Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de BA Amadou Bal, Paris 19ème ISSN 2555-3003 (BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE France B.N.F GALLICA. Http://baamadou.overblog.fr/
  • : Ce blog personnel de M. Amadou Bal BA est destiné à l'échange en politique, littérature, histoire, faits de société et le bien-vivre ensemble. Google News BIBLIOTHEQUE NATIONALE DE FRANCE ISSN 2555-3003 BNF GALLICA. Http://baamadou.overblog.fr/
  • Contact

Recherche

10 avril 2022 7 10 /04 /avril /2022 20:18
«Entre la peste et le choléra, je m’abstiendrai au 2ème tour des présidentielles – Je me battrai pour une cohabitation de Gauche aux législatives de juin 2022» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Le second tour des présidentielles du 24 avril 2022 opposera Emmanuel MACRON (27,60%) à Marine LE PEN (23,40), entre la peste et le choléra, je m’abstiendrai.
Jean-Luc MELENCHON, 22%, en troisième position, mais le total des voix de gauche autorise à gagner aux législatives de juin 2022, pour une cohabitation à Gauche. Jean-Luc MELENCHON aurait pu être au 2ème s'il avait bien négocié son alliance avec les communistes ainsi que ses autres partenaires. Les législatives sont une bonne occasion pour rebondir.
Le bilan de ce premier tour des présidentielles du 10 avril 2022 était largement prévisible : une Gauche ayant merdouillé, car divisée et suicidaire avec ses egos surdimensionnés, une Droite n’ayant plus de républicaine que de nom, une Extrême-droite légitimée et maintenant proliférante, une Macronie ayant trahi tous ses engagements en 2017 et dont le bilan, parfois violent contre les faibles et racisés, a renforcé, très largement, les forces du Chaos. Emmanuel MACRON, président des riches s'est ultra-droitisé.
Je rends un vibrant hommage au combat mené pendant ce premier tour, par Mme Anne HIDALGO. En effet, première femme maire de Paris, ayant redonné espoir et espérance à la Gauche aux municipales de 2020 et aux régionales de 2021, Mme Anne HIDALGO a été courageuse, tenace, dans la sérénité, en dépit des adversités et des calomnies. La candidate socialiste s’est recentrée sur les vrais sujets de préoccupation de la population, à savoir, notamment, le pouvoir d’achat, la retraite, la jeunesse et l’écologie. Socialiste j’étais. Socialiste je suis. Socialiste je resterai. C’est une belle idée hors du temps, valant l’engagement de toute une vie, que celle du combat pour une promesse républicaine d’égalité, de fraternité, de liberté et du bien-vivre ensemble. Le temps d’un bilan, sans complaisance, viendra après les législatives. Ces élections signent-elles l’acte de décès du Parti socialiste après le congrès de Tours de 1920 ? Quel avenir et quelle place du Parti socialiste dans la société française ? Quel traitement des racisés et des relations franco-africaines, dans le jeu politique ?
En l’absence d’un débat contradictoire et d’un tapage médiatique de la presse de la Françafrique, s’agissant des candidats globalement, si certaines idées lumineuses sont apparues ici ou là, aucun parti, notamment de gauche, n’a su, à lui seul, proposer une offre politique, de nature à mobiliser une majorité autour de ses propositions. Les enjeux majeurs de la France de notre temps, ce n’est pas l’immigration qui a largement contribué, depuis plus de 40 ans, à la reconstruction de ce pays, après la Deuxième guerre mondiale. A mon sens, tout est fait pour noyer les problèmes et mieux enfoncer les faibles. Cette campagne des présidentielles d’avril 2022, en France, montre la grave distorsion entre la prétention d'un universalisme républicain et la triste réalité d'une démocratie largement ethnique, avançant masquée vers un système ségrégationniste, digne d’un Code de l’Indigénat. Il y avait déjà les banlieues où sont parqués les racisés et Manuel VALLS a lui-même qualifié «d’Apartheid». Dans ces zones de relégation, tous les gens bien s’en vont, ne restent, entre elles, les personnes en difficulté.
