Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de BA Amadou Bal, Paris 19ème ISSN 2555-3003 (BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE France B.N.F GALLICA. Http://baamadou.overblog.fr/
  • : Ce blog personnel de M. Amadou Bal BA est destiné à l'échange en politique, littérature, histoire, faits de société et le bien-vivre ensemble. Google News BIBLIOTHEQUE NATIONALE DE FRANCE ISSN 2555-3003 BNF GALLICA. Http://baamadou.overblog.fr/
  • Contact

Recherche

27 juin 2022 1 27 /06 /juin /2022 21:18
«L'odieux massacre de migrants africains à Melilla, une enclave espagnole au Maroc, un crime contre l'Humanité», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Je suis choqué par la mort tragique de plusieurs migrants africains à Melilla. J’exprime ma compassion et mes condoléances à leurs familles éplorées» écrit le président Macky SALL du Sénégal. Ces images, à la suite le 24 juin 2022, du massacre de migrants africains à Melilla, une enclave espagnole au Maroc, sont insoutenables ; si je les publiais, je donnerais une belle occasion à Facebook et à la cellule de l’Elysée de m'interdire, pour un bon moment, de la toile, au nom de la bienséance.
Mais c'est quoi donc la bienséance, quand je vois des policiers tirer sur des migrants ou cogner à coups de crosse sur des blessés gisant sur terre et que personne ne veut naturellement secourir ? Ils doivent mourir comme des chiens ; leur vie, aux yeux de certains, n'a aucune importance. Plus de 500 blessés et 23 à 37 morts ? Personne ne sait exactement combien d'immigrants africains ont été littéralement exécutés. Peu importe ! Espérer franchir la frontière d'un pays nanti, ou refuser de déférer à un banale contrôle d'identité, c'est l'exécution immédiate, la peine de mort ; c'est de l'ordre de la normalité, de la banalité quotidienne. L’Océan de la Méditerranée, avec ses 164 000 morts de migrants, est devenu un gigantesque cimetière, sans sépultures de migrants africains, ces héros du quotidien.
Le Tsar des Russies est odieux avec les Ukrainiens. On documente, à juste titre, ses méfaits en espérant, un jour, de le déférer devant un tribunal international. Mais qui jugera ceux qui ont assassiné ces migrants africains ? Là plus personne ne parle de commission d’enquête pour les esclaves et les colonisés rejetés au fond de la cale. Qu'ils meurent donc sans faire trop de bruit ! L’Union africaine, comme l’ONU, réclament une enquête internationale : «Il y a eu un recours excessif de la force des deux côtés de la frontière. Je veux dire que nous avons été choqués par les images de la violence à la frontière entre le Maroc et l’Espagne. Les personnes qui migrent dont des droits humains, et ceux-ci doivent être respectés ; et, nous les voyons trop souvent bafoués» dit M. Stéphane DUJARRIC, porte-parole de l’ONU.
Pourquoi l’homme noir est-il confronté, en permanence, au déni de son humanité ? Est-ce encore la persistance des stigmates de l’esclavage ?  Et quelle est la responsabilité particulière dans cette tragédie du Maroc, un pays appartenant à l’Union africaine ?
Dans ces images épouvantables, on a vu des policiers marocains frapper à coups de crosse, des immigrants, blessés et à terre. Le Maroc reste le seul pays du Maghreb sans législation réprimant le racisme. En fait, le racisme anti-noir est ancien et structurel, comme l’écrit Chouki EL HAMEL, dans son ouvrage «Le Maroc noir, une histoire de l’esclavage, de la race et de l’Islam». En effet, suivant cet auteur, les autorités marocaines ont rejeté leur africanité, l’homme noir y est souvent associé à l’esclave ; son corps étant réifié, on peut le soumettre aux traitements les plus dégradants «D’autres musulmans noirs ont été asservis en Afrique, mais l’exception marocaine réside dans l’ampleur et les méthodes de cette opération. Au total, sous le règne du sultan Moulay ISMAEL (1672-1727), plus de 221 320 personnes noires ont été humiliées, violées, privées de leurs droits légaux, dont leur liberté, bafouées» dit Chouki EL HAMEL. Le racisme fait partie de la structure politique marocaine. En effet, les Haratine ou Arabes noirs sont victimes de longue date d’un racisme au Maroc «la société marocaine était divisée par la couleur et la race. Ces concepts de «race» et de racisme ne sont pas une invention arabo-américaine. Dès le XVIème siècle, des dynasties marocaines ont lié «la blancheur» à la légitimité politique et à la liberté, comme le sultan Ahmed AL-MANSOUR (1578-1603)» dit Chouki EL HAMEL.
Où sont donc ces patentés donneurs de leçons, ces défenseurs de droits de l'Homme, avec leur message universel, dans leurs indignations, toujours particulièrement sélectives ? Ont-ils appelé à manifester à la Place de la République ? «A la fin nous ne souviendrons pas des mots de nos ennemis mais des silences de nos amis» disait Martin Luther KING (1929-1968).
Du moins, de quel «Homme» parlons-ils ?
Du réfugié du tiers-monde aux portes de la Pologne avec une levée d’Etat d'urgence et un refoulement dans les bois et la neige ? ou du réfugié africain, à la Villette, à Paris, entouré d'un mur de la honte, avec un défilé de Mohamed ZEMMOUR, comme au temps des zoos humains au Jardin d'acclimatation ?
On se glorifie des visites des visites à Kiev, avec livraisons d’armes et financements, de l’arrivée massive des 5 millions de réfugiés ukrainiens, accueillis à bras ouverts et qui vont bientôt entrer dans l'union européenne, alors que la Turquie, membre de l'OTAN et du Conseil de l'Europe, frappe, désespérément, à la porte depuis plus de 50 ans ?
Cependant, les quelques réfugiés du tiers-monde, à Paris, à Londres ou à Melilla, dont certains de leurs pays ont été pourtant saccagés par des guerres locales injustes, toutes perdues, avec parfois un assassinat arbitraire de leur chef d’Etat (Saddam HUSSEIN, Mouammar KHADAFI), mais non surtout pas ces gens-là que personne ne veut voir ? Otez-vous de là très loin de notre vue !
On préfère parler du droit à l'avortement aux Etats-Unis, de la femme Afghane, celle des banlieues ou des Ouïghours ou même de l'interdiction des carrés musulmans dans les cimetières. Une fosse commune pour les Tirailleurs sénégalais, comme pour ces migrants sauvagement assassinés, à défaut de reposer au fond des mers. A défaut de parler du Wokisme, du «Grand remplacement», de l'islamo-gauchisme, de la laïcité ou du Burkini à la piscine de Grenoble, ce crime commis contre les migrants africains est traité, furtivement, comme un simple fait divers et on passe tranquillement à autre chose.
Il y a eu l'esclavage en Libye des migrants, ceux qui sont bouffés par les poissons dans la Méditerranée, que nous mangeons, et maintenant cette odieuse tuerie à Melilla, ce crime contre l’Humanité. Les donneurs de leçon préfèrent détourner le regard. «Chaque parole a une conséquence. Chaque silence aussi» disait Jean-Paul SARTRE (1905-1980).
Après 400 années d'esclavage, 3 siècles de colonisation, le Camp de Thiaroye, les massacres à Sétif et à Madagascar, les 113 jeunes étouffés à mort et maintenant ces migrants, «I am a Man» disaient le 4 avril 1968, à Martin Luther KING, les éboueurs de Memphis confrontés à un déni de leurs droits fondamentaux. Alors nous continueront toujours à réclamer, haut et très fort, Justice, Justice, Justice !!!
Quelle réponse devant cette tragédie sans nom de l'Afrique détentrice de toutes les richesses naturelles, mais dont les enfants attaquent les barbelés, à mains nues, les enclaves de Ceuta ou Melilla ; certains prennent, joyeusement des pirogues, espérant vaincre les océans ?
En dépit de cette dramaturgie, 62 ans après les indépendances, la réponse est toujours en nous-mêmes : démocratie, souveraineté, coopération internationale juste et équitable, fraternité, industrialisation, agriculture et panafricanisme.  «Je sais très bien que seul je ne changerai pas le monde et donc je chante des mots d'espoir pour les autres» écrit Pierre de CORNEILLE (1606-1684), dramaturge.
Or, on a tendance à courber l'échine, à endurer en acceptant l'inacceptable, à déserter les urnes avec 54% d'abstention aux législatives. Résultats : 89 députés du RN arrivent à l'assemblée française, avec des menaces sur la cohésion de la Nation et la dégradation accentuée des relations franco-africaines déjà largement abîmées. Cet esclavage mental est plus grave que tout le reste. «Vivre c’est participer» disait Antonio GRAMSCI (1891-1937). Personne ne nous respectera, si on ne se respecte pas soi-même : «Notre vie commence à s'arrêter à partir du moment où nous gardons le silence sur des choses graves» disait Martin Luther KING. Certains vous diront, bêtement, «je ne fais pas de politique». Mais la Politique au sens noble du terme, ce n’est d’autre que l'art du bien-vivre ensemble ou le partage du gâteau. A partir du moment où votre dignité d'homme est bafouée, et que même votre vie peut être menacée, c'est quoi la Politique ? «Tant qu'un homme n'a pas décidé quelque chose pour lequel il est prêt à mourir, il ne mérite pas de vivre» disait Martin Luther KING.
Abandonnés de tous, empêtrés en permanence dans la souffrance, en dépit notre dangereuse inertie et notre fatalisme, je resterai toujours habité par l'Espérance : «Même la nuit la plus sombre prendra fin, et le soleil se lèvera» écrit Victor HUGO (1802-1885), dans ses «Misérables ».
Paris, le 27 juin 2022, par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
 
 
«L'odieux massacre de migrants africains à Melilla, une enclave espagnole au Maroc, un crime contre l'Humanité», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«L'odieux massacre de migrants africains à Melilla, une enclave espagnole au Maroc, un crime contre l'Humanité», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«L'odieux massacre de migrants africains à Melilla, une enclave espagnole au Maroc, un crime contre l'Humanité», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«L'odieux massacre de migrants africains à Melilla, une enclave espagnole au Maroc, un crime contre l'Humanité», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«L'odieux massacre de migrants africains à Melilla, une enclave espagnole au Maroc, un crime contre l'Humanité», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«L'odieux massacre de migrants africains à Melilla, une enclave espagnole au Maroc, un crime contre l'Humanité», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«L'odieux massacre de migrants africains à Melilla, une enclave espagnole au Maroc, un crime contre l'Humanité», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«L'odieux massacre de migrants africains à Melilla, une enclave espagnole au Maroc, un crime contre l'Humanité», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«L'odieux massacre de migrants africains à Melilla, une enclave espagnole au Maroc, un crime contre l'Humanité», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«L'odieux massacre de migrants africains à Melilla, une enclave espagnole au Maroc, un crime contre l'Humanité», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«L'odieux massacre de migrants africains à Melilla, une enclave espagnole au Maroc, un crime contre l'Humanité», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«L'odieux massacre de migrants africains à Melilla, une enclave espagnole au Maroc, un crime contre l'Humanité», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«L'odieux massacre de migrants africains à Melilla, une enclave espagnole au Maroc, un crime contre l'Humanité», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«L'odieux massacre de migrants africains à Melilla, une enclave espagnole au Maroc, un crime contre l'Humanité», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«L'odieux massacre de migrants africains à Melilla, une enclave espagnole au Maroc, un crime contre l'Humanité», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«L'odieux massacre de migrants africains à Melilla, une enclave espagnole au Maroc, un crime contre l'Humanité», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«L'odieux massacre de migrants africains à Melilla, une enclave espagnole au Maroc, un crime contre l'Humanité», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«L'odieux massacre de migrants africains à Melilla, une enclave espagnole au Maroc, un crime contre l'Humanité», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«L'odieux massacre de migrants africains à Melilla, une enclave espagnole au Maroc, un crime contre l'Humanité», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«L'odieux massacre de migrants africains à Melilla, une enclave espagnole au Maroc, un crime contre l'Humanité», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«L'odieux massacre de migrants africains à Melilla, une enclave espagnole au Maroc, un crime contre l'Humanité», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«L'odieux massacre de migrants africains à Melilla, une enclave espagnole au Maroc, un crime contre l'Humanité», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«L'odieux massacre de migrants africains à Melilla, une enclave espagnole au Maroc, un crime contre l'Humanité», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«L'odieux massacre de migrants africains à Melilla, une enclave espagnole au Maroc, un crime contre l'Humanité», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«L'odieux massacre de migrants africains à Melilla, une enclave espagnole au Maroc, un crime contre l'Humanité», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«L'odieux massacre de migrants africains à Melilla, une enclave espagnole au Maroc, un crime contre l'Humanité», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«L'odieux massacre de migrants africains à Melilla, une enclave espagnole au Maroc, un crime contre l'Humanité», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«L'odieux massacre de migrants africains à Melilla, une enclave espagnole au Maroc, un crime contre l'Humanité», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«L'odieux massacre de migrants africains à Melilla, une enclave espagnole au Maroc, un crime contre l'Humanité», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«L'odieux massacre de migrants africains à Melilla, une enclave espagnole au Maroc, un crime contre l'Humanité», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«L'odieux massacre de migrants africains à Melilla, une enclave espagnole au Maroc, un crime contre l'Humanité», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Partager cet article
Repost0
26 juin 2022 7 26 /06 /juin /2022 15:20
«La nouvelle législature en France 2022-2027 et la place de la diversité au Parlement français» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Au cœur du bien-vivre ensemble se situe le partage du gâteau et l’exigence d’une présence des racisés dans les lieux de décisions politiques, économiques et culturels. La grave montée du racisme institutionnel et systémique, décomplexé, n'est autre qu'une forme de diversion, une tentative d'empêcher les racisés d'y voir clair afin de prendre leur destin en main : «Le racisme est la dévalorisation profitable d'une différence. Le racisme est la valorisation, de différences réelles ou imaginaires, au profit de l'accusateur, et au détriment de sa victime, afin de légitimer une agression» écrit Albert MEMMI (1920-2020, voir mon article). Après le burka, le voile, la laïcité les piscines et maintenant on agite la question des carrés musulmans. Je suppose que ces gens aux idées courtes voudront déterrer les tombés des Tirailleurs sénégalais à Lyon, les premiers lors de l'attaque allemande en 1940 avoir été envoyés au casse-pipe alors d'autres étaient bien planqués.
Dans cette législature 2022-2027, on compte 26 députés d'ascendance africaine dans un parlement de 577 députés. Deux députées emblématiques de la NUPES sont à recenser Mmes Danièle OBONO, élue dès le 1er tour dans mon 19ème et Mme Rachel KEKE, une ancienne femme de ménage ayant battu une Ministre dans le Val-de-Marne. Je salue au passage la très belle victoire, en Seine-Saint-Denis, de Mme Nadège ABOMANGOLI.
En raison de sa verticalité, Jupiter ayant transformé ses députés en «Playmobil», les députés de la majorité restés silencieux sur la montée du racisme ont été presque tous décimés dans la nouvelle mandature 2022-2027. Exit : Jean-François MBAYE, Laetitia AVIA, Sira SYLLA et Patrice ANATO. Un seul rescapé de cette bérézina, dans les Côtes d'Armor, M. Hervé BERVILLE.
Dans la précédente mandature de 2017-2022, j'avais loué, un certain temps, l'effort du président MACRON du renouvellement du Parlement, à travers un nombre important de députés issus de l’immigration, soit un total de 6,18% de racisés. Entre 2007 et 2012, les racisés ne représentaient qu’entre 0,54% et 2% du Parlement français. Les symboles ont de l’importance en politique ; il s’agit de briser la glace et adresser à tous le message que l’ascenseur social n’est pas encore en panne. Il faut dire que les précédentes législatures dans le déni grave de ce racisme institutionnel et systémique, ignorant le multiculturalisme, avaient rejeté les candidats issus de l'immigration au fond de la cale. Il faut préciser qu'un fait notable et majeur s'est produit pendant cette période. En dépit, pour certains, de vouloir uniquement réserver à eux le concept de «crime contre l’Humanité», comme si les Nègres seraient des sous-hommes, Mme Christiane TAUBIRA a fini, après deux ans de procédure, par faire voter la loi du 21 mai 2001, déclarant l'esclavage un crime contre l’Humanité. Une fondation de la mémoire de l'esclavage existe, mais il faudrait au-delà des commémorations rituelles, et s'attaquer à l'esclavage mental, pour un bien-vivre ensemble, débarrassé de colères ou ressentiments inutiles, dans le respect mutuel.
Il va de soi que les députés antillais sont présents de longue date dans le Parlement français, dont Aimé CESAIRE (1913-2008), chantre de la Négritude et de la départementalisation. Gaston GERVILLE-REACHE (1854-1908), de la Gauche radicale, abolitionniste et ami de Victor SCHOELCHER (1804-1893), a été élu député de Guadeloupe de 1881 à 1906, soit 25 ans. Son concurrent sera Hégésippe LEGITIMUS (1868-1944), maire de Pointe-à-Pitre, appelé le «Jaurés noir». En effet, Hégésippe LEGITIMUS, crée le Comité de la Jeunesse Républicaine et le journal «Le Peuple», organe socialiste révolutionnaire affilié au parti ouvrier de Guadeloupe, et dont le but officiel était de «défendre les petits et humbles, quelle que soit la couleur de peau». Grâce à son éloquence et sa plume incisive, Hégésippe LEGITIMUS devient le porte-parole des défavorisés de Guadeloupe. Il faut dire que la production littéraire de Joseph Anténor FIRMIN (1850-1911), de l’égalité des races humaines, affirme que le genre humain est unique, et donc l’inégalité des races, fondée sur la cranologie, d’Arthur de GOBINEAU (1816-1882), une imposture.
Gaston MONNERVILLE (1897-1991, voir mon article), député de la Guyane de 1932 à 1940, président du Conseil de la République de 1947 à 1958, a été président du Sénat de 1958 à 1968, président du Conseil constitutionnel de 1974 à 1983.
Les Sénégalais des quatre communes (Dakar, Rufisque, Gorée et Saint-Louis) disposent depuis 1848 d’un poste de député à l’Assemblée nationale française, un poste occupé par un Blanc ou un métis. C’est le 10 mai 1914, que Blaise DIAGNE (1872-1934) a été élu le premier député africain à l’Assemblée nationale française (voir mon article) et conservera ce poste jusqu’à sa mort en 1934. Blaise DIAGNE, pourtant un assimilationniste, a réuni en 1919, un congrès panafricaniste à Paris avec du BOIS, défendu le titre de Battling Siki ou Amadou M’Barick FALL (1897-1925) (voir mon article) champion du monde en 1924, et c’est l’arrivée des Tirailleurs sénégalais, face à l’injustice coloniale leur refusant les mêmes pensions que les Blancs ou leurs soldes, comme dans le cas du massacre de Camp de Thiaroye qui fera émerger une conscience pour l’indépendance. Sous la IVème République, il y avait jusqu’à 52 députés africains à l’Assemblée nationale (Léopold Sédar SENGHOR, Félix HOUPHOUET-BOIGNY). En particulier, le député sénégalais, maître Lamine GUEYE (1891-1968), a mis fin au Code de l'indigénat et au travail forcé ; il est le promoteur de  la loi du 1er juin 1946, sur la citoyenneté dans les colonies portant son nom. Il a été l'avocat des familles des Tirailleurs sénégalais du Camp de Thiaroye et des insurgés à Madagascar.
Plusieurs autres observations sur cette législature 2022-2027
Ce qui me frappe avant tout chez Danièle OBONO, c'est l'extraordinaire capacité de survie, son intelligence et sa combativité. Les forces du Chaos ont pourtant et à plusieurs reprises tenté de la détruire et notamment en dépeignant une députée de la République en singe. Ces attaques ignominieuses m'avaient révolté ; mais ce qui m'a le plus blessé, à la manifestation au Trocadéro de protestation contre ces écrits inqualifiables de «Valeurs actuelles», un journal d’extrême-droite, c'est que nous n'étions qu'une cinquantaine de personnes. Tous ces racisés, ces grandes gueules qui se masturbaient dans les réseaux sociaux étaient absentes à cette manifestation. Un peu de cohérence !
Par ailleurs, dès qu'un racisé accède à un niveau important de responsabilité, les forces du Chaos le considérant encore un indigène de la République, donc indigne des honneurs publiques, comme au temps au temps de l'esclavage, sortent le fouet. Jadis, Mme Christiane TAUBIRA et maintenant Pap N’DIAYE, avant même sa prise de fonction, ont subi ces lynchages. A l'encontre de Mme Rachel KEKE et avant qu'elle n'ait engagé sa mission de députée, les calomnies et les dénigrements se mettent en place. La politique ce n'est pas un métier mais un art ; Rachel KEKE sera à la bonne école avec Danièle OBONO, du moins, je l'espère pour elle.
En sens inverse, pendant cette dernière mandature, les députés noirs de la République en Marche ont fait l'objet de graves attaques racistes et parfois des menaces de mort notamment à l'encontre de Jean-François MBAYE. Ni ces députés ni le gouvernement n'a oser dénoncer ces actes inqualifiables. Cette montée du RN avec 89 députés au Parlement est le résultat de cette trahison des valeurs républicaines de ma part des autorités publiques. C'est surtout et on l'a vu lors du premier tour des présidentielles comme lors du second tour des législatives une stratégie délibérée de la Macronie d'acquitter les fachos au bénéfice du doute. Il bruisse de partout que le RN va même obtenir la présidence d'une commission à l'assemblée nationale.
Normalement et mathématiquement certaines circonscriptions ou mairies sont acquise aux racisés, mais qui préfèrent, hélas, massivement s'abstenir aux différents scrutins. Aussi je n'ai toujours pas compris pourquoi Marine LE PEN arrive à se faire élire et réélire brillamment à Henin Beaumont, une zone à majorité maghrébine, des personnes qu'elle déteste tant et vilipende à longueur de journée ; mais les périodes électorales, on accepte ses baisers de la mort dans les marchés. Marine LE PEN aurait dû, en toute logique, se présenter dans les zones huppées ou rurales ou blanches pratiquant à haute dose l'entre-soi. Je serai curieux d'assister à un compte-rendu de mandat de députée de Marine LE PEN à Henin Beaumont avec toutes les saloperies qu'elle débité chaque jour dans les médias et au Parlement sur les racisés.
Si la représentation des racisés est faible au Parlement cela est dû, non seulement à un racisme institutionnel et systémique, mais aussi au manque de connaissance du rouage du système politique ; mais surtout à l'accès à l'information stratégique. En effet, chaque parti politique s’appuie sur une sociologie, une clientèle ; sa nomenclatura bien installée et agrippée à ses importantes indemnités d'élus, ne va pas céder, de bon cœur, la place, surtout pas à un racisé. Le pouvoir ne se donne pas, il se conquiert. Dans ce racisme institutionnel et systémique, on sait que le RN est une entreprise familiale. La Droite, comme une bonne partie de la Macronie, sont des personnes essentiellement issues de la haute bourgeoisie. Le Parti socialiste, en dépit d'un discours en apparence généreux, trouve sa base sociologique dans les cadres notamment les instituteurs, les communautés juives et Gays. Un point commun de tous ces partis, c'est la recherche d'une diversité alibi ou cosmétique, pour se donner bonne conscience. Même Mohamed ZEMMOUR, obsédé par sa théorie fumeuse du «Grand remplacement», avait juste derrière lui, à son meeting du 5 décembre 2021 Villepinte, son nègre de service, Tanguy DAVID, qui ne savait pas d'ailleurs qu'est-ce qu'il est, et pourquoi il était là.
Ce que je trouve le plus affligeant à chaque élection, c'est le manque de certains racisés de connaissance des codes de la politique et l'accès à l'information stratégique. La nomenclatura des partis politiques s'est accaparée du contrôle des instances dirigeantes, où sont absents les racisés dérangeants, susceptibles de remettre en cause leur hégémonie. L'information stratégique, et notamment la répartition des postes, circule d'abord entre initiés entre copains et coquins ; aussi quand les candidatures arrivent devant les instances de validation les dés sont déjà pipés. Aussi, d'éminents cadres et secrétaires de section au Parti socialiste ont mis beaucoup de temps avant de comprendre ce système quasi-mafieux de cooptation (Hubert-Gaspard LONSI-KOKO au 15ème arrondissement et Soulé DIAWARA au 17ème arrondissement). Ils ont fini, comme bien d'autres, par se révolter et partir.
D'autres éléments font tort aux racisés voulant entreprendre une carrière politique. Les racisés, répartis entre différentes tendances d’un même parti, au lieu de s’unir, se combattent et se jalousent entre eux. Dès que quelqu’un émerge, les autres se mettent en ordre de bataille pour le casser. Cependant, la plus grave dérive, à mon sens, c’est attitude de «consommation» des racisés ; on vote pour un député ou un maire parce qu’on espère avoir un petit avantage (travail, logement, financement d’une association, petit boulot, place en crèche) ne réglant pas sur le fond, les graves problèmes de ce racisme systémique qui les tient en laisse, dans la servitude.
Or, un citoyen ne devrait pas se cantonner dans une attitude servile de mendiant. Même confronté à de graves difficultés, il doit conserver la tête haute et viser l’excellence. Ce long et dur combat devrait être pris en charge par une Maison d’Afrique à Paris que je réclame de longue date, un lieu où dialoguent les cultures, pour une vraie autonomie, un bien-vivre ensemble, dans le respect mutuel.
Paris, le 26 juin 2022, par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
 

