des présidentielles. La Russie et l'Ukraine sont de grands producteurs de blé et de tournesol. Le prix de la farine, à la base de notre alimentation, les Français mangeant beaucoup de recettes italiennes on s'en est rendu compte lors du confinement, risque de flamber ; et de surcroît la réglementation européenne avait imposé la mise en jachère de certaines terres. Par ailleurs, le manque de farine aura aussi des conséquences importantes dans les pays du tiers-monde, notamment au Maghreb. Il n'a échappé à personne que le pouvoir d’achat, et plus que jamais depuis l’affaire de la crise des Gilets et ses éborgnés, est devenu la préoccupation majeure de tous. En effet, depuis lors, non seulement le prix du gaz et du pétrole ont grevé lourdement le pouvoir d'achat des ménages, il s'y rajoute que le poisson et la volaille commencent à manquer. Les pêcheurs s'estimant lésés, en raison de la hausse du carburant, refusent maintenant de retourner en mer.
Bien avant cette guerre en Ukraine plus de 3 millions de logements manquaient en France et le prix du loyer a flambé, déraisonnablement, dans la région parisienne. Tous les élus, hors des échéances électorales, n’osent plus aller serrer les paluches dans les marchés, de peur d’être interpellés sur une demande de logement en souffrance. Les lettres d’attente ne trompent plus personne. En effet, certains demandeurs de logements, dans des conditions précaires, attendent entre 5 et 10 ans, sans aucune garantie de succès. Les réfugiés du tiers-monde, dont les pays ont été pourtant injustement saccagés, en dehors des calomnies, sont toujours sous les ponts livrés à la drogue et à la violence. L'Etat s'est déjà engagé à accueillir 100 000 réfugiés ukrainiens. Tant mieux pour eux ! Mais le jour où Kiev tombera, l'Europe devra accueillir entre 6 et 10 millions de réfugiés ukrainiens. Le «Grand remplacement» est bien arrivé, mais là où on ne l'attendait pas. Pour ma part, cette question du logement, à 2 ans des jeux olympiques de 2024, est plus que jamais centrale.
Je rappelle, aussi qu'en cette période de campagne électorale, avec ses grands rassemblements et la suppression de l'obligation de port d’un masque, la guerre en Ukraine n'a pas pour autant vaincu cette cochonnerie. Même si les cas sont parfois moins graves, nous sommes confrontés à une 6ème vague du Covid-19 (Plus de 90 000 cas par jour). Les chiffres des personnes positives ne cessent d'augmenter en dépit de l'irresponsabilité gouvernementale. Après la question des masques de l'ancienne ministre de la santé et ses larmes, le cafouillage des tests, l'absence de stratégie industrielle notamment pour la relocalisation des entreprises et des vaccins, et «ce quoi qu'il en coûte», de 600 milliards d'euros que Jupiter veut faire payer par la classe moyenne, trop c'est trop. La gestion crise sanitaire et son «monde d’après» sont des questions majeures. Il est difficile de trouver des puces électroniques pour l'entretien ou la réparation de nombreux appareils de plus en plus bourrés d'électronique.
Finalement, le meeting de Limoges du 22 mars 2022 de Mme Anne HIDALGO, avec l’appui de François HOLLANDE, a donc réveillé cette campagne électorale morne, et remis les pendules à l’heure : parlons des vrais sujets !
Paris, le 22 mars 2022, par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Anne HIDALGO : meeting de Limoges, soutien enthousiaste de François HOLLANDE et les vrais sujets» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Anne HIDALGO : meeting de Limoges, soutien enthousiaste de François HOLLANDE et les vrais sujets» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Anne HIDALGO : meeting de Limoges, soutien enthousiaste de François HOLLANDE et les vrais sujets» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Anne HIDALGO : meeting de Limoges, soutien enthousiaste de François HOLLANDE et les vrais sujets» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Anne HIDALGO : meeting de Limoges, soutien enthousiaste de François HOLLANDE et les vrais sujets» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Anne HIDALGO : meeting de Limoges, soutien enthousiaste de François HOLLANDE et les vrais sujets» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Partager cet article
Repost0
21 mars 2022 1 21 /03 /mars /2022 19:39
«Mme Kentanji BROWN JACKSON : une femme noire pour la première fois juge à la Cour suprême des États-Unis ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Après plus de quatre siècles d'esclavage, Mme Kentanji BROWN JACKSON, 51 ans, juge à la cour fédérale d'appel, à Washington, pourrait être la première femme noire à la Cour suprême des Etats-Unis, pour remplacer Stephen BREYER. En effet, c'est le président des États-Unis qui désigne les juges de la Cour suprême, sous réserve d'une confirmation du Sénat. La Cour suprême des États-Unis, dont les juges sont nommés à vie, est, pour l'instant, après le mandat de Donald TRUMP, dominée par les conservateurs, au nombre de 6 sur les 9 juges.
La Cour Suprême des Etats-Unis, sur ses 119 juges qui se sont succédés depuis 1789, on compte 117 Blancs, seuls deux hommes noirs ont pu accéder à cette haute juridiction, sans autant pouvoir occuper le poste de Chief Justice. Il s'agit de Thurgood MARSHALL (1908-1993) en fonction de 1967 à 1991 ; il a été remplacé depuis 1991, par Clarence THOMAS, né en 1948. Quatre femmes (Sandra DAY O’CONNOR, Ruth BADER GINSBURG (1933-2020), Sonia SOTOYOMAYOR et Elena KAGAN) ont déjà occupé le poste de juge à la Cour suprême des États-Unis. Cependant, en 2022, une femme noire à la Cour suprême ce serait une mesure hautement symbolique, voulue par Joe BIDEN, après avoir choisi Kamala HARRIS, comme vice-présidente. «La personne que je nommerai aura des qualifications, une personnalité, une expérience et une intégrité extraordinaires. Et cette personne sera la première femme noire nommée à la Cour suprême» avait dit, en janvier 2022, le président BIDEN.
Par conséquent, cette perspective de promotion du juge, Mme Kentanji BROWN JACKSON, si elle se concrétisait, c'est parce qu'après l'affaire George FLOYD (1973-2020), les Afro-américains, loin de se cantonner dans des lamentations stériles ou abstentions aux élections, ont choisi, massivement d'aller, voter. Cette volonté politique du président Joe BIDEN est aussi et surtout le fruit de rudes combats pour l'égalité menés par la communauté noire. Certains, comme Martin Luther KING (1929-1968) Edgar MEVERS (1925-1963) ou Malcolm X (1925-1965), y ont laissé leur vie.
A ma connaissance, peut-être que je me trompe, aucun Noir ou Arabe n'a encore accédé à un poste de juge au Conseil d'Etat institué en 1799, ou à la Cour de cassation française créée en 1790. Plus de 230 ans d’existence de ces remarquables institutions, toujours une exclusion de cette minorité invisible, un profond déni en raison de cet héritage colonialiste et esclavagiste ! Seul Gaston MONNERVILLE (1897-1991, voir mon article) a été désigné, en 1974 par Alain POHER (1909-1996), président du Sénat, au Conseil constitutionnel, une institution créée en 1959.