On a toujours voulu croire, et pour se rassurer que cela ne peut arriver qu’aux Etats-Unis ou jadis en Afrique du Sud sous l’Apartheid. Cependant, devant une Gauche suicidaire et éparpillée, une Droite ciottisée, une Extrême-droite légitimée, et une Macronie discréditée, tout reste possible, y compris un basculement dans l’horreur. Pour une série de raisons et d'une lente évolution, les masques sont tombés. Pendant longtemps, en raison des méfaits de l'Occupation, de la gloire de la Résistance et de la mise en place, au sortir de la guerre d’un programme des «Jours Heureux», personne n’osait affirmer ouvertement ses idées d’extrême-droite ; c'est l'hypocrisie qui était de mise pour les forces du Chaos. Dans le plus grave déni d'un passé colonialiste et esclavagiste, aucun dirigeant politique, en France, ne voulait être catalogué de xénophobe ou de raciste, et encore moins d'antisémite. Ayant compris que l'antisémitisme, un grave et odieux crime contre l'Humanité, était une entrave sérieuse à leur ascension politique, les fachos ne s'en prennent maintenant qu'aux racisés, c'est à dire aux Arabes et aux Noirs, la partie la plus faible et la moins organisée de la population. Des fachos, en rébellion flagrante avec les valeurs républicaines, et parfois condamnés par les tribunaux, en dépit de leur casier judiciaire, ont été autorisés à se présenter aux présidentielles. Le plus fort de café, c'est que ces candidats disent ouvertement qu'ils vont abolir l'universalisme républicain, par référendum et ne respecteront pas la Convention européenne des droits de l’Homme.
Quelles consignes de vote pour le deuxième tour des présidentielles du dimanche 17 avril 2022 ?
Chacun devant rester à sa place, aussi je ne m’exprimerai qu’en mon nom propre. Je ne voterai plus pour M. Emmanuel MACRON, de ma vie, et quoi qu’il en coûte. Il a franchi la ligne rouge, dans son dédoublement de la personnalité, son «Et en même temps», tel un «Mr Jekyll and Mr Hyde» de Robert Lewis STEVENSON (1850-1994). Par sa dissimulation, il s’est attaqué, brutalement, contre les faibles. S’il était réélu, en 2022, il mettra en œuvre ses funestes réformes (retraites, privation des universités, forte pression fiscale pour les classes moyennes afin de financer son «quoi qu’il en coûte»). Pourtant, en 2017, et pour la deuxième fois de ma vie, après l’élimination de Lionel JOSPIN en 2002, je votais pour un candidat non issu de mon camp, M. Emmanuel MACRON. Je l’avais fait, la mort dans l’âme, au nom du front républicain. En effet, en 2017, le candidat Emmanuel MACRON, devant affronter Marine LE PEN, avait pourtant commis un parricide contre son mentor, François HOLLANDE. Sitôt élu, lors de son mandat 2017-2022, M. Emmanuel MACRON a fait le contraire de ce qu’il avait promis, et il s’est révélé être l’un des grands promoteurs de la progression des idées d’extrême-droite dans ce pays. Dans son «Ni de droite, ni de gauche», le président des riches, obsédé pour sa réélection, a choisi, délibérément et avec l’appui des médias de la Françafrique, de vouloir affronter, une seconde fois, Marine LE PEN, afin de rééditer son coupe de force de 2017. Dans son bilan de ses 5 ans, le président MACRON a muselé les nombreux députés ou personnalités issus de la diversité, qu’il avait promu, et certains ont été violemment attaqué par les forces du Chaos (Joseph M’BAYE et Sibeth N'DIAYE), sans qu’il les défende. Christophe CASTANER, ministre de l’Intérieur, qui a osé envisager des sanctions disciplinaires contre des policiers ripoux, a été immédiatement remplacé par Moussa DARMIN, un sarkozyste, assisté d’un préfet de police répressif, Didier LALLEMENT. Les Gilets et les personnels hospitaliers, ainsi que les retraités ont été brutalisés