Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de BA Amadou Bal, Paris 19ème ISSN 2555-3003 (BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE France B.N.F GALLICA. Http://baamadou.overblog.fr/
  • : Ce blog personnel de M. Amadou Bal BA est destiné à l'échange en politique, littérature, histoire, faits de société et le bien-vivre ensemble. Google News BIBLIOTHEQUE NATIONALE DE FRANCE ISSN 2555-3003 BNF GALLICA. Http://baamadou.overblog.fr/
  • Contact

Recherche

10 août 2022 3 10 /08 /août /2022 23:12

«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

«Que dois-je dire de moi-même ? J’aime : la paix, la campagne, l’Espagne républicaine et l’Italie antifasciste, les Noirs et leur culture africaine et afro-américaine, toute l’Amérique latine que je connais, la musique, la peinture, la poésie et le journalisme. J’ai toujours vécu en France depuis que j’en ai eu la possibilité en 1920. Je hais : le fascisme […]. Et le snobisme et tout ce qui va avec» écrit, en 1944, Nancy CUNARD, dans la préface des «poèmes pour la France» qui seront traduits en 1945 par les éditions Seghers. «Grande fille du temps» comme la surnommait Louis ARAGON, elle était de tous les combats, en guerre contre l’hypocrisie des classes possédantes, l’injustice et combattait toutes formes d’oppression et de racisme : «Très cher André (Breton) bonne poignée de main sur la couleur. Nancy» telle est la dédicace que Nancy CUNARD adresse à André BRETON, pour son livre, paru en 1931 «Black Man, White Lady». Autant de combats modernistes et avant-gardistes, plus que jamais d’actualité de nos jours, dans un monde où règnent encore largement, l’intolérance, la stigmatisation, la prédation et la violence à l’encontre des racisés. En 1935, dans ses écrits de journalistes, Nancy CUNARD, dotée de convictions fortes, s’oppose à l’annexion de l’Ethiopie par l’Italie. En Espagne, elle fonde avec Pablo NERUDA, une revue «Les poètes du monde défendent le peuple espagnol».  Son engagement, pour les Républicains espagnol, est donc total  : «Pour tout intellectuel honnête, il est à tout à fait impossible d’être profasciste» dit-elle. Par ailleurs, et bien avant l’engouement pour les arts premiers, Nancy CUNARD, à travers son engouement pour les arts africains, avait donné plus de visibilité à la culture africaine. Les deux grandes guerres ont montré, selon elle, que les barbares ne sont pas ceux qu’on croit : «In Africa, you say ‘the Negro is a savage, he has produced nothing, he has no history’. It is certainly true he has not got himself mixed up with machinery and science to fly the Atlantic, turnout engines, run up skyscrapers and continue Holocausts» écrit, en 1934, Nancy CUNARD, dans l’Anthologie noire. En évoquant les combats de Nancy CUNARD, un mot juste est apparu : «One of Them, but White» écrit Carole SWEENEY. Elle est bien des nôtres.

Anglaise issue d’une de famille aristocratique et fille unique, Nancy CUNARD est née le 10 mars 1896 dans un château médiéval, à Nevill-Holt (district de Harborough dans le Leicestershire), au Royaume-Uni. Son père, Sir Bache CUNARD (1851-1925), un homme effacé et passionné de chasse, est un héritier de la «Cunard Line», une entreprise maritime florissante. En effet, son grand-père, Samuel CUNARD (1787 à Halifax 1865, à Londres), fondateur de la première compagnie de paquebots transatlantiques, né aux Etats-Unis, a été anobli par la reine Victoria. Sa mère, Maud Alice BURKE (1872-1948), est une américaine, originaire de San Francisco ; son père, James BURKE (1811-1872), un avocat dont l’origine de la fortune est restée obscure ; sa mère, une femme fantasque, Alice VALENTINE (1845-1905) une franco-irlandaise, s’est remariée deux fois. A la mort de son mari, Maud Alice, la mère de Nancy CUNARD, prendra pour amant, un romancier George MOORE (1852-1933) qui va initier sa fille à la littérature. Vers 1910, la famille quitte Nevill-Holt, pour s’installer à Londres. Excentrique et d’une réputation sulfureuse, la jeune Nancy fréquente notamment le groupe de «Bloomsbury» et rencontre Léonard WOOLF (1880-1969) et Virginia WOOLF (1883-1946). Nancy CUNARD épouse Sidney FAIRBAIRN (1892-1943) mais le mariage ne durera que de 1916 à 1925.

Tour à tour, poète, éditrice, écrivaine, journaliste, militante politique et contre le racisme, collectionneuse d’art, muse Nancy CUNARD est romancière, poète, dramaturge critique d’art. Inspirée par George MOORE (1852-1933), Aldous HUXLEY, Ezra POUND, James JOYCE et les surréalistes, notamment Tristan TZARA, elle rencontrera de nombreux écrivains ou artistes dont Langston HUGHES, WEB du BOIS, Joséphine BAKER et George PADMORE. Immortalisée par le photographe Man RAY (1890-1976), sa beauté, ses audaces, son goût pour l’excès, son appétit pour les hommes et pour les femmes, avaient provoqué une multitude de scandales et de réprobations de la société aristocratique. Amante de Louis ARAGON de 1926 à 1928, ce poète français, fasciné et inquiet, devant Nancy CUNARD la considère comme «une fille grande ouverte à l’avenir, félonne et féline» écrit-il, en 1926, dans la «Défense de l’Infini».

Issue de la très haute bourgeoisie anglaise, blonde aux yeux de fauve spectaculaires aux iris bleu glacier, élégante et androgyne, en révolte contre l’ordre établi, une femme debout en lutte contre toutes les formes d’oppression peu conventionnelle, collectionnant l’art et les bracelets africains, ainsi que des amants, Nancy CUNARD était en conflit contre sa mère. «Je suis l’inconnue, l’étrangère. Hors la Loi, rejetée par les règles de la vie, fidèle à une loi unique, une logique personnelle, qui ne se mêle à rien, et refuse de s’incliner devant les règles générales» écrit-elle, en 1921, dans son recueil de poèmes, «Outlaw». En effet, bien que sa mère, Maud Alice BURKE, soit une icône de la vie artistique et mondaine, à Londres, et sa fille, Nancy CUNARD, une véritable mythe dans les milieux d'avant-garde de la France d'entre-deux-guerres, elle n’a jamais accepté sa relation avec un musicien de Jazz noir. En septembre 1931, Nancy CUNARD publie, dans «The Crisis», un pamphlet contre sa mère «Does Anyone Know Any Negroes ? A Gentlewoman of England Attacks the Social Colour Line» ; c’est la brouille jusqu’à la fin de la vie de cette dernière, mais Nancy ne sera pas déshéritée.

Parisienne de cœur, une ville considérée comme un espace de liberté, Nancy CUNARD, fragile et inflexible, résidera en France de 1920 à 1965, avec des périodes d’interruption. Habillée souvent par Sonia DELAUNAY ou Coco CHANEL, elle mènera une vie de Bohême et résidera à Paris, à l’hôtel Ritz et à l’Ile Saint-Louis, à Boulogne-sur-Mer, Biarritz et à Deauville. A partir de 1927 et pour 10 ans, à la Chapelle-Réauville, département de l’Eure, en Normandie, où elle fonde, en 1928, avec Louis ARAGON, une maison d’éditions, «Hours Press», pour «défendre l’innovation» dit -elle. Michel LEIRIS lui donne le goût des statuettes  et masques africains. Le premier livre paru au «Puits carré» : est celui de Norman DOUGLAS (1868-1952) sur les «carrières de pierre des Iles Lipari». Maître de la prose moderne, iconoclaste et qualifié de «resplendissant humaniste», Norman DOUGLAS est un grand ami de Nancy CUNARD qui lui consacrera une biographie «I like to taste my friends, but not to eat them» écrit-elle dans la préface. Nancy CUNARD fait traduire Lewis CARROLL (1868-1952), «La chasse au Snark» ; elle publiera «Les Cantos» de Ezra POUND (1885-1972) et  en 1930, «Whoroscope»  d’un jeune et brillant écrivain, Samuel BECKETT (1906-1989), futur prix Nobel de littérature ; il participera activement à l’Anthologie noire. Un recueil de poèmes de Louis ARAGON, ainsi que d’autres livres concernant les causes qu’elle défend : celles des Noirs et un mouvement antifranquiste, seront également édités en Normandie. En juillet 1936, quand la Guerre civile éclate en Espagne, elle part pour Barcelone en solidarité avec les Républicains et y rencontre Ernest HEMINGWAY et Pablo NERUDA. Nancy CUNARD avait fait publier un livre «Authors Take Sides on Spanish Civil War». Pour elle cette guerre civile en Espagne est un enjeu majeur «It is clear to many of us throughout the whole world that now, were determined or compelled, to take sides. The equivocal, detachment, the Ivory Tower, the paradoxial, the ironic detachment, will never longer do» écrit-elle à la préface. Pendant la Deuxième Guerre mondiale, sa maison d’abord occupée par les Allemands, sera pillée par la suite par les habitants de Chapelle-Réanville A partir de 1950, Nancy CUNARD habitera aussi, en Dordogne, à Creysse, Carennac, Souillac, et Lamothe-Fénélon.

Avant Elsa TRIOLET (1896-1970), c’est Nancy CUNARD qui était le grand amour et le soutien financier, du plus grand poète et romancier français, Louis ARAGON (Voir mon article). ARAGON poursuivait «la Défense de l’Infini» entamé en 1923 et se sentait épanoui «Je suis continûment heureux, pour la première fois de ma vie» écrit-il à Jacques DOUCET. Le personnage de Armand, dans «Défense de l’Infini» faisant allusion à cette rencontre avec Nancy CUNARD, décrit ainsi la femme dont il est tombé amoureux : «Une fille grande, ouverte à l’avenir, félonne et féline, délicieuse lumière, femme du temps». En effet, Louis ARAGON prédisait que dans l’histoire intellectuelle de la France, Nancy CUNARD laisserait une empreinte indélébile :  «On connaît en France Nancy Cunard. Elle y a passé la majeure partie de sa vie et plus tard on ne pourra faire, sans parler d’elle, l’histoire intellectuelle d’une part de ce siècle», écrit, en 1960, Louis ARAGON. dans «Les lettres françaises». «Blanche ou l’oubli», paru en 1967, relate, de façon romanesque, la relation entre Louis ARAGON et Nancy CUNARD, entre 1926 et 1928, qui s’est terminée à Venise. Nancy a préféré partir avec un Jazz man noir, Henry CROWDER. Dernière œuvre de Louis ARAGON, «Blanche ou l’oubli», un récit polyphonique sur la guerre et les peines du cœur, ce roman est axé autour du souvenir et de la mémoire. Le narrateur de «Blanche ou l’oubli» s’appelle Geoffroy Gaiffier, linguiste et traducteur à la retraite. Il réfléchit aux raisons de l’échec de sa relation amoureuse avec Blanche, son ex-femme ; celle-ci l’a quitté depuis dix-huit ans déjà. Il essaie de reconstituer, par sa mémoire, un personnage proche de cette femme, qu’il nomme Marie-Noire «Le souvenir est périssable» écrit Louis ARAGON, qui tente de cerner ce qui lui échappe. Il n’est pas seulement que d’une débâcle lors de la Deuxième, mais aussi une défaite amoureuse dans la conquête amoureuse de Nancy CUNARD. Louis ARAGON, après avoir été abandonné a voulu se suicider. ARAGON «allait comme une âme en peine, dormait dans des hôtels, au hasard, errant dans ses propres ruines, déboussolé» écrit Georges SADOUL. Ces peines du cœur disparurent à la suite de la rencontre, en novembre 1928, à la Coupole, avec Elsa TRIOLET.

A Venise, Nancy CUNARD sera amoureuse d’un musicien de jazz noir, Henry CROWDER (1890-1955) ; sa mère, se considérant pourtant comme avant-gardiste n’apprécie pas cette relation avec un Noir. Elle se rendra, le 2 mai 1932, avec lui à New York, en pleine ségrégation raciale et s’installera à l’hôtel Grampion de Harlem. Harlem «est dur et robuste, sa froideur, ses cris et ses couleurs sont ainsi. Et la nostalgie est violente également : la radio pénètre tout, à chaque heure du jour et de la nuit. Comme partout, les vrais gens dans la rue» écrit Nancy CUNARD. Henry CROWDER, qui est en fait marié, sensibilise Nancy CUNARD, cette grande bourgeoise anglaise, sur les questions d’esclavage et de ségrégation raciale aux Etats-Unis, ainsi que les lynchages des Noirs. Aussi, Nancy CUNARD liquide, en 1931, sa maison d’édition des «Hours Press», pour se consacrer entièrement à la dénonciation de la pensée raciste et de ses méfaits.

L’Anthologie noire entreprise par Nancy CUNARD, qui a eu la relation la plus durable et la sincère entre 1928 et 1935 avec Henry CROWDER, loin d’être un fait anecdotique d’une rencontre avec un étalon noir, est avant tout une belle histoire d’Amour. Nancy CUNARD, une croqueuse d’hommes a eu de nombreux amants. A leur séparation Henry CROWDER écrira à Nancy CUNARD : «I am blue and sorry. Can you forgive me for last evening ?». A la belle mort d’Henry CROWDER, en 1955, sa femme écrira à Nancy CUNARD pour lui dire elle est le grand amour de son mari. Nancy CUNARD était encore à la recherche d’un sens à donner à sa vie ; elle voulait accomplir sa vie. Henry CROWDER, né à Gainsville, en Géorgie, dans le Sud, d’un famille pauvre, un autodidacte, après de petits boulots, mal rémunérés, jouait au piano dans des maisons closes. Son groupe était en tournée, en 1928, pour 8 semaines, quand il a rencontré Nancy CUNARD, venue rendre visite, à un de ses cousins, Victor CUNARD, en compagnie de Louis ARAGON. Il était mariée, une couturière, et collaboratrice d’Eleanor ROOSEVLT. 

Nancy CUNARD, une femme, blanche, de la gentry anglaise, vivant à Paris, au temps de la montée du fascisme, intransigeante et sans compromis, fera rédiger une anthologie noire «From early youth, she (Nancy Cunard), she had shown a dramatic capacity to stir controversy, but itw as «Negro», compiled primarily for the black race and dedicated to «one of them» that brought her career to an explosive climax» écrit dans l’introduction, Charles Henri FORD (1908-2002). En effet, cette anthologie est dédicacée à son amant noir Henry CROWDER, qu’elle désigne comme son «First Negro friend». L’Anthologie fait état des violences commises contre 14 millions de Noirs, victimes de la ségrégation raciale aux Etats-Unis. Mais ils sont déterminés «à abattre cette montagne de tyrannie» écrit Nancy CUNARD dans la préface. Cette entreprise monumentale, fait écho, au «The Souls of Black Folk» de W. E. B. Du BOIS (1868-1963), paru en 1903, à l’Anthologie «New Negro» d’Alain LOCKE (1886-1954) datant 1925, ou à «l’Anthology of American Negro Literature» de 1929 de Victor Francis CALVERTON (1900-1940). Nancy CUNARD lance des appels à contributions, en avril 1931 à 171 écrivains, artistes, militants, anthropologues, juristes, ou journalistes ou encore musiciens. «L’idée de votre livre m’enthousiasme, bien sûr, parce que je crois, à en juger par votre attitude et l’angle que vous avez choisi, si je les comprends bien, que vous produirez quelque chose de neuf et de très stimulant d’un point de vue artistique. Nous autres pauvres Nègres sommes, me semble-t-il, littéralement écrasés sous des tonnes de clichés rebattus et rassis dont nous gratifient nos amis, nos champions moraux, et dont nous nous gratifions nous-mêmes, sans jamais réussir à toucher quelqu’un. La plupart d’entre nous vivons dans la peur de nous-mêmes, des faits qui nous concernent. Nous sommes bien en peine de rendre la vérité artistique de nos propres vies telle que nous la connaissons et la ressentons ; mais il serait inimaginable que vous vous laissiez entraver par les réactions sociales et raciales qui nous handicapent, parfois même inconsciemment. C’est pourquoi j’espère que ce que vous publierez sera une révélation et une inspiration» lui répond, Claude McKAY (1889-1948), un écrivain jamaïcain, mais qui ne participera pas à cette Anthologie.

En définitive, 150 personnes répondront à son appel, en déposant 250 articles et 385 illustrations. «Il fallait écrire ce livre, et sous cette forme je pense, une Anthologie de quelque 150 voix des deux races, pour garder la trace des luttes et des accomplissements des peuples noirs, de leurs persécutions et de leurs révoltes contre ces persécutions» écrit Nancy CUNARD, dans la préface de cet ouvrage collectif. L’Anthologie noire «conserve d’abord des traces singulières, des visages, des noms, des dates, des histoires qui sont, une fois cette somme parcourue, inoubliables. Un autre aspect bouleversant du livre consiste en sa capacité à faire surgir des fantômes que sont les chants, les masques, les statues d’Afrique, présents non derrière des vitres et enfermées dans un musée, mais en relation avec le reste des productions artistiques humaines, qu’elles viennent de Noirs ou de Blancs» écrit, en 2018, dans Médiapart, «Aux Amis de la Négro Anthologie», Pierre BENETTI. L’objectif, au-delà de l’aspect documentaire, est de conduire une «contre-ethnographie de la modernité noire», écrit, dans la préface, l’historien sénégalais, Mamadou DIOUF, un enseignant à l’université de Columbia. C’est une véritable plaidoirie pour la justice raciale, une dénonciation de l’oppression des Noirs et un hymne pour leur liberté et leur dignité. Nancy CUNARD veut faire de son «Anthologie noire» un livre de combat qui s’assume comme tel : «Il était nécessaire de faire ce livre […] pour que soit conservée la trace des luttes et des victoires des populations noires, des persécutions et des révoltes auxquelles elles ont fait face», écrit Nancy CUNARD, dans l’introduction de l’édition de 1934. En effet, Nancy CUNARD, de la gauche radicale, prônait une riposte antiraciste, la diversité culturelle, l’égalité des races, l’égalité des sexes et l’égalité des classes. L’ambition de Nancy CUNARD, était de voir dans la défense de l’africanité un moyen de régénérer la culture occidentale jugée stérile. L’objectif de cette Anthologie noire est «démontrer que le préjugé racial ne repose sur aucune justification […], que les Noirs ont derrière eux une longue histoire sociale et culturelle, et que ceux qui les rejettent comme des sous-hommes ignorent tout de leur histoire passée, de leur civilisation, de leurs luttes», écrit Raymond MICHELET.

Certains critiques ont voulu dévaloriser cette Anthologie en la ramenant à la simple défense du primitivisme noir, en faisant fi de l’authenticité et la diversité culturelles qui y sont célébrées. En fait, Nancy CUNARD est amoureuse de l’Afrique, mais n’avait visité que la Tunisie «I seem to be thinking of Africa, all the time» écrit-elle dans l’Anthologie. En effet, cette Anthologie est une  «significant rupture in the literary and socio-political worlds of the interwar era. This collection of symbolized an important breach in Black radical literature at that time» écrit Thabisile GRIFFIN. Il est incontestable que par la richesse, l’originalité, la variété et la hardiesse des thèmes traités, touchant à la poésie, à l’ethnographie, à l’art, à l’histoire, à la musique et aux proverbes des Africains et de leurs diaspora : «Negro Anthology» est d’une très grande originalité «une synthèse majeure unique et originale de la diversité des discours scientifiques, politiques et culturels des Noirs et sur les Noirs dans les années 1930» écrit Sarah FIOUX-SALGAS, à la base de l’exposition à Paris sur Nancy CUNARD au Musée Jacques CHIRAC à Paris, du 4 mars 2014 au 18 mai 2014. «Negro Anthology» est le reflet d’une histoire intellectuelle et politique de son temps. Celle-ci révèle à la fois le caractère transnational et multiforme des combats antiracistes et anticolonialistes des années 30» écrit Sarah FIOUX-SALGAS.

En pleine période de ségrégation raciale aux Etats-Unis et de colonisation, l’Anthologie noire démontre que les Noirs, tout autant que les Blancs, ont une Histoire, des Arts, une Culture. En effet, l’Anthologie noire relate les violences contre les Noirs, valorise et célèbre les cultures de l’Afrique et ses diasporas. Les thèmes divisés en sept parties géographiques, sont variés et concernent l’identité noire à travers WEB du BOIS, l’indépendance du Kenya avec Jomo KENYATTA, l’autonomie des Antilles (Andrée NARDAL, sœur de Paulette NARDAL, fondatrice de la Revue du monde noir, voir mon article), la Renaissance de Harlem, avec Langston HUGHES (voir mon article), des communistes engagés pour la cause africaine (James W FORD, Raymond MICHELET). Tous militent pour un monde multiculturel fondé sur la diversité : «Rien n’est trop vieux, ni trop neuf pour lui, ni trop proche ou exotique, ni élitiste, ni vulgaire. Dieu et le diable vont de concert» écrit Zora Neale HURSTON. On y évoque, l’affaire des Garçons de Scottsboro de 1931, neuf jeunes afro-américains sont accusés de viol de deux jeunes femmes. L’un des accusés ne sortira de prison qu’en 1976. Ezra POUND (1885-1972), anthropologue anticolonialiste, parle de l’ethnologue et sociologue allemand, Léo FROBENIUS (1873-1938) qui s’est rendu 27 fois en Afrique, entre 1904 et 1918. Olga COMMA, poétesse de Trinidad, célèbre la culture cosmopolite de son pays et les surréalistes français.

C’est quoi l’Afrique ?, s’interroge, dans la préface, Nancy CUNARD. «What is Africa ? A continent in the iron grip of its several imperialist oppressors» écrit-elle, sans détours. Les Africains, considérés par les colons, comme des «cannibales » et des «sauvages » ont une culture : «The Negro has a superb and individual sens of form and equal genius in his execution» écrit Nancy CUNARD. L’Anthologie noire, si elle passe sous silence, curieusement, la Négritude, est un ouvrage à dimensions panafricanistes, compile des articles (les explorateurs, l’ethnographie, la présence du christianisme…), des recueils de proverbes Ewe ou Baronga, des échantillons d’écriture Haoussa, mais aussi une multitude de photographies et de dessins dans le long chapitre consacré à la sculpture. Par ailleurs, c’est une dénonciation des relations de la Grande-Bretagne avec ses colonies, l’esclavage et le Libéria, l’expérience des missionnaires, l’impérialisme français, la terreur en Afrique du Sud. A travers cette dénonciation de la colonisation, il est mis en avant que  l’homme blanc est en train de tuer l’Afrique, à travers le vol des terres, fiscalité, travail forcé, enrôlement militaire, missions religieuses, justice impérialiste, le travail forcé, etc. Cela a été dit depuis 1934, la colonisation est bien, à travers son Code de l’indigénat, un crime contre l’Humanité.

