Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de BA Amadou Bal, Paris 19ème ISSN 2555-3003 (BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE France B.N.F GALLICA. Http://baamadou.overblog.fr/
  • : Ce blog personnel de M. Amadou Bal BA est destiné à l'échange en politique, littérature, histoire, faits de société et le bien-vivre ensemble. Google News BIBLIOTHEQUE NATIONALE DE FRANCE ISSN 2555-3003 BNF GALLICA. Http://baamadou.overblog.fr/
  • Contact

Recherche

3 mai 2020 7 03 /05 /mai /2020 15:25

«J’ai appris avec une immense tristesse la nouvelle du décès  d’Idirune icône de l’art algérien. Avec sa disparition, l’Algérie perd un de ses monuments» écrit dans un tweet, le président algérien, M. Abdelmadjid TEBBOUNE. «Tu as marqué mon enfance [...] Je n’oublierai jamais notre rencontre», a écrit sur Instagram Zinedine ZIDANE, originaire de Kabylie. L’UNESCO a rendu hommage à «un ambassadeur éminent des cultures kabyle et berbère». La maire de Paris, Anne HIDALGO, a également rendu hommage à «son engagement humaniste». Pour Ferhat MEHENNI, célèbre chanteur exilé en France, Idir est «un astre kabyle éclairant l’immensité de l’univers». 

Idir, de son vrai nom Hamid CHERIET, est né en Algérie le 25 octobre 1949, à Ait Lahcène, à 35 km de Tizou-Ouzou, capitale de la Grande Kabylie, en Algérie. «Je viens d’Algérie et je fais partie de cette génération que l'on surnomme «les enfants de l'indépendance». Mon âge m'a permis d'entrevoir le drame de la guerre de libération. Comme tout le monde en Kabylie, j'ai entendu le son des fusillades entre les soldats de l'armée française et les combattants algériens, sans comprendre grand-chose aux histoires des adultes ! J'ai encore dans ma tête la sensation du ventre chaud de ma mère dans mon dos alors qu'elle recouvrait ses petits de tout son corps pendant que les coups de mortier nous assourdissaient. Je n'oublierai jamais ces sentiments de bien-être et d'impuissance» dit Idir. Son village se situe dans l'Arche des Aït Yenni (At Yenni), une des confédérations comptant de nombreux et illustres personnages Mouloud MAMMERI (1917-1989), écrivain, anthropologue et spécialiste de la culture berbère et Mohamed ARKOUN (1928-2010), islamologue et philosophe. Fils de paysans,  comme la majorité des enfants kabyles, originaire des montagnards du Djurdjura occidental, «At Wadda», suivant les Anciens, Idir a fait ses premières classes dans une école d'excellence, celle des Jésuites.

Dans les années 70, l'Algérie avait misé sur l'industrie pétrolière pour mener à bien son développement économique et Idir entreprit des études supérieures de géologie pour y faire carrière. Alors qu'il faisait ses études à Alger, le hasard a voulu qu'il remplace, en 1973, au pied levé, une vedette, la chanteuse Nouara, sur Radio Alger :  «Je n’ai pas choisi ce métier, c’est lui qui m’a choisi. J’étais destiné à chercher du gaz et du pétrole dans le Sud de l’Algérie. Peut-être le fait de ne pas avoir choisi ce métier, m’a donné la distance nécessaire pour faire ces choses avec désir et envie», dit-il. Avant d’aller chanter et pour ne pas froisser sa mère qui ne voulait pas qui ne voulait pas d’un fils saltimbanque, Hamid dût se trouver un pseudonyme : Idir : «Les Berbères ont cette particularité de donner des prénoms contraires à ce qui pourrait arriver. Au XVIIe siècle, il y avait des épidémies, il n’y avait pas d’eau, pas de dispensaire, pas de toubib à l’extérieur. Les nouveau-nés mourraient tout de suite à cause des infections. Alors, pour conjurer le sort, on les faisait appeler Idir dans l’espoir qu’ils s’en sortent. Moi, j’ai choisi ce nom parce que j’avais vite compris que ma culture était tenue par le plus cynique des impératifs, celui de la survie. Je n’avais pas envie que ma culture meure. C’était une façon aussi de conjurer le sort» dit Idir. Il entonne alors à la radio, une chanson «Rsed A Yidess» signifiant «Que le sommeil tombe». Idir se définit comme «celui qui croit au pouvoir de la poésie et à la force de l'émotion». Les chansons d’Idir sont un véritable retour aux sources, un pèlerinage musical et artistique, un vibrant hommage au «royaume de l’enfance» suivant une expression du président SENGHOR. Le sociologue français, Pierre BOURDIEU disait d’Idir : « Ce n’est pas un chanteur comme les autres. C’est un membre de chaque famille. »

