Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de BA Amadou Bal, Paris 19ème ISSN 2555-3003 (BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE France B.N.F GALLICA. Http://baamadou.overblog.fr/
  • : Ce blog personnel de M. Amadou Bal BA est destiné à l'échange en politique, littérature, histoire, faits de société et le bien-vivre ensemble. Google News BIBLIOTHEQUE NATIONALE DE FRANCE ISSN 2555-3003 BNF GALLICA. Http://baamadou.overblog.fr/
  • Contact

Recherche

21 avril 2012 6 21 /04 /avril /2012 10:37

Présidentielles française : la belle rencontre entre François HOLLANDE et la diversité dans le 19ème arrdt, pour une République de l'égalité.

Le samedi 10 mars 2012, François HOLLANDE a rencontré les ultramarins, dans le 19ème arrondissement précurseur et symbole de la diversité qui compte trois Noirs adjoints au Maire. Cette rencontre appelle d'autres mobilisations, dont celle spécifique de la communauté africaine, pour dire à François HOLLANDE que dans cette lutte pour l'égalité et la fraternité, le candidat socialiste représente un immense espoir pour que cela change maintenant (droit de vote aux élections locales, régularisation des clandestins, accès à la nationalité, fin de la France-Afrique, etc).

Il n'y a pas d'amour sans preuve d'amour. Après cette réunion François HOLLANDE est descendu dans l'arène ; là où certains dirigeants seraient enfui, François HOLLANDE a accepté de discuter avec chacun, dans une bousculade indescriptible, de poser pour les photos souvenirs, d'exprimer les mots qui réconfortent. Il a pris le temps de nous dire qu'il était là pour nous. Cette sincérité et cette proximité nous ont beaucoup touchés.
François HOLLANDE a su dire les mots justes qui vont droit au coeur : dans la République, il n'y a pas de place pour le mot "race", il n'y a que la race humaine, et il s'est engagé à supprimer le mot race de la Constitution.
Mieux, François HOLLANDE a exposé sa conception de la continuité du territoire et de que cela implique en termes de lutte contre toutes les discriminations (tarif du transport aérien et des communications téléphoniques entre la métropole et l'Outre-mer, subventions, prix des denrées de 1ère nécessité, maison des ultramarins en France, etc.). Il a pris non seulement d'écouter, mais aussi d'entendre les doléances légitimes des ultramarins.

On sait que l'homme du Fouquet's, lui n'aime pas ce qu'il ne comprend ; il a décidé de nous stigmatiser, de nous traiter de "racaille", de ramener la question de la diversité, à un cas d'immigration et d'insécurité.

Le 22 avril 2012 mobilisons nous pour votre massivement pour François HOLLANDE : "le changement c'est maintenant".

Partager cet article
Repost0
21 avril 2012 6 21 /04 /avril /2012 10:33

Les enjeux de l'alternance au Sénégal :une démocratie apaisée orientée vers le progrès et la justice.


Les derniers résultats montrent une victoire nette et sans bavure de M. Macky SALL qui a écrasé maître Abdoulaye WADE par 67% contre 33%. Ce qui signifie que lors de ce deuxième tour, la forte mobilisation des 12 partis de l'opposition ont fait reculer les Libéraux qui étaient arrivés en tête lors du 1er tour (37%). Le peuple sénégalais, dans une grande sérénité et la paix, alors que le 1er tour était électrique (15 morts et 538 blessés pour la démocratie qu'il ne faut pas oublier) a administré la preuve que la démocratie est n'est pas un luxe dans un pays sous-developpé ; tout au contraire c'est un atout pour la bonne gouvernance.

Cette victoire consolide la démocratie et la Nation sénégalaise qui ont été édifiées par un Président socialiste, Léopold Sédar SENGHOR. Les deux premiers présidents (SENGHOR et DIOUF) étaient Sérére, le troisième président un Ouolof (WADE) et le quatrième président (Macky SALL) un Hal Pulaar, (Toucouleur). Certains avaient agité l'épouvantail ethnique, mais finalement les Sénégalais ne se déterminent pas dans le choix politiques en fonction de critères raciaux ou ethniques ; ils ne regardent que l'intérêt du pays. Le Sénégal, et c'est un acquis de l'héritage des Socialistes, est une démocratie apaisée orientée vers le progrès et la justice.

Cette alternance est un échec de l'affairisme de certains chefs religieux (marabouts) qui avaient donné des consignes de vote pour Abdoulaye WADE. Là aussi, il faut rendre hommage à l'héritage des Socialistes qui ont fait entré dans le patrimoine du Sénégal la démocratie et la laïcité ; les Sénégalais sont à 95% musulmans, mais ils ont choisi la tolérance et le vivre ensemble dans le respect mutuel.

Quels sont les enjeux majeurs de cette alternance ?
A mon sens en tant que militant socialiste, quelle sera la place des partis de l'opposition dans le gouvernement de Macky SALL et dans les législatives de juin 2012 à venir, en vue de faire respecter les engagements issus des Assises nationales ?

