Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de BA Amadou Bal, Paris 19ème ISSN 2555-3003 (BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE France B.N.F GALLICA. Http://baamadou.overblog.fr/
  • : Ce blog personnel de M. Amadou Bal BA est destiné à l'échange en politique, littérature, histoire, faits de société et le bien-vivre ensemble. Google News BIBLIOTHEQUE NATIONALE DE FRANCE ISSN 2555-3003 BNF GALLICA. Http://baamadou.overblog.fr/
  • Contact

Recherche

23 juin 2020 2 23 /06 /juin /2020 22:11

Le professeur Abdoulaye BATHILY, un historien, est le premier, en mai 1974, à avoir dénoncé la présence insultante à la souveraineté et à l’honneur des Sénégalais, à Saint-Louis, de la statue de Léon FAIDHERBE, gouverneur du Sénégal de 1854 à 1861 et de 1863 à 1865. Sur le socle de la statue de FAIDHERBE, érigée en 1891, est encore mentionnée : «A son gouverneur L. Faidherbe, le Sénégal reconnaissant». Les symboles ont un sens dans la mémoire collective. En effet, un lycée et un pont portent déjà le nom de FAIDHERBE, et sa statue plastronne à la place de la gouvernance, d’abord appelée la Savane, puis d’Orléans. La statue de FAIDHERBE, gravée en 1886, abîmée en septembre 2017, en raison d’intempéries, a été vandalisée par des manifestants ; elle sera cachée puis restaurée. Le professeur Iba Der THIAM, un historien, estime que la statue de FAIDHERBE à Saint-Louis est «le symbole d’une décolonisation inachevée», ce gouverneur du Sénégal ayant massacré 20 000 personnes en moins de 8 mois. Vous remarquerez que les Sénégalais n’appellent Saint-Louis, ancienne capitale de l’Afrique Occidentale française, que par son nom africain : «N’Dar». En effet, Saint-Louis, rebaptisé, en 1659, du nom d’un roi de France, Louis IX (1226-1270), par un Normand, Louis CAULLIER, a été capitale de l’Afrique Occidentale française de 1895 à 1902, puis capitale du Sénégal jusqu’en 1957 et capitale de la Mauritanie jusqu’en 1960.

Il est curieux de constater que certains qui veulent déboulonner la statue de FAIDHERBE, sont les mêmes qui insultent, dans les réseaux sociaux Thierno Sileymane BAL, El Hadji Omar TALL et Maba Diakou BA. Un peu de cohérence ! De nombreuses rues et places portent encore les noms de colonialistes et d’esclavagistes au Sénégal, 60 ans après cette indépendance dans la dépendance (voir mon article sur De Gaulle et l’Afrique). Il est vrai que nos gouvernants successifs n’ont pas voulu irriter le Maître : «Faidherbe s’est fait nègre avec les nègres (…) Il s’est fait Sénégalais avec les Sénégalais en étudiant les langues et civilisations du Sénégal. (…) C’est lui, le conquérant, qui a fait le plus grand éloge des résistants sénégalais» écrit Léopold Sédar SENGHOR.

Ce débat sur le déboulonnement de la statue de Léon FAIDHERBE, subitement, est éclairé sous un jour nouveau, depuis l’affaire George FLOYD, étouffé à mort par des policiers suprémacistes aux Etats-Unis. Aussi, les statues de Cecil RHODES en Afrique du Sud, de Pierre SARVORGNAN de BRAZZA, au Congo Brazzaville, sont menacées. Une colère sourde et ancienne, datant de 400 années d’esclavage et deux siècles de colonisation, a subitement éclipsé de l'actualité sur la pandémie du Coronavirus. Ainsi, des statues de colonialistes et d’esclavagistes ont été partout déboulonnées ou peintes en rouge, sauf en France, un pays des droits de l’Homme avec son message universel, enfoncé dans ses certitudes permanentes : ici il n’y a point ni racisme, ni violences policières ; cela ne peut exister qu’en Amérique.

