Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de BA Amadou Bal, Paris 19ème ISSN 2555-3003 (BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE France B.N.F GALLICA. Http://baamadou.overblog.fr/
  • : Ce blog personnel de M. Amadou Bal BA est destiné à l'échange en politique, littérature, histoire, faits de société et le bien-vivre ensemble. Google News BIBLIOTHEQUE NATIONALE DE FRANCE ISSN 2555-3003 BNF GALLICA. Http://baamadou.overblog.fr/
  • Contact

Recherche

11 janvier 2022 2 11 /01 /janvier /2022 21:05
«Mali : une période de transition déraisonnable, un embargo téléguidé de l’Elysée avec une logique colonialiste. Pour une Nouvelle politique africaine de la France en Afrique» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Quelle sortie honorable à la crise malienne ?
La Vérité n’est ni Blanche, ni Noire ; elle est souvent grise. La junte militaire s’était engagée à une brève période de transition, au 27 février 2022, mais l’a repoussée dans 5 ans ; ce qui est déraisonnable et met gravement en doute sa volonté de remettre le pouvoir aux civils. Le président MACRON, s’abritant derrière la CEDEAO, concurrencé par la Chine et la Russie, emploie les méthodes détestables, d’un autre âge, celles de la Françafrique, en réagissant par un embargo, voire par des opérations de déstabilisation du gouvernement malien, qui n’est plus sa colonie depuis 60 ans. Chacun ne veut faire le pas vers l’autre ; c’est donc la logique de la confrontation, dans laquelle toutes les parties seraient perdantes.
Par conséquent, au Mali, la crise se rajoute à la crise. Prenant prétexte de l'intervention des forces russes au Mali, avec une logistique à partir de l’Algérie, et du recul considérable des délais de transition (5 ans), le président MACRON a décidé, de s'abriter derrière la CEDEAO, pour asphyxier le Mali, à travers un embargo. Pourtant, en matière de leçon de démocratie, le président MACRON devrait rester modeste. En effet, le président MACON est allé installer au pouvoir, personnellement, le 21 avril 2021, Mahamat DEBY, fils d'Idriss DEBY (1952-2021) du Tchad. Le président MACRON a également  reçu, le 12 novembre 2021, Ali BONGO, du Gabon, «un légume» ayant failli s'écrouler sur les marches de l’Elysée. Tout récemment, et en début janvier 2022, le président MACRON devait se rendre au Mali, mais sous réserve d'y convoquer un sommet de la CEDEAO ; C'est ce que la junte militaire a catégoriquement refusé. C'est l’un des points de crispation entre le Mali et le président MACRON.
La stratégie du président MACRON, de gérer les relations entre la France et l'Afrique comme au temps de Jacques FOCCART (1913-1997) théoricien de la Françafrique (voir mon article «Charles de GAULLE et l’Afrique, l’indépendance dans la dépendance»), au début des indépendances, en 1960, me paraît à moyen et court termes, dommageable pour les intérêts de notre pays. L'Afrique de 2022 n'est plus celle de 1960. Vouloir continuer des relations entre la France et l’Afrique, faites de mépris, d'arrogance, d’impolitesse, de subordination et de violence, serait la pire des politiques africaines de la France. On ne traite de la politique africaine qu’en termes d’immigration, de terrorisme, d’islamisme ou de matières premières, à confisquer, ainsi que de gouvernements africains dociles et obéissants à la France, au mépris des droits de l’Homme et de la démocratie. C’est ce qui attise de plus en plus, un sentiment violemment antifrançais des jeunesses africaines en révolte contre cette indépendance dans la dépendance. En revanche, le respect mutuel et une coopération mutuellement avantageuse, c'est cela l'avenir de la France en Afrique ; la France a encore toute sa place en Afrique afin de mieux concurrencer la Russie et la Chine. Il faudrait réorienter la politique africaine de la France en Afrique «Si la relation entre les pays d'Afrique et la France était une marmite, sachez qu'elle est très sale, cette marmite. (...) Si vous refusez de la laver, si vous voulez quand même préparer là-dedans, je ne mangerai pas, nous ne mangerons pas, l'Afrique ne mangera plus !» avait dit, fort justement et de façon imagée, Ragnimwendé Eldaa KOAMA, une jeune Burkinabé à la rencontre de Montpellier du 8 novembre 2021.
La transition, censée être provisoire avec une élection présidentielle au 27 février 2022, s’allonge et tend vers le définitif. J’ai toujours pensé que les régimes militaires veulent toujours transformer le provisoire en définitif. La tactique est bien rôdée : rassurer à travers «un Comité de salut public» et promettre de rendre le pouvoir aux civils. Cependant, dès que le pouvoir militaire est stabilisé, les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent. A ma connaissance, seul Jerry John RAWLINGS (1947(2020), au Ghana, avait rendu le pouvoir aux civils.
