Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de BA Amadou Bal, Paris 19ème ISSN 2555-3003 (BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE France B.N.F GALLICA. Http://baamadou.overblog.fr/
  • : Ce blog personnel de M. Amadou Bal BA est destiné à l'échange en politique, littérature, histoire, faits de société et le bien-vivre ensemble. Google News BIBLIOTHEQUE NATIONALE DE FRANCE ISSN 2555-3003 BNF GALLICA. Http://baamadou.overblog.fr/
  • Contact

Recherche

25 août 2019 7 25 /08 /août /2019 09:38
En ce dimanche 25 août à 16 heures, à l'occasion des 75 ans de la Libération de Paris, Mme Anne HIDALGO, maire de Paris, va inaugurer «le musée de la Libération, musée du Général-Leclerc, musée Jean-Moulin», place Denfert-Rochereau dans le 14ème arrondissement de Paris. Pour Mme HIDALGO, ce lieu de mémoire a une signification hautement symbolique : «Cette histoire doit faire du lien entre les Parisiens, avec le reste du pays et même du monde. Parce que la libération de Paris a été un signal qui est allé bien au-delà de Paris, un signal que la guerre allait être gagnée et qu'un autre monde allait pouvoir renaître après le nazisme» dit-elle.
Pour ma part, l’Histoire doit aussi nous aider à comprendre le présent. Au moment où la plus sanglante des batailles pour les municipales du 15 mars 2020 se dessine, nous avons un impérieux devoir de vigilance, avec l’avancée des forces de la Discorde et de la Haine. M. Emmanuel MACRON a été élu président en 2017, pour faire barrage aux idées lepénistes. En dépit des allures sympathiques et d’un sourire enjoliveur et cosmétique, il a ruiné les élans des forces de progrès, démobilisé les Républicains, et favorisé, plus que jamais, l’avancée de la Discorde dans ce pays. Le Rassemblement national arrogant et dictant déjà sa Loi, est sur tous les plateaux de télévision. Les ténors des Marcheurs, divisés et sans projet alternatif crédible, vont sans doute s’affronter en deux listes concurrentes, pour s’unir au 2ème tour. Par ailleurs, bien des gens qui avaient une étiquette socialiste, sont allés à la soupe, favorisant ainsi, avec leur opportunisme, la confusion des genres, et laissant ainsi la champ libre aux forces de la Discorde, plus puissantes que jamais.
C’est dans ces conditions, que je suis très favorable à ce que Mme Anne HIDALGO se présente dans le 20ème arrondissement, un quartier populaire, dans lequel est bien implantée, notamment la diversité. Cette bataille du 20ème et celle de Paris sont étroitement liées. Ceux qui ont rejoint le camp d’en face doivent assumer, pleinement, leur forfait. Cette stratégie Front contre Front, dans cette bataille des municipales de Paris du 15 mars 2020, a toutes les chances d’être victorieuse.
Tout d’abord, je vois mal les Verts s’allier avec d’autres. Depuis 2001, les forces de gauche travaillent ensemble dans notre belle capitale, avec ses 116 nationalités, sans aucun élu frontiste. Les Verts sont comptables de notre bon bilan à Paris.
Ensuite, et bien avant cette mode environnementale, Mme Anne HIDALDO a toujours fait de l’écologie au point d’agacer les lobbies de la société de la consommation. Notre Maire a gagné, de haute lutte, la piétonnisation des voies sur berges, réduit, considérablement, la place de la voiture dans la ville, favorisé l’Autolib’ et le Vélib’, la végétalisation des espaces publics. Il serait fastidieux de recenser tout ce qui a été fait de positif pour l’environnement ; cela se voit.
Enfin, les travaux considérables, en voirie et espaces publics en cours, attestent de l’ampleur de l’ambition de notre maire, pour une ville qui va accueillir les JO de 2024.
J’invite, en particulier, les Français issus de l’immigration, à s’inscrire massivement sur les listes électorales, avant le 31 décembre 2019.  Nous réclamerons aussi notre juste place dans les instances parisiennes. Une démocratie sans partage du pouvoir serait une escroquerie. «La Gare du Nord, c’est l’Afrique» avait dit, fort honteusement, l’odieuse Nadine MORANO. En effet, Paris a changé de couleur, et nous ne sommes pas seulement que des balayeurs et des cantinières, nous avons aussi, et surtout, des compétences à faire valoir. Nous avons besoins d’une société et de ses instances dirigeantes qui ressemble et qui nous rassemble ; la diversité est une condition essentielle pour combattre l’abstention, favorisant ainsi le bien-vivre ensemble, dans le respect mutuel.
Paris, le 24 août 2019, par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«L’autre bataille de Paris, celle des municipales du 15 mars 2020» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«L’autre bataille de Paris, celle des municipales du 15 mars 2020» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«L’autre bataille de Paris, celle des municipales du 15 mars 2020» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«L’autre bataille de Paris, celle des municipales du 15 mars 2020» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«L’autre bataille de Paris, celle des municipales du 15 mars 2020» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«L’autre bataille de Paris, celle des municipales du 15 mars 2020» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«L’autre bataille de Paris, celle des municipales du 15 mars 2020» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«L’autre bataille de Paris, celle des municipales du 15 mars 2020» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«L’autre bataille de Paris, celle des municipales du 15 mars 2020» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«L’autre bataille de Paris, celle des municipales du 15 mars 2020» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«L’autre bataille de Paris, celle des municipales du 15 mars 2020» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«L’autre bataille de Paris, celle des municipales du 15 mars 2020» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«L’autre bataille de Paris, celle des municipales du 15 mars 2020» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«L’autre bataille de Paris, celle des municipales du 15 mars 2020» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«L’autre bataille de Paris, celle des municipales du 15 mars 2020» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«L’autre bataille de Paris, celle des municipales du 15 mars 2020» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«L’autre bataille de Paris, celle des municipales du 15 mars 2020» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«L’autre bataille de Paris, celle des municipales du 15 mars 2020» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«L’autre bataille de Paris, celle des municipales du 15 mars 2020» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«L’autre bataille de Paris, celle des municipales du 15 mars 2020» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«L’autre bataille de Paris, celle des municipales du 15 mars 2020» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Partager cet article
Repost0
25 août 2019 7 25 /08 /août /2019 09:38
Partager cet article
Repost0
25 août 2019 7 25 /08 /août /2019 08:42
Après la campagne victorieuse du président Macky SALL, dès le 1er tour, maître Macky SALL, devenu Garde des Sceaux, Ministre de la Justice, en visite privée en France, a tenu à rencontrer, à nouveau, la diaspora sénégalaise, en Normandie, autour d’un grand barbecue.
Maître SALL, Garde des Sceaux, a excusé le président Macky SALL qui avait souhaité se rendre à cette initiative. Cependant, le chef de l’Etat a été retenu, à Biarritz, en sa qualité de porte-parole du Groupe-Afrique, au G7. Le président SALL a réaffirmé son engagement total, pour un Sénégal uni, prospère, souverain et démocratique. Le président de la République sera toujours aux côtés des Foutankais et leurs diasporas, qui l’ont soutenu, massivement.