Devant cette démocratie ethnique, pleine d'hypocrisie, qui n'ose pas dire son nom, j'ai envie de crier : «Nous sommes de la France. Différents mais égaux !». Nous ne sont pas des racisés mais des êtres humains. «I am a Man !» ou «Je suis un Homme», disaient les éboueurs de Memphis que Martin Luther KING était venu soutenir, quand il a été assassiné. On voit bien, dans cette arrivée massive des réfugiés, on n'a pas hésité de théoriser le concept de «Grand remplacement». Cependant, en sélectionnant les réfugiés en fonction de leurs origines ethniques, il se trouve que ce grand remplacement, avec la guerre en Ukraine, va peut-être arriver, mais là où on ne l'attendait pas (5 à 10 millions de réfugiés ukrainiens).
Un président américain, Barack OBAMA, une vice-présidente, Kamala HARRIS et maintenant une juge noire à la Cour suprême des Etats-Unis, Mme Kentanji BROWN JACKSON, uniquement sur l'expérience et le talent. Tout le monde félicite l’Amérique et «on vous dira en France, ce n’est pas la même chose, nous sommes tous pareils. Ne parlez pas de couleur !». Dans ce pays des droits de l’Homme, avec son message universel, nous disons donc chiche ! Il n’y a que les actes qui comptent, ces prétentions creuses sur la promesse républicaine, sonnent parfois comme du caquetage ou de l’hypocrisie. Nous ne demandons que l'application concrète et stricte des principes républicains, et non ce double langage. Chacun a des obligations et des droits, non pas en fonction de sa couleur, mais de ses mérites. En cela, Martin Luther KING, ce grand martyr et visionnaire, avait bien raison. «J’ai le rêve qu’un jour mes quatre enfants vivront dans une nation où ils ne seront pas jugés pour la couleur de leur peau, mais pour leur caractère» disait donc Martin Luther KING. Dans ce partage du gâteau, rien ne se donne, tout s'arrache. Ils se sont déjà en France répartis les postes de députés, même pour les partis qui vont se faire ratatiner aux législatives de juin 2022.
La politique il ne faudrait pas l'abandonner aux mains des politiciens, c'est une question de rapport de forces. S'abstenir, c'est laisser les autres décider à votre place. C'est la principale leçon que j'en tire pour les élections présidentielles et législatives à venir en France et de l'expérience américaine.
Allez donc voter, votez pour qui voulez, notamment pour Mme Anne HIDALGO, mais allez voter massivement et faites gagner la vraie République !
Paris, le 21 mars 2022, par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Kentanji BROWN JACKSON : une femme noire pour la première fois juge à la Cour suprême des États-Unis ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Kentanji BROWN JACKSON : une femme noire pour la première fois juge à la Cour suprême des États-Unis ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Kentanji BROWN JACKSON : une femme noire pour la première fois juge à la Cour suprême des États-Unis ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Kentanji BROWN JACKSON : une femme noire pour la première fois juge à la Cour suprême des États-Unis ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Kentanji BROWN JACKSON : une femme noire pour la première fois juge à la Cour suprême des États-Unis ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Kentanji BROWN JACKSON : une femme noire pour la première fois juge à la Cour suprême des États-Unis ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Kentanji BROWN JACKSON : une femme noire pour la première fois juge à la Cour suprême des États-Unis ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Kentanji BROWN JACKSON : une femme noire pour la première fois juge à la Cour suprême des États-Unis ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Kentanji BROWN JACKSON : une femme noire pour la première fois juge à la Cour suprême des États-Unis ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Kentanji BROWN JACKSON : une femme noire pour la première fois juge à la Cour suprême des États-Unis ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Kentanji BROWN JACKSON : une femme noire pour la première fois juge à la Cour suprême des États-Unis ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Kentanji BROWN JACKSON : une femme noire pour la première fois juge à la Cour suprême des États-Unis ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Kentanji BROWN JACKSON : une femme noire pour la première fois juge à la Cour suprême des États-Unis ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Kentanji BROWN JACKSON : une femme noire pour la première fois juge à la Cour suprême des États-Unis ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Kentanji BROWN JACKSON : une femme noire pour la première fois juge à la Cour suprême des États-Unis ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Kentanji BROWN JACKSON : une femme noire pour la première fois juge à la Cour suprême des États-Unis ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Kentanji BROWN JACKSON : une femme noire pour la première fois juge à la Cour suprême des États-Unis ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Kentanji BROWN JACKSON : une femme noire pour la première fois juge à la Cour suprême des États-Unis ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Kentanji BROWN JACKSON : une femme noire pour la première fois juge à la Cour suprême des États-Unis ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Kentanji BROWN JACKSON : une femme noire pour la première fois juge à la Cour suprême des États-Unis ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Kentanji BROWN JACKSON : une femme noire pour la première fois juge à la Cour suprême des États-Unis ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Kentanji BROWN JACKSON : une femme noire pour la première fois juge à la Cour suprême des États-Unis ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Kentanji BROWN JACKSON : une femme noire pour la première fois juge à la Cour suprême des États-Unis ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Kentanji BROWN JACKSON : une femme noire pour la première fois juge à la Cour suprême des États-Unis ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Kentanji BROWN JACKSON : une femme noire pour la première fois juge à la Cour suprême des États-Unis ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Kentanji BROWN JACKSON : une femme noire pour la première fois juge à la Cour suprême des États-Unis ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Kentanji BROWN JACKSON : une femme noire pour la première fois juge à la Cour suprême des États-Unis ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Partager cet article
Repost0
19 mars 2022 6 19 /03 /mars /2022 22:38
«Sénégal, bilan de 62 années d'indépendance, «un Grand petit pays» : entre prudence et audace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

