Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de BA Amadou Bal, Paris 19ème ISSN 2555-3003 (BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE France B.N.F GALLICA. Http://baamadou.overblog.fr/
  • : Ce blog personnel de M. Amadou Bal BA est destiné à l'échange en politique, littérature, histoire, faits de société et le bien-vivre ensemble. Google News BIBLIOTHEQUE NATIONALE DE FRANCE ISSN 2555-3003 BNF GALLICA. Http://baamadou.overblog.fr/
  • Contact

Recherche

14 décembre 2020 1 14 /12 /décembre /2020 19:38

En 2017, dans un front républicain, en l’absence d’un candidat de gauche, j’avais voté au deuxième tour des présidentielles pour le candidat Emmanuel MACRON, face à l’héritière de l’entreprise familiale LE PEN. Erreur tragique et douloureuse que je confesse, ici et publiquement ; il a mordu la main de ses bienfaiteurs. Je m’aperçois, maintenant, qu’avec son projet de loi sur le séparatisme, rebaptisé pudiquement «loi de sécurité globale», avec interdiction de filmer les ripoux dans leurs besognes criminelles, le président MACRON fait du LE PEN, sans LE PEN. Le président MACRON avait trahi le mari de Brigitte, puis François HOLLANDE son mentor en politique qui l’avait sorti de l’anonymat, et maintenant, son projet d’extrême-droite, est un parricide contre la République. Il a même réussi un tour de force en bâillonnant et marginalisant les «Mormons», ce cercle de fidèles Macronistes de la première heure, au profit d’une Droite dure, identitaire et séparatiste. Les ex-Socialistes égarés encore dans cette galère peuvent encore retrouver le bon chemin ; il n’est jamais trop tard de bien faire : «C’est toujours le bon moment de faire ce qui est juste» disait Martin Luther KING.

Finalement, sa stratégie électorale, assumée, en vue des élections présidentielles de 2022, est clairement vichyste, séparatiste, islamophobe et négrophobe ; c’est un basculement grave de la Macronie dans les idées nauséabondes du racisme. Le président MACRON, dans ses calculs politiciens, veut se retrouver au deuxième tour des futures présidentielles, face à Marine LE PEN, et forcer ainsi la main des Républicains à encore voter pour lui. Au lieu, de face au danger de la peste brune pour sauver la République, assurer l’unité et la cohésion de la Nation, le Gardien de la temple a, volontairement, souillé sur les principes d’égalité et de fraternité au cœur du pacte républicain. Le président MACRON a donc franchi la ligne rouge. Le maréchal Philippe PETAIN, vainqueur au Maroc de la guerre contre le nationaliste Abdelkrim, puis de la Première guerre, jadis auréolé de gloire, mais en raison de sa collaboration avec les fascistes, a fini dans la honte et le déshonneur.

Je le redis ici, et très fermement, qu’à un éventuel deuxième tour entre LE PEN et MACRON, entre la peste et le choléra, je m’abstiendrai. Ma modeste conviction, après la cuisante défaite de la Macronie aux municipales de 2020, et sa probable bérézina aux régionales et aux départementales de juin 2021, est que Emmanuel MACRON, comme Donald TRUMP, en raison du mauvais chemin qu’il a pris, ne sera que le président d’un seul mandat. Echec et mat.

Bien des gens ne sont pas aperçu, tout de suite, du glissement insensible de la Macronie vers le séparatisme et le fascisme. Déjà lors du 1er tour des présidentielles de 2017, à Alger, le candidat MACRON avait déclaré que le colonialisme est un «crime contre l’Humanité». Sitôt de retour à Paris, et s’être fait sermonné par le parti colonial et certains lobbies, M. MACRON a vite oublié ses promesses. Dans son programme présidentiel, il voulait aussi mettre fin à la Françafrique, et engager une coopération mutuellement avantageuse, l’Afrique étant un continent des opportunités à respecter. Obnubilé désormais par l’immigration et l’Islam, les adversaires de l’intérieur de la Macronie, en raison d’une démarche complotiste, sont devenus les Français musulmans et tous les racisés. Tout est vu sous l’angle du terrorisme, de la délinquance et de l’immigration. On se souvient de cette horrible et insultante déclaration sur «le ventre des mères des Africains». Pour le président MACRON les «kwassa-kwassa», ces petites embarcations comoriennes, ne servaient qu’à «amener du Comorien» à Mayotte, et la Guyane serait «une île». C’est bien le président MACRON qui a encore modifié la loi sur l’immigration, avec des délais de rétention portés à 90 jours, et voulu augmenter, déraisonnablement, les droits d’inscription des étudiants étrangers. C’est encore lui qui était allé cajoler Eric ZEMMOUR, celui-là même qui crache son venin, chaque jour, sur les racisés, dans une télévision de Vincent BOLLORE, un représentant financier de la Françafrique. Du même coup, on entend peu Marine LE PEN qui se fait discrète ; l’héritière de la petite entreprise familiale n’a plus besoin de faire campagne. Son porte-parole est devenu le président Emmanuel MACRON entiché de sarkozystes partisans de l’identité nationale, comme le ministre de l’Intérieur, Moussa DARMANIN, et le premier ministre, Jean CASTEX. «Les Français préfèreront toujours l’original à la photocopie» avait dit, fort justement, Jean-Marie LE PEN.

