Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de BA Amadou Bal, Paris 19ème ISSN 2555-3003 (BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE France B.N.F GALLICA. Http://baamadou.overblog.fr/
  • : Ce blog personnel de M. Amadou Bal BA est destiné à l'échange en politique, littérature, histoire, faits de société et le bien-vivre ensemble. Google News BIBLIOTHEQUE NATIONALE DE FRANCE ISSN 2555-3003 BNF GALLICA. Http://baamadou.overblog.fr/
  • Contact

Recherche

24 décembre 2020 4 24 /12 /décembre /2020 17:50

Partager cet article

Repost0
22 décembre 2020 2 22 /12 /décembre /2020 19:07

Hamidou SAMAKE, élu au Conseil de Paris, et Leader de la Diaspora africaine

Un entretien instructif avec M. Hamidou SAMAKE, premier Africain élu au Conseil de Paris, membre fondateur du Mouvement Equité, Directeur des campagnes électorales victorieuses, en 2012 et 2017, de Mme George PAU-LANGEVIN, devenue Directrice Adjointe de Mme Claire HEDON, Défenseuse des Droits. En 2017 Mme George PAU-LANGEVIN a été la seule députée réélue à Paris, le Parti socialiste et la Gauche ayant été laminés par la Macronie.

M. Hamidou SAMAKE est l’un des éminents membres fondateurs du Mouvement Equité, dont M. Louis Mohamed SEYE, le président étant M. Saliou DIALLO d’Evry, Equité luttant pour l’inclusion de la diversité en politique. A l’époque, une partie importante de la population française n’était pas représentée dans les lieux de décisions en politique, notamment à l’Assemblée nationale. Une des grandes victoires du mouvement Equité a été l’élection de George PAU-LANGEVIN à Paris. Aux dernières municipales de juin 2020, Equité a soutenu «Paris en Commun» avec Mme Anne HIDALGO, et dans le 20ème ardt, la liste conduite par M. Eric PLIEZ, nouveau maire de cet arrondissement. De nos jours, c’est devenu maintenant normal que chaque parti politique, de Droite comme de Gauche, prenne en ses rangs des personnes issues de la diversité. Cependant, compte tenu de la lepénisation grandissante des esprits, la lutte pour l’égalité est toujours un combat de chaque instant. Dans les échéances électorales à venir (régionales de 2021 et législatives de 2022), on espère que les élus issus de la diversité «monteront plus haut, parce qu’ils ont les compétences, le seul critère à retenir étant l’aptitude à remplir ses fonctions d’élu. L’exclusion pour des motifs liés au quartier, de la couleur ou des mobiles ethniques est à proscrire, qu’il n’ait pas de discrimination» dit M. Hamidou SAMAKE. Or, de nos jours, il y a certains débats dans la société française qui ne sont pas dignes des valeurs républicaines : «La France doit rester un pays du bien-vivre ensemble. Avec George PAU-LANGEVIN, nous avons créé dans le 20ème l’association «Vivre ensemble», pour la promotion de l’égalité réelle» dit-il.

Docteur en biochimie et inventeur de tests rapides exploités dans le cadre de la COVID-19, M. Hamidou SAMAKE nous fait un bilan de son mandat au Conseil de Paris. A la dernière mandature, Hamidou SAMAKE était simple adjoint à la maire du 20ème en charge de l’emploi, du développement, du tourisme, des nouvelles technologies. En sa qualité de membres du Conseil de Paris, Hamidou SAMAKE a tenu à s’écarter aux domaines traditionnellement dans lesquels la diversité est confinée ; il a voulu montrer que la diaspora, comme les autres citoyens de la République, peut occuper n’importe quelle délégation municipales.

Pour ce mandat 2020-2026, M. SAMAKE est en charge des relations internationales et de la francophonie, le lien intergénérationnel et les séniors. Le 20ème est un arrondissement laboratoire de brassage ethnique, avec 140 nationalités, et où le bien-vivre ensemble est prégnant. M. SAMAKE, vice-président de la 4ème commission en charge notamment de la solidarité, de santé et de lutte contre les discriminations, s’est exprimé au Conseil de Paris sur les difficultés que rencontre le commerce de proximité.

La diversité a maintenant un bon nombre d’élus, mais ils ne sont pas toujours combatifs pour l’égalité réelle. En effet, la France compte plus de 9 députés Macronistes, mais ils sont particulièrement discrets sur les questions du bien-vivre ensemble, le racisme institutionnel et systémique, ainsi que sur les violences policières. «ces députes Macronistes ne sont pas vraiment visibles et ne participent vraiment pas sur le débat concernant au débat républicain. Nous avons créé une association dénommée ANEDAS, association nationale des élus de la diaspora subsaharienne, dont l’ambition est de répondre aux défis de notre temps, de s’impliquer dans le vivre ensemble. La communauté africaine doit s’inscrire dans le cadre du débat démocratique, et pour cela les Français issus de l’immigration devraient s’inscrire, massivement, sur les listes électorales. Actuellement, le débat démocratique est noyauté par la Macronie, qui est en train de mener des combats illégitimes contre la République, sur le « séparatisme », en stigmatisant la religion ou les origines ethniques alors que nous devrions nous battre afin que toutes les communautés puissent vivre dans une symbiose au lieu d’une confrontation. J’aimerais me battre pour une Maison des Diasporas à Paris, un lieu de ralliement, de rencontre, du bien-vivre ensemble, un modèle pour le Bien commun, avec un regard prospectif et rétrospectif de fierté. L’Afrique a bien contribué au bien-être et au bonheur des Français» dit M. Hamidou SAMAKE. D’importantes échéances sont à venir, notamment les régionales de juin 2021 et les présidentielles de 2022. Une Association Nationale des Elus des Diasporas Africaines Subsahariennes (ANEDAS) fédérera toutes les énergies, les bonnes volontés (Coopération décentralisée, questions de mémoires, accompagnement dans les projets économiques et sociaux, formation des élus, expertises diverses).

Vivre c’est participer. Or, les diasporas africaines en France sont dans la contemplation et l’abstention, s’en remettant aux élites pour agir à leur place. Cependant, M. Hamidou SAMAKE invite la Diaspora africaine, comme l’ont fait les Noirs américains, à s’investir, très activement, dans une démarche citoyenne, en vue d’un combat pour l’égalité réelle :  «Il faut faire preuve de pédagogie et citer l’exemple des Etats-Unis. Le précédent de Barack OBAMA l’investissement maintenant de Kamala HARRIS, future vice-présidente, un fait historique, ont payé. Les communautés minoritaires aux Etats-Unis se sont mobilisées et Joe BIDEN leur a fait une importante place. Cela est possible également en France, on est capable de mobiliser les différentes communautés, de les faire participer . Vivre ensemble, c’est participer et être récompensé à la hauteur de son investissement» dit M. Hamidou SAMAKE.

Quand est citoyen, on participe (inscription sur les listes électorales et voter) pour lutter contre le racisme institutionnel et systémique, les violences policières, et surtout pour réussir la bonne intégration de tous, dans le respect mutuel. Il nous faudrait reconstruire en France une démocratie vivante, loin des stigmatisations et des divisions. Les présidentiels en 2022, c’est l’élection des élections, et avant cela, on aura en juin 2021, «il faudrait se battre pour une démocratie française apaisée, d’inclusion, qui rassemble et non qui divise» dit Hamidou SAMAKE.

Paris, le 22 décembre 2020 par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

 

 

Hamidou SAMAKE, élu au Conseil de Paris, et Leader de la Diaspora africaine» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
Hamidou SAMAKE, élu au Conseil de Paris, et Leader de la Diaspora africaine» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

Partager cet article

Repost0
22 décembre 2020 2 22 /12 /décembre /2020 18:58

Partager cet article

Repost0
15 décembre 2020 2 15 /12 /décembre /2020 22:27

Sale temps pour Didier LALLEMENT, «le préfet éborgneur», au Conseil de Paris

C'était la fête à Toto, ce mardi 15 décembre 2020, au conseil de Paris, lors du vote de l'état spécial de la préfecture de police (650 millions d'euros) dont l'essentiel du budget concerne la brigade des sapeurs-pompiers. Le débat budgétaire de la Préfecture de police n’est pas détachable de l’actualité législative (Loi sur la sécurité globale ou le séparatisme) des violences policières assumées par Didier LALLEMENT. Déjà, le 7 décembre 2020, 72 élus parisiens, dont plusieurs adjoints d’Anne Hidalgo, avaient déjà signé une lettre ouverte au président Emmanuel MACRON demandant la démission de Didier LALLEMENT, considéré comme un symbole des accusations de violences policières. Ces élus «s'interrogent sur la stratégie du maintien de l'ordre décidée par la préfecture de Paris».

Mme Raphaëlle REMI-LELEU, une élue des Verts est la première à engager la bastonnade du Préfet de police, Didier LALLEMENT, au Conseil de Paris. Les critères d'évaluation des dépenses de l'état spécial ont été fortement critiqués, parmi eux le nombre de dissolutions d'associations ou d'arrestations de manifestants. Didier LALLEMENT, bras armé de la politique répressive de la Macronie, a été qualifié de "préfet éborgneur". C’est lui, sous un autre nom, qui a ressuscité la Bridage des Voltigeurs, celle-là même qui avait tué Malick OUSSEKINE, lors de la grève des étudiants de 1986. Didier LALLEMENT a aussi réprimé, férocement, des demandeurs d’asile, rassemblés pacifiquement à la Place de la République ; il pratique, constamment, la stratégie abusive de l’usage du lacrymogène ou du canon à eau, l’escalade inutile contre des manifestants, «les interventions brutales devant les lycées parisiens, les arrestations arbitraires, «Plutôt qu’assurer l’ordre, vous mettez en danger, vous nourrissez les divisions, vous accentuez les tensions dans l’espace public», a dit Mme Raphaëlle REMI-LELEU.