Maître Malick SALL a loué la coopération exemplaire entre certaines collectivités locales de Normandie et des villages du Fouta-Toro, pour des projets en matière d’eau, d’assainissement et de santé. Il a invité, M. Marc-Antoine JAMET, et son équipe municipale, à se rendre en 2020, à Danthiady, au Sénégal, pour l’inauguration d’un place du Val-de-Reuil.
Les associations villageoises développant des projets sociaux et désintéressés au Sénégal, maître Malick SALL a réitéré, avec force, la disponibilité du président Macky SALL, pour les accompagner dans ces activités. Tout ce qui va dans le sens du développement du Sénégal doit être encouragé et appuyé.
Paris, le 24 août 2019, par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Maitre Malick SALL avocat et Garde des Sceaux Ministre de la Justice du Sénégal rencontre avec la diaspora sénégalaise en France
Maitre Malick SALL avocat et Garde des Sceaux Ministre de la Justice du Sénégal rencontre avec la diaspora sénégalaise en France
Maitre Malick SALL avocat et Garde des Sceaux Ministre de la Justice du Sénégal rencontre avec la diaspora sénégalaise en France
Maitre Malick SALL avocat et Garde des Sceaux Ministre de la Justice du Sénégal rencontre avec la diaspora sénégalaise en France
Maitre Malick SALL avocat et Garde des Sceaux Ministre de la Justice du Sénégal rencontre avec la diaspora sénégalaise en France
Maitre Malick SALL avocat et Garde des Sceaux Ministre de la Justice du Sénégal rencontre avec la diaspora sénégalaise en France
Maitre Malick SALL avocat et Garde des Sceaux Ministre de la Justice du Sénégal rencontre avec la diaspora sénégalaise en France
Maitre Malick SALL avocat et Garde des Sceaux Ministre de la Justice du Sénégal rencontre avec la diaspora sénégalaise en France
Maitre Malick SALL avocat et Garde des Sceaux Ministre de la Justice du Sénégal rencontre avec la diaspora sénégalaise en France
Maitre Malick SALL avocat et Garde des Sceaux Ministre de la Justice du Sénégal rencontre avec la diaspora sénégalaise en France
Maitre Malick SALL avocat et Garde des Sceaux Ministre de la Justice du Sénégal rencontre avec la diaspora sénégalaise en France
Maitre Malick SALL avocat et Garde des Sceaux Ministre de la Justice du Sénégal rencontre avec la diaspora sénégalaise en France
Maitre Malick SALL avocat et Garde des Sceaux Ministre de la Justice du Sénégal rencontre avec la diaspora sénégalaise en France
Maitre Malick SALL avocat et Garde des Sceaux Ministre de la Justice du Sénégal rencontre avec la diaspora sénégalaise en France
Maitre Malick SALL avocat et Garde des Sceaux Ministre de la Justice du Sénégal rencontre avec la diaspora sénégalaise en France
Maitre Malick SALL avocat et Garde des Sceaux Ministre de la Justice du Sénégal rencontre avec la diaspora sénégalaise en France
Maitre Malick SALL avocat et Garde des Sceaux Ministre de la Justice du Sénégal rencontre avec la diaspora sénégalaise en France
Maitre Malick SALL avocat et Garde des Sceaux Ministre de la Justice du Sénégal rencontre avec la diaspora sénégalaise en France
Maitre Malick SALL avocat et Garde des Sceaux Ministre de la Justice du Sénégal rencontre avec la diaspora sénégalaise en France
Maitre Malick SALL avocat et Garde des Sceaux Ministre de la Justice du Sénégal rencontre avec la diaspora sénégalaise en France
Maitre Malick SALL avocat et Garde des Sceaux Ministre de la Justice du Sénégal rencontre avec la diaspora sénégalaise en France
Maitre Malick SALL avocat et Garde des Sceaux Ministre de la Justice du Sénégal rencontre avec la diaspora sénégalaise en France
Maitre Malick SALL avocat et Garde des Sceaux Ministre de la Justice du Sénégal rencontre avec la diaspora sénégalaise en France
Maitre Malick SALL avocat et Garde des Sceaux Ministre de la Justice du Sénégal rencontre avec la diaspora sénégalaise en France
Maitre Malick SALL avocat et Garde des Sceaux Ministre de la Justice du Sénégal rencontre avec la diaspora sénégalaise en France
Maitre Malick SALL avocat et Garde des Sceaux Ministre de la Justice du Sénégal rencontre avec la diaspora sénégalaise en France
Maitre Malick SALL avocat et Garde des Sceaux Ministre de la Justice du Sénégal rencontre avec la diaspora sénégalaise en France
Maitre Malick SALL avocat et Garde des Sceaux Ministre de la Justice du Sénégal rencontre avec la diaspora sénégalaise en France
Maitre Malick SALL avocat et Garde des Sceaux Ministre de la Justice du Sénégal rencontre avec la diaspora sénégalaise en France
Maitre Malick SALL avocat et Garde des Sceaux Ministre de la Justice du Sénégal rencontre avec la diaspora sénégalaise en France
Maitre Malick SALL avocat et Garde des Sceaux Ministre de la Justice du Sénégal rencontre avec la diaspora sénégalaise en France
Maitre Malick SALL avocat et Garde des Sceaux Ministre de la Justice du Sénégal rencontre avec la diaspora sénégalaise en France
Maitre Malick SALL avocat et Garde des Sceaux Ministre de la Justice du Sénégal rencontre avec la diaspora sénégalaise en France
Maitre Malick SALL avocat et Garde des Sceaux Ministre de la Justice du Sénégal rencontre avec la diaspora sénégalaise en France
Maitre Malick SALL avocat et Garde des Sceaux Ministre de la Justice du Sénégal rencontre avec la diaspora sénégalaise en France
Maitre Malick SALL avocat et Garde des Sceaux Ministre de la Justice du Sénégal rencontre avec la diaspora sénégalaise en France
Maitre Malick SALL avocat et Garde des Sceaux Ministre de la Justice du Sénégal rencontre avec la diaspora sénégalaise en France
Maitre Malick SALL avocat et Garde des Sceaux Ministre de la Justice du Sénégal rencontre avec la diaspora sénégalaise en France

Maitre Malick SALL avocat et Garde des Sceaux Ministre de la Justice du Sénégal rencontre avec la diaspora sénégalaise en France

Partager cet article
Repost0
25 août 2019 7 25 /08 /août /2019 08:40
Partager cet article
Repost0
24 août 2019 6 24 /08 /août /2019 00:35

«J’ai appris avec émotion la disparition de M. Amath Dansokho. Le Sénégal vient de perdre un patriote, un combattant de la liberté et du progrès des peuples, un homme d’une qualité humaine remarquable, que j’admirais énormément» écrit le président Macky SALL.