Nous avons besoin de rationaliser, sans les brider, les différents courants politiques ; 151 partis c'est pléthoriques ; cela pollue les choix politiques. Là aussi, avec l'échec des candidats de la société civile, le choix des Sénégalais indique bien trois grandes familles

- la famille libérale, de droite, le PDS de Abdoulaye WADE

- la famille socialiste (Le Parti Socialiste et le parti de NIASSE)

- le Centre, maintenant représenté par le Président Macky SALL.

On sait que M. SALL avait obtenu 26% au 1er tour, et que sans le soutien, sans faille de l'opposition, il n'aurait pas pu battre Abdoulaye WADE un politique expérimenté. La famille politique socialiste qui s'est présentée divisée à ce scrutin a échoué, lamentablement, lors de scrutin. Que faire ?
Il faut soutenir Macky SALL pour continuer à rénover et consolider les acquis démocratiques, respectons le verdict des urnes ; car rien n'est acquis définitivement. Et en même, nous avons besoin d'une famille socialiste réunifiée et forte, qui indique le chemin du progrès. En effet, ce sont les Socialistes qui ont engagé le Sénégal dans une indépendance pacifique, la construction d'un Etat d'une Nation et l'édification d'une démocratie pluraliste dans un pays sous développé.

Paris mars 2012.

Partager cet article
Repost0
21 avril 2012 6 21 /04 /avril /2012 10:30

Quel sort devons-nous réserver aux régimes militaires et autoritaires ?

L'actualité au Mali montre que nous avons tendance, comme tout au début de l'indépendance de l'Afrique, d'adopter un profil bas, la lâcheté. En 1960, alors que les gouvernements étaient civils, l'Organisation de l'Unité Africaine a accepté le fait accompli. Le premier coup d'état marquant a été l'assassinat, au Togo, de Sylvanus OLYMPIO par EYADEMA, le 13 janvier 1963. En 49 ans, le continent noir a connu 81 coups d'état. Certes, le multipartisme a progressé et les coups d'état sont devenus rares, mais que faire ?

Tous ceux qui se battent pour la démocratie et la République doivent refuser cette forme de gouvernement qui a fait régresser l'Afrique. Si la solution réside en Afrique, la solidarité internationale est d'un poids considérable. Les Etats africains qui ont choisi la voie de la démocratie doivent refuser de reconnaître les gouvernements issus de la force. Les Occidentaux seraient inspirés de savoir que ces gouvernements dictatoriaux c'est l'accroissement de l'immigration et du nombre des réfugiés.

François MITTERRAND avait annoncé une "prime à la démocratie", et M. François HOLLANDE s'est engagé pour la fin de la "France Afrique".
En revanche, M. SARKOZY avait invité le Président syrien au défilé du 14 juillet et M. KHADAFI avait planté sa tente dans la cour de l'Elysée.

Luttons ensemble, pour la démocratie et la République, car le changement c'est maintenant.

Paris avril 2012.

Partager cet article
Repost0
21 avril 2012 6 21 /04 /avril /2012 10:27


Etaient notamment présents :


- Nicéphore SOGLO, ancien président du Bénin, maire de Cotonou

- Mme Christiane TAUBIRA, députée de la Guyane ;

- M. Jean-Marc AYRAULT, député, président de Nantes métropole ;

- M. Jacques AUXIETTE, président du conseil régional des pays de la Loire

- M. Philippe GROSVALET, président du conseil général de Loire-Atlantique

- M. Lilian THURAM, sportif ;

- M. Octave CESTOR, conseiller de la ville de Nantes ;

- M Louis Mohamed SEYE, adjoint au Maire de Fontenay sous Bois, membre du mouvement Equité qui milite pour la diversité au sein du PS, accompagné d’une importante délégation d’élus noirs venus de différentes régions de la France.

Le 25 mars 2012 la ville de Nantes, premier port négrier de France, a érigé un mémorial de l’abolition de l’esclavage sur les bords de la Loire. On sait que l’esclavage avant d’être aboli en 1848, avait entraîné plus de 200 millions de morts. La loi du 21 mai 2001, dite loi Christiane TAUBIRA, votée sous le gouvernement JOSPIN, considère l’esclavage comme crime contre l’humanité.

Ce projet de mémorial (1998 – 2012) qui est à l’initiative de Octave CESTOR a suscité des débats passionné et houleux, mais a fini par aboutir. La ville de Nantes a eu le courage d’affronter, lucidement, son passé en se tournant vers un avenir fondé sur l’égalité, la tolérance. «Rien au monde ne peut empêcher l’homme de se sentir né pour la liberté. Jamais, quoi qu’il advienne, il ne peut accepter la servitude ; car il pense», avait dit un jour, Simone WEIL.

Nous avons toujours revendiqué l’égalité dans la différence. Mais dès qu’on parle de «mémoire» la droite bondit et nous balance à la figure : «concurrence ou surenchère des mémoires», «communautarisme».

Comment donc militer en faveur de l’égalité pour les exclus ? faut-il développer « la conscience noire» en France ?