 
«La nouvelle législature en France 2022-2027 et la place de la diversité au Parlement français» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«La nouvelle législature en France 2022-2027 et la place de la diversité au Parlement français» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«La nouvelle législature en France 2022-2027 et la place de la diversité au Parlement français» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«La nouvelle législature en France 2022-2027 et la place de la diversité au Parlement français» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«La nouvelle législature en France 2022-2027 et la place de la diversité au Parlement français» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«La nouvelle législature en France 2022-2027 et la place de la diversité au Parlement français» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«La nouvelle législature en France 2022-2027 et la place de la diversité au Parlement français» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«La nouvelle législature en France 2022-2027 et la place de la diversité au Parlement français» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«La nouvelle législature en France 2022-2027 et la place de la diversité au Parlement français» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«La nouvelle législature en France 2022-2027 et la place de la diversité au Parlement français» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«La nouvelle législature en France 2022-2027 et la place de la diversité au Parlement français» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«La nouvelle législature en France 2022-2027 et la place de la diversité au Parlement français» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Partager cet article
Repost0
23 juin 2022 4 23 /06 /juin /2022 13:52
«Sénégal : Les enjeux des législatives du 31 juillet 2022 : un Parlement stratège, au cœur du débat politique» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Les présidentielles et législatives en France ont un peu éclipsé les législatives au Sénégal, une nouvelle fois, programmées pour le 31 juillet 2022. Comme à l'accoutumé, le débat politique au Sénégal est empreint d'une rare violence, dans les réseaux sociaux dans la rue ou à travers différentes milices de l'opposition comme de la majorité. Les voyous sont à l'affût pour détrousser des magasins français que certains opposants montrent, à tort, d’une façon machiavélique et simpliste, comme étant un «butin de guerre» contre l'ancien colonisateur français. Ces établissements, même s’ils portent des enseignes françaises, emploient des Sénégalais et sont souvent tenus par des Sénégalais ; leur saccage font l’objet d’importantes indemnisations du gouvernement sénégalais. L’enjeu, éminemment stratégique de ces législatives, est, non pas de légitimer, glorifier les casseurs et délinquants, en attisant un sentiment antifrançais, mais de savoir comment faire émerger et créer les conditions de promotion d’une bourgeoisie nationale sénégalaise, ainsi qu’une coopération juste et équitable avec la France, notre partenaire historique ayant toute sa place en Afrique, à condition de nous respecter. Il est urgent, 62 ans après les indépendances, de mettre fin à cette Françafrique, une indépendance dans la dépendance.
Dans cette atmosphère électrique et insurrectionnelle habituelle de la vie politique sénégalaise, parfois le ridicule et la tragédie se côtoient. Certains opposants, prompts à organiser des concerts de casseroles, en fait traînent eux-mêmes de graves et parfois tragiques casseroles. Une bonne partie de l’opposition ressemble, à s’y méprendre, à une association de malfaiteurs ; en grands prédateurs sexuels, diffamant, menaçant, recrutant des insulteurs ou des repris de justice, tuant, et volant, uniquement en raison de leur statut d’opposants et avant même de prendre le pouvoir, certains opposants ont décidé de se placer au-dessus les lois républicaines. Où sont l’exemplarité et la probité dans tout cela, quand on aspire, légitimement, un jour, à prendre le pouvoir ? Ainsi, plus personne de l’opposition ne parle de Karim WADE, ancien ministre du Ciel et de la Terre, qui s’est sauvé avec son jet privé et devant plus de 6 milliards d’euros au Sénégal. On connaît maintenant un opposant adepte des salons de massage mais également prédateur sexuel de longue qui avait engrossé une mineure lycéenne à Thiès. Un ancien maire de Dakar, condamné pour détournements de fonds et privé de ses droits civiques. Le nouveau maire de Dakar a déjà fait la prison pour avoir assassiné, en 2011, N’Diaga DIOUF, un partisan de maître Abdoulaye WADE, de 17 balles ; il continue, en accord avec lui-même, dans une stratégie victimaire, de réclamer la légitime défense, même si certaines balles ont été tirées dans le dos de N’Diaga DIOUF. En d’autres termes, quand on est opposant au Sénégal, dans une stratégie victimaire et d’irresponsabilité totale, c’est toujours le slogan : «Responsable, mais jamais coupable !». François FILLON, ses costumes et ses emplois fictifs, le disait en 2017 ; en fait, même après cette forfaiture, il a continué d’émarger des jetons au conseil d’administration d’un groupe pétrolier public russe. Pourtant, voulant se draper du manteau de chevalier blanc, François FILLON disait auparavant en août 2016, perfidement, en direction de Nicolas SARKOZY : «Qui imagine un seul instant le général de Gaulle mis en examen ? Il ne sert à rien de parler d'autorité quand on n'est pas soi-même irréprochable ; Avoir une haute idée de la politique signifie que ceux qui briguent la confiance des Français doivent en être digne. Ceux qui ne respectent pas les lois de la République ne devraient pas pouvoir se présenter devant les électeurs» dit François FILLON, le 27 août 2016, dans la Sarthe.
La stratégie de l'opposition, pour la conquête du pouvoir, coûte que coûte et par tous les moyens, est bien connue : vouloir marcher sur des cadavres (17 morts entre mars 2021 et juin 2022), en instrumentalisant des jeunes, alors que, eux, se cachent derrière leur véhicule blindé et leurs gardes du corps. Cette stratégie de terre brûlée a déjà été expérimentée par maître Abdoulaye WADE, à travers l'assassinat de maître Babacar SEYE (1915-1993) et les bombes à Dakar, lors des élections de mai 1988. En Guinée, l’opposant Cellou Dalein DIALLO, détenteur d'un véhicule blindé, compte les morts à chaque manifestation, en espérant toujours, et en vain, pour en récolter le bénéfice politique.
En dépit de cette atmosphère insurrectionnelle et de violence, j'ai confiance en la démocratie sénégalaise. A chaque fois on monte le ton très haut ; on menace, on intimide et on insulte, comme ce fut le cas aux dernières élections locales ; à chaque fois, majorité comme opposition tous acceptent le verdict des urnes, comme ce fut le cas, auparavant, aux grandes alternances de 2000 et 2012. C'est le peuple souverain, dans la paix et la sérénité, qui décide au Sénégal, une démocratie exemplaire et apaisée. C'est en cela que je considère que le Sénégal, en référence au titre de mon troisième ouvrage, est «un Grand Petit Pays».
Pour ces législatives du 31 juillet 2022, plusieurs questions interrogations me viennent à l'esprit et que je voudrais partager avec vous, à haute voix.
Les législatives, déjà reportées, pourront-elles bien se tenir le 31 juillet 2022 ?
A la suite des présidentielles du 24 février 2019, le président Macky SALL, a été réélu dès le 1er tour, à 58,26%.  Au Sénégal, les dernières élections législatives ont eu lieu le 30 juillet 2017, et la proclamation des résultats définitifs par le Conseil constitutionnel est intervenue le 14 août 2017. A cette législature du 30 juillet 2017, avec un mandat de 5 ans, la majorité détient 125 sièges sur un total de 165 sièges. Dans le respect strict du principe de parité, 112 députés sont élus à un scrutin de liste majoritaire, dans une à sept circonscriptions. 53 sièges sont élus à un scrutin plurinominal. Une grande particularité du Sénégal, 15 députés représentant la diaspora sont répartis en quatorze zones (7 en Afrique, 6 en Europe, 2 en Amérique, Océanie, Asie et Moyen-Orient).
Plusieurs points de blocage font peser des doutes sur la tenue ou la bonne tenue des législatives du 31 juillet 2022.
C’est d’une part, l’opposition a une conception curieuse, peu républicaine, et à géométrie variable de la Justice, toujours considérée comme instrumentalisée, lorsqu’elle sanctionne ses turpitudes. «Ils ont mis la pression sur le Conseil constitutionnel pour que le droit ne soit pas dit», prétend M. Alassane SALL, ancien ministre de l’Energie de juin 2015 à mai 2017. Discréditer la Justice, publiquement, est extrêmement grave dans une démocratie. Par conséquent, comment dans un Etat de droit, une certaine opposition, si elle est républicaine, peut-elle déclarer ne respecter une décision de justice que si elle lui est favorable, et à défaut, c’est le saccage, et le pouvoir de la rue, avec des jeunes instrumentalisés en première ligne de front ?
En fait et en vue des législatives, le Conseil constitutionnel a rendu, le 2 juin 2022, une série de décisions invalidant une partie des listes électorales aussi bien celles de la majorité, des suppléants, que celles de l’opposition, des titulaires. Or, l’opposition a refusé d’appliquer ces décisions de justice et appelé à participer, le 17 juin 2022, au cours de laquelle trois manifestants sont morts (1 à Dakar, 1 à Ziguinchor et 1 à Bignona) et deux députés (Déthié FALL et Mama Diarra FAM) ont été arrêtés et seront jugés en flagrant délit.
C’est d’autre part, la tenue de ces élections en pleine hivernage ou saison des pluies, les populations étant mobilisées pour la culture dans les champs. C’est surtout que les élections coûtent cher. En effet, le Sénégal étant presque une «nation de 16 millions de mendiants», l’argent à tout pourri. Les élections sont devenues un moment majeur où tous les candidats sont «rançonnés» par des électeurs promettant, parfois, voter pour chacune des listes, et même si elles sont adverses ou concurrentes. Un bon moment, pour certains, de s’en mettre plein les poches.
Par ailleurs, et l’autre point de tension et de blocage, réside dans le calendrier électoral. En effet, ces législatives placées avant les présidentielles de 2024, et après les locales, avec une alternance au sein de l’opposition dans deux grandes villes à Ziguinchor, pour M. Ousmane SONKO, à Dakar, pour M. Barthélémy DIAS, supplantant Khalifa SALL et anéantissant le retour de Karim WADE, attisent toutes les convoitises et fantasmes. Par ailleurs, le poste de Premier ministre supprimé, devait être rétabli, et puis silence radio. Quelle place d’un Premier ministre en vue des présidentielles de 2024 ?
Pour ma part, l’enjeu majeur est de savoir à quoi réellement sert un Parlement au Sénégal, une démocratie vivante, avec un débat parfois explosif ?
Dans une démocratie multipartisane et saine, plusieurs points, sans confusion des rôles, peuvent faire, après concertation entre majorité et opposition, d’un large consensus, dans l’intérêt de la Nation sénégalaise. Citoyens, comme élus, chacun devrait apporter sa contribution, pour un Sénégal meilleur. Les élus sont au service de la Nation ; ils ont pour une importante responsabilité de servir et non se servir.
1 – Un consensus sur le rôle des 15 députés de la diaspora
Le Sénégal, s’est doté de 15 députés représentant la Diaspora, une 15ème région du Sénégal, c’est une grande originalité en Afrique. Mais quel bilan et perspectives peut-on tirer de leur action positive pour la diaspora à l’issue de leur mandature ?
Pendant la crise du Covid-19, on avait connu cet épisode dramatique des Sénégalais «naufragés» en Chine, appliquant des consignes strictes de confinement. Subitement, on se rend compte que pour agir, le Sénégal devrait commencer par un recensement et une rigoureuse identification, avec mail et portable des Sénégalais à l’extérieur. Ce grave flottement a été corrigé après le déclenchement de la guerre en Ukraine, le Consulat du Sénégal à Paris ayant rapidement les Sénégalais confrontés à un racisme sans nom, des divers Etats européens, laissant une arrivée massive d’Ukrainiens et repoussant les Africains venus de ce pays. Pendant, ces deux crises, les 15 députés de la diasporas sont restés étrangement silencieux ; aucune commission d’enquête ou préconisations pour l’avenir, se contentant de gérer leurs indemnités.
Je n’ai pas eu connaissance de la réponse des 15 députés de la diaspora, notamment quand des Sénégalais de l’extérieur ont fait l’objet de graves attaques racistes (Affaire Gana GUEYE , Valérie PECRESSE qualifiant les citoyens français originaires du Sénégal de «Français de papier» ou Mohamed ZEMMOUR prétendant que tous les délinquants en France seraient des Sénégalais. Une salve de critiques se sont abattues sur Pap N’DIAYE, nouveau Ministre de l’Education, en raison uniquement de ses origines sénégalaises) ou ont été molestés, et certains même ont perdu leur vie. Les droits d’inscription des étudiants africains sont passés de 277 à 377 €, un système de renouvellement des titres de séjour, exclusivement par Internet, est entrain de faire basculer des Sénégalais en situation régulière, dans l’illégalité, le regroupement familial ou la transcription de mariages ou d’Etat civils d’enfants nés au Sénégal, mais de père français d’origine sénégalaise, sont devenus missions impossibles. Certains élus français veulent même s’attaquer, dans les cimetières aux carrés musulmans. On sait que de nombreux tirailleurs sénégalais sont morts pour la France et notamment son enterrés à Lyon, et un peu partout dans le pays. Pendant la campagne des présidentielles françaises, certains personnages d’une grande bassesse, ont même proposés que les mandats qu’envoient les immigrants sénégalais soient conditionnés à la réadmission au Sénégal des illégaux. La Grande-Bretagne a commencé d’expédier, par charters, des illégaux ou demandeurs d’asile, vers le Rwanda. En raison d’un groupe de 89 députés du RN et d’une Droite lepénisée, ces menaces pesant sur les droits et libertés des Africains en Europe, sont dans l’ordre du possible.
2 – Vivre décemment au Sénégal de son travail
Nous avons besoin d’un Parlement stratège, au cœur du débat de la vie politique au Sénégal. Le pouvoir de la rue, par le saccage, au service d’ambitions personnelles, n’a rien résolu, jusqu’ici.
De jeunes sénégalais continuent à vouloir prendre des pirogues pour traverser les océans et une partie des émeutes au Sénégal. Comment vivre décemment au Sénégal ?
Il serait utile que le Parlement du Sénégal puisse se saisir de la question de l’immigration en termes de pouvoir économique et de projets audacieux en matière d’agriculture, de pêche ou de commerce, pour changer la vie des gens. Toute la question fondamentale restera comment passer de la consommation à l’autonomie ? En effet, tous les mandats qu’envoient la diaspora au Sénégal sont destinés à l’aide alimentaire des parents restés au pays. Le mois qui suit, il faut encore envoyer un autre mandat. Un véritable tonneau des Danaïdes.
Je crois aussi qu’on a tendance au Sénégal de mépriser ou de sous-estimer la place de la  diaspora, pouvant devenir, un pont entre l’Afrique et l’Europe, en termes d’expertise, de formation ou de projets audacieux.
Dans tous les cas, j’en appelle à de nouvelles relations équilibrées, respectueuses, mutuellement avantageuses avec la France et le Sénégal.
3 – Des commissions d’enquête et propositions sur l’Education et le système de santé
Quelle valeur ajoutée des parlementaires sénégalais dans une démocratie multipartisme  ? Le parlement doit rester un lieu de débat, de proposition ou d’enquête pour éclairer les citoyens ou faire jaillir la vérité. Cependant, les invectives, bagarres et insultes ont parfois terni sont image. Ainsi, les enseignants, comme le personnel des hospitalier, les deux gros bataillons grevant lourdement le budget du Sénégal, ont fait l’objet d’importantes revalorisations salariales, est-ce pour autant la situation s’est améliorée dans ces secteurs particulièrement revendicatifs ? Quel est le diagnostic du mal et les remèdes durables dans les domaines de l’éducation, où le niveau baisse sans cesse, et la santé, avec ses accidents graves ?
En particulier, les parlementaires ont une impérieuse responsabilité de se saisir de la place de l’argent dans la société sénégalaise qui a tout pourri, aussi bien dans la sphère publique que privée. Mais quelle réponse concernant la conscience que l’Etat, c’est chacun d’entre nous. L’hôpital de Tivaoune était neuf, mais pourquoi les installations électriques étaient non conformes ? Pourquoi ceux qui étaient chargés d’être auprès des bébés avaient déserté leur poste ?
Divers moyens astucieux, et en dehors de la sphère étatique, sont mis en œuvre pour détourner l’argent public : surfacturation des marchés publics, comme probablement dans le cas de l’hôpital de Tivaoune, multiplication de divers remboursement de frais (essence, kilométriques) et surtout ces rencontres dits d’ateliers de réflexion, dans des hôtels et on se refait attribuer des per diem. Il faudrait probablement organiser un séminaire national sur l’utilité de ces ateliers de réflexion, avait dit, en substance, sur un ton humoristique, maître Abdoulaye WADE.
Les parlementaires devraient s’accorder sur un montant annuel à ne pas dépasser pour les subventions accordées aux diverses confréries religieuses ou Dahiras. De même que l’Etat devrait fixer une liste limitative des passeports diplomatiques consentis aux autorités religieuses.
4 – Un accord sur les principales réformes structurant la vie publique sénégalaise
Derrière cette tension en vue des législatives du 31 juillet 2022 se cache une autre fatwa de l’opposition, visant à écarter d’office le président Macky SALL des présidentielles de 2024 «Que tout le Sénégal bruisse et que Macky Sall comprenne que les Sénégalais ne sont pas d'accord avec ses velléités dictatoriales ni avec son projet funeste de troisième mandat» dit M. Ousmane SONKO, maire de Ziguinchor et chef d’une coalition de l’opposition, «Yéwwi Askan Wi» ou «libérer le peuple».
Or, dans un Etat de droit, et on l’a dit, en ces de divergences, c’est le juge qui tranche sur la base du droit. Le président Macky SALL, comme d’autres personnes sont tout à fait légitimes à se présenter aux élections présidentielles de 2024. Comme lors de ces législatives du 31 juillet 2022, il n’appartient pas surtout pas à Ousmane SONKO de dire qui peut ou non se présent. Tout le monde parle de 2024 et l’interdiction d’un 3ème mandat, mais un troisième mandat à partir de quand ? Le mandat en cours était-il concerné, en raison de l’interdiction de la non-rétroactivité des lois ? Je crois que l’opposition qui avait combattu la réforme constitutionnelle du 20 mars 2020 du président Macky SALL limitant le nombre de mandats présidentiels, a manqué à tous ses devoirs, en ne demandant pas des précisions ou en formulant pas des amendements.
A chaque fois que le président Macky SALL ouvre un débat ou propose devant le Parlement des réformes majeures, l’opposition pratique la chaise vide. Pour dialoguer et entendre et en prendre en compte le point de vue des autres, il faudrait être à deux. Pour cette réforme constitutionnelle du 20 mars 2020, le débat a été d’une rare violence, des urnes ont été saccagées à Touba et des prêches séditieuses ont été tenues. De nos jours, l’opposition ne jure que par la limitation du mandat présidentiel. Un peu de cohérence, messieurs de l’opposition !
Le Parlement peut se saisir, majorité comme opposition, d’autres réformes majeures au cœur du blocage de la société sénégalaise :
 