Le 4 avril 2022, c'est le 62ème anniversaire de l'indépendance du Sénégal. Un moment de bilan, dans une période faste marquée par un Prix Goncourt, le 3 novembre 2021, celui de Mohamed M’Bougar SARR, une première victoire à la Coupe africaine des Nations le 6 février 2022, mais aussi la qualification à la coupe du monde au Qatar, du 21 novembre au 18 décembre 2022, ainsi que l’inauguration du nouveau train express régional, le 27 décembre 2021, un beau projet de mobilité, respectueux de l’environnement, avec ses 100 000 voyageurs, permettant de désengorger Dakar, la capitale. En février 2022, le président Macky SALL assure la présidence de l’Union africaine. Une exposition sur Pablo PICASSO et l'art africain est organisée,  à Dakar, du 1er avril au 30 juin 2022.

Le 4 avril, la Saint Jour ou la Saint Isidore, est une grande fête à Washington. Je rappelle aussi, pour l'Afrique et ses diasporas, que le 4 avril est une de tragédie sans nom. C'est le 4 avril 1968 que Martin Luther KING, un apôtre de la paix et militant des droits civiques, a été assassiné à Memphis, par James EARL. C'est le 4 avril 1807 que le premier Almamy du Fouta-Toro, après la révolution de 1776, Abdel Kader KANE a été assassiné.