Dans le cadre de la République, nous les Noirs de France, nous revendiquons, pleinement notre qualité de citoyens, avec les droits et les devoirs qui s’y attachent. Mais nous revendiquons également l’égalité, l’égalité réelle qui implique la reconnaissance des crimes et des graves injustices dont nous avons été l’objet. Reconnaître nos souffrances, c’est une démarche d’apaisement en vue d’un vivre ensemble apaisé, dans le respect et la compréhension mutuels.

M. SARKOZY a soutenu que «l’homme africain n’est pas entré dans l’histoire». François HOLLANDE propose de supprimer le mot « race » dans la Constitution du 4 octobre 1958. En effet, le mot race n’existe pas ; il n’y a qu’une seule race, la race humaine.

Une belle journée ensoleillée à Nantes et une manifestation très réussie. Il faut regretter cependant que notre délégation n’a été reçue ni en mairie, ni conviée au dîner de commémoration du samedi 24 mars 2012. Par ailleurs, Octave CESTOR qui s’est battu pendant 14 ans pour ce mémorial, qui n’a que la qualité de conseiller municipal, a été à peine cité dans le discours du maire de Nantes.

Partager cet article
Repost0
21 avril 2012 6 21 /04 /avril /2012 10:24

Promouvoir le "Le Lean Management" en vue d'optimiser nos ressources pour mieux distribuer la richesse.


Le 28 mars 2012, l’I.N.E.T a organisé, au CNFPT à Pantin, une rencontre des cadres dirigeants territoriaux sur le Lean Management que je voudrais vous faire partager.
Le «Lean» signifie littéralement «le maigre», le «sans gras», «le sans gaspillage» ou toute gestion allégée, le bon changement, une amélioration continue et douce (Kaizen) par opposition au changement brutal. C’est une technique de management venue du Japon, qui vise à lutter contre l’offre excédentaire et à promouvoir la qualité. C’est une recherche de la performance, une approche continue de l’efficacité, de la qualité et de la qualité, avec une démarche participative.

Le Lean management est à rapprocher la méthode américaine du «Just on time», ou du flux tendu. Bref, comment faire mieux avec peu de moyens ?

Deux axes majeurs dans la conduite du Lean Management :

- La recherche de la valeur ajoutée ou « Values Tream Mapping»,

- La standardisation ou les tâches sans gâchis.

L’administration regorge de procédures répétitives qui surchargent inutilement les agents, sans aucune valeur ajoutée. Exemple de Lean Management, les policiers municipaux quand ils changent d’employeurs sont obligés de renouveler leur agrément et leur assermentation. Désormais, l’agrément reste valable dans le même département, mais on est obligé de solliciter une nouvelle assermentation devant le tribunal d’instance.
Un des grands gâchis concerne la mobilisation des jeunes policiers à des fonctions administratives, au lieu d'être mobilisés sur la voie publique. La police nationale refuse de recruter suffisamment des corps administratifs, pour faire à sa bureaucratie.
Le droit de l'urbanisme est si compliqué, que parfois des opérations immobilières, et en dépit de la crise du logement peuvent prendre entre 5 et 15 ans.
La sécurité sociale a dématérialisé la carte vitale ; ce qui est progrès considérable vers le zéro papier et la défense de l'environnement. Toutefois, les cartes actuelles ne comportent pas la photo de l'assurée avec des risques de fraudes considérables; Par ailleurs, l'

administration de la sécurité sociale reste largement archaïque et n'est pas suffisamment dotée de scan to email, et fonctionne encore la télécopie. Le numéro de sécurité sociale qui aurait servir de base de recoupement de certaines données, en vue de lutte contre certaines fraudes, reste cantonné à des données primaires.
En définitive, le Lean Management, c’est le travail sur de l’humain en vue de diminuer les pertes et gaspillages, et améliorer ainsi la qualité du service ; cette méthode requiert du doigté, du courage et la maitrise de la méthode de conduite du changement.
Partager cet article
Repost0
20 avril 2012 5 20 /04 /avril /2012 20:17

Le gouvernement de M. Macky SALL composé de 25 membres, dont trois Ministres socialistes, suscite un débat passionné. Certains se placent déjà, de façon très prématurée, dans la perspective du bilan, alors que l’équipe gouvernementale n’a pas encore commencé de travailler. On doit juger un gouvernement à ses actes, et non pas par rapport à des supputations stériles. Tous les républicains et démocrates avaient un objectif majeur : faire partir maître Abdoulaye WADE ; c’est fait et de manière remarquable. Le Sénégal est resté une démocratie exemplaire dont on est fier ; l’Homme africain est entré dans l’Histoire depuis longtemps n’en déplaise à M. SARKOZY. Le débat fait rage au sein des militants socialistes ; mais les propos, parfois amers et ressentiments, ne sont pas imputables au nouveau gouvernement, et ne sont que l’expression de notre cuisante défaite aux présidentielles du 25 mars 2012. Il faudra faire un bilan lucide de cet échec du PS et en tirer les conclusions pour l’avenir. Pour l’instant certains points me paraissent fondamentaux :

 

1 - L’enjeu des législatives du 1er juillet 2012

 

Certains militants ou spectateurs appellent le Parti socialiste à présenter, seul, ses candidatures aux législatives. Ce serait contreproductif et illogique puisque le gouvernement de M. SALL inclut des ministres socialistes. Si le PS présente ses candidats sous la bannière de la coalition gouvernementale sur quelle base de représentativité : les résultats du 1er ou 2ème tour des présidentielles ? Ou sur une base négociée ?