Bien des gens mal intentionnés, ou par sensationnalisme, avaient annoncé, auparavant, faussement, la mort d'Amath DANSOKHO. Cette fois-ci Amath DANSOKHO est bien décédé.
Natif de Kédougou, militant communiste et dirigeant du PIT, il a été longtemps en exil à Prague.
Son retour sur la scène politique a été marqué par différentes alliances notamment avec Mamadou DIA et Maître Abdoulaye WADE. Il a fait partie de nombreux gouvernements du Sénégal, sous Abdou DIOUF, Abdoulaye WADE et Macky SALL qui l'avait nommé Ministre d'Etat.
Contrairement à une opposition bavarde et pleurnicharde, Amath DANSOKHO a toujours mis l'intérêt du Sénégal au-dessus des préoccupations personnelles ou partisanes. En directeur de conscience, il a toujours, loin des basses flagorneries, indiqué et suggéré la bonne direction. C'est pour cela peut-être que les différents gouvernements ont voulu s'attacher de ses services : «J’ai toujours eu de bons rapports avec lui (Amath). Dans les moments de crise, Dansokho venait me voir, souvent avec Maguette Thiam ou Sémou Pathé Guèye, et tous me donnaient des conseils. Dansokho est un homme animé d’un esprit positif» écrit le président Abdou DIOUF, dans ses mémoires.
Je connaissais Amath DANSOKHO, son bagout, sa faconde et son sens de l'humour, mais jamais désobligeant vis-à-vis des autres. Il exprimait ses opinions dans le respect des autres. C'est donc encore, en ces temps où les baobabs tombent, un coup dur pour le Sénégal.
C'est par l'intermédiaire d'Amath, après un séjour en 1982, à Prague, que j'ai rencontré le regretté Sémou Pathé GUEYE, un brillant esprit, hélas disparu trop tôt. J'ai encore en mémoire cette conférence qu'il avait donnée à la salle du conseil municipal de la mairie du 19ème. En dépit, de l'ambiance électrique, Amath avait du métier en politique. Il aimait, quand il passait à Paris, venir, à l'époque à la rue des Boulangers, discuter avec Daouda NDIAYE et Adama GAYE, chez moi.
A Babette, son épouse, à Alkaly et Yacine, ses enfants, je présente mes sincères condoléances.
Je n'oublie pas, non plus, mes amis Alseyni et Mamadou DANSOKHO qui doivent être dans la peine.
Repose en paix Amath !
Paris, le 23 août 2019, par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Décès de Amath DANSOKHO (1937-2019), Ministre d'Etat, du Sénégal» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Partager cet article
Repost0
24 août 2019 6 24 /08 /août /2019 00:35
Partager cet article
Repost0
20 août 2019 2 20 /08 /août /2019 21:56
«Le Sénégal vient de perdre un de ses plus valeureux fils avec le décès de notre compatriote Jacques Diouf. Il a été pour moi un collaborateur efficace au début de mon premier mandat» dit Macky SALL, président du Sénégal à l’annonce du décès de l’ancien Directeur Général de la FAO, Jacques DIOUF, disparu à Paris le 17 août 2019. En 2012, Jacques DIOUF a été conseiller en matière d’agriculture pour le président Macky SALL.
En humaniste, socialiste, saint-louisien et africain, Jacques DIOUF est habité par une sorte de «levain de l’espérance» en référence au titre d’un de ses ouvrages. Ce livre-entretien retrace les épisodes d'une vie, celle de Jacques DIOUF, qui venait d'achever son troisième mandat à la tête de l'Organisation pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), où son apport personnel et notamment son combat contre la faim dans le monde a été salué par tous. Il faut «faire savoir à l’humanité qu’il n’est plus possible de traiter ces ressources vitales comme si elles étaient infinies», avait-il déclaré à propos de la dégradation des terres et de l’eau, en novembre 2011. Jacques DIOUF avait dit ne pas supporter de «voir l’image d’un enfant qui risque de mourir de faim. Nous ne souhaiterions pas ça pour nos enfants, je ne vois pas pourquoi on accepterait ça pour les enfants des autres».
Le Sénégal, ce grand petit pays, recèle d’hommes de valeur qui ont brillé sur la scène internationale, avec une grande visibilité à échelle mondiale, comme cela a été pour Amadou-Mahtar M’BOW, à l’UNESCO. Jacques DIOUF, comme Mahtar M’BOW sont originaires du Nord du Sénégal, des contrées de brassages ethniques et culturelles, riches de leur diversité et ouvertes aux autres. En effet, son père, Fara DIOUF, est un Sérère né à Matam, en pays Hal Poulaar (Peul) ; son père a été cadre de l’administration coloniale. Sa grand-mère maternelle, Fatou DIOUF WALY, est issue de la famille du Bour Sine, Coumba N’Doffène DIOUF. Son grand-père, maternel, Ahmed Gora DIOP, est de l’ethnie Ouolof et musulman, de la confrérie Qadria ; il a développé d’importantes activités commerciales avec les compagnies bordelaises et marseillaises, et s’est étendu, dans l’immobilier. Dans cet héritage culturel riche, que le jeune Jacques, né le 1er août 1938, à Saint-Louis : «A Saint-Louis, la délimitation de la ville ne se faisait pas entre les occupants Occidentaux et les Nationaux. La stratification était basée sur le statut social» dit-il.
Jacques DIOUF est sensible aux valeurs morales et éthiques, à la solidarité, le courage, l’endurance, la tolérance et l’estime de soi. En sa qualité de citoyen français, issu d’une famille aisée, c’est sans difficulté fera ses études à Saint-Louis, jusqu’au lycée Faidherbe. Après les classes préparatoires aux grandes écoles et les universités françaises, puis un stage au Danemark, s’est muni d’un diplôme d’ingénieur que notre Jacques revient, fièrement, au pays de ses ancêtres. Il rencontre une jeune africaine, appartenant à une famille ayant émigré en Côte-d’Ivoire depuis une génération et qui sera la femme de sa vie. Ce mariage aura duré 56 ans, c’est-à-dire jusqu’à ce que la mort les sépare.
Jacques DIOUF va d’abord travailler pour le Sénégal, à Paris, dans le Bureau européen de l’office de commercialisation de l’arachide. En 1965, alors qu’il n’a que 27 ans, Jacques DIOUF représente le Sénégal au Conseil Africain de l’Arachide, à Lagos, au Nigeria. De 1971 à 1977, Jacques DIOUF va ouvrir et diriger, à Monrovia, au Liberia, l’Association pour le Développement de la Riziculture en Afrique de l’Ouest (ADRAO).
