Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de BA Amadou Bal, Paris 19ème ISSN 2555-3003 (BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE France B.N.F GALLICA. Http://baamadou.overblog.fr/
  • : Ce blog personnel de M. Amadou Bal BA est destiné à l'échange en politique, littérature, histoire, faits de société et le bien-vivre ensemble. Google News BIBLIOTHEQUE NATIONALE DE FRANCE ISSN 2555-3003 BNF GALLICA. Http://baamadou.overblog.fr/
  • Contact

Recherche

17 avril 2011 7 17 /04 /avril /2011 10:51

Cet article a été publié dans www.ferloo.com du25 juillet 2011

 

La montée du racisme en Europe par Amadou Bal BA.

 

La «Lépénisation des esprits » : des paroles qui tuent.

 

Depuis que le système communiste s’est effondré, on assiste une montée dangereuse du racisme en Europe. Il existe un fort sentiment de rejet à l’égard des immigrants venus du Tiers-monde, surtout lorsqu’ils sont de surcroît de confession musulmane ; ils sont assimilés à de dangereux terroristes susceptibles de mettre en danger, potentiellement, la sécurité nationale. Ces fantasmes viennent d’être illustrés dans le double attentat tragique, et qu’il faut condamner sans réserves, à Oslo en Norvège. Les services de sécurité norvégiens, avant toute enquête sérieuse, avaient conclu, hâtivement, qu’il s’agissait d’une piste islamiste. Or, il s’agit bien d’une folie meurtrière commise par un Norvégien contre des Norvégiens, et par un Blanc qui se réclame ouvertement de l’extrême droite.

 

Ce phénomène de «lépénisation des esprits» est puissamment ancré en France, notamment à travers un Front National dont les idées sont banalisées. Depuis une vingtaine d’années, des incendies criminels, venant probablement de propriétaires immobiliers, ont provoqué l’assassinat froid et méthodique d’innocents immigrés qui résidaient des squats à Paris (55 décès dont des enfants). Aucune enquête sérieuse n’a été menée afin de retrouver les criminels, aucun membre du gouvernement ne s’est déplacé pour visiter les victimes, et pire encore, aucun gouvernement africain n’a réclamé que Justice soit faite. Donc, il est tout à fait normal de tuer des immigrants, en toute impunité et en toute tranquillité.

 

Vu d’ici, et selon l’opinion dominante, ce sont les immigrants qui seraient sources de délinquance. Les étrangers seront au centre du débat politique en France, notamment à l’occasion des  élections présidentielles de mars 2012. La droite classique ne pourra gagner ces élections qu’avec une alliance avec le Front National. Aujourd’hui, cette alliance avec Marine LE PEN est devenue possible. Ce changement de la donne fera que j’invite nos gouvernements et la presse d’être attentif au débat politique en France et notamment la place des immigrés en France.

 

Je demeure convaincu qu’il  y a des paroles qui tuent. Pour gagner les élections de 2007, M. SARZOKY a choisi de «droitiser » son discours et ses actes : l’étranger c’est une menace permanente. N’est ce pas lui, devant la dalle d’Argenteuil, dans le Val d’Oise, le 26 octobre 2005, s’adressant à immigré, avait évoqué l’idée de nettoyer «la racaille». Pire encore, le fait d’avoir ériger en France un Ministère de l’Immigration et de « l’Identité Nationale », n’était –il pas une tentative, avortée, de stigmatisation des étrangers ? Dans son discours du 26 juillet 2007, à l’Université Cheikh Anta DIOP, à Dakar, le Président SARKOZY avait estimé que le problème principal de l’Afrique venait de ce que « l’homme africain n’est pas entré dans l’histoire», reprenant ainsi, le stéréotype des idées racistes des siècles précédents. Le 23 février 2005, des parlementaires de la droite sarkozyste ont voté une loi dont l’article 4 souligne le caractère « positif de la colonisation». La loi sur les étrangers a été modifiée, à plusieurs reprises ; la dernière mouture remonte au 16 juin 2011. Sous prétexte de combattre l’immigration clandestine, cette réglementation tend à durcir les conditions d’attribution de titre de séjour des personnes en situation régulière, et met des obstacles injustifiés à l’accès de la nationalité française. Aujourd’hui, les objectifs clairement affichés sont la suppression du droit au regroupement familial, pour les immigrants du tiers-monde, naturellement, et l’abrogation du droit du sol qui permet, depuis la Révolution, l’accès des enfants nés en France, à la nationalité.

Les deux Ministres issues de la diversité (Mmes Rachida DATI et Rama YADE), qui n’ont pas démérité, ont été évincées du gouvernement, dans des conditions humiliantes.

 

Le Parti Socialiste français porte une lourde responsabilité dans cette atmosphère de lynchage des immigrants. Ne serait ce d’abord parce que la promesse de François MITTERRAND, du droit de vote aux élections locales, n’a jamais été tenue, jetant ainsi les immigrants à la vindicte des racistes.  Un Sénégalais qui réside en France depuis plus de 40 ans ne peut pas encore voter aux élections locales ; en revanche, un Polonais fraîchement débarqué pourra participer au scrutin local, même s’il n’a aucune connaissance suffisante de la langue et de la culture françaises.

