Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de BA Amadou Bal, Paris 19ème ISSN 2555-3003 (BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE France B.N.F GALLICA. Http://baamadou.overblog.fr/
  • : Ce blog personnel de M. Amadou Bal BA est destiné à l'échange en politique, littérature, histoire, faits de société et le bien-vivre ensemble. Google News BIBLIOTHEQUE NATIONALE DE FRANCE ISSN 2555-3003 BNF GALLICA. Http://baamadou.overblog.fr/
  • Contact

Recherche

29 juillet 2020 3 29 /07 /juillet /2020 20:23

Partager cet article

Repost0
27 juillet 2020 1 27 /07 /juillet /2020 20:36

«Journaliste chevronné et pionnier dans l'entreprise de presse et la formation des journalistes, homme de consensus et de dialogue, Babacar Touré aura été de tous les combats pour la liberté et la démocratie» écrit le président Macky SALL. Homme discret dans la vie, comme dans la mort, pionnier de la presse privée sénégalaise, né à Fatick, le 1er juillet 1951, Babacar TOURE est décédé le 26 juillet 2020. «Un monument de la presse s'effondre», titre Walf Quotidien. «La presse africaine, en particulier sénégalaise, perd l'un de ses monuments qui a gravé son nom dans les annales du pluralisme médiatique», renchérit «Le Soleil». «Un géant s'est effondré» écrit l’AS. La Ligue Démocratique a rendu hommage «l’homme de vision et de vertu, de courage et d’abnégation».

 

«Qui, au Sénégal ne connaît Babacar Touré ? Cet homme massif à l’œil malicieux, brillant parleur, mais aussi caractère entier connu pour sa franchise et parfois pour sa rudesse, est une belle figure de la presse sénégalaise qui ne manque pas pourtant d’acteurs de qualité. A la tête du groupe Sud Communication, il a acquis en moins d’une décennie une stature nationale, à la mesure de son rôle dans l’histoire de la presse indépendante dans son pays» écrit, en 2005, Thierry PERRET dans «le temps des journalistes : l’invention de la presse en Afrique francophone». Avant de l’avènement de Sud de Babacar TOURE, le paysage médiatique sénégalais était dominé, par une mentalité de parti unique, symbolisée par le journal Le Soleil, la voix de son maître. Il avait certes, à part le journal du Maître-chanteur, Mame Less DIA, une presse militante des partis politiques, des revues clandestines d’étudiants contestataires. Mais rien pouvait vraiment contrebalancer la propagande du pouvoir étatique, en permanence dans l’autocélébration et en dialogue avec lui-même. Une communication inégale et une concurrence faussée, dans une démocratie de façade, un parti unique de fait, ou à tout le moins dominant, sans alternance pendant 40 ans.

 

Babacar TOURE a été un acteur décisif de la marche du Sénégal vers le pluralisme politique et l’alternance. Il a émergé au moment où le président Abdou DIOUF avait lancé le multipartisme illimité. Il y avait, au départ, «Walfadjiri» ou «l’Aurore», de Sidy Lamine NIASSE (1950-2018), d’inspiration islamiste ou conservatrice. Babacar TOURE, titulaire d’une maîtrise d’anglais, d’un diplôme en science politique et sociologie, de la 7ème promotion du CESTI en 1979 est l’un des membres fondateurs, en 1983 du syndicat des journalistes, l'Union nationale des professionnels de l'information et de la communication du Sénégal (UNPICS) qui deviendra plus tard le SYNPICS, le Syndicat des professionnels de l’information et de la communication du Sénégal. Babacar TOURE a été le président du Conseil national de régulation de l’audiovisuel, de 2012 à 2018. Journaliste et homme d’affaires, d’une rigueur morale et intellectuelle, recherchant un nouvel ordre de l’information, Babacar TOURE) est l’un des artisans de la création du Conseil des Diffuseurs et éditeurs de la presse du Sénégal. Babacar TOURE fut membre du Conseil économique et social du Sénégal, du bureau de la Confédération nationale des employeurs du Sénégal et du «National Democratic Institute for International Affairs». Homme de réseaux, Babacar TOURE a été membre du conseil d’administration de l’Institut Panos, du Collège des conseillers africains de la Banque mondiale, et coprésident de la Conférence ministérielle Afrique/Etats-Unis, avec Madeleine Albright, ancienne secrétaire d’Etat américaine.

 

L’aventure de Sud, démarre, en 1986, avec un capital de 300 € et une petite subvention de la fondation Ford. Babacar TOURE, un ancien de l’ONG Enda Tiers-Monde, et des amis dont certains viennent du journal le Soleil (Abdoulaye N’Diaga SYLLA, Sidy GAYE), Abdou Latif COULIBALY, et Boubacar Boris DIOP, fondent le journal Sud Hebdo qui deviendra Sud Quotidien. Babacar TOURE est servi par un climat politique électrique. C’est l’ascension de maître Abdoulaye WADE qui brûle tout et fait exploser les bombes. En 1989, le drame Sénégalo-mauritanien, ses morts et les 70 000 réfugiés provoque une explosion de la presse d’opinion. Il jouera un rôle important dans la réconciliation entre le Sénégal et la Mauritanie. Le président Abdou DIOUF, un grand démocrate est surpris par cette liberté de ton, mais ne la remet pas en cause.

 

Babacar TOURE est un professionnel de l’information, une information sérieuse et rigoureuse. «Les grands esprits discutent des idées, les esprits moyens discutent des évènements» dit-on. Or, une certaine presse au Sénégal se vautre dans les rumeurs, les ragots, les déballages, peu soucieuse de la vérité du respect de l’autre, c’est donc parfois la cupidité, le règne de la médiocrité. On déballe, on vomit sa haine ou on insulte. La recherche effrénée de la notoriété ou de l’argent n’effraie pas certains, même au prix de la vulgarité, de l’invective ou des calomnies. Babacar TOURE était aux antipodes de cette petitesse d’esprit. Il trempait sa plume dans les plaies, consolidant ainsi la démocratie sénégalaise.