Idir milite pour une Algérie diverse culturellement, religieusement et politiquement, mais rassemblée et pacifiée : «Il ne pouvait pas y avoir d'Algérie démocratique sans reconnaissance de sa diversité, sans que les femmes y aient les mêmes droits que les hommes. Et que l'idéologie nous empêchait d'être nous-mêmes. Comment mieux "respirer" dans notre beau pays ? Commençons par la Constitution. Son article 1er nous dit que l'Algérie est un «pays arabe». Tiens donc, pourquoi ? Comme je ne suis pas Arabe, je ne serais donc pas Algérien ? Curieux, non ? Et donc même chose pour tous les Berbères, les Kabyles, les Chaouis, les Touaregs ? Je ne suis pas Arabe mais je suis Arabophone. La nuance est de taille ! Corrigeons donc d'abord cette question identitaire qui nous permet de savoir qui nous sommes. L'article 2 nous dit que l'Islam est la religion de l'État. Ah bon ? On m'a toujours dit que l'État était permanent et éternel, le garant de la bonne marche des institutions. Mais on ne m'a jamais dit que l'État avait une religion » dit-il. Aussi, les chansons d’Idir sont un chemin qui le ramène au berceau de la paix et de ses valeurs culturelles. En effet, Idir est resté attaché à sa culture et à l'histoire des Berbères «Sans identité, on ne peut pas se développer ; on ne peut pas avancer» dit-il. Idir réclamait l'officialisation de la langue Amazighe. Peu de gens l’ont souligné, les manifestations de 2019, contre le régime de BOUTEFLIKA, qui a fini par tomber, sont venues de Kabylie, un peuple ayant soif de liberté et de reconnaissance de sa culture. Idir, en républicain, incarne à la fois figure de proue de l’identité kabyle et l’apôtre de l’ouverture ; chacun a sa place dans la société algérienne : «La berbérité est-elle devenue en Algérie, et ailleurs, négligée, occultée ? Nous, les Berbères, n'avons jamais intéressé grand monde : pas de pouvoir, pas de pétrole ou de gaz, et nos divergences n'ont fait qu'aggraver notre situation. Alors, que nous reste-t‑il ? Il nous reste notre identité et un grand attachement à ce qui est égalitaire. Il nous reste la valeur que l'on donne à la parole et cette laïcité naturelle que nous pratiquons ainsi qu'une religion qui permet à chacun de pouvoir chercher la lumière. L'émotionnel prime l'idéologie, et celle-ci n'est pas très courante dans nos horizons. D'où notre réflexe commun de nous débarrasser de toute idéologie pour retrouver notre liberté d'être et d'entreprendre. C'est pourquoi j'ai été si ému de voir flotter dans les rues des grandes villes d'Algérie ces dernières semaines (en 2019), aux côtés des drapeaux de l'Algérie, des étendards et des banderoles en langue amazighe. Cela prouve que cette mobi­lisation populaire a tout compris du défi d'une Algérie qui ­accepte enfin sa diversité. Comme si notre jour de gloire était enfin arrivé» dit-il.

Cependant, Idir n'appartenait à aucun parti «Mon seul parti est la promotion de la chanson et la langue berbère à travers le monde» dit-il. Idir aimait évoquer cet oiseau en cage qui rêvait de liberté. Idir, dans son art, milite pour l’abnégation et l’ardeur au travail «il faut avoir le désir d’avancer, et la patience» dit-il. Conteur et poète de la nature, Idir a été fortement influencé par sa Kabylie et l’environnement familial «Dès mon enfance, j’ai écouté ma grand-mère et ma mère qui étaient des poétesses. J’ai eu la chance de baigner dans cette ambiance. Les soirs d’hiver, elles me racontaient des histoires, des légendes, des contes ; je les écoutais chanter et réciter des contes. A la sortie de l’école, il fallait aider la famille en sortant les bêtes. De là à souffler dans un bout de roseau, il n’y a qu’un pas. Mes premières inspirations trouvent là leurs sources» dit-il. Idir a subi les influences des musiques marocaines et bretonnes, surtout celles de Kabylie, et en particulier de Slimane AZEM : «Signe du destin, je devais avoir huit ou neuf ans, Slimane Azem est venu dans mon village, pour chanter dans un garage. Mon frère m’avait payé la place pour l’écouter et m’avait même donné une pièce de cinquante centimes pour acheter sa photo. Slimane Azem est venu dans notre maison, invité par mon frère, après le spectacle. Il nous a laissé une petite mandoline et m’a donné un baiser sur le front. Et sur cette mandoline que j’ai commencé à toucher un peu la musique» dit-il.