A Lille, ville natale de Léon FAIDHERBE, jumelée avec Saint-Louis depuis 1978, des manifestants ont scandé, le 20 juin 2020 : «Faidherbe doit tomber !» ; ils ont réclamé le «retrait» de cette «figure du colonialisme français, violent et raciste» et ont exigé de décoloniser l’Histoire et la mémoire. «Qui veut (encore) célébrer le colonialisme ? 200 ans ça suffit !» disent les manifestants en référence au bicentenaire du général FAIDEHERBE, célébré en 2018. En effet, pour eux, FAIDEHERBE «a aussi colonisé le Sénégal dans des conditions extrêmement violentes, en se targuant de brûler des villages, et a développé toutes sortes de théories racistes», dit Jean-François RABOT, membre de l'association «Survie». Pour un historien, la ville de Lille est «un paysage urbain vitrifié dans la IIIe république coloniale» dit Thomas DELTOMBE. «C'est un débat à mener, peut-être aussi au niveau national. Car de nombreuses villes ont une rue Faidherbe. Le questionnement sur les traces du passé colonial dans l'espace public prend de l'ampleur un peu partout dans le monde» estime Mme Martine AUBRY, maire de Lille. On connaît la position du président MACRON : aucune statue de colonialiste ou d’esclavagiste ne sera déboulonnée. La France macronienne assume pleinement cet héritage colonialiste et esclavagiste étouffant à mort nos enfants.

En réponse à ce déni du racisme et des violences policières, nous disons «Black Lives Matter» et donc la statue de Léon FAIDHERBE doit tomber ! Vos héros sont nos oppresseurs. Un peuple ou ses descendants, pour leur survie, doivent refuser l’injustice et la servitude. Or, il n’a échappé à personne que nos ancêtres les Gaulois ne célèbrent pas Jules CESAR (100-44 avant JC), celui-là même qui avait colonisé la Gaule. Dans l’histoire enseignée aux enfants, le héros c’est Vercingétorix (80 avant J-C – 46 avant J-C), roi des Arvernes, mort à Rome, après défaite à Alésia. Jules CESAR avait, comme Léon FAIDHERBE, d’importantes qualités, mais là n’est pas la question. La Grande-Bretagne avait décimé, pendant la guerre de Cent ans, toute l’aristocratie française, mais c'est Jeanne d’Arc (1412-1431) qui est valorisée ; ce qui est normal. Le maréchal Philippe PETAIN (1856-1951), pourtant vainqueur de Verdun, est devenu, en raison de sa collaboration avec les Allemands, symbole de l’opprobre et Charles de GAULLE, un totem de la République. La défaite de Sedan, le 1er septembre 1870, a été émaillée de résistances téméraires, dont celle du général FAIDHERBE que souligne Mme Martine AUBRY : «Si le général Faidherbe est là, ce n'est pas pour sa conquête du Sénégal, (…) c'est parce qu'il a gagné une bataille extrêmement importante pour Lille, la bataille de Bapaume contre les Prussiens en 1876. Moi, je voudrais plutôt travailler sur le fait de mettre des plaques (…) pour expliquer ce qu'il a fait que nous honorons, mais en même temps ce qu'il a fait que nous désapprouvons» dit la Maire de Lille.

En dépit de ces faits de l’histoire, on demande aux racisés d’accepter l’inacceptable : un Code permanent d’indigénat : «ôtez votre genou de notre cou !» avait dit, fort justement, le révérend Al SHAPRTON. L’Afrique et ses diasporas doivent refuser l’esclavage, la colonisation et les violences policières, synonymes de prédation et de domination injustes et arbitraires. Il n’a échappé à personne que Léon FAIDHERBE a été gouverneur du Sénégal et c’est sous sa botte que ce pays a été, dit-on, pudiquement «pacifié». Mais appelons un chat un chat, Léon FAIDHERBE, ce polytechnicien, ne manquant pas de génie et de culture, a été, tout de même, le plus grand champion du colonialisme français en Afrique, avec ses logiques de domination d’un peuple sur un autre peuple. En effet, FAIDHERBE a mené une guerre d’extermination, de nombreux villages ont été incendiés, notamment au Fouta-Toro, les Almamy ayant été les adversaires les plus résolus du colonialisme et de l’esclavage : «Parmi les populations indigènes que nous avons eu à coloniser, il y a une ethnie qui n’acceptera jamais notre domination. Et il se trouve que cette ethnie est très répandue sur notre espace de colonisation. Il est urgent et impératif, pour notre présence en Afrique, de réussir à la diviser et leur opposer les autres ethnies moins rebelles. Car le jour où les Peuls se regrouperont, ils peuvent balayer sur leur passage toutes les forces coloniales» écrit FAIDHERBE.