et même éborgnés. Le président MACRON s’est, en particulier, attaqué, fort injustement, à l’encontre des racisés : les délais de rétention, pour les étrangers en situation irrégulière, ont été portés à 90 jours, l’Etat a refusé de prendre en charge les réfugiés du tiers-monde, dont les pays ont été saccagés par des guerres injustes, les droits d’inscription des étudiants africains ont été augmentés déraisonnablement (277 € à 3770 €), une loi sur le séparatisme a été votée, stigmatisant un peu plus les racisés musulmans, etc. C’est surtout dans la conduite des relations avec le continent africain, que le président MACRON, s’est révélé pire que Jacques FOCCART et le général de GAULLE en matière de Françafrique. Il tolère les régimes dynastiques et monarchiques du Gabon, du Tchad, du Togo, du Cameroun, du Congo et de la Guinée Equatoriale, mais n’a pas trouvé de relation équilibrée avec d’autres pays, comme le Mali. Par conséquent, le président MACRON a fait monter le sentiment antifrançais en Afrique. La Françafrique est considérée, à la rencontre de Montpellier de novembre 2021, comme «une marmite sale», qu’il faudrait «récurer».
Le premier grand sujet est bien la réindustrialisation de la France, un capitalisme financier ayant amassé 134 milliards de profits pendant la crise sanitaire, alors que le pouvoir d’achat des plus modestes ne cesse de se dégrader. Auparavant, à chaque fois qu’une demande légitime était formulée, l’argument commande était à chaque fois d’opposer un déficit budgétaire ne dépassant pas les 3%. Et subitement, pendant la pandémie, les milliards pleuvent, mais on ne sait pas où est-ce qu’ils sont passés. L’urgence est donc, dans ce «Monde d’Après» de réévaluer les valeurs de la vie : une société d’efficacité économique, mais toujours fondée sur la liberté, la fraternité et la justice sociale. Il manquait déjà 3 millions de logements en France et tous les maires de France le savent. Par ailleurs, sans la santé rien ne va, et il faudrait former plus de médecins et de soignants. Si on a pu trouver un vaccin contre le Covid-19 en moins d’un an, les autres maladies grevant lourdement le budget colossal de la sécurité sociale (SIDA, cancer, diabète, maladies cardio-vasculaires, etc.). Il manque des infrastructures viables, comme la grande et petite ceinture autour de Paris ; ce qui créé des engorgements de la circulation dans la capitale, avec une importante pollution. Il n’a pas de politique touristique ou en direction des aînés viable. Peu de recherches en ce qui concerne le solaire, afin de réduire la dépendance aux centrales nucléaires ou des énergies fossiles. On a une armée coûteuse et peu efficace. Ces dépenses militaires peuvent être employées à d’autres choses utiles.
La Gauche devrait imposer une cohabitation aux législatives de juin 2022 et remettre les valeurs républicaines à l’honneur, pour que tous les citoyens soient à leur place.
Une constante dans tous les scrutins locaux ou nationaux : c'est un public de Gaulois qui vient voter, et donc très peu de racisés qui se désintéressent, royalement, des élections. Pourtant «vivre c'est participer et c'est aussi résister», comme le dirait Antonio GRAMSCI. En définitive, compte des débats de ce 1er tour, ces présidentielles concernent au plus haut point l'Afrique et ses diasporas. Pourquoi les Français issus de l’immigration se désintéressent-ils des élections au moment où l'universalisme républicain bascule vers un système ségrégationniste digne de l'Apartheid ?
Les idées de haine, professées par les forces du Chaos, n’ont pas leur place dans la France républicaine. Comment donc conserver et conforter la promesse républicaine, dans le respect de nos différences, pour un bien-vivre ensemble ?