Idir est un éveilleur de conscience : «Sans les chansons d’Idir, jamais mon père ne m’aurait parlé des figures de l’aube de son village natal. Sans ldir l’histoire de mon père serait muette» écrit une amie, Anaïs BOUHLOUL. Idir chante pour la diaspora algérienne, dans sa trajectoire parfois tragique, et en particulier celle les enfants d'immigrés kabyles en France qui méconnaissent le pays et la culture de leurs parents que ceux-ci n'ont pas su leur transmettre et qu'ignore l'institution scolaire. Idir, à travers, ses contes, sa poésie et sa musique, ainsi que son vaste savoir, fait découvrir à la diaspora algérienne, et notamment kabyle, les lieux de mémoire, les villages et les villes, l'économie montagnarde et de l'organisation sociale traditionnelle, villageoise et domestique, les qualités guerrières des Kabyles, la préhistoire, leurs mythes, bref leur culture et identité. La contribution artistique  d’Idir , ses poèmes et contes, c’est que vivent les immigrants : «Quitter son pays pour trouver de quoi vivre ses enfants. Vous savez ce que c’est, pour les travailleurs immigrés, de penser, chaque soir, quand ils sortent du boulot au pays natal qui d’ailleurs s’éloigne chaque jour un peu plus, de penser aux femmes qu’ils ont laissées, et qui sont devenues des sortes de Pénélope, dont le métier est l’attente et l’espérance, et surtout de penser aux enfants qu’ils ont faits et qu’ils n’ont pas vu grandir» dit Idir. 

Dans la suite des chanteurs de raï Cheb MAMI  et Khaled, installé en France depuis 1975, Idir signe un contrat avec Pathé Marconi son premier album datant de 1976 qui allait le rendre célèbre «Vava Inouva» (mon petit papa) : «Je t’en prie mon petit papa, ouvre-moi la porte. O fille de Ghriba fais tinter les bracelets. Je crains l’ogre de la forêt papa. La bru derrière le métier à tisser, sans cesse remonte la tendresse. Les enfants autour de la grand-mère, s’instruisent par les contes d’antan » chante-t-il. Dans ce conte «Vava Inouva» immortalisé par Idir, une jeune fille parvient à sauver son père prisonnier d'une forêt peuplée d'ogres et de fauves. Cette chanson faisant l’éloge de la famille protecteur et source de la tradition orale, qui a fait le tour du monde, est devenue un grand classique ; elle a été diffusée dans 77 pays et traduite en 15 langues. Tout en restant en contact avec la culture kabyle, Idir a choisi l’exil :  «avec un seul parti, un seul journal, où l’on nous envoyait des profs pour nous enseigner les fondements du marxisme et faire de nous de parfaits petitsJe suis venu enregistrer un 33-tours avec «A Vava Inouva», qui a bien fonctionné, et j’ai commencé à envisager de rester ici puisque la chanson m’avait choisi, mais toujours avec une valise prête à partir dans ma tête» dit-il. Accompagné d'une guitare traditionnelle, Idir chante avec une voix douce et juste d'une grande poésie ; il représente l'identité culturelle berbère et la défense des valeurs culturelles algériennes. Homme discret et simple, Idir n'avait pas la grosse tête, il était proche du peuple et est resté en contact avec la communauté kabyle en France. Pour lui, pour exister, il faut regarder d’où on vient et avancer, dans le bon sens : «J’ai tout aimé de ces manifestations (celles de 2019 contre le régime de Bouteflika) : l’intelligence de cette jeunesse, son humour, sa détermination à rester pacifique. J’avoue avoir vécu ces instants de grâce, depuis le 22 février 2019, comme des bouffées d’oxygène. De toute façon, nous sommes condamnés à réussir. Continuons donc à réfléchir en termes de Nation algérienne vers le progrès. Si nous restons unis, rien ni personne ne pourra nous défaire» dit Idir.