Longtemps, cette anthologie noire, publiée le 15 février 1934 qui n’est ni une encyclopédie, ni un dictionnaire, peu diffusée, à l’époque, avec 1000 exemplaires seulement en anglais et non rééditée, est restée confinée dans la confidentialité, pour les spécialistes ; l’Anthologie noire a fini par devenir mythique. Tout le monde parle et presque personne ne l’a lue. Par ailleurs, et alors que Nancy CUNARD, qui parlait français avait vécu l’essentiel de sa vie, l’Anthologie noire n’a été traduite, par les Nouvelles éditions, en France qu’à partir de 2016, soit 81 années après sa parution, et au prix de 119 €. «Negro participe, à sa manière, à l’entreprise de re-civilisation du monde à partir de la contribution noire, pour endiguer les effets dé-civilisateurs des aventures impériales, en archivant la présence noire sur la scène du monde, sous toutes ses formes,, musicale, artistique littéraire et culturelle. En procédant à une archéologie complète du temps du monde, Cunard restructure l’architecture de la «Bibliothèque humaine» dont était absente la poutre faîtière noire» écrit dans la préface, le professeur Mamadou DIOUF. Cependant, ce livre, déjà épuisé, n’est plus réédité aux Nouvelles éditions. Cependant, une autre édition de l’Anthologie noire est programmée par les éditions du Sandre, pour le 22 septembre 2022. Tout fini par arriver, pour qui sait attendre. Cet ouvrage reste encore d’un grand intérêt historique pour le débat intellectuel : «Il serait bien difficile de faire de la «Negro» un livre extérieur aux combats noirs. Nancy Cunard et ses amis ne mènent pas une révolution de salon, mais prennent clairement position dans les débats de leur époque, avec une audace qui ferait bondir aujourd’hui : que ce soit en faveur de l’autodétermination de la «Black Belt» défendue par les communistes américains (une sécession d’États majoritairement peuplés de Noirs) ou contre l’embourgeoisement progressif de la lutte pour les droits civiques» écrit Pierre BENETTI. Par ailleurs cette Anthologie, est à bien des égards d’une grande actualité : «Son effet au présent se révèle finalement d’autant plus puissant au gré de certains de ses décalages temporels. Il donne l’impression d’une projection illuminée vers notre contemporain, car ses auteurs défendent avec vigueur une vision du monde transfrontalière et transnationale qui ne cherche à définir aucune périphérie. On en est loin… mais la Negro Anthology encourage et donne foi dans les formes à inventer au service de la critique, capables de restituer un grand tout à partir de la mémoire des souffrances et des luttes» poursuit Pierre BENETTI.

Nancy CUNARD, traductrice pour la Résistance, a chanté la France à travers un recueil de poèmes. Par ailleurs et après la Libération, Nancy CUNARD s’est engagée dans un combat pour la restitution de biens culturels volés à la France.

Qualifiée par Louis ARAGON de «délicieux tombeau», la vie de Nancy CUNARD, une femme indomptable, imprévisible, radicalement militante et avant-gardiste, est faite de passions et d’excès (alcool, drogue, les fêtes et les longues nuits blanches) : «Vivre sans passion, sans coup de folie, est, pour elle, totalement inconcevable» écrit François BUOT, un de ses biographes. Dans son appartement de l’Ile Saint-Louis, à Paris, cette femme indomptable d’une beauté farouche écrit des poèmes sur sa vie «Je suis l’inconnue, l’étrangère, Hors la loi, rejetée par les lois de la vie, fidèle à une loi unique, une logique personnelle» dit-elle. Nancy CUNARD, incarnant les idées et les forces contraires de son temps, a toujours dénoncé ce «monde inquisiteur» notamment dans son recueil de poésie, Parallax «Moi qui suis graine, racine et noyau, enterrés dans le Présent, moi qui soutire à chaque heure sa plénitude, à présent, je te dis Prends tout, prends. Comprends qu’on ne laisse pas le choix» écrit-elle. Nancy CUNARD a célébré les échos de l’éphémère «seul le vin permet de penser, moins pesamment, et si on l’on a presque tout oublié, il y aura toujours demain, quand quelque chose vous triture, douloureusement le cerveau, et ne faut-il pas l’excuser» écrit-elle. Nancy CUNARD s’insurge contre cette société corsetée et raciste de sa mère et revendique le droit d’aimer un Noir : «Tous deux crachons, tous deux, sur ce que nous avons aimé. Crachons sur l’amour, sur nos lits défaits.» écrit meurtri, en 1929, Louis ARAGON, dans «poème à crier dans les ruines», du recueil «la Grande gaité».

Ne se nourrissant que peu, devenue faible, dépressive et paranoïaque, Nancy CUNARD, meurt à Paris, à l’hôpital Cochin, le 16 mars 1965, ses cendres reposent au Père-Lachaise. Ses amis ont naturellement rendue hommage, à cette muse et bourgeoise qui avait été devenue combattante de l’antiracisme, de l’anticolonialisme et de l’antifascisme : «Quels que soient les motifs de toutes ces quêtes mystérieuses, il me semble qu’elles n’étaient pas motivées par l’ambition, le snobisme, le confort matériel ou par un simple caprice. La connaissant bien, je pense que cela correspond à un désir de reconnaissance ; elle voulait accomplir sa vie» dit sa grande amie, Iris TREE (1897-1968), poétesse et actrice anglaise. «Mon amie, Nancy Cunard, est morte à Paris ; c’est là qu’elle ferma ses magnifiques yeux pour toujours. Elle était consumée par une longue bataille contre l’injustice du monde. Elle souhaitait qu’on retienne d’elle trois choses essentielles : Egalité de races, égalité des sexes et égalité des classes. Je suis toujours en accord avec tous les individus, de tous les pays, qui ressentent la même chose, et agissent en conséquence» dit d’elle, son ami, Pablo NERUDA (1904-1973), un poète et diplomate chilien. «S’il y eut jamais, dans ce siècle, une Lady, une grande dans le vrai sens du terme, et son désintéressement, ce fut Nancy Cunard» écrit en 1968, Georges SADOUL.