Mais la ratonnade la plus sévère est venue de Mme Béatrice PATRIE, une élue communiste au Conseil de Paris «On a exprimé ce que des milliers de Parisiens expriment aujourd'hui: un changement de la doctrine sur le maintien de l'ordre et l'arrêt des violences policières» dit-elle. Didier LALLEMENT est lui-même réclamé dès sa prise de fonction à Paris de son expérience répressive à Bordeaux mais surtout de l'héritage des Versaillais, et en particulier du «massacreur», tristement célèbre, Gaston de GALLIFFET (1831-1909) pendant la Commune de Paris, lors de la Semaine sanglante (3000 morts). Cela ramène à une histoire plus récente. La politique répressive de Didier LALLEMENT, suivant cette élue, rappelle Vichy, mais aussi celle de son lointain prédécesseur, Maurice PAPON (1910-2007), qui après avoir déporté les Juifs de Bordeaux, est venu à Paris, réprimer les Algériens. La doctrine du préfet Maurice GRIMAUD (1913-2009), face à la jeunesse mai 1968 était que «frapper un manifestant à terre, c’est frapper soi-même». Pour Didier LALLEMENT, il ne s’agit pas d’éviter l’affrontement, l’heure, après l’honorable et le républicain préfet Michel DELPUECH, est au contact. La création très controversée de «Brav-M», une unité de police à moto, se faufilant entre les manifestants, comme «le Voltigeurs» pour mieux les réprimer. La loi de «sécurité globale» est une surenchère identitaire et sécuritaire. Par ailleurs, Didier LALLEMENT accordé la protection fonctionnelle avec les deniers de l’Etat, aux policiers qui avaient tabassé, dans le 17ème ardt, le producteur de musique noir, Michel ZECLER, et produit des rapports mensongers.

Le groupe de la France Insoumise a également formulé des reproches à l’encontre de Didier LALLEMENT : «Votre stratégie de maintien de l'ordre est contraire aux fondamentaux de notre République. C'est le choix de l'escalade de la violence (?) Vous incarnez de fait le bras armé d'un pouvoir autoritaire totalement à la dérive» a dit Mme Danielle SIMONNET.

Pendant, ces échanges, droit dans ses bottes, Didier LALLEMENT est resté imperturbable. Pendant qu’il s’exprimait, des élus communistes ont quitté la salle, dans un grand chahut.

Comme cela tournait très mal pour Didier LALLEMENT, roué de coups dans ces échanges vifs au Conseil de Paris, Mme Anne HIDALGO, maire de Paris, a eu une initiative charitable, en recommandant de ne pas s'attaquer aux fonctionnaires, mais aux responsables politiques. «J'ai entendu ici et là des mises en cause direct, personnelles, du préfet de police. Il se trouve que nous sommes des élus et j'estime que, en tant qu'élus, nous sommes des responsables politiques, nous avons à nous adresser au Ministre. Je considère que les responsables politiques n'ont pas à s'attaquer aux fonctionnaires. Si j'ai des choses à dire, je les dis aux responsables politiques", a déclaré Mme Anne HIDALGO.

Paris, le 15 décembre 2020, par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

 

«Sale temps pour Didier LALLEMENT, «le préfet éborgneur», au Conseil de Paris» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sale temps pour Didier LALLEMENT, «le préfet éborgneur», au Conseil de Paris» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sale temps pour Didier LALLEMENT, «le préfet éborgneur», au Conseil de Paris» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Sale temps pour Didier LALLEMENT, «le préfet éborgneur», au Conseil de Paris» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

Partager cet article

Repost0
14 décembre 2020 1 14 /12 /décembre /2020 21:08

Michel ZECLER, un producteur Noir, de musique tabassé et victime d'insultes racistes

Une affaire George FLOYD en France. Le 21 novembre 2020, à Paris 17ème, Michel, un Noir, producteur de musique, devant son studio, mais sans masque, de peur de prendre une amende à 135 €, regagne, subitement, ses locaux. Trois policiers poursuivent, lancent une grenade, rentrent dans le studio, le rouent de coups, avec des insultes à caractère racistes ; les policiers interpellent témoins. Au poste de poste de police Michel est accusé, par ces ripoux, de rébellion et de menace avec arme. Un coup classique, comme l’affaire Théo, intimidé sur la gestion de son association. Quand on tabasse un Nègre, on dit qu’il s’est rebellé ou représentait une menace. Ceux qui sont tués, de façon illégale, ne seraient que des délinquants, comme si le casier judiciaire serait devenu une permission de tuer. Mais ici, Michel est un Noir, producteur de musique, dans un quartier chic de Paris, le 17ème, mais ça c’est peut-être louche.

Ces policiers, pourtant assermentés qui ont commis ce faux en écritures publiques, ne savaient pas qu'ils étaient filmés. Le ministre de l'intérieur, Moussa DARMANIN a été contraint, images à l'appui ayant circulé dans les réseaux sociaux, de suspendre ces ripoux. On comprend donc mieux pourquoi le Séparatiste et président, Emmanuel MACRON, dans sa politique répressive et négrophobe assumée, ne veut plus que les policiers soient filmés. Silence, on tue, on matraque et on condamne pour rébellion. On se rappelle des violences 1er mai, d’Alexandre BENALLA, du congédiement d’un grand policier républicain, le préfet de police, M. Michel DEPUECH, que nous regrettons, remplacé par un ultra-répressif, Didier LALLEMANT. Celui-là même qui a molesté, copieusement et sans état d’âme, les Gilets jaunes et les personnels soignants, dont certains ont été éborgnés. Dès que le Ministre de l’Intérieur, Christophe CASTANER, avait évoqué l’idée d’une procédure disciplinaire contre les ripoux, et on ne parle que ceux-là, il a été très vite remercié, comme un mal propre, et remplacé par Moussa DARMANIN, que rien ne distingue du Rassemblement national.

Cependant je le redis, notre police est républicaine, l'écrasante majorité de nos forces de l'ordre n'a pas peur de la transparence. La Police, en tant qu’institution, n’est pas en cause ; ce que je dénonce, et avec force, c’est cette orientation politique, revendiquée par la Macronie, avec des idées nauséabondes. Il est urgent de sonner le tocsin. Je l’écrivais, l’autre jour, les démocraties ne sont pas à l’abri d’une dictature. Donald TRUMP en la parfaite illustration. Seul le président MACRON, dans son nouveau projet vichyste, islamophobe et négrophobe, redoute de ses démons. Mais comme Donald TRUMP, il sera bientôt viré, en 2022. Il partira, comme Donald TRUMP, dans la honte et le déshonneur. La bastonnade arrivera en 2022. Contre d'Etat et cet Apartheid qui se met en place, Racisés, inscrivez-vous, massivement, sur les listes électorales, ne vous pas laissez pas tabasser, impunément, par la Macronie.

L’esclavage, le Code noir ravalant au rang au chose que l’on peut tuer ou molester, c’est fini. Justice pour Michel, Théo, les familles d'Adama, de Bouna et Zyed, et pour les 113 jeunes étouffés à mort, mais aussi, les 53 Noirs, morts dans des incendies de squats à Paris, dans les années 80. On ne lâchera rien, jusqu'à ce que Justice soit faite !

Un rassemblement organisé le samedi 28 novembre 2020 à la Place de la République, a mobilisé plus de 50 000 personnes. Que les gens qui se disent indignés viennent également manifester pacifiquement et fermement contre ces violences policières. Aux différentes manifestations les racisés sont souvent peu mobilisés. Ils préfèrent le ministère de la parole dans les réseaux sociaux. Un peu de cohérence !

C'est ce défaut d'engagement citoyen cela qui cause, fondamentalement, cette impunité et cette montée du racisme et des violences à l’encontre des racisés. On nous chié sur la tête et ça passe. Et le racisme, légitimé, de devient même un argument électoral et rentable pour les négrophobes. Quand est on citoyen on s'engage activement pour ses droits et la République, même si elle est gravement menacée, offre encore des armes redoutables : la manifestation, la désobéissance civile et le vote sanction.

Je propose, depuis longtemps, que tous les racisés cessent, pendant trois jours d'aller travailler et restent chez eux et que cela se termine par une grand meeting de recueillement, sans autre slogan que "nous sommes différents, mais égaux. Inscription sur les listes électorales". Après tant de calomnies, on verra leur place irremplaçable dans cette société. Les vrais séparatistes ne sont pas ceux qu'on pense.

Vite, Mme Anne HIDALGO !

Paris le 26 novembre 2020 par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

 

«Michel ZECLER, un producteur Noir, de musique tabassé et victime d'insultes racistes» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Michel ZECLER, un producteur Noir, de musique tabassé et victime d'insultes racistes» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Michel ZECLER, un producteur Noir, de musique tabassé et victime d'insultes racistes» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Michel ZECLER, un producteur Noir, de musique tabassé et victime d'insultes racistes» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Michel ZECLER, un producteur Noir, de musique tabassé et victime d'insultes racistes» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Michel ZECLER, un producteur Noir, de musique tabassé et victime d'insultes racistes» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Michel ZECLER, un producteur Noir, de musique tabassé et victime d'insultes racistes» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Michel ZECLER, un producteur Noir, de musique tabassé et victime d'insultes racistes» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Michel ZECLER, un producteur Noir, de musique tabassé et victime d'insultes racistes» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Michel ZECLER, un producteur Noir, de musique tabassé et victime d'insultes racistes» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Michel ZECLER, un producteur Noir, de musique tabassé et victime d'insultes racistes» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

Partager cet article

Repost0
14 décembre 2020 1 14 /12 /décembre /2020 20:26

Barack OBAMA et la 1ère partie de ses mémoires : une Terre Promise (Promise Land)

Barack OBAMA, prix Nobel de la paix, dans une interview accordée à François BUSNEL, de France 2, parle de ses mémoires, un récit intime et introspectif, d’un militant associatif devenu premier président noir des Etats-Unis. Homme habité par l'espoir et l'espérance, président très cultivé, Barack OBAMA porte un regard et une appréciation extraordinaires sur l'Amérique et le monde. Le leadership peut être charismatique ou bureaucratique. Quand on est au pouvoir, à un niveau de responsabilité, il peut y avoir un décalage entre le cérémoniel et ce qu’on est vraiment, sa vraie personnalité. Le danger, c’est qu’on devienne hors sol, et on finit par croire au cérémoniel, et en oubliant que si on est au pouvoir, c’est grâce aux électeurs.