  • C’est tout d’abord sur un modèle de consommation et une agriculture vivrière au Sénégal. Il faudrait en finir avec cette culture de l’arachide d’exportation, cette pêche artisanale et leurs lots de noyades en mer, et ouvrir largement à un modèle de consommation plus large, même les habits traditionnels ou les constructions de maisons tout vient de l’étranger ;
 
  • C’est ensuite réintroduire la valeur travail. En 1840, le Sénégal comptait 200 000 habitants ; ce pays compte maintenant plus de 16 millions d’habitants, dont plus de 5 millions résident dans la région de Dakar, avec de grandes villes confrontées à une alimentation en eau, électricité, et sans canalisations viables, sans parler de l’explosion du prix des terrains. La Chine, comme Israël, ont montré que la qualité de la population est une ressource inestimable. Bien formée, la première ressource la plus importante d’un pays, c’est la qualité de sa population «Nous n’avons pas de pétrole, mais nous avons des idées» disait fort justement le président Valéry GISCARD-D’ESTAING (1926-2020) ;
 
  • C’est enfin rééquilibrer la ville et la campagne. Le président Macky SALL, un Pharaon des temps modernes, dans son «Sénégal Emergent», a été bien inspiré de développer d’importantes infrastructures au Sénégal. Aucun développement ne peut se faire sans logistique. On parle de crise alimentaire, en raison de la guerre en Ukraine, pays producteur de blé ; or, les matières premières, comme les principales terres agricoles sont en Afrique qui dispose d’une réserve inépuisable de main-d’œuvre. Les villes sont engorgées, alors que les villes nouvelles peuvent naître, mieux pensées avec une dimension écologique et des parcs, lieux de respiration. En dehors du surmoi habituel, avec son caquetage, son verbiage, ses gesticulations, ses menaces ou le refus de se soumettre à la loi commune, c’est quoi donc notre problème ?
 
  • Les parlementaires sénégalais devraient être vigilants sur la question du modèle de consommation. Après la question des ports, la dynastie des BOLLORE, au cœur de la Françafrique veut s'accaparer des terres agricoles africaines.
Références
Article L.  149 alinéa 6 du Code électoral sur la parité ; articles L 178-1 et 179-2 du Code électoral ;
Conseil constitutionnel, décision n°9, affaire 17/E/22, du 2 juin 2022, demandeur M. Déthié FALL, mandataire de la coalition «Yéwwi Askaan Wi» (recours dirigé la liste de Benno) ;
Conseil constitutionnel, décision n°11, affaire 15/E/22, du 2 juin 2022, demandeur M. Déthié FALL, mandataire de la coalition «Yéwwi Askaan Wi» (recevabilité de la liste de Yéwwi) ;
Conseil constitutionnel, décision n°12, affaire 20/E/22, du 2 juin 2022, demandeur M. Benoît SAMBOU, mandataire de la coalition «Benno Bokk Yaakar» ;
Conseil constitutionnel, décision n°10, affaire 14/E/22, du 2 juin 2022, demandeur M. Mamadou Lamine THIAM, mandataire de la «Grande Coalition Wallu Sénégal».
Paris, le 23 juin 2022, par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
 

 
«Sénégal : Les enjeux des législatives du 31 juillet 2022» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sénégal : Les enjeux des législatives du 31 juillet 2022» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sénégal : Les enjeux des législatives du 31 juillet 2022» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sénégal : Les enjeux des législatives du 31 juillet 2022» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sénégal : Les enjeux des législatives du 31 juillet 2022» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sénégal : Les enjeux des législatives du 31 juillet 2022» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sénégal : Les enjeux des législatives du 31 juillet 2022» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sénégal : Les enjeux des législatives du 31 juillet 2022» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sénégal : Les enjeux des législatives du 31 juillet 2022» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Partager cet article
Repost0
22 juin 2022 3 22 /06 /juin /2022 20:59
Partager cet article
Repost0
17 juin 2022 5 17 /06 /juin /2022 22:20
«Législatives 2ème tour : le président MACRON placé sous tutelle - Jean-Luc MELENCHON, principal opposant, dans un paysage politique éclaté entre trois pôles» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
La participation à 17 heures, s’élevait à 38,11%, soit 1,3 point de moins que le 1er tour, donc une abstention de 54%. Les estimations en sièges, montre que le président Emmanuel est gravement fragilisé ; il n’a plus de majorité absolue de 289. Il ne pourra pas mettre en œuvre la réforme des retraites. Le président MACRON sera placé sous tutelle pendant son deuxième mandat ; c’est une gifle, au sens figuré, comme au sens ordinaire. Le parlement sera fracturé entre trois groupes.
C’est d’abord «Ensemble» ou majorité présidentielle entre 246 sièges, contre 308 députés de LAREM en 2017. Des scores serrés, c’est une claque, un désaveu, pour Emmanuel MACRON. C’est un coup de tonnerre, et en dépit de l’alerte du premier tour des législatives, le président MACRON a refusé de faire campagne. Certains Ministres ont été battus, dont Christophe CASTANER, président du groupe LREM à l’assemblée nationale, Brigitte BOURGIGNON, Richard FERRAND, président de l’Assemblée nationale, Justine BENIN et Amélie de MONTCHALIN. Rachel KEKE a battu une ancienne Ministre.
Comment le président MACRON, lui qui avait l’habitude de snober le Parlement et tout décider de l’Elysée, comment pourra-t-il gouverner ? Le président MACRON avait prédit «le désordre» ; le grand bazar est bien arrivé. Tout pouvoir politique excessif conduit «à l’aveuglement et à la surdité» disait Montesquieu. Les députés de LREM, sans personnalité étaient devenus «des Playmobil» votant toutes les lois, comme des automates. Le parlement va devenir le centre de la vie politique. Jupiter qui décidait de tout, devra abandonner sa verticalité, pour l’horizontalité et donc négocier les Républicains, l’UDI entre 64 sièges. Le président MACRON devra surtout négocier au sein de ses propres alliés, le Modem de François BAYROU et Horizon de Edouard PHILIPPE.
C’est ensuite, la NUPES, créditée entre 142 sièges, revient en force et devient la deuxième force et donc la principale opposition. Dans un instant où la Gauche était en grande difficulté et menacée de disparition, Jean-Luc MELENCHON et Olivier FAURE ont renversé la tendance dans ces législatives, devenues un troisième tour présidentiel. Incontestablement, le président MACRON, ayant fait illusion pendant 5 ans, a, désormais, perdu la main. La magie de Jupiter décidant de tout et rien de l’Elysée, n’opère plus. En effet, la dynamique, l’Espoir et «l’hégémonie culturelle» pour un terme d’Antonio GRAMSCI sont à Gauche. Dans mon 19ème arrondissement les 2 députées, Danièle OBONO et Sarah LEGRAIN ont été élues dès le 1er tour. Dans ce 2ème tour, il y a encore de belles batailles à mener, notamment pour Jérôme GUEDJ dans l’Essonne, à Paris pour Aminata NIAKATE et Olivia POLSKI et dans le Val-de-Marne pour Sarah KEKE.
C’est enfin Marine LE PEN fait un bon score avec 89 sièges. Les racisés s’abstiennent massivement et n’ont toujours pas bien compris pour cela change vraiment, il faut aller voter. La Macronie qui a droitisé la vie politique, a renvoyé pendant le 2ème tour la NUPES et le RN.
On connaît déjà les résultats aux Antilles. En Guadeloupe, Justine BENIN, Secrétaire d’Etat à la mer, a été battu par Christian BAPTISTE, divers Gauche ; elle devra démissionner. Dans la 1ère circonscription, Olivier SERVA, divers Gauche a été réélu. Dans la 3ème circonscription, Max MATHIASIN, Modem, a battu Rody TOLASSY, du RN qui était arrivé en tête du 1er tour. Dans la 4ème circonscription, Elie CAFER socialiste est réélu face Marie-Luce PENCHARD, une Sarkozyste, en raison de son mauvais au 1er tour (18,99%) avait retiré sa candidature.
En Martinique, Jeanne-Philippe NILOR, dans la 4ème circonscription, a été élu face à Alfred MARIE-JEANNE, 85 ans. Dans la 1ère circonscription, Jiovanny WILLIAM, sans étiquette, a battu le régionaliste, Philippe EDMOND-MARIETTE. Dans la 3ème circonscription, Johnny HAJJAR, divers Gauche, est élu face à Francis CAROLE.
En Guyane, le Davy RIMANE, de la France Insoumise, a battu Lenaïck ADAM de la LREM. Dans la 1er circonscription, Jean-Victor CASTOR, membre du mouvement décolonisation et émancipation, revendique la victoire.
A Saint-Martin et Saint-Barthélemy, Frantz GUMBS de Ensemble, a battu Daniels GIBBS, divers Droite .
A Saint et Miquelon, Olivier GASTON, proche de la France Insoumise, est élu, Stéphane CLAIREAUX ne se représentait pas.
En Polynésie, Tavini HUIRA’ATIRA, soutenu par la NUPES est victorieux.
A la Réunion, c’est 6 députés de la NUPES sur les 7 circonscriptions.
Le président MACRON, qui s'est payé une excursion à Kiev aux frais des contribuables, invoque un argument simpliste :«Donnez-moi une majorité». Mais pourquoi donc faire ? On a vu le bilan désastreux de la Macronie de 2017-2022 et il a refusé de débattre aux présidentielles, comme aux législatives, avec un agenda caché : appliquer la TVA aux pauvres, pour financer son «Quoi qu’il en coûte».
Au deuxième tour des présidentielles, et face à l’Extrême-droite, la Gauche avait appelé à voter pour Emmanuel MACRON. En revanche, lors de ces législatives de juin 2022, les Macronistes et en particulier la Première Ministre, Elisabeth BORNE ont passé  l’essentiel de leur temps, à fustiger la NUPES ; ce qui a conduit à cajoler l’Extrême-droite qui a fait finalement un bon score, avec la complicité du président MACRON. Par ailleurs, d’autres se sont acharnés sur  les détails vestimentaires des musulmans, à calomnier et vilipender les racisés devenus des Indigènes de la République, au nom d’une fausse laïcité. A chaque fois qu’un nos enfants est battu, au cours d’un banal contrôle, pour eux, c’est soit par légitime défense. Pendant des Ministres prédateurs sexuels nous gouvernent et non des moindre, à chaque qu’un racisé est abattu ou étouffé à mort par les forces de l’ordre, c’est parce qu’il a un casier judiciaire, comme si les antécédents judiciaires auraient rétabli la peine de mort, uniquement pour certains. Suppression du Code de l’Indigénat ! Le gouvernement de Mme Elisabeth BORNE sera le plus éphémère de la Vème République et le président MACRON mis sous tutelle par le Parlement. Il va s'ennuyer à l’Elysée avec ses visiteurs du soir.
Par ailleurs, le président MACRON agite le chiffon rouge, selon lui, avec la Gauche ce serait le «désordre» et trop de dépenses publiques. Or à chaque fois que la Gauche est arrivée au pouvoir, comme en mai 1936, cela s’est traduit par de grandes avancées sociales, une Victoire sur la misère. En effet, c’est le Front populaire, réclamant le pain, la liberté et la paix et pour la première fois, dans l’histoire de France qui a accordé 15 jours de congés payés, réduit le temps de travail à 40 heures et augmenté les salaires de 15%.  On sait qu'au sortir de la Guerre, le Conseil national de la Résistance, le 15 mars 1944, qui a instauré «les Jours Heureux», notamment avec système de retraite et de sécurité sociale. En 1981, la Droite et les gens du château, tellement attachés à leurs privilèges et fustigeant «un système socialo-communistes», prédisaient que les chars russes, avec des Ministres communistes, allaient défiler sur les Champs-Elysées. Pourtant, c'est Charles FITERMANN qui a organisé le remboursement du titre de transport à 50%. Anicet LE PORS a donné aux fonctionnaires un statut et des libertés publiques ; la citoyenneté ne s'arrête pas à la porte de l'entreprise. La Gauche avait aussi légué de nombreuses conquêtes, comme la retraite à 60% et la libération des médias que la Macronie tente de remettre en cause. Sous Lionel JOSPIN, avec la réduction du temps de travail, personne, de nos jours, n'a osé remettre en cause les 35 heures.
Le 19 juin 2022, au deuxième tour des législatives, n’ayant pas peur, entrez dans l’Espérance, par une déferlante, en imposant la cohabitation avec les forces de Gauche. En effet, la NUPES prévoit de nouvelles conquêtes sociales en termes de pouvoir d'achat, de blocage des prix, d’encadrement des loyers à la baisse, de recrutement de 100 000 soignants, le SMIC à 1500 €, la revalorisation du point d'indice de la fonction publique gelé depuis 2017, la mise en stage des contractuels, la retraite à 60 ans, et je le dis aux racisés qui s'abstiennent, l'abrogation du Code de l'indigénat. Nous avons besoin d'une Police républicaine protégeant les citoyens et respectueuse du Code de la déontologie, ainsi que d'une Inspection générale des services indépendante du Préfet de Police. Il faudra réconcilier la Police et notamment les gens de banlieue. Chacun doit respecter la Loi, tous les citoyens, y compris les policiers.
On essaie de nous faire croire que la Gauche serait dépensière, irresponsable et la Droite économe et bonne gestionnaire. Pendant longtemps, au nom de l’interdiction à un déficit de plus 3%, on avait imposé des réformes injustes (retraites, chômage, suppression de postes de 10 000 postes de police ou de lits d'hôpitaux). Les revendications des Gilets jaunes et des personnels soignants ont été matraquées par un Préfet de Police répressif avec des éborgnés. Et subitement, pendant la crise sanitaire, et son «quoiqu'il en coûte», le président MACRON a sorti 600 milliards d'euros ; En 2021, ses amis de la Samaritaine se sont partagés plus de 134 milliards d'euros de profits. Ceux qui souffrent, par une théorie dite du «ruissellement» n'ont eu que des miettes. Le gouvernement a gaspillé des milliards dans des guerres locales injustes, coûteuses et inefficaces qui n'ont rapporté que des réfugiés. Cette guerre en Ukraine est une aubaine pour l'industrie de l'armement.
C’est une nouvelle ère de recomposition politique, dans une Assemblée qui devient le centre du jeu politique, dans un paysage politique éclaté, mais où la Gauche devient la principale opposition.
Paris, le 19 juin 2022 par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
 

 
 