 

Au démarrage de son aventure, en qualité de patron de presse, les procès ainsi que les intimidations, se multiplient, et les tirages sont encore limités. En dépit des pressions et menaces, Babacar TOURE et ses collègues ont choisi le professionnalisme, une presse d’enquête qui a bousculé la mentalité de parti unique depuis l’indépendance. Les articles, des enquêtes et les informations de première main, sont rigoureusement vérifiés. Amady Aly DIENG (1932-2015) s’illustre par les commentaires et les analyses politiques. Kader BOYE et Mamadou DIOUF, des intellectuels et universitaires, ont renforcé l’image de sérieux de Sud. Grand seigneur de la presse, il savait aussi cultiver l’esprit d’équipe afin de tirer le meilleur de ses collaborateurs, en pratiquant un management participatif, fondé sur le respect. Journaliste à la plume alerte et inspirée dans son éthique professionnelle, la qualité de l’expression écrite n’est pas suffisante : «ce sont les belles valeurs qui fondent qui fondent le journaliste» disait-il. Informer, c’est aussi éduquer, dans un idéal de liberté et de démocratie : «Sud est une école. C’était une école où l’on enseignait la vérité, la rigueur et le culte de l’excellence» dit El Hamidou KASSE, Ministre conseiller du président Macky SALL. Admirateur de Kwame NKRUMAH, Nelson MANDELA et Cheikh Anta DIOP, il était un grand militant de la cause du panafricanisme. En 1993, Sud finit par créer son réseau de distribution et son école de journalisme (ISSIC).

 

En raison de son dynamisme et sa capacité d’innovation Babacar TOURE est surnommé «le Magnat de la presse». Cependant, les ressources de la presse sénégalaise sont souvent modestes. Le 13 octobre 1995, Sud Quotidien publie un article révélant une fraude de la Compagnie sucrière du Sénégal, dirigée par l'homme d'affaires français Jean-Claude MIMRAN. Selon l'article publié par le journal, la compagnie a importé du Brésil du sucre blanc, raffiné, en le déclarant comme du sucre roux, considéré comme une matière première, et soumis à des droits de douane nettement inférieurs. Coût de la fraude, selon le Sud Quotidien : 1,7 milliard de francs CFA, soit 2 595 419 €. Jean-Claude MIMRAN, une famille connue et puissante en Afrique occidentale, puisqu'elle possède également les Grands Moulins de Dakar et d'Abidjan et la Compagnie bancaire d'Afrique de l'Ouest, conteste les dires de Babacar TOURE. L'Etat finit par estimer qu'il n'y a pas de fraude, ce que conteste Sud, qui continue sa campagne contre «la République sucrière».

 

En juin 1996, un procès intenté par Jean-Claude MIMRAN, avec une condamnation de 500 millions de FCA (7 633 587 €), le tribunal reprochant aux journalistes de ne pas pouvoir apporter la preuve de leurs affirmations. Cinq journalistes sont condamnés à un mois d’emprisonnement ferme. Pour les Sénégalais, c’est une grave atteinte à la liberté de la presse, en raison de la qualité des analyses et pluralité des opinions font de Sud Quotidien une référence en devenir sur le continent. Babacar TOURE écrit au président Abdou DIOUF contre cette sentence «excessive et injustifiée». Mais ce sera maître Abdoulaye WADE qui va convaincre MIMRAN de renoncer à cette lourde pénalité. Pendant ce temps, le journal «le Soleil» remonte, mais la mobilisation populaire a sauvé le Magnat de la presse. L’émergence des radios privées dont celle de Sud FM, la première radio privée du Sénégal, a contribué à l’alternance de 2000. Abdou Latif COULIBALY, Directeur de Sud-FM publie un ouvrage «Wade un opposant au pouvoir : l’alternance piégée ?». Le président Abou DIOUF avait attribué une autorisation à RFI d'émettre au Sénégal, sans tenir compte des demandes préalables des communicants sénégalais. En 1994, Sud FM a donc ouvert la voie aux autres radios privées sénégalaises. Mais Babacar TOURE n'a pas réussi à mettre en place une télévision privée viable, cela a été un de ses échecs. La radio Sud FM a donc mis fin au monologue dans le débat public. Les confrontations sont désormais animées et contradictoires, chaque candidat ayant désormais sa chance. Les résultats des élections sont annoncés, au fur et à mesure, en direct sur les radios. Difficile, dans ces conditions, de bourrer les urnes ou d’inverser les résultats. Par conséquent, si le Sénégal a connu sa première alternance en 2000, c’est grâce aussi, et en grande partie, à Babacar TOURE.


La Maison de la Presse du Sénégal portera le nom de Babacar TOURE, fondateur du Groupe Sud Communication et de la première radio privée.

 

Pour son souci d’indépendance, sa rigueur et son exigence de Vérité, je m’incline très respectueusement devant la mémoire du disparu, Babacar TOURE.

 

Référence bibliographique

 

PERRET (Thierry), Le temps des journalistes : l’invention de la presse en Afrique francophone, Paris, Karthala, 2005, 320 pages.

 

Paris, le 27 juillet 2020, par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

«Babacar TOURE (1951-2020), fondateur du Groupe Sud Communication, une presse indépendante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Babacar TOURE (1951-2020), fondateur du Groupe Sud Communication, une presse indépendante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Babacar TOURE (1951-2020), fondateur du Groupe Sud Communication, une presse indépendante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Babacar TOURE (1951-2020), fondateur du Groupe Sud Communication, une presse indépendante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Babacar TOURE (1951-2020), fondateur du Groupe Sud Communication, une presse indépendante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Babacar TOURE (1951-2020), fondateur du Groupe Sud Communication, une presse indépendante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Babacar TOURE (1951-2020), fondateur du Groupe Sud Communication, une presse indépendante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Babacar TOURE (1951-2020), fondateur du Groupe Sud Communication, une presse indépendante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Babacar TOURE (1951-2020), fondateur du Groupe Sud Communication, une presse indépendante» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

Partager cet article

Repost0
25 juillet 2020 6 25 /07 /juillet /2020 20:06

Le Mali dans l’impasse : vers le Chaos ou la chute d’IBK

En dépit de la médiation de chefs d'État africains, à Bamako, dont Macky SALL du Sénégal, l'opposition malienne, soit le groupe M. 5 RFP, continue, à travers son porte-parole Choguel Kokalla MAIGA, de réclamer le départ de IBK, en raison de sa profonde mal gouvernance. Le pouvoir du président Ibrahima Boubacar KEITA (IBK) est oligarchique et patrimonialisé, avec une corruption à grande échéance. IBK n’a pas respecté le deal national conduisant à son élection en 2013 ; ce n’est une question de contentieux électoral ou de gouvernement d’union nationale. Le Mali a perdu 80% de son territoire et IBK, contrairement à certains de ses homologues africains, comme le président Macky SALL, un Pharaon des temps modernes, ne peut revendiquer aucune réalisation importante depuis sa prise de fonction.
 

Pour l’Iman DICKO, à l’issue de cette médiation de chefs d’Etat africains, après l’échec de celle de la CEDEAO, rien n’a bougé. De fausses rumeurs, distillées sans doute par IBK, laissaient croire que l’Iman DICKO serait nommé premier ministre, dans le cadre d’un gouvernement d’union nationale. L’Iman DICKO a coupé court à tous ces Hoax. Personne ne viendra du dehors imposer sa solution. Le Mali est un peuple debout et non soumis : «Je préfère mourir en martyr qu’en traître» précise l’Iman Mahmoud DICKO. Sa position et celle du Groupe M. 5, exigent toujours le départ d’IBK.