Barack OBAMA, en président amoureux des belles lettres, la littérature «l’a aidé à gouverner». Grand lecteur et admirateur de Toni MORRISON : «j'ai eu un grand privilège de fréquenter Toni Morrison. L’un des avantages d'être président, c’est de rencontrer des personnes que vous avez idolâtrées». C’est en lisant certains de ses livres, comme «Le chant de Salomon», «Sula» ou «L'œil le plus beau», que Barack OBAMA a perfectionné la qualité de son expression écrite. Toni MORRISON «est quelqu'un qui m'a appris à écrire. Je n’ai pas suivi de cours d’écriture créative ni appris à écrire de manière formelle. J'ai appris par la lecture et ses livres qui étaient une université où apprendre à s’exprimer et à décrire de belle façon les questions humaines les plus fondamentales. Peut-être que j'ai apporté des aspects d’une sensibilité littéraire à la présidence» dit-il.

Après ces années terribles de Donald TRUMP avec ses théories complotistes, son profond mépris de la différence, la démocratie américaine a vacillé. L’arrivée de Donald TRUMP au pouvoir est dû au sentiment de déclassement des petits Blancs : «J'avais une assez bonne réputation auprès du peuple américain (...). Mais ce qui était clair, c'était les divisions dues aux réactions de la mondialisation, le fait que les habitants des zones urbaines avaient mieux réussi économiquement et qu'ils avaient adopté un point de vue plus cosmopolite, qu'ils acceptaient et encourageaient la diversité. Tout cela a laissé à beaucoup de gens qui vivent dans les zones rurales, le sentiment d'avoir perdu leur statut» dit-il. Certains médias ont joué sur ces divisions et Donald TRUMP l’a exploité : «Je pense que les médias de droite ont attisé tous ces ressentiments et ont encouragé les gens à penser, d'une certaine manière, que l'Amérique dont ils se souvenaient n'existait plus. Et ça, c'est très puissant. Le politique (...) ce n'est pas seulement une question matérielle. C'est souvent une question d'histoires concurrentes pour dire qui nous sommes, ce que signifie notre vie, notre identité. La majorité des Américains a adopté l'histoire que je leur ai racontée, mais un grand nombre ne l'a pas fait et Donald Trump a certainement reflété cela» dit-il.

Le pays est profondément divisé, plus que jamais. «Je crois que les résultats de cette élection sont un nouveau départ. Comme je l’explique dans le livre, le pays est réellement divisé. C’était le cas avant Donald Trump, mais cela s’est sans doute accéléré sous sa présidence» dit-il. La victoire du ticket BIDEN-HARRIS, aux présidentielles du 3 novembre 2020, a remis les choses à l'endroit ; c’est le retour à une certaine normalité, c’est «un retour à certaines normes (...) essentielles à la démocratie». Joe BIDEN est un «homme décent, honnête et loyal». En cette année 2020, l’affaire George FLOYD ayant secoué le monde entier, est un puissante réprobation de ce racisme institutionnel et systémique et un appel à plus de Justice, de Solidarité et de Fraternité. «On ne peut pas résoudre un problème en prétendant qu'il n'existe pas (...). Un des débats qui fait rage en Amérique, c'est : comment peut-on surmonter notre fossé racial ? L'esclavage, la ségrégation... On ne peut pas prétendre que ça n'a jamais existé, parce que ça continue à avoir une énorme influence aujourd'hui. Nous sommes en pleine pandémie, et les taux de mortalité sont nettement plus élevés chez les Noirs et les gens de couleur. Tout ça remonte au passé» dit Barack OBAMA. Il faudrait sortir du déni permanent ou du ressentiment : «fouiller ce passé, pour le regarder d'une manière honnête. C'est ce regard honnête, qui permettra d'assumer ce passé et de s'en libérer, comme l'Allemagne a dû regarder de près son passé nazi ou l'Afrique du Sud ; ce qui s'est passé pendant l'apartheid. "Les Etats-Unis d'Amérique doivent travailler davantage ces questions (...). Nous avons tous la responsabilité d'aller de l'avant sur un chemin meilleur que celui du passé» précise-t-il. Chacun de nous a une responsabilité : contribuer à rendre le monde habitable et meilleur. Il faudrait que les jeunes, eux aussi, prennent la parole et s’expriment. Chaque citoyen devrait quitter le statut de spectateur pour se rendre utile à lui-même et à la société, pour le Bien commun. Il faudrait pouvoir regarder l’autre en le reconnaissant dans son humanité.

Barack OBAMA est partisan du multilatéralisme, de relations étroites avec l’Europe. Donald TRUMP a affaibli la relation avec le vieux continent. Il brosse le portrait de différentes personnalités. Ainsi, le président Nicolas SARKOZY est décrit un personnage constamment en mouvement, avec une grande énergie. Il aimait qu’on fasse attention à lui. Mais Nicolas SARKOZY, ce sont des «emportements émotifs et les discussions avec lui, étaient tour à tour amusantes et exaspérantes, ses mains bougeaient en mouvement perpétuel, sa poitrine bombée, comme celle d’un coq nain. Ce qui faisait défaut à Sarkozy en matière de cohérence idéologique, il le compensait par l'audace, le charme et une énergie frénétique. Dès lors qu'il s'agissait de stratégie politique, [il] n'hésitait pas à faire de grands écarts, souvent poussé par les gros titres ou l'opportunisme politique» écrit OBAMA. Il a de l’estime et de la considération pour la chancelière allemande, Angela MERKEL, en dépit de son tempérament conservateur «Je la trouvais sérieuse, honnête, intellectuellement exigeante et instinctivement bienveillante. C’est une politicienne aguerrie qui connaissait bien ses électeurs» écrit-il.

Une gratitude et reconnaissance infinie à France 2, après son documentaire sur la colonisation, d'avoir donné la parole à Barack OBAMA, un homme dont l'action, après le mandat calamiteux de Donald TRUMP, permis par le précédent qu'il avait créé à Kamala HARRIS d'entrer dans l'Histoire. Quand, il y a de cela 40 ans, un homme exceptionnel, François MITTERRAND, avait libéré les ondes, je m'étais extasié, sans retenue. «L'ORTF, c'est la voix de la France» disaient ces gaullistes conservateurs qui avaient brimé le pluralisme et la liberté. Et puis vinrent les télévisions de BERLUSCONI et tous ces spectacles affligeants pour l'entendement humain.

De nos jours certains médias attisent le poison de la haine et de la division. Le pouvoir médiatique préfère le bruit, la puissance de l’image, au détriment du débat de fond et de l’empathie. Le pluralisme médiatique, quand il est confisqué par quelques grands groupes financiers, est devenu une insulte grave à la démocratie. Comme quoi, le service public, quand il quitte la logique de l'audimat et de la rentabilité, peut réaliser de grandes et belles choses, afin de restaurer la bonne image de cette extraordinaire France que nous chérissons, et la seule : celle de la République.

Indications bibliographiques

OBAMA (Barack), Terre promise, Paris, Fayard, 2020, 848 pages, prix 32 € ;

OBAMA (Barack), Les rêves de mon père, traduction Danièle Darneau, Paris, Points, 2018, 550 pages ;

OBAMA (Barack), L’audace d’espérer, une nouvelle conception de la politique américaine, Presses de la Cité, 2007, 368 pages.

Paris le 17 novembre 2020 par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

 

 

«Barack OBAMA et la 1ère partie de ses mémoires : une Terre Promise (Promise Land)» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Barack OBAMA et la 1ère partie de ses mémoires : une Terre Promise (Promise Land)» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Barack OBAMA et la 1ère partie de ses mémoires : une Terre Promise (Promise Land)» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Barack OBAMA et la 1ère partie de ses mémoires : une Terre Promise (Promise Land)» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Barack OBAMA et la 1ère partie de ses mémoires : une Terre Promise (Promise Land)» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Barack OBAMA et la 1ère partie de ses mémoires : une Terre Promise (Promise Land)» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Barack OBAMA et la 1ère partie de ses mémoires : une Terre Promise (Promise Land)» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Barack OBAMA et la 1ère partie de ses mémoires : une Terre Promise (Promise Land)» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Barack OBAMA et la 1ère partie de ses mémoires : une Terre Promise (Promise Land)» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Barack OBAMA et la 1ère partie de ses mémoires : une Terre Promise (Promise Land)» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Barack OBAMA et la 1ère partie de ses mémoires : une Terre Promise (Promise Land)» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Barack OBAMA et la 1ère partie de ses mémoires : une Terre Promise (Promise Land)» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Barack OBAMA et la 1ère partie de ses mémoires : une Terre Promise (Promise Land)» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Barack OBAMA et la 1ère partie de ses mémoires : une Terre Promise (Promise Land)» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Barack OBAMA et la 1ère partie de ses mémoires : une Terre Promise (Promise Land)» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Barack OBAMA et la 1ère partie de ses mémoires : une Terre Promise (Promise Land)» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Barack OBAMA et la 1ère partie de ses mémoires : une Terre Promise (Promise Land)» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Barack OBAMA et la 1ère partie de ses mémoires : une Terre Promise (Promise Land)» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Barack OBAMA et la 1ère partie de ses mémoires : une Terre Promise (Promise Land)» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Barack OBAMA et la 1ère partie de ses mémoires : une Terre Promise (Promise Land)» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Barack OBAMA et la 1ère partie de ses mémoires : une Terre Promise (Promise Land)» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Barack OBAMA et la 1ère partie de ses mémoires : une Terre Promise (Promise Land)» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Barack OBAMA et la 1ère partie de ses mémoires : une Terre Promise (Promise Land)» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Barack OBAMA et la 1ère partie de ses mémoires : une Terre Promise (Promise Land)» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Barack OBAMA et la 1ère partie de ses mémoires : une Terre Promise (Promise Land)» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Barack OBAMA et la 1ère partie de ses mémoires : une Terre Promise (Promise Land)» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Barack OBAMA et la 1ère partie de ses mémoires : une Terre Promise (Promise Land)» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Barack OBAMA et la 1ère partie de ses mémoires : une Terre Promise (Promise Land)» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Barack OBAMA et la 1ère partie de ses mémoires : une Terre Promise (Promise Land)» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Barack OBAMA et la 1ère partie de ses mémoires : une Terre Promise (Promise Land)» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Barack OBAMA et la 1ère partie de ses mémoires : une Terre Promise (Promise Land)» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Barack OBAMA et la 1ère partie de ses mémoires : une Terre Promise (Promise Land)» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Barack OBAMA et la 1ère partie de ses mémoires : une Terre Promise (Promise Land)» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Barack OBAMA et la 1ère partie de ses mémoires : une Terre Promise (Promise Land)» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Barack OBAMA et la 1ère partie de ses mémoires : une Terre Promise (Promise Land)» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Barack OBAMA et la 1ère partie de ses mémoires : une Terre Promise (Promise Land)» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