«Chanteur d’Ici et d’Ailleurs» comme il se définissait, Idir tout en étant ferme dans ses valeurs culturelles, était en paix des autres ; il répandait la joie autour de lui. Tout en restant attaché à la culture de la Kabylie, Idir était aussi tolérant et ouvert aux autres. Ainsi, en 1999, il sort son album «Identités» et entame la collaboration avec divers artistes français dont Manu Chao, Dan Ar Braz, Maxime LE FORESTIER, Zebda et Gilles SERVAT. Idir a chanté en Amazighe et en français avec de grands artistes français comme Charles AZNAVOUR (La Bohème), Jacques HIGELIN (On The Road), Francis CABREL (La Corrida) et Patrice BRUEL (D’Ici et Ailleurs).

Par ailleurs, Idir chantait aussi dans la langue de nos ancêtres, les Gaulois, témoignant ainsi que ce qui fait la force de ce pays, c'est sa diversité culturelle. Pour lui, la langue française, ce n'est pas seulement la langue de l'ancien colonisateur, mais c'est aussi et surtout «un butin de guerre» pour les anciens colonisés, suivant une expression de l'écrivain Algérien, d'origine Kabyle, KATEB Yacine (voir mon article). Ainsi, il a chanté «Lettre à ma fille» (en français) avec sa fille, Thanina : «En Algérie, ils avaient chassé la langue française sous prétexte que c'était la langue du colonialisme. Ben voyons! Comme s'il fallait jeter dans un même sac à ordures les criminels de l'OAS, les généraux putschistes et les colons mais aussi Hugo, Diderot, Voltaire, Proust et tant d'autres grandes plumes du génie français. Le grand Kateb Yacine affirmait que la langue française était un butin de guerre. Violent certes, mais un butin, on en fait son miel, on ne le jette pas par les fenêtres» dit-il.

Idir était attaché à la République et à la Fraternité ; il défend «les couleurs de la France», une France multiculturelle, du vivre ensemble. Ainsi, quand le Nabot, l'Homme du Fouquet's alias Paul BISMUTH, engage en 2007, sa politique odieuse d'identité nationale, Idir répond avec les armes de l'artiste et chante «La France en couleurs». Aussi, l'ancien président, François HOLLANDE lui a rendu hommage «Idir a envoûté des générations au rythme de ses mélodies douces, généreuses et émouvantes. C'était un grand ambassadeur de la culture kabyle et un immense poète algérien. Ses oeuvres seront chantées encore longtemps des deux côtés de la Méditerranée» écrit-il.

Défenseur de la liberté, de la paix, de la tolérance et de la démocratie, militant de la cause de l'homme et de la fraternité, Idir a participé à différents concerts à la suite de graves troubles internes en Algérie. Le 22 juin 1995, il participe à un concert avec Khaled, organisé par une association «l'Algérie, la Vie».  Idir n’était pas dupe sur la nature de la bourgeoisie nationale algérienne et de son armée, qui ont confisqué le pouvoir en leur profit : «Mais lorsque l'armée des frontières s'est emparée d'Alger en confisquant le pouvoir au GPRA (Gouvernement provisoire de la République algérienne), j'ai compris que l'on allait passer d'un régime petit-bourgeois libéral à une véritable prise du pouvoir par les militaires. Avec Boumediene qui a mis Ben Bella au pouvoir le temps d'une «récréation», on se rendait compte que cette libération du peuple n'était qu'un leurre. Dès le départ, Hocine Aït Ahmed et son Front des forces socialistes se sont insurgés contre cette injustice du pouvoir. Les événements qui ont suivi ont prouvé que l'idéal de mon pays avait été soldé par avance! Désormais, ses habitants compteraient pour du beurre» dit-il. Idir est de ceux qui élèvent la voix sans hausser le ton : «Je n’ai jamais été un bon général de brigade Je revendique cette langue amazighe que je connais et que je vis. Mais maintenant, il s’agit de montrer ce que je peux faire avec, comment est-ce que je peux m’inscrire avec les autres, et ça aussi, c’est un acte militant et politique» dit-il.