«Législatives 2ème tour : Le président MACRON mis sous tutelle Jean-Luc MELENCHON, principal opposant, dans un paysage politique éclaté entre trois pôles» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Législatives 2ème tour : Le président MACRON mis sous tutelle Jean-Luc MELENCHON, principal opposant, dans un paysage politique éclaté entre trois pôles» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Législatives 2ème tour : Le président MACRON mis sous tutelle Jean-Luc MELENCHON, principal opposant, dans un paysage politique éclaté entre trois pôles» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Législatives 2ème tour : Le président MACRON mis sous tutelle Jean-Luc MELENCHON, principal opposant, dans un paysage politique éclaté entre trois pôles» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Législatives 2ème tour : Le président MACRON mis sous tutelle Jean-Luc MELENCHON, principal opposant, dans un paysage politique éclaté entre trois pôles» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Législatives 2ème tour : Le président MACRON mis sous tutelle Jean-Luc MELENCHON, principal opposant, dans un paysage politique éclaté entre trois pôles» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Législatives 2ème tour : Le président MACRON mis sous tutelle Jean-Luc MELENCHON, principal opposant, dans un paysage politique éclaté entre trois pôles» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Législatives 2ème tour : Le président MACRON mis sous tutelle Jean-Luc MELENCHON, principal opposant, dans un paysage politique éclaté entre trois pôles» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Législatives 2ème tour : Le président MACRON mis sous tutelle Jean-Luc MELENCHON, principal opposant, dans un paysage politique éclaté entre trois pôles» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Législatives 2ème tour : Le président MACRON mis sous tutelle Jean-Luc MELENCHON, principal opposant, dans un paysage politique éclaté entre trois pôles» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Législatives 2ème tour : Le président MACRON mis sous tutelle Jean-Luc MELENCHON, principal opposant, dans un paysage politique éclaté entre trois pôles» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Législatives 2ème tour : Le président MACRON mis sous tutelle Jean-Luc MELENCHON, principal opposant, dans un paysage politique éclaté entre trois pôles» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Législatives 2ème tour : Le président MACRON mis sous tutelle Jean-Luc MELENCHON, principal opposant, dans un paysage politique éclaté entre trois pôles» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Législatives 2ème tour : Le président MACRON mis sous tutelle Jean-Luc MELENCHON, principal opposant, dans un paysage politique éclaté entre trois pôles» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Législatives 2ème tour : Le président MACRON mis sous tutelle Jean-Luc MELENCHON, principal opposant, dans un paysage politique éclaté entre trois pôles» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Législatives 2ème tour : Le président MACRON mis sous tutelle Jean-Luc MELENCHON, principal opposant, dans un paysage politique éclaté entre trois pôles» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Législatives 2ème tour : Le président MACRON mis sous tutelle Jean-Luc MELENCHON, principal opposant, dans un paysage politique éclaté entre trois pôles» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Législatives 2ème tour : Le président MACRON mis sous tutelle Jean-Luc MELENCHON, principal opposant, dans un paysage politique éclaté entre trois pôles» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Législatives 2ème tour : Le président MACRON mis sous tutelle Jean-Luc MELENCHON, principal opposant, dans un paysage politique éclaté entre trois pôles» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Législatives 2ème tour : Le président MACRON mis sous tutelle Jean-Luc MELENCHON, principal opposant, dans un paysage politique éclaté entre trois pôles» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Législatives 2ème tour : Le président MACRON mis sous tutelle Jean-Luc MELENCHON, principal opposant, dans un paysage politique éclaté entre trois pôles» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Législatives 2ème tour : Le président MACRON mis sous tutelle Jean-Luc MELENCHON, principal opposant, dans un paysage politique éclaté entre trois pôles» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Législatives 2ème tour : Le président MACRON mis sous tutelle Jean-Luc MELENCHON, principal opposant, dans un paysage politique éclaté entre trois pôles» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Législatives 2ème tour : Le président MACRON mis sous tutelle Jean-Luc MELENCHON, principal opposant, dans un paysage politique éclaté entre trois pôles» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Législatives 2ème tour : Le président MACRON mis sous tutelle Jean-Luc MELENCHON, principal opposant, dans un paysage politique éclaté entre trois pôles» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Législatives 2ème tour : Le président MACRON mis sous tutelle Jean-Luc MELENCHON, principal opposant, dans un paysage politique éclaté entre trois pôles» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Législatives 2ème tour : Le président MACRON mis sous tutelle Jean-Luc MELENCHON, principal opposant, dans un paysage politique éclaté entre trois pôles» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Législatives 2ème tour : Le président MACRON mis sous tutelle Jean-Luc MELENCHON, principal opposant, dans un paysage politique éclaté entre trois pôles» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Législatives 2ème tour : Le président MACRON mis sous tutelle Jean-Luc MELENCHON, principal opposant, dans un paysage politique éclaté entre trois pôles» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Législatives 2ème tour : Le président MACRON mis sous tutelle Jean-Luc MELENCHON, principal opposant, dans un paysage politique éclaté entre trois pôles» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Législatives 2ème tour : Le président MACRON mis sous tutelle Jean-Luc MELENCHON, principal opposant, dans un paysage politique éclaté entre trois pôles» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Législatives 2ème tour : Le président MACRON mis sous tutelle Jean-Luc MELENCHON, principal opposant, dans un paysage politique éclaté entre trois pôles» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Partager cet article
Repost0
12 juin 2022 7 12 /06 /juin /2022 15:47
«Législatives en France du 12 juin 2022 : Cohabitation ou continuité ? Quelle recomposition des différentes forces politiques ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
La Nouvelle Union Ecologique et Sociale, N.U.P.E.S, sera présente dans 390 circonscriptions au second tour des législatives du 19 juin 2022. Jean-Luc MELENCHON appelle à une «déferlante» au 2éme tour pour redonner l’espérance. La Gauche affrontera en duel «Ensemble» dans 271 circonscriptions, 64 circonscriptions au RN et 24 circonscriptions à la Droite. Sur les 70 candidats Socialistes, de la NUPES, 59 sont qualifiés pour le 2ème tour, soit 80%.
Au 1er tour des législatives la NUPES est recueille 25,66%, suivant le Ministère de l’Intérieur, ou 26,11% pour la Gauche, avec une qualification au 2ème tour dans 390 circonscriptions :
  • 189 candidats de la NUPES arrivent en tête
  • 194 candidats en 2ème position
  • 3 candidats en 3ème position
  • 4 candidats élues dès le 1er tour (Danièle OBONO, Sophia CHIKIROU, Sarah LEGRAIN et Alexis CORBIERE).
Dans un coup de génie, alors qu’il était arrivé en 3ème position aux présidentielles, Jean-Luc MELENCHON, a appelé à une cohabitation et rassemblé quatre formations de Gauche (France Insoumise, Socialistes, Ecologistes et Communistes), qui, jusqu’ici, se combattaient, créant ainsi une dynamique pour la victoire. En effet, Jean-Luc MELENCHON a donc réussi son coup, en réalisant une sorte de «casse du siècle» sur le leadership à Gauche ; du coup ce qui provoque la panique dans le camp présidentiel. Redoutant de n’avoir pas de majorité, Emmanuel MACRON dramatise : «Rien ne serait pire que d’ajouter un désordre français au désordre mondial» dit-il. En effet, voulant faire peur, il paraît qu'il faudrait se méfier de Jean-Luc MELENCHON et la NUPES ce sont des Rouges. Elisabeth BORNE, dont le gouvernement ne survivra pas probablement au 2ème tour des législatives, dresse de la NUPES une image digne de la Guerre froide. En 1981, la Droite prétendait que si François MITTERRAND était élu, les chars russes allaient défiler sur les Champs-Elysées. Mais dire du gouvernement d’Emmanuel MACRON, avec des prédateurs sexuels, ceux qui ont menti dans l'affaire du Stade de France et détruit les images de la vidéosurveillance ? Ils ont auparavant molesté et éborgné les personnels soignants et les Gilets jaunes. Doit-on avoir peur de la NUPES avec la retraite à 60 ans, les augmentations salariales, la titularisation des contractuels et l'abrogation du Code de l'indigénat ?
Le camp présidentiel, «Ensemble», regroupant 3 formations politiques (LREM, Modem de François BAUROU et Horizon d’Edouard PHILIPPE) recueille 25,75%. Bien des observateurs ont vu dans ce score du 1er tour, un échec du président MACRON qui se retrouve en grande difficulté. Tout d’abord, le président MACRON, dont trois ministres sont menacés au 2ème tour, son parti, la LREM, peu audible et inefficace, sera obligée de négocier avec ses autres alliés du Modem et Horizon.  Le président MACRON envisageait de créer un grand parti, et voilà que ses alliés vont pouvoir exister et poser leurs conditions. En particulier, le président MACRON a tenté de marginaliser, discréditer, voire Edouard PHILIPPE qui a des ambitions présidentielles pour 2027. Ne voulant pas débattre, sans stratégie claire, gommant les aspérités, le président MACRON a été anesthésié par sa campagne des législatives insipide.
Le Rassemblement national, arrivé en 2ème position aux présidentielles, recueille au 1er tour des législatives 18,7%. Cette formation qui devait être la principale opposition à Emmanuel MACRON, s’est vue voler cette place par Jean-Luc MELENCHON. Il est vrai que les relations entre Marine LE PEN et Mohamed ZEMMOUR sont exécrables. Marine LE PEN a sous-estimé et écrasé «Reconquête». Mohamed ZEMMOUR, comme Guillaume LEPELTIER, ainsi que tous les ay, dans le Var ; ce qui devrait être une reconquête est devenu un sévère revers, comme Guillaume PELTIER en Loire et Cher.
Les citoyens se sont désintéressés de ce premier tour des législatives avec un taux d’abstention record à 52,52%. Et pourtant ces législatives, bien qu'elles n'en donnent pas l'impression, posent trois enjeux considérables : le gouvernement de Mme Elisabeth BORNE survivra-t-il à ces législatives ou sera-t-il prématurément invalidé par une cohabitation ? On attendait depuis 2017, une recomposition politique à Droite à l'Extrême-Droite et au sein de ces forces diverses et concurrentes à Gauche. Le président MACRON aura-t-il les moyens de sa politique, à travers une majorité claire et forte, ou va-t-il voir sa succession, pour les présidentielles de 2027, prématurément ouverte ?
Dans cette législature 2017-2022, et sur 577 sièges de députés, le rapport des forces est le suivant : 266 pour la République en Marche, 100 pour les Républicains, 57 pour le Modem, 28 pour les Socialistes et apparentés, 17 pour la France Insoumise et 8 députés du Rassemblement national. Une majorité de 289 députés permettrait de gouverner, sans difficultés.
Dans les estimations du 1er tour des législatives, la NUPES pourrait avoir entre 150 et 190 sièges, les divers Droite entre 50 et 80 sièges, Ensemble ou LAREM de MACRON, entre 255 et 295 sièges, c’est la première fois, après une victoire aux présidentielles qu’une telle contreperformance est observée aux législatives. C’est la première fois qu’un président réélu n’aura pas de majorité claire. Refusant le débat et de clarifier ce qu’il va faire, le président MACRON a entretenu le flou sur son projet. L’ancien ministre de l’éducation Jean-Michel BLANQUER est éliminé dès le 1er tour. La Droite entre 50 et 80 sièges, est devenue une sorte de marchepied, une force d’appoint pour Emmanuel MACRON. Le RN pourrait avoir entre 20 et 45 sièges.
S’agissant du vote des Français à l’étranger, et ce sont des résultats du 1er tour, la NUPES s’est qualifiée, pour le 2nd tour dans 9 des 11 circonscriptions et la Gauche est arrivée en tête dans 2 circonscriptions. Je signale que Manuel VALLS a été éliminé, dès le 1er tour de ce scrutin qui verra un affrontement au second tour entre la République en Marche et la N.U.P.E.S.
Les résultats du 1er tour des Outre-mer sont également connus. En Guadeloupe, dans la 1ère circonscription, Olivier SERVA, LREM affrontera au 2ème tour, Dominique BIRAS, divers gauche. Dans la 2ème circonscription, Justine BENIN de la LREM sera opposé à Christian BAPTISTE, divers gauche.  Dans la 3ème circonscription, Rody TOLASSY, du RN affrontera Max MATHASSIN, divers gauche sortant.  Dans la 4ème circonscription, Elie CAFER, apparentée socialiste, sera opposée à Marie-Luce PENCHARD, divers centre, vice-présidente de la région.
En Martinique, dans la 1ère circonscription, Philippe EDMOND-MARIETTE, régionaliste, sera opposé à Jiovanny WILLIAM, divers gauche. Dans la 2ème circonscription Marcellin NADEAU, régionaliste, sera opposé à Justin PAMPHILE, régionaliste. Dans la 3ème circonscription, Johnny HAJJAR, divers gauche, affrontera Francis CAROLE, régionaliste.
En Guyane, dans la 1ère circonscription, Yvane GOUA, régionaliste, affrontera Jean-Victor CASTOR, régionaliste. Dans la 2ème circonscription, Lénaïck ADAM, LAREM, sera opposé à Davy RIMANE, divers gauche.
A Saint-Pierre-et-Miquelon, une unique circonscription, Stéphane LENORMAND, divers droite, affrontera Olivier GASTON, de la NUPES. En Nouvelle-Calédonie, dans la 1ère circonscription, Philippe DUNOYER, UDI, affrontera Virginie RUFFENACH, LR. Dans la 2ème circonscription, Nicolas METZDORF, LAREM, affrontera l’indépendantiste, Gérard REIGNIER. A Wallis et Futuna, une unique circonscription, Mikaaleo SEO, LAREM, affrontera Etuato MULIKIHAAMEA, une opposition locale.
A la Réunion, 7 circonscriptions, avec 92 candidats, le dépouillement est en cours. La NUPES est en tête sur 6 circonscriptions. Aucun candidat du RN ou de Ensemble ne sera au 2ème tour des législatives.
Les députés étant élus à un scrutin uninominal à deux 2 tours, pour 5 ans, il est probable qu'on n'aura pas des réponses claires et incontestables au soir du 1er tour, le 12 juin 2022. En effet, des alliances peuvent se nouer au second tour du 19 juin 2022, afin d'inverser ou amplifier les résultats du 1er tour. En tout cas les enjeux de ces législatives sont posées de façon limpide.
Incontestablement, le 1er tour a créé une dynamique pour la NUPES et jeté le doute dans le camp présidentiel. En effet la NUPES pourrait provoquer, dans un paysage politique éclaté et nouveau, la petite alternance, à travers la cohabitation.
Le 27 janvier 1978, Valéry GISCARD D'ESTAING (1926-2020), redoutant une alternance avec les Socialistes avait prononcé un discours célèbre à Verdun-le-Doubs (Saône-et-Loire, Bourgogne-Franche-Comté), «Je suis venu vous demander de faire le bon choix pour la France. Ce choix, c’est celui des élections législatives. Certains, en les voyant venir, paraissent presque les regretter, comme si tout serait plus simple, si les Française n’avaient pas à se décider, et si l’on pouvait décider pour eux», dit le président GISCARD D’ESTAING. C'est finalement le président François MITTERRAND (1916-1996) qui expérimentera la première cohabitation, entre 1986 et 1988, contre Jacques CHIRAC. En effet, François MITTERRAND est réélu en 1988 président de la République, pour un second mandat de 7 ans. En effet, François MITTERRAND, lors du débat télévisé entre les deux tours de la présidentielles de 1988, son «Oui, M. Le premier ministre» à Jacques CHIRAC (1932-2019) en l'enfonçant, au passage dans l'affaire Wahid GORDJI, «Dans les yeux, je le conteste», sont restés célèbres. La deuxième alternance aura lieu, sous président Jacques CHIRAC de 1997 à 2002. En effet, le président Jacques CHIRAC avait eu l'imprudence, le 21 avril 1997, de dissoudre l'Assemblée de façon anticipée, alors qu'il disposait encore la majorité au parlement. Résultat, une union de la Gauche plurielle sous l'égide de Lionel JOSPIN devient Premier ministre du 2 juin 1997 au 6 mai 2002. Mais aux présidentielles de 2002 marquant la montée des forces du Chaos, Jean-Marie LE PEN est qualifié pour la première fois au 2ème tour des présidentielles. Lionel JOSPIN, trop sûr lui, avait très mal géré sa majorité plurielle (Christiane TAUBIRA et Jean-Pierre CHEVENEMENT lui ont pris de précieuses voix). Par ailleurs, dans son orgueil très mal placé, alors qu'il avait remarquablement bien travaillé et disposait d’un important capital de sympathie, Lionel JOSPIN, a déclaré se retirer, définitivement, de la vie politique.
En juin 2022, le paysage politique français a été considérablement bouleversé. Si dans les deux précédentes cohabitations François MITTERRAND et Jacques CHIRAC en avaient tiré profit, de nos jours en raison de la réforme constitutionnelle intervenue en 2008, le président Emmanuel MACRON en est à son deuxième et dernier mandat. Il ne pourra pas se représenter en 2024, en raison de l’interdiction de briguer plus de deux mandats successifs «Le Président de la République est élu pour cinq ans au suffrage universel direct. Nul ne peut exercer plus de deux mandats consécutifs» édicte l’article 6 de la Constitution française, dans sa version issue de la réforme du 25 juillet 2008.
Par conséquent, l'un des enjeux majeurs de ces législatives de juin 2022, c'est la survie du gouvernement de Mme Elisabeth BORNE, nommé le 20 mai 2022, au-delà de ce scrutin et les moyens donnés au président Emmanuel MACRON de poursuivre sa politique. En cas de cohabitation, le président MACRON ne va seulement qu'inaugurer des chrysanthèmes. Ses pouvoirs seront réduits, mais ils conservera ses prérogatives régaliennes, notamment certaines nominations dont celles du futur Premier ministre la conduite des relations internationales et la défense, et en particulier la cohésion de la Nation. En cas de cohabitation, la Constitution de la Vème république comporte des virtualités parlementaires c'est le gouvernement qui va conduire la politique de nation.
Pour l'opposition ces élections ont d'importants enjeux de recomposition du paysage politique.
A l'extrême-Droite, la concurrence entre le RN et Reconquête reste vivace notamment en ce qui concerne les accords au second tour des législatives.
A Droite, le débat pour le leadership et la recomposition est ouvert. En effet, Edouard PHILIPPE (51 ans), ancien premier ministre du président MACRON du 15 mai 2017 au 3 juillet 2020, devenu maire du Havre à compter  du 5 juillet 2020, lorgne vers les présidentielles de 2027 pour la succession du président Emmanuel MACRON. Quelle sera la conduite de Valérie PECRESSE, les amis de FILLON et Éric CIOTTI ; certains Républicains ont rejoint le camp du président MACRON.
A Gauche, au sein de la Nouvelle Union Populaire Ecologique et Sociale (NUPES), l’accord entre les socialistes de Olivier FAURE et 3 autres partis ayant rejoint cette alliance, crée des remous, notamment par des Socialiste réformiste, en raison de leur bataille judiciaire voulant remettre en cause la légitimité de cet accord ; ces Socialistes réformistes ont présenté 70 candidatures dissidentes, en particulier dans le 20ème arrondissement de Paris, avec Mme Lamia EL AARAJE (Socialiste) opposée Danièle SIMONNET (NUPES). Pour l’instant, la Cour d’appel, dans son ordonnance du 10 juin 2022, a donné raison à Olivier FAURE, considérant que la «violation manifeste des statuts du PS n’est pas établie».
En 2017, sur les 18 sièges de Paris LAREM détenait 18 sièges, 3 LR, 1 Modem, 1 PS et 1 France Insoumise.
A Paris, les résultats sont flatteurs pour la NUPES, dont 3 candidates, on l’a dit, sont élues dès le 1er tour (Danièle OBONO, Sophia CHIKIROU et Sarah LEGRAIN). Le duel dans le 20ème arrondissement a tourné à l’avantage de Danielle SIMONNET (47,31%) contre 17,87% pour Lamia EL AARAJE, une Socialiste dissidente. Dans la 15ème circonscription Aminata NIAKATE, avocate et vice-présidente du groupe écologiste à Paris, est qualifiée pour le 2nd tour, à 30,55%. Les résultats à Paris dans la 9ème circonscription 41,79% pour Sandrine ROUSSEAU de la NUPES contre Buon TAN, 28,05 % Ensemble.

Carole DELGA, en Occitanie, après soutenu des dissidents socialistes qui ont échoué au 1er tour appelle à faire barrage à l'Extrême-Droite au 2ème tour et donc à voter NUPES.

Par conséquent, le paysage politique, plus de 100 ans après le Congrès de Tours de 1920, va se clarifier entre l’aile radicale du Parti Socialiste et les réformistes. Par ailleurs, de nombreux socialistes réformistes ont rejoint, dès 2017, le président Emmanuel MACRON et d’autres ont suivi juste avant les présidentielles de 2022.
Quelle recomposition politique au sein de la famille socialiste, Jean-Luc MELENCHON vient lui-même du Parti Socialiste ? C'est une partie de l'enjeu de ces législatives.
Paris, le 12 juin 2022, par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

 


 

 

«1er tour des législatives en France du 12 juin 2022 : Cohabitation ou continuité ? Quelle recomposition des différentes forces politiques ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«1er tour des législatives en France du 12 juin 2022 : Cohabitation ou continuité ? Quelle recomposition des différentes forces politiques ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«1er tour des législatives en France du 12 juin 2022 : Cohabitation ou continuité ? Quelle recomposition des différentes forces politiques ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«1er tour des législatives en France du 12 juin 2022 : Cohabitation ou continuité ? Quelle recomposition des différentes forces politiques ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«1er tour des législatives en France du 12 juin 2022 : Cohabitation ou continuité ? Quelle recomposition des différentes forces politiques ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«1er tour des législatives en France du 12 juin 2022 : Cohabitation ou continuité ? Quelle recomposition des différentes forces politiques ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«1er tour des législatives en France du 12 juin 2022 : Cohabitation ou continuité ? Quelle recomposition des différentes forces politiques ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«1er tour des législatives en France du 12 juin 2022 : Cohabitation ou continuité ? Quelle recomposition des différentes forces politiques ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«1er tour des législatives en France du 12 juin 2022 : Cohabitation ou continuité ? Quelle recomposition des différentes forces politiques ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«1er tour des législatives en France du 12 juin 2022 : Cohabitation ou continuité ? Quelle recomposition des différentes forces politiques ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«1er tour des législatives en France du 12 juin 2022 : Cohabitation ou continuité ? Quelle recomposition des différentes forces politiques ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«1er tour des législatives en France du 12 juin 2022 : Cohabitation ou continuité ? Quelle recomposition des différentes forces politiques ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«1er tour des législatives en France du 12 juin 2022 : Cohabitation ou continuité ? Quelle recomposition des différentes forces politiques ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«1er tour des législatives en France du 12 juin 2022 : Cohabitation ou continuité ? Quelle recomposition des différentes forces politiques ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«1er tour des législatives en France du 12 juin 2022 : Cohabitation ou continuité ? Quelle recomposition des différentes forces politiques ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«1er tour des législatives en France du 12 juin 2022 : Cohabitation ou continuité ? Quelle recomposition des différentes forces politiques ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«1er tour des législatives en France du 12 juin 2022 : Cohabitation ou continuité ? Quelle recomposition des différentes forces politiques ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«1er tour des législatives en France du 12 juin 2022 : Cohabitation ou continuité ? Quelle recomposition des différentes forces politiques ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«1er tour des législatives en France du 12 juin 2022 : Cohabitation ou continuité ? Quelle recomposition des différentes forces politiques ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«1er tour des législatives en France du 12 juin 2022 : Cohabitation ou continuité ? Quelle recomposition des différentes forces politiques ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«1er tour des législatives en France du 12 juin 2022 : Cohabitation ou continuité ? Quelle recomposition des différentes forces politiques ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«1er tour des législatives en France du 12 juin 2022 : Cohabitation ou continuité ? Quelle recomposition des différentes forces politiques ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«1er tour des législatives en France du 12 juin 2022 : Cohabitation ou continuité ? Quelle recomposition des différentes forces politiques ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«1er tour des législatives en France du 12 juin 2022 : Cohabitation ou continuité ? Quelle recomposition des différentes forces politiques ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«1er tour des législatives en France du 12 juin 2022 : Cohabitation ou continuité ? Quelle recomposition des différentes forces politiques ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«1er tour des législatives en France du 12 juin 2022 : Cohabitation ou continuité ? Quelle recomposition des différentes forces politiques ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«1er tour des législatives en France du 12 juin 2022 : Cohabitation ou continuité ? Quelle recomposition des différentes forces politiques ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«1er tour des législatives en France du 12 juin 2022 : Cohabitation ou continuité ? Quelle recomposition des différentes forces politiques ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«1er tour des législatives en France du 12 juin 2022 : Cohabitation ou continuité ? Quelle recomposition des différentes forces politiques ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«1er tour des législatives en France du 12 juin 2022 : Cohabitation ou continuité ? Quelle recomposition des différentes forces politiques ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«1er tour des législatives en France du 12 juin 2022 : Cohabitation ou continuité ? Quelle recomposition des différentes forces politiques ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«1er tour des législatives en France du 12 juin 2022 : Cohabitation ou continuité ? Quelle recomposition des différentes forces politiques ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«1er tour des législatives en France du 12 juin 2022 : Cohabitation ou continuité ? Quelle recomposition des différentes forces politiques ?» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Partager cet article
Repost0
7 juin 2022 2 07 /06 /juin /2022 20:48
«Législatives : le ticket Sarah LEGRAIN – Ramata AIDARA pour la NUPES dans le 19ème arrondissement de Paris» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/ 
Aux législatives des 12 et 19 juin 2022, Sarah LEGRAIN, enseignante, et sa suppléante Ramata AIDARA se présentent dans le 19ème arrondissement, 16ème circonscription.
Mobilisation de tous les Républicains, notamment des racisés, pour une cohabitation avec Jean Luc MELENCHON, pour les listes aux législatives de la Nouvelle Union Populaire Ecologique et Sociale (NUPES). Ces législative sont un véritable 3ème tour des Présidentielles.
Olivier FAURE, 1er Secrétaire du Parti Socialiste, a eu parfaitement raison de négocier cet accord avec la NUPES. «Au moment où se lève un formidable espoir de changement dans le pays, au moment où le rassemblement de la gauche et de l’écologie connaît une véritable dynamique politique, certains membres de notre parti ont souhaité faire le jeu de la majorité présidentielle et dévoilent ainsi leurs véritables intentions en s’attaquant à la NUPES, par tous les moyens de procédure et en se tournant vers les juges. Le tribunal a considéré que l’accord, s’il a été dûment adopté par le Conseil national, aurait dû faire l’objet d’une convention nationale et enjoint le Parti socialiste à en organiser une dans un délai de 30 jours, soit inévitablement après les élections législatives. Nous notons toutefois que le juge des référés n’a pas annulé l’accord qui lie le PS à la NUPES, ni les désignations et soutiens adoptés par le Bureau national» écrit Olivier FAURE.
Cette dérive putschiste de l’aile droite du Parti Socialiste, avec 70 listes sécessionnistes, pour ces législatives des 12 et 19 juin 2022, va clarifier le jeu politique à gauche. «Désormais, le débat sur le fond sera tranché par le congrès du PS qui se tiendra dans les prochains mois. Aujourd'hui, nous n'avons qu'une priorité : réussir les élections législatives. Le temps n’est pas aux batailles judiciaires au sein du Parti socialiste mais à la confrontation politique avec la droite et l'extrême droite et la construction d’un véritable espoir pour toutes celles et tous ceux qui comptent sur l'essor d’une majorité alternative à celle souhaitée par le président de la République pour changer leur vie» écrit Olivier FAURE. Ces socialiste réformistes, comme Manuel VALLS, Stéphane LE FOLL, François HOLLANDE et autres, pourront rejoindre le président MACRON, un bébé HOLLANDE. Ouste !
Les racisés savent, après ces violentes élections présidentielles, avec son racisme institutionnel et systémique décomplexé, pour qui ils doivent voter, et qui il faudrait sanctionner. Même après l'incompétence et la forfaiture du Ministre de l'intérieur et du préfet de Police lors de la finale de la Ligue des Champions, c'est toujours de la faute aux racisés, par principe, qui sont tous des voyous. On connaît de longue date l'excuse de ces délinquants en col blanc «Responsable mais jamais coupable !». A chaque contrôle d’identité, un racisé, risque de perdre sa vie. 113 jeunes, dont Bouna et Zied, Adama TRAORE, ont perdu la vie sans procès équitable.
Au-delà de ces législatives les racisés devraient se battre, durablement, pour être dans les lieux de décisions politiques économiques culturels et médiatiques, en refusant toute diversité alibi et cosmétiques. L'enjeu c'est d'être des citoyens à part entière et de refuser ce Code de l’indigénat qui ne dit pas son nom.
Paris, le 7 juin 2022 par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
 