 

Ensuite, le Parti Socialiste en pratiquant une «diversité cosmétique», en choisissant non pas des vrais militants, des « tocards » de la politique pour représenter les Français issus de l’immigration, a bien trahi, pour l’instant, son discours affiché sur l’égalité. Sur le problème de la représentation des minorités en politique, le Parti Socialiste français a choisi une attitude insidieuse, qu’on ne peut qualifier que de raciste ; les dirigeants socialistes ont un double langage, foncièrement hypocrite ; ils font constamment référence dans leur discours à l’égalité républicaine, mais ils ne la pratiquent pas. Si la France est fortement métissée, le Parti Socialiste reste encore une organisation dirigée, aussi bien aux échelons locaux que nationaux, par des Blancs de sexe masculin, excluant également les femmes.

 

Alors qu’il était Premier Ministre, M. Lionel Jospin n’avait pas jugé utile d’assister aux obsèques du Président Léopold Sédar SENGHOR à Dakar le 29 décembre 2001. Ce manque de reconnaissance, pour l’Académicien et le défenseur des relations privilégiées entre la France et l’Afrique, avait suscité le courroux de Erik Orsenna dans le journal du Monde du 4 janvier 2002, avec un article intitulé «j’ai honte».

 

Il n’a échappé à personne, aussi bien sous la gauche que la droite, la «France Afrique» qui soutient des régimes autoritaires et corrompus en Afrique, n’a jamais été remise en cause depuis l’indépendance.

 

La signification du racisme et le racisme au quotidien

 

Comment se manifeste le racisme ?

 

L’une manifestation la plus visible de l’exclusion en France c’est le département de la Seine-Saint-Denis qui jouxte Paris. Les populations blanches et les services publics ont massivement déserté ce territoire. Résultat, on y enregistre une forte concentration de personnes en difficulté (chômage, échec scolaire, drogue, insécurité, etc.) ; Comme ce «ghetto» est essentiellement peuplé d’Arabes et d’Africains, on en a, hâtivement, déduit que l’immigration serait la source des tous les maux dont souffre la France.

 

En dehors de ce territoire, le racisme est vécu au quotidien, avec toutes les difficultés d’en administrer la preuve. On ne refuse pas un logement à quelqu’un parce qu’il est d’origine sénégalaise, mais parce que ses ressources ou ses garanties seraient insuffisantes. Votre demande d’emploi est classée sans suite, à la vue de la consonance votre nom de souche étrangère. Un drame, injustifiable et hautement condamnable, vient de se produire le 10 juillet 2011 ; un vigile, Noir d’origine ivoirienne, a été tué par un autre jeune à qui l’entrée d’une discothèque a été refusée à Ivry-sur-Seine, dans le Val-de-Marne.

 

Un système raciste et ingénieux de contrôle au faciès a été mis en place devant les discothèques en France : il y a souvent trois vigiles, un Blanc, un Noir et un Arabe. Naturellement, le gardien Arabe refoule les Arabes, et le Noir de service renvoie les Nègres. Comme ça on ne peut pas suspecter les exploitants de ces boites de nuit de racisme.

 

Certains veulent relancer les statistiques ethniques en France, mais si pour dire après que les personnes d’origine étrangère sont des assistées de la sécurité sociales, ou que leurs enfants sont voués à l’échec scolaire, quelle sera l’utilité pour de ces enquêtes ?

 

Que signifie donc le racisme ?

 

Le racisme signifie que certaines « races » (les Noirs, les Arabes) seraient  inférieures aux Blancs. Les théories de l’inégalité des races ont étaient défendues par un écrivain français, Joseph  de Gobineau (1816-1882). Pour les racistes, les étrangers non-européens seraient tous inintelligents,  des délinquants potentiels ; ils sont sales et bruyants, et surtout ils prennent le travail des Français. Le racisme a servi de base à la justification de l’esclavage, du colonialisme, de l’Antésémitisme, de l’Apartheid, et diverses formes d’exclusion et de stigmatisation (Femmes, homosexuels, gens du voyage, etc.).

 

Le système de ségrégation raciale a été appliqué dans certains pays comme les Etats-Unis avec l’aide du Ku Klux Klan jusque dans les années 70. Les Noirs n’avaient pas le droit de fréquenter les lieux publics où allaient les blancs (restaurants, écoles) et dans les bus les places arrière leur étaient réservées. En 1955, une Noire Rosa PARKS a déclenché la lutte des Noirs en refusant de céder sa place dans un bus à Montgomery, une ville du Sud des Etats-Unis. En Afrique du Sud jusqu’en 1990 avec le système d’Apartheid, c’est-à-dire le développement  séparé des Noirs et des Blancs, a été en vigueur.  Nelson Mandela a été emprisonné pendant 27 ans pour s’être opposé à ce système.