Jacques LANG, président de l'Institut du monde arabe et ancien ministre de la culture de François MITTERRAND lui a rendu hommage «Chanteur-poète, sa douce voix résonnait puissamment en nous, comme le chant d'un berger rêveur. Idir était un chanteur de Lumière. Il nous berçait de mélodies douces et nous transportait vers les hauts plateaux de la Kabylie, dont il était le chanteur magnifique, et l'ange protecteur e bienveillant» écrit-il. «Humble troubadour, véritable conteur, Idir parlait de la belle culture Kabyle avec une passion sincère et un enthousiasme militant. Il nous donnait du bonheur, celui des choses simples, celles qui imprègnent et touchent l'âme» ajoute Jack LANG.

Bibliographie

ALLIOUI (Youcef), Idir ou le messager de Jugurtha, vie d’un chanteur kabyle, entre légende et histoire identitaire, Paris l’Harmattan, 2019, 278 pages ;

AOUS (Rachid), Musiques d’Algérie, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, Horizons Maghrébins, Droit à la mémoire, n°47, 2002, 200 pages, spéc sur Idir, pages  187-190 ;

BERNARD (Yves), «Le retour aux sources d’Idir», Le Devoir, du 15 mars 2013 ;

BOUSSEKIBE (Boussad), Vava Inouva : conte Kabyle, Paris, Enag, 2005, 30 pages ;

CLEMENCEAU (François), «Le chanteur algérien, Idir», Le Journal du Dimanche, du 6 avril 2019 ;

LACOSTE-DUJARDIN (Camille), Le voyage d’Idir et Djya en Kabylie : initiation à la culture kabyle, Paris l’Harmattan, 2003, 133 pages ;

MANKOUR (Mohamed), Vava Inouva : l’extravagante histoire de pois chiches : contes kabyles, Paris l’Harmattan, 2009, 65 pages ;

YACOUBEN (Mélaz), Contes berbères de Kabylie et France, Paris, Karthala, 1997, 143 pages.