 
 
«Législatives : le ticket Sarah LEGRAIN – Ramata AIDARA pour la NUPES dans le 19ème arrondissement de Paris» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/ 
«Législatives : le ticket Sarah LEGRAIN – Ramata AIDARA pour la NUPES dans le 19ème arrondissement de Paris» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/ 
«Législatives : le ticket Sarah LEGRAIN – Ramata AIDARA pour la NUPES dans le 19ème arrondissement de Paris» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/ 
«Législatives : le ticket Sarah LEGRAIN – Ramata AIDARA pour la NUPES dans le 19ème arrondissement de Paris» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/ 
«Législatives : le ticket Sarah LEGRAIN – Ramata AIDARA pour la NUPES dans le 19ème arrondissement de Paris» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/ 
Partager cet article
Repost0
5 juin 2022 7 05 /06 /juin /2022 12:00
«Pierre PASTEL : «Je veux parler à un humain». Pour une société de Bienveillance» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Dans son nouvel ouvrage, «Je veux parler à un humain», paru en avril 2022, Pierre PASTEL, universitaire, sociologue, psychothérapeute, addictologue et coach, s'interroge sur la nature des relations humaines. «Nous faisons merveille quand il s’agit de construire des machines ou bien de vendre. Mais quand il s’agit seulement de parler l’un à l’autre, nous avons peur et tirons nos revolvers» écrit Richard WRIGHT (voir mon article). «Si nous savons écouter notre silence intérieur, nous pourrons construire un autre monde en dépression pour une éducation à la bienveillance universelle»  dit le professeur Pierre PASTEL auteur d'un livre «Je veux parler à un humain».
Lire cet ouvrage du professeur Pierre PASTEL, «Je veux parler à un humain», cela vous transfigure et remet les choses à l'endroit. On s'interroge parfois, et souvent intuitivement, sur des questions essentielles de la vie : quel sens devrions-nous donner à notre existence ? On ne sort pas indemne de cet opuscule du professeur Pierre PASTEL, d’une très haute facture, «Je veux parler à un humain», par la qualité de son expression écrite, son riche et savant vocabulaire, mais surtout en raison de sa dimension initiatique et ésotérique qui vous transfigure ; il vous transporte vers l’essentiel et le sens de notre vie. De nombreux textes, mis en annexe, permettent de mieux saisir le message que veut nous délivrer l’auteur.
Depuis les temps immémoriaux, deux forces gouvernent le monde : le Bien et le Mal. Tout le sens de la mythologie grecque, c’est ce chemin menant du Chaos à l’Harmonie. Pierre PASTEL milite ardemment pour une relation humaine portée vers une culture de Bienveillance individuelle et collective. Dans cette quête du Graal, l’auteur dialogue, non pas, avec les Djins, mais un esprit invisible se définissant comme étant «la Dimension Qui Embrasse Tout». On finit par comprendre que Pierre PASTEL dialogue avec lui-même, avec sa conscience «Je suis ici et partout à la fois. Tu ne peux ni me voir, ni me toucher, mais je suis bien là, avec toi, à côté de toi, autour de toi».
Il y a quelque chose de particulièrement subversif dans ce livre, «Je veux parler à un Humain». Pierre PASTEL y déconstruit de nombreux concepts ; certains s’acharnent à détruire cet esprit cartésien et critique, le «mensonge est érigé en mode de gestion politique» écrit-il. En effet, les forces du Chaos, appelant au conformisme et à la docilité, s’évertuent à faire taire l’esprit critique libérateur et à étouffer la grandeur de l’esprit humain, considéré comme un délit.
Par conséquent, Pierre PASTEL constate que quelque chose ne tourne pas rond dans notre société prétendue rationnelle «Dans un univers cartésien, matérialiste, où le réalisme s’est fait fondement, le rationalisme expert gestionnaire, la raison raisonnée ossature lumière du monde et où l’émotion est sommée de rester croupie au 100ème sous-sol, je vois qu’une ombre est élevée au rang de réel ; elle devient prétexte de tout, pour tout, l’impassable, la justification de l’inacceptable» écrit Pierre PASTEL. Certaines personnes, au lieu d’éclairer les consciences, deviennent des «spécialistes de tout, dans tout et sur tout, mais à propos de rien» écrit-il.
Dans ce système politique du mensonge, du «monopole de la souffrance» et de la dissimulation, on fabrique des êtres «radicalisés», sans raison et sans morale, programmés vers la «perte de soi et l’anéantissement des autres ; détruire l’autre, sans état d’âme ; l’autre, et paradoxalement soi-même et ceux qu’on aime» écrit Pierre PASTEL. Par une folie aimante, afin d’être traité d’égal à égal, un regard laser sur la vie pouvant bousculer notre conscience, Pierre PASTEL convoque «la capacité à résister à l’infâme».
Aussi, face à la montée des forces du Chaos, Pierre PASTEL, comme d’ailleurs Hannah ARENDT (1906-1975) et Antonio GRASMCI (1891-1937), interpelle demande à chacun d’entre nous, de «tenir son rang d’Homme» suivant Sénèque, de prendre ses responsabilités, d’entrer en résistance : «Le silence est d’or lorsqu’il constate la quiétude effective de l’Homme, mais qu’il est fiel, qu’il est crime lorsqu’il encense la putréfaction de l’élégance humaine» écrit-il. En dépit des menaces de représailles ou de marginalisation, Pierre PASTEL fait appel aux accompagnants aux passeurs, aux éveilleurs de conscience ou de Bienveillance, ces «cadres non-fakes qui donnent de leur générosité, de leur temps pour décrypter, décoder le bout du réel qu’ils maîtrisent et les divulguent avec force, modestie et détermination, parfois au risque de perdre leur poste de travail ou leur vie tout court» écrit-il. Pierre PASTEL lance un cri «ça suffit !» dans toutes les langues «J’entends des milliards d’humains, crier, dire la même chose : ça suffit ! Tous les jeux sont des jeux. Cependant, casser du bois dans le derrière d’un macaque n’en est pas un» écrit-il. Pierre PASTEL exhorte à la lucidité et à une culture universelle de l’Amour : «Il ne peut y avoir de valeurs plus constructives que celles finalisées par des aspirations d’amour inconditionnel, trans-personnel» écrit-il.
En ces temps de crise sanitaire mondiale, Pierre PASTEL dresse un tableau, sans complaisance, contre la recrudescence de «Fakes humains» propagateurs du «règne de l’illusion».  En effet, j'avais cru, naïvement, un instant, que cette pandémie avait réveillé la conscience humaine universelle, pour une société internationale de bienveillance, au cœur de la pensée de Pierre PASTEL, en vue d’une réflexion globale «d'un monde d'après», une coopération internationale équitable, la justice, la fraternité et la paix entre les peuples. Erreur tragique. Les bruits de botte retentissent depuis l'Ukraine, avec une résurgence de la Guerre Froide, au temps de l'arme nucléaire, avec un risque d'un troisième conflit mondial. Le plus grave de tout cela, dans leur manque de bienveillance, les Occidentaux qui avaient engagé des guerres locales, injustes, fort coûteuses, qu'ils ont toutes perdues, avaient refusé d'accueillir les réfugiés du tiers-monde, livrés à la drogue et aux calomnies. Pendant ce temps, l'Europe, reçoit plus de 6 millions de réfugiés Ukrainiens, à bras ouverts, envoient massivement des aides et des armes à l'Ukraine. Tant pis, si tout cela débouchait sur un troisième conflit mondial à l'ère nucléaire.
Sur le plan interne, loin de la bienveillance, des réformes funestes, comme l'âge de la retraite à 65 ans, ressurgissent. La vie est chère pour les gens de conditions de modestes, les riches qui se sont bâfrés de 134 milliards de profits en 2021, ne consentent à ceux qui souffrent, suivant une théorie du «ruissellement», que quelques miettes.
Le professeur Pierre PASTEL a doublement raison d'interpeller notre conscience au sujet de la bienveillance universelle et collective. Moi qui vient d'une société traditionnelle africaine, en particulier peule, celle du partage, de la compassion, notamment à l'égard des faibles (personnes âgées, femmes, pauvres), j'observe, avec une grande consternation, une crise de ces valeurs humanistes. Le monde ancien n'a pas encore disparu, mais un nouveau monde n'a pas encore vu le jour. Bref, c'est la crise, comme le dirait un intellectuel italien, Antonio GRAMSCI (1891-1937). Au nom de la solidarité, et sans aucune recherche d'autonomie ou de développement de la valeur travail ou du civisme, l'assistanat est devenu la règle. Nos gouvernants, loin de bien gérer nos ressources, ont encouragé parfois des parasites, comme les religieux, une clientèle politique  cupide, loin des valeurs de la bienveillance. L'argent a tout pourri dans les sociétés africaines. J'ai parfois l'impression, à grand regret, que mon pays d'origine, le Sénégal, est devenu une nation de 16 millions de mendiants. Très souvent si quelqu'un vous appelle, après de très longues et pénibles salutations, ce n'est pas vraiment pour prendre de vos nouvelles, c'est pour solliciter un service ; ce n'est pas une faveur, c'est surtout, dans son esprit, un dû. Où est donc cette société de bienveillance d'antan, que veut reconstruire, le professeur Pierre PASTEL ? Oui, je veux parler à un humain !
Face à la pauvreté des relations sociales, Pierre PASTEL crie, fort justement, à la face du monde «Je veux parler à un humain». Dans ma rue, au café, dans le bus 71 que je prends pour aller au boulot, comme à ma mairie ou à la cantine, j'ai tendance à saluer tout le monde, ces visages si familiers, mais dont j'ignore le nom. Pour l'essentiel, ils sont humains et vous répondent avec empressement et joie. Malheur à toi, si tu saluais trop longuement à l'africaine ou deux fois dans la journée un Européen. Il te répondra sèchement soit : «On se connaît ?», ou «Je t'ai déjà vu !». Les Africains vivant de longue date en France, redoutant une sollicitation, sont inquiets dès qu'on leur adresse parole : «Tu veux quelque ?». Maintenant comme l'indique le titre de l'ouvrage de Pierre PASTEL, «Je veux parler à un humain», je saurais quoi répondre.
Arrivant très tôt au travail, et découvrant que les agents d'entretien attendaient devant le portail, sous la pluie ou la neige, je leur dis, avec mon Pass : «Bonjour Mesdames. Veuillez-vous donner la peine d'entrer. Je vous offre un café». Aussitôt après une dame d'origine ivoirienne se mit à verser de chaudes larmes, et me dit, qu'à la veille de son départ à la retraite, après plus de 35 ans de services, les gens passent toute la journée sans la voir, une minorité invisible.
Il est vrai que ces relations sociales avaient déjà été considérablement dégradées depuis que la France est passée de la société rurale à l'ère industrielle, avec son individualisme forcené. On abandonne ses parents, qui s'étaient bien occupés de vous, dans des hospices fort coûteux et parfois peu sécurisants. Cette dégradation des relations sociales s'est encore accentuée avec la révolution du numérique ; on parle beaucoup aux autres, mais à distance, essentiellement, par des nouvelles technologies, comme Facebook, on like, on envoie des messages vocaux par WhatsApp ou par Skype ; mais on prend peu de temps pour s'arrêter et rencontrer ceux qu'on aime.
Si cette crise sanitaire, loin d'être terminée, avait eu le grand mérite de remettre les valeurs essentielles de la vie, dont la bienveillance qu'évoque le professeur Pierre PASTEL au centre du jeu. En effet, pendant longtemps, les sociétés industrielles, au mépris des valeurs de la vie, avaient mis les profits financiers au-dessus de tout. En raison d'une sacro-sainte rigueur budgétaire, il ne fallait pas plus de 3% de déficit. Afin de conserver les marges de leurs profits, les riches s'acharnaient, sans arrêt, sur les faibles. Et voilà subitement que les nantis se rendent compte que, sans la santé, rien ne va ; dans un monde globalisé, la solidarité entre pays pauvres et pays riches, en matière de soins, est nécessaire pour bien combattre le Covid-19. Subitement, les milliards pleuvent et en un temps record, là où on pas encore trouvé un vaccin efficace contre le SIDA, le cancer, le diabète ou les maladies dans les pays du tiers-monde, les laboratoires ont rivalisé d'ingéniosité et d'efficacité.
Pierre PASTEL dénonce avec humour et férocité, les forces du Chaos, en raison d'un grave déni de dignité humaine, à travers ce qu’il appelle les «présidents Fakes» protecteurs des nations, garants du bien-être et du bien-vivre ensemble et qui provoquent «la peur, la désolation des populations, la discrimination, soutenir avec force et brutalité l’organisation du désordre et du chaos» écrit-il. Certains traitent les êtres humains comme le Kakos ou des bouts de viande.
Le déclic de ce combat de la bienveillance est venu à la suite d’une visite, à la Maison des esclaves de Gorée, en 1980, Boubacar Joseph N’DIAYE (1922-2009), conservateur de l’époque, ayant mené la visite sur «un ton aimant et doux, malgré la gravité» du sujet. «Prenons garde que les gestes commémoratifs politiques ne constituent point, par leurs doubles mesures, des injures aux blessures toujours sanguinolentes. C’est par une profonde intelligence du cœur que méritent d’être soignées les plaies historiques et mémorielles qui affectent  notre vécu collectif. Il s’agit bien de construire un être-ensemble profondément fraternel, respectueux et apaisé» écrit-il le 10 mai 2021, «pour un projet de bienveillance universelle».
Ici, en France mon pays d'adoption, après plusieurs siècles de colonisation d'esclavage et maintenant d'indépendance dans la dépendance, à travers la Françafrique, la presse de Vincent BOLLORE, et certains médias, distillent, à longueur de journée leur, discours de haine. La violence et le mépris dans lesquels on tient les faibles sont insupportables. Aussi, Pierre PASTEL dénonce ce lynchage médiatique : «Je vois une légion d’humains Fakes, détenteurs d’un certain pouvoir d’influence, humilier, discréditer, intimider» et tous ces «propagandistes de l’incertitude» n’ont qu’un seul but : l’abandon de l’esprit critique au bénéfice d’une «confiance aveugle exigée». En fait, les «vulgaires et les voyous, ce sont qui pensent avoir le monopole de la souffrance, être les seuls à exiger une thérapeutique, le pardon et la réparation» écrit Pierre PASTEL.
Cette France de la diversité, par la colonisation l'esclavage l'effort aux guerres mondiales la reconstruction de ce pays pendant les 30 glorieuses et récemment sa mobilisation pendant le COVID-19, mériterait un peu de respect et de considération. Les forces du Chaos et de la Discorde, dans le profond déni de ce racisme institutionnel et systémique, sortent, constamment, le fouet à chaque fois qu'un racisé émerge. Jadis c'étaient Danièle OBONO, Christiane TAUBIRA, Sibeth N’DIAYE, Audrey PULVAR et maintenant c'est Pap N’DIAYE avant même qu'il n'ait pris ses fonctions ministérielles. Tous rejetés au fond de la cale, parce qu’illégitimes, par principe, d’occuper de hautes responsabilités au sein de l’Etat. Et pourtant le multiculturalisme est en Marche ; il faudra donc à vivre dans la bienveillance et se parler comme le recommande Pierre PASTEL. Bref vivre ensemble dans le respect mutuel.
Au cœur de toute cette violence à l'encontre des racisés se cache la question du partage du gâteau. Quelle que soit sa couleur, ses origines, sa religion ou son orientation sexuelle, chacun d’entre nous aspire au Bonheur «de ne pas souffrir et de vivre le bonheur, de traverser cette vie dans la quiétude, la paix intérieure» écrit Pierre PASTEL. Dans ce pays des droits de l’Homme, avec son message universel, on assiste à une résurgence grave et sans précédent des forces du Chaos s’acharnant contre les racisés «Nous sommes face à un dérèglement sociétal, une dépression collective qui bouscule notre identité nos identités, la dignité humaine» écrit Pierre PASTEL. Ce racisme institutionnel et systémique est fait de tromperie, d’hypocrisie et de mensonge pour discréditer et disqualifier les racisés, devenus boucs émissaires et ennemis de l’intérieur, à occuper les emplois valorisants dans ce pays «Les uns se croient naturellement aptes : aptes à recevoir, à gérer le bien commun, à jouir de l’honorabilité ; les autres devant systématiquement négocier leur légitimité à pouvoir jouir de tout cela» écrit Pierre PASTEL. Cependant, il faudrait quitter cette démocratie ethnique pour revenir à l’universalisme, à la vraie promesse d’égalité républicaine. En effet, un bien-vivre ensemble sans partage du pouvoir serait une escroquerie. Oui, je dis, comme le professeur Pierre PASTEL, mon cher ami, la poursuite du bonheur, pour tous, requiert «un partage équitable et durable du gâteau commun, une éducation généralisée à la dignité humaine».
Dialoguer avec sa conscience est une épreuve à haute voltige. Parfois ça patine, et on remet la cogitation à un autre jour. En lisant cet ouvrage de Pierre PASTEL, «je veux parler à un humain», subitement, on se dit ce qu'il raconte ça me parle. Dans ses exhortations à conserver notre dignité humaine «il ne te suffit pas d’avoir des oreilles pour entendre, il te faut surtout avoir un cœur pour comprendre» écrit-il. Pierre PASTEL, loin de recommander un «activisme déboussolé», appelle chacun à «agir concrètement, maintenant, avec détermination, respect soi et son concurrent, sans complaisance» écrit-il. Pierre PASTEL nous demande de «choisir mentalement le chemin de la vie ; cela réveille en toi ton armée intérieure, créatrice et bienfaitrice» écrit-il. Pas de liberté, sans effort. Dépassons nos peurs qui inhibent ; chacun peut apporter sa pierre en vue de la construction de ce gigantesque édifice de la Bienveillance, pour l’Harmonie de la société «Ma petite pierre à l’édifice, même si elle est de la taille de la charge d’eau que supporter le colibri, voulant braver l’incendie, me paraît contributrice de ce qui doit advenir» écrit Pierre PASTEL de façon messianique.