 

Il me semble que la base négociée, qui tienne compte des rapports de force, les élections étant incontestables, me paraît souhaitable afin de fermer, définitivement, la parenthèse du Wadisme. M. WADE est parti, mais reste le chef du PDS ; il faut terminer le travail et orienter le gouvernement plus encore à gauche.

 

2 - les biens mal acquis doivent être restitués à l'Etat

 

Les Sénégalais ont été très choqués d’apprendre que M. WADE et ses Ministres ont dépouillé les palais de la République de leurs véhicules, meubles et toiles de maître. M. WADE a emporté également tous les cadeaux qu’il avait reçus en qualité de chef de l’Etat. Il appartiendra à l’audit en cours de déterminer l’étendue du préjudice subi par l’Etat du Sénégal et la restitution éventuelle des biens mal acquis. Dans une démocratie apaisée, je suis très hostile à toute chasse aux sorcières ; cependant, les abus manifestes doivent être sévèrement sanctionnés ; sinon notre démocratie, dans son rapport avec l’argent et la corruption, serait largement imparfaite et ce serait un mauvais présage pour l’avenir. Nous devons rétablir un certain nombre de valeurs, comme la probité et l’intégrité/ La politique ne peut rester une valeur noble que si on est au service des citoyens et qu’on refuse de se servir.

 

3 - La place du religieux dans la sphère publique

 

La visite du président Macky SALL aux chefs religieux avait inquiété ; certains y ont vu une soumission du politique au religieux, d’autres un acte de consolidation de la Nation, la majorité des chefs religieux a adopté une attitude responsable lors du dernier scrutin. Tous les républicains et démocrates doivent rester vigilants sur les financements occultes des chefs religieux et réaffirmer que la laïcité est l’un des socles essentiel de la démocratie, à savoir, notamment que le religieux doit se cantonner dans la sphère privée.

 

4 - L’application des conclusions des Assises nationales

 

M. Macky SALL avait hésité à signer les conclusions des Assises nationales, mais il a fini par le faire ; c’est le résultat qui compte. Les républicains et les démocrates doivent se battre pour leur application intégrale ; ces conclusions sont au centre des changements et de la rupture par rapport à l’Ancien régime.

 

5 - Le choix des hommes dans la haute administration

 

Pas de changement véritable, sans un renouvellement de certains hommes. Le choix des hommes est l’une tache les plus ardue. François MITTERRAND a indiqué qu’en 1981, cette mission avait pris 6 mois. Nous ne sommes pas favorables au «Spoil System» américain qui consiste à congédier tous les membres de l’ancienne équipe ; ce n’est pas notre tradition. Les critères de compétence, de loyauté et d’intégrité me paraissent essentiels dans le choix des agents de la haute administration.

 

6 - Les relations avec la France

 

La visite de M. Macky SALL en France du 17 au 18 avril 2012 a suscité des avis contrastés dans le Net. Certains ont jugé très hâtivement et sévèrement la signature de l’accord de défense, sans vraiment connaître son contenu qui est la réduction des effectifs des militaires français établis au Sénégal (passage de 12 00 à 300). Quant à nous qui résidons en France nous sommes attachés à certains points (dénonciation du traité de rapatriement des illégaux ; modification de la convention de sécurité sociale pour une amélioration de la retraite, et de la prise en charge de la sécurité sociale française pendant un séjour au Sénégal ; fin de la France Afrique ; co-développement).

 

7 - La place du Parti socialiste dans le jeu politique : pour une grande force sociale démocrate.

 

Compte tenu des résultats du PS aux présidentielles (5 grands partis politiques dominent la vie politique sur 151 partis), il serait souhaitable de s’orienter vers l’édification d’un grand parti social démocrate au Sénégal avec un retour de M. Moustapha NIASSE à la Grande maison. Nous avons besoin de cette force pour continuer de nous battre pour les valeurs de la République et pour un vrai changement.

 

M. BA Amadou – PARIS 19ème.

Partager cet article
Repost0
18 avril 2012 3 18 /04 /avril /2012 18:23

Les Sénégalais ont été choqués d'apprendre que maître WADE qui a été battu lors des élections de mars 2012, ainsi que ses ministres ont dépouillés les palais de la République de tous leurs meubles et toiles de valeur ; les véhicules administratifs ainsi que les cadeaux donnés en fait au chef de l'Etat, et non pas à la personne de WADE ont été détournés.

 

Par ailleurs, il circule sur le Net une liste de biens (mal acquis ?) de maître WADE, président du Sénégal (19 avril 2000 au 25 mars 2012). Si ces révélations, sur cette fortune colossale de maître WADE, étaient exactes, ce serait un grand scandale compte tenu du niveau de pauvreté du Sénégal.  En  effet, sous le régime des libéraux, les prix de denrées de première nécessité ont explosé de 250% ; certaines personnes vivent avec moins de 1 €uro par semaine.


