Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de BA Amadou Bal, Paris 19ème ISSN 2555-3003 (BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE France B.N.F GALLICA. Http://baamadou.overblog.fr/
  • : Ce blog personnel de M. Amadou Bal BA est destiné à l'échange en politique, littérature, histoire, faits de société et le bien-vivre ensemble. Google News BIBLIOTHEQUE NATIONALE DE FRANCE ISSN 2555-3003 BNF GALLICA. Http://baamadou.overblog.fr/
  • Contact

Recherche

19 octobre 2013 6 19 /10 /octobre /2013 20:22

La Gauche et la question de la sécurité

Traditionnellement, en matière de sécurité, la Gauche est considérée, à tort ou à raison, comme humaniste,  angélique et donc laxiste. On a souvent reproché à la Gauche de s’occuper plus des délinquants que des victimes. Dans l’imaginaire populaire, la Droite inspirée par un goût de l’ordre et d’un esprit affirmé de décision, serait sécuritaire, donc efficace et protectrice. 

En fait, cette vision réductrice ne rend pas bien compte de la réalité. A Droite, M. SARKOZY avait promis de tout nettoyer au «Karcher». Après plus de 10 ans au pouvoir, en qualité de Ministre de l’Intérieur et de Président, son bilan en matière de sécurité, est globalement négatif.

A Gauche, cette famille politique est, dans les faits, traversée par différents courants : les idéalistes et les réalistes. Le courant humaniste semble l’emporter, à certains moments ou certains débats (M. Robert BADINTER, Mme Elizabeth GUIGOU). La suppression de la peine de mort, la présence de l'avocat dès la première heure de garde à vue ou la remise en cause des peines-planchers sont autant de mesures ayant heurté les tenants de la fermeté en matière de sécurité. Pourtant la Gauche a également ses tenants de la ligne dure qui veulent casser « les sauvageons », installer un «ordre juste», ou bouter les Rom hors de France (M. Gilbert BONNEMAISON, M. Jean-Pierre CHEVENEMENT, M. Pierre JOXE, M. Daniel VAILLANT, Mme Ségolène ROYAL, M. Manuel VALLS).

 La Gauche ayant réussi son «socialisme municipal» considérait, initialement, la Police Nationale, mais aussi les polices municipales et les sociétés de sécurité privée, comme des institutions incontrôlables qui oppressent les classes populaires. Entre 1981 et 1984, l’action gouvernementale tournera avant tout autour de la formation, de la déontologie et de la régulation de ces activités.  Le courant pragmatique n’est plus minoritaire comme elle a pu l’être par le passé. On le voit notamment au niveau local, où des maires de gauche n’ont aucune réticence à parler de sécurité, à s’investir dans les Contrats Locaux de Sécurité, à développer leur police municipale, ou à mettre en place de la vidéo-protection, comme Gérard COLLOMB, à Lyon par exemple. 

Sur le plan national, les cuisantes défaites de la Gauche aux élections en 1984, 1993 et en 2002, ont remis la question de la sécurité au centre du débat. En effet, la Gauche a perdu une partie de l’électorat ouvrier au profit d’une Droite dure ou du Front National. C’est à ce moment, et sous l’impulsion de personnalités comme Messieurs Gilbert BONNEMAISON, Daniel VAILLANT, Julien DRAY et Bruno Le ROUX, qu’émerge le discours, selon lequel, l’insécurité est une forme d’inégalité que la Gauche se doit de combattre, car elle touche avant tout les catégories les plus modestes.

Les élections municipales de 2014 remettront, sans nul, au centre du débat, la question de la sécurité. Pour ma part, cette sourde guerre médiatique, depuis juin 2013, entre M. Manuel VALLS, Ministre de l’Intérieur et Mme Christiane TAUBIRA, est un faux débat. Il n’y a pas d’un côté le méchant et de l’autre la laxiste. Il y a deux Ministres avec des fonctions différentes, mais complémentaires.

 

Quelles que soient les mutations idéologiques en cours, la question de la sécurité est indubitablement un bon filon politique que la Droite ou l’Extrême-droite, ont toujours efficacement exploité contre la Gauche, notamment en 2002. Il va de soi, que la Gauche est humaniste et progressiste. Tant mieux pour la démocratie. Mais cette «tare congénitale» a été un grave handicap, dans le traitement lucide des questions de sécurité.

Pour ma part,  la question de sécurité n’est ni de droite ou de gauche. En effet, le premier droit de chaque individu est de vivre en sécurité. L’Etat moderne, et donc l’Etat démocratique, a été construit autour de ce besoin vitale de sécurité. Assurer la sécurité de tous, n’exclut pas d’appliquer les lois républicaines de façon juste, humaine, proportionnée, et avec discernement, conformément aux valeurs de la Gauche. La Gauche devrait être complètement décomplexée sur ce thème majeur, à condition de bien clarifier sa position sur :

-        Sa politique migratoire, notamment les critères de régularisation, ainsi que les procédures de naturalisation. L’immigration étant arrêtée depuis 1974, quel rôle et quels moyens les Etats de Schengen, aux frontières extérieures, doivent-ils disposer ? Les principaux flux migratoires étant intra-communautaire, quel est le statut des Européens après l’épuisement des 3 mois de séjour ?

-        sa politique pénale juste : un équilibre entre la prévention et la répression. Comment traiter la délinquance juvénile et les incivilités ? quelle politique carcérale ? 

M. Amadou BA

Paris le 19 octobre 2013.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Liens