Au Mali, tout avait bien démarré par une révolte populaire, le 5 juin 2020, organisée pacifiquement par M. Choguel MAIGA ? contre l’indolent ancien président Ibrahima Boubacar KEITA, mais ce sont les militaires, un 18 août 2021, qui ont organisé un putsch, volant ainsi la victoire au MPR. Un premier gouvernement, du 28 septembre 2020 au 24 mai 2021, celui de M. Moctar OUANE, soupçonné de collusion avec la France, a été démis de ses fonctions, puis remplacé, le 7 juin 2021, par M. Choguel MAIGA, chef de la désobéissance civile. M. Choguel MAIGA osera même de défier le président MACRON, à travers l’intervention des forces russes dans son pays : «La France a abandonné le Mali en plein vol» avait-il dit, le 25 septembre 2021, à l’Assemblée générale de l’ONU, à New York.
Cependant, M. Choguel MAIGA avait promis des élections présidentielles au 27 février 2022, après donc une période de transition de 9 mois. «Nous sommes engagés dans une véritable course contre la montre. Les Maliens nous observent et comptent sur la réussite de cette transition qui, pour beaucoup d'entre eux, semble celle de la dernière chance pour sauver la nation» disait, lors de la présentation de son plan d’action, le 30 juillet 2021, le nouveau Premier Ministre, M. MAIGA. Le président de la transition, le colonel Assimi GOITA, comme M. GOITA insistaient, à l’époque, pour la tenue des élections présentielles au Mali, pour le 27 février 2022. La  nomination, le 7 juin 2021, de M. Choguel MAIGA, «un gouvernement de rupture et d’exemplarité», censée représenter, «une rectification» du putsch militaire, devait aboutir, à brefs ou moyens termes, à des élections «transparentes, crédibles et inclusives. Une demande persistante exprimée depuis des décennies par la classe politique et la société civile» dit M. MAIGA, lors de la présentation de son plan d’action.
Comme le dirait, mon arrière-grand-mère, «Je suis un aveugle, je ne vois que ce que je touche». M. Choguel MAIGA est un homme politique expérimenté et avisé. S’il a survécu dans ce monde politique particulièrement hostile, c’est qu’il a d’importantes qualités que personne ne peut lui dénier. Jusqu’ici, M. Choguel MAIGA qui a fait un parcours sans faute. Je suis donc très surpris qu’il se soit engagé dans une période de transition aussi longue, dont ainsi une opportunité rêvée au président MACRON de le «liquider», politiquement, j’entends, à travers cette longue et non défendable transition, légitimant et pérennisant ainsi le putsch du 18 août 2020. En effet, le MPR, le parti de Choguel, a organisé un congrès du 11 au 12 décembre 2021, suivi «d’Assises nationales de la Refondation» du 27 au 30 décembre 2021, censées fixer les règles du jeu d’un Mali Nouveau et Démocratique. Cependant, et curieusement, ces Assises, loin d’être une «Refondation», proposent une période transitoire de 5 à 10 ans. La classe politique africaine était déjà en grande partie discréditée. Pourquoi ce qui était censé être provisoire devrait devenir définitif ?
Pour ma part, et j’en appelle à M. Choguel MAIGA, il ne faudrait pas s’obstiner dans l’erreur, le Mali a grand intérêt à fixer une nouvelle date des élections présidentielles et législatives, avant la fin janvier 2023. Ce qui me paraîtrait acceptable et raisonnable. Il n’est jamais trop tard de faire le Bien. C’est toujours le bon moment de faire ce qui est juste, en raccourcissant les délais de transition les délais de la transition, avec une date butoir à la fin de janvier 2023. La CEDEAO, sans doute instrumentalisée par le Parti colonial, a décrété l’embargo du Mali, un Etat faible et surtout enclavé, donc vulnérable. Républicain inguérissable, je crois fondamentalement à la démocratie et au caractère civil d’un gouvernement. Le président de transition, le colonel Assimi GOITA, dans une allocution télévision du 10 janvier 2022, estime que la négociation reste encore possible avec la CEDEAO. Il est temps d’agir, et de décider vite, avant la chienlit, afin d’éviter au Mali un désastre supplémentaire.
Pour l'instant, et à l'intérieur du Mali, seul l'Iman DICKO, soutient la Françafrique. Ce soutien à la junte, en raison des troubles et des mécontentements pouvant être alimentés ou suscités par le Parti colonial, va-t-il durer longtemps ?