Je reviens à ma proposition d’une Maison d’Afrique à Paris, un moyen de convaincre et d’apprendre aux Africains que la France, quelle que soit leur nationalité, est devenue, par la force des choses, leur seconde patrie. Suivant un dicton Peul, «l'individu appartient là où il habite». Dès le départ, en France, l’immigration africaine était considérée comme passagère, et reléguée dans des foyers ou certains quartiers. Les étrangers, arrivés pendant les Trente Glorieuses, devraient repartir dans leur pays d’origine. Or, cette immigration est devenue durable, le regroupement familial ayant renforcé les liens avec ce pays, des enfants de nationalité française y sont nés. La première génération, maintenant retraitée, dont la famille vit en France et donc ses centres d’intérêts sont désormais ici, est encore habitée par le mythe du retour en Afrique. En effet, il existe en France de nombreuses associations villageoises africaines, avec des projets de développement dans le pays d’origine, souvent défaillant (éducation, santé, solidarité). Par ailleurs, ces associations financent également le rapatriement des corps d’Africains décédés en France ; il manque carrés musulmans dans les cimetières français, dans un contexte de pandémie et de fermeture des frontières, les corps s’entassant dans les morgues.
Les modèles d’organisation sont, pour ma part, les communautés juive et chinoise, fortement communautarisées et efficaces, pour un projet de vie durable et harmonieux en France. L’une des missions de cette future Maison d’Afrique, est d’ouvrir ses portes à toutes ces associations villageoises, et d’orienter aussi leurs activités, sur un projet de vie en France, afin de saisir, pleinement, toutes les opportunités nombreuses, d’épanouissement. Cette Maison d’Afrique peut aussi aider ces associations à monter des projets, dans le cadre de la coopération décentralisée. En effet, les aides envoyées en Afrique sont souvent détournées par les gouvernements africains. On sait que ces associations villageoises africaines, dans leur gestion désintéressée, ont des projets pertinents allant directement aux populations des zones d’immigration vers la France. Une Maison d’Afrique à Paris serait un lieu de centralisation et de diffusion de l’information stratégique, peu accessibles aux différentes communautés africaines vivant en France. On sait que sur le plan politique, des réunions occultes sont conduites pour un partage des postes, avant tout scrutin électoral. Certaines offres d’emplois, notamment de grands groupes français ayant investis en Afrique ne sont publiés, comme à la Ville de Paris ou à la haute fonction publique, que lorsque le poste est fléché, quelqu’un est pressenti pour l’occuper ; ce qui fausse la concurrence. L’information peut revêtir des aspects multiples : les programmes et les échéances d’un concours administratif, et comment s’y préparer ; apprendre les usages et coutumes de la société française en vue d’un entretien d’embauche ; rechercher un stage ou un contrat d’apprentissage ; avoir un coach quand on monte une entreprise ; monter efficacement un prêt immobilier ou son entreprise ; rechercher des subventions pour son entreprise ou son association, etc.
La Maison d’Afrique, un lieu d’échanges culturels ou de manifestations festives, peut être l’occasion pour les jeunes filles ou garçons, notamment nés en France de se rencontrer, et éviter les mariages forcés ou le recours à des entremetteurs ou des sites parfois douteux. L’accès aux lieux de décisions économiques, sans lequel la servitude sera permanente, est l’un des enjeux majeurs. Pour l’instant, les commerces ethniques des personnes de souche africaine (taxiphones, habits africains, restauration) les boucheries de la communauté maghrébine ont émergé, difficilement. L’émergence d’une race de capitaines d’industrie issus de la diversité se heurte à plus obstacles.