 

Le racisme a connu sa plus grande explosion à travers le Nazisme de Adolphe Hitler avec la solution finale contre les Juifs qui ont été déportés et  exterminés dans les camps de concentration. Aujourd’hui encore, en France, un parti politique ouvertement raciste, le Front National, s’est implanté durablement dans le paysage politique, et ses idées ont même été reprises par une partie de la classe politique. Les partis racistes ont connu, ces dernières années, de succès électoraux, non seulement en France, mais aussi en Italie, en Suisse, en Hollande, en Suède, en Norvège avec le Parti du Progrès et dans une certaine mesure, en Grande Bretagne et au Danemark. 

 

Le racisme est contraire aux valeurs de la République

 

Le racisme est contraire aux principes de la République qui sont la Liberté, mais aussi et surtout, l’Egalité et la Fraternité. En France, il faut dire qu’un coté de ces idées racistes, il existe aussi des courants humanistes fondés sur les valeurs chrétiennes de tolérance, de fraternité et de dignité humaine. En effet, il existe une association depuis 1984, SOS-racisme qui lutte pour l’égalité des droits. Signalons que, dans leur écrasante majorité les partis politiques sont contre le racisme.

 

 

Ajoutons à cela, l’action de Grands Hommes  qui se sont illustrés dans ce combat, comme par exemple comme Victor Schoelcher (1804-1893), Nicolas de CARITAT, Marquis de CONDORCET qui ont combattu  l’esclavage ; Albert Schweitzer (1875-1965) qui a soigné des lépreux au Gabon ; l’Abbé Pierre (1912 -2007) qui a lutté contre le mal logement, et Coluche (1944-1986) qui a fondé les Restos du Cœur et  a été l’un des initiateurs de SOS-Racisme. Des sportifs, des artistes, et même des enseignants, à travers le Réseau Educatif sans Frontières, se sont engagés, activement, pour l’égalité.

 

Aux Etats-Unis, Barack OBAMA en devenant en 2009, le premier Président Noir de son pays, a réalisé le rêve de Martin Luther KING. En Afrique du Sud, Nelson MANDELA, en dépit de l’Apartheid, a préconisé la réconciliation entre Blancs et Noirs.

Nous devons nous battre, naturellement, et sans relâche, pour notre dignité, pour l’égalité des droits, afin de faire respecter nos droits en qualité, non pas d’immigrés ou de Français originaires d’Afrique, mais tout simplement d’êtres humains. C’est le sens du message universel de la France dans sa fameuse déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen de 1789. En relisant ce texte, je suis fermement conforté dans cette thèse que «Un égal Un». Par ailleurs, je souscris pleinement à la définition de Ernest RENAN sur la Nation qu’il définit comme étant un sentiment de vouloir en commun ; la Nation ce n’est pas une question ethnique, mais une construction idéologique afin de réussir la vie en société. Par conséquent, être Français ce n’est pas une couleur de peau ou une origine nationale séculaire ; mais avant tout et surtout, une adhésion aux principes de la République. On se rappelle que tout récemment Eva JOLY, française depuis plus de 52 ans, d’origine norvégienne, candidate des Verts aux élections présidentielles, avait préconisé la suppression du défilé militaire du 14 juillet. M. François FILLON, Premier Ministre, réagissant à cette proposition, a  déclaré « je pense que cette dame n’a pas une culture très ancienne de la société française et des valeurs française ». J’approuve pleinement le commentaire de Manuel VALLS, Maire d’Evry, cette déclaration de M. FILLON «pue le racisme».

 

Nos compatriotes qui vivent France doivent se rappeler que si on est citoyen avec tous les droits qui s’y rattachent, c’est parce qu’on a aussi des devoirs ; les deux sont indissociables. Je les invite à exercer pleinement leurs droits de citoyen et ne pas se laisser marginaliser, dans une société, en dépit des difficultés recensées, qui offrent des opportunités importantes. Il serait utile, pour ceux qui ont la nationalité du pays de leur résidence, de s’inscrire, massivement, sur les listes électorales et de pouvoir ainsi peser sur les décisions qui les concernent. Dans un système démocratique, c’est une occasion à saisir, quand on peut sanctionner les racistes et les hypocrites.

 

Si l’on veut rester un Etre humain, il faudra avoir certaines valeurs, notamment savoir qui on est, avoir le respect de soi et le respect des autres. Léopold Sédar SENGHOR et son ami Aimé CESAIRE, confrontés également au racisme en France dans les années 30, avaient réagi en lançant le mouvement de la Négritude ; ce mot extrait de la boue, est devenu synonyme de l’ensemble des valeurs culturelles du monde Noir.

 

En conclusion, il faut apprendre à vivre ensemble dans le respect mutuel. La différence n’est pas en mal, car elle nous apprend à prendre conscience de notre identité et constitue une source de richesse.

 

Paris le  25 juillet 2011.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Liens