Jacques DIOUF revient au Sénégal, et il est tout de suite remarqué par le président Léopold Sédar SENGHOR, qui l’a coopté au sein des cadres du Parti socialiste. En effet, Jacques DIOUF a participé à la mise en place, en 1972, du Club Nation et Développement. Ce Club n’est pas né de la crise, mais de l’idée d’accompagner le chef de l’Etat, à l’époque, Léopold Sédar SENGHOR, en vue «d’exciter l’intelligence et l’imagination pour la recherche de solutions» et d’inviter les Sénégalais «à une confrontation permanente sur le dossier Sénégal». On n’était pas encore sorti de la période de glaciation ayant conduit à l’emprisonnement injuste, pour plus de 12 ans, Mamadou DIA et ses amis. Le poste de premier ministre, supprimé depuis 1962, n’a été rétabli que depuis 2 ans. La grève de mai 68 a été suivie d’autres secousses estudiantines et les syndicats dénonçaient le gel des salaires. Les femmes aussi bougent et réclament de nouveaux droits. C’est à ce moment que Jacques DIOUF et d’autres cadres du Parti socialiste, recherchent des réponses politiques à ces tensions secouant le Sénégal.
En 1978, Jacques DIOUF est appelé au gouvernement, d’abord comme Délégué général, puis comme Secrétaire d’Etat à la Recherche Scientifique et Technique. Durant ses 5 ans au gouvernement, il met en place une structure nationale de recherche. Jacques DIOUF sera nommé au CRDI de 1984 à 1985 et à la BCEAO de 1985 à 1990.
Jacques DIOUF a été Directeur général de l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (F.A.O.) de 1994 à 2011 : «L’ouragan financier menace la lutte contre la faim dans le monde» avait Jacques DIOUF. Il estime qu’il faut investir en Afrique, dans l’irrigation, dans les routes rurales et dans les moyens de stockage pour la sécurité alimentaire. «M. Diouf était un infatigable défenseur de la lutte contre la pauvreté, la faim et la malnutrition», a déclaré QU Dongyu, directeur général de la FAO. Les efforts de M. DIOUF, visant à éradiquer la faim et à améliorer la sécurité alimentaire et l'agriculture durable, perdureront dans les mémoires grâce au Prix Jacques DIOUF de la FAO.
Décédé à Paris, la levée du corps aura lieu le mercredi 21 août 2019, au cimetière du Père Lachaise, à Paris 11ème. Tout récemment, la levée du corps d’Ousmane Tanor DIENG a eu lieu au Père Lachaise. Je rappelle que le cimetière, Père Lachaise, a été créé en 1804, dans le domaine de Mont-Louis, appartenant aux Jésuites, et auquel, François LACHAISE (1624-1709), le confesseur de Louis XIV, a laissé nom. C’est Alexandre-Théodore BRONGNIART (1739-1813), architecte qui a conçu cette grande nécropole parisienne, en un art funéraire, maintenant visité par de nombreux touristes.
Sont notamment présents à cette cérémonie de levée du corps de Jacques DIOUF, ses excellences
- Amadou BA, Ministre des Affaires étrangères, chargé par le président Macky SALL d'accompagner le corps jusqu'à Saint-Louis ;
- Moïse SARR, Secrétaire d'état en charge des Sénégalais de l’Extérieur ;
- Lamine DIACK, ancien maire de Dakar et membre du CIO ;
- Bassirou SENE, ambassadeur du Sénégal en France
- Amadou DIALLO, Consul général du Sénégal à Paris
- Pédro DIOUF, fils et représentant du président Abdou DIOUF.
Et bien d'autres personnes.
Indications bibliographiques
DIOUF (Jacques), BA (Babacar) DIOUF (Bara), Club Nation et Développement du Sénégal, Paris, Présence Africaine, 1972, 338 pages ;
DIOUF (Jacques), AZIZA (Mohamed), Le levain de  l’espérance, préface de Cheikh Hamidou Kane, Paris, L’Harmattan, 2012, 313 pages ;
DIOUF (Jacques), Hamet Gora Diop. Homme de religion, homme d’action, Paris, Présence Africaine, 2011, (grand-père de Jacques Diop) ;
DIOUF (Jacques), Etude comparative de l’économie arachidière au Nigeria et au Sénégal, thèse de 3ème cycle, sous la direction de Luc Fauvel, Paris I, 1975,
Paris, le 21 août 2019, par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jacques DIOUF (1938-2019), ancien Directeur Général de la F.A.O» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jacques DIOUF (1938-2019), ancien Directeur Général de la F.A.O» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jacques DIOUF (1938-2019), ancien Directeur Général de la F.A.O» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jacques DIOUF (1938-2019), ancien Directeur Général de la F.A.O» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jacques DIOUF (1938-2019), ancien Directeur Général de la F.A.O» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jacques DIOUF (1938-2019), ancien Directeur Général de la F.A.O» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jacques DIOUF (1938-2019), ancien Directeur Général de la F.A.O» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jacques DIOUF (1938-2019), ancien Directeur Général de la F.A.O» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jacques DIOUF (1938-2019), ancien Directeur Général de la F.A.O» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jacques DIOUF (1938-2019), ancien Directeur Général de la F.A.O» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jacques DIOUF (1938-2019), ancien Directeur Général de la F.A.O» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jacques DIOUF (1938-2019), ancien Directeur Général de la F.A.O» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jacques DIOUF (1938-2019), ancien Directeur Général de la F.A.O» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jacques DIOUF (1938-2019), ancien Directeur Général de la F.A.O» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jacques DIOUF (1938-2019), ancien Directeur Général de la F.A.O» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jacques DIOUF (1938-2019), ancien Directeur Général de la F.A.O» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jacques DIOUF (1938-2019), ancien Directeur Général de la F.A.O» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jacques DIOUF (1938-2019), ancien Directeur Général de la F.A.O» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jacques DIOUF (1938-2019), ancien Directeur Général de la F.A.O» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jacques DIOUF (1938-2019), ancien Directeur Général de la F.A.O» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jacques DIOUF (1938-2019), ancien Directeur Général de la F.A.O» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jacques DIOUF (1938-2019), ancien Directeur Général de la F.A.O» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Jacques DIOUF (1938-2019), ancien Directeur Général de la F.A.O» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Partager cet article
Repost0
18 août 2019 7 18 /08 /août /2019 21:52
Je ne veux pas parler de ce film policier de 2008, de Martin McDONAGH, «Bons baisers de Bruges», relatant la ballade cauchemardesque de deux tueurs à gages dans Bruges. Ce dont il est question cet été clément, c’est de Bruges, en Belgique, dans la Flandre occidentale, cette Venise du Nord, avec ses canaux, ses maisons colorées, ses porches voûtés, ses églises en pierres, ses rues pavées, ses balades en bateau ou en calèche, bref son charme désuet : «Bénies soient les vieilles villes, muettes et endormies, que nos agitations bruyantes croient flétrir du nom de villes mortes ! Elles seules nous gardent encore, avec leurs reliques de générations disparues, leur image et leur âme. C’est aujourd’hui, Bruges la Venise des Flandre qui nous appelle et nous invite» écrit Georges LAFENESTRE, dans son ouvrage «Les primitifs». Située à 15 km de la mer, riche de son commerce et de son tourisme, foyer de l’industrie belge, Bruges est célèbre pour ses chocolats, ses moules-frites, sa carbonade flamande, ses 500 variétés de bières (La Leffe et la Stella), sa dentelle. Mais Bruges, c’est aussi le berceau des arts avec son musée Groeninge de la peinture flamande. En effet, Jean Van EYCK (1390-1441), mort à Bruges, et son réalisme minutieux, Hans MEMLING (1430-1494), à Albrecht DURER (1471-1528), une synthèse de la peinture italienne et flamande, les peintres primitifs flamands sont à Bruges. Ville de 115 000 habitants, pour 138,5 km2, perle de l’architecte, bien colorée, Bruges, hautement touristique, est devenue a été érigée au patrimoine mondial de l’Unesco, depuis l’année 2000. En effet, il existe des lieux qui vous captivent, sans que vous ne puissiez tout à fait en saisir le pourquoi. Bruges est l’un de ces endroits. «Dans cette étude passionnelle, nous avons voulu aussi et principalement évoquer une ville, la ville comme personnage essentiel, associée aux états d’âme, qui conseille, dissuade, détermine à agir. Ainsi, dans la réalité, cette Bruges qui nous a plu d’élire, apparaît comme presque humaine. Un ascendant s’établit d’elle sur ceux qui y séjournent» écrit Georges RODENBACH, dans son roman, «Bruges-la-morte».