Partager cet article

Repost0
14 décembre 2020 1 14 /12 /décembre /2020 20:15

Contre les dictatures du tiers-monde et ailleurs. Pour l’éloge de la Souveraineté, de la Liberté et de la Dignité humaine

Un des points communs entre l’Afrique et l’Amérique latine est que ces deux blocs ont tous subi colonisations et indépendances, et sont profondément marqués des régimes dictatoriaux, monarchiques et dynastiques.

L’Afrique c’est l’indépendance dans la dépendance, à travers un système politique mis en place par Charles de GAULLE, appelée la Françafrique. Les pays africains sont devenus par un système vassalité des provinces françaises. Dans des pays comme le Gabon, le Cameroun, le Togo, le Tchad un système de patrimonialisation du pouvoir a été mis en place. René DUMONT avait donc raison d’écrire que l’Afrique est «Mal partie». En dépit du multipartisme, devant la fin de la guerre froide, les Constitutions sont tripatouillées, pour se maintenir abusivement au pouvoir, comme ce fut le cas récemment en Guinée et en Côte-d’Ivoire. Au Mali, le soulèvement populaire, a été confisqué par une junte militaire, elle-même vite récupérée par la Françafrique.

Les régimes militaires en Amérique sont nés avec la «doctrine Monroe» pendant la guerre froide afin d’éviter la contagion du cas de Cuba, un pays encore communiste. Francis Fukuyama, philosophe et économiste américain, indiquait dans son ouvrage «La fin de l’histoire et le dernier homme» que la fin de la guerre froide marquait le triomphe idéologique de la démocratie, et du libéralisme sur les autres idéologies politiques. Ce triomphe signifiait que, tôt ou tard, l’ensemble des nations convergerait vers un idéal démocratique. Or, aujourd’hui, force est de constater qu’il demeure de nombreux pays en dictature dont l’existence perdure, notamment en Amérique Latine et en Afrique. On appelle dictatures les régimes politiques autoritaires, très souvent illégitimes, qui s’installent et/ou se maintiennent par la force. Une dictature est un «régime politique dans lequel le pouvoir est détenu par une personne ou par un groupe de personnes qui l’exercent sans contrôle, de façon autoritaire »  suivant le «Larousse». De tels régimes arrivent à fermer leur pays à toute influence étrangère, et à maintenir une mainmise constante sur la population, par une propagande intense et une censure de l’information.

Plusieurs pays d'Amérique latine comme le Brésil, le Chile ou l’Argentine ont été touchés par la dictature, et le Brésil a renoué avec ses vieux démons. Ces régimes dictatoriaux ont souvent adopté des politiques culturelles ou des alliances militaires dont le but était de les soutenir et les légitimer idéologiquement.

Pourtant, et défaut de pouvoir opposer une résistance culturelle dans leur pays, avec la censure, c’est curieusement, en France que cette littérature a vu le jour. Il appartient aux Africains eux-mêmes de prendre en charge leur destin. «Et j’ai pendant longtemps idéalisé mon pays. Il a fallu que je revienne au Cameroun, que j’y vive, pour découvrir l’autre vision de l’Afrique. (…). C’était un peu la Case de l’oncle Tom : le bon Noir opprimé par le méchant Blanc, puisque pour nous, même les chefs d’Etat postcoloniaux étaient des marionnettes des Blancs. Donc la situation coloniale et esclavagiste continuait. Et c’est lorsque je suis retourné en Afrique, que je me suis aperçu que nous sommes pour moitié responsables de nos malheurs» dit BETI, auteur de «Mains basses sur le Cameroun». En effet, l’opposition est muselée et bâillonnée au Cameroun et les forces vives du pays sont contraintes à l’exil.

L’écrivain, ivoirien, Ahmadou KOUROUMA, qui a vécu au Togo, avait décrit le régime dictatorial de la dynastie EYADEMA, dit Koyaga, dans son roman, «En attendant les bêtes sauvages», qui avait assassiné le président Sylvanus OLYMPIO. «Le répondeur est le diseur de vérité. Dans les prisons de Bokassa, les choses se passaient comme dans mon roman. Le personnage du colonel Otto Sacher a bel et bien existé. Les comportements des dictateurs africains sont tels que les gens ne les croient pas ; ils pensent que c’est de la fiction. Leurs comportements dépassent en effet souvent l’imagination. Les dictateurs africains se comportent dans la réalité comme dans mon roman. Nombre de faits et d’événements que je rapporte sont vrais. Mais ils sont tellement impensables que les lecteurs les prennent pour des inventions romanesques. C’est terrible ! Cela fait partie de l’art de gouverner de ces dictateurs de mélanger le vrai et le faux, de ne pas dire ce qu’on fait, de dire ce qu’on ne fait pas» écrit KOUROUMA. Dans «En attendant les bêtes sauvages», le statut de chasseur occupe une place très importante Chasseur de bêtes sauvages, il se meut en tueur d’hommes. Ici, l’homme apparaît plus cruel que la bête sauvage. En fin de compte, l’homme n’est pas un loup pour l’homme, mais bel et bien un homme pour l’homme. C’est un être monstrueux qui se révèle capable d’éliminer physiquement ses semblables par jouissance, pour en tirer un plaisir morbide, et non pas seulement pour survivre ou se défendre. «Lorsque le chasseur tue un fauve, il lui arrache les parties génitales pour les lui enfoncer dans la gueule. Par analogie, quand Koyaga tue ou assassine des hommes, il les émascule et leur enfouit le sexe dans la bouche. Parce que cela permet de neutraliser la force vengeresse des fauves, ou des hommes, tués. En leur mettant la queue ou le sexe dans la bouche, cette force est enfermée et elle tourne en rond. C’est cela la logique des chasseurs et de Koyaga», écrit KOUROUMA.

VARGAS LLOSA, à travers un roman «La fête au bouc» a bien décrit les mécanismes de la dictature en Amérique Latine. En 1961, le 30 mai, jour de la Fête au Bouc, Rafaël Leonidas Trujillo Molina qui, depuis 1930, maintenait Saint-Domingue dans un régime de terreur et d'esclavage, était abattu dans sa voiture par des conjurés postés au bord de la route qu'il avait coutume d'emprunter. Une répression terrible s'ensuivit. Le pays, loin de se libérer et de s'acheminer vers la démocratie, continua de s'enfoncer dans la décadence et la corruption. C'est par le biais d'un personnage imaginaire, qui ouvre et referme le roman, que s'opère cette reconstitution. Fille d'un sénateur qui fut l'un des suppôts de Trujillo avant de tomber en disgrâce, Urania Cabral a fui, adolescente, Saint-Domingue pour les États-Unis où elle a fait sa vie. Trente-cinq ans après, cette avocate revient sur son île natale pour y revoir son père, devenu invalide et aphasique et replonge dans les souvenirs de son enfance ; jeune elle avait subi des sévices sexuelles du dictateur.

Avant Mario VARGAS LLOSA, les plus grands écrivains sud-américains, de García Márquez à Asturias, en passant par Roa Bastos, avaient osé prendre pour sujet cette malédiction qui n’est pas propre à ce continent, qu'est la dictature. C’est un tout un système de lâcheté, de peur, de traitrise, d’ingratitude, d’endoctrinement, d’isolation ; de destruction du système social qui finit par broyer tous, et organiser un système de castration des vives de la Nation.

Comment donc s’en sortir ?

Une redoutable question. Antonio GRAMSCI, dans ses «cahiers de prison», invitait à travailler sur «l’hégémonie culturelle». Une des forces de la dictature, c’est d’isoler et instrumentaliser ; vous finissez par ne plus croire en vous-même. La victoire des idées est le meilleur chemin pour la conquête du pouvoir. «C’est toujours le bon moment de faire ce qui est juste» disait Martin Luther KING. Comme le dirait Ahmadou KOUROUMA, «Quand on refuse, on dit NON».

Le Mahatma GANDHI, Martin Luther KING et Nelson MANDELA l’ont rappelé, un peuple calme et déterminé, finira toujours par vaincre l’Injustice. Il y a naturellement un prix à payer. «Si un homme n’a pas trouvé quelque chose qui vaut qu’on lui sacrifie la vie, il ne mérite pas de vivre. Un homme meurt quand il refuse de se battre pour ce en quoi il croit. Un homme meurt quand il refuse de se battre pour la justice. Un homme meurt quand il refuse de se battre pour ce qui est vrai», dit Martin Luther KING. En  Tunisie, en Algérie, au Zimbabwe et au Soudan des régimes monarchiques et dynastiques, se croyant invincibles, sont tombés.

Les pays occidentaux, si sûrs d’eux-mêmes, ne sont pas à l’abri d’une dictature. Déjà, au XXème siècle diverses dictatures avaient déjà secoué le vieux continent celles de Hitler, en Allemagne, le Maréchal PETAIN en France, Salazar au Portugal, Franco en Espagne et Mussolini en Italie. «L’accession de Hitler au pouvoir fut légale selon la règle majoritaire, et ni lui ni Staline n’auraient pu maintenir leur autorité sur de vastes populations, survivre à de nombreuses crises intérieures ou extérieures et braver les dangers multiples d’implacables luttes internes au parti, s’ils n’avaient bénéficié de la confiance des masses», écrit Hannah ARENDT.