 

Compte tenu de cette impasse pouvant mener le Mali au Chaos, un sommet extraordinaire de la CEDEAO du lundi 27 juillet 2020 a été également un échec. En effet, la Mission conduite par M. Goodluck JONATHAN, ancien président du Nigeria, continue de ramener la crise sociopolitique au Mali à un simple contentieux électoral du deuxième tour du scrutin législatif et n’envisage pas le départ d’IBK, conformément aux directives des Maîtres, les Etats-Unis et la France. Aussi, les recommandations du Sommet de la CEDEAO réitèrent aussi «la démission immédiate des 31 députés contestés, la recomposition rapide de la Cour Constitutionnelle, la mise en place rapide d’un Gouvernement d’union nationale, ainsi que la mise en place rapide d’une commission d’enquête» pour situer les responsabilités dans les cas de décès, de blessés et destructions des biens, et la mise en place d’un Comité de Suivi de toutes les mesures prises. Par ailleurs, le Sommet a cru bon d’insister sur la mise en place par la CEDEAO «d’un régime de sanctions contre ceux qui poseront des actes contraires au processus de normalisation de cette crise». Cela signifie donc une possible légalisation des sanctions contre les opposants engagés dans une procédure de désobéissance civile.

 

Les opposants, rassemblés autour du Mouvement M 5 – RFP, ont rejeté ces propositions du sommet extraordinaire de la CEDEAO en ces termes : «les conclusions du Sommet des Chefs d’Etat ne tiennent pas compte de la profondeur et de la gravité de la crise sociopolitique qui hypothèque l’avenir du Mali, ne correspondent aucunement aux attentes et aspirations du Peuple malien et surtout violent les lois et la Constitution du Mali que respectent le Mouvement» écrivent-ils. Les opposants continuent donc à réclamer la démission d’IBK en raison de sa «confiscation des principes républicains garantissant l’alternance démocratique». Par conséquent, le processus de désobéissance civile continue.

 

 On est surpris, en dépit de la gravité de la situation, par le déni et la mauvaise gestion de la crise par IBK, qui, au lieu de négocier et calmer le jeu, a choisi l’affrontement et l’invective. Le vendredi 10 juillet 2020, alors que les manifestations sont restées pacifiques, depuis le 5 juin 2020, le président malien, Ibrahima Boubacar KEITA (IBK), devant leur ampleur et détermination, refusant tout dialogue, a choisi, subitement, la répression, la brutalité et le meurtre : 11 manifestants ont été tués, plus de 100 blessés graves et tous les leaders de l'opposition malienne, dont Choguel Kokalla MAIGA, arrêtés. Les opposants ont fini par être libérés, leur arrestation avait intensifié les troubles au Mali. Le groupe M. 5 manifeste depuis le 5 juin 2020, pour notamment exiger le départ de Ibrahima Boubacar KEITA, le président malien.

 

L’opposition réclame aussi la libération de Soumaïla CISSE et 6 membres de sa délégation, enlevés par les forces armées maliennes depuis le 25 mars 2020. L’opposition avait entamé des négociations secrètes avec IBK : son maintien au pouvoir, mais en contrepartie les élections législatives devraient être annulées, Soumaïla CISSE étant pris en otage la veille du scrutin. L’entêtement de IBK ne fait qu’empirer la situation, compliquant ainsi la gestion de la crise malienne, avec des points de non-retour. Pour apaiser cette tension, devenue insurrectionnelle, il faudrait donc libérer immédiatement Soumaïla CISSE, devenu un otage du régime malien et punir ceux qui ont tiré sur des manifestants pacifiques. Cette répression, loin de calmer la situation a renforcé la désobéissance civile, plus déterminée que jamais. Au cœur de la tension ce système pourri ce sont les gaspillages de deniers publics et la corruption. Ainsi les fils et le père sont accusés de détournement de deniers publics évalués à plusieurs milliards d'euros. L'aide massive internationale s'est volatilisée. Le président malien IBK reconnaît avoir acheté un avion présidentiel à 30 millions d'euros, non budgété. En raison de cette dépense somptuaire, pour un pays pauvre et en guerre, les instances internationales, comme le FMI, ont coupé les vivres. Outre la tension politique, avec la désobéissance civile ainsi que le kidnapping de Soumaïla CISSE, le Mali est donc menacé de cessation de paiement. La gestion de cette crise, appelant une négociation, aussi bien par IBK que les Occidentaux, est calamiteuse. En raison de la répression, il faudrait s’attendre au pire. En effet, en dépit de cette mobilisation populaire, ainsi que de la condamnation du gaspillage des deniers publics de cet Etat pauvre, l’Ambassade des Etats-Unis à Bamako ose écrire «tout changement extraconstitutionnel est hors de question».

 

Il va falloir quand même négocier, pour sortir du bunker, dans lequel s’est enfermé IKB. La France ne voit la situation malienne qu’à travers le terrorisme et l’Opération Barkane, qui, pour l’instant bien coûteuse, n’a rien résolu. Les Maliens sont confrontés, chaque jour, à des règlements de compte, à des assassinats, l’insécurité s’est généralisée à tout le pays. Rien que le vendredi 24 juillet 2020, au moins 25 gendarmes maliens sont morts dans un traquenard. Dans le reste du pays des civils meurent chaque jour, dans l'indifférence presque générale. On ne parle que de la mort, sans doute tragique, de soldats français.

 

Par conséquent, il y a le feu au lac ; il ne faudrait donc pas que ces tensions se propagent dans d’autres Etats africains faibles comme le Burkina Faso et le Niger, avec son uranium, utile pour les centrales nucléaires françaises. Pourtant le peuple malien souffre en raison de ce régime de plus en plus répressif. Les pays africains, riches de leurs matières premières, de leur jeunesse et de leur culture, ne sont pas pauvres, mais mal gérés par des bourgeoisies nationales sans conscience sociale. Le Mali fait deux et demi la superficie de la France, pour 18 millions d'habitants seulement, avec un sol notamment au Nord, riche de matières premières, et tant convoité depuis la chute de Modibo KEITA. IBK, dans son entêtement, soutenu en cela par la France, agite le chiffon rouge : l’Iman DICKO veut installer un régime islamiste au Mali.