D’une manière générale, les Français issus de l’immigration sont encore englués dans des stratégies de consommation, de compulsifs de la dépense (mandats mensuels aux membres de famille restés en Afrique achats en France de produits de luxe, non vitaux ; dépenses somptuaires). Les Français issus de l’immigration sont encore des employés des commerces de produits africains en France (Marché de Château-Rouge à Paris, dominé par les Asiatiques) ainsi que différents secteurs, dans lesquels ils sont pourtant performants individuellement (services à la personne, entretien, sécurité). En particulier, ceux qui veulent s’engager dans le domaine de l’entreprenariat rencontre diverses difficultés : accès au financement, aux locaux, aux marchés publics, et les relais de consommateurs en Afrique par manque de main-d’œuvre qualifié ou de logistique font défaut. Ceux qui se lancent dans le business auront besoin, au départ d’un bon coach issu notamment des communautés chinoise ou juive.
Les Français issus de l’immigration présents dans les domaines sportifs, culturels et artistiques, sont peu représentés dans les lieux de décisions de ces secteurs. Ainsi, particulièrement performants, ils sont sous représentés dans le domaine de l’arbitrage, de l’entraînement et de la direction des clubs sportifs. Pap DIOP, à travers toute l’Europe a été le seul président d’un club de football. Les sélections à l’Opéra de Paris ou au cinéma témoignent encore de ce système grave d’exclusion. La percée de l’acteur Omar SY atteste qu’il y a bien des talents à découvrir et à valoriser.
Le racisme institutionnel et systémique est incarné par diverses administrations, notamment la Caisse d’allocations familiales, l’Assurance retraite, Pôle emploi, les préfectures et l’état civil à Nantes concernant les Français nés à l’étranger. Il serait urgent d’abroger diverses circulaires considérant que les Français issus de l’étranger seraient tous, potentiellement, des fraudeurs. En effet, ces administrations féroces soumettent souvent les Français issus de l’immigration à diverses tracasseries administratives parfois insupportables, notamment pour le renouvellement de leurs titres de séjour. Ainsi, la transcription des mariages à l’étranger ou actes de naissance d’enfants d’un Français issu de l’immigration prend parfois entre 3 et 5 ans. L’Assurance retraite met des obstacles injustifiés pour les pensions de réversion pour les héritiers des immigrés ayant travaillé en France.
Il serait nécessaire de renforcer les pouvoir d’enquête et de contrôle de ces administrations par le Défenseur des droits. Par ailleurs, ces administrations avec le développement du travail et la dématérialisation des procédures se sont bunkérisées. L’usager n’a pas de courriel de l’agent ou du service gestionnaire de son dossier, et le téléphone du standard est souvent encombré ; il ne sait pas à qui s’adresser et qu’est-ce qui coince dans son dossier. Ce sont différents agents qui se relaient avec des versions différentes sur l’information à donner à l’usager. L’administration devrait plus humaine et être joignable en cas de difficulté. En particulier, les retraités devraient bénéficier d’une carte de retraité à durée illimitée. La situation actuelle soumettant leur présence en France tous les trois ans conduit à des drames ou de graves difficultés injustifiées.