De nos jours, on contemple, avec effroi que depuis 4 années, l’Amérique est dirigée par Donald TRUMP, un fou, un iconoclaste, un grand menteur, un islamophobe, un suprémaciste et un adversaire résolu de la démocratie. En Italie, en Grande-Bretagne et en Hongrie des régimes populistes ont triomphé. Personne ne songe, ou n’ose secouer Vladimir PUTIN, en Russie.

En France, la lepénisation des esprits a contaminé une bonne partie des Républicains, et ce projet de loi, de la Macronie sur le séparatisme, rebaptisé «Loi sur la sécurité globale» est d’inspiration vichyste, négrophobe et islamophobe. «Rien n’est plus dangereux que d’arrêter de penser. Le danger consiste en ce que nous devenions de véritables habitants du désert et que nous nous sentions bien chez lui» écrit Hannah ARENDT qui estimait que l’Occident peut basculer dans la dictature. George ORWELL, dans son livre 1984, ne s’adressait pas seulement qu’aux dictatures communistes. Le monde prétendument «libre» n’est pas à l’abri d’une dictature «Big Brother is watching you !».

Donald TRUMP, le 20 janvier 2021, finira par partir dans la honte et le déshonneur. D’autres également en 2022 lui emboiteront le pas. «Même la nuit la plus sombre prendra fin. Et le soleil se lévera» dit Victor HUGO.

Indications bibliographiques sommaires.

ARENDT (Hannah), L’impérialisme, les origines du totalitarisme, traduit par Martine Leiris, révisé par Hélène Frappat, Paris, Seuil, 2010, 384 pages ;

ARENDT (Hannah), Les origines du totalitarisme : Eichmann à Jérusalem, Paris, Gallimard, 2002, 1615 pages ;

ARENDT (Hannah), Les origines du totalitarisme : le système totalitaire, traduit par Jean-Loup Bourget, Robert Davreu et Patrick Lévy, révisé par Hélène Frappat, Paris, Seuil, 384 pages ;

BEJJANI (Gérard), «La fête au bouc de Mario Vargas Llosa», L’Orient Littéraire, avril 2020, n°166 ;

BETI (Mongo), Main basse sur le Cameroun : autopsie d’une décolonisation, Paris, La François Maspero, 1972 et La Découverte 2003, 269 pages ;

BORGES (José, Luis), Fictions, Louis Gallois, Paris, Gallimard, 1944 et 2014, 214 pages ;

CHAO (Ramon), «La fête au bouc, un roman de Mario Vargas Llosa. Tyrans et despotes dans la littérature latino-américaine», Le Monde diplomatique, mai 2002, pages 32-33 ;

CHEVALIER (François), SAINT-GEOURS (Yves), L’Amérique latine, de l’indépendance à nos jours, Paris, PUF, Clio, 1993, 724 pages ;

GINHUT (Thierry), «Mario Vargas Llosa, romancier des libertés», Revue des Deux Mondes, juillet-août 2003, pages 174-178 ;

KOUROUMA (Ahmadou), En attendant les bêtes sauvages, Paris, Seuil, 1998, 357 pages ;

KOUROUMA (Ahmadou), Les soleils des indépendances, Paris, Seuil, 1970, 198 pages ;

KOUROUMA (Ahmadou), Monné, outrages et défis, Paris, Seuil, 1990, 286 pages ;

KOUROUMA (Ahmadou), Quand on refuse on dit non, Paris, Seuil, 2004, 164 pages ;

LEFORT (Daniel), «Mario Vargas Llosa, de la «Fête» au «Paradis» : fictions de l’histoire et pouvoirs de l’écrivain», Esprit, n°299, novembre 2003, pages 65-75 ;

LILA (Mark), LE BIHAN (Frédéric), «Le nouvel âge de la tyrannie», Esprit, n°291, janvier 2003, pages 110-118 ;

ORWELL (George), 1984, traduction de Jean Queval, Virginie Manouguian éditrice scientifique, Paris, Belin, Gallimard, 2016, 191 pages ;

QUEMENEUR (Tramor), «L’Amérique latine entre dépendances et dictatures, rappels historiques», L’école des lettres, 2014-15, n°1, pages 69-74 ;

ROUQUIER (Alain), A l’ombre des dictatures. La démocratie en Amérique latine, Paris, Albin Michel, 2010, 379 pages ;

VARGAS LLOSA (Mario), La fête au bouc (La Fiesta del Chivo), traduction de l’espagnol du Pérou, par Albert Bensoussan, Paris, Gallimard, 2002, collection du monde entier, 608 pages ;

ZUMBIEHL (François), «La fête au bouc, anatomie littéraire d’une dictature bananière», Critique 2017, vol 5, n°840, pages 414-422.

Paris, le 22 novembre 2020, par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

"Contre les dictatures du tiers-monde et ailleurs. Pour l’éloge de la Souveraineté, de la Liberté et de la Dignité humaine», par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
"Contre les dictatures du tiers-monde et ailleurs. Pour l’éloge de la Souveraineté, de la Liberté et de la Dignité humaine», par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
"Contre les dictatures du tiers-monde et ailleurs. Pour l’éloge de la Souveraineté, de la Liberté et de la Dignité humaine», par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
"Contre les dictatures du tiers-monde et ailleurs. Pour l’éloge de la Souveraineté, de la Liberté et de la Dignité humaine», par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
"Contre les dictatures du tiers-monde et ailleurs. Pour l’éloge de la Souveraineté, de la Liberté et de la Dignité humaine», par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
"Contre les dictatures du tiers-monde et ailleurs. Pour l’éloge de la Souveraineté, de la Liberté et de la Dignité humaine», par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
"Contre les dictatures du tiers-monde et ailleurs. Pour l’éloge de la Souveraineté, de la Liberté et de la Dignité humaine», par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
"Contre les dictatures du tiers-monde et ailleurs. Pour l’éloge de la Souveraineté, de la Liberté et de la Dignité humaine», par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
"Contre les dictatures du tiers-monde et ailleurs. Pour l’éloge de la Souveraineté, de la Liberté et de la Dignité humaine», par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
"Contre les dictatures du tiers-monde et ailleurs. Pour l’éloge de la Souveraineté, de la Liberté et de la Dignité humaine», par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
"Contre les dictatures du tiers-monde et ailleurs. Pour l’éloge de la Souveraineté, de la Liberté et de la Dignité humaine», par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

Partager cet article

Repost0
14 décembre 2020 1 14 /12 /décembre /2020 19:38

En 2017, dans un front républicain, en l’absence d’un candidat de gauche, j’avais voté au deuxième tour des présidentielles pour le candidat Emmanuel MACRON, face à l’héritière de l’entreprise familiale LE PEN. Erreur tragique et douloureuse que je confesse, ici et publiquement ; il a mordu la main de ses bienfaiteurs. Je m’aperçois, maintenant, qu’avec son projet de loi sur le séparatisme, rebaptisé pudiquement «loi de sécurité globale», avec interdiction de filmer les ripoux dans leurs besognes criminelles, le président MACRON fait du LE PEN, sans LE PEN. Le président MACRON avait trahi le mari de Brigitte, puis François HOLLANDE son mentor en politique qui l’avait sorti de l’anonymat, et maintenant, son projet d’extrême-droite, est un parricide contre la République. Il a même réussi un tour de force en bâillonnant et marginalisant les «Mormons», ce cercle de fidèles Macronistes de la première heure, au profit d’une Droite dure, identitaire et séparatiste. Les ex-Socialistes égarés encore dans cette galère peuvent encore retrouver le bon chemin ; il n’est jamais trop tard de bien faire : «C’est toujours le bon moment de faire ce qui est juste» disait Martin Luther KING.

Finalement, sa stratégie électorale, assumée, en vue des élections présidentielles de 2022, est clairement vichyste, séparatiste, islamophobe et négrophobe ; c’est un basculement grave de la Macronie dans les idées nauséabondes du racisme. Le président MACRON, dans ses calculs politiciens, veut se retrouver au deuxième tour des futures présidentielles, face à Marine LE PEN, et forcer ainsi la main des Républicains à encore voter pour lui. Au lieu, de face au danger de la peste brune pour sauver la République, assurer l’unité et la cohésion de la Nation, le Gardien de la temple a, volontairement, souillé sur les principes d’égalité et de fraternité au cœur du pacte républicain. Le président MACRON a donc franchi la ligne rouge. Le maréchal Philippe PETAIN, vainqueur au Maroc de la guerre contre le nationaliste Abdelkrim, puis de la Première guerre, jadis auréolé de gloire, mais en raison de sa collaboration avec les fascistes, a fini dans la honte et le déshonneur.

Je le redis ici, et très fermement, qu’à un éventuel deuxième tour entre LE PEN et MACRON, entre la peste et le choléra, je m’abstiendrai. Ma modeste conviction, après la cuisante défaite de la Macronie aux municipales de 2020, et sa probable bérézina aux régionales et aux départementales de juin 2021, est que Emmanuel MACRON, comme Donald TRUMP, en raison du mauvais chemin qu’il a pris, ne sera que le président d’un seul mandat. Echec et mat.