 

La France, défendant son pré-carré, réclame le maintien au pouvoir de IBK est sans doute tire les ficelles des négociations à la CEDEAO : «La France reste préoccupée par le retard pris dans la mise en œuvre des recommandations déjà émises. Celles-ci offrent les voies pour sortir de la crise que connaît le pays depuis de nombreuses semaines, pour rétablir la légitimité des institutions mises en cause, la Cour constitutionnelle et l’Assemblée nationale, et répondre aux demandes de l’opposition et la société civile, dans le strict respect de la Constitution» dit un communiqué du Quai d’Orsay en date du 27 juillet 2020. Pourtant, l’Iman Mahmoud DICKO, un religieux, n’est pas le principal artisan de cette Révolution, mais un collectif : le groupe M 5 (Choguel MAIGA, Mountaga TALL, Issaga Kaou DJIME et Ben Le Cerveau). Par ailleurs, pour les opposants réunis dans le mouvement M 5 – RFP, l’analyse de la France ramenant la crise malienne uniquement à des questions de terrorisme et de fondamentalisme religieux, et non à la mauvaise gouvernance d’IBK est un peu courte et tronquée. En effet, pour les opposants ces «insinuations tentent de diluer les revendications populaires républicaines en brandissant l’épouvantail terroriste-islamiste et divertir le Peuple malien qui a, depuis des siècles, opté pour la tolérance religieuse, l’islam choisi et la laïcité» disent-ils.

 

Au lieu de ramener les questions africaines au terrorisme et à l’Islamisme, l’enjeu posé par le Groupe M 5 RFP paraît légitime : Les Africains veulent, comme tout le monde, vivre dignement et décemment. Cette revendication juste, au lieu d’être méprisée, devrait être accueillie, avec attention et considération, dans les toutes les négociations. Dans la situation de Chaos où se trouve le Mali, et pour cette politique de terre brûlée, IBK risque de finir, tragiquement, comme Mouammar KADHAFI, ce qu’on ne souhaite pas, naturellement. En effet, bien des régimes monarchiques et dynastiques, se croyant indéboulonnables, sont, finalement, tombés, dans la honte et le déshonneur, en Afrique : BEN ALI en Tunisie, Hosni MOUBARACK en Egypte, Omar EL-BACHIR au Soudan, Abdelaziz BOUTEFLIKA en Algérie, Robert MUGAGBE au Zimbabwe, Yaya JAMEH en Gambie, Joxe Maria VAZ en Guinée-Bissau, Blaise COMPAORE au Burkina Faso. Il existe encore des poches de résistance : Paul BIYA au Cameroun, le clan EYADEMA au Togo, la tribu des BONGO au Gabon, Idriss DEBY au Tchad, Teodoro OBIANG NGUEMA en Guinée Equatoriale, Alpha CONDE en Guinée Conakry. La Vérité finira toujours par vaincre le mensonge. Solidarité avec le peuple malien ! Une situation à suivre attentivement.

 

Paris, le 28 juillet 2020 par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

 

 


 

«Le Mali dans l’impasse : vers le Chaos ou la chute d’IBK» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le Mali dans l’impasse : vers le Chaos ou la chute d’IBK» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le Mali dans l’impasse : vers le Chaos ou la chute d’IBK» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le Mali dans l’impasse : vers le Chaos ou la chute d’IBK» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le Mali dans l’impasse : vers le Chaos ou la chute d’IBK» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

Partager cet article

Repost0
25 juillet 2020 6 25 /07 /juillet /2020 20:05

Partager cet article

Repost0
24 juillet 2020 5 24 /07 /juillet /2020 21:23

M. Kader ATTIA, le fondateur de la Colonie, 128 rue La Fayette à Paris 10ème, vient de nous informer, par un post, que ce prestigieux et emblématique endroit, devenu le lieu de rencontre des racisés, va fermer. Les finances de la Colonie, faute de subventions, étaient déséquilibrées et le confinement a fait le reste.

Je suis profondément attristé par cette perspective de fermeture de la Colonie. C'est à la Colonie, et la mayonnaise commençait à prendre, chassés de la lumière, que tous les indigènes de la République pouvaient, avec des frais modiques, organiser des rencontres festives culturelles, associatives ou politiques, sans aucune barrière obscure. En effet, depuis maintenant trois années, on avait l'habitude, en novembre, de nous retrouver aux universités de Présence africaine. La dernière édition avait rassemblé de prestigieux noms, comme Wole SOYINKA, Djibril Tamsir NIANE, N’Gugi Wa Thiongo, etc. Je vous en avais rendu compte sur Mediapart.

C’est à la Colonie, que j’avais rencontré, pour la première fois, Assa TRAORE, notre Angéla DAVIS, qui est en train de réveiller les consciences des assoupis. J’y avais aussi organisé une rencontre, sur le bien-vivre ensemble, sous l’égide de mon association «France Républicaine et Citoyenne».


Cette perspective de fermeture de la Colonie nous rend encore davantage orphelin au moment où un projet de loi ségrégationniste, sur le séparatisme, est en gestation, avec une montée grave du racisme, et un Rassemblement national discret, mais à l’affût.


Les indigènes de la République ont désormais un nombre important de cadres et de militants d'une très grande qualité, mais l'absence d'un endroit pour fédérer ces énergies fait cruellement défaut. «Diviser pour mieux régner» est une bonne technique pour pérenniser le privilège blanc.


Cependant, Kader ATTIA a laissé une lueur d'espoir : il cherche un endroit à Paris ou sa proche banlieue. Pourquoi pas à Saint-Denis ou Saint-Ouen ?


En tout cas, Kader on compte sur toi.


Paris le 24 juillet 2020 par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

 


 

«La Colonie, à Paris 10ème, va fermer ses portes» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«La Colonie, à Paris 10ème, va fermer ses portes» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«La Colonie, à Paris 10ème, va fermer ses portes» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«La Colonie, à Paris 10ème, va fermer ses portes» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«La Colonie, à Paris 10ème, va fermer ses portes» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«La Colonie, à Paris 10ème, va fermer ses portes» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«La Colonie, à Paris 10ème, va fermer ses portes» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

Partager cet article

Repost0
24 juillet 2020 5 24 /07 /juillet /2020 21:22

Partager cet article

Repost0
24 juillet 2020 5 24 /07 /juillet /2020 21:00

Mme Anne HIDALGO, maire de Paris, dans une déclaration, a réaffirmé énergiquement son soutien, à son ex- adjoint à la culture M. Christophe GIRARD, que voici :

 

«Ça suffit ! Hier, des propos indignes ont été proférés, des banderoles infamantes ont été brandies. Tout cela porte atteinte à nos valeurs et à l’honneur de Paris, ville de liberté et capitale des droits humains. Je déférerai devant les tribunaux les graves injures publiques qui ont été dirigées contre la mairie de Paris.


Je ne laisserai rien passer.


Il en va du respect des principes fondamentaux qui soutiennent notre vie démocratique, du respect du droit et, au fond, de la solidité du pacte qui fonde nos institutions.


Je prends acte du fait que les deux élues siégeant dans le groupe des Verts au Conseil de Paris, qui ont incité et soutenu ces comportements, se placent ainsi d’elles-mêmes en dehors de la majorité municipale et des valeurs qui nous rassemblent.