Références bibliographiques
I – Contributions de Nancy CUNARD
CUNARD (Nancy) éditrice, Negro : An Anthology, une introduction de Hugh Ford et présentation de Nancy Cunard, Londres, Nancy Cunard and Wishart Compagny,  New York, Frederik Ungar, 1934 1954 et 1970, 854 pages ;
CUNARD (Nancy), «A Note on the Musée Labit of Toulouse», The Pittsburgh Courier, 22 août 1936, The Burlington Magazine for Connoisseurs, septembre 1945, Vol 87, n°510, pages 232-233 ;
CUNARD (Nancy), «Does Anyone Know Any Negroes ? A Gentlewoman of England Attacks the Social Colour Line», The Crisis, septembre 1931, pages 300-301 ;
CUNARD (Nancy), «Nancy Cunard Defends Padmore Against Ford», Afro-American, 8 décembre 1934 ;
CUNARD (Nancy), «New York’s Coming Exhibition of African Art», The Pittsburgh Courier, 22 août 1936, The New York Age, mars 1935 ;
CUNARD (Nancy), «The Triump of the Treasures of France», The Pittsburgh Courier, 22 août 1936, The Burlington Magazine for Connoisseurs, juillet 1945, Vol 87, n°508, pages 168-173 ;
CUNARD (Nancy), «The Musée de l’Homme», The Burlington Magazine for Connoisseurs, mars 1946, Vol 88, n°516, page 66 ;
CUNARD (Nancy), Anthologie noire, Paris, éditions du Sandres, à paraître le 22 septembre 2022, 1000 pages (prix de 60 €) ;
CUNARD (Nancy), Anthologie noire, préface de Mamadou Diouf, introduction de Sarah Frioux-Salgas, Paris, Nouvelles éditions Place, 2016, 952 pages (prix de 119 €) ;
CUNARD (Nancy), Authors Take Sides on the Spanish War, Londres, Left Review, 1937, 17 pages ;
CUNARD (Nancy), Black Man, White Ladyship. An Anniversary, Toulon, Imp. A. Bordato, 1931, 11 pages ;
CUNARD (Nancy), Collections of Letters. Correspondance, Harry Ransom Center, University of Texas in Austin, pages ;
CUNARD (Nancy), Essays on Race and Empire, Maureen Moynagh éditrice, Peterborough (Ontario, Canada), Orchard Park, New York, Broadview Press, 2002, 305 pages ;
CUNARD (Nancy), Grand Man : Memories of Norman Douglas, présentation et notes de Cecil Woolf, Londres, Seckers and Warburg, 1954, 317 pages ;
CUNARD (Nancy), Memories of George Moore, Londres, Rupert Hart-Davis, 1956, 206 pages ;
CUNARD (Nancy), Outlaws, London, Elkin Mathews, 1921, 62 pages ;
CUNARD (Nancy), PADMORE (George), The White Man Duty : An Analysis of Colonial Question, in the Light of the Atlantic Charter, Londres, W. H Allen, 1942,  48 pages ;
CUNARD (Nancy), Parallax, Londres, Hogarth Press, 1925 et,  Parataxis,  2001, 24 pages ;
CUNARD (Nancy), Poems for France, Paris, La France Libre, 1944, 95 pages, et Paris, Pierre, Seghers, 1946, 86 pages ;
CUNARD (Nancy), Sublunary, Londres, New York, Toronto, Hodder and Stoughton, 1926, 106 pages ;
CUNARD (Nancy), These Were The Hours. Memories of My Hours Press, Reanville and Paris, 1928–1931, Hugh Ford éditeur, Carbondale, Southern Illinois University Press, 1969, 216 pages.
II – Critiques de Nancy CUNARD
AYERS (David), Modernism A Short Introduction, 2004,  John Wiley and Sons, 2008, 168 pages, spéc sur Nancy Cunard et Mina Loy, pages 24-38 ;
BECKETT (Samuel), Beckett in Black and in Red : The Translation for Nancy Cunard’s Negro (1934),  préface de Alan WARREN FRIEDMA, éditeur, Lexington, The University Press of Kentucky, 2000, 207 pages ;
BENETTI (Pierre), «Aux Amis de la Négro Anthologie», Médiapart, 21 juillet 2018 ;
BUOT (François), Nancy Cunard, Paris, Fayard-Pauvert, 2008, 456 pages ;
CALVERTON (Victor Francis), Anthology of American Negro Literature,  New York, Modern Library, 1929, 535 pages ;
CHEVALLIER (Geneviève), «Traduire Negro : une aventure revisitée», Traduire, 2019, n°241 pages 96-107 ;
CHISHOLM (Anne), Nancy Cunard : A Biography, Harmondsworth, Penguin, 1986, 518 pages  et Paris, traduction de Jacqueline Huet et Jean-Pierre Carasso, Jean-Pierre Orban, 1980, 367 pages ;
COURCY de (Anne), Five Love Affairs and Friendship. The Paris Life of Nancy Cunard, Icon of Jazz Age, Londres, Wiedenfeld and Nicolson, 2022, 336 pages ;
COURCY de (Anne), Magnificent Rebel : Nancy Cunard in Jazz Age Paris, Saint-Martin’s, à paraître pour le 11 avril 2023, 320 pages ;
CROWDER (Henry), SPECK (Hugo), As Wonderful as all That ? : Henry’s Crowder’s Memoir of His Affair with Nancy Cunard,  Wild Tree Press, 1987, 201 pages ;
DREYFUS (Simone), «Nancy Cunard, militante des Droits de l'Homme», in Les écrivains de la négritude et de la créolité, Paris, SEPEG Intenational, 1994, pages 371 ;
DU BOIS (W. E. B.), «Segregation“,  The Crisis, mai 1934, pages 147-149 ;
DU BOIS (William, Edward, Burghardt), The Soul of Black Folk. Essays and Sketches, Chicago, A C McClurg, 1903, 265 pages ;
DUALE (Christiane), «Nancy Cunard, Parallaxe et autres poésies sublunaire», Miranda, 2018, n°17, pages 1-4 ;
FABRE (Michel), La Rive noire. De Harlem à la Seine, Paris, Lieu Commun, 1985, 337 pages ;
FIELDING (Daphne, Vivian), Esmerald and Nancy, 1968, Londres, Eyre and Spottiswoode, 205 pages ;
FORD (Hugh), Nancy Cunard : Brave Poet, Indomitable Rebel 1896–1965, New York, Chilton Book Company, 1968, 383 pages ;
FRIOUX-SALGAS (Sarah), «L’Afrique noire de Nancy Cunard. Negro Anthology 1931-1934», Gradhiva, 2014, n°19, pages 4-29 ;
GORDON (Lois, G.), Nancy Cunard : Heiress, Muse, Political Idealist, New York, Columbia University Press, 2007, 510 pages ;
GREENSHIELDS (Jenny), Nancy Cunard. Collector. Cosmpolitan, thèse de doctorat en philosophie, University of Sussex, février 2015, 197 pages ;
GRIFFIN (Thabisile), Nancy Cunard’s Anthology, thèse sous la direction de Robin DG Kelley, Los Angeles (Californie), University of California, 2014, 50 pages  ;
HASKI (Pierre), «Nancy Cunard, l’aristo qui voulait briser les préjugés raciaux», Le Nouvel Observateur, du 10 mars 2014, actualisé le 25 janvier 2017 ;
HERSANT (Patrick), «Note de lecture (sur l’anthologie noire)», Littérature, juin 2019, n°194, pages 137-141 ;
HUTCHISON (Sharla), Women and the Avant-Garde : Sexual Difference in Discourse and Art. 1900-1950, thèse de doctorat, Norman, Oklahoma, 2002, 205 pages ;
JOHANNOU (Maroula), “Visualizing Africa in Nancy Cunard's Negro Anthology. 1934”, Feminist Review, 2004, n°78, pages 141-163 ;
LAPIERRE (Alexandra), Avec ma colère. Mère et fille : le duel à mort, Maud et Nancy Cunard, Paris, Pocket, 2019, 333 pages ;
LEMKE (Sieglinde), Primitivist Modernism : Black Culture and the Origins of Transatlantic Modernism, Oxford University Press, 1998, 183 pages ;
LOCKE (Alain), The New Negro. An Interpretation, And C Boni, 1925, 446 pages ;
MARCUS (Jane), Hearts of Darkness : White Women Write Race, New Brunswick, New Jersey, Rutgers University Press, 2004, 219 pages ;
McSPADDEN (Holly, Ann), Crossing Racial Borders : Nancy Cunard's Political Modernisms, Austin, University of Texas, 1996, 416 pages ;
MORRESI (Renata), Nancy Cunard : America Modernismo, Negritude, Urbino, Quattro Venti, 2007, 202 pages, texte en italien ;
MOYNAGH (Maureen), Nancy Cunard : Essays on Race and Empire, Urbino, Quattro Peterborough, Broadview, 2002, 305 pages ;
OLDFIELD (J. R.), «Transatlanticism, Slavery, and Race», American Literary History 2002, Vol 14, n°1, pages 131-140 ;
PADMORE (George), The Life and Struggles of Negro Toilers, London, RILU, Magazine for the International Trade Union Committee of Negro Workers, 1931, 128 pages ;
QUIMBY MELTON (Olivier),  Perpetual Movment and Border of Mystery : The Transatlantic, Imagined Community and Henry James, «The Gold Bowl», Nancy Cunard and «Negro : An Anthology» and Jean Rhys’s «Wide Sarragosa Sea», Bachlor of Arts, Université de Géorgie, décembre 2003, 302 pages, spéc Chapitre 3, pages 135-195 ;
QUINTIN (Anne-Florence Quintin),  Nancy Cunard au coeur des Relations internationales, mémoire de D.E.A., Université Paris Descartes, 2000, 234 pages ;
SARKER (Sonita), «Essays on Race and Empire», University of Toronto Quaterly, 2003, Vol 73, n°1, pages 300-302 ;
SCOTT (Bonnie Kime), «Review of “Negro: An Anthology” by Nancy Cunard», The Women’s Review of Books, juillet 1997, Vol 14, n°10-11, pages 41-42 ;
SPECK (Ernest B), “Henry Crowder: Nancy Cunard’s ‘Tree»,  Lost Generation Journal, été 1979, Vol 6, n°1, pages 6-8 ;
SWEENEY (Sweeney), «One of Them, but white ; The Disappearance of Negro : An Anthology (1934)», Women : A Cultural Review, 2005, Vol 16, n°1, 93-107 ;
WEBER (Caroline), «The Rebel Heiress», New York Times, 1er avril 2007 ;
WHITTAKER (James), Cunard Heiress Found in Harlem, New York Daily Mirror, 2 mai 1932 ;
WILHELM (James J.), “Nancy Cunard: A Sometime Flame, a Stalwart Friend Paideuma, A Journal Devoted to Ezra Pound Scholarship, printemps 1990, Vol 19, n°1-2, pages  201-221 ;
WILLIAMS (A, Susan), Ladies of Influence : Women of the Elite in Interwar Britain, Londres, Penguin, 2001,  240 pages, spéc chapitre 6, pages 129-155  ;
WINKIEL (Laura, A) «Nancy Cunard's Negro and the Transnational Politics of Race», Modernism/modernity, Johns Hopkins University Press, 2006, Vol. 13, n°3, pages 507-530 ;
WISE (Stephen, S. Rabbi), «Parallel between Hitlerism and the Persecution of Negroes in America“, The Crisis, mai 1934, pages 127-129 ;
YOUNG (Tory), «The Reception of Nancy Cunard's Negro Anthology», Maroula Joannou éditrice, Women Writers of the 1930s : Gender, Politics and History, Edinburgh, Edinburgh University Press, 1998, 224 pages, spéc pages 113-122.
Paris, le 10 août 2022 par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Nancy CUNARD (1896-1965), écrivaine, muse, avant-gardiste, antiraciste et antifasciste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Partager cet article
Repost0
8 août 2022 1 08 /08 /août /2022 23:17
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Bon anniversaire avec un peu de retard à Mme Annette M'BAYE D'ERNEVILLE, Femme de lettres et première femme sénégalaise journaliste. En effet, le 23 juin 2022 Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE a fêté dans la plus grande discrétion ses 96 ans. Cet événement est passé inaperçu et pourtant Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE fait partie de ceux qui ont contribué au rayonnement du Sénégal à travers le monde, pour en faire «Un grand petit pays» en référence au titre de mon troisième livre. «C’est qu’ayant traversé notre siècle, en vraie femme de communication, beaucoup d’autres destins se sont emmêlés au sien ; sa mémoire est restée prodigieusement intacte, et quand on l’écoute, la surprise est grande de l’entendre égrener tant de noms de personnages illustres ou anonymes et, surtout de de générations si différentes» écrit à son sujet, l’écrivain, linguiste et éditeur, Boubacar Boris DIOP.
Grande dame des Lettres, Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, née le 23 juin 1926 à Sokone, dans la région de Fatick, au Sine-Saloum, est issue d’une famille chrétienne métisse, originaire de Saint-Louis. Son père, Victor Hyppolite D’ERNEVILLE (né le 11 mars 1880, à Boké, en Guinée – mort à N’Gatch, le 1er février 1969), un postier, puis un négociant arachidier et technicien des travaux publics, est venu s’installer à N’Gatch, près de Fatick. Son grand-père paternel, Charles Jean Hyppolite d’ERNEVILLE (1834-1887), était un négociant saint-louisien. Sa grand-mère paternelle, Marianne O’HARA, de souche irlandaise (1813-1876) était également une saint-louisienne. Sa mère, Marie Pierre TURPIN (née en 1887 à Sokone – morte en 1938, à Dakar), est la fille de Théophile TURPIN et de Touty SARR. La famille TURPIN de CRISSE de Saint-Louis a sans doute des origines lointaines du Maine et de l’Anjou, en France. Quand sa mère meurt, à l’âge de 51 ans Annette n’avait que douze ans. La jeune Annette entame d’abord des études primaires et secondaires, à Saint-Joseph de Cluny, à Saint-Louis, «La vie à l’école était très rigide. Le matin, pour l’inspection générale, nous portions l’uniforme, les cheveux devaient être bien coiffés, bien tressés, les ongles courts et propres. Il régnait une discipline empreinte d’affection familiale, nous ne sentions pas de coupure nette entre nos familles et l’internat. Nous n’avons jamais senti de racisme ou de discrimination dans cette école, où je n’ai eu qu’un seul Noir comme professeur. Les enseignants étaient sévères, mais pas injustes, cela compte beaucoup à l’adolescence. Nous étions une exception» dit-elle.
De 1942 à 1945 elle est admise à l’école normale de Rufisque, formant des enseignants, à une époque où se sont les pétainistes qui avaient conservé la colonie du Sénégal. Alors que les normaliennes sont censées vivre dans des conditions paisibles propices à l’éducation, les bâtiments choisis par l’administration sont loin de permettre une telle atmosphère. La quiétude pâtit du passage des wagonnets dont le bruit couvre la voix des maîtresses et des élèves, tandis que des badauds se hissent aux fenêtres peu élevées et observent les jeunes filles pendant la classe. Mme Germaine Le GOFF (1891-1986), institutrice et éducatrice ayant servi au Mali et au Sénégal et fondatrice de la première école d’institutrices en Afrique, dans sa grande bienveillance, estime que «cette école de caractère essentiellement pratique est un non-sens en pleine ville commerçante». Mme LE GOFF aspirait d’une «belle école africaine, spacieuse, gaie et accueillante» au lieu d’une implantation dans «le méchant quartier d’une ville très laide». En effet, à proximité d’une chocolaterie, et peu isolée, les échanges bruyants dans la rue ou des intrusions dans l’établissements d’hommes malintentionnés, menaçaient parfois la quiétude ou la sécurité des jeunes filles. Cependant, Mme Annette M’BAYE a eu la chance de croiser Germaine LE GOFF, une bretonne en fonction au Sénégal entre 1938 et 1945, qui l’a très fortement influencée. Très politique et humaniste, Mme LE GOFF détestait le maréchal Philippe PETAIN (1856-1951) et tenait tête aux autorités coloniales collaborationnistes. «Elle a fait naître en nous un sentiment d’orgueil, qui nous faisait croire que l’Afrique comptait sur nous, cette Afrique, en forme soit de revolver soit de cœur, avait besoin de nous. Cette petite Bretonne a mis en nous cette graine qui a germé de diverses façons, qui a donné des générations de femmes qui, au moment des indépendances, ont tenu des rôles de leaders. Elle nous appelait «mes filles d’Afrique» dit-elle.
Admise à l’école normale des Batignolles à Paris 17ème, elle se marie à N’Dakté M’BAYE, un futur ingénieur agronome. L’influence de Germaine LE GOFF, pour la jeune Annette, sur son attachement à l’Afrique et à son «africanité», la lutte pour une femme indépendante, digne et moderne, sont décisifs «Vous connaissez la mentalité des mulâtres de Saint-Louis ! Ils ne se considéraient pas comme des Africains ! Ainsi, mes parents auraient bien aimé que j'épouse un métis voire un "Toubab". Cela dit, lorsqu'ils ont connu mon mari, ils l'ont adopté. Comme quoi, ils n'avaient pas que des préjugés. L'influence de notre directrice a permis que dès mon arrivée à Paris, je me mêle aux Africains qui y faisaient leurs études» dit Anne M’BAYE. Arrivée très jeune en France, elle avait comme tuteur Léopold Sédar SENGHOR. La jeune Annette découvre que des Blancs nettoient les rues, et qu’on la sert, sans aucune difficultés, dans les cafés parisiens, et surtout, en dehors de l’ignorance du système colonial, il y avait de nombreux Français, sans aucun préjugé racial. Alors, Annette s’est faite de nombreux amis, dont Yves MONTAND, Simone SIGNORET et Jean-Paul SARTRE. Annette M’BAYE découvre aussi, avec stupeur, que certaines Antillaises cultivent un complexe de supériorité à l’égard des Africains.
Passionnée par la communication, Annette M’BAYE réalise des émissions en français et en Ouolof, sur l’Afrique pour la Sofirad, une société de l’audiovisuel fondée par Pierre LAVAL. Elle s’exprimera, pour la première fois, à la RTF, en 1952. «Je passai le concours de l'OCORA avec succès, et j'obtins ainsi, après des cours et un stage au Studio-Ecole, mon diplôme de journaliste de radio» dit, en 1975, Mme M’BAYE à «Amina». A partir d’octobre 1955, et sous l’égide Pierre SCHAEFFER, elle complète sa formation à la Société de radiodiffusion de la France d’Outre-mer et au studio de Maisons-Laffitte. En 1957, Annette M’BAYE revient s’installer au Sénégal, en qualité d’enseignante. Parallèlement à ses activités d’enseignante, Mme Annette M’BAYE s’intéressait aussi à la presse écrite, à Bingo, La Vie africaine ou Femmes du Soleil : «En ce qui concerne la presse écrite, après ma sortie de l'Ecole Normale de Rufisque, je me suis mise à écrire dans certains journaux de l'époque, des articles sur les femmes et sur des problèmes à caractère social. Les sujets de ces articles étaient assez avancés pour l'époque. "J'y parlais déjà d'émancipation féminine. A ce propos, je dois mentionner l'influence considérable qu'eut sur moi la directrice de l'Ecole Normale de jeunes filles de Rufisque : Madame Germaine Le Goff. C'est elle qui m'a fait prendre conscience que les femmes, elles aussi, peuvent faire quelque chose pour l'Afrique. Elle nous a fait prendre conscience de notre "africanité", bien avant que ce mot soit à la mode, comme maintenant, à une époque où personne ne songeait réellement à l'indépendance du continent» dit Mme M’BAYE à «Amina». Annette M’BAYE devient la première femme sénégalaise journaliste à la radio sénégalaise, et sera Directrice des programmation. En effet, elle devient journaliste pour Radio Sénégal et occupe, au ministère de l’Information sénégalais, de 1964 à 1979, les postes d’Agent du Bureau de presse, de chef de la chaîne nationale, de chef de la chaîne internationale et de chef de service des relations extérieures et internationales de radio-Sénégal, de productrice d’émissions radiophoniques hebdomadaires diverses et de Directrice nationale des programmes de la Radiodiffusion sénégalaise.
Mme Annette M’BAYE D’ERNEVILLE, mère de quatre enfants, ne revendique pas ouvertement d’être féministe «Je m’en défends. On a besoin d’hommes, ne serait-ce que pour faire des enfants. Après tout, on peut s’en séparer» dit-elle. En 1963, après son divorce avec N’Dakté M’BAYE, en femme battante, énergique et refusant la trahison, Annette M’BAYE s’installe à Dakar ; elle a une autre conception du mariage : «Décider de vivre avec quelqu'un, c'est autre chose que de simples rapports sexuels. Il faut une certaine éthique. Je peux paraître vieux jeu, mais le mariage est une chose sérieuse. Si on ne respecte pas certaines règles, on risque de se mépriser soi-même. En ce qui concerne la polygamie, je la conçois lorsqu'elle est acceptée par amour, lorsque la femme, consciente, organise elle-même sa vie conjugale, sans contrainte. Finalement, c'est une affaire toute personnelle que ni les décrets ni les manifestes ne feront disparaître. En général, dans la société africaine, le mariage, mono ou polygame valorise la femme. Elle acquiert le respect du jour au lendemain. C'est d'ailleurs pour cela que certaines femmes finissent par accepter la polygamie. Mais le mariage doit être basé sur l'estime et non sur l'intérêt. La femme ne doit pas se faire entretenir. Un autre écueil, c'est que l'on se marie beaucoup plus pour l'extérieur que pour soi-même. Les mères, dans ce domaine ont un rôle important, car elles poussent leurs filles. Il ne faut pas tricher; il faut se marier pour soi-même et non pas pour les autres» dit-elle au journal «Amina».
Dans sa contribution littéraire, constituée de poèmes et d'une littérature enfantine, Mme Annette M’BAYE traite de la souffrance, de la révolte, de l’amour ou la jalousie affectant souvent la femme africaine. Il y est question de nostalgie, de regrets, de solitude, mais aussi et surtout d’une grande humanité, un espoir que les femmes pourront, un jour, se libérer de leur joug. Sa maison étant un véritable salon littéraire, Mme Annette M’BAYE D’ERNEVILLE, surnommée la «Roulotte», fait partie de ceux qui ont encouragé Mme Mariama BA (1929-1981, voir mon article), l'auteure de «Une si longue lettre», maintenant mondialement connue, à exposer son talent littéraire. Par conséquent, si le «Sénégal est un Grand Petit Pays», c'est en raison de ces Femmes et de ces Hommes de culture et de Lettres qui ont fait rayonner son nom à travers le monde entier. Un patrimoine immatériel inestimable !
Mme Annette M’BAYE D'ERNEVILLE est à la base de la montée d'une revendication des Femmes à plus de justice et d'égalité dans la société sénégalaise. Aux indépendances, dans un pays marqué par des traditions rétrogrades et un Islam oppressant pour la Femme, Laye M’BOUP (1937-1975, voir mon article), un chanteur emblématique de l'ère senghorienne, avait sorti un tube faisant fureur à la radio : «Diongoma» ou la Grande ou Belle Dame. Mais si la musique et la voix de Laye M’BOUP, dont je suis un grand admirateur, sont envoûtants, personne n'a prêté attention aux paroles de cette chanson ; la femme, dont il fait l'éloge, selon ce chanteur traditionnaliste, devrait être soumise et craintive, se pouponner pour accueillir son mari du retour de son travail et l'appeler, en signe de déférence, «Nijaaye» ou tonton.
Il faut dire que ce Sénégal conservateur, misogyne et ses goujateries, que combat depuis plus de 60 ans, Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE n'a pas totalement disparu, de nos jours, notamment dans le champ politique. En effet, une partie de la liste aux législatives du 31 juillet 2022 de Ousmane SONKO a été censurée pour non-respect du principe de parité. Ousmane SONKO aspirant, légitimement, pourtant à de très hautes responsabilités, un partisan des salons de massage et probablement de la prédation sexuelle, lui-même, s'est mis hors du champ de l'Assemblée nationale. Le plus grave, c'est que les postes de députés emblématiques ont été réservés aux Hommes de son mouvement. Il faudrait rendre hommage au président Abdoulaye WADE qui a instauré la parité dans les listes électorales par la loi n°2010-11 du 28 mai 2010 ; une démocratie sans partage du gâteau est une escroquerie. La liste de BENNO, celle de la majorité présidentielle, a été dirigée, victorieusement, par Mme Aminata TOURE, une ancienne première ministre et présidente du Conseil économique et social.
Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE est la première femme journaliste au Sénégal, dans un pays à l'indépendance où l'école française était combattue, et les familles étaient hostiles à la scolarisation des jeunes filles. Mme Annette M’BAYE D’ERNEVILLE, en rédactrice en chef, lance d’abord un périodique féminin, «Femmes de Soleil», puis la revue «Awa», éditée dans l’imprimerie d’Abdoulaye DIOP, à Dakar, qui a été diffusée du n°1 de janvier 1964, au n°4 de mai 1973. Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE a, par conséquent, semé dans le cœur de tous les Sénégalais cette culture de l'égalité Femmes-Hommes, à travers sa première revue féminine en Afrique «Awa», concernant une afro-modernité et des revendications sur les droits des femmes. La revue Awa, se distingue nettement de «Amina» dont le siège, initialement à Dakar, est à Paris 8ème. Amina, un groupe français, est fondé en 1973, par le créateur du journal «Paris-Dakar», Michel Le TONNELIER de BRETEUIL (1926-2018), ayant vécu au Sénégal et en RCI, est un magazine qui se veut apolitique : «Il faut retenir que le féminisme européen n'a pas de prise en Afrique Noire. Mais si nous entendons par féminisme la défense des droits de la femme, nous pouvons remarquer qu'au Sénégal, les femmes s'affichent indépendamment du parti, contrairement aux associations féminines officielles des partis politiques dans la plupart des autres pays de l'Afrique francophone. Les femmes ne s'identifient pas en premier lieu à des problèmes spécifiquement féminins. Ce sont les questions liées à la survie et au sous-développement qui les préoccupent avant tout. Longtemps, des questions telles que le viol furent mises sur le dos du diable, mais maintenant, les femmes commencent à parler de ces sujets tabous et à identifier les problèmes» dit en 1988, Assiatou DIALLO, rédactrice en chef d’Amina.
Mme Annette MBAYE s’insurge contre cette valeur de «virilité» estimant que «la féminité est synonyme de soumission, de douceur et d’abnégation» écrira Jacqueline Ki-ZERBO. Les objectifs de cette revue pionnière, «Awa», destinée aux femmes courageuses et exemplaires, sont jugés parfois éclectiques : poèmes, histoires courtes, reportages politiques et essais, mais aussi des articles sur la mode ou la cuisine, l’ameublement ou la décoration intérieure, la vie quotidienne des femmes. Par conséquent, le magazine Awa «ne se caractérise pas seulement par la polyphonie caractéristique du dispositif médiatique, elle se révèle contradictoire, voire agonistique» écrit Marie-Eve THERENTY, sur «la difficile équation» de cette revue. Awa envisage d’être une revue faite pour des femmes noires, par des femmes noires, mais dotée d’une forte identité littéraire : «Je pense que tu dois être plus africaine, il te manque certains des vieux atours de nos grands-mères. Pour utiliser un langage plus imagé, je dirai qu’il te manque le «Gongo» et le «Tiouraye». Il faut que l’on trouve en toi un peu de saveur africaine, la grâce saint-louisienne, le piquant Bambara, un soupçon de canaillerie Peuhl. Tu ne montres comme dessous que dentelles et nylon frou-frou en soutien-gorge. C’est bien même très excitant mais, n’oublie pas le petit «Béthio» tout blanc barré de noir comme le portaient nos grands-mères, il a aussi son charme pratique ; tout ceci pour te dire que tu dois être synthèse de nos vieilles valeurs intégrées dans ce monde moderne» écrit N’DIAGA, dans un article «À la belle aux yeux de velours», Awa, mai 1964, page 34.
Lorsque Annette M’BAYE, fonde en 1964, la revue Awa, elle venait de divorcer pour assumer une carrière publique de femme de médias, assumant ainsi son statut de journaliste indépendante. Son mari aurait préféré qu’elle reste institutrice, malgré les brillantes études de journalisme qu’elle avait faites en France ; elle a été major de sa promotion. En effet, avant d’être écrivaine, Annette M’BAYE se définit, avant tout et surtout, comme journaliste, appréciant hautement la lecture. La revue Awa, de 1964 à 1973, avec des tirages entre 6000 et 7000 exemplaires. Son comité de rédaction, en dehors de Baïdy SOW, le photographe et Henri MENDY, le chroniqueur, est essentiellement composée de femmes, dont Annette M’BAYE en rédactrice en chef, Solange FALADE (1925-2004), médecin et première femme psychanalyste d’origine béninoise et écrivaine, Oulimata BA (1925-2016), future épouse de Mamadou DIA, et représentante du Sénégal à l’UNESCO, Virginie CAMARA, poète et ex-femme de David DIOP et Henriette BATHILY. Certaines contributions sont anonymes, de nature à protéger leur auteure : «En avançant masquées et groupées, elles proposent des modes d’émancipation plus pratiques que théoriques, toujours susceptibles de reconduire des hiérarchies genrées en une période où l’accès au statut et à l’autorité d’auteure est bien moins assuré pour les femmes que pour les hommes» écrit Claire DUCOURNAU.
Cependant, Awa a été alimentée de contributions hétéroclites, une ligne éditoriale cohérente n’a pas été facile à trouver. Annette M’BAYE avait collaboré avec la revue «Elle» dont les valeurs qui l'ont influencé sont l’engagement dans la vie de la cité, l’émancipation féminine, l’esprit d’entreprise, la solidarité et le combat contre les injustices. L’éditorial, non signé du premier numéro de Awa de janvier 1964, mais on a reconnu le style de Mme Annette M’BAYE, est prudent et rassurant. C’est une revue sans être bavarde, pédante, sérieuse et moralisatrice, féminine ou gaie, a pour ambition de trouver «le ton juste, celui qui touche, créé le lien entre rédactrices et lectrices» écrit-elle. Quant à la ligne éditoriale «Awa n’a pas la prétention d’être «une révélation» ; il ne s’agit pas, comme d’aucuns pourraient le penser, de forger une arme féminine insensée, mais plutôt de ciseler un instrument qui puissent mettre en valeur nos possibilités, notre féminité. Il n’est pas question de se servir d’Awa pour lancer une croisade de l’égalité des femmes et des hommes, ni pour chanter l’émancipation de la femme africaine. Tout cela est dépassé, partout les femmes ont déjà fait leurs preuves. Awa se propose, simplement, une raison de nous rencontrer, nous apprécier, nous femmes d’Afrique, femmes du monde entier» écrit Mme Annette M’BAYE, rédactrice en chef. Et pourtant, dès 1966, Awa aborde la question sensible des castes au Sénégal, un frein parfois aux mariages d’amour «Dans un monde en perpétuel mouvement nous sommes obligés d’évoluer. Refuser d’admettre cela, serait manquer d’objectivité, et, on peut le dire, de bon sens» écrit-elle dans l’édito de Awa n°15, de janvier 1966. «Le monde en général et l’Afrique, en particulier, subissent, à notre époque, une évolution rapide. Ce mouvement général qui nous entraîne à vitesse étourdissante, modifie sans cesse la place et le rôle de la femme dans la société» écrit Jaqueline Ki-ZERBO, née COULIBAKY (1933-2015). La femme doit en particulier lire, non pas les sciences ménagères ou l’éducation des enfants, mais pour se cultiver, avoir une distance critique, un enrichissement et un épanouissement de sa personnalité, pour plus d’égalité et d’indépendance.
A l’aube de l’indépendance et en pleine Guerre froide : «Awa vise à reconstruire une histoire du continent qui enjambe largement la période coloniale et qui ne polémique pas frontalement. Ses prises de position sont souvent latérales» écrit Marie-Eve THERENTY. Aussi, les questions politiques, de sexualité, de polygamie ou d’avortement sont évacuées de la revue. Cependant, et dès le 1er numéro de 1964, la question de l’indépendance de la Femme, confinée par la tradition dans la minorité, est abordée, frontalement : «La femme africaine doit maintenant renoncer au confort de l’irresponsabilité et devenir enfin adulte. Elle doit quitter la mythologie de la femme problème où l’enferme sa propre vanité et l’instinct de domination des hommes» dit, Joseph THIAM, dans Awa, n°1 de janvier 1964, page 29, «la femme africaine, un faux problème».
Dans la revue Awa, Annette M’BAYE D’ERNEVILLE a choisi de donner la parole à toutes les femmes du monde et de toutes les couches sociales (femmes rurales, filles des mers, les combattantes de Guinée-Bissau, l’opératrice de radio, les femmes israélienne, de la République arabe unie, la prise de parole à la conférence des femmes à Monrovia). «Les femmes d'Afrique Noire ont eu, et continuent d'avoir, sous des formes qui ont varié dans le temps, la vie dure. Avec la colonisation, les conditions de vie des femmes eurent tendance à s'aggraver.» constate, en 1994, la professeure Catherine COQUERY-VIDROVITCH, dans son ouvrage «les Africaines, histoire des femmes d’Afrique noire». La prostitution, le viol, les mariages forcés, la dépendance économique, ont constamment fait de la Femme africaine, une mineure, victime de différentes violences ou injustices : «L'élément le plus prometteur est qu'aujourd'hui, à peu près partout, la parité du droit à l'école est en voie d'être acquise» précise la professeure, Catherine COQUERY-VIDROVITCH. En effet, la revue Awa de février 1973, valorise l’exemple de Sokhna DIENG, première téléspeakerine sénégalaise en 1972. Epouse de Modou Kara M’Backé, un marabout et chef de parti, elle a siégé au Sénat de 2007 à 2012 et à l’assemblée nationale du Sénégal. Mme Sokhna DIENG, noire d’ébène dans sa beauté authentique, récuse le «Khessal», le fait de se faire blanchir la peau, et défend les valeurs sénégalaises «Nous, Africaines, nous ne devons pas être esclaves de la modernité occidentale. Mais nous tenir compte de notre personnalité et de notre corps, ne pas oublier nos défauts physiques, qu’une mode mal adaptée fait ressortir. Nous devons éviter la vulgarité dans le choix de nos modèles et des couleurs. Préserver notre originalité» dit-elle. Fille unique, née le 2 décembre 1950 à Dakar, Mme Sokhna DIENG est animée de valeurs de solidarité «J’admire les femmes qui ont un idéal social» dit-elle.
Aussi, Mme Annette M’BAYE a donné la parole aux Femmes, gardiennes des valeurs africaines et en lutte contre la prédation, pour leur dignité et liberté : «Dans le passé, tu as déjà fait tes preuves, dans bien des évènements décisifs de notre Histoire. Il s’est trompé, celui t’a appelée «sexe faible». Je pense, plutôt, avec Napoléon, qu’à l’origine de tout grand fait, il faut chercher la Femme. Sans doute, la femme africaine, utilement ou non, est toujours intervenue, discrètement, peut-être, mais efficacement. N’est-ce pas la femme noire musulmane qui s’est opposée, le plus farouchement, à cette tendance de confondre l’Islam à ce qui est coutume arabe, comme le port du voile ? N’est-ce pas la femme sénégalaise, qui a en échec toutes les tentatives en vue d’établir un pacte matrimonial ? De tout le temps, tu as été, pour nous la gardienne jalouse d’un héritage, utile non seulement pour notre sauvegarde, mais peut-être aussi pour le statut de l’Humanité entière» mentionne le billet du mois de Awa de septembre 1964, page 30. «Chère Awa, tu as redressé, il me semble, une tendance grandissante chez l’élite africaine, tendance dangereuse, celle de confondre liberté et libertinage, de n’entendre, émancipation, évolution, promotion féminine, que frivolité, mondanité, apparence, légèreté ; de ne prendre de l’Occident qu’un certain esprit matérialiste, que le côté négatif dont l’Occident lui-même souffre et cherche à se débarrasser» écrit-on dans ce billet de Awa. «Tu as lutté, non seulement pour une vraie émancipation de la Femme noire, mais de l’homme aussi, ton frère, qui est loin de l’être. Tu es assez intelligente pour savoir que l’émancipation n’a rien à voir avec cette idée de concurrencer les hommes dans certains métiers. Tu dois plutôt lutter contre l’oisiveté et le gaspillage. Il est temps que le mariage soit garanti, alors nous devons lutter pour sa codification, la liberté de choix, la réglementation du divorce. A cet homme, ton frère, prétendu évolué, il faut apprendre à s’acquitter de ses devoirs de père, de l’éducation de ses enfants, au lieu de gaspiller son revenu, déjà trop faible, à collectionner les femmes et les titres de El Hadji. Et qu’on ne parle pas de religion, et surtout l’Islam qui, comme on le sait, est farouchement contre cette fausse conception de la volonté de Dieu. Pour l’Islam, la religion est faite pour servir l’Homme. Donc, tout ce qui porte tort à ses véritables intérêts est condamné par Allah» conclut ce billet de septembre 1964.
De prestigieuses personnalités ont écrit pour Awa, comme Jacqueline KI-ZERBO, Mariama BA, Aoua KEITA, Joseph ZOBEL, Henri MENDY, Birago DIOP, Abdou Anta KA. En raison de cette forte représentation, Awa est devenu «un lieu où les hommes ont, tel un boudoir, le droit d’être chez eux, de ranger leurs affaires à leur guise et aussi de dire ce qu’ils pensent de votre attitude, vos réactions, vos réalisations» écrit Henri MENDY, dans Awa n°2, février 1964, page 5. Amadou SAMB, Directeur de l’enseignement du premier et sur un ton humoristique, du second degré, lance une exhortation aux femmes, ses soeurs : «Imposez-vous en silence, prenez rang et la cause sera entendue» écrit-il dans Awa mars 1965, n°12, page 33.
Annette M’BAYE, en rédactrice en chef, aura publié 8 articles dans Awa, une revue polyphonique. En militante de l’Harmonie dans l’espace publique et privée, Mme Anne M’BAYE D’ERNEVILLE est une grande avocate de la générosité, de la paix intérieure, du cœur et de l’esprit «pour la logique et la netteté de nos jugements et l’intelligence de nos actions. La paix a aussi sa place dans le foyer : sérénité et entente des époux, affection entre parents et enfants ; équilibre du budget familial qui assure la sécurité de la maison. La paix, indispensable à l’équilibre de ce monde, auquel elle fait tragiquement défaut» écrit-elle, dans l’édito de Awa de février 1973.
Fortement marquée par un engagement social, associatif culturel, une maternité à Ouakam porte son nom, Mme Annette M’BAYE est fondatrice de l’association des écrivains du Sénégal en 1964, membre de l’association nationale des Journalistes du Sénégal, l’ancêtre du SINPIC, cofondatrice du Regroupement des femmes de la région de Diourbel, membre du club Soroptimiste de Dakar en 1969, elle dirige la Fédération des Associations féminines du Sénégal (FAFS) jusqu’en 1991. Mme Annette M’BAYE, bien que proche du président SENGHOR n’est pas encartée : «Rien que la manière de vivre c’est déjà une manière de faire la politique» dit-elle à RFI, le 24 décembre 2010.
Mme Annette M’BAYE D’ERNEVILLE est aussi fondatrice, en 1990, des rencontres cinématographiques de Dakar, RECIDAK. Une distinction lui a été remise par le Ministre de la culture, à cette «Grande dame qui, s’est toujours attachée, pendant de nombreuses années, et s’est sacrifiée, avec une équipe dévouée, à défendre une conception du cinéma et de la production cinématographique» dit M. Abdou Latif COULIBALY. Les femmes, réunies à Dakar, en avril 2009, ont décidé de prendre des initiatives pour la promotion du cinéma sénégalais «Quand les femmes du cinéma se mobilisent le cinéma africain bouge» tel est le slogan d’Annette M’BAYE D’ERNEVILLE. Tout un programme ! Par ailleurs, Mme Annette M’BAYE D’ERNEVILLE a inauguré le 17 juin 1994, le musée de la Femme, «Henriette BATHILY» à Gorée. En effet, Henriette BATHILY, née le 9 janvier 1927 à Kaolack, première africaine diplômée en histoire, décédée le 4 avril 1984, était une grande amie de Annette M’BAYE, rencontrée en France. Henriette BATHILY l’avait précédée comme responsable de Radio-Sénégal dès 1952. Puéricultrice en France de 1947 à 1951, Mme BATHILY, administratrice des ballets africains de Keita Fodéba, et collaboratrice de Maurice Sonar SENGHOR (1926-2007) au Théâtre national Daniel SORANO, elle sera Directrice du département culturel du Centre culturel français de 1963 à sa mort. Henriette BATHILY figure au comité de rédaction d’Awa, bien qu’elle ne signe aucun texte en son nom. Henriette BATHILY a ainsi permis, en 1975, l’organisation de la première exposition nationale itinérante sur le thème «Place et rôle de la femme sénégalaise dans les rites».
Par conséquent, Mme Annette M’BAYE, comme Mariama BA, sont des femmes «Turbulentes» en avance sur leur temps, «À la fois attachées à leurs cultures d’origine et soucieuses de préserver leur liberté, ces femmes sont souvent à la recherche d’un équilibre entre le besoin d’enracinement et le désir d’émancipation» écrit Géraldine FALADE. Un poème, «Envoûtement» datant de 1964 est à la gloire des Femmes, est un clin d’œil à cette France métissée : «Danse, négresse marron !/ Le Blanc applaudit/ Le Blanc rit de bon cœur/ Danse, Négresse marron/ Retrouve les pas de la danse du fouet ! (...) Ballet, danse, rythme/ Saoulé par les rires/ A trempé son tam-tam/ Dans le sang blanc du Blanc qui rit».