Le plus ancien document écrit, nommant cette ville, est une série de monnaies carolingiennes du IXème siècle où Bruges est orthographiée de différentes manières : «Brugga», «Bruggas» ou «Bruggia». Le nom de la ville de «Bruges», issu d'une contraction du mot flamand «Rugja », qui est le nom du cours d'eau qui y coulait, et du mot norvégien «Bryggia», qui signifie ponton ou embarcadère, atteste bien que Bruges avait des contacts commerciaux maritimes anciens avec le monde viking de la Scandinavie. A l’époque franque, une forteresse, appelé «Burg» y était construite. La tradition orale veut que, sous le règne de Mérovée, vers l’an 445,  que sur les ruines d’Oudenburg, détruits par les Huns d’Attila, se forma le bourg de Bruges, véritable château-fort érigé contre les incursions des barbares : «Il est certain que, vers le milieu du VIIème siècle, Saint-Eloi (588-660) vint prêcher l’évangile à Bruges, et y jeta les fondements d’une église, qui est, depuis lors, devenue la cathédrale Saint-Sauveur. (…) La direction de la route et l’emplacement de l’église, prouvent évidemment, que cette partie de la ville est bien le berceau de Bruges ; car là où il y a route, là où il y a église, là, nécessairement s’est concentré la population» écrit Alexandre COUVEZ dans son «histoire de Bruges». Suivant Hyppolite FIERENS-GEVAERT : «L’histoire de Bruges, jusqu’au Xième siècle, reste assez obscure et il est difficile d’y distinguer la réalité de la légende. Il est hors de doute que la cité dut son développement rapide à l’organisation des guildes et des corporations urbaines».
Suivant Tacite, la conquête de la Belgique coûta neuf années de combat et de travaux à César ; il ne lui fallu que de deux ans pour s’emparer des Gaules. Au IVème et Vème siècles, tandis que toutes les Gaules étaient déjà ou presque chrétiennes, les Belges étaient restés sous l’influence des superstitions germaniques, jusqu’au VIIème siècle. L’empire de Charlemagne commença à se disloquer sous le règne de son successeur, Louis Le Débonnaire, c’est à ce moment qu’émerge, en territoire politique, la Flandre, initialement qui ne recouvrait que Bruges. En 862, BAUDOIN 1er, dit «Bras de Fer», (863-879), reçoit en dot, à la suite de son mariage avec Judith de France (844-870), la fille aînée de Charles II, dit Le Chauve (823-877), un petit-fils de Charlemagne, les territoires de Flandre, alors sous juridiction de Bruges, et diverses autres contrées (le Mempiscus entre Lille et Gand, Seclin, Ostrévant, Cambrésis, Térouenne, Boulogne, Etamples, Vermandois, Hainaut, Brabant, Liège). «Les historiens nous désignent sous le nom d’homme de fer, de cœur inflexible, était de grande taille ; ses membres quoique souples et agiles, étaient nerveux et montraient sa force. Sa poitrine était velue, ses sourcils profondément arqués, tout en lui respirait l’énergie», écrit Le Comte d’Héricourt ACHMET de SERVIN, dans sa courte biographie sur BAUDIN. Suivant la légende, BAUDIN (Baldwin), avait reçu son surnom de «Bras de Fer», en raison de sa témérité, de son audace et de son courageux : «Ce chef, en traversant un jour l’Escaut, le diable surgit de l’eau, lui apparut et l’assaillit pour l’entraîner avec lui dans les flots ; mais, Baudin saisissant son épée, lui fit lâcher prise et reçut, pour cet exploit, le nom d’homme de fer» écrit Edward LE GAY dans son «histoire des comtes de Flandre».   BAUDOIN combattait souvent pour les rois Francs et connaissait notamment Compiègne et Senlis. En 861, fier et arrogeant, BAUDOIN enlève la belle princesse, Judith, mariée à 10 ans et veuve d’un vieux roi anglais de Wessex (Aetelwulf), au monastère de Senlis, en fait sa femme et la présente au Pape. A la mort de Charles Le Chauve, la charge devient héréditaire, dans la maison de Baudouin. On raconte que BAUDOIN aurait triomphé des troupes royales françaises, qu’il aurait remporté une seconde victoire, puni les évêques et les guerriers qui avaient conseillé à Charles Le Chauve de lui faire la guerre, dicté ses conditions et qu’il serait ainsi devenu le soutien fidèle de la France. Charles Le Chauve, ambitieux, mais très faible, craintif à l’excès, trop préoccupé à lutter contre les Normands et n’ayant pas confiance en ses enfants ; la France lasse de ces guerres continuelles et aspirant au repos. Charles Le Chauve, impuissant, se contente, par l’intermédiaire des évêques de Soissons, de lancer une excommunication contre BAUDOIN, ce qui, en fait, lui laissait presque le champ libre dans la conquête du pouvoir à Bruges. La Flandre entre donc ainsi dans l’ère féodale. Avant sa mort, Baudouin Ier fortifie Arras, Gand et Bruges,, sa capitale, où il fonde, selon la légende, l’église Saint-Donat, à l’emplacement d’une ancienne chapelle dédiée à la Vierge.
Les hauts lieux de tourisme de Bruges sont notamment, la «Grote Markt» (Grande place), simplement appelée «le Markt», où se situe le beffroi, un art gothique du XIIIème XVème siècle, avec ses 366 marches, culminant à 83 mètres. Le beffroi comporte une horlogerie et un carillon sophistiqué, avec 47 cloches. On trouve sur le Markt les statuts de Jan BREYDEL, de la corporation des bouchers et artisans, et de Pieter de CONINCK, un tisserand, symboles de la résistance contre Français. En effet, en 1301 à la suite de la conquête de la Flandre par Philippe Le Bel (1268-1314), les Brugeois se révoltent le 18 mai 1302 et assassinent plus de 1000 soldats Français dans leur sommeil. On ne peut pas manquer le «Provinciall Hof» ou Palais du Gouverneur, un bâtiment néogothique de 1887, établi sur une ancienne de marché, «le Burg», une ancienne forteresse pour défendre les Brugeois des invasions des Vikings ; c’est là où se situent notamment l’hôtel de ville de style gothique et l’église romane de Saint-Sang, ainsi que l’ancien marché aux poissons. La ballade dans les canaux est incontournable.