Et j’exprime toute mon affection et mon soutien à mon ami Christophe Girard, victime d’un déversement de haine et de violence inacceptable et qui, je le rappelle, n’est ni de près ni de loin visé par la moindre plainte».


Paris le 24 juillet 2020 c’est une déclaration de Mme Anne HIDALGO, maire de Paris.


 

«Mme Anne HIDALGO réaffirme, énergiquement et ostensiblement, son soutien à Christophe GIRARD» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Anne HIDALGO réaffirme, énergiquement et ostensiblement, son soutien à Christophe GIRARD» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Anne HIDALGO réaffirme, énergiquement et ostensiblement, son soutien à Christophe GIRARD» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Anne HIDALGO réaffirme, énergiquement et ostensiblement, son soutien à Christophe GIRARD» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Anne HIDALGO réaffirme, énergiquement et ostensiblement, son soutien à Christophe GIRARD» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Anne HIDALGO réaffirme, énergiquement et ostensiblement, son soutien à Christophe GIRARD» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Anne HIDALGO réaffirme, énergiquement et ostensiblement, son soutien à Christophe GIRARD» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

Partager cet article

Repost0
23 juillet 2020 4 23 /07 /juillet /2020 15:07

Dans un entretien du 22 juillet 2020, Mme Anne HIDALGO fixe le cap pour son nouveau mandat à la Mairie de Paris. Sociale-démocrate, écologiste et féministe, Mme Anne HIDALGO, Maire de Paris s’engage :

  • pour une plantation «forêts urbaines». Son mandat de 2020-2026 est celui de la végétalisation (parvis de l’Hôtel de ville, près Opéra Garnier, près de la Gare de Lyon, Porte la Chapelle, Invalides ou Champs de Mars, Tour Eiffel  Trocadéro, Iéna, Champs-Elysées, Place Concorde) ;

 

  • les 50 km de pistes cyclables seront pérennisées. En particulier sur la rue de Rivoli, entre la rue du Louvre et la Concorde. Les pistes tenant compte de l’esthétique seront sécurisées ;

 

  • Une Police municipale, non dotée d’arme létales ;

 

  • Logement : récupérer la réserve de logements type Air nb (30  000 logements à Paris) ; une réserve foncière permettant aux classes moyennes de se loger (1000 logements par an) ;

 

  • La ville a dépensé 565 millions d’euros pour lutter contre cette pandémie et assurer la solidarité ; l’Etat n’a pas dépisté les 700 000 personnes par semaine ;

 

  • les terrasses installées par les restaurateurs seront pérennisées, après un débat en conseil de Paris ;

 

  • Les travaux des JO de 2024 n’ont pas pris de retard ;

 

  • bataille, au niveau du Grand Paris Express, pour la prolongation des lignes 16 et 17, avec une étude sur la gratuité des transports ;

 

  • La fin du Diésel en 2024 et des moteurs thermiques en 2030.

Par ailleurs, Mme Anne HIDALGO reconnaît que la relation avec le préfet répressif, Didier LALLEMANT, a été difficile «ça n’a pas été facile tous les jours. Mais sommes tous les deux des caractères fors et on se dit les choses» dit-elle.

En réponse aux Ecologistes qui manifestent contre Christophe GIRARD, il «n’est ni de près, ni de loin, concerné par cette affaire. Il a été entendu comme témoin, mais n’est visé par aucune plainte. Pour moi, c’est un non-sujet. Il ne faut pas jouer avec des questions aussi graves sur une base de rumeurs, d’amalgames ou de boules puantes» dit-elle.

Mme Anne HIDALGO ne sera candidate aux présidentielles de 2022, mais elle «prendra sa part au débat» et mettra en place un réseau entre les grandes villes gérées en commun par les socialistes et écologistes. Il n’y a pas de femme ou d’homme providentiel, il faut inventer des «processus plus collectifs» dit-elle.

Il y avait un Conseil de Paris, ce jeudi 23 juillet 2020. A l’ordre du jour, il y avait notamment un budget supplémentaire de 200 millions d’euros.

Un vœux a été émis sur le maintien du magasin totémique de Tati, à Barbès, à Paris 18ème. Ils font des bénéfices et cela menace une centaine d’emplois.

Par ailleurs, ce conseil coïncide avec trois observations de la Chambre régionale des comptes d’IDF, notamment sur les pouvoirs des maires d’arrondissement à Paris.

En 1975, il n’y avait pas de mairie d’arrondissement. C’est Georges SARRE, dans le cadre de la Loi Paris-Lyon-Marseille de 1982, sur la décentralisation, qui avait suggéré l’émergence de mairies d’arrondissement, mais de plein exercice. A l’époque, Gaston DEFERRE, Ministre de l’intérieur, maître d’œuvre de la loi sur la décentralisation, mais aussi maire de Marseille, n’avait pas voulu donner des pouvoirs étendus aux maires d’arrondissement. Sous Bertrand DELANOE, l’ancien maire de Paris avait émis une charte des mairies d’arrondissement, mais ce projet n’avait pas pu aboutir, pleinement.

A l’occasion de ces municipales de 2020 Paris en Commun, avec Anne HIDALGO a émis l’idée de remettre les politiques et les équipements de proximité, avec les moyens budgétaires et en personnels nécessaires.  M. Emmanuel GREGOIRE, 1er Adjoint à la maire de Paris, a annoncé qu’il y aura une concertation avec les maires d’arrondissement pour leur redonner plus de pouvoir, notamment la propreté.

Paris le 23 juillet 2020, par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

 

«Mme Anne HIDALGO fixe le cap pour son nouveau mandat de maire de Paris» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Anne HIDALGO fixe le cap pour son nouveau mandat de maire de Paris» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Anne HIDALGO fixe le cap pour son nouveau mandat de maire de Paris» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Anne HIDALGO fixe le cap pour son nouveau mandat de maire de Paris» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Anne HIDALGO fixe le cap pour son nouveau mandat de maire de Paris» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Anne HIDALGO fixe le cap pour son nouveau mandat de maire de Paris» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Mme Anne HIDALGO fixe le cap pour son nouveau mandat de maire de Paris» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