 

Références bibliographiques
I – Contributions d’Annette M’BAYE D’ERNEVILLE
M’BAYE D’ERNEVILLE (Annette), «As-tu la paix ?», Awa, février 1973, n°3, page 5 ;
M’BAYE D’ERNEVILLE (Annette), Kaddu. Poèmes, Dakar, NEA, 1964, 19 pages ;
M’BAYE D’ERNEVILLE (Annette), «Interview accordée à Aliane», Amina, juillet 1975, n°83, pages 21-23 ;
M’BAYE D’ERNEVILLE (Annette), «La Fédération des associations féminines du Sénégal, FAFS, a 7 ans», interview accordée au journal Le Soleil du 1er avril 1984 ;
M’BAYE D’ERNEVILLE (Annette), Chansons pour Laïty. Comptines, Dakar, Abidjan, Les Nouvelles Editions Africaines, 1976, 16 pages ;
M’BAYE D’ERNEVILLE (Annette), Femmes africaines. Femmes et société, en collaboration avec Mariama BA, Paris, Martinsart, 1982, 356 pages ;
M’BAYE D’ERNEVILLE (Annette), La Bague de cuivre et d'argentDakar, Abidjan, Les Nouvelles Editions Africaines, 1983, 21 pages ;
M’BAYE D’ERNEVILLE (Annette), Le Noël du vieux chasseur, Dakar, Abidjan, Les Nouvelles Editions Africaines, 1983, pages ;
M’BAYE D’ERNEVILLE (Annette), Motte de terre et motte de beurre, Dakar,, Abidjan, Les Nouvelles Editions Africaines, Coll. Mbotté 2003, 24 pages ;
M’BAYE D’ERNEVILLE (Annette), Poèmes africains, Paris, Centre national d'art français, 1965, 24 pages ;
M’BAYE D’ERNEVILLE (Annette,), Picc l'Oiseau et Lëpp-Lëpp le papillonDakar,, Abidjan, Les Nouvelles Editions Africaines, Coll. Mbotté, 2003, 24 pages.
II – Critiques d’Annette M’BAYE D’ERNEVILLE
Anonyme, «Mme Elisabeth N’Diaye, animatrice de radio Sénégal», Bingo, octobre 1972, n°237, pages 70 ;
Anonyme, «Annette Mbaye», Bingo, juin 1970, n°209, juin 1970, page 51 ;
BARRY (Moustapha), Histoire des médias au Sénégal : de la colonisation à nos jours, Paris, L’Harmattan, 2013 351 pages ;
BARTHELEMY (Pascale), Africaines et diplômées à l’époque coloniale (1918-1957), Paris, Presses universitaires de Rennes, 2010, 345 pages ;
BERTHAUD-CLAIR (Sandrine), «Annette M’Baye d’Erneville, pionnière de la radio au Sénégal et porte-voix des femmes africaines», Le Monde du 3 août 2022 ;
COQUERY-VIDROVITCH (Catherine), Les Africaines, Histoire des femmes d’Afrique noire du XIXème au XXème siècles, Paris, Desjonquères, 1994, 291 pages ;
DEMOUGIN (Laure), «Joseph Zobel, d’Awa à Présence africaine, histoire et géographies (imaginaires)  d’une publication noire», Etudes littératures africaines, 2019, Vol 47, pages  27-42 ;
DIA (Abbas), Le catalogue des noms africains : études des noms sénégalais, Villeurbanne, Ecole nationale supérieures des bibliothèques, 23ème promotion, 1987-1988, 45 pages ;
DIAGNE (Rokhaya Oumar), DIAGNE (Souleymane Bachir), «Annette Mbaye d’Erneville, femme de communication», Présence Africaine, 1996, vol. 153, n°1, 1996, pages  91-97 ;
DIOP (Codou), La presse féminine au Sénégal, Mémoire de science de l’information, Paris 2, 1978, 128 pages ;
DUCOURNAU (Claire), «Boîtes à lettres et signatures : l’auctorialité partagée par des femmes dans Awa», Etudes littératures africaines, 2019, Vol 47, pages  43-60 ;
DUCOURNAU (Claire), «Awa, la revue de la femme noire, entre presse et littérature», Etudes littératures africaines, 2019, Vol 47, pages  7-10 ;
FALADE (Géraldine), Turbulentes ! Des Africaines en avance sur leur temps, Paris, Présence africaine, 2020, 272 pages, spéc pages 157-168 ;
Fondation Konrad Adenauer et CESTI, «Annette Mbaye d’Erneville : l’Eclaireuse», Femmes au Sénégal, les Cahiers de l’Alternance, n°10, décembre 2006, pages 40-41 ;
GRANDPIERRE (Karine), «ELLE : un outil d’émancipation de la femme entre journalisme et littérature 1945-1960», Contextes, n°11, du 18 mai 2012 ;
HERZBERGER-FOFANA (Pierrette), «Annette Mbaye d'Erneville (Sénégal)», in Littérature Féminine Francophone d'Afrique Noire. Suivie d’un dictionnaire des romancières, Paris, L'Harmattan, 2000, 576 spéc pages 374-381 ;
KAPPELI (Anne-Marie), «Amina, être femme en Afrique», entretien avec Assiatou Diallo rédactrice en chef d’Amina,  Femmes suisses et le mouvement féministe, , février 1988, n°76, page 19 ;
LORET (Eric), «La poésie s’engage en «Néonégritude», Libération du 10 mars 2006 ;
M’BAYE (Ousmane, William), metteur en scène et réalisateur, Mère-Bi, un portrait d’Annette M’Baye D’Erneville, première journaliste du Sénégal (Film), Dakar, Les fims Mame Yandé, 2008 durée 55 minutes ;
NNAEMEKA (Obioma), «Nego-Feminism : Theorizing, Practicing, and Pruning Africa’s Way», Signs, 2004, Vol. 29, n°2, pages 357-385 ;
PACITTO-MATHOU (Sandrine), «Génération construction», Libération du 10 juillet 2010 ;
PAOLI (Marion), «Annette Mbaye d'Erneville (Sokone, 1926)», in Béatrice Didier, Antoinette Fouque et Mireille Calle-Gruber, Dictionnaire universel des créatrices, Paris, éditions des Femmes, 2013, 3 volumes, 4982 pages, spéc pages 2845-2846 ;
ROBERT (Guy) «Pierre Schaeffer (1910-1995)», Cahiers d'Histoire de la Radiodiffusion, décembre 1995-février.1996, n°47, pages 136-139 ;
SINEUX (Louise), Renouveaux médiatiques, figures féminines et images de la modernité. Etude de deux magazines sénégalais entre 1950 et 1970 (Bingo et Awa), Master 2, histoire de l’Afrique contemporaine, sous la direction d’Anne Hugon, Université de Paris I, Panthéon-Sorbonne, septembre 2021, 174 pages ;
SASSOON (Virginie)Femmes noires sur papier glacé, ParisINA éditions2015, 193 pages, spéc pages 16-17, 67-68 et 150-152 ;
SOW (Demba), «Sokhna Dieng, première téléspeakerine sénégalaise», Awa, février 1973, n°3, page 24 ;
THERENY (Marie-Eve), «Awa ou la difficile équation du féminin africaine», Etudes littératures africaines, 2019, Vol 47, pages  11-26.
Paris, le 7 août 2022 par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
 

 
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Annette MBAYE D'ERNEVILLE, femme de lettres, journaliste et féministe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Partager cet article
Repost0
6 août 2022 6 06 /08 /août /2022 14:49
«Macky SALL : après les législatives comment rebondir ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
J'accueille le résultat de ces législatives du 31 juillet 2022, tels qu'ils ont été proclamés de façon provisoire par la Commission électorale le 4 août 2022 (82 sièges pour la majorité, 80 sièges pour l'opposition et 3 sièges pour trois autres formations politiques), avec sérénité et une très grande satisfaction.
La joie et le soulagement se situent au niveau de la performance et l’exemplarité de la démocratie sénégalaise ; c'est le Sénégal, «Ce Grand petit pays», en référence au titre de mon troisième ouvrage, qui a gagné. Si, jusqu'en 2000, le Sénégal était dominé par un seul parti, celui de Léopold SENGHOR et Abdou DIOUF, à échéances régulières les élections sont âprement disputées ; il y a déjà eu deux grandes alternances. Pour ces législatives du 31 juillet 2022, on a frôlé, sans l'atteindre, la cohabitation. En raison de ce résultat, plus que serré, le centre de gravité de la vie politique sénégalaise, jusqu’ici concentré au palais présidentiel et sans premier ministre, vient de se déplacer vers le Parlement. Par conséquent, le débat politique promet d’être riche et animé. C’est donc un élan, un nouveau souffle de vitalité pour la démocratie sénégalaise, déjà citée en exemple en Afrique, c’est le contraire de certains régimes monarchiques ou la résurgence de coups d’Etat militaires.
Ma sérénité est aussi dans la confiance que je place dans cette solide démocratie du Sénégal, administrant la preuve que celle-ci, contrairement à ce qu’avait théorisé, avec un grand paternalisme, Jean-François BAYARD, un politologue français et Directeur de recherches au C.N.R.S, loin d'être un luxe, est une nécessité impérieuse et vitale pour les pays du tiers-monde. Si on souffre en Afrique, c'est en raison d’un lourd déficit démocratique et non le contraire. Les débats sont violents et menaçants, mais le résultat des élections finit toujours, au Sénégal, par être accepté de tous. C'est l'occasion de rendre un vibrant hommage à l'un des inestimables héritages du président Abdou DIOUF, peu mis en valeur par les observateurs politiques, à savoir que cette presse privée, alliée aux réseaux sociaux, publie, instantanément, les résultats de chaque bureau de vote. Par conséquent, personne ne s'avisera de les tripatouiller.
 
Ma sérénité se situe aussi à un autre point de vue, à savoir que le président Macky SALL trouvera des alliances avec une partie de l'opposition, une majorité absolue pour gouverner sereinement. Ce qui est à souligner au Sénégal, c'est la première fois, depuis l'indépendance, qu'un gouvernement est sans majorité absolue. Cependant, ailleurs, ce n'est pas une situation inédite, puisqu'en France le gouvernement de Michel ROCARD (1930-2016, voir mon article, sur ce champion de la Deuxième gauche) avait une majorité relative. Actuellement le président Emmanuel MACRON est réélu en 2022, sans majorité absolue, avec une forte représentation de la Gauche et de l'Extrême-Droite.
 
Comment donc, pour le président Macky SALL, rebondir face à cette situation inédite ?
 
Je ne m’en cache pas, pour ma part, et depuis l’indépendance, le président Macky SALL est un grand bâtisseur, et je surnomme «Le Lam-Toro», c’est son titre aristocratique, sans aucune flagornerie, «Un Pharaon des temps modernes». Par ses infrastructures, après plus de 40 ans d’immobilisme des Socialistes, le Sénégal a changé profondément de visage. En effet, le président Macky SALL a considérablement amélioré les conditions de vie des Sénégalais. Il faudrait plusieurs thèses de doctorat, d’une part pour recenser l’ensemble des réalisations du président Macky SALL, mais aussi d'autre part, procéder à ce qu’on appelle des «études d’impact», pour bien évaluer leurs incidences, sur les plans économiques, sociaux, politiques et culturels de ces infrastructures. Sans logistique, on ne peut rien faire, c’est la base de tout. Je me souviens, enfant, le président Léopold Sédar SENGHOR était venu à mon village, Danthiady, dans le Fouta-Toro. Il est arrivé avec toute sa délégation, avec un retard considérable, et surtout couvert de poussière rouge. Ne pouvant pas faire tout suite son discours, il est allé dans la maison d’un DIA, employé à l’époque à l’Assemblée nationale, prendre rapidement une douche. L’opposition, souvent bipolaire, critiquant, sans discernement et sans retenue, ces infrastructures, parce que seulement elles sont l’œuvre du président Macky SALL, a dû les apprécier pendant cette campagne des législatives, en sillonnant partout et dans de très bonnes conditions, tout le Sénégal, en un temps record.
Et là est mon interrogation, comment un gouvernement, ayant un si excellent bilan, a échappé de justesse à la guillotine, n’eût été l’excellent travail fait par maître Malick SALL, Garde des Sceaux Ministre de la Justice au Fouta-Toro ? Comment analyser ce résultat très serré aux législatives, et donc cette forte poussée de l’opposition (+ 43 députés) ?
Il y a ce que le philosophe italien, Antonio GRAMSCI (1891-1937, voir mon article), appelle «l’hégémonie culturelle». L’opposition, curieusement, sans aucun projet politique, et nous bassinant à longueur de journée, comme un disque rayé, du Code électoral, d’un troisième mandat et des revenus du pétrole, ainsi que ses relents ethnicistes nauséabonds stigmatisant les Foutankais, a occupé le terrain et caporalisé les esprits. Comment l’opposition a-elle pu progresser, considérablement, sans aucune exemplarité ou probité, avec un discours aussi répétitif et médiocre intellectuellement ?
C’est l’un des grands mystère de la vie politique au Sénégal, l’opposition, ressemblant, à s’y méprendre, pour l’essentiel, à une association de malfaiteurs, traîne, avec elle, de nombreuses casseroles, notamment des poursuites pour viol, assassinat d’un militant du PDS, détournement de deniers publics, recrutement d’insulteurs ou assassins d’un juge (maître Babacar SEYE), stigmatisation des Foutankais avec une ethnicité à l’encontre des Peuls, sans lesquels aucune alternance n’est possible. En tout cas, ces comportements, peu exemplaires de l'opposition, n’inspirent, rien de bon, pour l’avenir.
Pendant ce temps, la communication du gouvernement est devenue illisible. Le refus du président Macky SALL de s’exprimer clairement sur ses intentions en 2024, accrédite ce débat fumeux de l’opposition sur le 3ème mandat. Mais 3ème mandat, à partir de quand ? Toute la confusion réside sur ce point. Je le dis souvent, le mandat en cours en 2016 n’est pas concerné par l’interdiction du cumul de plus de 2 mandats. Tous les apprentis juristes savent qu’il y a une non-rétroactivité des lois plus sévères. Par ailleurs, il est évident que la suppression du poste de Premier Ministre n’a pas provoqué le «Fast Track» attendu. Le Parti présidentiel, l’APR, comme ses alliés (Parti Socialiste, AFP, Idrissa SECK) n’ont pas montré une grande combativité. Au Fouta-Toro, en particulier, Farba N’GOM, un griot milliardaire, un grave boulet pour le président Macky SALL, a commis des dégâts lors des municipales ; ce qui a provoqué l’ascension de l’opposition confirmée à ces législatives du 31 juillet 2022. Heureusement que maître Malick SALL, qui n’était candidat ni aux municipales, ni aux législatives, a sauvé la mise au Fouta-Toro.
Je ne doute pas, un seul instant, que le président Macky SALL, disposant de 82 sièges au Parlement, trouvera des alliances confortables, pour bien gouverner, la majorité absolue étant de 83 sièges. Pour ma part, mon interrogation essentielle n’est pas la question de cette tambouille politique, c’est d’ici 2024, mais comment rebondir, à travers un projet politique solide, allant au-delà des infrastructures, pour continuer à améliorer, substantiellement, les conditions de vie des Sénégalais ?
Le président Macky SALL, un grand stratège ayant du sens politique, seul maître à bord, cherchera à trouver les bonnes réponses aux grands défis du moment, qui sont, à mon modeste avis :
- C’est tout d’abord, une gouvernance «sobre et vertueuse», un slogan du président Macky SALL, ayant fait mouche en 2012, et qui, plus de jamais, est d’une grande actualité. Concrètement, il s’agira de dégager d’importantes marges financières, dans le budget du Sénégal et de les orienter vers de grands projets (agriculture, commerce, artisanat, début industrialisation, etc.) qui sont au cœur du PSE du président Macky SALL. Il y a des difficultés liées aux hommes dans la mise en œuvre de ce projet. Il faudrait arrêter d’engraisser ces castes de parasites (Marabouts, Dahiras) ou de groupes de pression vivant sur le dos de l’Etat (Grèves à répétition, enseignants, étudiants cartouchards avec la bourse pour tous. Absentéisme ou manque d’assiduité dans la fonction publique) et bien contrôler les finances publiques (Marchés publics gonflés, frais d’essence ou de déplacements, ateliers débats, etc.), certains cumuls d’emplois (Médecins, enseignants). L’argent a tout pourri dans la société sénégalaise, aussi bien dans la sphère publique que privée. On est en permanence dans la consommation et la dépendance, sans aucune autonomie.
- Ensuite, on ne produit pas ce qu’on consomme (riz) ; pour le peu de terres, non encore vendues aux multinationales, on cultive le mil, uniquement pendant la très courte saison des pluies (juillet à septembre) avec des outils moyenâgeux ( la daba ou le hilaire) ; les neuf mois restant de l’année, on procrastine. L’accès à la terre, à l’eau, à l’énergie et la modernisation des outils agricoles, sont des enjeux majeurs. On continue à cultiver massivement l’arachide, pour l’exportation, comme au bon vieux temps colonial. L’axe stratégique étant donc de définir un modèle de consommation et une agriculture vivrière au Sénégal. L’élevage, tel qu’il est pratiqué, contribue à la déforestation et à l’avancée du désert. On en est encore à cette pêche artisanale et son lot de noyades en mer ; et, même les habitations, tout ou presque vient de l’étranger ;
- C’est ensuite réintroduire la valeur travail, la probité et le civisme. On l’a vu dans ces incendies des hôpitaux, les structures étaient neuves. Par conséquent, Macky, le Pharaon des temps modernes, a fait le job. En revanche, on a des doutes sérieux sur les marchés publics, dans une structure hospitalière récente à Tivaoune, avec des nouveau-nés, sans installations électriques viables, ni alarme incendies, et des agents ayant désertés leur poste, laissant les bébés se garder tout seuls. On connaît la situation de l’Etat civil au Sénégal, sans archivage électronique, et tenu parfois sans aucune rigueur, et cela a des conséquences graves pour la diaspora, en termes de transcription des mariages ou de pensions de réversion. Au Sénégal, tout individu qui a une caisse est tenté de la confondre avec ses deniers personnels, mais l’Etat, c’est nous. Je ne parle pas de ces journalistes mendiants, ne font leur article que s’ils ont eu, auparavant, leur billet de banque. Il n’est pas normal que les enseignants attendent 3 ou 4 ans, pour le remboursement de leurs heures supplémentaires ou le rappel d’un échelon ; les agents gestionnaires doivent faire leur travail ;
- Par ailleurs, la formation professionnelle des jeunes est un enjeu majeur ; la progression trop rapide de la population peut être une bombe ou un atout. En 1840, le Sénégal la population s’élevait à 200 000 habitants ; ce pays compte maintenant plus de 16 millions d’habitants, dont plus de 5 millions résident dans la région de Dakar. Or, les grandes villes, en raison de cette masse de la population, sont confrontées à de graves déficits pour l'alimentation en eau, ou en électricité ; sans canalisations viables, les inondations, dans les centres urbains, pendant la saison des pluies, sont récurrentes. La Chine, comme Israël, ont montré que la qualité de la population est une ressource inestimable. Bien formée, la première ressource la plus importante d’un pays, c’est la qualité de sa population «Nous n’avons pas de pétrole, mais nous avons des idées» disait fort justement le président Valéry GISCARD-D’ESTAING (1926-2020) ;
- Enfin, il faudrait rééquilibrer la ville et la campagne. Le président Macky SALL, un Pharaon des temps modernes, dans son «Sénégal Emergent», a été bien inspiré de développer d’importantes infrastructures au Sénégal. On pourrait habiter à la campagne et venir travailler dans les grands centres urbains. Les matières premières, comme les principales terres agricoles, sont en Afrique qui dispose d’une réserve inépuisable de main-d’œuvre. Les villes sont engorgées de personnes désœuvrées, alors que les villes nouvelles, à la campagne, peuvent naître, mieux pensées, avec une dimension écologique et des parcs, des lieux de respiration.
Après la nomination d’un Premier ministre sachant mettre en ordre de bataille l’équipe gouvernementale, d’un nouveau Président de l’Assemblée nationale maîtrisant ses dossiers et les débats, en remplacement de Moustapha NIASSE (voir mon article), le Parlement sera au centre du jeu politique. Pour les observateurs de la vie politique, nous vivons une belle et riche période. Par conséquent, il ne faudrait pas se plaindre que la mariée soit trop belle.
Paris, le 6 août 2022 par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
 