Bruges a une église, dénommée aussi «Notre-Dame», et datant du XIIIème siècle, d’un style néogothique, avec la plus haute tour du monde, de 122 mètres. Si l’on en croit Robert de BEAUCOURT, cette église tire son origine d’une petite chapelle construite, en 745 par Saint BONIFACE, dont un pont porte le nom, de nos jours ; elle fut, progressivement agrandie, embellie et reconstruite à la gloire de Marie. Lideric FORESTIER l’aurait faite rebâtir en l’an 801 et BAUDOIN Bras de Fer, premier Comte de Flandre, l’aurait achevé cinquante après. Restée longtemps sous la juridiction de la chapelle d’Utrecht ; c’est Radhobe, évêque de Noyon et Tournay, qui l’a érigée, 1091, église collégiale. Le Pape l’a confirmé en l’an 1102. Gummarus en devient le premier prévôt.   Charles Le Téméraire, Duc de Bourgogne (1433-1477) et sa fille unique, Marie de Bourgogne (1457-1482), morte à la suite d’une chute d’un cheval, y sont inhumés. Son corps resta enseveli dans l’église de Saint-Georges, à Nancy, jusqu’en 1550, où l’Empereur Charles QUINT (1500-1558), né à Gand, en Belgique, son petit-fils, le redemanda à la Duchesse douairière de Lorraine, pour lui ériger un tombeau à Bruges. La raison de ce transfert à Bruges, c’est que Charles Le Téméraire, duc de Bourgogne, à la mort de son père Philippe le Bon en 1466, en dehors de ses campagnes, réside à Bruges, Bruxelles et Malines. Il épouse en 1468, en 3èmes noces, Marguerite d’York, sœur d’Édouard IV, alors roi d’Angleterre. Le mariage est célébré à Damme, l’avant-port de Bruges, par l’évêque de Salisbury ; puis suivent pendant dix jours, à Bruges même, des fêtes fastueuses qui constituent une promotion éclatante de l’État bourguignon, dominant alors Bruges : «C’est sous les ducs de Bourgogne que Bruges atteignit l’apogée de sa splendeur et de sa prospérité. Sous le gouvernement de ces princes, amis du luxe, des arts et des lettres, les relations commerciales de nos grandes villes avec les pays étrangers prirent une extension extraordinaire : nos provinces étaient en rapport directs avec les côtes d’Afrique et les principaux ports d’Orient» écrit Jules SAINT GENOIS dans «Les voyageurs belges».
Je ne savais pas que Bruges avait une relation particulière avec l’Afrique, depuis le moyen-âge, jusqu’à ce que je prenne connaissance des écrits de Charles de la RONCIERE (1870-1941), un éminent historien et bibliothécaire. En effet, Bruges, dès le XIIIème siècle, recevait des produits du Sahara, notamment les dattes de la ville de Sidjilmassa (ville actuelle de Rissani, au Maroc). Les navires lui apportaient la cire, et la pelleterie de Fez et les peaux d’agneau de Tunis, ainsi que les épiceries d’Egypte et du Soudan : «Fez renferme deux villes : la ville ancienne est populeuse, jusqu’à contenir 50 000 familles ; vers le centre du terrain qu’elle occupe, Fez se prolonge en formant une ville nouvelle située au dehors, et qui est entourée de murailles» écrit Arnold STEYTER, dans une lettre du 15 avril 1541 qui cite SAINT GENOIS, dans son ouvrage «Les voyageurs belges» page 222. En 1470, Portinari, une maison commerciale de Bruges, avait tenté de fonder un comptoir à Tombouctou. Au XVème siècle, un navigateur flamand, Geeraet de CONINCK ou LE ROY, avait abordé la grande île de Madagascar. Les navigateurs belges se rendront aussi, dans les îles du Cap-Vert.
La ville de Bruges est étroitement liée à l’histoire de France : «Il est à présumer que pour se garantir contre les incursions journalières des barbares du Nord, les habitants de la ville naissante n’auront pas hésité à recevoir une espèce de protectorat des rois Francs qui avaient envahi la Gaule» écrit Alexandre COUVEZ dans son «histoire de Bruges». Je comprends un peu mieux sur les blagues sur les Belges, cousins à plaisanterie, pour les Français.  En effet, la Belgique a été occupée par les Français et les Hollandais, et n’a été indépendante qu’en 1830, pour aller coloniser, à son tour, le Congo. Peu d’événements ont autant fait de bruit, en leur temps que l’assassinat, à Bruges, du Comte de Flandre, Charles Le Bon, le 2 mars 1127, par Robert Le FRISON. En effet, Charles Le Bon, fils de Canut, roi de Danemark, et d’Adèle de Flandre, succède, en 1119, à son cousin, le roi BAUDOIN VII. On découvre, à l’occasion d’un duel judiciaire, que la famille du prévôt de Bruges, Bertulf, est d’origine servile. Charles Le Bon réclame alors, en 1126, ses droits sur cette famille : «En se montrant partout, bon justicier, et prince impartial, qu’il se vit entouré bientôt de l’estime de toutes les gens de bien et surtout de l’amour du pauvre peuple» écrit Alexandre COUVEZ. Durant la famine rude de l’hiver 1115, Charles Le Bon avait réprimé la spéculation de certains nobles (Berthulf, prévôt de Saint-Donat, d’ascendance servile) qui profitaient de la misère du peuple. En raison de la haine que lui voue certains envieux, Charles Le Bon sera assassiné, à Bruges, dans l’église de Saint-Donat.  Charles Le Bon fut remplacé par Guillaume de Normandie, le 27 mars 1127. Louis VI organise une expédition pour venger la mort de Charles Le Bon. Galbert de BRUGES, qui a connu, personnellement, Charles Le Bon, nous a légué un ouvrage, en 1127, sur la mort de ce roi Français en Belgique. Des Brugeois, Josué Van den BERGHE et Jacques de BRUGES, ont obtenu, le 3 mars 1450, dans l’île de Terceire ou du Bon Jésus, aux Açores, sous domination portugaise.