Références bibliographiques

PASTEL (Pierre), Je veux parler à un humain, préface de Max-Auguste Dufrénot, Paris, Les 3 Colonnes, 2022, 125 pages, au prix de 14 €.
Autres références
PASTEL (Pierre), «Boucanier, Hachoir, lugubre à Kakos», Madinin’Art, 22 juin 2020 ;
PASTEL (Pierre), «Crime esclavagiste et engagement sociétal et mémoriel», Madinin’Art, 27 mai 2021 ;
PASTEL (Pierre), «De qui, de quoi as-tu donc peur ?», Revue Alizés, juin-juillet-août 2015 ;
PASTEL (Pierre), «L’échec un instant sur la chaîne de notre existence : le rebond à portée, dans notre for intérieur», Revue Alizés, avril-mai 2014 ;
PASTEL (Pierre), «L’Homme, ce solide ouaté», Revue Alizés, mai 2008 ;
PASTEL (Pierre), «L’utile, le Futile, l’Essentiel : de l’expérience à la sérénité», Revue Alizés, septembre-octobre 2007 ;
PASTEL (Pierre), «La normalité n’est pas la santé : Civilisation gangrénée, Civilisation malaisée», Revue Alizés, février 2011 ;
PASTEL (Pierre), «La vie aux couleurs inattendues», Madinin’Art, 22 mai 2020 ;
PASTEL (Pierre), «Le déni de la dignité humaine : un frein à la tranquillité individuelle et sociétale», Madinin’Art, février 2011 ;
PASTEL (Pierre), «Les gens ordinaires, les vulgaires et les voyous, les extraordinaires ou les inaccoutumés», Madinin’Art, avril 2016 ;
PASTEL (Pierre), «Qu’ai fais-je de mon intelligence ?», Revue Alizés, 2006 ;
PASTEL (Pierre), «Quel libre choix devant notre société ?», 30ème congrès de l’Association française du Transpersonnel, du 28 janvier 2018, à Paris 13ème ;
PASTEL (Pierre), «Un projet de Bienveillance universelle : hommage aux victimes de la traite des Nègres et de l’esclavage», Madinin’Art, 10 mai 2021 ;
REVEL (Jean-François), La connaissance inutile, Paris, Grasset, 1988, 408 pages.
Paris – Bastille, le 1er juin 2022, par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
 

 
 
«Pierre PASTEL : «Je veux parler à un humain». Pour une société de Bienveillance» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Pierre PASTEL : «Je veux parler à un humain». Pour une société de Bienveillance» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Pierre PASTEL : «Je veux parler à un humain». Pour une société de Bienveillance» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Pierre PASTEL : «Je veux parler à un humain». Pour une société de Bienveillance» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Pierre PASTEL : «Je veux parler à un humain». Pour une société de Bienveillance» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Pierre PASTEL : «Je veux parler à un humain». Pour une société de Bienveillance» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Pierre PASTEL : «Je veux parler à un humain». Pour une société de Bienveillance» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Pierre PASTEL : «Je veux parler à un humain». Pour une société de Bienveillance» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Pierre PASTEL : «Je veux parler à un humain». Pour une société de Bienveillance» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Pierre PASTEL : «Je veux parler à un humain». Pour une société de Bienveillance» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Partager cet article
Repost0
2 juin 2022 4 02 /06 /juin /2022 23:04
 
«Richard WRIGHT (1908-1960) : Humaniste, Tiers-mondiste et Anticolonialiste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«La couleur n'est pas ma patrie. Je suis un être humain avant d'être un Américain ; je suis un être humain avant d'être un Noir et si je traite des problèmes raciaux, c'est parce que ces problèmes ont été créés sans mon consentement, sans ma permission. Je suis opposé à toute définition raciale. Si j'écris sur les problèmes raciaux, c'est précisément pour mettre fin aux définitions raciales. Et je ne souhaite pas que qui que ce soit dans le monde où nous vivons se place à un point de vue racial, qu'il soit blanc, noir ou jaune» disait Richard WRIGHT, dans un entretien du 18 août 1960 accordé à «l’Express».  En grand humaniste, et en pleine ségrégation raciale aux Etats-Unis, Richard WRIGHT, en raison de ses éminentes qualités intellectuelles, a poussé un cri de révolte retentissant contre l’injustice. En dépit de tous les obstacles de la vie, Richard WRIGHT, originaire du Sud, est devenu un écrivain célèbre, un secteur où les portes sont restées pendant closes pour les Noirs. En effet, les Noirs américains, après quatre siècle d’esclavage ayant enrichi l’Amérique, ont apporté un effort considérable pendant les première et deuxième guerre mondiale, sans pour autant que leur situation ne s’améliore, et cela a généré du ressentiment : «Personnellement, je suis, de plus en plus, obsédé par le sentiment, qui est devenu une conviction, que la vie américaine est pleine d’éléments étrangement inhumains. Il m’apparaît clairement que notre civilisation américaine a été construite, malgré ses traditions des premiers jours, sur un mépris complet des émotions, des sensibilités et des personnes humaines» dit-il, en 1947, dans un entretien accordé aux «Lettres françaises». Richard WRIGHT est en révolte contre cette société américaine conservatrice, créatrice de l’enfermement et d’un ghetto culturel : «Alors comment pouvait-on vivre dans un monde dans lequel l'intelligence et la perception des faits ne voulaient rien dire, et où l'autorité et la tradition étaient tout ?», écrit-il dans «Black Boy». En effet, la vie des Noirs aux Etats-Unis est faite d’une grande pauvreté, surtout d’une grande misère intellectuelle : «Chaque fois que je pensais à l'esprit essentiellement morne de la vie noire en Amérique, je me rendais compte qu'il n'avait jamais été donné aux Nègres de vivre pleinement l'esprit de la civilisation occidentale; ils y vivaient tant bien que mal, mais n'y vivaient pas. Et quand je songeais à la stérilité culturelle de la vie noire, je me demandais si la tendresse pure, réelle, si l'amour, l'honneur, la loyauté et l'aptitude à se souvenir étaient innés chez l'homme» écrit-il dans «Black Boy». C’est ce sentiment de révolte de Richard WRIGHT, contre l’état d’ignorance dans lequel sont tenus les Noirs, la misère et la violence des rapports entre Blancs et Noirs, et afin de sortir du carcan dans lequel on veut l’enfermer, qui a fait naître, en lui, par la lecture, une ambition littéraire : «C'est grâce à ces romans, à ces nouvelles et à ces articles, grâce au choc émotionnel des constructions imaginatives de faits héroïques ou tragiques que j'avais senti sur mon visage la douce chaleur d'un rayon de lumière inconnue ; et en partant, je me dirigeais instinctivement vers cette lumière invisible, en tâchant toujours de tourner et d'orienter mon visage de façon à ne pas perdre l'espoir qu'avait fait naître sa faible promesse, et en m'en servant comme d'une justification de mes actes» écrit-il dans «Black Boy».
Les récits autobiographiques de Richard WRIGHT font grandir et émanciper ce jeune auteur noir issu du Sud, dans un monde plombé par l’intolérance, la pauvreté et les violences, notamment policières. «Je savais que je vivais dans un pays où les aspirations des Noirs étaient circonscrites, délimitées. Cependant, j’avais le sentiment que je devais m’en aller quelque part et faire quelque chose qui rachète ma vie» écrit-il dans «Black Boy». Richard WRIGHT voulait combattre la ségrégation raciale aux Etats-Unis, afin de «rassembler deux mondes, celui des blancs et celui des noirs, afin de n'en faire plus qu'un» écrit-il. C’était un rêveur, animé d’une espérance, il espérait qu’un miracle inattendu puisse s’accomplir et que le Sud raciste, lui aussi, «pourrait vaincre sa peur, sa haine, sa lâcheté, son héritage de crimes et de sang, son fardeau d'angoisse et de cruauté forcenée» écrit-il. En 1944, Richard WRIGHT accepta que l'on publie seulement la partie de son autobiographie qui traitait de son enfance dans le Sud, «Black Boy». L’identité et la personnalité de Richard WRIGHT se forgent à travers ses déplacements, à Memphis, Chicago, puis à New York. Il ne voulait pas être la place que les Blancs lui avaient assignée «Je fuyais quelque chose plutôt que je n'allais vers quelque chose» écrit-il. L’auteur a tâtonné avant de trouver son chemin «Le départ de Black Boy, avait posé une question : quelle force de volonté un Noir doit-il posséder pour vivre et mourir dans un pays qui nie son humanité ? Je m’efforçai d’exprimer la même chose d’une autre manière» dit-il. En effet,  Richard WRIGHT trouve surtout sa voie par sa création littéraire «J’avais soif des livres, de façons de voir et de concevoir. L’important n’était pas de croire ou de ne pas croire à mes lectures, mais de ressentir du neuf, d’être affecté par quelque chose qui transformât l’aspect du monde. Je savais maintenant ce que représentait d’être Nègre. J’étais capable de supporter la faim. J’avais appris à vivre dans la haine. Mais de sentir que certains sentiments m’étaient refusés, que l’essence même de la vie était inaccessible, cela me faisait mal, me blessant par-dessus tout. Une fin nouvelle était née en moi» écrit-il dans «Black Boy» ou une «Jeunesse noire». Cette autobiographie remporta un immense succès.
Remarquable conteur, engagé, fidèle à la tradition populaire et naturaliste, par démarche prophétique et poétique, Richard WRIGHT, premier Afro-américain à connaître un succès littéraire, place la question raciale au centre de son œuvre. Spécialiste du roman sociologique résultant de ses différentes expériences, il utilise la méthode de l’interactionnisme, une relation entre différents groupes en milieu urbain. «Nous faisons merveille quand il s’agit de construire des machines ou bien de vendre. Mais quand il s’agit seulement de parler l’un à l’autre, nous avons peur et tirons nos revolvers» dit-il. Ce qui frappe dans la contribution littéraire, c’est cette juste et brillante description de la fracture de la société américaine de son temps «La guerre de Sécession avait aboli l’esclavage, mais les relations entre les Blancs et les Noirs étaient encore imprégnées des habitudes du temps de l’esclavage. Les Noirs pouvaient souffrir de l’état d’infériorité où ils étaient maintenus, mais ils l’admettaient, plus ou moins passivement. Quand ils ont touché les hauts salaires, ils ont commencé à en vouloir aux Blancs de les avoir exploités et les Blancs reprochent maintenant aux Noirs de rejeter la tutelle» dit Richard WRIGHT dans un entretien aux «Lettres Françaises».
Richard Nathaniel WRIGHT est né le 4 septembre 1908 à dans une plantation, à Roxie, dans le Mississippi. Son père, Nathan WRIGHT Jr (1882-1940), un alcoolique et tyrannique, est un ouvrier meunier cumulant d’autres emplois. La famille vit dans des conditions difficiles «C’est dans ce taudis que je pris, pour la première fois, conscience de la personnalité de mon père. Il était concierge de nuit chez un droguiste de Beale Street, et ne prit d’importance et ne devient pour moi un objet de contrainte que le jour où j’ai appris qu’il m’était défendu de faire du bruit pendant qu’il dormait la nuit» écrit-il dans «Black Boy» Sa mère, Ella WILSON (1884-1959), est une maîtresse d’école. «Ses grandes qualités de cœur et d’intelligence, son amour de l’ordre, sa persévérance, son naturel réservé et rêveur lui conféraient une personnalité réservée» écrit Michel FABRE, un de ses biographes. Après la séparation de ses parents, il grandit avec ses oncles et tantes, jusqu’à 12 ans, il n'aura pas eu une éducation normale. A Memphis, un lieu d’initiation et d’imitation en littérature, il peut emprunter des livres, par une connaissance, à une bibliothèque qui ne prête qu’aux Blancs, et découvre notamment les romans de Henry Louis MENCKEN (1880-1956), «le Sage de Baltimore», un journaliste et critique littéraire, aux éditoriaux satiriques et acerbes : «Il m’a apprit ce qu’on peut faire des mots pour tourner en dérision les fausses valeurs et les absurdités qui nous entourent» écrit Richard WRIGHT. Timide et peu extraverti, Richard WRIGHT commence à s’intéresser à la culture populaire, à l’esprit de Beale Street. A l’âge de 15 ans, il décide de s’émanciper de son milieu familial. Son oncle étant assassiné, en 1927, il quitte le Sud ségrégationniste pour Chicago, une ville du Nord idéalisée, symbolisant la liberté face à l’oppression du Sud, fut d’abord un choc : «Mon premier coup d’œil sur les étendues noires et plates de Chicago me remplit d’abattement et de découragement ; la réalité se moquait de mes rêves. Chicago me semblait une cité irréelle. Le fracas de la cité pénétra ma conscience, s’y installa pour des années à venir. Je savais que cette ville-machine était gouvernée par d’étranges lois, et je me demandais si je les apprendrais jamais» écrit-il. Engagé comme livreur, par des commerçants Juifs, il est traité avec bienveillance. Il obtient, par la suite, un emploi, dans une cafétaria ; il est le seul Noir, mais sans aucune animosité de ses collègues. En Sudiste toujours sur la réserve, hostile aux mondanités, il écoutait et observer ses collègues blancs : «Leurs préoccupations constantes du monde extérieur, leurs folies des autos, des postes de radio et mille autres babioles, faisaient qu’ils ne rêvaient que de la pacotille d’existence» écrit Richard WRIGHT.
Tout en continuant à lire et à se documenter, il trouve, en 1928, un emploi à la poste centrale. S’il se mêlait à des conversations en ville, Richard WRIGHT étonnait ses interlocuteurs, par la vigueur et la rigueur de son esprit, et sa grande résolution à vouloir devenir écrivain. Il commence à fréquenter des cercles littéraires composés de Noirs, mais il trouve guindés et trop préoccupés de «problèmes sexuels tortueux». A Chicago, il découvre le militant, ainsi que la vocation littéraire à travers l’œuvre de Henry Louis MENCKEN (1880-1956), écrivain et critique littéraire. Refusant les dérivatifs des laissés-pour-compte, les prétentions de la bourgeoisie noire, la consolation et le défaitisme des institutions religieuses, Richard WRIGHT, dans une démarche encore exclusivement littéraire, sans une dimension politique, devient un admirateur de Marcus GARVEY (1887-1940), du moins, son dynamisme, sa fierté et la logique révolutionnaire de sa pensée. La crise économique de 1929, plongeant les Noirs, dans la plus grande détresse (expulsions locatives de masse, soupe populaire, chômage, etc), précipita la prise de conscience politique de Richard WRIGHT. Il finit par perdre son emploi à la Poste, mais, en raison de ses qualités rédactionnelles, il trouva un emploi de journaliste, dans la presse noire, à grand tirage, chez «Abbott’s Monthly Magazine». Richard WRIGHT s’inspire des Joseph CONRAD (1857-1924) et d’Edgar Allan POE (1809-1949), dans sa technique journalistique. Abandonnant la dimension de « superstition» de ses récits, il s’oriente progressivement vers le réalisme, la sociologie, l’histoire et la psychologie. Travaillant occasionnellement pour une compagnie funèbre, il visite de nombreux appartements délabrés, surpeuplés et sordides occupés par des Noirs. C’est à ce moment que Richard WRIGHT a une liaison avec une jeune fille noire, mais qui ne partageait pas ses aspirations intellectuelles et ne voulait qu’assouvir ses désirs sexuels.
A partir de 1931, la crise économique aboutit à des expulsions massives de Noirs, mais la NACCP, trop légaliste, fut vite doublée par le Parti communiste. Mais ce grand dénuement, et en dépit de la victoire de Franklin Delano ROOSEVELT (1882-1945) avait l’avantage d’abattre les barrières raciales, Richard WRIGHT est désormais invité chez des Blancs déclassés. Il trouvera un emploi l’hôpital Michael Reese. En 1932, sous la direction de Henry Alan POTAMKIN (1900-1933), et s’inspirant du l’ouvrage de John Silas REED (1887-1920), «Dix jours qui ébranlèrent le monde», Richard WRIGHT participent à des cercles littéraires d’obédience communiste. Richard WRIGHT est recruté par un magazine prolétarien de Jack CONVOY. Il a assista aux réunions de comités de rédaction de journaux de gauche, comme «Left Front», «New Masses» ou «International Literature», une revue à laquelle collabore le poète, romancier et dramaturge, Langston HUGHES (1902-1967, voir mon article). Aussi, Richard WRIGHT oriente ses recherches littéraires vers l’oppression des Noirs, ainsi que les conditions de leur libération ; il s’en inspire pour publier son roman, «Une faim d’égalité», un récit de sa jeunesse à Chicago, dressant un tableau, sans indulgence, de l'Amérique des années 30, de sa lutte quotidienne pour survivre dans un ghetto décimé par le grand krach économique de 1929 et condamne sans appel le racisme. Il retrace ses débuts d'écrivain, ses démêlés avec le club communiste John REED et sa découverte des chefs-d'œuvre de la littérature. «Les paroles révolutionnaires jaillissaient de la page imprimée et me frappaient avec une force terrible. Il me paraissait, qu’ici, enfin, dans le domaine de l’expression révolutionnaire, l’expérience noire pourrait trouver  un foyer, une valeur d’action et un rôle à jouer» écrit-il.
En 1934, Richard WRIGHT est licencié par l’hôpital et obligé de résider dans un taudis. Il trouve un petit emploi de surveillance de jeunes en difficultés dans son misérable quartier ; ce qui donne de la matière pour écrire son roman, «Un enfant du pays». En 1940, dans «Native Son» ou «enfant du pays», il explique bien le phénomène du racisme «Et les blancs riches n'étaient pas tellement durs avec les noirs. C'étaient des blancs pauvres qui détestaient les noirs. Ils détestaient les noirs parce qu'ils n'avaient pas leur part du gâteau» écrit-il. Les Sudistes encouragent le larbinisme et la lâcheté afin de pouvoir continuer à tenir en laisse les Noirs «Les Blancs du Sud préféraient faire travailler les Nègres qui les volaient que les Nègres qui avaient ne fût-ce qu'un très vague idée de leur valeur humaine. C'est pourquoi les Blancs donnaient une prime à la malhonnêteté des Noirs; ils encourageaient l'irresponsabilité et ils nous récompensaient, nous autres Noirs, dans la mesure où nous leur donnions un sentiment de sécurité et de supériorité» avait-il déjà écrit dans «Black Boy».
Aussi, dans «Native Son» ou «enfant du pays», Bigger Thomas, incarne non pas un personnage soumis, mais révolté et transgressif ; il est ce jeune chauffeur noir de la famille Dalton. Le roman psychologique, «Native Son», comparé à «crime et châtiment» de Fiodor DOSTOIESVKI (1821-1881), décrit les préjugés raciaux en racontant la vie d’un jeune homme vivant dans un quartier pauvre de Chicago. Richard WRIGHT avec la ferme intention de confronter la société américaine à ses propres démons, en la mettant face à une œuvre «si dure, si analytique qu’il faudrait l’affronter sans pouvoir se consoler par les larmes» écrit-il. Il cherche à reproduire la réalité de la vie d’un jeune Afro-Américain qui grandit dans le contexte de ségrégation des Etats Unis. «Je fis cette découverte que Bigger Thomas n’était pas noir tout le temps. Il était blanc aussi, et il y avait littéralement des millions de Bigger, partout. (…) Je sentais aussi que le plan d’oppression dans le sud n’était qu’une dépendance d’un mécanisme de profits commerciaux beaucoup plus vaste et, à bien des égards, plus impitoyable et plus impersonnel» écrit Richard WRIGHT dans la postface de son œuvre. Le personnage principal, Bigger Thomas, incarne ce jeune Afro-Américain âgé de 20 ans vivant dans un quartier du South Side, partie sud de la ville de Chicago alors réservée aux Noirs. Sa famille (sa mère ainsi que son frère et sa sœur) loge dans un appartement d’une unique pièce, vétuste et infesté de rats. Sa mère peinant à subvenir aux besoins de la famille, Bigger Thomas se voit contraint de se faire employer auprès de la famille Dalton – riche famille bourgeoise blanche américaine – en tant que chauffeur. Et c’est le destin tragique. La fille de ses patrons, Mary, dilettante de gauche, se fait conduire par lui dans un bistrot du ghetto noir. Elle s'enivre au point que, de retour chez elle à l'aube, Bigger doit transgresser malgré lui le premier tabou de la ségrégation raciale et la porter dans sa chambre. Alertée par le bruit, la mère aveugle de Mary pénètre dans la chambre où Bigger, pris de panique, tente d'étouffer les balbutiements de la jeune fille. Meurtrier par mégarde, mais Noir et domestique dans une Amérique raciste et une société fondée sur l'argent, Bigger sait qu'il n'a aucune chance. Terrorisé, il brûle le corps, projette de demander une rançon. Il tue son amie Bessie par peur d'une trahison. C'est la chasse à l'homme, puis la capture et l'ombre du lynchage.
 Dans «Native Son» ou «enfant du pays», le procès de Bigger Thomas, enfin, est l'occasion pour Richard WRIGHT, par la voix de l'avocat Max, de dénoncer «l'honneur moral de la vie d'un Noir aux États-Unis» dans les années quarante. L’œuvre de Richard WRIGHT, condensée dans la plaidoirie du personnage de l’avocat Max, permet donc de mettre en exergue trois éléments importants concernant la question noire aux Etats-Unis. Premièrement, l’institution judiciaire est le fruit de l’histoire et des rapports de domination qui la constituent. Elle ne peut donc pas avoir un fonctionnement neutre et égalitaire pour l’ensemble des Américains, blancs comme noirs. Deuxièmement, les faits reprochés à Bigger Thomas étant largement le produit des interactions des membres de la société américaine, la responsabilité de ces faits est nécessairement partagée collectivement. Enfin, s’il est possible de reconnaître des responsabilités individuelles, il existe également une responsabilité impersonnelle qui est celle de la structure de la société américaine. Le droit en tant que structure de la société doit donc opérer un travail sur lui-même afin de se transformer. Le rôle de l’avocat est ici fondamental, car c’est lui qui a la possibilité de confronter l’abstraction du droit aux réalités subjectives.
C’est à Chicago que Richard WRIGHT fait la connaissance de brillants esprits, les Joyce GOURFAIN et Jane NEWTON. Les clubs communistes n’avaient pas bien avancer sa création littéraire, Richard WRIGHT se met à lire Marcel PROUST, TS ELLIOT, James JOYCE et William FAULNER. «Je passais mes nuits à lire Proust, admirant cette prose lucide, subtile, mais vigoureuse, stupéfait par cette éblouissante magie, bouche bée devant cet ensemble psychologique et grandiose de ce récit épique de mort et de décadence. L’exemple éblouissant que j’avais sous les yeux me donnait l’impression d’être à jamais incapable (d’écrire)» dit-il.
A New York, les écrivains célèbres sont écoutés et font partie d’une baronnie locale. Chicago n’était donc qu’un accident local. «Je déchirai mon avis de nomination à la poste, partis en auto-stop pour New York, et depuis ce jour-là j’ai connu l’enfer et la satisfaction» écrit-il. Le séjour de dix ans, à New York, dans les quartiers de Harlem, Brooklyn ou Greenwich Village, est une période faste et créatrice pour Richard WRIGHT. Il participe au magazine de Dorothy WEST, fondé en mars 1934, le «Challenge» et fréquente Langston HUGHES, Arna BONTEMPS, Claude McKAY, Zora Neale HURSTON et Countee CULLEN. C’est New York qu’il écrit «Native Son» ou un «Enfant du pays».
«Rite de passage» retrace la vie à Harlem, à partir de 1940. Le héros, Johnny Gibbs, quinze ans, aime ses parents et respecte ses professeurs. Soudain, son univers bascule : il apprend qu’il a été abandonné à sa naissance et que l’Assistance le place dans une autre famille. Choqué, désorienté, il s’enfuit et rejoint un «gang» de garçons qui, comme lui, ont découvert brutalement leur condition d’orphelin et mènent une vie précaire et marginale. En quelques heures, Johnny va sortir de l'enfance, faire l’apprentissage du déchirement et de la solitude, et se trouver confronté à un monde violent, inconnu.
«Huit hommes» : huit hommes noirs dans un univers régi par les Blancs, qui se demandent «s'il y avait jamais eu dans toute l'histoire une atteinte à la personnalité humaine plus corrosive et destructrice que l'idée de discrimination raciale» et doivent, à des titres divers, et selon leurs moyens, élaborer leurs propres règles d'éthique, de morale et de fidélité. 
Dans «Les enfants de l'oncle Tom», tous ont pour personnages principaux des Noirs, et pour décor tout à la fois sociologique et géographique le Sud profond des États-Unis, dans sa réalité dure, tragique, mais aussi tendre et drôle. Big-Boy tue sans le vouloir un Blanc qui le menaçait. Tout enfant qu'il soit, il doit se cacher, puis quitter le pays, filer vers le nord, inconnu.
Son roman, «The Man Who Lived Underground», ou «Homme qui vivait sous terre», écrit en 1941, traitant des violences policières, a été censuré pendant plus de 80 ans. Ce roman prophétique, a resurgi au-devant de l’actualité littéraire depuis l’affaire George FLOYD (1973-2020) et le mouvement «Black Lives Matter». Dans ce roman, Fred Daniels, un Afro-Américain, qui revenait de son travail, accusé, par des policiers blancs, d’un meurtre qu’il n’a pas commis, et croyant sen sortir, fini par avouer. Recherché pour meurtre et poursuivi par la police, un Noir américain s'est glissé dans un trou d'égout. Réfugié sous la ville, il découvre un monde étrange, humide et mystérieux, un monde aux règles différentes de celui «sur terre», celui des Blancs.
Refusant de s’engager dans l’Armée, Richard WRIGHT est taxé par les conservateurs d’antiaméricain et d’antipatriotique : «On nous demande de mourir pour une liberté que nous n’avons jamais eue» écrit-il dans «Faim d’égalité». Menacé par le Maccarthisme en pleine guerre froide, Richard WRIGHT quitte, en 1946, les Etats-Unis pour venir s’installer avec sa femme à Paris et sa fille, Julia. «Aucun écrivain noir américain ne me paraît aussi doué, aussi profond que Richard Wright, dont la venue en France, l’année dernière, a été accueillie par une presse aussi bienveillante qu’incompétente, à en juger par les gloses fantaisistes publiées à droite et à gauche sur ses romans. Bien des Français savent de quelle indigne façon sont traités les Noirs aux Etats-Unis, en raison du «préjugé de couleur» Ce sont ces réactions que Wright nous faire vivre dans «Black Boy» et «Native Son». Vivre es le mot, car Wright est un vrai romancier. Il n’explique pas. Il raconte. Et ce qu’il raconte, se dégage une force hallucinante, la psychologie d’une race débordante de vitalité» écrit Hugues PANASSIE. En 1947, Richard WRIGHT prend la nationalité française. Sa femme, Ellen POPLAR, est blanche, le couple ne pouvait plus vivre normalement aux Etats-Unis, en pleine ségrégation raciale. Il avait une résidence principale au Quartier Latin, au 14 rue Monsieur le Prince, à Paris 5ème, et une maison secondaire en Normandie, au Moulin d’Andé, entre Rouen et Andelys. Pour lui, Paris «C’était une capitale de la liberté. Et la première destination pour qui aimait les arts» dit-il.
L’auteur est donc un admirateur de Paris. «Parmi les impressions, les plus aiguës que j’ai ressenties à Paris, comme partout en France, est ce sentiment humaniste de la vie qui pénètre si profondément les rites et habitudes de l’existence quotidienne, tout comme la littérature, l’architecture et les arts en France» dit-il dans un entretien aux «Lettres françaises». Aussi, converti à l’existentialisme, Richard WRIGHT, fréquentant Albert CAMUS, Jean-Paul SARTRE et Simone de BEAUVOIR qu’il avait connu à New York. Richard WRIGHT offrit à J-P SARTRE un débat vigoureux sur les dimensions nihilistes de la vie moderne. Il percevait, tout comme J-P SARTRE, que dans la lutte pour l’importance nous nous trouvons souvent face à des situations dans lesquelles les perdants gagnent et les gagnants perdent. Cette fréquentation des existentialistes lui inspirera, en 1953, «Le Transfuge (1953). «J’ai été spécialement intéressé par la pièce de J-P Sartre : «La putain respectueuse». L’expression littéraire de Sartre m’intéressé énormément, car il me fait ressentir profondément la réalité de mon pays. Sartre a réussi à mettre le doigt au cœur même de la situation. En particulier, le caractère de la prostitué est fondamentalement vrai, aussi bien au point de vue humaine qu’à celui de l’Amérique d’aujourd’hui» dit-il. «Le transfuge» étape de Chicago le héros, Cross Damon, un  Noir de Chicago, est employé des P.T.T. Marié, père de trois enfants, il a séduit une fille de seize ans. Un hasard lui permet d'échapper aux conséquences de son acte : pris dans un accident de métro, il passe pour mort. Mais peut-on changer de personnalité ? Reconnu par un camarade, Cross le tue. Il s'enfuie à New York, réussit à se procurer des papiers et devient Lionel. Mis en rapport avec les communistes, Lionel est sollicité par eux de s'inscrire au parti. Mais une fatalité du crime semble peser sur Lionel.
 