 
«Macky SALL : après les législatives comment rebondir ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Macky SALL : après les législatives comment rebondir ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Macky SALL : après les législatives comment rebondir ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Macky SALL : après les législatives comment rebondir ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Macky SALL : après les législatives comment rebondir ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Macky SALL : après les législatives comment rebondir ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Macky SALL : après les législatives comment rebondir ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Macky SALL : après les législatives comment rebondir ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Macky SALL : après les législatives comment rebondir ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Partager cet article
Repost0
4 août 2022 4 04 /08 /août /2022 20:38
Partager cet article
Repost0
1 août 2022 1 01 /08 /août /2022 06:48
«Sénégal : Victoire du président Macky SALL aux législatives du 31 juillet 2022» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Ces législatives au Sénégal du 31 juillet 2022 sont marquées par une très forte abstention à plus de 60%. Il y avait eu une forte pluie torrentielle la veille du scrutin qui aurait démobilisé certains électeurs.
Depuis le 31 juillet 2022 la tension était à son comble, la Commission nationale électorale a finalement, le 4 août 2022, publié les résultats provisoires : 82 députés pour le président Macky SALL, 80 députés pour la coalition Wallu-Yéwwi, et trois petits partis s’adjugent chacun un siège (Bokk Gis Gis de Pap DIOP, Les Serviteurs-MPR de Pap Djibril FALL et AAR-Sénégal de Thierno Alassane SALL). La majorité absolue est de 83 sièges, et d’ores et déjà, l’avocat mandataire du camp présidentiel, a déclaré des alliances seront nouées pour trouver cette majorité absolue.
Le président Macky SALL revendique la victoire aux législatives, dans un contexte de très forte poussée de l'opposition, mais qui n'a pas pu imposer la cohabitation : «Nous avons gagné 30 départements sur les 46 ; ceci nous donne incontestablement une majorité à l’Assemblée nationale» dit Mme Aminata TOURE dit Mimi, une ancienne première ministre et tête de liste de BENNO, la majorité présidentielle. Ces départements sont : Diourbel, Fatick, Foundiougne, Gossas, Birkilane, Kaffrine, Kounghel, Malem Hodar, Guinguinéo, Kaolack, Nioro, Kédougou, Salémata, Kolda, Médina Yoro Foula, Vélingara, Louga, Linguère, Kanel, Matam, Bounkiline, Ranérou, Dagana, Podor, Goudomp, Bakel, Goudiry, Koumpentoum, Tambacounda et M’Bour. La majorité présidentielle a aussi gagné l’Afrique du Nord, de l’Ouest et du Centre.
La majorité présidentielle de Macky SALL a essentiellement gagné dans les zones rurales. Ce qui a lui confère cette victoire à l'assemblée nationale. La majorité obtenue par le président Macky SALL est relative, mais il pourra gouverner. Dans la législature 2017-2022, la majorité détenait 125 sièges ;  elle a aurait donc perdu 43, au profit de l’opposition.
Dans ce résultat, il est indéniable que Fouta-Toro resté très fidèle au président Macky SALL. Maître Malick SALL qui n’était candidat ni aux municipales, ni à ces législatives, en soldat du Chef de l’Etat, a fait une très belle campagne dans le Nord, est devenu incontestablement le patron du Nord. Les Foutankais ont suivi les recommandations de maître Malick SALL, Garde des Sceaux Ministre de la Justice, une pièce-maîtresse de l’équipe gouvernementale du président Macky SALL.
En définitive, tout semble donc indiquer que le spectre de la cohabitation s'éloigne. «Nous récusons toute possibilité de cohabitation et rassurons nos militants que nous restons majoritaires à l'issue de ce scrutin, malgré une avancée de l'opposition» dit Mme Aminata TOURE. En effet, les électeurs ont apprécié, très hautement, le bilan positif du président Macky SALL, un Pharaon des temps modernes.  Les Sénégalais sont fait «le bon choix» en référence à une formule du président Valéry GISCARD D’ESTAING en 1978.
Naturellement, l'opposition, avant la publication des résultats avait  déja cette déclaration de Mme Aminata TOURE, tête de liste de la majorité présidentielle, et parle de «vulgaire mensonge» ou de «majorité préfabriquée» dit Barthélémy DIAS, dans une radio privée. Barthélémy DIAS, maire de Dakar, avait commencé à pavaner dans les rues de la capitale sénégalaise, comme si l’opposition avait imposé la cohabitation. Se fondant sur les tendances dans les villes, l’opposition faisait semblant de faire croire que la victoire lui serait acquise. «Il ne faut jamais vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tannée» dit un dicton français. Juste avant la publication des résultats de la Commission nationale, l’opposition a estimé que ces résultats ne l’engageraient pas. Par conséquent, des recours sont possibles devant le juge constitutionnel.
Tout le monde a admis une forte percée de l'opposition à ces législatives qui a obtenu 80, entamée aux municipales qui se confirme, mais il s'agit de succès essentiellement dans les grandes villes. L'alliance entre Wallu et Yéwwi semble être profitable à l'opposition. La victoire de Guy Marius SAGNA, un homme estimable et de conviction, sans déclarations outrancières, est hautement symbolique pour l'opposition. Cependant, et en dépit de ce succès, l’opposition a raté son pari d’une cohabitation.
Il est incontestable que le Sénégal, «ce Grand Petit», est une véritable démocratie qui a déjà connu deux grandes alternances en 2000, maître Abdoulaye WADE ayant battu Abdou DIOUF, et en 2012, Macky SALL a vaincu son mentor, maître Abdoulaye WADE, et aux municipales du 23 janvier 2022, l’opposition a gagné des grandes villes ; ce qui se traduit maintenant en gain électoral à Dakar, en Casamance et à Saint-Louis.
L’opposition met en cause le résultat des votes au Fouta-Toro. Mais quand elle gagne à Touba, à Dakar et à Ziguinchor, c’est normal. Cette stigmatisation permanente des Peuls, des Foutankais, est insupportable. En effet, depuis que le président Abdou DIOUF a libéré les médias, et cela est peu souligné par les observateurs politiques, il est particulièrement difficile de frauder aux élections. En effet, le résultat des élections est annoncé, bureau par bureau, en direct, dans les télévisions et les radios privées. Par ailleurs, les observateurs, dans les bureaux de vote, avec leurs portables, publient, dans les réseaux sociaux, instantanément, partout au Sénégal et dans le monde, le résultat de leur secteur.
Au Sénégal, plus personne ne peut plus tenter de manipuler les chiffres des votes, en raison de ce phénomène de la modernité, et d’une presse privée libre ayant contribué, de façon décisive, à la transparence des élections. C’est pour cela, et en dépit des grandes gueules, de ce tapage ou terrorisme intellectuel d’une partie de l’opposition, le résultat des élections au Sénégal finit toujours par être accepté de tous.
Par conséquent, le président Macky SALL pourra donc nommer, librement, son Premier ministre, un poste qui avait été supprimé, puis rétabli. L'opposition avait espéré, vainement, par une victoire à ces législatives, pour essayer d’empêcher le président Macky SALL de se présenter aux présidentielles de 2024. Cette hypothèque est donc levée. Le président Macky SALL, élu pour la première fois, en 2012 pour sept ans, est réélu le 24 février 2019 pour cinq ans, soit jusqu’en 2024. Le referendum constitutionnel du 20 mars 2016, combattu violemment à l’époque par l’opposition, interdit de briguer plus de deux de deux mandats. Mais deuxième mandat à partir de quand ? L’opposition bipolaire, tirant à boulets rouges, sans discernement, y compris les infrastructures, ne s’était intéressait pas lors des débats parlementaires, à cette question importante de l’application des lois dans les temps. Pour ma part, j’estime que le mandat en cours, celui de 2012 de 7 ans, ne compte pas, en raison de l’interdiction de la non-rétroactivité des lois. Seul le Conseil constitutionnel et le peuple sénégalais, sont les juges en matière électorale en vue des présidentielles de 2024, comme c’est le cas dans ces législatives du 31 juillet 2022. Ce n’est donc pas à l’opposition, qui n’a pas respecté le principe de parité dans ces législatives, de s’improviser, très hasardeusement en juge électoral.
Dans tous les cas le Sénégal est un «Grand petit pays», en référence au titre de mon troisième livre. Les députés de la majorité présidentielle qui ont perdu ont félicité leur adversaire. Un fair-play remarquable signe de maturité politique et de démocratie.
Quelle recomposition politique après ces législatives ?
Il est évident que certains membres du PDS ou certains Socialistes dissidents peuvent être «compatibles» avec la majorité présidentielle ; mais seulement le Président Macky SALL, en maître des horloges, a les cartes en mains.
Au sein de l’opposition les lignes concernant le leadership ont gravement bougé. En effet, M. Ousmane SONKO, qui était sous la lumière, ne sera pas au Parlement. Il risque d’être éclipsé par Guy Marius SAGNON ou le bouillant Barthélémy DIAS. Par ailleurs, maître Abdoulaye WADE, en dépit de son grand âge, n’a pas encore perdu le Nord. On l’a vu dans l’affaire des salons de massage recadrer Ousmane SONKO, accusé d’être imprudent d’aller dans ces endroits peu recommandables.
En définitive, c’est la première fois depuis l’indépendance en 1960, qu’un président en exercice n’obtienne pas une majorité absolue à des législatives. On a donc le scénario à la française. La majorité présidentielle qui s’en sort bien, mais de justesse, devrait faire un examen de conscience, un bilan d’étape, en se posant de bonnes questions. Qu’est-ce qui marche et que faudrait améliorer, pour de meilleures conditions de vie et de sécurité pour les Sénégalais ?
Toute victoire oblige la majorité présidentielle, sans triomphalisme, chaque fois un engagement à faire toujours plus et mieux, afin de consolider cette démocratie vivante et parfois turbulente, dans un Sénégal de paix, uni et prospère. Dans une démocratie, rien n’est acquis définitivement ; c’est un combat de chaque instant.
Qui sera le président de l’Assemblée nationale du Sénégal, après le départ de Moustapha NIASSE (voir mon article) ?
Les débats au sein de la nouvelle législature, en raison de la poussée de l’opposition seront animés. Cependant, il n’y a pas de bonne démocratie, mais il n’y a que de grands démocrates. La démocratie, c’est l’affaire des partis politiques, des forces vivantes de la société civile, mais aussi de chaque citoyen. Ce qui nous unit, avec certes des convictions politiques différentes, c’est le Sénégal, et cela est plus grand que ce qui nous divise.
Paris, le 1er août 2022, par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
 
 
«Sénégal : Victoire du président Macky SALL aux législatives du 31 juillet 2022» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sénégal : Victoire du président Macky SALL aux législatives du 31 juillet 2022» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sénégal : Victoire du président Macky SALL aux législatives du 31 juillet 2022» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sénégal : Victoire du président Macky SALL aux législatives du 31 juillet 2022» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sénégal : Victoire du président Macky SALL aux législatives du 31 juillet 2022» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sénégal : Victoire du président Macky SALL aux législatives du 31 juillet 2022» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sénégal : Victoire du président Macky SALL aux législatives du 31 juillet 2022» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sénégal : Victoire du président Macky SALL aux législatives du 31 juillet 2022» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sénégal : Victoire du président Macky SALL aux législatives du 31 juillet 2022» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sénégal : Victoire du président Macky SALL aux législatives du 31 juillet 2022» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sénégal : Victoire du président Macky SALL aux législatives du 31 juillet 2022» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sénégal : Victoire du président Macky SALL aux législatives du 31 juillet 2022» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sénégal : Victoire du président Macky SALL aux législatives du 31 juillet 2022» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sénégal : Victoire du président Macky SALL aux législatives du 31 juillet 2022» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sénégal : Victoire du président Macky SALL aux législatives du 31 juillet 2022» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sénégal : Victoire du président Macky SALL aux législatives du 31 juillet 2022» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sénégal : Victoire du président Macky SALL aux législatives du 31 juillet 2022» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sénégal : Victoire du président Macky SALL aux législatives du 31 juillet 2022» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sénégal : Victoire du président Macky SALL aux législatives du 31 juillet 2022» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sénégal : Victoire du président Macky SALL aux législatives du 31 juillet 2022» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sénégal : Victoire du président Macky SALL aux législatives du 31 juillet 2022» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sénégal : Victoire du président Macky SALL aux législatives du 31 juillet 2022» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sénégal : Victoire du président Macky SALL aux législatives du 31 juillet 2022» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Partager cet article
Repost0
31 juillet 2022 7 31 /07 /juillet /2022 10:07
«Le 31 juillet 2022 les Sénégalais de l'intérieur et de la diaspora élisent leurs députés» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Ce dimanche 31 juillet 2022, les Sénégalais de l’intérieur, comme de la diaspora, élisent leurs députés à l’Assemblée nationale (voir mon article du 23 juin 2022 sur les enjeux de ces législatives). Sur un total de 165 députés, élus pour 5 ans, dans cette législature 2017-2022, la majorité présidentielle dispose de 125 sièges. Les députés sont élus sur le principe de la base de listes paritaires et 15 sièges sont réservés à la diaspora (7 en Afrique, 6 en Europe, 2 en Amérique, Océanie, Asie et Moyen-Orient).
Aussi je rappelle les 20 lieux de vote en France, avec 58 685 inscrits, pour élire les députés de la diaspora. Les Parisiens votent dans mon 19ème arrondissement, bureau n°57, au Paris Event Center, 20 avenue de la Porte de la Villette. Il existe d’autres bureaux de vote à Creil, Mantes-la-Jolie, Le Havre, Lille, Strasbourg, Mulhouse, Orléans, Nantes, Toulouse, Lyon, Bordeaux, Limoges, Pau, Marseille, Montpellier, Nice, Cannes et Toulon. Les bureaux de vote sont ouverts de 8 heures à 18 heures.
L’actuel président de l’Assemblée nationale depuis 2012, et président de l’AFP, M. Moustapha NIASSE, 82 ans, ne se représente pas à ces législatives (Voir mon article du 30 juin 2022). C’est maître Abdoulaye WADE (96 ans), ancien président de la République de 2000 à 2012, qui est tête de liste de l’opposition. C’est donc maître WADE, en sa qualité de doyen d’âge, qui présidera la séance d’ouverture de la nouvelle législature.
Au Sénégal et depuis 1914, les élections se sont toujours déroulées sous la tension ; ce fut le cas aux législatives de 1951, des partisans de maître Lamine GUEYE ont été assassinés en Casamance et en riposte les amis de Lamine GUEYE (voir mon article du 17 juillet 2022 sur Lamine GUEYE) avaient tué à Thiès Aynina FALL, un partisan de SENGHOR. A Saint-Louis les élections municipales de juillet 1960, avaient provoqué 7 morts, le Parti Africain de l'indépendance, voulant prendre les armes, avait été interdit et ses représentants exilés. Plus proche de nous, des bombes avaient explosé à Dakar en 1988, et en 1993, un avocat et juge maître Babacar SEYE avait été assassiné et ses assassins sont toujours en service, dans ces législatives.
Pour ces législative, et afin de prévenir les troubles à l'ordre public, un arrêté du 29 juillet 2022, du Ministre de l’Intérieur,  interdit du samedi 30 juillet 2022 au dimanche 31 juillet 2022, à minuit, la circulation en véhicule à moteur, de région à région.
Cependant, et en dépit de ces menaces à l'ordre public qui sont plausibles, le résultat des élections, au Sénégal pays démocratique, finit toujours par être accepté par les deux parties. Le Sénégal a choisi la forme civile du gouvernement et a rejeté toute forme militaire ou dévolution monarchique de son gouvernement.
Les Sénégalais votent depuis 1848, et disposaient d’un poste de député à l’Assemblée nationale française. Peuple souverain et mâture lors de l’alternance 10 mai 1914, avec l'élection de Blaise DIAGNE 1er député africain à l'assemblée nationale française (voir mon article) c'était un tremblement de terre pour les coloniaux qui détenaient ce député depuis 1848. Une grande et première fissure à l'époque du système colonial n'acceptant pas une remise en cause de sa domination. Lamine GUEYE (voir mon article) dans sa compétition avec SENGHOR dont il était le mentor et oubliant les campagnes, et ne s'intéressant qu'aux intellectuels ou «évolués», s'estimant plus légitime pour avoir fait abroger le Code de l'indigénat n'avait pas vu que les Sénégalais savaient se faire une opinion. Les Sénégalais ont voté en 2000, 2012, 2019 et lors de ces municipales du 23 janvier 2022 (Voir mon article du 27 janvier 2022) où il y a eu une alternance dans certaines villes, au sein de l'opposition. Les Sénégalais savent se faire une opinion en toute sérénité et lucidité et ce pour cela que le Sénégal est un «Grand petit pays» en référence au titre de mon 3ème livre.
Aux urnes citoyens ! «Faites le bon choix», pour reprendre une formule le 27 janvier 1978 de Valery GISCARD D'ESTAING (1926-2020) à Verdun-le-Doux, en Saône-et-Loire, redoutant une cohabitation.
Paris, le 31 juillet 2022 par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

 