Indications bibliographiques
ACHMET de SERVIN (Comte d'Héricourt), «Baudouin de Fer comte de Flandre et les pierres d'Acq», extraits, Mémoires de l’Académie d’Arras, Arras, 1861, tome XXXIII, imprimerie, A. Tierny, 1861, 29 pages ;
BARANTE (Amble-Guillaume, Prosper, Baron, de), Histoire des Ducs de Bourgogne, de la maison des Valois, 1364-1477, Paris, Ladvocat Librairie, 1826, 4ème édition, 424 pages, spéc Livre 7, sur Charles Le Téméraire, pages 1-173 ;
BEAUCOURT DE NOORTVELDE (Robert, de), Description historique de l’église Notre-Dame à Bruges, préface de Nicolas Boileau, Bruges, Imprimerie Joseph de Busscher, 1773, 343 pages ;
COUVEZ (Alexandre), Histoire de Bruges, et des événements dont cette ville a été le théâtre jusqu’à la Révolution française, Bruges, Imprimerie de Vandencasteele-Werbrouck, 1850, 326 pages ;
DE SAINT GENOIS (Jules, Baron), Les voyageurs belges du XIIIème au XVème siècle, Bruxelles, Imprimerie Wahlen, 1864, 227 pages ;
DESMULLIEZ (Janine) MILLIS (Ludo), «Histoire des provinces françaises du Nord», in sous la direction d’Alain Lottin, De la Préhistoire à l'an Mil, Westhoek (Belgique), éditions des Beffrois, 1988, tome 1, 256 pages ;
DESSART (Charles), Bruges, la Venise du Nord, Bruxelles, Ch Dessart éditeur, 1948, 70 pages ;
DOUXCHAMPS (Cécile) DOUXCHAMPS (José), Nos dynastes médiévaux, Wépion-Namur, José Douxchamps, 1996, 200 pages ;
DUCLOS (Ad), Bruges, histoire et souvenirs, Bruges, K. Van Vyvere-Petyt, 1910, 592 pages ;
DUMONT (Georges-Henri), Histoire de la Belgique, Bruxelles, Paris, Hachette, 1977, et éditions Verviers et Marabout Université, 1983, 536 pages ;
FIERENS-GEVAERT (Hyppolite), Psychologie d’une ville, essai sur Bruges, Paris, Félix Alcan, 1901, 189 pages ;
GALBERT de BRUGES, Histoire du meurtre de Charles Le Bon, Comte de Flandre (1127-1128), préface de M. Guizot, Paris, Henri Pirenne, Alphonse Picard, 1891, 202 pages ;
GILLIODTS-VAN SEVEREN (L), Inventaire des archives de la ville de Bruges,  Bruges, Edward Gaillard, 1873, tome IV, spéc page 8 ;
KERVYN de LETTENHOVE (Joseph, Marie, Bruno, Constantin, Baron de), Histoire de la Flandre féodale, Bruges, Charles Beyaert, 1898, 5ème édition, 259 pages ;
KURMANN (Peter), «L'architecture du gothique tardif en France et aux Pays-Bas», L'art gothique, Architecture, sculpture, peinture, sous la direction de Rolf Toman, éditions H. F. Ullmann, 2007, pages 183-184 ;
LAFENESTRE (Georges), Les primitifs à Bruges et à Paris, 1900-1902-1904, vieux maîtres de France et des Pays-Bas, Paris, Georges Baranger, 1904, 281 pages, spéc pages 91-146 ;
LE GLAY (Edward), Histoire des comtes de Flandre jusqu'à l'avènement de la Maison de Bourgogne, Paris, Comptoir des Imprimeurs-unis, 1843, 466 pages ;
LECUPPRE-DESJARDIN (Elodie), Royaume inachevé des ducs de Bourgogne (XIVème-XVème siècles), Paris, Belin, 2016, 430 pages ;
MEYER de (Isaac Joseph), Origine des apothicaires de Bruges, Imprimerie de Félix de Pachetere, 1842, 85 pages ;
RODENBACH (Georges), Bruges-La-morte, roman, Paris, Ernest Flammarion, 1892, 221 pages ;
RONCIERE de (Charles-Marie), La découverte de l’Afrique au Moyen-âge, cartographes et explorateurs, Le Caire, Société royale de géographie d’Egypte, 1925, 175 pages ;
RONCIERE de la (Charles-Marie), Bruges et la découverte de l’Afrique au moyen-âge, Bruges, Imprimerie Veuve L. de Plancke, 1924, 12 pages, doc BNF, 8O3 1365 ;
VERHUTSL (A. E), «Les origines et l’histoire ancienne de la ville de Bruges (IX-XIIème siècles)», Le Moyen-Age, Bulletin mensuel d’histoire et de philologie, 1960, pages 37-63.
Bruges, le 16 août 2019, par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Bruges : La Venise du Nord» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Partager cet article
Repost0
18 août 2019 7 18 /08 /août /2019 21:51
Partager cet article
Repost0
15 août 2019 4 15 /08 /août /2019 11:22
Le président MACRON, en permanence en campagne électorale, distancé par les fachos, et souhaitant redorer sa mauvaise image auprès des Français issus de l’immigration, célèbre, en grandes pompes, le débarquement en Provence. Oui, nos braves Tirailleurs Sénégalais, et bien avant Paris, avaient libéré le pays de leurs ancêtres les Gaulois. Après cette belle image de communication qu’en tire le président MACRON, comme conséquences, de nos jours, pour le bien-vivre ensemble ?
Mon grand-père, Harouna Samba N’DIAYE, qui avait fait la Deuxième guerre mondiale faisait partie de ces tirailleurs Sénégalais. En dépit des relations anciennes entre le Sénégal et la France, ayant occupé le Sénégal depuis l’An 1365, et résidant dans ce pays de longue date, on ne cesse de m’adresser cette question inquisitoriale, me renvoyant, en permanence, à mes origines ethniques : «Tu deviens d’où ?».
Dans ce «devoir de mémoire» qu’évoque le président MACRON, a-t-il parlé, notamment, ces Tirailleurs Sénégalais ne réclamant que leur solde, massacrés le 1er décembre 1944, au Camp de Thiaroye ? On ne cesse d’exiger l’ouverture des archives françaises. Or, le gouvernement français refuse de faire la lumière ce crime contre l’Humanité. Par ailleurs,  à la libération de nos Ancêtres les Gaulois, loin d’obtenir l’indépendance ou la citoyenneté, gelant leurs pensions d’anciens combattants, le 8 mai 1945, des Algériens célébrant la Victoire, ont été massacrés à Sétif ; ce qui allait préfigurer d’autres guerres coloniales odieuses (Madagascar, Indochine). C’est le candidat, Emmanuel MACRON, voulant capter les voix des Français issus de l’immigration, lui-même, qui avait dit, à Alger, que la colonisation est «crime contre l’Humanité». Sitôt revenu, à Paris, le candidat MACRON a vite oublié sa promesse, bien éphémère, de campagne. Pire, submergé par cette lepénisation des esprits, le président MACRON avait envisagé, un instant, de renvoyer les Harkis en Algérie ; ceux-là même qui avaient trahi leur pays pendant la guerre d’indépendance. Le gouvernement algérien s’est naturellement opposé, fermement, à ce projet.