Partager cet article

Repost0
23 juillet 2020 4 23 /07 /juillet /2020 10:37

Partager cet article

Repost0
19 juillet 2020 7 19 /07 /juillet /2020 14:28

La conférence et marche pour Adama TRAORE, le samedi 18 juillet 2020 de Persan à Beaumont, a mobilisé fortement. Le 19 juillet 2020 est l’anniversaire et la 4ème année de lutte pour la Justice que réclame la famille d’Adama TRAORÉ. Lors de cette manifestation, il n'y avait aucun policier ou ni gendarme pour le maintien de l'ordre et tout s'est parfaitement bien passé. Comme quoi les fouteurs de merde ne sont pas toujours ceux que l'on pense. C’est une grande détermination et une forte affluence, en dépit des problèmes de transport, notamment entre Saint-Denis et Sarcelles, la chaleur caniculaire avec un masque, il y avait de quoi étouffer, les gendarmes de Persan, savent de quoi je parle. Ce qui m’a frappé, c’est le mélange des gens de toutes les couleurs. En effet, Assa TRAORE a dépassé les clivages ethniques, il y avait des personnes de toutes les origines, comme aux marches devant le tribunal de Paris et à République «A quoi ça sert d’avoir une voix, si c’est pour se taire, quand il faudrait parler» dit une manifestante. La France républicaine était là, en masse et dans sa grande diversité. «Dès qu’on a rassemblé des milliers de personnes, tout de suite des témoins clés négligés depuis 4 ans, ont été entendus, de nouvelles investigations menées» me dit Assa TRAORE. S’il n’y avait pas eu cette forte et constante mobilisation «l’affaire Adama TRAORE serait enterrée» précise Assa TRAORE. Par conséquent, seule la mobilisation paie. Assa TRAORE réitère avec insistance vérité et justice ainsi qu’un procès équitable, «une requalification des faits». Nous avons été, lors du meeting de clôture, émus par la puissante voix de la mère d’Adama TRARORE, pleine de dignité et de détermination. La mère d’Adama en appelle à tous les témoins, pour la manifestation de la Vérité, aux gendarmes de Persan-Beaumont, au centre de ce drame sans nom, et maintenant de ce grave déni de justice : il faut qu’ils parlent pour soulager leur conscience, s’ils en ont une.

Finalement, cette marche du 18 juillet réchauffe le cœur. L’exigence de Justice et Vérité, en dépit du temps qui passe, depuis ce 19 juillet 2016, est non seulement intacte, mais est en train de prendre un élan, sans précédent dans le pays. Notre voix pour l’égalité réelle, jusqu’ici étouffée, a trouvé une leader charismatique en la personne d’Assa TRAORE, sachant rassemblée large sur des valeurs républicaines, au-delà du cas de son frère Adama. En effet, la marche a démarré devant la mairie de Persan avec des prises de parole. Le Comité a eu le grand mérite de mobiliser de nombreuses familles, dont les enfants ou parents ont été tués par les forces de l'ordre. Ainsi j'ai été ému par cette sénégalaise, Awa GUEYE, qui m'a raconté l'histoire de son frère, Babacar GUEYE, de 27 ans, tué le 3 décembre 2015, à Rennes. Babacar GUEYE, à 4 heures du matin, faisait une crise d’angoisse ; son ami a appelé les pompiers qui sont arrivés en bas de l’immeuble, mais ne sont pas montés. Huit policiers de la brigade anticriminelle sont arrivés ; ils ont asséné à Babacar 5 balles et menottés pendant une heure, en caleçon, en plein hiver. Aucune reconstitution des faits, à ce jour. La mère de Cédric CHOUVIAT était là également. C'est l'histoire de ce livreur étouffé à mort, au motif prétendu de rébellion, mais il se trouve que le téléphone de Cédric qui marchait a tout enregistré. La famille de Ibrahima BAH, mort à Villiers-le-Bel, réclame que les images de la vidéosurveillance soient communiquées. On connaît aussi les dossiers de Gaye CAMARA, de Shaoyo LIU, ce chinois abattu, à Aubervilliers, chez lui, devant ses enfants, Bouna et Zied en 2005, Zineb REDOUANE, Angelo GARAND, tué de 5 balles dans le thorax, mais déclaré mort par noyade, Gabriel, âgé de 14 ans, blessé à l’œil à Bondy, Usul, victime de violences policières, Dranca, 9 ans mutilée, Amine BENTOUNSI, abattu d’une balle dans le dos, le policier a été acquitté, Hakim à Grasse, Lamine DIENG, mort dans un fourgon de police dans le XXème, la fameuse affaire Théo violé au tonfa, mais maintenant victime d’intimidations de l’Etat (enquêtes sur la gestion des finances de son association). «Mon fils ne s’est pas suicidé, il l’ont plaqué, ils l’ont tué» me dit une mère de famille, désespérée. Je rappelle également ces familles africaines, à Paris, mortes dans des squats, dans les années 80. Les promoteurs avaient la solution pour les déloger très vite : un bidon d’essence, des morts, mais sans aucune enquête sérieuse. Nous réclamons justice pour ces graves et infâmes crimes d’étrangers, dans leur sommeil, dont des enfants. Aucune autorité ne s’est déplacée, aucune manifestation à République.

L’attitude de la Macronie, à l’égard des racisés et de nos revendications pour la Justice et l’égalité réelle, témoigne d’une grande perversité et d’une schizophrénie.  Le 14 juillet 2020, à la Fête nationale, la Macronie célébrait les 80 ans de Résistance de Charles de GAULLE contre le défaitisme de PETAIN et son pendant fascisant. Mais le 15 juillet 2020, dans son discours de politique générale, devant l’Assemblée nationale, le nouveau premier ministre Sarkozyste, après la débâche des municipales du 28 juin, Jean CASTEX, a annoncé un projet de loi sur ce que le président MACRON appelle, depuis son discours de Mulhouse, le «séparatisme». Le président MACRON vise, dans ses amalgames, tous les musulmans qui seraient, nécessairement, tous de dangereux islamistes. Les autres ont le droit de pratiquer leur religion, leurs écoles privées et associations religieuses fondamentalistes financées par des fonds publics, mais les racisés devraient abandonner leur culture et se plier au diktat de l’ethnie dominante. Les racisés,  réclamant l’égalité réelle ne serait que des communautaristes. Réclamer la Justice et la Vérité contre les violences policières et les discriminations, contester le privilège blanc, c’est du «séparatisme». On connaît la rhétorique de ce discours, manifestement, d’extrême-droite : «Le sentiment que la République n'était pas toujours au rendez-vous de ses promesses, c’est ce que vous m'avez dit tout à l'heure, quand on parle d'emploi, quand on parle d'éducation ou autre. Sentiment aussi qu'il y a des parties de la République qui veulent se séparer du reste, qui, au fond, ne se retrouvent plus dans ces lois, dans ses codes, ses règles que nous avons une partie de notre population qui se sépare du reste, en tout cas qui considérant peut-être qu'on l'a fait vivre longtemps derrière des murs, décide d'en bâtir de nouveaux et de le faire, c'est pour ça que toutes les choses se mélangent souvent dans notre débat public, au titre d'une religion dont elle déforme les aspirations profondes et en faisant de cette religion un projet politique et au nom de l'islam» dit le président MACRON, le 18 février 2020. C'est une opération visant à renforcer le Code de l'indigénat, ce racisme institutionnel et systémique, resté, jusqu'ici, hypocrite, dans les actes ou des circulaires. Jusqu'ici, dans le déni du racisme, l'ethnie dominante et les médias à ses bottes, prétendent que la France ce n'est ni l'Afrique du Sud, ni le Sud des États-Unis. Pourtant dès que Christophe CASTANER, ministre de l'intérieur, a évoqué les violences et le racisme d'une partie des policiers, il a été remercié par les syndicats de police. On réclame de déboulonner les statues de colonialiste et d’esclavagistes (Colbert et Faidherbe). Le président MACRON a déjà répondu «aucune statue ne sera déboulonnée». Pourtant le Défenseur des droits, M. Jacques TOUBON, a pointé du doigt ce racisme institutionnel et systémique. Pas besoin de statistiques ethniques, pour savoir que nous sommes écartés de tous les hauts lieux de décision. La France a organisé un système sophistiqué et hypocrite de ségrégation raciale, comme dans le Nord des Etats-Unis. Maintenant la France va se doter, officiellement, d'une loi ségrégationniste, digne de l'apartheid. Pourtant, dans cette France républicaine, il existe suffisamment de lois répressives ; il faut seulement les appliquer correctement, rigoureusement et non de façon sélective, à tous ceux qui enfreignent la loi. Tous les gens mauvais doivent répondre de leurs méfaits devant la justice. Cependant, aucune personne n’est au-dessus de la loi, quelle que soit sa couleur ou son statut social. Les accusations de viol, depuis 9 ans, par exemple, notamment à l’égard du premier flic de France, cela nécessiterait une enquête sérieuse. Notre combat concerne, justement, une application juste et égale de ces lois à tous, sans distinction. Aussi bien les racisés que l'ethnie dominante, tout le monde doit respecter la loi républicaine ; c'est qui nous protège tous.