Bien des gens ne sont pas aperçu, tout de suite, du glissement insensible de la Macronie vers le séparatisme et le fascisme. Déjà lors du 1er tour des présidentielles de 2017, à Alger, le candidat MACRON avait déclaré que le colonialisme est un «crime contre l’Humanité». Sitôt de retour à Paris, et s’être fait sermonné par le parti colonial et certains lobbies, M. MACRON a vite oublié ses promesses. Dans son programme présidentiel, il voulait aussi mettre fin à la Françafrique, et engager une coopération mutuellement avantageuse, l’Afrique étant un continent des opportunités à respecter. Obnubilé désormais par l’immigration et l’Islam, les adversaires de l’intérieur de la Macronie, en raison d’une démarche complotiste, sont devenus les Français musulmans et tous les racisés. Tout est vu sous l’angle du terrorisme, de la délinquance et de l’immigration. On se souvient de cette horrible et insultante déclaration sur «le ventre des mères des Africains». Pour le président MACRON les «kwassa-kwassa», ces petites embarcations comoriennes, ne servaient qu’à «amener du Comorien» à Mayotte, et la Guyane serait «une île». C’est bien le président MACRON qui a encore modifié la loi sur l’immigration, avec des délais de rétention portés à 90 jours, et voulu augmenter, déraisonnablement, les droits d’inscription des étudiants étrangers. C’est encore lui qui était allé cajoler Eric ZEMMOUR, celui-là même qui crache son venin, chaque jour, sur les racisés, dans une télévision de Vincent BOLLORE, un représentant financier de la Françafrique. Du même coup, on entend peu Marine LE PEN qui se fait discrète ; l’héritière de la petite entreprise familiale n’a plus besoin de faire campagne. Son porte-parole est devenu le président Emmanuel MACRON entiché de sarkozystes partisans de l’identité nationale, comme le ministre de l’Intérieur, Moussa DARMANIN, et le premier ministre, Jean CASTEX. «Les Français préfèreront toujours l’original à la photocopie» avait dit, fort justement, Jean-Marie LE PEN.

A certains égards, ce séparatisme de la Macronie est habile ; il vise à opposer les Gaulois et aux racisés, les riches aux pauvres. «Diviser, pour mieux règne», tel est l’antique et efficace slogan des dirigeants machiavéliques et populistes. Face aux difficultés quotidiennes de ceux qui souffrent, il faut désigner des boucs-émissaires, instrumentaliser, calomnier et jouer sur les peurs irrationnelles, afin d’occulter les vrais problèmes et ses forfaitures. Ses funestes et injustes réformes, et pour lesquelles, son préfet répressif Didier LALLEMANT a éborgné des Gilets jaunes, les retraités et le personnel soignant, ne sont que suspendues, et non encore abrogées. Le chemin le plus facile du démagogue, c’est toujours de s’attaquer aux faibles (immigrés, retraités, chômeurs), et de rabaisser les racisés, afin de mieux les asservir. En effet, Albert MEMMI (1920-2020, voir mon article) a établi une relation très étroite entre le racisme et l’oppression coloniale : «Le racisme est la dévalorisation profitable d'une différence» ou, plus techniquement, «le racisme est la valorisation, généralisée et définitive, de différences réelles ou imaginaires, au profit de l'accusateur et au détriment de sa victime, afin de légitimer une agression», écrit-il. Le candidat MACRON, devenu un président des riches, se prétendait être «ni de droite, ni de gauche». Et pendant cette pandémie, dans sa démagogie, le président a sorti deux slogans qui font mouche : «Le quoi qu’il en coûte» et une réflexion après le confinement sur «le Monde d’après». Pour la Macronie inauthentique et dissimulatrice, tout ne serait que communication et enfumage. Dans la réalité, avec un premier ministre sarkozyste, Jean CASTEX, les milliards, comme par enchantement, pleuvent, avant ce n’était pas possible, mais ces cadeaux sont essentiellement réservés aux entreprises. Il n’y a que des miettes pour les ménages.

En réaction à l’émotion populaire face aux violences policières du 21 novembre 2020, contre Michel ZECLER, un Noir producteur de musique, le président MACRON s’est déclaré «choqué» sur sa page Facebook, une réaction inadaptée face aux énormes et criminelles dégâts de sa politique. Incapable de décider et d’être cohérent avec lui-même, d’assurer une vision stratégiques des choses, le président MACRON, un spécialiste des oxymores, ne sait même plus où est-ce qu’il habite, et ne comprend plus rien à la logique de ses propres décisions. Où est donc, Mme Elisabeth MORENO, Ministre déléguée de l’Egalité, claquemurée maintenant dans un grand silence face à ce crime d’Etat et qui avait dit à sa prise de fonction ? « J'avais prévenu le président et le Premier ministre : je ne viens dans ce gouvernement qu'à la condition d'avoir les moyens d'atteindre mes objectifs et ils se sont tous les deux engagés à le faire». C’est toujours, cette diversité alibi ; le président MACRON n’a jamais défendu le député François M’BAYE contre les menaces de mort et les attaques racistes. Si ce crime d’Etat n’était pas filmé, il est probable que Michel ZECKER, comme 113 autres jeunes Noirs, aurait été tué, pour des soi-disant faits de «rébellion» ou de «terrorisme» ou de «trafic de drogue», les calomnies permanentes à l’encontre des racisés.

Ces violences ont été instrumentalisées, justifiées et excusées par la Macronie, sur le chemin de la honte et du déshonneur de la République. C’est bien le chef de l’Etat, à travers son projet de loi sur le séparatisme, stigmatisant en permanence les racisés, qui envisage d’interdire, à travers l’article 24, que les policiers soient filmés. Maintenant, après que les députés se sont prononcés, et en violation grave des droits du Parlement, ne s’avouant pas vaincu par l’émotion et l’indignation populaires des dégâts qu’il a commis, le président MACRON, dans son entêtement légendaire, voulait réécrire le texte de l’article 24, par une commission. Nouvelle bronca, même de sa propre majorité ; c’est comme que naissent les dictatures. «Quand un texte heurte les consciences et divise la société, quand il risque de provoquer la violence, il faut le retirer. La Police doit agir conformément aux lois de la République, les comportements inacceptables doivent être sanctionnés, avec la plus grande fermeté» écrit le mentor de MACRON et ancien président de la République, François HOLLANDE.

Auparavant, et l’exceptionnel préfet de police, M. Michel DELPUECH, a été remplacé par un préfet de police répressif. Christophe CASTANER qui avait osé évoquer une sanction pour les policiers ripoux et réformer l’I.G.P.N, la police des police ou le prétendu «le bœuf-carotte», a été très vite démis de ses fonctions au profit de Moussa DARMININ, que rien distingue du Rassemblement national, un premier flic de France accusé de viol, une mauvaise carte de visite quand on fait de la morale aux racisés. «Big Brother is watching you», disait George ORWELL, dans son livre “1984”. Par conséquent, Recep ERDOGAN, président turc, avait raison de dire que le président MACRON, devant les violences policières, au lieu de «crier au feu !», ce pompier pyromane, malade de l’islamophobie et de la négrophobie, devrait aller «se soigner». C’est la charité qui se moque de l’hôpital.

J’invite tous les chefs d’Etat africains, en particulier ceux qui ont été élus, et ne devant leur légitimité qu’à leur peuple, à refuser, désormais, de déférer aux convocations du «Maître lepénisé», aux sommets franco-africains et la Francophonie, et de sortir du Franc C.F.A., d’exiger, 60 ans après les indépendances dans la dépendance, la liquidation de la Françafrique, en vue de bâtir une nouvelle politique de coopération avec l’Afrique, mutuellement avantageuse, fondée sur la souveraineté et le respect mutuel.

En conséquence, il faut sonner le tocsin pour sauver la République. Depuis 1875, il n’y a pas eu de femme présidente de la République française. Madame Anne HIDALGO, devenue, «de facto», la patronne des forces de progrès, sera celle-là, pour le bien-vivre ensemble.

Je demande, instamment, aux Français dits racisés, à s’inscrire massivement sur les listes électorales et surtout aller voter aux régionales de 2021 et aux présidentielles de 2022. Je me souviens de cette bataille héroïque et mémorable avec les jeunes issus de l’immigration que j’avais accompagnés, lors des municipales de 2020, aux Mureaux, soutenir la liste «Agir aux Mureaux» avec Mme Agnès ETENDART. Hélas, bien des racisés ne sont pas aller voter. Et c’est justement, aux Mureaux, une ville stigmatisée, que le président MACRON est venu présenter, le 2 octobre 2020, son funeste projet de loi sur le séparatisme. Après avoir enterré, en mai 2018, le plan des banlieues préparé et concerté sous l’égide de Jean-Louis BORLOO,  pour le président MACRON, dans ses dérives droitistes, le problème majeur, dans ces lieux qualifiés de situations «d’Apartheid» par Manuel VALLS, ce serait uniquement le prétendu «séparatisme islamique». Le président MACRON a abandonné les fondamentaux de la solidarité et de la prévention, au profit des valeurs ultraconservatrice et identitaires de l’ordre et de la sécurité. Il faut réprimer les racisés qui ne seraient tous que des délinquants et des islamistes potentiels, menaçant la République. En effet, pour J-L BORLOO : «Mon sentiment, c’est qu’on est en train de remplacer le «Vieux monde» des solidarités par un «Jeune monde» des abandons de ceux qui ont besoin de la solidarité». Une vision de la société clanique, raciste, inefficace et dangereuse pour la paix publique.

A la manifestation pacifique et massive du 28 novembre 2020, que le préfet de police répressif, Didier LALLEMANT, voulait interdire par un arrêté du 25 novembre 2020, mais mesure suspendue par une ordonnance du Tribunal administratif de Paris du 27 novembre 2020, il y avait grande foule, une forte mobilisation de nos ancêtres les Gaulois ; cela est particulièrement rassurant et réconfortant. En revanche, et comme à la manifestation du Trocadéro, en soutien à la députée de la République, Mme Danièle OBONO, les racisés, se masturbant dans les réseaux sociaux, ces grandes gueules étaient encore absentes. Certes, les racisés ont souvent été trahis par les forces politiques, notamment le projet de loi sur la déchéance de la nationalité du mentor d’Emmanuel MACRON.