S’il est vrai que maître WADE avait une maison au point E, à Dakar, et à Versailles, avant de devenir président du Sénégal, en revanche, les autres biens, qui sont listés de façon précise, seraient acquis dans une période particulièrement suspecte.


Avant, le deuxième tour des élections présidentielles fixé au 25 mars 2012, maître WADE doit aux Sénégalais des explications, très convaincantes, sur l’origine de ses biens.


Le deuxième tour de l’élection présidentielle, après la contestation sérieuse de la candidature de maître WADE, et ces révélations sur la fortune du chef de l’Etat, a changé radicalement de nature : c’est un référendum pour la moralisation de la vie publique.


Tous les Républicains ne manqueront pas de sanctionner, très sévèrement, le régime de maître WADE. Cependant, au-delà du changement de régime et de l’alternance qui se dessinent le 25 mars 2012, les Sénégalais sont en droit d’exiger, de toute la classe politique, de mettre en place une vraie moralisation de la vie politique, en posant un minimum de règles :


-         une déclaration de patrimoine à la prise de fonction et à la cessation de fonctions, aussi bien pour le chef de l’Etat, les Ministres, les grands dirigeants de sociétés nationales ; les hauts fonctionnaires et pour tout agent public qui gère des deniers publics dépassant un certain montant ;


-         un financement des partis politiques (plus de 5% d’électeurs), dont le nombre doit être rationalisé,


-         une peine complémentaire, obligatoire de 10 ans d’inéligibilité, pour les personnes condamnées de corruption active ou passive ;


-         la sanction très sévère de toute prise illégale d’intérêts (associer ses enfants, sa femme ou ses parents proches à la gestion des deniers publics ou conclure des contrats avec eux)


-         un respect strict des règles sur les marchés publics et l’achat public.


-         Les biens mal acquis doivent être restitués à l’Etat ; on sait que tous les anciens Ministres de maître WADE depuis 2000 ont souvent été nommés «Ministres Conseillers», mais ce sont souvent des emplois fictifs.

Voici en 2008 – la liste des biens de Abdoulaye WADE, président du Sénégal

• Propriétés au Sénégal 

  

1° - Une Villa au Point E, agrandie par le rachat de la villa voisine. Valeur estimée après transformation toujours en cours : 1 milliard 

2° - Un terrain de 5000 m2 à Yoff Layenne. Valeur estimée : 750 millions 

3° - Quatre terrains de 10.000 m2 aux Almadies. Valeur estimée : 8 milliards 

4° - 60 terrains de 500 m2 sur la VDN à hauteur de la Cité Gorgui. Valeur estimée : 6 milliards 

6° - 5 Immeubles de 6 étages contenant 4 appartements par étage. Valeur estimée : 7 milliards 

7° - 10 terrains de 200 m2 dans le domaine du Cices. Valeur estimée : 400 millions 

8° - 30 Hectares de terrain dans aux alentours de l'aéroport. Valeur estimée 60 milliards 

9° - Un terrain bientôt rasé de 3 hectares dans Dakar Centre Ville. Valeur estimée : 30 milliards 

10° - Un immeuble de 10 étages à la Rue Docteur Theze. Valeur estimée : 2 milliards 

11° - Une cité de 20 villas sur la Corniche , à hauteur de la villa de l'ex président Senghor. Valeur estimée 10 milliards 

12° - Un terrain de 10.000 m2 au niveau du Stade LSS. Valeur estimée :1.750.000.000 f

13° - Un terrain de 100 hectares à Touba

14° - Un terrain de 150 hectares aux environs de Tivaouane

15° - Une propriété de 10 hectares à Popenguine

16° - Une cité de 100 maisons à louer à Kebemer

17° - 60 maisons achetées du Plan Jaxaay (Indemnisation des sinistrés)

 18° - Des vergers et champs cultivés d'à peu près 5000 hectares répartis dans différentesrégions du Sénégal

 

• Propriétés à l'étranger

 

Une propriété à Versailles, en copropriété avec mon épouse,réfectionnée et étendue. Valeur estimée : 4 milliards

Un immeuble de 4 étages à Paris XVIème. Valeur estimée : 8 milliards

Une propriété à Montpellier

Une propriété à Bordeaux - Une villa sur la Côte d'Azur

Une villa à Orléans

Une maison de maître à Lilles -

Une propriété dans le Michigan

Une propriété à New Orléans

Une propriété dans le Wisconsin

-Un immeuble de 3 étages à New Jersey

22° - Un hôtel de 90 chambres à Casablanca

- Un hôtel 60 chambres à Marrakech

- Un hôtel de 48 chambres à Paris XIVème

- un hôtel 50 chambres en Suisse

 

 ACTIONS

 

23° - Des actions dans les structures suivantes, soit directement ou indirectement :

- AIBD (20 % des actions totales)

- DAPORT Sénégal (30 % des

actions)

- BEN LADEN Sénégal (20 % des actions)

- Dakar Dem Dikk (80 % des actions totales)

- SATTAR ( 30 % des actions)