Une réunion du bureau de l'ANEDAS (Association nationale des élus des diasporas subsahariennes) s’est tenue, ce samedi 19 mars 2022, à l'hôtel de ville de Paris. La diaspora, c’est également l’Afrique qui se prolonge hors de son territoire. Aussi, une conférence a été organisée par l'AMECAS (Amicale des étudiants caraïbéens, africains et sympathisants), à la Sorbonne, au 12 Place du Panthéon à Paris, sur le thème : «Quel bilan des 62 années d'indépendance du Sénégal ?».

Le Sénégal, en matière de démocratie, contrairement à ses voisins (Guinée-Bissau, Guinée-Conakry, Mali de Modibo KEITA) a toujours oscillé entre prudence et audace, mais en avançant dans le bon sens.

Les Sénégalais votent depuis 1802, et avaient, pendant la colonisation, un député à l'assemblée nationale. Bien avant cela, et sous la dynastie des Satigui instaurée par Coly Tenguella BA, entre 1512 et 1776, le roi du Fouta-Toro était désigné au suffrage indirect, par le «Diagordo», une assemblée de notables. Sous la Révolution des Torodos instaurée par Thierno Sileymane BAL, de 1776 à 1890, les Almamy, des clercs religieux et gouvernants du Fouta-Toro, étaient révocables, à tout moment, si un enrichissement illicite était constaté. Une charte des droits de l’Homme protégeant les faibles (femmes, enfants, veuves) a été érigée.

La première grande secousse est le 10 mai 1914 avec l'élection du Blaise DIAGNE (1872-1934) à l'assemblée nationale française. De grands intellectuels, comme Lamine SENGHOR (1889-1927) ont fustigé le colonialisme et déploré le sort réservé aux Tirailleurs sénégalais. Ce qui posait, pour la première fois, la question de la citoyenneté pleine et entière et donc l'indépendance. Cheikh Anta DIOP est le premier à avoir osé poser la question de l’indépendance.