«Le 31 juillet 2022 les Sénégalais de l'intérieur et de la diaspora élisent leurs députés» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le 31 juillet 2022 les Sénégalais de l'intérieur et de la diaspora élisent leurs députés» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Partager cet article
Repost0
30 juillet 2022 6 30 /07 /juillet /2022 22:34
«Moustapha NIASSE, président de l'assemblée nationale et de l'AFP, prend sa retraite en politique» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Si maître Abdoulaye WADE, en dépit d'un âge très avancé (96 ans), est la tête de liste de l'opposition aux législatives du dimanche 31 juillet 2022, en revanche, pour sa retraite politique annoncée en 2018, M. Moustapha NIASSE, président de l’Assemblée nationale du Sénégal depuis 2012, a fini par jeter l'éponge. «La retraire n’est pas la fin d’une vie ; c’est la fin d’une étape dans la vie. C’est une nouvelle vie qui commence, et qui est alimentée par un repère inépuisable de l’expérience, être ouvert, sans rien d’autre. Je quitte sans vous quitter» dit le président Moustapha NIASSE, qui est dans la transmission, la vie étant souffrir et aimer. Si une biographie lui a été consacrée par Alassane AGNE, en 2002, à ma connaissance, le président Moustapha NIASSE n’a pas encore publié ses mémoires. Et pourtant, Moustapha NIASSE, sur le terrain politique depuis 1957, a été témoin de faits majeurs : l’aube des indépendances, la crise de 1968, la période de glaciation avec la suppression du poste de Premier ministre, la démocratie limitée à partir de 1974, puis illimitée sous Abdou DIOUF, deux alternances ; il a encore des choses importantes à dire. «Mon ambition, partagée par de nombreux sénégalais, est pour l’Afrique, continent d’histoires et de cultures, cette Afrique que l’on ne regarde pas avec l’attention qu’il faut, celle qui peut être fière d’elle-même et qui doit avoir confiance en son avenir dans le concert des Nations» dit-il. Moustapha NIASSE a donc entamé un livre sur sa vision de l’Afrique : «J’ai commencé la rédaction d’un livre que je consacre à cette vision de l’Afrique, la vraie Afrique, celle qui a commencé à se construire avec des leaders conscients des attentes qui s’élèvent vers eux et qui ne ménageront aucun effort pour affirmer, confirmer et consolider la place de notre continent et de ses cultures dans le monde » dit-il dans son message du 30 juin 2022, d’adieu aux parlementaires sénégalais.
Véritable dinosaure de la vie politique sénégalaise, M. Moustapha NIASSE a collaboré avec les quatre chefs d'Etat depuis élus depuis l'indépendance, à savoir Léopold Sédar SENGHOR, Abdou DIOUF, maître Abdoulaye WADE et Macky SALL. Il a donc battu le record de longévité au pouvoir. En 1957, lycée à Faidherbe, Moustapha NIASSE rencontre Léopold Sédar SENGHOR, son mentor. il est nommé Directeur de l’Information et de la Presse de 1967 à 1970, Directeur de Cabinet du président SENGHOR de 1970 à 1978, Ministre de l’urbanisme de 1978 à 1979, Ministre des affaires étrangères de 1979 à 1984, date son départ du gouvernement.
Premier accident de parcours dans sa carrière, en septembre 1984, en plein Conseil des ministres, Moustapha NIASSE gifle son collègue Djibo Laîty KA (1948-2017à, qui lui reprochait un certain absentéisme. Cet indicent devient la risée de tous et une affaire d’Etat. Moustapha NIASSE refuse le poste de Ministre des affaires étrangères. Le président Abdou DIOUF lui propose un autre ministère, mais il préfère rejoindre le secteur privé. En effet, après 1984, Moustapha NIASSE fonde un cabinet de consultance et cela durer pendant 8 ans et demi. Sa fortune, en 1988, était évaluée à 7,6 millions d’euros. C’est donc un homme riche «J’ai eu des actions chez Oryx, jusqu’en février 2006. Puis j’ai quitté ce groupe. Je ne suis pas assis sur des millions de dollars, ce je partage beaucoup avec mes parents et mes proches» dit-il à «Jeune Afrique». Après cette parenthèse dans le secteur privé, en juin 1993, il redevient Ministre des affaires étrangères jusqu’en juillet 1998. Il est alors nommé représentant du Secrétaire général des Nations Unies dans les pays des Grands Lacs.
C’est en raison de ses qualités de diplomate, que le président SENGHOR avait chargé, en 1974, Moustapha NIASSE de négocier, avec le PS français, l’entrée de l’UPS sénégalais au sein de l’Internationale Socialiste. L’emprisonnement de Mamadou DIA (1910-2009, voir mon article) avait été un casus belli. «Mitterrand et moi, nous partagions l’amour du livre. Je l’écoutais parler de Paul Éluard et ne le contredisais jamais. Il pouvait être mon père et je buvais ses paroles» dit Moustapha NIASSE. Il réussira cette mission en 1976. C’est également, au sommet de l’OUA, à Mogadiscio, que Moustapha NIASSE présentera au président SENGHOR, un certain maître Abdoulaye WADE, celui-là qui allait provoquer la première alternance d’avril 2000.   «Je connaissais Maître Wade depuis l’époque de mes études. J’ai facilité l’audience, et c’est lors de ce tête-à-tête que Wade a proposé à Senghor de créer un parti d’opposition. Le président a donné son accord. Tout s’est passé entre gentlemen» dit Moustapha NIASSE.
 Cette longue et riche aventure politique ne s’achèvera qu’au 31 juillet 2022. «J’ai commencé à militer au lycée Faidherbe, de 1953 à 1959. J’avais 17 ans. J’étais grand gréviste à l’internat du lycée Faidherbe. C’est pourquoi, j’aime un peu les grévistes et je les respecte. Je les admire même. Parce qu’il savoir dire non quand, il le faut. Et ce qui m’a conduit à la politique quand j’ai eu mon bac. J’étais à l’UPS, on était majoritaire dans le pays, mais minoritaire à l’université où l’on était dans l’opposition. Il fallait que je m’oppose ; c’est ce qui m’a conduit à la politique. Mas vision de la Politique était d’abord philosophique et morale» dit-il dans un entretien accordé à Walf Grand-Débat du 3 septembre 2011.
Moustapha NIASSE est né le 4 novembre 1939, à Keur Madiabel, près de Kaolack. S’il est de culture ouolofe, ses ancêtres sont d’ascendance peule, et viennent donc du Fouta-Toro. Son père meurt, alors qu’il n’avait que cinq ans. En revanche, sa mère, Abysatta THIAM (1914-2028), une parente d’El Hadji Omar TALL, disparaît en 2018, à l’âge de 104 ans. Le jeune Moustapha surnommé «Névada» en raison de sa jolie cravate, confesse «J’étais un excellent danseur de Pachanga. Mais je me suis reconverti au Rap. Mais j’ai aussi adoré la musique arabe parce qu’elle a marqué mon milieu familial. Oumou Kalsoum, Sayrul, Abdel El Haza, Fayruz, Tarek Al Assad.» dit-il. En dehors des études coraniques, Moustapha est un brillant, studieux et appliqué élève. Après ses études primaire à Keur Madiabel, secondaires à Saint-Louis, où il se lie d’amitié notamment Amath DANSOKHO, il fera des études supérieures en droit public et en diplomatie à Dakar, puis à Paris II Assas. Sorti major de la promotion 1966-67 dit André PEYTAVIN, Moustapha NIASSE intègre le corps des administrateurs civils.
Moustapha NIASSE a bien réussi sa carrière politique, mais ses rivalités et ses ressentiments envers Ousmane Tanor DIENG (1947-2019, voir mon article) ont conduit, en grande partie, à la perte du Parti socialiste, à l’alternance de 2000, avec l’arrivée de maître Abdoulaye WADE au pouvoir «A certains moments, les rivalités de clans et de personnes internes au P.S. étaient plus exacerbées que celles qui l’opposaient à ses partenaires, voire l’opposition. Le congrès, sans débats qui, en 1994, avait porté sur Ousmane Tanor DIENG à la tête du PS, a entraîne un séisme dont les ondes de choc et les répliques secouent encore le parti de Senghor. Ses conséquences ont plombé le régime avant de le précipiter vers sa chute» écrit, en 2022, Abdoulaye BATHILY, dans «Passion de la liberté». En effet, Djibo KA est évincé du PS en 1998 et l’appel du 16 juin 1999 de Moustapha NIASSE, «Je suis prêt», sera suivi d’une démission du Parti. «Je suis prêt à donner au combat politique que je poursuis depuis toujours une nouvelle dimension» avait-il.
Il fonde son parti l’Alliance des Forces de Progrès (AFP) et rejoindra par la suite maître Abdoulaye WADE, après l’alternance de 2000 qui le nomme, en avril, premier ministre. Cependant, onze mois après, refusant d’intégrer le Parti Démocratique de maître WADE, il démissionne de ses fonctions gouvernementales le 3 mars 2001.
Moustapha NIASSE en dépit de sa longue expérience n’a pas pu conquérir le poste de président de la République. En 2012, s’il avait conclu un accord avec Ousmane Tanor DIENG, la victoire était de portée de main. De nos jours, le Parti socialiste sénégalais, comme son cousin français, est un état de délabrement avancée, depuis la disparition de Tanor DIENG et la scission de Khalifa SALL, maire déchu de Dakar. Par conséquent, l’AFP de Moustapha NIASSE survivra-t-elle après le départ de son fondateur ? Quelle recomposition politique au sein de la majorité ?
Malick GAKOU qui avait tenté de le concurrencer a été vite évincé du parti. Par ailleurs, Moustapha NIASSE, un diplomate, avait une parfaite maitrise de ses dossiers et du débat, dans une assemblée nationale parfois turbulente et peu disciplinée. «Son parcours force le respect. Personne, à part le chef de l’État, n’a une telle maîtrise des dossiers. Et dans une majorité parlementaire où cohabitent huit ou neuf formations politiques, il a l’expertise et l’expérience pour maintenir la cohésion de BBY à l’Assemblée nationale et pour donner au groupe une mentalité de gagneur jusqu’à la présidentielle» dit Mame M’Baye NIANG.
Si c’est, maître Abdoulaye WADE, doyen d’âge, qui présidera donc la première séance de la future assemblée nationale, en sa qualité de doyen d’âge, qui héritera donc du perchoir ? «L’Assemblée nationale est le cadre, par excellence, de la Démocratie. La Démocratie dans les échanges entre députés, démocratie dans l’expression des idées et des propositions» avait-il dit en 30 juin 2018.
Marié de longue date à Marianne qui lui a donné 6 enfants, et amoureux des Lettres, Moustapha NIASSE aurait aimé écrire un poème pour sa femme, un poème digne de Pierre de RONSARD (1524-1585, voir mon article sur ce poète français).
Resté président de la Fondation Léopold Sédar SENGHOR, Moustapha NIASSE a été décoré par le président Macky SALL de l’Ordre national du Lion, la plus haute distinction sénégalaise. Pour Moustapha NIASSE cette distinction est la marque de l’exaltation, mais aussi de la reconnaissance, de la loyauté et de la fidélité de l’AFP pendant ces dix années de collaboration avec le gouvernement du président Macky SALL.
Brèves références bibliographiques
1 – Contributions de Moustapha NIASSE
NIASSE (Moustapha), «Entretien» accord à Walf Grand-Débat du 3 septembre 2011 ;
NIASSE (Moustapha), Nouvelles structures et nouvelles politiques du mouvement des jeunes du Parti : ou jeunesse et vie politique, Dakar, 1973, UPS, 190 pages ;
NIASSE (Moustapha), Réflexions sur le Senghorisme, Dakar, 1973, UPS, 5 6pages.
2 – Critiques de Moustapha NIASSE.
AGNE (Alassane, Elfecky), Moustapha Niasse : sa vie son combat, essai biographique, Saint-Louis (Sénégal), Xamal, 2002, 214 pages ;
BATHILY (Abdoulaye), Passion de la liberté, Paris, Présence africaine, 2022, pages, spéc pages 345-364 ;
BOISBOUVIER (Christophe), «Moustapha Niasse, le survivant», Jeune Afrique du 23 avril 2018 ;
BOISBOUVIER (Christophe), «Moustapha Niasse, plutôt heureux en affaires ?», Jeune Afrique du 23 avril 2018 ;
HERMANN BOKO (Mawunyo), «L’AFP pèsera-t-elle encore après Moustapha Niasse ?», Jeune Afrique du 6 juillet 2022 ;
KANE (Falilou), OCAM. Pionnière de l’intégration africaine, préface de Moustapha Niasse, Paris, L’Harmattan, 2017, 152 pages ;
NDOK NDIAYE (Théodore), Quel Sénégal pour demain ? Une vision chrétienne et citoyenne, préface Albert Alphonse Seck, postface de Moustapha Niasse, Paris, L’Harmattan, 2012, 214 pages.
Paris, le 30 juillet 2022, par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
 

 
«Moustapha NIASSE, président de l'assemblée nationale et de l'AFP, prend sa retraite en politique» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Moustapha NIASSE, président de l'assemblée nationale et de l'AFP, prend sa retraite en politique» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Moustapha NIASSE, président de l'assemblée nationale et de l'AFP, prend sa retraite en politique» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Moustapha NIASSE, président de l'assemblée nationale et de l'AFP, prend sa retraite en politique» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Moustapha NIASSE, président de l'assemblée nationale et de l'AFP, prend sa retraite en politique» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Moustapha NIASSE, président de l'assemblée nationale et de l'AFP, prend sa retraite en politique» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Moustapha NIASSE, président de l'assemblée nationale et de l'AFP, prend sa retraite en politique» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Moustapha NIASSE, président de l'assemblée nationale et de l'AFP, prend sa retraite en politique» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Moustapha NIASSE, président de l'assemblée nationale et de l'AFP, prend sa retraite en politique» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Moustapha NIASSE, président de l'assemblée nationale et de l'AFP, prend sa retraite en politique» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Moustapha NIASSE, président de l'assemblée nationale et de l'AFP, prend sa retraite en politique» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Moustapha NIASSE, président de l'assemblée nationale et de l'AFP, prend sa retraite en politique» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Moustapha NIASSE, président de l'assemblée nationale et de l'AFP, prend sa retraite en politique» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Moustapha NIASSE, président de l'assemblée nationale et de l'AFP, prend sa retraite en politique» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Moustapha NIASSE, président de l'assemblée nationale et de l'AFP, prend sa retraite en politique» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Moustapha NIASSE, président de l'assemblée nationale et de l'AFP, prend sa retraite en politique» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Moustapha NIASSE, président de l'assemblée nationale et de l'AFP, prend sa retraite en politique» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Moustapha NIASSE, président de l'assemblée nationale et de l'AFP, prend sa retraite en politique» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Moustapha NIASSE, président de l'assemblée nationale et de l'AFP, prend sa retraite en politique» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Moustapha NIASSE, président de l'assemblée nationale et de l'AFP, prend sa retraite en politique» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Partager cet article
Repost0
30 juillet 2022 6 30 /07 /juillet /2022 12:26
«Yves ALAVO, un poète du bien-vivre ensemble et citoyen de l'universel» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Actif engagé, j'aime rire. Je suis très sensible à la beauté, aux arts. Exigeant envers moi, je suis, avec la sagesse grandissante, plus respectueux des autres qui sont différents, plus modéré dans l'évaluation, malgré la ferme joie des réalisations» dit Yves ALAVO dans «Je suis», une brève autobiographie.
Il est toujours délicat de célébrer une amitié qui se poursuit et de se développe encore, certaines relations pouvant parfois se révéler, parfois, décevantes. «Il ne faudrait jamais faire l'éloge de la nuit, avant qu'il ne fasse jour» dit un diction Peul. Je prends donc le risque ici, mais un risque fort limité, de dire, avant même de le rencontrer, Yves étant un contact sur Facebook de longue date, que j'avais senti, en lui, des vibrations particulièrement positives. Pour certains de ces amis virtuels sur Facebook, qu’on a pourtant jamais vu, on s'attache à eux, comme s'ils faisaient partie de votre environnement familial ou amical depuis la naissance ; et Yves, naturellement, fait partie de ceux-là, au plus haut-niveau.
Je n'ai rencontré de visu, physiquement, Yves ALAVO qu'à l'occasion des 70 ans de Présence africaine, les 26 et 27 octobre 2019, à la «Colonie», un endroit magique inventé par Kader ATTIA, à Paris 10ème, près de la Gare du Nord. «Je te croyais plus grand que cela» me dit Yves ALAVO, avec une pointe de regret ou de déception. Il n'aurait pas été bienséant, ou modeste de ma part de répondre que la grandeur n'est pas seulement que dans la taille, Napoléon, Michel ROCARD, comme d'autres éminentes personnalités étant de petite taille.
Passé ce temps éphémère de surprise, depuis cette rencontre historique du 70ème anniversaire de Présence africaine, j'ai mis un visage sur Yves ALAVO. En effet, certaines photos de Facebook, quand elles existent, peuvent être trompeuses. Par ailleurs, Yves ALAVO a eu la délicieuse idée de revenir, en touriste, à Paris, du 21 juin au 8 juillet 2022 ; et il a pris un hôtel au métro Jourdain à quelques mètres de chez moi. Nous avons eu, largement, le temps de faire de nombreuses ballades dans Paris et donc d'échanger sur moult sujets. Il est bien évident que quand on est avec Yves, on ne s'ennuie jamais ; il a toujours quelque chose d'intéressant et de passionnant à raconter.
Aussi, je découvre le riche parcours de ce grand poète et citoyen de l'universel, un immense militant du bien-vivre ensemble, un thème central de toutes mes recherches. «Mon plaisir, le plus fort, est celui que procure l'expression, en ce qu'elle peut avoir de démiurge : une force créatrice qui donne aux mots, aux écrits, aux sons et aux rythmes, VIE. Je suis enthousiaste, passionné et optimiste. J'aime voir dans les yeux de mes interlocuteurs, la vivacité de l'esprit, la force de caractère de celles et ceux qui ont des convictions et qui savent les incarner» martèle Yves ALAVO dans «Je suis».
Ce qui se dégage de ces échanges, enrichissant et qui vous transfigurent, ce sont les valeurs humanistes et positives animant notre Yves ALAVO ; cela me rappelle un ouvrage «Je veux parler à un humain»  de mon ami Pierre PASTEL (voir mon article). Yves, comme Pierre, sont en permanence en train de remuer des questions essentielles : «Donner, partager, convaincre et créer, toujours créer, pour que notre monde soit meilleur, que nos partenaires de la Terre soient plus heureux, plus épanouis, plus généreux», écrit Yves ALAVO dans «Je suis».
Il y a plusieurs vies dans la vie d'Yves ALAVO, entre l'Afrique, le Maghreb, la France et le Canada : religieux, enseignant, associatif, fonctionnaire, communicant, journaliste, conseiller et expert en stratégies. Comme le personnage de Julien Sorel, dans le «Rouge et le noir», Yves a hésité pendant un certain temps entre la vocation d’ecclésiastique et celle d'enseignant. Julien Sorel avait perdu sa tête, mais Yves ALAVO a décidé, comme son ami, le peintre Hassane AMRAOUI, dit Chlag, de dresser, dans sa poésie, une invitation à voyager ailleurs, une extraordinaire célébration de la vie : «Peindre, c'est célébrer la générosité, la santé, c'est aussi partager le sens de mon travail de création artistique, pour vivre plus de solidarité ; c'est l'espoir d'un monde de justice, de respect et de dignité» dit Chlag.
Guelfe pour les Gibelins et Gibelin pour les Guelfes, comme Erasme, Yves ALAVO est en fait un authentique citoyen de l'universel, comme l'entendait le président Léopold Sédar SENGHOR (1906-2001). En effet, Yves est né à Dakar, au Sénégal, à l'époque capitale de l'Afrique occidentale française. «Bel-Air, près de la mer et des rails, lieu de l’enfance. Là s’ancrent les souvenirs. Bel-Air bruits assourdissants des trains de marchandises Bel-Air cortèges funèbres» écrit-il dans «Bleu de lune et soleil d’or».
Son père, Antoine ALAVO (1928-2013) d'origine béninoise, est d'ascendance de la famille royale d'Abomey. Yves reviendra au Sénégal en 2023, avec tous les membres de sa famille éparpillés partout dans le monde, à l'occasion du 10ème anniversaire de la disparition de son père.
Sa mère, Marie-Antoinette ALAVO, était une infirmière d'origine algérienne de Tlemcen exerçant ses fonctions à l'hôpital principal de Dakar. Tlemcen est célèbre pour sa grande mosquée du XIème siècle et pour le mausolée de Sidi BOUMEDIENE, un grand soufi du XIIème siècle.
Le père de Yves, un membre de la Marine militaire française, puis marchande, est devenu un des fondateurs, au moment de sa création, des Douanes sénégalaises (port de Dakar et postes frontières). Pour une fratrie de neuf enfants, la famille du jeune Yves, est le lieu de rencontres de l'intelligentsia africaine. Yves a connu notamment Albert TEVODJIRE (1929-2019), homme politique et universitaire de Porto-Novo, devenu Secrétaire général du BIT et Germaine ACOGNY, la célèbre chorégraphe qui fut membre des ballets de Mudra Afrique à Dakar. En effet, Germaine ACOGNY a collaboré avec Maurice BEJART (1927-2007) lui-même fils de Gaston BERGER (1896-1960, voir mon article).
Yves ALAVO, citoyen français, né avant l'indépendance et de parents cadres de l'administration coloniale, est donc tout naturellement venu suivre des études universitaires en France, en lettres et philosophie, à Nantes. En effet, il a suivi des études et formation religieuse au sein de la Congrégation St-Gabriel, juvénat et noviciat. Il a fait des vœux, enseigné comme religieux au Collège du Sine, à Fatick au Sénégal, avant de quitter cet ordre religieux. En raison de ce parcours atypique, lors de nos échanges, on sent encore la profonde révolte de Yves ALAVO contre tout ce qui asservit les humains, et en particulier la question de l'esclavage, à travers la solitude des champs de coton, le sifflement du fouet, le courage et la révolte des vaincus, ainsi que le message d'appel à la dignité du révérend Martin Luther KING (1929-1968), pour un avenir meilleur, dans la Fraternité et la Justice.
Après, 1978, Yves ALAVO, tout en restant connecté avec l'Afrique et ses diasporas, a entrepris des études à Montréal où il a obtenu une maîtrise en sciences de la communication. Première promotion au sein de l’Université de Montréal. En 2010, cette université lui décerne un diplôme d’honneur. Il est devenu rédacteur en chef et responsable de publications au Sénégal, en France et au Canada. «A cette ville à qui je donne tout et que j’aime. Ville cordiale aux formes généreuses, longiligne et svelte avec un visage d’ange, jet de la passion au firmament de la sensualité» écrit-il dans le poème, «Danse Montréal ».
Yves ALAVO, même s’il chante, à travers ses poèmes, l’hiver blanc, le printemps vert, l’été jaune ou l’automne rouge du Canada, tout en restant exilé, n’a pas oublié d’où il vient. «L’oiseau est perché sur la plus haute branche de l’arbre, mais son cœur et ses yeux sont rivés sur la plus petite graine jonchant sur le sol» dit en substance un dicton Peul.
Dans son recueil «Vertiges sublimes et couleurs des saisons intimes», Yves ALAVO a consacré un poème à l’exil, de soi, de sa culture, du cœur jamais parti, d’un destin à construire, à inventer et de mémoires multiples. Aussi, dans son poème «fleurs d’amour», un extrait des «Vertiges sublimes et couleurs des saisons intimes», l’aloe de Madagascar est une fleur de passion, le bougainvillier, de folie, le baobab, d’amour. Il a participé, en 2002, sous l’égide de l’administration municipale de Montréal, à la création du Conseil interculturel de Montréal, pour la promotion de la diversité et la lutte contre les discriminations.
Yves ALAVO, dans un article de 1981, a insisté, dans les rapports Nord-Sud, sur une «communication inégale», en indiquant que les principales agences d'information sont occidentales. Yves ALAVO a été visionnaire, en dénonçant cette colonisation de l'information, puisque, de nos jours, les chaînes d'information continue de la Françafrique sont maintenant installées au Sénégal. Si le Ouolof est omniprésent dans les radios et télévisions, au détriment des autres langues nationales, la presse écrite paresseuse et superficielle, sans investigations sérieuses, avec des journalistes misérables ou mendiants ; ce qui ne contribue pas à inverser la tendance par rapport à la domination culturelle des médias français.
Comment donc «décoloniser» l'information, en référence au titre d'un ouvrage de Hervé BOURGES (1933-2020) ? Evoquant le sacerdoce du journaliste, «Notre métier n'est pas de faire plaisir, non plus que de faire du tort, il est de porter la plume dans la plaie» disait Albert LONDRES (1884-1932, voir mon article). 
Après avoir été fonctionnaire au Québec, dans les 3 niveaux de gouvernement : Provincial, Fédéral et Municipal, puis au Canada, Yves ALAVO est maintenant retraité. Il vit Montréal, avec sa femme, Paule MAUFFETTE, ses enfants et ses petits-enfants, devenus tout blanc. Je sais maintenant à quoi pourraient ressembler éventuellement mes petit-enfants.
Yves ALAVO est un poète auteur de trois ouvrages : «Bleu de lune et soleil d’or»,  publié en octobre 2007 chez Christian Feuillette éditeur, «Vertiges sublimes et couleurs de saisons intimes» paru en 2010, chez Grenier et «Ambre-Vermeil. Peintures de la vie» en autoédition en 2019 chez Yves Alavo Communication.
Dans ses recueils de poèmes, la Nature, la femme, l’amour, la beauté, la sensualité, du désir, le bonheur, la création artistique, la justice, la tolérance et l’égalité y sont célébrées. «Force propre, mère des souffrances, embrasse l’univers de ta noirceur fière, étoile qui enfante l’humanité future» écrit-il dans «Femme noire» du recueil «Bleu de lune et soleil d’or».
Dans sa poésie, ce qui  frappe d’abord, c’est la qualité de l’expression écrite de notre Yves ALAVO, sa belle plume ayant été honorée par de différentes distinctions. En effet, Yves ALAVO a reçu le prix du Carrefour des communautés du Québec et du MICC. Il également récipiendaire, en 2008, du Premier Prix de poésie de l’Association québécoise des professeurs de français (AQPLF) et de l’Association nationale des éditeurs de livres (ANEL).
Ensuite, Yves est un poète engagé au service du bien-vivre ensemble. Ainsi, dans son poème, «la vague bleue» dans le recueil «Vestiges sublimes et couleurs de saisons intimes», il égrène les noms des héros de l’Afrique et de ses diasporas, Patrice LUMUMBA et la «longue marche des luttes. Pionniers des batailles. Combat ancestral de la dignité», Martin Luther KING et son «Rêve», Rosa PARKS «assise pour que puissent se lever, dans le souffle bleu, les citoyens toutes conditions confondues», Mohamed ALI, «chorégraphe du noble art. Poings unis pour la gloire des humains», Pelé «génie joyeux des magies cosmiques», Léopold Sédar SENGHOR, Aimé CESAIRE, «Apôtres de la Négritude, de la force de l’Intuition et de la Raison», Louis ARMSTRONG, «Satchmo pour l’infini». Ses poèmes sont un long cri d’Amour et de Fraternité «Je palpite aussi, cœur à cœur avec toi. Je pétille, comme l’eau de nos amours. Mon cœur aussi bat la mesure, le chant sans fin» écrit-il «Vertige», un poème des «Vertiges sublimes et couleurs des saisons intimes».
Enfin, ce le fil conducteur de sa contribution littéraire, avec sa part autobiographique, est de placer avant tout l’Humain au cœur de sa création littéraire. Yves chante l’Amour, à travers divers poèmes du recueil «Vertiges sublimes et couleurs des saisons intimes» dont la «Royale», créatrice de lumière dont la voix monte au cœur, le regard va loin, «le soleil de paix», plaisir d’être avec l’autre, cet autre qui est aussi avec soi, «fleur de mai», cette complice tendresse au cœur, «les mots» nous sommes en réciprocité de conscience, en équité de cœur.
Yves ALVO n’est pas un utopiste, mais un rêveur ; il rêve, sans cesse d’un monde meilleur, plus fraternel, plus juste. «Désormais, dans un monde meilleur que celui-ci, je désirerai plus d’amour et de connaissance pour vous» dit William SHAKESPEARE (1564-1616). «Je vous souhaite la paix, la paix du cœur qui voisine le bonheur» écrit Yves ALAVO dans un poème «Bon anniversaire la Terre».
Références bibliographiques
ALAVO (Yves), «La communication inégale», Communication information, 1981, vol 3, n3, pages 160-167 ;
ALAVO (Yves), «Ranou : comment accéder aux publics», TucArtToc, printemps 2018, n18, pages 56-57 ;
ALAVO (Yves), Ambre-vermeil. Peintures de la vie. Poésie, Montréal, Québec, Yves Alavo Communication, Créer, innover, collaborer, 2019, 107 pages ;
ALAVO (Yves), AMRAOUI (Hassane), Chlag : le paradoxe et l'espoir, Yves Alavo Communication, 2020, 23 pages ;
ALAVO (Yves), Bleu de lune soleil et soleil d'or, Montréal, Québec, Christian Feuillette, 2007, 106 pages ;
ALAVO (Yves), Vertiges sublimes et couleurs des saisons intimes, Montréal, Québec, Grenier, 2010, 83 pages.
Paris le 30 juillet 2022 par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
 