A certains égards, ce séparatisme de la Macronie est habile ; il vise à opposer les Gaulois et aux racisés, les riches aux pauvres. «Diviser, pour mieux règne», tel est l’antique et efficace slogan des dirigeants machiavéliques et populistes. Face aux difficultés quotidiennes de ceux qui souffrent, il faut désigner des boucs-émissaires, instrumentaliser, calomnier et jouer sur les peurs irrationnelles, afin d’occulter les vrais problèmes et ses forfaitures. Ses funestes et injustes réformes, et pour lesquelles, son préfet répressif Didier LALLEMANT a éborgné des Gilets jaunes, les retraités et le personnel soignant, ne sont que suspendues, et non encore abrogées. Le chemin le plus facile du démagogue, c’est toujours de s’attaquer aux faibles (immigrés, retraités, chômeurs), et de rabaisser les racisés, afin de mieux les asservir. En effet, Albert MEMMI (1920-2020, voir mon article) a établi une relation très étroite entre le racisme et l’oppression coloniale : «Le racisme est la dévalorisation profitable d'une différence» ou, plus techniquement, «le racisme est la valorisation, généralisée et définitive, de différences réelles ou imaginaires, au profit de l'accusateur et au détriment de sa victime, afin de légitimer une agression», écrit-il. Le candidat MACRON, devenu un président des riches, se prétendait être «ni de droite, ni de gauche». Et pendant cette pandémie, dans sa démagogie, le président a sorti deux slogans qui font mouche : «Le quoi qu’il en coûte» et une réflexion après le confinement sur «le Monde d’après». Pour la Macronie inauthentique et dissimulatrice, tout ne serait que communication et enfumage. Dans la réalité, avec un premier ministre sarkozyste, Jean CASTEX, les milliards, comme par enchantement, pleuvent, avant ce n’était pas possible, mais ces cadeaux sont essentiellement réservés aux entreprises. Il n’y a que des miettes pour les ménages.

En réaction à l’émotion populaire face aux violences policières du 21 novembre 2020, contre Michel ZECLER, un Noir producteur de musique, le président MACRON s’est déclaré «choqué» sur sa page Facebook, une réaction inadaptée face aux énormes et criminelles dégâts de sa politique. Incapable de décider et d’être cohérent avec lui-même, d’assurer une vision stratégiques des choses, le président MACRON, un spécialiste des oxymores, ne sait même plus où est-ce qu’il habite, et ne comprend plus rien à la logique de ses propres décisions. Où est donc, Mme Elisabeth MORENO, Ministre déléguée de l’Egalité, claquemurée maintenant dans un grand silence face à ce crime d’Etat et qui avait dit à sa prise de fonction ? « J'avais prévenu le président et le Premier ministre : je ne viens dans ce gouvernement qu'à la condition d'avoir les moyens d'atteindre mes objectifs et ils se sont tous les deux engagés à le faire». C’est toujours, cette diversité alibi ; le président MACRON n’a jamais défendu le député François M’BAYE contre les menaces de mort et les attaques racistes. Si ce crime d’Etat n’était pas filmé, il est probable que Michel ZECKER, comme 113 autres jeunes Noirs, aurait été tué, pour des soi-disant faits de «rébellion» ou de «terrorisme» ou de «trafic de drogue», les calomnies permanentes à l’encontre des racisés.