François MITTERRAND et François HOLLANDE avaient promis le droit de vote des étrangers aux élections locales qu’ils n’ont pas honoré. La montée du Front national devenu Rassemblement national, est venue partie de là. La relation entre la Police et les racisés est particulièrement dégradée, en raison de l’impunité des ripoux à travers la loi sur le séparatisme et les contrôles d’identité au faciès. Nous avons besoin d’une police républicaine pour protéger tous les citoyens qui n’ont rien à se reprocher. La tendance actuelle est celle d’ordonner à la Police de faire du chiffre, par des contrôles d’identité au faciès. Si vous n’avez pas la bonne couleur, vous risquez plus que les autres des contrôles qui souvent aboutissent des propos racistes, à des violences policières ou des morts à étouffement. Il faudrait pour cela limiter les contrôles d’identité à des données objectives, réglementées à l’article 79 du Code pénal : Lorsqu’une personne a commis ou tenté de commettre une infraction, se prépare à commettre un crime ou un délit, peut fournir des renseignements utiles à l’enquête en cas de crime ou de délit, a violé les obligations ou interdictions auxquelles elle se trouve soumise dans le cadre d’un contrôle judiciaire, une assignation à résidence ou d’une peine ou mesure suivie par le juge ou fait l’objet de recherches ordonnées par une autorité judiciaire. La première mesure serait d’interdire les procédés d’interpellation par étranglement ayant conduit uniquement à des morts de jeunes racisés. En vue d’apaiser les relations entre la Police et les racisés, il serait utile de faire la lumière sur certaines violences policières, notamment ces 113 jeunes étouffés à mort par les forces de l’ordre, sans enquête sérieuse. Chaque policier doit respecter le Code de déontologie, et en cas de manquement, faire l’objet d’une sanction disciplinaire et éventuellement de poursuites pénales. Il faudrait sérieuse réformer les enquêtes de l’Inspection générale de la Police, juge et partie. Seul le Préfet de police a, pour l’instant, l’opportunité des poursuites. Cette autorité devrait être soumise au contrôle du Défenseur des droits et à un juge indépendant.
Le déni du passé colonial et esclavagiste a attisé les tensions. Pourtant, il y a bien un passé qui ne passe pas. Les plaies sont profondes notamment les guerres coloniales (Algérie, Indochine), les différents massacres (Camp de Thiaroye le 1er décembre 1944, 8 mai 1945 à Sétif, Madagascar en 1947, les tortures, les massacres des Algériens en 1962 jetés à la Seine, etc.). La seule façon, et sans esprit de revanche ou de ressentiment, de mettre un terme à cette colère sourde, est d’aborder sereinement, la question de la mémoire, afin de repartir sur de bonnes bases, pour un bien-vivre dans le respect mutuel. En Afrique du Sud, un pays ravagé par l’Apartheid, Nelson MANDELA avait le chemin de la réconciliation. La France vaincue par l’Allemagne à trois reprise en 1870, en 1914 et en 1940, avait ce chemin, le seul qui vaille.
Quelques pistes de réconciliation :
- Rouvrir les archives coloniales et réviser certains procès notamment celui du Camp de Thiaroye ;
- Déboulonner les statues des colonialistes et des esclavagistes et les conserver dans un Musée des horreurs ;
- Rebaptiser certaines rues ou lieux publics en l’honneur de personnalités humanistes ; - Faire émerger d’études africaines, dans les universités françaises ;
- La France ne voit l’Afrique que sous le prisme de l’immigration. Or ce continent riche de matières est largement spolié de ses richesses. En effet, la France vit encore sous de vieux schémas issus des indépendances dans la dépendance. En pleine guerre froide, ce qu’on a pu appeler la Françafrique, c’est un système politique et institutionnel, ainsi que l’ensemble de réseaux officieux, permettant à la France de conserver sa domination sur l’Afrique (accords de coopération civils et militaires, des chefs d’Etat favorables à la France, des sommets franco-africains, une monnaie le CFA, aide à la recolonisation, un marché pour les entreprises françaises). Jacques FOCCART (1913-1997), inventeur de la «Françafrique» a fait de l’Afrique une chasse gardée pour la France, il ne rendait compte qu’au général de GAULLE. Les chefs d’Etat africains voulant sortir de ce système sont liquidés ou marginalisés.
- François MITTERRAND, dans son discours à la Baule s’était engagé à remettre ce système, mais finalement a nommé son fils, Gilbert, conseiller à l’Elysée des affaires africaines.
- L’Afrique, avec sa natalité galopante, sans industrie et reléguée en simple réserve de matières premières, désespère sa jeunesse ne rêvant que d’immigration. Par ailleurs, et en raison du déficit démocratique, il existe une sorte de «castration» des intellectuels, préférant l’exil, ce qui occasionne une fuite des cerveaux.