 
«Yves ALAVO, un poète du bien-vivre ensemble et citoyen de l'universel» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Yves ALAVO, un poète du bien-vivre ensemble et citoyen de l'universel» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Yves ALAVO, un poète du bien-vivre ensemble et citoyen de l'universel» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Yves ALAVO, un poète du bien-vivre ensemble et citoyen de l'universel» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Yves ALAVO, un poète du bien-vivre ensemble et citoyen de l'universel» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Yves ALAVO, un poète du bien-vivre ensemble et citoyen de l'universel» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Yves ALAVO, un poète du bien-vivre ensemble et citoyen de l'universel» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Yves ALAVO, un poète du bien-vivre ensemble et citoyen de l'universel» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Yves ALAVO, un poète du bien-vivre ensemble et citoyen de l'universel» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Yves ALAVO, un poète du bien-vivre ensemble et citoyen de l'universel» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Yves ALAVO, un poète du bien-vivre ensemble et citoyen de l'universel» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Yves ALAVO, un poète du bien-vivre ensemble et citoyen de l'universel» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Yves ALAVO, un poète du bien-vivre ensemble et citoyen de l'universel» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Yves ALAVO, un poète du bien-vivre ensemble et citoyen de l'universel» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Yves ALAVO, un poète du bien-vivre ensemble et citoyen de l'universel» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Yves ALAVO, un poète du bien-vivre ensemble et citoyen de l'universel» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Yves ALAVO, un poète du bien-vivre ensemble et citoyen de l'universel» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Yves ALAVO, un poète du bien-vivre ensemble et citoyen de l'universel» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Yves ALAVO, un poète du bien-vivre ensemble et citoyen de l'universel» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Yves ALAVO, un poète du bien-vivre ensemble et citoyen de l'universel» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Yves ALAVO, un poète du bien-vivre ensemble et citoyen de l'universel» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Yves ALAVO, un poète du bien-vivre ensemble et citoyen de l'universel» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Yves ALAVO, un poète du bien-vivre ensemble et citoyen de l'universel» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Yves ALAVO, un poète du bien-vivre ensemble et citoyen de l'universel» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Yves ALAVO, un poète du bien-vivre ensemble et citoyen de l'universel» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Yves ALAVO, un poète du bien-vivre ensemble et citoyen de l'universel» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Yves ALAVO, un poète du bien-vivre ensemble et citoyen de l'universel» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Yves ALAVO, un poète du bien-vivre ensemble et citoyen de l'universel» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Yves ALAVO, un poète du bien-vivre ensemble et citoyen de l'universel» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Yves ALAVO, un poète du bien-vivre ensemble et citoyen de l'universel» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Yves ALAVO, un poète du bien-vivre ensemble et citoyen de l'universel» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Yves ALAVO, un poète du bien-vivre ensemble et citoyen de l'universel» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Yves ALAVO, un poète du bien-vivre ensemble et citoyen de l'universel» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Yves ALAVO, un poète du bien-vivre ensemble et citoyen de l'universel» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Yves ALAVO, un poète du bien-vivre ensemble et citoyen de l'universel» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Yves ALAVO, un poète du bien-vivre ensemble et citoyen de l'universel» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Yves ALAVO, un poète du bien-vivre ensemble et citoyen de l'universel» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Yves ALAVO, un poète du bien-vivre ensemble et citoyen de l'universel» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Yves ALAVO, un poète du bien-vivre ensemble et citoyen de l'universel» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Yves ALAVO, un poète du bien-vivre ensemble et citoyen de l'universel» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Yves ALAVO, un poète du bien-vivre ensemble et citoyen de l'universel» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Yves ALAVO, un poète du bien-vivre ensemble et citoyen de l'universel» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Partager cet article
Repost0
28 juillet 2022 4 28 /07 /juillet /2022 22:25
«Législatives du dimanche 31 juillet 2022 pour une majorité écrasante au président Macky SALL un Pharaon des temps modernes» par Amadou Bal BA baamadou.over-blog.fr #mackysall
Après cette riche et palpitante campagne électorale avec ses rebondissements les électeurs disposent de toutes les données pour choisir librement leurs députés.
Deux camps s'affrontent d'une part, le président Macky SALL, un Pharaon des temps modernes qui a consolidé l'image de ce «Grand petit pays» qu'est le Sénégal et d'autre part, une opposition bavarde, dans ses menaces et incantations puériles dirigée par Pinocchio, le grand «Saye Saye».
«Les faits sont têtus» dit un dicton bien français. «Seule la Vérité est révolutionnaire» disait Vladimir Ilitch Oulianov dit Lénine (1870-1924). Je crois qu'une thèse de doctorat ne suffirait pas uniquement pour dresser la liste des réalisations depuis 2012 du président Macky SALL, ce Pharaon des temps modernes. Il faudrait bien d'autres thèses de doctorat pour évaluer l'impact, très positif, des réalisations du président Macky SALL sur la vie quotidienne des Sénégalais ainsi que le développement économique du pays.
On sait bien qu'en Afrique, la logistique est devenue un enjeu majeur, sans laquelle ni le commerce, ni le déplacement rapide et sûr des populations ne sont assurés. On se souvient encore de l'effroyable tragédie du «Diola» et des difficultés à l'époque de se rendre en Casamance. Je me souviens, en 1989, avec des amis Américains, je voulais visiter la Casamance. Nous avons attendu pendant 4 heures et demi sous un soleil brûlant sans abri, et la traversée du bac n'avait duré que moins de 15 minutes. Les différents ponts mis en place par le président Macky SALL ont renforcé le sentiment d'appartenance des Casamançais au Sénégal. Je me souviens aussi en 1961, je devais aller de Danthiady à Kaolack avec ma mère ; nous avons deux jours et demi. En raison de l'état lamentable des routes, le car qui ne pouvait pas rouler vite, est tombé en panne à deux reprises. Aujourd'hui entre Dakar et mon village Danthiady on ne fait que 4 heures et demi. Les produits frais comme le poisson, les légumes ou la viande arrivent au village maintenant électrifié. Ce sont là des faits vérifiables. Partout au Sénégal de long en large en diagonal ou en perpendiculaire on peut aller et revenir dans la journée sûrement. Ces infrastructures, par la fluidité de la libre circulation des marchandises, des personnes et des idées vont accélérer la consolidation de la nation sénégalaise par une meilleure compréhension entre tous.
Infatigable bâtisseur d'un Sénégal Emergent le président Macky SALL continue son travail de Pharaon des temps modernes à travers la Vedrenne et le BRT. Il y a tant à faire et le président Macky SALL rattrape un retard de 40 ans perdus sous l'ère socialiste.
Je me dis que le président SENGHOR, le fondateur de la nation sénégalaise, qui nous parlait à longueur de journée de culture et du Sénégal de l'An 2000, nous a retardé le développement Sénégal. Il a nous a endormi avec ses docteurs honoris causa. Par conséquent, savons rendre gré à ce qui est à César : le président Macky SALL, un Pharaon des temps modernes, a conforté l'image du «Sénégal un grand petit pays», en référence au titre de mon troisième livre.
Dans le camp d'en face, nous avons une opposition bavarde et pleurnicharde, sans aucun projet politique alternatif crédible. Entendons-nous bien, l'opposition doit être respectée et honorée en ce sens qu'elle appuie là où ça fait mal et contribue, dans une démocratie multi-partisane vivante, comme le Sénégal à faire avancer les choses dans le bon sens.
L'opposition ne devrait pas être qu'une force de témoignage ; elle est légitime un jour à devenir la majorité à condition de disposer d'un projet alternatif crédible pouvant rassembler une majorité de Sénégalais. Et c'est là où le bât blesse. Pendant longtemps le leadership de l'opposition était âprement disputé entre Karim WADE, Khalifa SALL et Ousmane SONKO. Du côté du PDS, et en dépit l'entêtement du président Abdoulaye WADE à vouloir placer son fils à la tête de ce parti et à la suite d'un détournement de l'équivalent de 6 milliards d'euros, Karim WADE a fini par s'enfuir en jet privé ; un aller simple sans retour. Dissident du parti socialiste et entouré d'un Barthélémy DIAS condamné pour avoir tué un militant du PDS, l'attaque du siège de son ancien parti et surtout le détournement de deniers de la mairie de Dakar ont mis hors-jeu Khalifa SALL. C'est finalement, Ousmane SONKO qui est devenu par défaut chef de l'opposition et il y a beaucoup de chose à dire sur ce casse du siècle.
Tout d’abord, Ousmane SONKO, on l’a vu s’improviser en Pinocchio. Il va au salon de massage chez Adji SARR, avec ses gardes du corps et son pétard, non pas pour dégorger son poireau, mais pour soigner son mal de dos. Mais Pinocchio est un récidiviste, il avait déjà engrossé une lycéenne mineure à Thiès, mère de son fils aîné.
Ensuite, séparatiste, et régionaliste, Pinocchio s’est révélé être un adversaire surtout des Foutankais. Dans sa liste aux législatives, il n’a réservé qu’une proportion incongrue aux Foutankais. Macky SALL a bien désenclavé la Casamance et en a fait une région sénégalaise accessible, où il fait bien-vivre. «En 1968, de Thilogne à Dakar, nous avions fait trois jours. Notre Transil, une caisse avec un moteur allumé par une manivelle, s’est embourbé à hauteur de Doumga Wouro Alpha. Nous avons passé la nuit à Ouro-Sogui. Hier, pour aller à Thilogne, je faisais trois jours et 3 heures ; entre Sédhiou et Ziguinchor entre 3 et 4 heures, et maintenant, grâce du Pont de Marsassoum, le trajet est ramené à 45 minutes» me dit Ousmane N’DIADé.
Enfin, Pinocchio fait croire qu’il aime les jeunes, mais comme Cellou Dalein DIALLO, il se cache derrière ses gardes du corps et sa voiture blindée et les envoie au casse-pipe ; putschiste, il veut marcher sur des cadavres pour espérer prendre le pouvoir. Macky SALL réalise, sans cesse, de grandes et belles réalisations. Pinocchio, en adversaire du Sénégal, ne fait qu’inciter les jeunes à le saccager et à les brûler.
Pinocchio qui n'avaient cessé de dénigrer les infrastructures, parce qu'uniquement elles sont l’œuvre du président Macky SALL, devrait les apprécier à leur juste mesure, notamment pendant cette campagne électorale des législatives. Toute la classe politique sillonne le Sénégal de long en large dans un confort qui n'a rien à voir les conditions chaotiques du temps de SENGHOR où la délégation présidentielle venait couverte de poussière rouge de ces pistes éreintantes. Le président Macky SALL a bien amélioré les conditions de vie tous, y compris cette opposition bavarde et ingrate.
Pinocchio qui avait gravement combattu la réforme constitutionnelle du 20 mars 2020 limitant les mandats présidentiels, dans sa grande inconséquence ne parle maintenant que de cela. Même les étudiants en 1ère année de droit connaissent le principe de non-rétroactivité des lois. Aussi aux présidentielles de 2024 c'est le juge constitutionnel et le peuple sénégalais qui trancheront si le président Macky SALL souhaite se représenter ; ce n'est certainement pas à Pinocchio, lui qui n'a pas été foutu de dresser une liste paritaire aux législatives, de décider de la validation des candidatures aux présidentielles de 2024.
Par ailleurs, Pinocchio ne parle que des revenus du pétrole. Le président Macky SALL, sans les revenus du pétrole et du gaz, a déjà considérablement changé. Imaginez un seul s’il avait disposé de telles ressources à quel niveau serait alors l’Emergence du Sénégal. Il a encore une mission à remplir.
Une grande colère de Pinocchio, et je le comprends, il a gravement merdouillé dans la confection ; il n’a pas respecté le principe de parité et ne siégera donc pas à l’Assemblée, et ne peut donc s’en prendre qu’à lui-même.
En définitive, l'opposition dans ses injonctions contradictoires, ses mensonges et son manque de maturité politique ne fait que critiquer sans discernement et propose rien de solide. Les mêmes vont produire donc les mêmes effets. Le 24 février 2019, en raison de son bilan et de sa vision d'un Sénégal Emergent le président Macky SALL avait été réélu dès le premier tour aux présidentielles. A ces législatives l'opposition récidive dans ses incantations creuses et ses vociférations. Une cuisante défaite l'attend donc aux législatives du dimanche 31 juillet 2022 pour s'être entêtée dans l'erreur.
Je dois signaler que depuis plusieurs semaines, maître Malick SALL, Garde des Sceaux, qui n’est pas pourtant candidat à ces législatives, est allé s’installer à Danthiady, pour mener une grande et belle campagne électorale. On a vu les grands meetings que maître Malick SALL, sa campagne de proximité dans tous les villages de Ouro-Sogui aux confins Damga, mais aussi au Ferlo ; il a rendu visite à toutes notabilités du Fouta. Le meeting de clôture de ces législatives aura lieu, à Danthiady, notre village natal, le vendredi 29 juillet 2022. Il faudrait ici louer la qualité du travail de ses collaborateurs, les professeurs Abdoulaye Baïla N’DIAYE de l’IFAN, Harouna BAL dit Chita de l’université de Thiès, mais aussi cette Grande dame, discrète et précieuse, Mme Maïmouna SALL. Notre ami, Landing DIEDHOU, journaliste, me signale sa présence à Danthiady.
Les Foutankais et la jeunesse savent ce qu’ils doivent à maître Malick SALL qui a loué différents appartements, sur ses fonds personnels, dans toutes les villes universitaires, afin d’aider les étudiants Fountankais, méritants, à faire des études dans de bonnes conditions.
Je voudrais rappeler que les Foutankais doivent se souvenir le dimanche 31 juillet 2022, au moment de déposer un bulletin dans l’urne, et contrairement à ce que dit Pinocchio, ce n’est pas du «Fouta Tampi» mais avec les infrastructures c’est du «Fouta Fofti» que vivent maintenant les Foutankais, sous l’ère de Macky SALL. Les témoignages des Foutankais parlent d’eux sur l’extraordinaire amélioration des conditions de vie, «Fouta Fofti». Les voyageurs n’arrivent plus à destination immaculés de poussière rouge de ces chemins cahoteux d’antan «En 2003, le décès de mon père m’a trouvé à Dakar. Pour assister aux funérailles, ma famille et moi avons loué un véhicule. Nous sommes arrivés à N'Gouye en pleine nuit. Pour rallier Saldé situé à 7 km, il fallait prendre le bac qui avait arrêté sa navette aux environs de 19 heures. Nous dûmes passer la nuit sur la berge du marigot de Doué. Aujourd’hui la route est bitumée par le président Macky SALL et un pont était déjà établi sur le marigot. Un trajet qui durait 24 heures est fait en 7heures. Le courant électrique illumine villages et hameaux. Nous y buvons de l’eau fraîche et regardons la Télé» me dit le professeur Harouna Amadou LY. Un autre témoigne est celui de Mme Aoua Bocar LY-TALL : «Alors qu'il fallait des heures voire des jours, surtout quand il pleut, Moi-même, j’ai été surprise quand notre voiture a quitté Cascas, qu’on me dise 15 minutes après que je suis arrivée chez moi, à Saldé Tébégout, village aussi de Hamidou DIA, de Cheikh Hamidou KANE, d'Abdoulaye Elimane KANE, etc. En effet, les infrastructures routières réalisées partout au Sénégal, par le président Macky SALL . C'est là un facteur de développement de tout pays» dit-elle.
On ne change pas une équipe qui gagne. Ces temps-ci, le Sénégal, un «Grand petit pays», a renforcé son prestige, sous le président Macky SALL. Le chef de l’Etat, pendant la pandémie a été l’avocat de tous les pays africains. Les bonnes nouvelles ne font que s’empiler : une Coupe d’Afrique des Nations, un Prix Goncourt, avec Mohamed M’Bougar SARR, cent ans après René MARAN.
Dimanche, 31 juillet 2022, un seul bulletin de vote, celui de la majorité présidentielle, Benno Bokk Yaakaar ! «Caartaal Ko Gottal» en Peul.
Paris, le 28 juillet 2022, par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
 