Léopold Sédar SENGHOR (1906-2001), premier président du Sénégal de 1960 à 1980, a eu des mérites indéniables. Dans sa prudence, le fondateur de la nation sénégalaise, Homme de culture, SENGHOR, sans indépendance dans la violence, a bâti une solide image d'un Sénégal de tolérance, un pays, stable, sans coup d'Etat militaire, de paix, une démocratie exemplaire en Afrique où il fait bon vivre. Bref, «le Sénégal est un Grand petit pays», en référence au titre de mon 3ème ouvrage paru en décembre 2021.

Arrivé au pouvoir en 1981, par effraction, le président Abdou DIOUF, tout en restant, comme son mentor, un grand défenseur de la Françafrique, s’est  révélé être un grand démocrate, en instaurant un multipartisme illimité et une presse libre, un des socles de la démocratie. Pendant 40 ans, le Sénégal est resté une démocratie sans alternance. Abdou DIOUF, en reconnaissant la victoire de Abdoulaye WADE en 2000, la première grande alternance au Sénégal, a consolidé la démocratie sénégalaise.

Cependant, aux éloges des Socialistes succèdent les critiques. En pleine Guerre froide SENGHOR et son successeur, Abdou DIOUF ont fait du Sénégal d'abord un parti unique de fait. Cela n'a été possible qu'avec la complicité des Mourides qui donneront, par la suite le «Ndigueul», une consigne de vote pour Abdou DIOUF. Les partis politiques peu compatibles, comme le Parti Africain de l'indépendance, ont été interdits. Une répression s'est abattue, en 1962, sur Mamadou DIA (1910-2009) et ses amis et le poste de premier ministre supprimé. Un multipartisme limité et contrôlé sera instauré en 1974. Pendant que SENGHOR parle de culture, comme son successeur Abdou DIOUF, sans aucun projet économique ou agricole d’envergure, c'est 40 années d'indolence. Le Parti socialiste, longtemps sous Mamadou DIA en phase avec le monde paysan, a retrouvé ses vieux démons et s’est fracturé dans une guerre de succession ; ce grand parti, jadis uni et structuré, a entamé maintenant, comme son cousin français, un lent et profond déclin.

Maître Abdoulaye WADE, troisième président du Sénégal de 2000 à 2012, un économiste et un «Pape du Sopi», a commencé, avec son premier ministre Macky SALL, de grands travaux au Sénégal, des infrastructures et le Musée de la Renaissance. Cependant, sous maître Abdoulaye WADE l'argent facile a coulé à flot. Mouride revendiqué, il s'est prosterné devant les marabouts de Touba. Il a désacralisé l'Etat avec de nombreux groupements religieux, comme le sinistre Serigne Béthio THIOUNE (1938-2019), condamné aux travaux forcés pour le meurtre en 2012, de deux de ses disciples. Le projet monarchique et dynastique de maître Abdoulaye WADE, soupçon d’avoir commandité l’assassinat de maître Babacar SEYE, (1915-1993), vice-président du Conseil constitutionnel,  s'est révélé un désastre pour son parti le P.D.S, pour lui et son fils, Karim Meïssa WADE, «Ministre du ciel et de la terre», ayant détourné plus de 6 milliards d'euros.

Le président Macky SALL, quatrième président du Sénégal depuis le 6 avril 2012, né après l'indépendance, un ingénieur agronome, et ayant le sens de l'histoire, est un Pharaon des temps modernes. En moins de 10 ans, la physionomie du Sénégal, longtemps plongé dans un immobilisme depuis 40 ans, a considérablement changé. Le président SENGHOR parlait, jadis, du «Sénégal de l'an 2000», et le président Macky SALL a subitement basculer le pays dans la modernité, dans le 3ème millénaire. Le Sénégal est devenu un pays Emergent. Le président Macky SALL a entrepris diverses réformes de modernisation des institutions du Sénégal, comme le Code électoral et la réforme constitutionnelle du 20 mars 2020, dont la limitation du mandat présidentiel, que l'opposition avait farouchement combattue, maintenant devenue la référence incontournable.