Assa TRAORE a soulevé l’espoir et l’espérance d’une communauté assoupie qui avait baissé les bras, subissant ainsi le privilège de l’ethnie dominante. Nous réclamons, désormais, notre juste place dans la société, notre part du gâteau. Les revendications de l’égalité réelle, la Justice et la vérité sont de plus en plus audibles, c’est cela qui agace, inquiète et menace le privilège de l’homme Blanc. Assa TRAORE, elle-même, pleine de charme et de grâce, sachant communiquer, devenue une vedette des télévisions, a ses gardes du corps et ses groupies. Cependant, la mobilisation d’Assa TRAORE et l’espoir qu’elle soulève, s’inscrit dans un contexte de profonde lepénisation des esprits et heurte les avantages acquis de certains. J’entends souvent dire des Gaulois honnêtes reprendre, sans y faire attention à ces calomnies que véhicule fachosphère ou ces télévisions haineuses : «Assa TRAORE serait devenue une vedette ; elle se la pète, et ne roulerait que pour elle-même». Je dis, comme le Pape Jean-Paul II, à ces républicains sincères : «n’ayez pas peur, entrez dans l’espérance» ; il ne faudrait pas vous laisser intoxiquer par la puissante propagande des fachos : «Je suis là pour réclamer la Justice pour Adama et pour toutes les personnes victimes de violences policières ou racisme. C’est important d’être là, on ne lâchera rien là-dessus. C’est un combat nécessaire pour toute la société. Cette question de Justice peut toucher tout le monde ; il suffit qu’une seule personne soit niée dans ses droits, en raison de violences policières ou du racisme, que toute la société soit impactée» me dit Mme Danièle OBONO, députée de la France Insoumise. D’autres Gaulois, pourtant classés républicains, vous disent naïvement, «oui, mais les Frères Traoré, ce sont des voyous, les défendre va faire triompher, sans combat, Marine LE PEN».

En réalité, le fait d’avoir un casier judiciaire n’autorise, nullement, par ce seul motif, des contrôles d’identité au faciès, et ce n’est pas une permission générale de tuer. La peine de mort a été abolie depuis 1981. Si quelque a commis, ou est soupçonné d’un fait délictueux, qu’il ne soit pas tué, mais appréhendé et jugé, équitablement. Laisser la Police se transformer en escadron de la mort, uniquement pour les racisés, c’est transformer ce pays, encore républicain, en système ségrégationniste, digne de l’Apartheid.

Par ailleurs, il n’a échappé à personne que la Macronie, élue pourtant en 2017, pour sauver la République, a trahi son engagement de combattre LE PEN. En effet, ce projet de loi sur le séparatisme va encore amplifier les calomnies et les stigmatisations des racisés. Les digues sont tombées. Pendant, ce temps, vous observerez que Marine LE PEN est restée particulièrement discrète. Marine LE PEN sait que, non seulement le président MACRON vient de parachever sa dédiabolisation, rendant ainsi légales et légitimes ses idées racistes, mais en plus, il fait sa campagne électorale, gratuitement. Son compte de campagne ne sera pas déficitaire et pas besoin de faire appel, ni aux emplois fictifs, ni aux banques russes. Au moment du choix électorale «les Français préfèrent l’original à la photocopie» avait, fortement justement, Jean-Marie LE PEN.

En définitive, il faudrait sonner le tocsin et engager une vaste mobilisation contre ce projet de loi ségrégationniste de la Macronie sur le séparatisme. En fait, le séparatiste, c’est bien le président MACRON voulant perpétuer le privilège blanc : «Ce projet de loi n’est pas encore arrivé. On va voir ce qu’ils préparent. Cela n’augure rien de bon, étant donné, que ce serait la traduction d’une stratégie politique qui emprunte à l’extrême-droite non seulement son discours, sa rhétorique, mais aussi ses obsessions xénophobes et racistes. Cela risque en plus en termes juridiques d’être une espèce d’usine à gaz qui n’a aucun sens. L’objet de cette proposition de loi est de participer à stigmatiser encore davantage une partie de la population et alimenter tous les fantasmes xénophobes et racistes. Je n’en attends rien de bon. Par contre, je serai avec les autres députés de mon groupe bien entendu mobilisée contre ces nouvelles attaques antidémocratiques et antirépublicaines» me dit Mme Danièle OBONO, députée de la France insoumise. Nous scruterons, attentivement, les positions du Parti socialiste, de SOS-Racisme, du CRAN, et j’espère que Julien DRAY ne va pas encore parler de «progrès social», comme il l’avait dit à propos du Code noir. Pour Mme Rokhaya DIALLO sa présence à la manifestation se justifie par un devoir de commémorer la mémoire d’Adama TRAORE et celle de toutes les victimes des violences policières. Suivant Mme Rokhaya DIALLO les «séparatistes sont, en fait, ceux qui ne permettent pas à l’ensemble de la population d’accéder aux mêmes opportunités économiques et professionnelles, comme tout un chacun devrait y prétendre». Bref, nous voulons vivre mieux, dignement ; nous avons le droit au bonheur, comme chaque citoyen de la République. La nomination de Jean CASTEX, ce premier sarkozyste est une sorte de privilège de l’homme blanc, «une reproduction sociale, excluant une partie de la population, les femmes, les racisés, c’est une lourde tendance que l’on analyse et documente de longue date. Il faudrait un débat sur la place publique, pour la remise en cause du statu quo. Après les élections municipales, 80% des élus sont des hommes, cela devrait poser questions ; c’est dans le même ordre d’idées de remettre en cause le statu quo et de lutter contre les processus d’exclusion et de discrimination. Il y a des catégories de populations qui sont victimes de ces barrières raciales, de ces plafonds de verre, à tous les échelons», me dit Mme Danièle OBONO, député de la France insoumise.