Devenu internationaliste et tiers-monde, il s’engage en faveur de l’indépendance des peuples coloniaux. En 1952, il part en Côte-d’Or, Gold Coast (Ghana) pour rencontrer Kwame NKRUMAH (1909-1972, voir mon article) qui réclame la fondation d'un Etat indépendant du Ghana. De ce voyage en Afrique, il en a fait un récit, «Puissance noire».  En 1955, il participe à la conférence de Bandung au sujet de laquelle il rédige un rapport intitulé «Le rideau de couleur». Seul grand témoin de cette conférence des Non-alignés, il est convaincu que cet événement représente «quelque chose de nouveau» dans l'histoire des relations internationales, et que cette rencontre inédite, qui va au-delà des clivages habituels entre le capitalisme et le communisme, ou la droite et la gauche, peut déboucher sur une reconfiguration du monde contestant la bipolarisation issue de la Guerre froide. Il est invité à la Sorbonne, à Paris, au premier congrès international des écrivains et artistes noirs, du 19 au 22 septembre 1956, organisé par Alioune DIOP (1910-1980). Il prend parti pour l’indépendance de l’Algérie. «Ecoute, l’Homme blanc» est un recueil d’une série de conférence de Richard WRIGHT. S’il est une démarche stérile, c’est bien celle qui consiste, pour un opprimé, à s’adresser au «cœur» de ses oppresseurs : il n’est pas d’exemple, dans l’histoire, d’une puissance dominante qui ait cédé aux objurgations, si émouvantes ou raisonnables soient-elles, de ceux qu’elle écrasait ; contre des intérêts matériels, sentiments et bon sens ne sont jamais entendus. On ne voit donc pas très bien quelle raison a pu inciter l’écrivain noir Richard Wright à solliciter la «compréhension» de «l’homme blanc» ; on En réalité, et comme l’avait fait Albert MEMMI, «Ecoute l’homme blanc» est un portrait du colonisé.
Dans sa «quête inachevée», en référence à la biographie que lui consacre Michel FABRE, l’auteur inquiet, non seulement de la montée du Gaullisme et des activités de l’Organisation de l’Armée Secrète, mais aussi de sa surveillance en France par le FBI : «Le venin de Wright, débité sans cesse par les expatriés aux terrasses des cafés et par des années de gros titres sur les lynchages, est parvenu à empoisonner la pensée européenne au sujet des problèmes raciaux aux Etats-Unis» écrit un journal américain. Richard WRIGHT recherche, sans succès l’asile politique au Ghana et en Grande-Bretagne. Il meurt, subitement, à l’âge de 52 ans, d’une crise cardiaque à Paris le 28 novembre 1960. Il était marié à une danseuse de ballet, une juive d’origine russe, Dhimah Rose MEIDEN (1936-2007) entre 1939 et 1940, puis à une juive d’ascendance d’Europe centrale, Ellen POPLAR (1912-2004) le 12 mars 1941 jusqu’à sa mort, en 1960. Ils sont eu deux enfants : Julia et Rachel. Sa fille, Julia, estime que Richard WRIGHT aurait été assassiné, par empoisonnement. Incinéré, ses cendres reposent au Père Lachaise. Il avait une fille, Julia et maintenant un petit-fils, Malcolm WRIGHT. Léopold Sédar SENGHOR écrivait de Richard WRIGHT, «C’était un homme déchiré, plutôt comme moi, tout bien considéré. Un homme déchiré entre le passé et l’avenir de sa race, entre les valeurs de la Négritude et celles de la civilisation européenne. J’ai toujours eu pour lui, pour l’écrivain et pour l’homme, la plus haute admiration, parce qu’au fond il était l’incarnation de «la passion noire» écrit-il le 26 février 1964.
«Wright assaults the formlessness of time and space because to accept the assumption that his experiences, as a Black, did not figure substantially into the human time and space he occupied» écrit James TROTMAN.
Références bibliographiques
I – Contributions de Richard WRIGHT
WRIGHT (Richard), «Between the World and Me», Partisan Review, juillet-août 1935, n°2, pages 18-19 ;
WRIGHT (Richard), «Blue Print for Negro Writing», New Challenge, 1937, II, pages 53-65 ;
WRIGHT (Richard), «Ethic of Living Jim Crow : An Autobiographical Sketch», American Staff, 1937, pages 39-52 ;
WRIGHT (Richard), «I Tried to be a Communist», Atlantic Monthly, août 1944, pages 61-70, septembre 1944, pages 48-56 ;
WRIGHT (Richard), Bandung en mode décolonisation, traduction d’Emmanuel Delgado, préface d’Amzat BOUKARI-YABARA, Paris, Syllepse, collection Points cardinaux, 2021, 190 pages ;
WRIGHT (Richard), Black Boy (Jeunesse noire), traduit par Marcel Duhamel, préface de Dorothy Canfield Fischer, Paris, Gallimard, 1974, 448 pages ;
WRIGHT (Richard), Bon sang, de bonsoir, traduite par Hélène Bokanowski, Paris, Mercure de France, 1965, 272 pages ;
WRIGHT (Richard), Conversations with Richard Wright, édité par Kenneth Kinnamon et Michel Fabre, Jackson, University Press of Mississipi, 1993, 252 pages ;
WRIGHT (Richard), Ecoute l’Homme blanc (White Man !), traduit par Dominique Gillet, Paris, Calmann-Lévy, 1959, 226 pages ;
WRIGHT (Richard), Fisbelly, traduit par Hélène Bokanowski, Paris, Gallimard, 1989, 576 pages ;
WRIGHT (Richard), Haiku. Cet autre monde, traduit par Patrick Blanche, introduction de Julia Wright, Paris, Gallimard, 2009, 304 pages ;
WRIGHT (Richard), Huit hommes (Eight Men), traduit par Jacqueline Bernard et Claude-Edmonde Magny, Paris, Gallimard, 1989, 320 pages ;
WRIGHT (Richard), Indonesian Note Book : A Source Book on Richard Wright and Bandung Conference (1955), édité par Brian Russell Roberts et Keith Foulcher, Duke University Press, 2016, 31 pages ;
WRIGHT (Richard), L’homme qui a vu l’inondation. Suivi de là-bas, près de la rivière, traduit par Claude-Edmonde Magny et Boris Vian, préface de Julia Wright, Paris, Gallimard, 2007, 128 pages ;
WRIGHT (Richard), L’homme qui vivait sous terre, traduit par Jacqueline Bernard, , Paris, Gallimard, 2021, 128 pages ;
WRIGHT (Richard), Les enfants de l’oncle Tom, traduit par Marcel Duhamel et Boris Vian, Paris, Gallimard, 1988, 288 pages ;
WRIGHT (Richard), Puissance noire, traduit par Roger Giroux, Paris, Corrêa, Buchet/Chastel,  1955, 400 pages ;
WRIGHT (Richard), Rite de passage, traduit par Cécile Bloc-Rodot, Paris, Gallimard, 1995, 176 pages ;
WRIGHT (Richard), Un enfant du pays (Native Son), traduit par Guy de Montlaur, Paris, Gallimard, 1979, 640 pages ;
WRIGHT (Richard), Une faim d’égalité (American Hunger), traduit par Andrée-R Picard, préface de Michel Fabre, Paris, Gallimard, 2002, 256 pages.
II – Critiques de Richard WRIGHT
BAKISH (David), Richard Wright, New York, Ungar, 1973, 114 pages ;
BLOOM (Harold), Richard Wright, New Chelsea House Publishers, 1987, 246 pages ;
BONE (Robert), Richard Wright, Minneapolis, University of Minnesota Press, 1969, 48 pages ;
BRIGNANO (Russell, Carl.), Richard Wright : An Introduction to the Man and his Work, Pittsburg, University of Pittsburg Press, 1970, 201 pages ;
BUTLER (Robert), The Critical Response to Richard Wright, Westport, Connecticut, London, Grenwood Press, 1995, 199 pages ;
EL MOUJAHID, «Richard Wright. L’Amérique n’est pas le nouveau monde», Jean Kalfa et Robert Young, éditeurs, Ecrits sur l’aliénation et la liberté, 2018, pages 645-648 ;
ELLISON (Ralph), «Richard Wright. Blues», Volume !, 2011, vol 8, n°1, pages 233-252 ;
FABRE (Michel), «Richard Wright et l’Afrique», Notre Librairie, novembre-décembre 1984, n°77 pages 41-46;
FABRE (Michel), «The Poetry of Richard Wright», Studies in Black Studies, Automne 1970, Vol I, pages 10-22 et «Richard Wright, poète», Présence africaine, 3ème trimestre, 1985, n0135, pages 39-55 ;
FABRE (Michel), Richard Wright, la quête inachevée, Paris, Lieu Commun, 1986, 400 pages ;
FELGAR (Robert), Richard Wright, Boston, Twayne Publishers, 1980, 189 pages ;
GORDEY (Michel), «Richard Wright. L’Amérique n’est pas le nouveau monde», Les Lettres françaises, 10 janvier 1947, pages 1 et 7 ;
GORDON (Lewis, R.), «Sartre et l’existentialisme noir», Cités, 2005, n°22, pages 89-97  ;
GOUNARD (Jean-François), Le problème noir dans les œuvres de Richard Wright et de James Baldwin, Thèse, Université de Bordeaux III, 1984, 335 pages ;
HAKUTANI (Yoshinobu), Critical Essays on Richard Wright, Boston, Massachusetts, G.K Hall, 1982, 304 pages ;
HAKUTANI (Yoshinobu), Richard Wright and Racial Discourse, Columbia, University of Misouri Press, 1996, 312 pages ;
HARRINGTON (Olie), «The Last Days of Richard Wright», Ebony, février 1961, n°16, pages 93-94 ;
JULIEN (Claude), «Richard Wright, un témoin de la souffrance des Noirs américains», Le Monde, 1er décembre 1960 ;
KINNAMON (Kneth), A Richard Wright Bibliography : Fifty Years of Criticism and Commentary 1933-1982, Neww York, Westport, London, Grenwood Press, 1988, 983 pages ;
LEE (A. Robert), Black American Fiction since Richard Wright, London, British Association for American Studies, 1988, 57 pages ;
MARGOLIES (Edward), The Art of Richard Wright, Carbondale, Southern Illinois University Press, 1969, 180 pages ;
McCALL (Dan), The Example of Richard Wright, New York, Harcourt, Brace and World, 1969, 202 pages ;
OLLIVIER-MELLIOS (Anne), «H. L Mencken : un anarchiste de droite ?», Etudes anglaises, 2003, T 56, n°4, pages 447-457 ;
PANASSIE (Hugues), «Richard Wright, écrivain de race noire», Les cahiers du Sud, 1er semestre 1948, n°288, pages 352-354 ;
PAZ (Magdeleine), Frère noir, Paris, Flammarion, 1930, 246 pages ;
REILLY (John), «Richard Wright découvre le tiers-monde», Minority Voices, 1980 ;
REILLY (John), Richard Wright : The Critical Reception, New York, 1978, 400 pages ;
ROWLEY (Hazel), Richard Wright  The Life and Time, New York, Henry Holt, 2001,  626 pages ;
SAINT-ARNAUD (Pierre), Le roman sociologique américain, Presse de l’université de Laval (Canada), 2017, 206 pages, spéc sur Richard Wright pages 79-95 ;
STANE (Frédéric), «Avec Richard Wright, romancier noir de la terreur sous-jacente», Gavroche, 20 juin 1946, page 5 ;
TROTMAN (C. James) et autres, Richard Wright : Myths and Realties, New York, London, Garland Publishing, 1988, 163 pages ;
URBAN (Joan), The Example of Richard Wright, New York, Chelsea Publishing House, 1989, 105 pages ;
WALLACE (Jennifer, Jensen), Richard Wright : From Black Boy to the World Citizen, Chicago, Ivan R. Dee, 2010, 197 pages ;
WEBB (Constance), Richard Wright : A Biography, New York, G. P. Putman’s Sons, 1968, 443 pages ;
WILLIAMS (John, Alfred), The Most Native of Sons : A Biography of Richard Wright, New York, Doubleday, 1970, 141 pages.
Paris le 2 juin 2022 par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
 