 
«Législatives du dimanche 31 juillet 2022 pour une majorité écrasante au président Macky SALL un Pharaon des temps» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Législatives du dimanche 31 juillet 2022 pour une majorité écrasante au président Macky SALL un Pharaon des temps» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Législatives du dimanche 31 juillet 2022 pour une majorité écrasante au président Macky SALL un Pharaon des temps» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Législatives du dimanche 31 juillet 2022 pour une majorité écrasante au président Macky SALL un Pharaon des temps» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Législatives du dimanche 31 juillet 2022 pour une majorité écrasante au président Macky SALL un Pharaon des temps» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Partager cet article
Repost0
21 juillet 2022 4 21 /07 /juillet /2022 20:32
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Je suis entré dans la littérature comme un météore, j’en sortirai par un coup de foudre», rongé par la syphilis, ainsi se confiait en novembre 1890, Guy de MAUPASSANT à José Maria de HEREDIA (1842-1905). Jimi HENDRIX s'intéressait à trois choses sa musique, les filles et la drogue. Guitariste, auteur-compositeur et chanteur, Jimi HENDRIX est une étoile filante disparue à l’âge de 27 ans. Ses années fastes ont été entre 1966 et 1970, mais il est allé au «bout de la nuit» de son art. Musicien particulièrement créatif et inventif du XXème siècle, la vie de Jimi HENDRIX a été brève, mais glorieuse vie ; il a considérablement marqué l’histoire de la musique, notamment en raison de son approche unique de la guitare électrique et des techniques d'enregistrement en studio. Son style innovant, combinaison de Fuzz, de Feedback et de distorsion contrôlée, fut à l’origine d’une musique nouvelle. Avec son groupe, «The Jimi Hendrix Experience», il est considéré comme «un des personnages les plus révolutionnaires de la musique pop, musicalement et sociologiquement parlant», dit Frank ZAPPA (1940-1993), un compositeur. Jimi HENDRIX, un guitariste gaucher, jouait sur une guitare de droitier, en improvisant ; il avait inversé les cordes. Il ne savait ni lire ni écrire la musique, mais sa musique profondément novatrice et moderne annonçait déjà toutes les audaces à venir, notamment le Heavy Metal. «Il y a quelques années, alors que la musique pop s’avérait rentable, un manager découvrit un monstre : Jimi Hendrix. Ce noir américain qui résidait en Grande-Bretagne, avait de quoi étonner : hirsute et sauvage, il ne se contentait pas de chanter, il avait inventé un style à une époque où le style officiel était celui des Beatles. Il semblait vivre dans un monde électronique et mythique» écrit le journal «Combat» du 19 septembre 1970. Jimi HENDRIX est un tenant de la musique psychédélique, délirante et parfois surréaliste : «La façon dont j'écris les choses est un clash entre la réalité et la fantaisie. Tu dois utiliser de la fantaisie pour montrer les différents côtés de la réalité. [...] Je déteste appartenir à une seule catégorie. Je déteste être juste un guitariste, un parolier ou un danseur de claquettes» dit-il dans un entretien du 11 septembre 1970, accordé à Keith ALTHAM du journal «The Independent». En effet, Jimi HENDRIX est bien plus qu’un guitariste de génie, c’est un musicien complet ayant une aversion profonde pour les clichés réducteurs : «Je déteste être catalogué. Je déteste seulement être considéré comme un guitariste, ou alors juste comme un compositeur ou seulement qu’un danseur de claquettes. J’aime seulement être dans les parages» précise-t-il.
Jimi HENDRIX, de ses diverses origines ethniques (noire, blanche et indienne) a abattu toutes les barrières artificielles, en faisant de sa musique un mélange de Blues, de Soul, de Jazz et de Rock et se rapprochant de toutes communautés. Il avait pour amis les Beatles et les Animals et ses nombreuses  conquêtes féminines étaient de toutes les couleurs.
Dans ses grandes obsessions Jimi HENDRIX, un autodidacte, voulait être un musicien de blues, et compensait son handicap par l’écoute de grands musiciens comme B.B KING, Muddy WATERS ou Buddy HOLLY. En 1958, son père, Al, lui achète une guitare acoustique d’occasion cinq dollars. Perfectionniste, il répétait sans cesse ses morceaux jusqu'à épuiser et excéder ses accompagnateurs. Dévoré par la passion de son art, il ne vivait que par et pour sa musique et ne quittait que rarement sa guitare. «Je vivais dans une pièce plein de miroirs, je ne voyais que moi» dit Jimi HENDRIX, dans «Room Full of Mirors». Personnage timide et tragique, Jimi HENDRIX se révélait sur scène, à travers ses accoutrements et sa musique déjanté. Voyageur immobile, Jimi HENDRIX est constamment à la recherche de lui-même, d’un artiste ayant voulu constamment se dépasser «Si je suis libre, c’est parce que je cours toujours» disait-il.
En 1961, Jimi s’engage comme parachutiste dans l’Armée mais, il se casse la jambe, et sera libéré en 1962. Il s’installe en janvier 1964 à New York et obtient le premier prix amateur de l’Apollo Theater et intègre divers groupes. Il est engagé pour accompagner les artistes les plus en vue de l’époque, tels que Ike TURNER, Little RICHARD, Wilson PICKETT, Jackie WILSON, Sam COOKE, etc. En 1964, Jimi HENDRIX débarque à New York, où il accompagne différents groupes les Isley Brothers, John Paul HAMMOND, King CURTIS et, plus particulièrement, Curtis KGNIGHT, avec qui il écrit quelques chansons avant de les enregistrer sur son album. Le premier vrai groupe de Jimi Hendrix est formé en 1965 et adopte le nom de «Jimmy James et The Blue Flames», et continue la tournée des clubs de New York.
Aussi longtemps qu'il est resté en Amérique Jimi HENDRIX, resté dans l’anonymat, s’est contenté de  reprendre les morceaux des autres et joué dans des endroits essentiellement réservés aux Noirs. Jimi n’était pas un militant acharné des droits civiques, il ne s’exprimait qu’à travers sa musique. Et pourtant, au début de sa carrière, Jimi HENDRIX a été victime du racisme ordinaire «Désolé, les gars on ne sert pas les types comme vous ici. On a des règles, vous savez» lui dit, un jour, un barman.
C’est lors d’un concert au célèbre «Café Wha ?» que l’ex-bassiste des Animals devenu producteur, Chas CHANDLER (1938-1996), conquis par sa reprise de « Hey Joe » décide d’emmener Hendrix en l’Angleterre, le 24 septembre 1966 «Je me suis dit qu’il était impensable que personne n’ait encore signé ce type. Je n’arrivais pas à croire qu’il traînait là sans que personne ne se soit occupé de lui» dit Chas CHANDLER. En octobre 1966, Jimi HENDRIX reprend un tube de Tim ROSE, «Hey Joe». Le succès est immédiat : le titre s’installe au sommet des charts britanniques et le groupe est invité à faire la première partie des Who au Saville Theatre. Il restera dans les charts pendant 33 semaines, atteindra la deuxième place derrière le «Sergent Pepper Lonely Hearts Club Band» des Beatles. Le deuxième single, «Purple Haze», sort en mars 1967, un autre classique, est son premier album. Jimi HENDRIX rencontre les Beatles en pleine gloire, ainsi que de nombreux autres artistes, dont Eric CLAPTON et Mike JAGGER. En France, en première partie de Johnny HALLYDAY et se produit à l’Olympia le 18 octobre 1966. En virtuose halluciné, Jimi HENDRIX faisant pleurer et crier sa guitare. A Londres en 1966, ce mélange de rock, de blues et de musique psychédéliques détonne. Aussi, Jimi HENDRIX sort de l'anonymat et fait exploser son talent.
La musique psychédélique de Jimi HENDRIX, repoussant toutes les limites du genre, exhale et incarne, à elle seule, toute une époque, celle des années 60. Jimi HENDRIX aspirait au changement et chacun, par son exemplarité devrait contribuer à rendre le monde meilleur. «Je pense qu’il faut que tout cela viennent de l’intérieur. Je crois qu’une personne devrait changer elle-même, afin d’être un exemple vivant de ce qu’elle chante. Afin de changer le monde, vous devriez d’abord avoir procédé à un examen de conscience, avant de donner de donner des leçons aux autres. Mes opinions politiques s’expriment dans ma musique. On a cette chanson, «Straight Ahead» qui dit « pouvoir au peuple, liberté de l’âme », transmets cela aux jeunes, comme aux vieux, et on s’en fout que tes cheveux soient longs ou courts» dit-il le 11 septembre 1970, à «The Independent». En effet, Chaque génération veut reconstruire le monde, celle de Jimi HENDRIX coïncide avec la lutte contre la guerre au Vietnam, les droits civiques pour les Noirs, la reconnaissance de la liberté et de l'orientation sexuelle, et c'est surtout cette génération «Flower Power» avec ses grands concerts en plein air notamment à Woodstock. C’est une époque de forte contestation de l’ordre établi par diverses forces, les anarchistes, les syndicalistes, les militants féministes, les héritiers de la Beat génération, les hippies décident de se retirer de ce monde violent et sans attraits et choisissent principalement la Californie. Jimi HENDRIX, dans sa musique psychédélique, est un disciple de l’écrivain et philosophe Aldous HUXLEY (1894-1963), toxicomane adepte de la mescaline, pour qui, l’utilisation des champignons hallucinogènes, et notamment l’absorption de drogues, entraînerait un élargissement de la conscience, permettant de vivre des expériences uniques et d’accéder à la rencontre du Divin. Jimi HENDRIX est donc un représentant authentique des années 60 : «J’ai pris pratiquement toutes les drogues possibles et imaginables, de l’herbe à la cocaïne ; mais je n’ai jamais utilisé d’héroïne» dit Jimi HENDRIX en 1969.
C'est en particulier au festival de pop music à Monterey, en Californie, du 16 au 18 juin 1967, que Jimi HENDRIX se révèle par sa musique détonante, son accoutrement, sa sensualité et ses Gimmick, ses artifices. «Toujours les gimmick ! J’en ai marre d’entendre que ça ! Le monde est gimmick. La guerre, les bombes au Napalm ; les gens qui se font brûler à la TV, des gimmicks ?» disait-il. En effet, il mime de faire l'amour sur un coin, il brûle sa guitare et en casse une autre, devant un public médusé. Cette subite notoriété est une aubaine pour lui ; il sera invité partout et enchaîne 57 concerts d'affilié en moins d'un an. Il est partout sur les radios, mais l'Amérique conservatrice lui refuse un passage à la télévision. Les Jeunes filles de la Révolution réclament que Jimi, jugé obscène et séducteur soit déprogrammé de ses salles de concerts.
James Marshall HENDRIX, né Johnny Allen HENDRIX, dit Jimi HENDRIX voit le jour le 27 novembre 1942, à Seattle, dans l’Etat de Washington. Son père, James Allen Ross HENDRIX (1919-2002), dit Al, un militaire, de Vancouver, de la Colombie britannique (Canada), arrivé à Seattle en 1940, travaillait initialement, pour une fonderie. Sa mère, Lucille JETER, (1925-1958), dont ancêtres originaires de Richmond, en Virginie, une fille jolie et naïve, était une serveuse. Ses parents se sont mariés le 31 mars 1942. Jimi, un fils aîné, il avait trois sœurs (Janie et Kathy et Pamela) et deux frères (Léon et Joseph). A neuf ans, ses parents de conditions modestes et sa mère alcoolisée, se séparent. Il apprend à jouer de la musique et son père lui achète une guitare. Il écoute les nombreux disques de son père et apprécie les musiques de Elvis PRESLEY, Little RICHARD, Muddy WATERS, BB KING ou Chuck BERRY.
Londres a permis à Jimi HENDRIX de devenir lui-même. Il avait trouvé un appartement, dans le quartier de Mayfair, au 23 Brook Street, à Londres. L’appartement devenu un musée, n’était, à l’époque, entouré que de magasins, ce qui permettait à Jimi HENDRIX de jouer sans guitare, en pleine nuit, sans importuner qui que ce soit.
Les différents biographes ont voulu, comme trop souvent, ramener un artiste noir, Jimi HENDRIX, à des clichés superficiels. «On voit Hendrix se rouler par terre, frotter sa guitare entre ses jambes, trafiquer ses amplificateurs, passer son instrument derrière son dos, tout cela en plein solo. Et puis, Jimi amène sa guitare à sa bouche, comme pour l’embrasser ou la caresser, et d’un coup, joue avec ses dents» écrit Benoît FELLER, un de ses biographes. C’est uniquement un Noir jouant la musique des Blancs, le rock, un queutard, un junkie, issu d’une famille pauvre ayant su se hisser en haut de l’affiche. Il y a une part de vérité dans ce portrait, mais l’essentiel est ailleurs, à savoir que Jimi HENDRIX était un musicien de génie et les thèmes irriguant ses chansons sont riches et d’une hauteur de point de vue. On n’a pas encore recensé l’ensemble des chansons de Jimi HENDRIX, dont une part importante, n’ont pas encore diffusées. En effet, Jimi HENDRIX avait un studio d’enregistrement à New York, d’un valeur de 1 million de dollar, une fortune à l’époque et il passait une bonne partie de son temps à composer et enregistrer ses chansons. Les grands tubes, déjà diffusés, de Jimi HENDRIX sont notamment Hey Joe, Purple Haze, Wind Cries Mary, All Along Watchtower, Woodoo Chile, Star Spangled Banner, Little Wing, Foxey Lady ou Bold as Love.
La chanson «Hey Joe», enregistrée le 13 octobre 1966, une reprise de la version chantée de Tim ROSE,  et de celle de Billy ROBERTS en 1962, est une interpellation de deux personnages, qu’interprète le chanteur. Cette chanson qui a popularisé Jimi HENDRIX, est un standard du rock, déjà interprété par plus de 147 artistes. Le personnage de Joe envisage de tuer sa femme pour s’enfuir au Mexique ou dans le Sud, pour échapper à la peine de mort. «Hey Joe, where are you going with that gun on your hand ? I’m going down to shoot my old lady. You know, I caught her messing around with another man“ ou «Hé Joe, où vas-tu avec cette arme à la main ? Je descends abattre ma poule. Tu sais que je l’ai attrapée en train de me tromper avec un autre homme». Les conservateurs ont vu dans «Hey Joe» une chanson misogyne évoquant le meurtre d'une femme pour lequel Joe, qui n'en éprouve aucun remords, s'enfuit pour échapper à la Justice. En fait, Jimi HENDRIX, on l’a dit un représentant de la génération des années 60, où les violences conjugales ou, en pleine ségrégation raciales, les violences, tout court, faites à toutes les minorités, sont dénoncées et elles sont causées par l’alcool, la vente libre d’armes ou les drogues. Il s’agit donc à travers «Hey Joe» de dénoncer toutes les violences illégitimes, et d’esquisser les moyens de les combattre, qu’elles émanent de la sphère privée ou publique.
On a aussi voulu faire croire que, «Purple Haze», «Nuée violette », ou «Brume pourpre», une chanson composée et enregistrée par Jimi HENDRIX à Londres en janvier février 1967, serait une apologie des drogues ou substances hallucinogènes. En effet, aux Etats—Unis, on refuse pendant un certain temps, dans certaines radios, de diffuser «Purple Haze» une musique jugée «sale». Cependant, Jimi HENDRIX s’en défend et estime que «l’idée venait d’un rêve que j’avais fait, dans lequel je marchais sous la mer. C’était en rapport avec une histoire que j’avais lue dans un magazine de science-fiction. Il y est question d’une planète appelée «Danse Joy» où le ciel devient parfois violet la nuit et mauve le jour» dit-il, en référence à une nouvelle de Jose FARMER écrite 1957, mais publiée en 1966, «Night of Light Day of Dreams». Par conséquent, l’inspiration vient d’un récit de science-fiction. En effet, «Purple Haze» surnommé «Danse Joy», est une musique étrange, triste et exhalant la désespérance «Oh, help me. I cannot go like this» ou «Aidez-moi, je ne peux pas partir comme ça». Jimi HENDRIX semble s’embarquer pour une planète étrange, mais probablement, il s’agirait d’un voyage initiatique. Le chanteur est dans d’autres sphères, un souffle lui a ravi son esprit. Il invite à une communion de tous par le cœur et l’esprit.
La chanson, «All Along Watchtower», un rock psychédélique, est une reprise, le 21 septembre 1968, à Londres, d’une chanson de Bob DYLAN, composée en 1967. Cette interprétation de Jimi HENDRIX eut beaucoup plus de succès que celle de Bob DYLAN. En 2021 le magazine, «Rolling Stone» a classé la version «All Along Watchtower» de Jimi HENDRIX en 40ème position des 500 plus grandes chansons de tous les temps : «Les gens qui n’aiment pas les chansons de Bob Dylan, devraient lire ses textes. Ils sont faits de joie et de peines de la vie. Parfois, je joue des chansons de Dylan et elles me ressemblent tellement que j’ai l’impression de les avoir écrites» dit Jimi HENDRIX. Il se dégage de cette chanson, après un accident de moto de Bob DYLAN, une prise de conscience des valeurs de la vie ; la vie n’est pas un jeu. Dans cette chanson, une conversation s’engage entre «le Joker», bouffon, l’artiste et un voleur. L’artiste a l’impression que personne ne comprend vraiment son travail et n’est pas rétribué à la mesure de son talent. Le voleur, un marginal, estime que l’artiste, tous les deux apprécient la vie. Pendant qu’ils devisent, ils s’approchent d’un château et de son donjon ou «Watchtower» ; le château incarne l’ordre établi, les deux individus sentent qu’une confrontation entre deux valeurs de la vie est imminente. «There must be some kind of way out of here There is too much confusion. I cannot get no relief». ou «Il doit y avoir un chemin pour s’échapper de là. Il y a trop de confusion. Je ne peux pas obtenir la sérénité». En humaniste, Bob DYLAN face à cet ordre social rigide, appelle à la résurgence de nouvelles valeurs de la vie. Cette chanson de 1968, est pour Jimi HENDRIX, l’année de l’émancipation de Chas CHANDLER qui l’avait introduit en Grande-Bretagne. Il recherche de nouvelles sonorités de sa guitare, par une utilisation intensive de la stéréo.
Les femmes occupent une place particulière dans le répertoire musical de cet artiste jouisseur qui avait le cœur en bandoulière, un croqueur de femmes. Aussi, il compose «Little Wing» ou «Petite aile» qui est «à propos des jolies groupies que je rencontre parfois. Et, ces jolies filles viennent et de te divertissent vraiment. Tu tombes vraiment amoureux d’elles, car c’est le seul amour que tu puisses avoir. Ce n’est pas toujours physique, ce n’est juste que des occasions. Elles te disent vraiment quelque chose, et te livrent différents éléments de leur moi intérieur» dit Jimi HENDRIX. L’artiste, un éminent représentant des années 60, voulait juste mordre la vie à pleine dents «Je voudrais juste me lever le matin, rouler hors de mon lit, tomber dans une piscine intérieure et nager jusqu' à la table du petit-déjeuner. Lever la tête hors de l'eau, prendre un jus d'orange, me laisser tomber de ma chaise jusque dans la piscine, nager jusqu'à la salle de bains et aller me raser ou peu importe» dit-il à Keith ALTHAM, dans un entretien du 11 septembre 1970 accordé à «The Independent». En effet, il séduisait ses groupies et les changeait, comme il changeait de chemise. «Des filles, Jimi Hendrix en a connu par dizaines. Mais il n'a jamais aimé comme il l'a fait avec Kathy Etchingham et Devon Wilson, deux femmes pourtant bien différentes» écrit le magazine, «Vanity Fair». Cependant, parfois, la jalousie et les peines du cœur transparaissent dans cette création musicale. Ainsi, «The Wind Cries Mary», sorti en 1967, un rock psychédélique, est composé à Londres, à la suite d’une querelle de jalousie. En effet, une de ses conquêtes, Kathy ETCHINGHAM, avait quitté la maison, après une dispute, et quand elle revient, le lendemain, Jimi HENDRIX avait composé cette chanson en utilisant son deuxième prénom. Leurs relations tumultueuses se poursuivront jusqu’au 9 avril 1969. Jimi HENDRIX avait rencontré à Los Angeles, une autre fille, Devon WILSON (1943-1971), originaire de Milwaukee, qui se suicidera en février 1971. Jimi HENDRIX avait consacré une chanson à Devon WILSON, intitulée «Dolly Jagger» diffusée en 1997, à titre posthume. Quand, Jimi est arrivé à Londres le 24 septembre 1966, il était sans le sou, partout où il passait dans les club, on lui demandait ses références, «Are you Experienced ?» d’où par la suite le nom de son groupe. Kathy ETCHINGHAM, née en 1946, une irlandaise, installée à Londres et devenue une Disc Joker, a été d’un grand secours pendant ces moments difficiles.  «Il avait l’air original, vraiment très beau. Il était frais, et il avait un accent américain vraiment très doux» avait dit de Jimi, Kathy ETCHINGHAM Les paroles oniriques évoquent une rupture, des sanglots, le bonheur fugace et les cris du vent. «After all the jacks are in their boxes and the cloxns have all gone in bed. You can hear happiness staggering on down street, footsep dressed in red and the wind whispers Mary» «Après tout que les valets soient rangés dans leurs boites et que les clowns soient couchés, tu peux entendre le bonheur descendre la rue en titubant, ses pas habillés en rouge et le vent murmure, Mary». Cette chanson poétique n'évoque nullement la consommation de la drogue. On y sent, certes, l’influence des Beattles qui l’ont bien accueilli à Londres, à travers «Strawberry Fields Forever» de John LENON, mais le message, de «The Wind Cries Mary», semble être ailleurs. C’est apparemment un hymne dédié à toutes les femmes qu’il a aimées. Il a écrit cette chanson «pour ses copines, nos tantes, et surtout notre mère qui nous surveillait dans l’Au-delà» écrit Léon HENDRIX, son frère.
Jimi HENDRIX, tout en étant anticonformiste, n’a jamais été marqué par un engagement politique frontal. On a même dit qu’il était ouvertement anticommuniste ; il s’était même, un certain temps engagé dans l’Armée et ne s’intéressait qu’à sa musique. Il pense que les politiciens doivent s’occuper de la politique et les artistes leur musique. Les Blacks Panthers l’avaient reprocher de jouer pour un public blanc et qu’il appréciait trop les femmes blanches. Après l’assassinat de Martin Luther KING (1929-1968, le 4 mai 1968, à Memphis, suivi de graves émeutes, Sidney POITIERS, Sammy DAVIS Jr, Louis ARMSTRONG et Diana CAROLL ont annoncé qu’ils ne participeraient pas à la cérémonie des Oscars. Jimi HENDRIX a maintenu son concert programmé le 5 avril 1968, au Symphony Hall, à Newark, en New Jersey, un Etat du Sud. Il dira à l’entame du concert «j’ai perdu un ami». Le public blanc qui a compris qu’il parlait de Martin Luther KING, se mit à verser des larmes. Jimi HENDRIX donna de l’argent pour les funérailles du 9 avril 1968, de Martin Luther KING.
Au concert de Woodstock, du 15 au 18 août 1969, renouant avec l’ambiance de sa génération de contre-culture, il chante «The Star Spangled Banned», la «Bannière étoilée», ou l’hymne national des Etats-Unis, mais à sa manière, en protestation contre la guerre au Vietnam, la discrimination raciale et contre tous les conservatismes. A cette époque et à Woodstock, une période d’espoir et d’optimisme, émerge les mouvements «Flower Power» «Peace and Love», «Faites l’amour, pas la guerre». Jimi HENDRIX utilise toutes les palettes techniques possibles (pédales, vibrato) pour créer des effets sonores évoquant la guerre ; il fait hurler sa guitare, en mimant les bruits de bombardements et de sirènes. Cette interprétation de l’hymne national des Etats, avec un tempo lent, en gommant son aspect martial, est une forme de contestation de la guerre du Vietnam.
Le 4 juillet 1970, à quelques semaines de sa mort, Jimi HENDRIX participait à la deuxième édition de l’Atlanta Pop Festival, à Byron, en Géorgie, un Etat du Sud, marqué par la ségrégation raciale, l’intolérance et la haine. Ce qui déchaina la fureur de Lester MADDOX, gouverneur de cet Etat sudiste, en raison de la venue de 300 000 jeunes, essentiellement des hippies.
«Je sacrifie une part de mon âme, à chaque fois que je joue. Je ne suis pas sûr de vivre jusqu’à 28 ans. Je veux dire que lorsque je n’ai plus rien donner, au plan musical, je ne serai plus de cette planète, à moins que j’aie une femme et des enfants. A part cela, je n’ai aucune raison de vivre» il parlait parfois de sa mort. Jimi HENDRIX est décédé, le 18 septembre 1970, d’un cocktail de médicaments et de vin, à Londres, dans une chambre d’hôtel, en compagnie d’une amie allemande, Monika Charlotte DANNEMAN (1945-1996). Il a été étouffé par ses vomissures suite à une intoxication aux barbituriques mélangés à de l’alcool. On a retrouvé dans ses notes un message énigmatique : «The story of love is quicker than the wink of an eye. The story of love is hello and goodbye until we meet again». Comme Janis JOPLIN ou Billie HOLIDAY ou Kurt COBAIN, le chanteur Jimi HENDRIX est mort de ses excès. Jimi HENDRIX est inhumé à Renton, Greenwood Memorial Park à Washington, une banlieue Sud-Est de Seattle. L’artiste avait un fils, James SUNDQUIST, né le 5 octobre 1969, d’une mère suédoise, Eva SUNDQUIST. Suivant, James WRIGHT, et cela n’a pas été prouvé de façon convaincante, Jimi HENDRIX aurait été assassiné par Michael JEFFREY, son manager.
Comme le plus souvent, la mort d’un grand artiste est une cadavre exquis, les membres de sa famille se disputent autour de l’héritage, estimée à 80 millions de dollars. En 2002, à la mort du père et en l’absence en 1970 d’un testament, c’est Janie, la sœur adoptive, qui a été désignée pour gérer le patrimoine du musicien, «Experience Hendrix» et «Authentic Hendrix». Il n’a été laissé à Léon qu’un disque d’or. En 2004, la Cour suprême de l’Etat de New York a estimé que Léon HENDRIX ne pouvait pas contester le testament de son père, Al HENDRIX et devait en accepter la validité.
A sa mort, certains conservateurs disaient qu'il ne fallait pas rendre hommage à "un drogué". Cependant, Jimi HENDRIX ne vivant que son art, en dépit de sa vie brève, a transcendé toutes les générations. En dépit de ses excentricités dans ses effets vestimentaires, il voulait être reconnu comme un musicien sérieux et talentueux, en explorant des pistes nouvelles : «Chas nous encourageait toujours à aller plus loin, nous expliquant : la règle est qu'il n'y a pas de règles» disait-il. L’appartement qu’il occupait, entre 1968 et 1969, à Londres, dans le quartier de Mayfair, 23 Brook Street, est devenu un musée. Le musicien Georg Friedrich HANDAEL (1665-1759) habitait au 25 Brook Street. Jimi y résidait avec Kathy ETCHINGHAM. C’est à Londres qu’il a connu la gloire et dans cette ville qu’il est mort : «Le seul foyer que j'aie jamais eu» disait Jimi HENDRIX.

Références bibliographiques

ALTHAM (Keith), «Jimi Hendrix », The Independent, du 11 septembre 1970, un entretien diffusé intégralement à la radio ; BURREL (Ian) «Jimi Hendrix’s Final Interview to be broadcast on Radio in his Entirety», The Independent, du 18 septembre 2013 ;
BELCACEM (Bahlouli), «Un jour, une histoire, 18 septembre 1970, disparaissait Jimi Hendrix», Rolling Stone, du 18 septembre 2021 ;
CANSELIER (Régis), Jimi Hendrix. Le rêve inachevé, Paris, Les mots et le reste, 2010, 430 pages ;
CROSS (Charles ; R.), Jimi Hendrix. L’expérience des limites, Paris, Camion blanc, 2006, 512 pages ;
FELLER (Benoit), Jimi Hendrix, Paris, Albin Michel, 2001, 190 pages ;
LAWRENCE (Sharon), Jimi Hendrix : L’homme, la magie, la vérité, Paris, Flammarion, 2005, 357 pages ;
MARTINEZ (Frédéric), Jimi Hendrix, Paris, Tallandier, 2010, 126 pages ;
MEDIONI (Franck), Jimi Hendrix, Paris, Gallimard, 2012, 400 pages ;
MURRAY (Charles Shaar), Jimi Hendrix. Vie et légende, traduction de François Gorin, Paris, Seuil, 1996, 350 pages ;
NUC (Olivier), Jimi Hendrix, préface de Ben Harper, Paris, J’ai Lu, 2003, 90 pages ;
Vanity Fair, «Kathy Etchingham et Devon Wilson, les deux amours contradictoires de Jimi Hendrix», Vanity Fair, du 18 septembre 2020.
Paris, le 20 juillet 2022, par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
 

 
 
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jimi HENDRIX (1942-1970), un guitariste, un chanteur et compositeur hors pair, une étoile filante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Partager cet article
Repost0

Liens