Je comprends donc le dépit et l’amertume des racisés à l’égard de la classe politique, mais le problème n’est pas. La communauté juive, nettement moins nombreuse que les racisés, mon modèle d’organisation, sait bien se défendre et se faire respecter, en raison de sa discipline et de l’identification de ses intérêts stratégiques. Si Michel ZECLER était de leur communauté, peut-être MACRON aurait défilé à la République, avec d’autres chefs d’Etat, comme dans l’affaire de l’odieux attentat contre Charlie Hebdo. Les racisés sont méprisés, bastonnés ou tués, dans l’indifférence de la classe politique, parce qu’ils ont choisi de rester dans le domaine des lamentations et du commentaire, en marge des combats citoyens. Et le danger qui menace est là ; les racisés sont des spectateurs. Or, les politiciens, particulièrement attachés à leurs privilèges, n’ont peur que du rapport de forces. En effet, dès que Assa TRAORE a mobilisé 22 000 personnes devant le Palais de justice, on ne parlait que d’elle. Les racisés devraient donc se préoccuper de la défense de leurs droits et libertés de citoyens, et se mobiliser pour cela. Personne ne pourra le faire à leur place. Les armes de la République, de la démocratie, sont encore efficaces.

Aussi, et dans une démarche citoyenne, continuons d’exiger :

- L’abrogation, sans délai, toutes ces odieuses réformes en cours (Loi sur le séparatisme, retraites, chômage, etc.) ;

- La Justice pour les 113 familles de jeunes étouffés à mort par les forces de l’ordre, et une enquête sérieuse sur les différents incendies criminels à Paris, avec un bidon d’essence, contre des squat occupés par des Africains ;

- La fin des violences policières et la réforme profonde, de l’Inspection générale des police (IGPN), juge et partie ; les poursuites disciplinaires devraient être engagées par une autorité indépendante. Actuellement, c’est le Préfet de police, qui décide seul, et ce n’est pas normal. Celui est qui est aux commandes c’est justement le préfet répressif, Didier LALLEMANT. Les recommandations du Défenseur des droits devraient être suivies et appliquées ;

-Le déboulonnement toutes les statues des esclavagistes et des colonialistes et qu’une Maison d’Afrique, pour le bien-vivre ensemble soit érigée à Paris ;

- La régularisation des sans-papiers, en vue d’une relocalisation des entreprises françaises, ainsi qu’une vigoureuse politique de relance (Logements, défense de l’environnement et réindustrialisation) ;

- L’engagement, en temps utile, d’un «Hartal», un action de désobéissance civile pour reprendre une expression de GANGHI, un refus de tous les racisés d’aller travailler pendant 3 jours, pour faire cesser le racisme et les violences policières, pour un bien-vivre ensemble, dans le respect mutuel. Tout le monde verra, que l’écrasante majorité des racisés occupe une place majeure dans la société et l’économie de la France.

Paris le 28 novembre 2020 par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

 

«Le président Emmanuel MACRON le séparatiste, vichyste, islamophobe et négrophobe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le président Emmanuel MACRON le séparatiste, vichyste, islamophobe et négrophobe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le président Emmanuel MACRON le séparatiste, vichyste, islamophobe et négrophobe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le président Emmanuel MACRON le séparatiste, vichyste, islamophobe et négrophobe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le président Emmanuel MACRON le séparatiste, vichyste, islamophobe et négrophobe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le président Emmanuel MACRON le séparatiste, vichyste, islamophobe et négrophobe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le président Emmanuel MACRON le séparatiste, vichyste, islamophobe et négrophobe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le président Emmanuel MACRON le séparatiste, vichyste, islamophobe et négrophobe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le président Emmanuel MACRON le séparatiste, vichyste, islamophobe et négrophobe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le président Emmanuel MACRON le séparatiste, vichyste, islamophobe et négrophobe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

Partager cet article

Repost0
14 décembre 2020 1 14 /12 /décembre /2020 19:35

Pour nos ancêtres les Gaulois, le président Valery GISCARD D'ESTAING, résolument européen, incarnait l’intérêt général et la modernité : «Aucune société ne peut vivre sans un idéal qui l'inspire ni une connaissance claire des principes qui guident son organisation. Les périodes de grande civilisation sont celles où ces deux conditions sont réunies. Plus que tout autre, l'esprit français éprouve ce besoin de comprendre. Nos concitoyens veulent savoir selon quels principes ils sont gouvernés et vers quel avenir ils se dirigent» écrit-il dans «la Démocratie française». VGE voulait donc incarner le renouveau, héritier de l’avenir ; c'est lui qui est à l'origine du vote à l'âge de 18 ans, le divorce par consentement mutuel, mais aussi la réforme de la saisine du Conseil constitutionnel (60 députés ou 60 sénateurs), la loi informatique et libertés et réorganise le service public de l’information (TF1, Antenne 2 et France 3 et Radio France). «Valéry Giscard d’Estaing était un homme d’Etat, de courage et de combat qui a dédié sa vie à notre pays. Il a eu à cœur de moderniser nos institutions et de dépoussiérer une république parfois trop autoritaire en étendant les pouvoirs du parlement et des collectivités territoriales. Son action s’inscrivait dans une ambition d’ouverture au monde et de coopération multilatérale renouvelée» écrit Jacques LANG, Ministre de la Culture de François MITTERRAND. On doit VGE la réforme du statut de Paris : «Valéry Giscard d’Estaing portait Paris dans son cœur et lui a toujours voué un intérêt tout particulier. Il a ainsi mis fin à une anomalie démocratique en permettant aux Parisiennes et aux Parisiens, en 1977, d’élire à nouveau leur maire au suffrage universel, ce qui n’était plus possible depuis 1871 et la Commune de Paris» écrit Mme Anne HIDALGO, maire de Paris.

VGE se voulait modeste, en jouant l’accordéon, et en faisant inviter chez les Français ordinaires qui finalement n'ont pas été dupes. «Conscient de sa grande intelligence qu’il mettait au service de son pays, il espérait apparaître comme un président simple et proche des Français. Il n’a pas toujours été compris» écrit François HOLLANDE. On disait même que VGE, amoureux de la montagne, était également grand séducteur ; sa relation avec Marlène JOBERT a fait couler beaucoup de supputations.

Cependant, derrière ce gant de velours, ce libéralisme de façade, se cachait une main de fer. On connaissait son soutien inconditionnel aux dictatures africaines notamment à Jean-Bedel BOKASSA qui lui avait offert des diamants. Aussi, en pleine ascension de la Gauche, on l'avait surnommé «Giscarât le Diamenteur». «Si sa diplomatie africaine connut quelques errements hasardeux, il savait penser le rayonnement culturel et l’importance des liens qui nous unissaient aux rives sud et orientales de la Méditerranée» écrit Jack LANG. C'est encore en Auvergne chez lui que le FCA, ce symbole de la Françafrique et d’assujettissement des Africains est encore imprimé. «Nous n'avons pas de pétrole mais nous avons des idées» disait-il, de façon ironique, aux dominés.

Maitrisant les médias, son ton professoral à la campagne électorale de 1974, VGE avait surpris le candidat François MITTERRAND qui s'est finalement rattrapé au débat de 1981. «Vous n’avez pas le monopole du cœur» assénera VGE. «Je ne suis pas votre élève et vous n'êtes pas mon professeur» retorquera MITTERRAND. VGE dira à MITTERRAND «vous êtes l’homme du passé» et une réplique fera mouche «vous êtes l’homme du passif».

On se souviendra de lui son odieuse loi dite «sécurité et liberté» autorisant les forces de l'ordre les vexations les plus inutiles à l’encontre des immigrés ; il n'y avait à l'époque que 500 000 chômeurs, les frontières fermées et le regroupement familial sérieusement restreint. Dans cette défense pour les droits des immigrés, le candidat François MITTERRAND avait promis le droit de vote des étrangers aux élections locales, une idée reprise par François HOLLANDE, et qui apparemment avec le projet de loi de la Macronie sur le séparatisme n'est plus à l'ordre du jour. GISCARD, avec ses jumelles, regardait au loin Israël et le candidat François MITTERRAND l'a exploité habilement contre lui, en insinuant son antisémitisme. Dans son conservatisme, GISCARD avait verrouillé les ondes et refusé l'émergence de radios et télévisions libres. «L'ORTF, c'est la voix de la France» disaient les conservateurs. L'homosexualité était à l'époque un délit. En pleine guerre froide et à la veille du 1er tour des présidentielles de 1981, le Figaro titrait si les socialistes alliés aux communistes gagnaient les chars russes défileront sur les Champs-Élysées et votre maison sera nationalisée.

VGE est le 2 février 1926, à Coblence en Allemagne, où son père était Directeur des Finances au Haut-Commissariat de France en Rhénanie occupée. Il fait ses études à Janson de Sailly à Paris et Blaise Pascal à Clermont-Ferrand. Le 23 décembre 1952, jeune énarque, il épouse Anne-Aymone de BRANTES, qui a 18 ans et lui donnera quatre enfants : Valérie-Anne, Henri, Louis et Jacinthe. Le 19 mai 1974, il sera élu le plus jeune président de la République française. Rempli de lui-même, et monarque d’un autre temps et en décalage avec son ambition de la modernité, VGE avait des usages surannées. Contre les usages républicains, il mettait en avant sa famille, et les Ministres à l’arrière. Lors de son dernier discours à l'Elysée, GISCARD croyant toujours un jour à sa Résurrection avait dans une mise scène théâtrale dit «Aurevoir».

L’image de Valéry GISCARD D’ESTAING est finalement brouillée. «La vie politique de Valéry Giscard d’Estaing est faite de contrastes saisissants qui lui donnent une dimension sinon tragique, du moins cruelle. Elle ne correspond pas au récit héroïque qu’affectionnent les Français. De Gaulle, Mitterrand et même Jacques Chirac ont consacré leur vie politique à conquérir le pouvoir. S’ils ont exercé tôt des responsabilités politiques majeures, c’est en triomphant de ces épreuves qu’ils sont parvenus, à la fin de leur vie, à la magistrature suprême. Rien de tel dans le parcours de Giscard. Son histoire est celle d’un homme bien né, dont la fulgurante — et presque irrésistible — ascension a eu son revers : celle d’une défaite subie à la force de l’âge et qui s’apparente à une chute dont il ne s’est jamais vraiment relevé» écrit Mathias BERNARD dans «VGE, les ambitions déçues».  La fin de règne de VGE est alimentée par divers scandales ayant contribué à le déstabiliser, très fortement. L’assassinat du prince, Jean de BROGLIE (1921-1976) du RPF, un des leaders des Républicains indépendants et cousin de GISCARD, une affaire politique, sans doute maquillée en règlement de comptes mafieux. La mort de Robert BOULIN (1920-1979), dans une flaque d’eau dans la forêt de Rambouillet, soupçonné de l’achat équivoque d’une propriété à Saint-Tropez, a alimenté la chronique. Encore un crime maquillé en suicide ? Thierry LE LURON, a achevé VGE, par son humour empoisonné.