Ces violences ont été instrumentalisées, justifiées et excusées par la Macronie, sur le chemin de la honte et du déshonneur de la République. C’est bien le chef de l’Etat, à travers son projet de loi sur le séparatisme, stigmatisant en permanence les racisés, qui envisage d’interdire, à travers l’article 24, que les policiers soient filmés. Maintenant, après que les députés se sont prononcés, et en violation grave des droits du Parlement, ne s’avouant pas vaincu par l’émotion et l’indignation populaires des dégâts qu’il a commis, le président MACRON, dans son entêtement légendaire, voulait réécrire le texte de l’article 24, par une commission. Nouvelle bronca, même de sa propre majorité ; c’est comme que naissent les dictatures. «Quand un texte heurte les consciences et divise la société, quand il risque de provoquer la violence, il faut le retirer. La Police doit agir conformément aux lois de la République, les comportements inacceptables doivent être sanctionnés, avec la plus grande fermeté» écrit le mentor de MACRON et ancien président de la République, François HOLLANDE.

Auparavant, et l’exceptionnel préfet de police, M. Michel DELPUECH, a été remplacé par un préfet de police répressif. Christophe CASTANER qui avait osé évoquer une sanction pour les policiers ripoux et réformer l’I.G.P.N, la police des police ou le prétendu «le bœuf-carotte», a été très vite démis de ses fonctions au profit de Moussa DARMININ, que rien distingue du Rassemblement national, un premier flic de France accusé de viol, une mauvaise carte de visite quand on fait de la morale aux racisés. «Big Brother is watching you», disait George ORWELL, dans son livre “1984”. Par conséquent, Recep ERDOGAN, président turc, avait raison de dire que le président MACRON, devant les violences policières, au lieu de «crier au feu !», ce pompier pyromane, malade de l’islamophobie et de la négrophobie, devrait aller «se soigner». C’est la charité qui se moque de l’hôpital.

J’invite tous les chefs d’Etat africains, en particulier ceux qui ont été élus, et ne devant leur légitimité qu’à leur peuple, à refuser, désormais, de déférer aux convocations du «Maître lepénisé», aux sommets franco-africains et la Francophonie, et de sortir du Franc C.F.A., d’exiger, 60 ans après les indépendances dans la dépendance, la liquidation de la Françafrique, en vue de bâtir une nouvelle politique de coopération avec l’Afrique, mutuellement avantageuse, fondée sur la souveraineté et le respect mutuel.

En conséquence, il faut sonner le tocsin pour sauver la République. Depuis 1875, il n’y a pas eu de femme présidente de la République française. Madame Anne HIDALGO, devenue, «de facto», la patronne des forces de progrès, sera celle-là, pour le bien-vivre ensemble.

Je demande, instamment, aux Français dits racisés, à s’inscrire massivement sur les listes électorales et surtout aller voter aux régionales de 2021 et aux présidentielles de 2022. Je me souviens de cette bataille héroïque et mémorable avec les jeunes issus de l’immigration que j’avais accompagnés, lors des municipales de 2020, aux Mureaux, soutenir la liste «Agir aux Mureaux» avec Mme Agnès ETENDART. Hélas, bien des racisés ne sont pas aller voter. Et c’est justement, aux Mureaux, une ville stigmatisée, que le président MACRON est venu présenter, le 2 octobre 2020, son funeste projet de loi sur le séparatisme. Après avoir enterré, en mai 2018, le plan des banlieues préparé et concerté sous l’égide de Jean-Louis BORLOO,  pour le président MACRON, dans ses dérives droitistes, le problème majeur, dans ces lieux qualifiés de situations «d’Apartheid» par Manuel VALLS, ce serait uniquement le prétendu «séparatisme islamique». Le président MACRON a abandonné les fondamentaux de la solidarité et de la prévention, au profit des valeurs ultraconservatrice et identitaires de l’ordre et de la sécurité. Il faut réprimer les racisés qui ne seraient tous que des délinquants et des islamistes potentiels, menaçant la République. En effet, pour J-L BORLOO : «Mon sentiment, c’est qu’on est en train de remplacer le «Vieux monde» des solidarités par un «Jeune monde» des abandons de ceux qui ont besoin de la solidarité». Une vision de la société clanique, raciste, inefficace et dangereuse pour la paix publique.