- OIL Libya (30 % des actions)

- ZAM ZAM (20 % des actions)

- Jafza Sénégal (10 % des actions)

- Veolia Sénégal (10 % des actions)

- GECOM Industries (20 % des actions)

- IRIS Sénégal ( 20 % des actions)

- Expresso Sénégal (15 % des actions)

- DELARUE Sénégal (5 % des actions)

- MEDIATIQUE Afrique (10 % des actions)

- AFRICA SALT (10 % des actions)

- DP World Sénégal (10 % des actions)

- HENAN Chine Sénégal (10 % des actions)

- OFFNOR Shipping Sénégal (20 % des actions)

- SERPM (Société d'Etude et de Réalisations des Phosphates de Matam, 25 % des actions)

- Cabinet CICE (30 % des actions) -

Divers comptes en banque, soit à son nom ou au nom de Abdullah Wad, ou au nom de Aboula Tzipi Wade ou au nom de Abadalaye Fabien Wade :

 

• BANQUES

 

  •        4 comptes bancaires à Dubaï contenant respectivement :

- Commercial Bank Of Dubaï => 32,5 millions de dollars

- CityBank => 26,3 millions de dollars

- Emirate Bank => 16,1 millions de dollars

- Standard Chartered Bank => 10,9 millions de dollars

 

  • 2 comptes bancaires à Chypres : Bank of Cyprus => 22 millions de dollars ;Hellenic Bank => 14 millions de dollars

-4 comptes bancaires en France contenant respectivement : - Société Générale => 17,6 millions d'euros

- BNP Paribas => 14,3 millions d'euros - Ex-Credit Lyonnais => 8,2 millions d'euros

- HSBC Paris => 3,2 millions d'euros

-2 comptes bancaires aux USA :

- Bank of America => 6,2 millions de dollars

- HSBC => 2,8 millions de dollars

2 comptes bancaires en Suisse :

- Banque Migros => 43 millions CHF

- Banque Coop => 65,2 millions CHF 25°

- Un parti politique dont il est le seul actionnaire à 100 %.

• Le patrimoine mobilier et immobilier du parti
est en copropriété avec son fils Karim

Karim Ada : 500 voitures Pickup,

150 voitures 4x4,

35 voitures 8x8,

1 avion 20 places,

1 Péniche,

1 Yacht stationné à Nice,

1 permanence neuve construite sur un terrain de 5000 m2

 

Partager cet article
Repost0
18 avril 2012 3 18 /04 /avril /2012 18:18

Les derniers résultats montrent une victoire nette et sans bavure de M. Macky SALL qui a écrasé maître Abdoulaye WADE par 67% contre 33%. Ce qui signifie que lors de ce deuxième tour, la forte mobilisation des 12 partis de l'opposition ont fait reculer les Libéraux qui étaient arrivés en tête lors du 1er tour (37%). Le peuple sénégalais, dans une grande sérénité et la paix, alors que le 1er tour était électrique (15 morts et 538 blessés pour la démocratie qu'il ne faut pas oublier) a administré la preuve que la démocratie est n'est pas un luxe dans un pays sous-developpé ; tout au contraire c'est un atout pour la bonne gouvernance.


Cette victoire consolide la démocratie et la Nation sénégalaise qui ont été édifiées par un Président socialiste, Léopold Sédar SENGHOR. Les deux premiers présidents (SENGHOR et DIOUF) étaient Sérére, le troisième président un Ouolof (WADE) et le quatrième président (Macky SALL) un Hal Pulaar, (Toucouleur). Certains avaient agité l'épouvantail ethnique, mais finalement les Sénégalais ne se déterminent pas dans le choix politiques en fonction de critères raciaux ou ethniques ; ils ne regardent que l'intérêt du pays. Le Sénégal, et c'est un acquis de l'héritage des Socialistes, est une démocratie apaisée orientée vers le progrès et la justice.


Cette alternance est un échec de l'affairisme de certains chefs religieux (marabouts) qui avaient donné des consignes de vote pour Abdoulaye WADE. Là aussi, il faut rendre hommage à l'héritage des Socialistes qui ont fait entré dans le patrimoine  du Sénégal la démocratie et la laïcité ; les Sénégalais sont à 95% musulmans, mais ils ont choisi la tolérance et le vivre ensemble dans le respect mutuel.

 

Quels sont les enjeux majeurs de cette alternance ?

 

A mon sens en tant que militant socialiste, quelle sera la place des partis de l'opposition dans le gouvernement de Macky SALL et dans les législatives de juillet 2012 à venir, en vue de faire respecter les engagements issus des Assises nationales ?


Nous avons besoin de rationaliser, sans les brider, les différents courants politiques ; 151 partis c'est pléthoriques ; cela pollue les choix politiques. Là aussi, avec l'échec des candidats de la société civile, le choix des Sénégalais indique bien trois grandes familles


- la famille libérale, de droite, le PDS de Abdoulaye WADE


- la famille socialiste (Le Parti Socialiste et le parti de NIASSE)


- le Centre, maintenant représenté par le Président Macky SALL

.