Un constat quasi unanime peut être formulé, plus que jamais le Sénégal est une démocratie apaisée. Il existe, certes, un débat passionné, contradictoire et parfois violent. Aussi bien pour les présidentielles du 24 février 2019, gagnées au 1er tour par le président Macky SALL, que les municipales du 23 janvier 2022, avec des alternances dans des villes déjà détenues par l'opposition, les résultats ont été acceptés par tous. L’opposition, en accord avec elle-même, se croyant déjà victorieuse en 2024, veut caporaliser le débat politique, en imposant son point de vue au président Macky SALL : Pas plus de deux mandats. Oui, mais à partir de quand ?

Tous les juristes, dès la première année de droit, connaissent le principe de non-rétroactivité des lois. Le mandat en cours, lors de la réforme constitutionnelle, n’était donc pas concerné. Je le redis ici, sereinement, calmement, mais fermement, l'opposition défendant les détourneurs, en masse, de deniers publics, les partisans de salons de massage, voire un maire criminel taulard ayant déjà été condamné par la justice pour avoir un homme tué de 17 balles, ne peuvent légalement interdire au président Macky SALL de se présenter aux présidentielles de 2024. Seul le Conseil Constitutionnel peut invalider les candidatures à la présidentielle. Et seul le peuple Sénégalais est souverain ; c'est à lui de démettre ou réélire un président.

«Le Sénégal, un Grand petit pays» en référence au titre de mon ouvrage, est une démocratie solide ; c'est son peuple qui décide, et lui seul. Point d'injonction au chef de l'Etat, ni d'auto-proclamation d'une victoire hypothétique en 2024 alors que la bataille n'a pas eu lieu ! Ce sera programme contre programme. Pour l'instant je n'entends que ce slogan : «ôte toi de là que je m'y mette !». C'est un peu court comme projet alternatif sérieux.

Par conséquent, le Sénégal n'étant pas un gigantesque salon de massage, bien des questions majeures de notre temps devraient trouver, non pas par des incantations puériles, mais des réponses solides et concrètes :

- la place de sa jeunesse ;

- l'agriculture vivrière et un modèle de consommation adapté et sain ;

- Le rapport entre la ville et la campagne ;

- la défense de l'environnement devant la désertification les énergies renouvelables comme le solaire, la terre et l'eau ;

- le début d’industrialisation ;

- la place de la religion et de l'argent ;

- Le panafricanisme et la souveraineté sur les matières premières.

Pour l’instant, certains charlatans de la politique sont encore dans les lamentations puériles contre le colonialisme, le néocolonialisme et la Françafrique, dont d’ailleurs n’en veut en Afrique. Nous sommes tous d’accord pour un Sénégal souverain, panafricain, prospère, uni et harmonieux. Ce diagnostic, connu de tous, est largement partagé entre l’opposition et la majorité. La question fondamentale reste, une fois l’avoir dit comment on faire pour bouger les lignes ?

Force est de constater 62 ans après les indépendances, c’est l’impuissance qui domine. «Qu’est-ce qui cloche ?» s’interrogeait l’artiste Manu DIBANGO (1933-2020). Il faut construire, au lieu de démolir. Tel est son message contre la servitude et l’esclavage. Le Sénégal dans son histoire a rejeté les ruptures brutales ; ce sont des avancées lentes, prudentes, marquées parfois des audaces. «Peu importe qu'un chat soit noir ou blanc, s'il attrape la souris, c'est un bon chat» disait en 1962, DENG Xia Ping (1904-1997). L’une des contributions majeures du président Macky SALL, un admirateur de Charles GAULLE (1890-1970), un nationaliste, Léopold SENGHOR, un artiste de la politique et MAO Zedong (1893-1977), un pragmatique, sans rompre avec l’ancien colonisateur, est d’avoir diversifié les relations internationales du Sénégal (Chine, Turquie, Maroc), brisant ainsi cette logique du pré-carré français, celle de Léopold SENGHOR et Abdou DIOUF.

Références bibliographiques

BORREL (Thomas), AMZAT (Boukari-Yabara), COLOMBAT (Benoît), DELTOMBE (Benoît), L’empire qui ne veut pas mourir : une histoire de la Françafrique, Paris, Seuil, 2021, 1008 pages ;

BA (Amadou, Bal), Le Sénégal, un Grand petit pays, Paris, éditions Arsinoé, 2021, 620 pages.