J'apprends, et c'est à confirmer ou à infirmer, que le président MACRON va suspendre les vols d'Air France sur le Mali et des avions militaires auraient survolé le territoire malien. Ce qui va davantage installer le Chaos au Mali, avec ses nombreux ressortissants en France. En tout cas, les diasporas maliennes, installées dans 65 pays, s'apprêtent à manifester le samedi 15 janvier 2022 pour soutenir la junte malienne.
Les gesticulations, les théories du complot venant de l’Elysée, les slogans politiques et les manifestations de populaires de soutien à la junte, n’auront que peu d’effets sur la population quand elle manquera de tout. Pour l’instant, la population lèche le gouvernement la junte, mais versatile, le temps du lynchage viendra, si cette situation perdurait. Les Maliens ont connu trop de souffrances, pour ne pas en rajouter davantage.
La junte militaire étant dos au mur, ne devrait pas laisser la souricière tendue par le Parti colonial se refermer sur elle. En effet, le président MACRON a une occasion rêvée de faire tomber le gouvernement malien, qui a défié le Maître. En effet, la stratégie du président MACRON au Mali est clairement lisible : il s'agit, à travers l'embargo, avec la perspective des pénuries et de la montée du prix des denrées de première nécessité, de monter la population malienne contre la junte malienne. En raison de cet embargo, l'histoire ne se répète pas mais elle peut bégayer. En effet, pendant longtemps Modibo KEITA (1915-1977) avait tenu tête à la France du général Charles de GAULLE (1890-1970). Mais quand Modibo avait envisagé de sortir du FCA, c’est le début de la fin de son règne ; la France a organisé une montée des prix et une grève des commerçants.
L’embargo de la CEDEAO, téléguidé par la Macronie, aura, immanquablement, des conséquences pénibles pour la population au Mali, un Etat enclavé ; l'accès au port de Dakar et l'excellent réseau routier et ses ponts bâti par le président Macky SALL, est bloqué. Ce qui constitue un coup très dur pour la junte qui n'est soutenue que par la Guinée, mais un pays forestier avec réseau routier médiocre pour l'approvisionnement en denrées alimentaires. L'Algérie qui a donné des facilités aux forces russes intervenant, mais est plus lointaine.
Une situation particulièrement préoccupante à suivre.  
Paris, le 11 janvier 2022 par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali : une période de transition déraisonnable, un embargo téléguidé de l’Elysée avec une logique colonialiste. Pour une Nouvelle politique africaine de la France en Afrique» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali : une période de transition déraisonnable, un embargo téléguidé de l’Elysée avec une logique colonialiste. Pour une Nouvelle politique africaine de la France en Afrique» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali : une période de transition déraisonnable, un embargo téléguidé de l’Elysée avec une logique colonialiste. Pour une Nouvelle politique africaine de la France en Afrique» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali : une période de transition déraisonnable, un embargo téléguidé de l’Elysée avec une logique colonialiste. Pour une Nouvelle politique africaine de la France en Afrique» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali : une période de transition déraisonnable, un embargo téléguidé de l’Elysée avec une logique colonialiste. Pour une Nouvelle politique africaine de la France en Afrique» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali : une période de transition déraisonnable, un embargo téléguidé de l’Elysée avec une logique colonialiste. Pour une Nouvelle politique africaine de la France en Afrique» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali : une période de transition déraisonnable, un embargo téléguidé de l’Elysée avec une logique colonialiste. Pour une Nouvelle politique africaine de la France en Afrique» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali : une période de transition déraisonnable, un embargo téléguidé de l’Elysée avec une logique colonialiste. Pour une Nouvelle politique africaine de la France en Afrique» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali : une période de transition déraisonnable, un embargo téléguidé de l’Elysée avec une logique colonialiste. Pour une Nouvelle politique africaine de la France en Afrique» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali : une période de transition déraisonnable, un embargo téléguidé de l’Elysée avec une logique colonialiste. Pour une Nouvelle politique africaine de la France en Afrique» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali : une période de transition déraisonnable, un embargo téléguidé de l’Elysée avec une logique colonialiste. Pour une Nouvelle politique africaine de la France en Afrique» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali : une période de transition déraisonnable, un embargo téléguidé de l’Elysée avec une logique colonialiste. Pour une Nouvelle politique africaine de la France en Afrique» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali : une période de transition déraisonnable, un embargo téléguidé de l’Elysée avec une logique colonialiste. Pour une Nouvelle politique africaine de la France en Afrique» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mali : une période de transition déraisonnable, un embargo téléguidé de l’Elysée avec une logique colonialiste. Pour une Nouvelle politique africaine de la France en Afrique» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Partager cet article
Repost0

commentaires

Liens