On sait que M. SALL avait obtenu 26% au 1er tour, et que sans le soutien, sans faille de l'opposition, il n'aurait pas pu battre Abdoulaye WADE un politique expérimenté. La famille politique socialiste qui s'est présentée divisée à ce scrutin a échoué, lamentablement, lors de scrutin. Que faire ?


Il faut soutenir Macky SALL pour continuer à rénover et consolider les acquis démocratiques, respectons le verdict des urnes ; car rien n'est acquis définitivement. Et en même, nous avons besoin d'une famille socialiste réunifiée et forte, qui indique le chemin du progrès. En effet, ce sont les Socialistes qui ont engagé le Sénégal dans une indépendance pacifique, la construction d'un Etat d'une Nation et l'édification d'une démocratie pluraliste dans un pays sous développé.

 

Paris le 18 avril 2012.

Partager cet article
Repost0
18 avril 2012 3 18 /04 /avril /2012 18:15

« A chaque fois que je vois l’injustice et l’intolérance avancer, je pense que c’est la République qui recule», François MITTERRAND.

 

«Je n’ai jamais séparé la République des idées de justice sociale, sans lesquelles, elles ne sont qu’un vain mot», Jean JAURES.

 

A mes potes qui ont la tentation de s’abstenir ; la droite et la gauche ce n’est pas la même chose. Mes chers amis ne vous trompez pas : M. SARKOZY est un adversaire de la République citoyenne et métissée. Le candidat sortant on l'a vu à l'oeuvre pendant ces 10 dernières années par les outrances, la stigmatisation et surtout le refus de reconnaître l'autre dans son authenticité et sa dignité. A nos amis musulmans qui doutent, M. SARKOZY quand il fait référence à cette communauté, c’est toujours en termes négatifs (débat sur le Hallal, aux prières dans les rues, aux moutons égorgés dans les baignoires, délinquances et attentats, etc.). Pour M. SARKOZY être musulman, c'est une marque d'infamie. N'est ce pas le Président sortant et son Ministre de l'Intérieur qui ont ramené ce débat présidentiel au niveau du caniveau en invoquant le Halal, les prières dans la rue et en insinuant, à travers les thèmes d'insécurité et d'immigration, que derrière chaque étranger se cacherait potentiellement un délinquant, un dangereux terroriste ?

 

Le bilan de M. SARKOZY parle pour lui-même : il a dégradé l'image de la Politique qui reste, pour nous républicains, une valeur très noble.

 

C'est à l'honneur de la Gauche et de M. François HOLLANDE d'avoir choisi, au coeur de leurs préoccupations, le rassemblement de tous les Français, quelle que soit leur origine. En effet, la Gauche a toujours défendu les valeurs républicaines, c'est-à-dire la liberté, l'égalité et la fraternité. Les engagements pris par François HOLLANDE pour le droit des étrangers, la régularisation des sans-papiers, la fin de la «France-Afrique», pour nos frères Ultramarins l'application du principe de "continuité territoriale" (lutte contre vie chère, tarifs préférentiels pour les communications téléphoniques, pour les billets d'avion, création d'une Maison des Domiens en métropole, suppression du concept de «race» dans la Constitution, etc.), au risque de perdre une partie de son électorat, témoignent que la parole politique a encore du sens. Tout récemment, le 25 mars 2012, c'est une mairie socialiste, la ville de Nantes qui a érigé un mémorial pour l'abolition de l'esclavage, à l'instigation de Octave CESTOR.


Le 22 avril 2012, n'oubliez pas de voter pour celui qui se bât pour la République. J’appelle à voter, massivement, dès le 1er tour pour M ; François HOLLANDE. Voter socialiste, c’est choisir la promesse républicaine, le bien vivre ensemble dans le respect mutuel, la justice, la solidarité et l’égalité réelle, le donner plus à ceux qui ont moins. Voter pour M. François HOLLANDE c’est pour

 

-         L’intégrer les jeunes issus des banlieues dans le monde du travail et réussir le contrat de génération ;


-         la diversité en politique ; une meilleure représentation des Français issus de l’immigration dans les instances politiques et administratives


-         droit de vote des étrangers aux élections locales


-         la régularisation des sans papiers sur la base de critères familiaux et d’ancienneté de séjour ;


-         des relations internationales plus justes (fin de la « France Afrique » ; co-développement).

 

- pour un transfert des cendres du Président Léopold Senghor au Panthéon.