Paris, le 19 mars 2022, par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

 
«Sénégal, bilan de 62 années d'indépendance, «un Grand petit pays» : entre prudence et audace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sénégal, bilan de 62 années d'indépendance, «un Grand petit pays» : entre prudence et audace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sénégal, bilan de 62 années d'indépendance, «un Grand petit pays» : entre prudence et audace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sénégal, bilan de 62 années d'indépendance, «un Grand petit pays» : entre prudence et audace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sénégal, bilan de 62 années d'indépendance, «un Grand petit pays» : entre prudence et audace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sénégal, bilan de 62 années d'indépendance, «un Grand petit pays» : entre prudence et audace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sénégal, bilan de 62 années d'indépendance, «un Grand petit pays» : entre prudence et audace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sénégal, bilan de 62 années d'indépendance, «un Grand petit pays» : entre prudence et audace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sénégal, bilan de 62 années d'indépendance, «un Grand petit pays» : entre prudence et audace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sénégal, bilan de 62 années d'indépendance, «un Grand petit pays» : entre prudence et audace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sénégal, bilan de 62 années d'indépendance, «un Grand petit pays» : entre prudence et audace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sénégal, bilan de 62 années d'indépendance, «un Grand petit pays» : entre prudence et audace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sénégal, bilan de 62 années d'indépendance, «un Grand petit pays» : entre prudence et audace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sénégal, bilan de 62 années d'indépendance, «un Grand petit pays» : entre prudence et audace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sénégal, bilan de 62 années d'indépendance, «un Grand petit pays» : entre prudence et audace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sénégal, bilan de 62 années d'indépendance, «un Grand petit pays» : entre prudence et audace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sénégal, bilan de 62 années d'indépendance, «un Grand petit pays» : entre prudence et audace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sénégal, bilan de 62 années d'indépendance, «un Grand petit pays» : entre prudence et audace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sénégal, bilan de 62 années d'indépendance, «un Grand petit pays» : entre prudence et audace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sénégal, bilan de 62 années d'indépendance, «un Grand petit pays» : entre prudence et audace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sénégal, bilan de 62 années d'indépendance, «un Grand petit pays» : entre prudence et audace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sénégal, bilan de 62 années d'indépendance, «un Grand petit pays» : entre prudence et audace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sénégal, bilan de 62 années d'indépendance, «un Grand petit pays» : entre prudence et audace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sénégal, bilan de 62 années d'indépendance, «un Grand petit pays» : entre prudence et audace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sénégal, bilan de 62 années d'indépendance, «un Grand petit pays» : entre prudence et audace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sénégal, bilan de 62 années d'indépendance, «un Grand petit pays» : entre prudence et audace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sénégal, bilan de 62 années d'indépendance, «un Grand petit pays» : entre prudence et audace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sénégal, bilan de 62 années d'indépendance, «un Grand petit pays» : entre prudence et audace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sénégal, bilan de 62 années d'indépendance, «un Grand petit pays» : entre prudence et audace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sénégal, bilan de 62 années d'indépendance, «un Grand petit pays» : entre prudence et audace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sénégal, bilan de 62 années d'indépendance, «un Grand petit pays» : entre prudence et audace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sénégal, bilan de 62 années d'indépendance, «un Grand petit pays» : entre prudence et audace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sénégal, bilan de 62 années d'indépendance, «un Grand petit pays» : entre prudence et audace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sénégal, bilan de 62 années d'indépendance, «un Grand petit pays» : entre prudence et audace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sénégal, bilan de 62 années d'indépendance, «un Grand petit pays» : entre prudence et audace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sénégal, bilan de 62 années d'indépendance, «un Grand petit pays» : entre prudence et audace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sénégal, bilan de 62 années d'indépendance, «un Grand petit pays» : entre prudence et audace» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Partager cet article
Repost0
16 mars 2022 3 16 /03 /mars /2022 22:27
Partager cet article
Repost0

Liens