A la libération de Paris, toutes les images et photos des Noirs, figurant ces réjouissances, ont été nettoyées. On nous parle maintenant de «devoir de mémoire» ! De quelle mémoire nous parle-t-on, si ce n’est celle du Maître, de la «Case de l’Oncle Tom» ? On continue, encore, de nos jours, à nous prendre pour des imbéciles, comme de «Grands enfants». Nous continuerons toujours de réclamer Vérité et Justice sur ces crimes contre l’Humanité, pour la vraie mémoire du combat héroïque des Tirailleurs Sénégalais. On ne se taira pas, jusqu’à ce que Justice soit rendue. On ne lâche rien !
Célébrer, les 75 ans du Débarquement de Provence, et Après ?
Toujours la persistance de cette démocratie ethnique, de cet esprit colonialiste et esclavagiste, dans lequel il y a une grande distorsion entre la prétention universelle des droits de l’Homme, la triste réalité hypocrite. De nos jours, quel est le sort des familles des Afro-descendants, dans notre belle France républicaine, ravalés au rang d’Indigènes de la République ? M. le Président MACRON, concrètement, et au-delà des discours creux, quelles mesures fortes pour le Bien-vivre ensemble aller vous prendre ?
Nous attendons, enfin, que justice soit faite pour la famille MUSENGA, Adama TRAORE, Bouna et Zied, pour Théo, et pour tous ces jeunes étouffés à mort, au cours d’un banal contrôle d’identité.
Avons-nous une Maison pour les Afro-descendants pour se rencontrer et construire une grande cathédrale d’Amour, de Solidarité et de Fraternité ?
Quel est le sort des immigrants, après cette loi scélérate du président MACRON sur l’immigration ? C’est toujours plus de répression, de discriminations. Les droits d'inscription des étudiants étrangers ont explosé. Les soi-disant contrôles de la CAF, ne cessent de persécuter nos familles.
Nadine MORANO, et bien d’autres, continuent de nous calomnier et de nous insulter, à longueur de journée, sans aucune conséquence dommageable pour eux. C’est ça l’esclavage, être tenu en permanence, dans la servitude et le mépris.
Quand il y a nos fêtes religieuses, comme tout récemment l’Aïd El Kébir, lui, le président MACRON, qui se précipite à d’autres dîners payants, et c’est très bien. Ce point, je l’approuve pleinement, mais, est-ce qu’il daigne souhaiter, par ne serait-ce que par simple communiqué, une bonne fête aux Musulmans de France ? Cela ne coûte rien. Mais, il ne l’a jamais fait ;c’est toujours nous maintenir, en permanence dans l’invisibilité, au lieu de nous rabâcher, sans cesse, cette obsession sur certains détails vestimentaires (Burqa, Burkina, laïcité).
Dans ce devoir de mémoire, sans doute honorable que veut initier le président MACRON, pour sa promotion personnelle, une Ministre de la République, Mme Muriel PENICAUD, croyant rendre hommage à Toni MORRISON, nous a servi du SARKOZY, ce nabot qui ne quitte plus notre Président ; ce qui est peu rassurant pour ses vraies intentions à notre égard. Le président MACRON était également escorté par Alpha CONDE (président de la Guinée), l’homme protégé par la Françafrique de Vincent BOLLORE, celui-là qui massacre dans son pays, les Peuls. Que du «beau monde», autour de notre cher Président ! Le candidat aux présidentielles de 2017, Emmanuel MACRON avait pourtant promis de favoriser la démocratie en Afrique et mettre fin à la Françafrique. «Je tiens à agir dans la transparence, loin des réseaux de connivence franco-africains et des influences affairistes dont on a vu que, malheureusement, ils subsistent encore dans le système politique français, en particulier à droite et à l’extrême-droite» dit-il.
Nous voulons dire au président MACRON, au-delà de ces cérémonies ressemblant à un foutage de gueule, que de nos jours, nous sommes là, bien vivants. Nous sommes aussi la France, attachés pleinement au bien-vivre ensemble, dans la fraternité, le respect mutuel. C’est une condition essentielle pour enrayer la montée de cette entreprise familiale de la Haine, de la Discorde Nationale.
Face à ces louanges de mépris, je réclame le bien-vivre ensemble, l’Egalité réelle. Contre tous ces rires «Y a bon Banania», de notre temps, ressemblant à cette ancienne réclame odieuse, seulement arrêtée en 1977, mais l’esprit continue encore, je remets ce poème liminaire de Léopold SENGHOR, un extrait de «Hosties Noires» en  1940.
«Poème liminaire», dédié à Léon-Gontran DAMAS :
Vous Tirailleurs Sénégalais, mes frères noirs à la main chaude sous la glace et la mort
Qui pourra vous chanter si ce n’est votre frère d’armes, votre frère de sang ?
Je ne laisserai pas la parole aux ministres, et pas aux généraux je ne laisserai pas, non ! — les louanges de mépris vous enterrer furtivement.
Vous n’êtes pas des pauvres aux poches vides sans honneur
Mais je déchirerai les rires banania sur tous les murs de France.
Car les poètes chantaient les fleurs artificielles des nuits de Montparnasse
Ils chantaient la nonchalance des chalands sur les canaux de moire et de simarre
Ils chantaient le désespoir distingué des poètes tuberculeux
Car les poètes chantaient les rêves des clochards sous l’élégance des ponts blancs
Car les poètes chantaient les héros, et votre rire n’était pas sérieux, votre peau noire pas classique.
Ah ! ne dites pas que je n’aime pas la France — je ne suis pas la France, je le sais
Je sais que ce peuple de feu, chaque fois qu’il a libéré ses mains
A écrit la fraternité sur la première page de ses monuments Qu’il a distribué la faim de l’esprit comme de la liberté A tous les peuples de la terre conviés solennellement au festin catholique.
Ah ! ne suis-je pas assez divisé ? Et pourquoi cette bombe Dans le jardin si patiemment gagné sur les épines de la brousse ?
Pourquoi cette bombe sur la maison édifiée pierre à pierre Pardonne-moi, Sira-Badral, pardonne étoile du Sud de mon sang Pardonne à ton petit-neveu s’il a lancé sa lance pour les seize sons du sorong.
Notre noblesse nouvelle est non de dominer notre peuple, mais d’être son rythme et son cœur
Non de paître les terres, mais comme le grain de millet de pourrir dans la terre Non d’être la tête du peuple, mais bien sa bouche et sa trompette.
Qui pourra vous chanter si ce n’est votre frère d’arme, votre frère de sang
Vous Tirailleurs Sénégalais, mes frères noirs à la main chaude, couchés sous la glace et la mort ?
Léopold Sédar SENGHOR, Paris, avril 1940
Bonne fête de l’Assomption à tous nos amis catholiques.
Paris, le 15 août 2019, par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Célébrer le débarquement en Provence, et Après ?» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Célébrer le débarquement en Provence, et Après ?» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Célébrer le débarquement en Provence, et Après ?» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Célébrer le débarquement en Provence, et Après ?» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Célébrer le débarquement en Provence, et Après ?» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Partager cet article
Repost0

Liens