 M. BA Amadou Paris 19ème.

 

Partager cet article
Repost0
18 avril 2012 3 18 /04 /avril /2012 18:11

A l’initiative du mouvement national EQUITE qui a rassemblé à Nantes le 24 mars 2012, les organisations dont les noms suivent : Mouvement Equité (Association militant pour la diversité au sein de la gauche), le Centre d’Information, Formation, Recherche et Développement pour les Originaires d’Outre-Mer (CIFORDOM), le Centre Louis Delgrès de Nantes, et les Citoyens français , militants politiques, élus, Présidents d’Associations ci-dessous désignés, présents à Nantes le 25 mars dernier à l’occasion de l’Inauguration  du Mémorial de l’abolition de l’esclavage :


Octave CESTOR conseiller municipal de Nantes, membre fondateur des Associations : « les Anneaux de la Mémoire », «Mémoire de l’Outre-Mer»,  la Maison de l’Outre-Mer de Nantes, l’Espace Louis Delgrès, du Mouvement Citoyen pour la Diversité et l’Egalité des Chances, de « 1905 et Plus » et à l’Initiative  du Mémorial de l’abolition de l’esclavage à Nantes,

 

Louis Mohamed SEYE adjoint au Maire de Fontenay-sous- Bois, Secrétaire général du Mouvement Equité, membre du Bureau national de la FNESR Délégué aux Services publics, chargé du codéveloppement dans l’équipe de campagne de François HOLLANDE ,

 

José PENTOSCROPE Ancien Délégué National à l’Outre-Mer du Parti Socialiste, Président de la Fédération des Associations et Organisations d’Intérêt pour les Originaires des Antilles-Guyane (F.A.A.G), Président du Centre d’Information, Formation, Recherche et Développement pour les Originaires d’Outre-Mer (CIFORDOM), Initiateur du Prix Littéraire FETKANN !, Mémoire des Pays du Sud, Mémoire de l’Humanité, Initiateur du « Concept dédiscriminer »

 

Amadou BA Ancien conseiller municipal d’arrondissement du 19ème arrondissement de Paris, membre d’Equité et de France Républicaine et Citoyenne (Paris 19ème),

 

Béatricre GEMIEUX conseillère municipale de Saint-Herblain (44)

 

Alex ADINARAYANIN  conseiller municipal de Pellerin (44)

 

Plilippe MILIA, conseiller à la mairie d’Aubervilliers (93)

 

Emmanuel BIANG conseiller municipal  de Saint-Herblain (44)

 

Michel COCOTIER Président de  Mémoire de l’Outre-Mer

 

Christian VAGAO Administrateur de Mémoire de l’Outre-Mer

Léonce LEBRUN  Président de l’AFCAM ;

 

Michel ROSE membre d’Equité,

 

Rédigent et présentent l’appel suivant :

 

«Appel de Nantes aux dirigeants des partis politiques de France»

 

Depuis la proclamation des droits de l’homme en 1789, la France se veut un modèle universel de justice et de démocratie. L’article 6 de la Constitution proclame que « Tous les Citoyens étant égaux aux yeux de la loi, sont également admissibles à toutes dignités, places et emplois publics, selon leur capacité, et sans autre distinction que celle de leurs vertus et de leurs talents ».

Fidèle à cet esprit, malgré de longues hésitations, la France s’est montrée capable de reconnaître les pages sombres de son histoire, tant celles qui relèvent de la période de Vichy, que celles qui renvoient à l’esclavage, dénoncé comme crime contre l’Humanité par la loi Taubira promulguée en 2001. Il reste à extirper de l’oubli et de l’occultation les crimes commis sous la colonisation qui ne furent pas « positifs » mais, dans la même veine que l’esclavage,  des freins pour le développement et l’émancipation des peuples colonisés. Ces prises en compte sont nécessaires pour que les Français issus de l’immigration et des DOM-TOM trouvent leur place dans le récit du roman national.

L’édification à Nantes d’un Mémorial de l’Abolition de l’esclavage (mars 2012) est une nouvelle étape importante sur cette voie.

Mais encore faudrait-il désormais aller plus loin dans le processus d’une reconnaissance, qui ne doit pas en rester au seul stade symbolique et institutionnel. C’est pourquoi nous attendons des dirigeants des partis républicains qu’ils s’engagent à mettre en œuvre, y compris dans leurs propres rangs, une politique de « dédiscrimination », mettant fin aux mises à l’écart systématiques des Français de toutes origines et de toutes appartenances, issus de la colonisation, mises à l’écart oubliant la part que leurs parents ont prise dans l’édification et dans les luttes de notre pays, notamment pour la période de la Libération.

N’est-il pas temps de prendre en compte le fait que la France du XXI ème siècle est une France métissée et multiculturelle, dont toutes les composantes aspirent à son égal développement ? Les citoyens dit de « la diversité » construisent, façonnent et participent au rayonnement culturel et économique de notre pays dans le monde. Le moment est venu pour notre peuple de se voir, se regarder et s’accepter dans la réalité de sa composante pour marquer son unité et son attachement aux valeurs de la République.

Les élections présidentielles en cours, et toutes celles à venir, sont l’occasion de reconnaitre la pleine citoyenneté et l’égalité de tous les français, qu’ils soient ou non issus de l’immigration. L’existence et le travail militant des citoyens «  issus de la diversité » doivent-être enfin reconnus. Leur présence en nombre sur les listes électorales en position éligible s’impose aujourd’hui dans notre pays dont le caractère métissé et multiculturel ne peut plus être contesté.

Mesdames, Messieurs les candidats à la Présidence de la République, Mesdames, Messieurs les Responsables de Partis politiques, La République de demain se doit d’être dans tous les domaines la République du : « A compétences égales, chances égales ».

Partager cet article
Repost0

Liens