Quelle trace laissera-t-il donc dans l'Histoire ?

VGE, dans son projet d’une France réconciliée, voulait rassembler deux Français sur trois : «Je retrouve aujourd'hui la vie et les activités quotidiennes comme si je ne les avais pas quittées, et avec elles le grand courant porteur qui traverse les saisons, les plantes, les animaux, les êtres, et, tout au bout, moi-même. Mon espoir est que l'opinion française choisisse d'entrer dans son histoire future, lorsque la parenthèse actuelle sera refermée, à partir d'une vision située dans son avenir, et non à partir de ses affrontements ou de ses frustrations du présent. C'est l'objet de ce livre : concevoir un dessein national conciliant la générosité et l'efficacité et répondant aux aspirations de deux Français sur trois. Je veux servir la cause d'une France libérale et réconciliée» écrit-il dans «Deux Français sur trois». Cependant, la discorde dès le départ avec son premier ministre Jacques CHIRAC aura été fatale à son projet de démocratie moderne «Partisan d’un libéralisme qu’il voulait «avancé» il s’est heurté au conservatisme d’une partie de sa majorité comme au désir de changement représenté par la gauche» écrit François HOLLANDE.

Le musée d'Orsay portera le nom de Valery GISCARD D'ESTAING.

D'une très belle plume, et membre de l'Académie française, VGE est l'auteur de nombreux ouvrages. «Un loyal serviteur de la République est parti mais sa pensée de l’Etat et son amour des Lettres assureront sa postérité» dit Jack LANG. C’est bien connu que GISCARD, le jeune premier, est un grand séducteur. Les virées nocturnes dans le parc de Chambord avec Sylvia KRISTEL, l’accident de Ferrari avenue Foch en sortant de chez Catherine SCHNEIDERS, tout cela peut alimenter sa création littéraire. Dans son roman, «la Princesse et le président», on est surpris et intrigué de cette création romanesque fantasque et audacieuse entre la Princesse Diana et un président : «Pensez-vous que deux personnes comme vous et moi peuvent s'aimer ? me demande-t-elle. Que voulez-vous dire par «comme vous et moi» ? Ne faites pas l'imbécile. Cela veut dire deux personnes dont l'une affirme être Président de la République française, et l'autre Princesse en Grande-Bretagne. Peuvent-elles vraiment s'aimer, ou est-ce tout simplement ridicule ? «Répondez-moi». Je caresse lentement sa jambe, et sa main accompagne la mienne. Je redoute de voir surgir dans l'entrebâillement de la porte le malheureux intendant, revenu chercher le plateau de thé. «Oui, Patricia, je crois que c'est possible», lui dis-je» écrit-il.

GISCARD D'ESTAING a été le président d'un seul mandat, et cela l’a profondément meurtri tout au long de ses 94 ans ; cela devrait faire réfléchir la Macronie : il n'est jamais trop tard de revenir sur le chemin du Bien souverain et de la Concorde nationale.

Indications bibliographiques

BACH (Daniel), La politique africaine de Valéry Giscard d’Estaing, Paris, Fennix, 40 pages ;

BERNARD (Mathias), V.G.E : les ambitions déçues, Paris, Armand Colin, 2014, 488 pages ;

GISCARD D’ESTAING (Valéry), 2 Français sur 3, Paris, Flammarion, 1992, 271 pages ;

GISCARD D’ESTAING (Valéry), Démocratie française, Paris, Fayard, 1974, 178 pages ;

GISCARD D’ESTAING (Valéry), La princesse et le président, Paris, Fallois, 2009, 264 pages ;

PAUTARD (André), Valéry Giscard d’Estaing, Paris, Edipa, 1974, 126 pages ;

RATTE (Philippe), V.G.E l’autre grand président, Paris, Fayard, 2020, 304 pages.

Paris le 3 décembre 2020 par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

 

"Valery GISCARD D'ESTAING , un président entre modernité et conservatisme : un rdv manqué avec l’Histoire» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
"Valery GISCARD D'ESTAING , un président entre modernité et conservatisme : un rdv manqué avec l’Histoire» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
"Valery GISCARD D'ESTAING , un président entre modernité et conservatisme : un rdv manqué avec l’Histoire» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
"Valery GISCARD D'ESTAING , un président entre modernité et conservatisme : un rdv manqué avec l’Histoire» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
"Valery GISCARD D'ESTAING , un président entre modernité et conservatisme : un rdv manqué avec l’Histoire» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
"Valery GISCARD D'ESTAING , un président entre modernité et conservatisme : un rdv manqué avec l’Histoire» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
"Valery GISCARD D'ESTAING , un président entre modernité et conservatisme : un rdv manqué avec l’Histoire» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
"Valery GISCARD D'ESTAING , un président entre modernité et conservatisme : un rdv manqué avec l’Histoire» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
"Valery GISCARD D'ESTAING , un président entre modernité et conservatisme : un rdv manqué avec l’Histoire» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
"Valery GISCARD D'ESTAING , un président entre modernité et conservatisme : un rdv manqué avec l’Histoire» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
"Valery GISCARD D'ESTAING , un président entre modernité et conservatisme : un rdv manqué avec l’Histoire» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
"Valery GISCARD D'ESTAING , un président entre modernité et conservatisme : un rdv manqué avec l’Histoire» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
"Valery GISCARD D'ESTAING , un président entre modernité et conservatisme : un rdv manqué avec l’Histoire» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
"Valery GISCARD D'ESTAING , un président entre modernité et conservatisme : un rdv manqué avec l’Histoire» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
"Valery GISCARD D'ESTAING , un président entre modernité et conservatisme : un rdv manqué avec l’Histoire» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
"Valery GISCARD D'ESTAING , un président entre modernité et conservatisme : un rdv manqué avec l’Histoire» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
"Valery GISCARD D'ESTAING , un président entre modernité et conservatisme : un rdv manqué avec l’Histoire» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
"Valery GISCARD D'ESTAING , un président entre modernité et conservatisme : un rdv manqué avec l’Histoire» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

Partager cet article

Repost0
14 décembre 2020 1 14 /12 /décembre /2020 18:26

Donald TRUMP sait bien que, dès le départ, qu'il a perdu cette élection. Mais en malhonnête et sacré menteur, il est en train de réaliser le plus grand casse du siècle ; cette opération de contestation de l'élection de Joe BIDEN, vouée l'échec, est uniquement destinée à lever des fonds probablement pour les futures présidentielles.

Les différents recours devant les tribunaux engagés devant les tribunaux sont successivement perdus et dont le dernier en date est le cas du Texas. Qu'importe ! Donald TRUMP, sous des apparences trompeuses de déni de la réalité de sa défaite, scellée depuis longtemps, sait ce qu'il fait. Il a déjà récolté plus de 200 millions de dollars. Une affaire très juteuse.

Ces différents recours juridictionnels de contestation de l'élection de Joe BIDEN, sont, en réalité la plus grande escroquerie de tous les temps. Mais ça les gens naïfs, les pigeons suprémacistes, ne le savent peut-être pas encore.

Quand il disait «Make America Great Again !», en fait Donald TRUMP ne s'intéresse qu'à lui-même. Donald TRUMP songe même à amnistier les membres de sa famille et à se protéger, lui-même, contre toute condamnation pénale pour ses forfaitures à l'issue de son mandat. Jusqu'au dernier moment il n'a pas voulu, dans la crise sanitaire, s'occuper de la passation de pouvoir et n'intéressant qu'à sa récolte de fonds. Une vraie pourriture !

Donald TRUMP, pendant la campagne électorale, avait prétendu qu'il avait beaucoup fait pour les Noirs, plus que tous les présidents américains. Dès qu'il a su qu'il a perdu les présidentielles, des exécutions massives de condamnés à mort (13 personnes), dont de nombreux Noirs, ont été ordonnées. D'ici le 20 janvier 2021, cinq autres personnes sont dans le couloir de la mort, dont 4 Noirs. Oui, décidément, Donald TRUMP fait beaucoup pour les Noirs, en les envoyant à la mort.

Les grands électeurs se réunissent le lundi 14 des 2020 pour confirmer la large victoire de Joe BIDEN, 46ème président des Etats-Unis.

Un des grands réconforte de cette maudite année 2020 est naturellement la cuisante défaite de Donald TRUMP, ce partisan du Chaos.

La principale leçon de morale, à tirer de cela en France où l'on nous présente les musulmans et les racisés comme les ennemis intérieurs de ce pays, c’est que ces mensonges et instrumentations devraient faire réfléchir pour une convergence des luttes, pour la Justice et la Fraternité, et pour un bien-vivre ensemble, dans le respect mutuel, en s'attaquant aux vrais problèmes de fond de ce pays :

- abolir toutes ces réformes injustes (retraites chômage et loi sur le séparatisme ou la sécurité globale) ;

- relocaliser les entreprises et réindustrialiser ce pays incapable, dans cette crise sanitaire, de fabriquer des masques, des respirateurs, et maintenant les 45 millions de vaccins français ont été retoqués ;

- régulariser les sans-papiers en vue de les mobiliser pour l'agriculture les grands travaux (logements et équipements des JO de 2024) ;

- lutter, énergiquement, contre cet esprit vichyste et fasciste triomphant, contre les violences policières, ce racisme systémique et institutionnel.

Paris le 12 décembre 2020 par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

 

«Donald TRUMP : une cuisante défaite transformée en casse du siècle, une vaste escroquerie» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

Partager cet article

Repost0

Liens