Aussi FAIDHERBE a mis en place une stratégie du bâton et de la carotte, parfois hypocrite, comme le débat actuel sur les statues à déboulonner, les violences policières et l’esclavage. La France était présente au Sénégal depuis 1365, mais a trouvé dans le pays de puissants royaumes, notamment la dynastie des Satigui peuls, avec Coly Tenguella BA (voir mon article). Les Satiguis ont  unifié et régné sur Fouta de 1512 jusqu’en 1776. avec la Révolution des Torodos de Thierno Sileymane BAL à partir de 1776 (voir mon article). Initialement, la France a mis en place des comptoirs, dont l’un des initiateurs a été Jean-Baptiste COLBERT (voir mon article). Les différents gouverneurs, en dépit des protectorats avec les différents royaumes, n’avaient pas pu dominer ces différents royaumes du Sine, du Cayor, du Walo, et en particulier le puissant et rebelle Fouta-Toro. Léon FAIDHERBE, outre le meurtre et les intimidations, a appliqué toute une panoplie de mesures pour vaincre le Sénégal. La première stratégie a été de diviser pour mieux régner. Ainsi, le Walo confronté aux pillages des Maures, et le Boundou en concurrence avec le Fouta, et par la suite Maba Diakhou BA trahi par le Bour Sine, seront de bons alliés pour le colon. Les successeurs de FAIDHERBE rechercheront, par la suite, aussi des Almamy favorables à leurs intérêts. L’école des otages, devenue école des fils de chefs, ainsi la compagnie des tirailleurs sénégalais, ont été de puissants outils de cette «pacification».

L’héritage de Léon FAIDHERBE, pour l’Afrique et ses diasporas, reste encore un affront pour les racisés. En effet, à la suite de la conquête du Sénégal, pays côtier, la France a pu vaincre et mâter toutes les autres velléités de résistance en Afrique, comme ce fut le cas, après le départ de FAIDHERBE, la capture et l’exil de l’Almamy Samory TOURE (voir mon article), roi du Wassoulou, ainsi que de Louis BEHANZIN, au Dahomey (voir mon article). FAIDHERBE dessinera les contours de la Françafrique qu’organisera le Général de GAULLE, en 1960, cette indépendance dans la dépendance.

Par conséquent, les statues de FAIDHERBE, à Saint-Louis, comme à Lille, sont bien à déboulonner : «ôtez donc votre genou de notre cou», pour reprendre ce slogan du révérend AL SHAPRTON.

Paris, le 23 juin 2020 par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

«Léon FAIDHERBE (1818-1889) : des statues à déboulonner» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Léon FAIDHERBE (1818-1889) : des statues à déboulonner» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Léon FAIDHERBE (1818-1889) : des statues à déboulonner» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Léon FAIDHERBE (1818-1889) : des statues à déboulonner» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Léon FAIDHERBE (1818-1889) : des statues à déboulonner» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Léon FAIDHERBE (1818-1889) : des statues à déboulonner» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Léon FAIDHERBE (1818-1889) : des statues à déboulonner» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Léon FAIDHERBE (1818-1889) : des statues à déboulonner» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Léon FAIDHERBE (1818-1889) : des statues à déboulonner» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Léon FAIDHERBE (1818-1889) : des statues à déboulonner» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Léon FAIDHERBE (1818-1889) : des statues à déboulonner» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Léon FAIDHERBE (1818-1889) : des statues à déboulonner» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Léon FAIDHERBE (1818-1889) : des statues à déboulonner» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Léon FAIDHERBE (1818-1889) : des statues à déboulonner» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Léon FAIDHERBE (1818-1889) : des statues à déboulonner» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Léon FAIDHERBE (1818-1889) : des statues à déboulonner» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Léon FAIDHERBE (1818-1889) : des statues à déboulonner» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Léon FAIDHERBE (1818-1889) : des statues à déboulonner» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Léon FAIDHERBE (1818-1889) : des statues à déboulonner» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Léon FAIDHERBE (1818-1889) : des statues à déboulonner» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Léon FAIDHERBE (1818-1889) : des statues à déboulonner» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Léon FAIDHERBE (1818-1889) : des statues à déboulonner» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

Partager cet article

Repost0

commentaires

Liens