 
«Richard WRIGHT (1908-1960) : Humaniste, Tiers-mondiste et Anticolonialiste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Richard WRIGHT (1908-1960) : Humaniste, Tiers-mondiste et Anticolonialiste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Richard WRIGHT (1908-1960) : Humaniste, Tiers-mondiste et Anticolonialiste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Richard WRIGHT (1908-1960) : Humaniste, Tiers-mondiste et Anticolonialiste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Richard WRIGHT (1908-1960) : Humaniste, Tiers-mondiste et Anticolonialiste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Richard WRIGHT (1908-1960) : Humaniste, Tiers-mondiste et Anticolonialiste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Richard WRIGHT (1908-1960) : Humaniste, Tiers-mondiste et Anticolonialiste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Richard WRIGHT (1908-1960) : Humaniste, Tiers-mondiste et Anticolonialiste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Richard WRIGHT (1908-1960) : Humaniste, Tiers-mondiste et Anticolonialiste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Richard WRIGHT (1908-1960) : Humaniste, Tiers-mondiste et Anticolonialiste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Richard WRIGHT (1908-1960) : Humaniste, Tiers-mondiste et Anticolonialiste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Richard WRIGHT (1908-1960) : Humaniste, Tiers-mondiste et Anticolonialiste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Richard WRIGHT (1908-1960) : Humaniste, Tiers-mondiste et Anticolonialiste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Richard WRIGHT (1908-1960) : Humaniste, Tiers-mondiste et Anticolonialiste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Richard WRIGHT (1908-1960) : Humaniste, Tiers-mondiste et Anticolonialiste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Richard WRIGHT (1908-1960) : Humaniste, Tiers-mondiste et Anticolonialiste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Richard WRIGHT (1908-1960) : Humaniste, Tiers-mondiste et Anticolonialiste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Richard WRIGHT (1908-1960) : Humaniste, Tiers-mondiste et Anticolonialiste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Richard WRIGHT (1908-1960) : Humaniste, Tiers-mondiste et Anticolonialiste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Richard WRIGHT (1908-1960) : Humaniste, Tiers-mondiste et Anticolonialiste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Richard WRIGHT (1908-1960) : Humaniste, Tiers-mondiste et Anticolonialiste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Richard WRIGHT (1908-1960) : Humaniste, Tiers-mondiste et Anticolonialiste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Richard WRIGHT (1908-1960) : Humaniste, Tiers-mondiste et Anticolonialiste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Richard WRIGHT (1908-1960) : Humaniste, Tiers-mondiste et Anticolonialiste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Richard WRIGHT (1908-1960) : Humaniste, Tiers-mondiste et Anticolonialiste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Richard WRIGHT (1908-1960) : Humaniste, Tiers-mondiste et Anticolonialiste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Richard WRIGHT (1908-1960) : Humaniste, Tiers-mondiste et Anticolonialiste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Richard WRIGHT (1908-1960) : Humaniste, Tiers-mondiste et Anticolonialiste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Richard WRIGHT (1908-1960) : Humaniste, Tiers-mondiste et Anticolonialiste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Richard WRIGHT (1908-1960) : Humaniste, Tiers-mondiste et Anticolonialiste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Richard WRIGHT (1908-1960) : Humaniste, Tiers-mondiste et Anticolonialiste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Richard WRIGHT (1908-1960) : Humaniste, Tiers-mondiste et Anticolonialiste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Richard WRIGHT (1908-1960) : Humaniste, Tiers-mondiste et Anticolonialiste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Richard WRIGHT (1908-1960) : Humaniste, Tiers-mondiste et Anticolonialiste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Richard WRIGHT (1908-1960) : Humaniste, Tiers-mondiste et Anticolonialiste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Richard WRIGHT (1908-1960) : Humaniste, Tiers-mondiste et Anticolonialiste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Richard WRIGHT (1908-1960) : Humaniste, Tiers-mondiste et Anticolonialiste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Richard WRIGHT (1908-1960) : Humaniste, Tiers-mondiste et Anticolonialiste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Richard WRIGHT (1908-1960) : Humaniste, Tiers-mondiste et Anticolonialiste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Richard WRIGHT (1908-1960) : Humaniste, Tiers-mondiste et Anticolonialiste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Richard WRIGHT (1908-1960) : Humaniste, Tiers-mondiste et Anticolonialiste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Richard WRIGHT (1908-1960) : Humaniste, Tiers-mondiste et Anticolonialiste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Richard WRIGHT (1908-1960) : Humaniste, Tiers-mondiste et Anticolonialiste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Richard WRIGHT (1908-1960) : Humaniste, Tiers-mondiste et Anticolonialiste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Richard WRIGHT (1908-1960) : Humaniste, Tiers-mondiste et Anticolonialiste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Richard WRIGHT (1908-1960) : Humaniste, Tiers-mondiste et Anticolonialiste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Richard WRIGHT (1908-1960) : Humaniste, Tiers-mondiste et Anticolonialiste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Richard WRIGHT (1908-1960) : Humaniste, Tiers-mondiste et Anticolonialiste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Richard WRIGHT (1908-1960) : Humaniste, Tiers-mondiste et Anticolonialiste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Richard WRIGHT (1908-1960) : Humaniste, Tiers-mondiste et Anticolonialiste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Richard WRIGHT (1908-1960) : Humaniste, Tiers-mondiste et Anticolonialiste» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Partager cet article
Repost0
27 mai 2022 5 27 /05 /mai /2022 23:02
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
C’est la première fois, pour un voyage éclair, que je me rends à Amiens : «La découverte d’Amiens ressemble à un parcours initiatique. Au fil du regard, du temps, des rues, des saisons, la capitale de la Picardie offre différents visages à ceux qui prennent le temps de s’arrêter. De la splendeur gothique à la modestie de Saint Leu, de la végétation du Parc Saint-Pierre aux reflets du soleil dans l’eau des hortillonnages, des rues étudiantes aux monuments historiques, Amiens offre aux voyageurs et aux curieux un formidable choix de promenades et de découvertes. Notre ville est belle des hommes qui l’ont construite génération après génération» écrit Gilles de ROBIEN, ancien député-maire de la ville, dans la préface du livre de Michel CURIE.
Capitale de la Picardie, Amiens une ville du Nord, se situe dans la région les Hauts-de -France. On dit que sa cathédrale gothique Notre-Dame, édifiée entre 1220 et 1288, est plus grande et plus majestueuse que les médiatiques cathédrales de Paris et Reims. On est fortement impressionné par son riche et varié ornement : «La cathédrale d’Amiens est considérée, avec raison, comme le prototype des édifices vulgairement appelés gothiques, est le chef-d’œuvre de l’architecture du Moyen-Age. En effet, il est peu de temps de ce genre qui offrent autant de grandeur, d’unité de style et d’élégance dans l’ensemble et les détails» écrit, en 1833, Antoine-Pierre-Marie GILBERT. La cathédrale d’Amiens, détruite en 1218, à la suite d’un incendie, sera reconstruite en plus grandiose. Eugène VIOLLET-LE-DUC (1814-1879), architecte, a pu dire de la cathédrale d’Amiens qu’elle était «l’église ogivale par excellence». 
Dans les temps anciens, ville de tissage, de filature et de drapiers, Amiens avait renforcé le prestige du clergé. Saint-Firmin, patron d’Amiens, a été le premier évêque de Notre-Dame d’Amiens. Né en 272, à Pampelune (Espagne), fils d’un sénateur converti au christianisme, en raison du succès de ses prédications, qui incitèrent 3 000 personnes en trois jours à se convertir, Saint-Firmin est emprisonné dans le cachot de l’amphithéâtre transformé en forteresse, sur ordre du gouverneur Sébastianus qui le fit décapiter le 25 septembre 303. Aussi, le 25 septembre de chaque année, un hommage lui est rendu à ce martyr.
C’est en préparant un article sur Marcel PROUST (1871-1922) que je découvre que sa vocation littéraire est, en grande partie, liée à son entreprise de traduction de la «Bible d’Amiens», en 1904 du philosophe et esthète anglais, John RUSKIN (1819-1900) : «Mon admiration pour RUSKIN donnait une telle importance aux choses qu’elles semblaient chargée d’une plus grande valeur que celles de la vie» écrit Marcel PROUST. Cette bible d’Amiens éclaire, non seulement la pensée de RUSKIN, mais aussi la pensée de PROUST, notamment au regard de sa conception de l’art, sa recherche du temps perdu. John RUSKIN est venu, à plusieurs reprises, à Amiens, en 1844, 1849, 1854, 1856, 1868 et 1880. Cette cathédrale qu’il considérait, au début mièvre, trouve ses origines dans l’installation des Francs dans cette ville et son évangélisation. 
Le  vieux quartier de Saint Leu est le cœur mythique de la ville anciennement marécageuse, avec cet homme à la bouée au milieu de la rivière, non loin des Hortillonnages, ou maraîchers. Le beffroi, jadis une sinistre prison, se dresse, majestueusement, à proximité de l’hôtel de ville. Amiens est également une ville bourgeoise, conservatrice et royaliste, sa devise est un «lien puissant m’unit au Lys». Ville du Moyen-âge, Amiens, dotée en 1185 par Philippe AUGUSTE (1165-1223) d’une charte, dispose d’un maire depuis 1790, aussi bien sous l’Empire, la Restauration, la Monarchie de Juillet, la IIème République, le Second Empire, les IIIème, IVème et Vème République. La maire, depuis 2014, est Mme Brigitte FOURE, de l’UDI et avait été à la tête de cette ville entre 2002 et 2007. Alphonse FIQUET (1841-1916) et Maurice VAST (1898-1979) ont été trois fois maires de cette ville. Amiens a été dirigée, à deux reprises, par un maire de gauche : de 1971 à 1989, par un maire communiste, René LAMPS (1915-2007), un enseignant et résistant, et de 2008 à 2014, par un Socialiste, Gilles DEMALLY, un chimiste et universitaire.
L’histoire de la ville d’Amiens a été brillamment relatée par le vicomte Albéric CALONNE D’AVESNE (1843-1915) en trois volumes, Aimé DUTHOIT (1803-1869), Louis-François DAIRE (1713-1792), Antoine GOZE (1803-1874), Léon PAUL (1874-1962) ou Hyacinthe DUSEVELE (1796-1881). On dit que, jadis, Amiens était habitée par les Ambiens, tribu belge venue s'installer au bord de la Gaulle. La ville est ensuite conquise par les armées de Jules CÉSAR en 57 av. J-C. et connait une longue période de paix jusqu'à l'invasion des Francs au IVème siècle de notre ère. A cette époque, Saint FIRMIN, venu de Pamplune en Espagne, évangélise Amiens. Au VIe siècle, le royaume des Francs est divisé en plusieurs parties, le nord de la France, dont Paris et Soissons, se trouvant rattaché à la Neustrie où CHARLEMAGNE règnera en 768. En 860, les Normands prennent Amiens et les pillages s'y succéderont pendant près d'un demi-siècle. Après cette période d’insécurité, Amiens souffre du désaccord qui règne entre l'évêque et les premiers chefs féodaux, en particulier Enguerrand de BOVES (1042-1116), censés représenter l'autorité royale. Cette situation prend fin avec la prise de la forteresse de Castillon par le roi de France, Louis le GROS (1137-1081), venu au secours de l'évêque GEOFFROY (1065-1115). Amiens se voit alors attribuer une chartre de franchises. Cette charte est confirmée par Philippe AUGUSTE successivement en 1185 et en 1209 ; la ville connaît depuis lors une période de grande prospérité. 
L'industrie y est florissante, notamment celle de la draperie , dont les teintes pastel sont tirées de la Waide , plante tinctoriale. Le commerce n'est pas moins prospère , ainsi que le prouve l'appartenance d'Amiens à la Hanse, groupement commercial et bancaire de l'Europe du Nord et septentrionale , aux XIII-XVème siècles. Les noms des rues tels que la rue des Orfèvres, des Parcheminiers, des Gantiers, des Tanneurs, des Huchers, attestent de la diversité des corporations établies à cette époque qui est aussi l'époque de l'édification de la cathédrale (1220-1280). En 1337 débute la guerre de Cent Ans, conséquences des difficultés liées à la succession de Philippe le BEL revendiquée par Philippe de Valois son neveu et Edouard III d'Angleterre son petit-fils. L'occupation anglaise prend fin à Amiens en 1437 avec la venue de Charles VII ; une réception grandiose lui est offerte en la cathédrale illuminée de mille cierges. Les armées anglaises reviendront à Amiens en 1475 pour y rester jusqu'au traité de Picquigny signé par Louis XI et Edouard VII.
Devenue foyer protestant, Amiens va connaître, sous le règne de Charles IX , trente ans de guerre de religions qui prennent fin en 1597 grâce à Henri IV. En 1658 une terrible inondation ravage Amiens ; dix ans après, c'est la peste qui cause plus de 20.000 morts. En effet, Auguste DUBOIS (1824-1900) signale dans son ouvrage, en 1873, que diverses pestes ou contagions entre le XVème , XVIème et le XVIIème siècles ont failli décimer toute la population. «Après le choléra, il a fallu subir la guerre et l’occupation étrangère, tristes lots des infortunes qui s’abattent quelquefois sur les peuples» écrit-il.
Pendant la Révolution, la cathédrale d’Amiens est transformée en «Temple de la Déesse Raison» : elle est le théâtre de la fête de l'Etre Suprême, mais le monument ne subit qu'une faible détérioration. Le 25 mars 1802, la paix, signée à Amiens entre la France, l'Angleterre et la République Batave (la Hollande), restaure le calme en Europe, dans le pays et dans la ville. Cette paix sera pourtant rompue dès 1803. Pendant la guerre de 1870, la citadelle, sous les ordres du capitaine Jean-François VOGEL (1821-1870), résiste héroïquement aux Prussiens ; il est tué le 29 novembre 1870. En 1914, Amiens est occupée temporairement par les Allemands, lesquels de replient après la bataille de la Marne et de fixent à une trentaine de kilomètres. A partir de mars 1918, lors de la bataille de Picardie, la ville subit de nombreux bombardements. Lors de la Seconde Guerre mondiale, Amiens est sinistrée à 60 %, notamment du fait des bombardements et incendies provoqués durant la bataille de la Somme. La cathédrale n'en sera que peu endommagée. 
Depuis l'après-guerre Amiens et son agglomération doivent faire face à une progression démographique continue, passant de moins de 85.000 habitants en 1947 à plus de 132.000 habitants au dernier recensement. Parallèlement la ville connaît un important essor économique. La fabrication du célèbre velours d'Amiens mérite toujours sa réputation, et la création d'une zone industrielle permet l'implantation de nombreuses industries nouvelles françaises et étrangères.
Amiens est composée essentiellement de trois quartiers : Saint-Leu, la vieille ville étudiante et très touristique, assimilée à une Venise du Nord, sa cathédrale et ses hortillonnages ; Henriville, très bourgeois ; Saint-Roch de la-Hotoie ; Saint-Maurice et Saint-Pierre. Dans les années 1970, le vieux et populaire, quartier Saint-Leu, est devenu insalubre. Finalement, au cours de la campagne des élections municipales de 1971, un projet de réhabilitation du quartier fut porté par le candidat communiste, René LAMPS et contribua à la victoire de son équipe aux municipales. Aussi, certaines bâtisses jugées trop vétustes furent détruites pour faire place l'artisanat et les commerces de proximité, à des lieux culturels, ainsi qu’une université, sur le site l'ancienne brasserie. On y trouve désormais une salle de spectacle, la Lune des Pirates, au Quai Bélu, une Maison de théâtre, 8 rue des Majots, un théâtre des Marionnettes Chés Cabotans, 31 rue Edouard David, et un cinéma, 33 rue Vanmarke. Ce qui conduit à la gentrification du quartier Saint Leu, les populations les plus modestes ont été rejetées à la périphérie, pour des classes plus jeunes et aisées. Les maires successifs n’ont pas remis en cause cette orientation d’un quartier Saint-Leu lieu touristique et de flânerie.
M. Emmanuel MACRON, 25ème président de la République française, est né le 21 décembre 1977 à Amiens. On pense que «MACRON» est une forme contractée de  «MAQUERON» désignerait en picard le menton ; ce pourrait donc être le surnom de celui qui a un menton proéminent. Son père, Jean-Michel MACRON, né le 29 juin 1951, à Vouët (Aisne) est fils d’un cheminot, M. André MACRON (1920-2010), professeur à l’université de Picardie, est un neurologue ayant soutenu une thèse sur «le fonctionnement physiologique de la respiration des chats». Sa mère, Mme Françoise NOGUES, médecin-conseil à la sécurité sociale, est née le 8 décembre 1950, à Poix-de-Picardie, dans la Somme, d’une famille d’enseignants. D’autres personnalités célèbres sont originaires d’Amiens, notamment Edouard BRANLY, (1844-1940) physicien et médecin, comme Jean-Pierre PERNOT (1950-2022) et Laurent DELAHOUSSE, journalistes. 
En raison d’une ancienne, intense activité littéraire et artistique, Amiens est une ville où l’imprimerie, «plus divine qu’humaine», suivant Louis XII (1462-1515), s’y est développée très tôt. Ce point n’avait pas fait l’objet de recherches approfondies jusqu’en 1861. «Des historiens nombreux ont payé un large tribut aux célébrités de la ville d’Amiens ; mais, par un oubli dont il est permis de s’étonner, une des branches importante de cette industrie, celle qui est considérée, à bon droit, comme un art, l’Imprimerie, est restée en dehors de la plume, sinon de la pensée, de tant d’écrivains, dont elle a pourtant fait passer les noms et les œuvres à la postérité» écrit Fernand POUY (1824-1891). Pourtant, à cette époque, cet auteur signale 101 éditeurs et lithographes, dont GAUTHIER-DESCHAMPS, dont l’activité remonte, à Amiens, à l’an 1461. Tout au début, cette ville était celle de féodalités, de châtelains, de princes et de barons, comme les FLIXECOURT et les VIGNACOURT. Les premiers sujets connus sont l’illustre et antique race des Amiens, dont un certain Adam d’AMIENS ou Guy d’AMIENS, son fils et successeur. C’est une famille d’artistes, auteurs de chansons et de fabliaux, comme Thibaud d’AMIENS au XIIème et XIIIème siècle, de poètes et conteurs, Girardin d’AMIENS. Jacques d’AMIENS (1250-1280) est l’auteur de chansons courtoises, d’une pastourelle, d’un Art d’aimer et d’un Remède d’amour ; il a inspiré Ovide (34 Avant J-C 17 Après J-C). Vicquier d’AMIENS était un poète. 
Au XXIème, à Amiens, la bande dessinée occupe une place importante dans les activités artistiques, à travers un «Rendez-vous de la Bande dessinée» créé par une association en 1995.
Jules VERNE, bien que né à Nantes le 8 février 1828, a épousé, le 10 janvier 1857, à Paris 10ème, une résidente d’Amiens, Honorine du FRAYSNE de VIANE (1829-1910), originaire de Vesoul.  «Sur le désir de ma femme je me fixe à Amiens, ville sage, policée, d’humeur égale, la société y est cordiale et lettrée. On est près de Paris, assez pour en avoir le reflet, sans le bruit insupportable et l’agitation stérile», écrit Jules VERNE dans une lettre en 1871. Jules VERNE a vécu à 2 rue Charles -Dubois à Amiens et il y est mort le vendredi 14 mars 1905 et enterré au cimetière de la Madeleine. Le couple aura un enfant, Michel VERNE (1861-1925). Par conséquent, Jules VERNE, dont la maison est devenue un Musée à Amiens, occupe une place importante dans cette ville où il a résidé pendant 34 années. En effet, l'auteur a été membre du conseil municipal de cette ville pendant 16 ans, de 1888 à 1904, initialement sous le mandat du maire, Frédéric PETIT (1836-1895). Jules VERNE a milité, activement, dans le milieu associatif. Ainsi, en 1872, il a été reçu à l’Académie d’Amiens, en 1895 nommé administrateur à la Caisse d’épargne et de 1898 à 1904, membre du conseil directeur de cet organisme. En 1889, il adhère à la Société industrielle d’Amiens.
L’œuvre de Pierre PUIS de CHAVANNES (1824-1898), un tenant de l’impressionnisme et ses peintures murales, a été magnifiée par le musée de Picardie, à Amiens. Gustave SCHIED lui a consacré, en 1907, un ouvrage.
Amiens, une ville à moins de 2 heures de Paris, très accessible, est à découvrir ou revoir.
Référence bibliographiques
CALONNE D’AVESNE (Albéric, Vicomte de), Histoire de la ville d’Amiens, Amiens et Paris, Piteux et Picard, Tome I, 1899, 501 pages, Tome II, 1900, 621 pages et Tome III,  1906, 467 pages ;
CURIE (Michel), Amiens au fil du regard, préface de Gilles de Robien, Amiens, La Martelle, 1999, 111 pages ;
DAIRE (Louis-François, Abbé), Histoire littéraire de la ville d’Amiens, Paris, Firmin Didot, 1782, 665 pages ;
DARRAS (Jacques), PIOCHE (Jacqueline), DEBRIE (René) IVART (Pierre), La forêt invisible, Amiens, édition des Trois Cailloux, Amiens, 1985, 482 pages ;
DEKISS (Jean-Paul), Jules Verne à Amiens : la maison des voyages, Paris, Belin, 2014, 123 pages ;
DUBOIS (Auguste), Les pestes ou contagions à Amiens pendant les XVème, XVIème et XVIIème siècles, Amiens, Emile Glorieux, 1873, 44 pages ;
DU CANGE (Charles Du Fresne), Histoire de l’Etat de la ville d’Amiens et de ses Comtes, Amiens, Duval et Herment, 1840, 498  pages ;
DURAND (Georges), Monographie de l’église Notre-Dame, cathédrale d’Amiens, Amiens, Yvert et Tellier, Paris, A. Picard et fils, 1901, Vo I, 641 pages et Vol II, 810 pages ;  
DUSEVEL (Hyacinthe), Histoire de la ville d’Amiens : depuis les Gaulois jusqu’en 1830, Amiens, Imprimerie R. Machart, 1832, 566 pages ;
DUTHOIT (Aimé et Louis), Le vieil Amiens, Amiens, T Jeunet, 1874, 137 pages ;
GILBERT (Antoine-Pierre-Marie), Description historique de l’église cathédrale de Notre-Dame d’Amiens, Amiens, Caron-Vitet, 1833, 377 pages ;
GOZE (Antoine, Michel), Histoire des rues d’Amiens, Amiens, Alfred Caron, 1854 en 4 volumes, et édition de la Tour Gilles, 1995, 869 pages ;
GOZE (Antoine, Michel), Nouvelle description de la cathédrale d’Amiens, Amiens, Alfred Caron, 1847, 215  pages ;
LEON (Paul), Amiens, la cathédrale, Paris, L’art et les artistes, 1918, 46 pages ;
MORLIERE (Adrien, de la), Les antiquités, histoires et choses remarquables de la ville d’Amiens,  Paris, Sébastien Cramoisy, 1642, 402 pages ;
NOULENS (Joseph), Maison d’Amiens. Histoire généalogique, Paris, Picard, 1888, 516 pages ;
PINCHEMEL (Philippe), GODARD (J), NORMAND (René), LAMY-LASSALLE (Colette), Visages de la Picardie, Éditions des Horizons de France, collection Les Provinciales, Paris, 1949, 177 pages ;
POUY (Ferdinand), Recherches sur l’imprimerie et la librairie à Amiens, Amiens, Amiens, Lemer Aimé, 1861, 203 pages ;
RUSKIN (John), La Bible d’Amiens, traduction, avant-propos et préface de Marcel Proust, Paris, 1904, Mercure de France, 347 pages ;
SALMON (Charles), Histoire de Saint-Firmin, martyr, premier évêque d’Amiens, Arras, Rousseau-Leroy, 1851, 523 pages ;
SCHIED (G. Gustave), L’œuvre de Puis de Chavannes à Amiens, Amiens, Office d’édition des musées et des arts, 1907, 68 pages.
Amiens, le 27 mai 2022 par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
 

 
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Amiens, capitale de la Picardie, et sa cathédrale» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Partager cet article
Repost0

Liens