- Depuis la fin de la Guerre froide, la France est sérieusement concurrencée en Afrique, notamment par la Chine, la Russie et la Turquie. L’engagement militaire de la France au Mali, particulièrement coûteux en vies humaines et en dépenses publiques (1 milliard d’euros par an), s’enlise et n’a donc pas convaincu.
- Pourtant, la France, en raison de ses liens culturels et historiques avec l’Afrique y a toute sa place, à condition de réviser ces vieux schémas coloniaux que les populations rejettent.
Dans cette nouvelle politique de coopération entre la France et l’Afrique, les Français issus de l’immigration sont un atout pour la France, pour nouer des relations culturelles, économiques et sociales. Quelques pistes :
- Un service civique en Afrique d’une année pour les jeunes issus de l’immigration en faveur d’actions humaines ou de développement local ;
- Des séjours d’immersion pendant les grandes ou petites vacances, pour les élèves et étudiants issus de l’immigration ou des quartiers défavorisés ; ce qui leur permettra de mieux, après leur séjour en Afrique, d’apprécier la France ;
- Les grands groupes française devraient avoir des programmes de embauches ;
- Le recrutement de jeunes issus de l’immigration ou des quartiers défavorisés par missions diplomatiques et organismes français à l’étranger ;
- Placer la coopération décentralisée comme un axe majeur au sein du fonctionnement des collectivités locales.
Paris, le 10 avril 2022 par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
 
 
 
«Entre la peste et le choléra, je m’abstiendrai au 2ème tour des présidentielles – Je me battrai pour une cohabitation de Gauche aux législatives de juin 2022» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Entre la peste et le choléra, je m’abstiendrai au 2ème tour des présidentielles – Je me battrai pour une cohabitation de Gauche aux législatives de juin 2022» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Entre la peste et le choléra, je m’abstiendrai au 2ème tour des présidentielles – Je me battrai pour une cohabitation de Gauche aux législatives de juin 2022» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Entre la peste et le choléra, je m’abstiendrai au 2ème tour des présidentielles – Je me battrai pour une cohabitation de Gauche aux législatives de juin 2022» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Entre la peste et le choléra, je m’abstiendrai au 2ème tour des présidentielles – Je me battrai pour une cohabitation de Gauche aux législatives de juin 2022» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Entre la peste et le choléra, je m’abstiendrai au 2ème tour des présidentielles – Je me battrai pour une cohabitation de Gauche aux législatives de juin 2022» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Entre la peste et le choléra, je m’abstiendrai au 2ème tour des présidentielles – Je me battrai pour une cohabitation de Gauche aux législatives de juin 2022» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Entre la peste et le choléra, je m’abstiendrai au 2ème tour des présidentielles – Je me battrai pour une cohabitation de Gauche aux législatives de juin 2022» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Entre la peste et le choléra, je m’abstiendrai au 2ème tour des présidentielles – Je me battrai pour une cohabitation de Gauche aux législatives de juin 2022» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Entre la peste et le choléra, je m’abstiendrai au 2ème tour des présidentielles – Je me battrai pour une cohabitation de Gauche aux législatives de juin 2022» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Entre la peste et le choléra, je m’abstiendrai au 2ème tour des présidentielles – Je me battrai pour une cohabitation de Gauche aux législatives de juin 2022» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Entre la peste et le choléra, je m’abstiendrai au 2ème tour des présidentielles – Je me battrai pour une cohabitation de Gauche aux législatives de juin 2022» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Entre la peste et le choléra, je m’abstiendrai au 2ème tour des présidentielles – Je me battrai pour une cohabitation de Gauche aux législatives de juin 2022» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Entre la peste et le choléra, je m’abstiendrai au 2ème tour des présidentielles – Je me battrai pour une cohabitation de Gauche aux législatives de juin 2022» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Entre la peste et le choléra, je m’abstiendrai au 2ème tour des présidentielles – Je me battrai pour une cohabitation de Gauche aux législatives de juin 2022» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Partager cet article
Repost0

commentaires

Liens