A la manifestation pacifique et massive du 28 novembre 2020, que le préfet de police répressif, Didier LALLEMANT, voulait interdire par un arrêté du 25 novembre 2020, mais mesure suspendue par une ordonnance du Tribunal administratif de Paris du 27 novembre 2020, il y avait grande foule, une forte mobilisation de nos ancêtres les Gaulois ; cela est particulièrement rassurant et réconfortant. En revanche, et comme à la manifestation du Trocadéro, en soutien à la députée de la République, Mme Danièle OBONO, les racisés, se masturbant dans les réseaux sociaux, ces grandes gueules étaient encore absentes. Certes, les racisés ont souvent été trahis par les forces politiques, notamment le projet de loi sur la déchéance de la nationalité du mentor d’Emmanuel MACRON.

Je comprends donc le dépit et l’amertume des racisés à l’égard de la classe politique, mais le problème n’est pas. La communauté juive, nettement moins nombreuse que les racisés, mon modèle d’organisation, sait bien se défendre et se faire respecter, en raison de sa discipline et de l’identification de ses intérêts stratégiques. Si Michel ZECLER était de leur communauté, peut-être MACRON aurait défilé à la République, avec d’autres chefs d’Etat, comme dans l’affaire de l’odieux attentat contre Charlie Hebdo. Les racisés sont méprisés, bastonnés ou tués, dans l’indifférence de la classe politique, parce qu’ils ont choisi de rester dans le domaine des lamentations et du commentaire, en marge des combats citoyens. Et le danger qui menace est là ; les racisés sont des spectateurs. Or, les politiciens, particulièrement attachés à leurs privilèges, n’ont peur que du rapport de forces. En effet, dès que Assa TRAORE a mobilisé 22 000 personnes devant le Palais de justice, on ne parlait que d’elle. Les racisés devraient donc se préoccuper de la défense de leurs droits et libertés de citoyens, et se mobiliser pour cela. Personne ne pourra le faire à leur place. Les armes de la République, de la démocratie, sont encore efficaces.

Aussi, et dans une démarche citoyenne, continuons d’exiger :

- L’abrogation, sans délai, toutes ces odieuses réformes en cours (Loi sur le séparatisme, retraites, chômage, etc.) ;

- La Justice pour les 113 familles de jeunes étouffés à mort par les forces de l’ordre, et une enquête sérieuse sur les différents incendies criminels à Paris, avec un bidon d’essence, contre des squat occupés par des Africains ;

- La fin des violences policières et la réforme profonde, de l’Inspection générale des police (IGPN), juge et partie ; les poursuites disciplinaires devraient être engagées par une autorité indépendante. Actuellement, c’est le Préfet de police, qui décide seul, et ce n’est pas normal. Celui est qui est aux commandes c’est justement le préfet répressif, Didier LALLEMANT. Les recommandations du Défenseur des droits devraient être suivies et appliquées ;

-Le déboulonnement toutes les statues des esclavagistes et des colonialistes et qu’une Maison d’Afrique, pour le bien-vivre ensemble soit érigée à Paris ;

- La régularisation des sans-papiers, en vue d’une relocalisation des entreprises françaises, ainsi qu’une vigoureuse politique de relance (Logements, défense de l’environnement et réindustrialisation) ;

- L’engagement, en temps utile, d’un «Hartal», un action de désobéissance civile pour reprendre une expression de GANGHI, un refus de tous les racisés d’aller travailler pendant 3 jours, pour faire cesser le racisme et les violences policières, pour un bien-vivre ensemble, dans le respect mutuel. Tout le monde verra, que l’écrasante majorité des racisés occupe une place majeure dans la société et l’économie de la France.

Paris le 28 novembre 2020 par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

 

«Le président Emmanuel MACRON le séparatiste, vichyste, islamophobe et négrophobe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le président Emmanuel MACRON le séparatiste, vichyste, islamophobe et négrophobe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le président Emmanuel MACRON le séparatiste, vichyste, islamophobe et négrophobe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le président Emmanuel MACRON le séparatiste, vichyste, islamophobe et négrophobe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le président Emmanuel MACRON le séparatiste, vichyste, islamophobe et négrophobe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le président Emmanuel MACRON le séparatiste, vichyste, islamophobe et négrophobe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le président Emmanuel MACRON le séparatiste, vichyste, islamophobe et négrophobe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le président Emmanuel MACRON le séparatiste, vichyste, islamophobe et négrophobe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le président Emmanuel MACRON le séparatiste, vichyste, islamophobe et négrophobe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le président Emmanuel MACRON le séparatiste, vichyste, islamophobe et négrophobe» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

Partager cet article

Repost0

commentaires

Liens