Plus que jamais, nous refuseront le Code de l’indigénat, annoncé par Jean CASTEX, le premier ministre sarkozyste. La France est devenue, de façon irréversible, un Etat multiculturel, qu’on le veuille ou non ; c’est un fait majeur de notre temps. Nous ne partirons pas. Autant vivre ensemble. Que tous ceux combattent le séparatisme de la Macronie, le privilège blanc des lepénisés, restent plus que jamais mobilisés, pour faire valoir leurs droits de citoyens, afin de faire reculer ces mentalités colonialistes et esclavagistes, pour la Justice, l'égalité réelle, la Fraternité et le bien-vivre ensemble !

Noir ne signifie nullement sous-homme : «Les séparatistes vous emmerdent» disait une pancarte. «La Police bave, l’Etat essuie» disait une manifestante. Par conséquent, on continuera, plus que jamais, à réclamer la vérité et Justice pour tous ces 113 jeunes dont Bouna et Zied, ainsi que Adama TRAORE, étouffés à mort par les forces de l'ordre qui n'ont aucune permission générale de tuer nos enfants : «ôtez votre genou de notre cou» avait dit le révérend Al SHAPERTON.

Égalité réelle, Justice et Fraternité. Abrogation du Code de l'indigénat qui se met en place ! Ni plus ni moins.

On ne lâchera rien !

Paris le 18 juillet 2020 par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

 

«Adama TRAORE : 4 ans après. Vers la mise en place officielle d'un Code de l'indigénat en France» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Adama TRAORE : 4 ans après. Vers la mise en place officielle d'un Code de l'indigénat en France» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Adama TRAORE : 4 ans après. Vers la mise en place officielle d'un Code de l'indigénat en France» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Adama TRAORE : 4 ans après. Vers la mise en place officielle d'un Code de l'indigénat en France» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Adama TRAORE : 4 ans après. Vers la mise en place officielle d'un Code de l'indigénat en France» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Adama TRAORE : 4 ans après. Vers la mise en place officielle d'un Code de l'indigénat en France» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Adama TRAORE : 4 ans après. Vers la mise en place officielle d'un Code de l'indigénat en France» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Adama TRAORE : 4 ans après. Vers la mise en place officielle d'un Code de l'indigénat en France» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Adama TRAORE : 4 ans après. Vers la mise en place officielle d'un Code de l'indigénat en France» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Adama TRAORE : 4 ans après. Vers la mise en place officielle d'un Code de l'indigénat en France» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Adama TRAORE : 4 ans après. Vers la mise en place officielle d'un Code de l'indigénat en France» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Adama TRAORE : 4 ans après. Vers la mise en place officielle d'un Code de l'indigénat en France» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Adama TRAORE : 4 ans après. Vers la mise en place officielle d'un Code de l'indigénat en France» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Adama TRAORE : 4 ans après. Vers la mise en place officielle d'un Code de l'indigénat en France» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Adama TRAORE : 4 ans après. Vers la mise en place officielle d'un Code de l'indigénat en France» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Adama TRAORE : 4 ans après. Vers la mise en place officielle d'un Code de l'indigénat en France» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Adama TRAORE : 4 ans après. Vers la mise en place officielle d'un Code de l'indigénat en France» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Adama TRAORE : 4 ans après. Vers la mise en place officielle d'un Code de l'indigénat en France» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Adama TRAORE : 4 ans après. Vers la mise en place officielle d'un Code de l'indigénat en France» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Adama TRAORE : 4 ans après. Vers la mise en place officielle d'un Code de l'indigénat en France» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Adama TRAORE : 4 ans après. Vers la mise en place officielle d'un Code de l'indigénat en France» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Adama TRAORE : 4 ans après. Vers la mise en place officielle d'un Code de l'indigénat en France» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Adama TRAORE : 4 ans après. Vers la mise en place officielle d'un Code de l'indigénat en France» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Adama TRAORE : 4 ans après. Vers la mise en place officielle d'un Code de l'indigénat en France» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Adama TRAORE : 4 ans après. Vers la mise en place officielle d'un Code de l'indigénat en France» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Adama TRAORE : 4 ans après. Vers la mise en place officielle d'un Code de l'indigénat en France» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Adama TRAORE : 4 ans après. Vers la mise en place officielle d'un Code de l'indigénat en France» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Adama TRAORE : 4 ans après. Vers la mise en place officielle d'un Code de l'indigénat en France» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Adama TRAORE : 4 ans après. Vers la mise en place officielle d'un Code de l'indigénat en France» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Adama TRAORE : 4 ans après. Vers la mise en place officielle d'un Code de l'indigénat en France» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Adama TRAORE : 4 ans après. Vers la mise en place officielle d'un Code de l'indigénat en France» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Adama TRAORE : 4 ans après. Vers la mise en place officielle d'un Code de l'indigénat en France» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Adama TRAORE : 4 ans après. Vers la mise en place officielle d'un Code de l'indigénat en France» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Adama TRAORE : 4 ans après. Vers la mise en place officielle d'un Code de l'indigénat en France» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Adama TRAORE : 4 ans après. Vers la mise en place officielle d'un Code de l'indigénat en France» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Adama TRAORE : 4 ans après. Vers la mise en place officielle d'un Code de l'indigénat en France» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Adama TRAORE : 4 ans après. Vers la mise en place officielle d'un Code de l'indigénat en France» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Adama TRAORE : 4 ans après. Vers la mise en place officielle d'un Code de l'indigénat en France» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Adama TRAORE : 4 ans après. Vers la mise en place officielle d'un Code de l'indigénat en France» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Adama TRAORE : 4 ans après. Vers la mise en place officielle d'un Code de l'indigénat en France» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Adama TRAORE : 4 ans après. Vers la mise en place officielle d'un Code de l'indigénat en France» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

Partager cet article

Repost0

Liens