Paris, le 3 mai 2020 par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

«Idir (1949-2020), un chanteur d’Ici et d’Ailleurs, de la Fraternité et de la joie de vivre» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Idir (1949-2020), un chanteur d’Ici et d’Ailleurs, de la Fraternité et de la joie de vivre» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Idir (1949-2020), un chanteur d’Ici et d’Ailleurs, de la Fraternité et de la joie de vivre» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Idir (1949-2020), un chanteur d’Ici et d’Ailleurs, de la Fraternité et de la joie de vivre» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Idir (1949-2020), un chanteur d’Ici et d’Ailleurs, de la Fraternité et de la joie de vivre» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Idir (1949-2020), un chanteur d’Ici et d’Ailleurs, de la Fraternité et de la joie de vivre» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Idir (1949-2020), un chanteur d’Ici et d’Ailleurs, de la Fraternité et de la joie de vivre» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Idir (1949-2020), un chanteur d’Ici et d’Ailleurs, de la Fraternité et de la joie de vivre» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Idir (1949-2020), un chanteur d’Ici et d’Ailleurs, de la Fraternité et de la joie de vivre» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Idir (1949-2020), un chanteur d’Ici et d’Ailleurs, de la Fraternité et de la joie de vivre» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Idir (1949-2020), un chanteur d’Ici et d’Ailleurs, de la Fraternité et de la joie de vivre» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Idir (1949-2020), un chanteur d’Ici et d’Ailleurs, de la Fraternité et de la joie de vivre» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Idir (1949-2020), un chanteur d’Ici et d’Ailleurs, de la Fraternité et de la joie de vivre» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Idir (1949-2020), un chanteur d’Ici et d’Ailleurs, de la Fraternité et de la joie de vivre» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Idir (1949-2020), un chanteur d’Ici et d’Ailleurs, de la Fraternité et de la joie de vivre» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Idir (1949-2020), un chanteur d’Ici et d’Ailleurs, de la Fraternité et de la joie de vivre» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Idir (1949-2020), un chanteur d’Ici et d’Ailleurs, de la Fraternité et de la joie de vivre» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Idir (1949-2020), un chanteur d’Ici et d’Ailleurs, de la Fraternité et de la joie de vivre» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Idir (1949-2020), un chanteur d’Ici et d’Ailleurs, de la Fraternité et de la joie de vivre» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Idir (1949-2020), un chanteur d’Ici et d’Ailleurs, de la Fraternité et de la joie de vivre» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Idir (1949-2020), un chanteur d’Ici et d’Ailleurs, de la Fraternité et de la joie de vivre» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Idir (1949-2020), un chanteur d’Ici et d’Ailleurs, de la Fraternité et de la joie de vivre» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Idir (1949-2020), un chanteur d’Ici et d’Ailleurs, de la Fraternité et de la joie de vivre» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Idir (1949-2020), un chanteur d’Ici et d’Ailleurs, de la Fraternité et de la joie de vivre» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Idir (1949-2020), un chanteur d’Ici et d’Ailleurs, de la Fraternité et de la joie de vivre» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Idir (1949-2020), un chanteur d’Ici et d’Ailleurs, de la Fraternité et de la joie de vivre» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Idir (1949-2020), un chanteur d’Ici et d’Ailleurs, de la Fraternité et de la joie de vivre» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Idir (1949-2020), un chanteur d’Ici et d’Ailleurs, de la Fraternité et de la joie de vivre» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Idir (1949-2020), un chanteur d’Ici et d’Ailleurs, de la Fraternité et de la joie de vivre» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Idir (1949-2020), un chanteur d’Ici et d’Ailleurs, de la Fraternité et de la joie de vivre» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Idir (1949-2020), un chanteur d’Ici et d’Ailleurs, de la Fraternité et de la joie de vivre» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Idir (1949-2020), un chanteur d’Ici et d’Ailleurs, de la Fraternité et de la joie de vivre» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Idir (1949-2020), un chanteur d’Ici et d’Ailleurs, de la Fraternité et de la joie de vivre» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Idir (1949-2020), un chanteur d’Ici et d’Ailleurs, de la Fraternité et de la joie de vivre» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Idir (1949-2020), un chanteur d’Ici et d’Ailleurs, de la Fraternité et de la joie de vivre» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Idir (1949-2020), un chanteur d’Ici et d’Ailleurs, de la Fraternité et de la joie de vivre» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Idir (1949-2020), un chanteur d’Ici et d’Ailleurs, de la Fraternité et de la joie de vivre» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Idir (1949-2020), un chanteur d’Ici et d’Ailleurs, de la Fraternité et de la joie de vivre» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Idir (1949-2020), un chanteur d’Ici et d’Ailleurs, de la Fraternité et de la joie de vivre» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Idir (1949-2020), un chanteur d’Ici et d’Ailleurs, de la Fraternité et de la joie de vivre» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Idir (1949-2020), un chanteur d’Ici et d’Ailleurs, de la Fraternité et de la joie de vivre» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Idir (1949-2020), un chanteur d’Ici et d’Ailleurs, de la Fraternité et de la joie de vivre» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Idir (1949-2020), un chanteur d’Ici et d’Ailleurs, de la Fraternité et de la joie de vivre» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Idir (1949-2020), un chanteur d’Ici et d’Ailleurs, de la Fraternité et de la joie de vivre» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Idir (1949-2020), un chanteur d’Ici et d’Ailleurs, de la Fraternité et de la joie de vivre» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Idir (1949-2020), un chanteur d’Ici et d’Ailleurs, de la Fraternité et de la joie de vivre» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Idir (1949-2020), un chanteur d’Ici et d’Ailleurs, de la Fraternité et de la joie de vivre» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Idir (1949-2020), un chanteur d’Ici et d’Ailleurs, de la Fraternité et de la joie de vivre» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Idir (1949-2020), un chanteur d’Ici et d’Ailleurs, de la Fraternité et de la joie de vivre» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Idir (1949-2020), un chanteur d’Ici et d’Ailleurs, de la Fraternité et de la joie de vivre» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Idir (1949-2020), un chanteur d’Ici et d’Ailleurs, de la Fraternité et de la joie de vivre» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Idir (1949-2020), un chanteur d’Ici et d’Ailleurs, de la Fraternité et de la joie de vivre» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Idir (1949-2020), un chanteur d’Ici et d’Ailleurs, de la Fraternité et de la joie de vivre» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Idir (1949-2020), un chanteur d’Ici et d’Ailleurs, de la Fraternité et de la joie de vivre» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Idir (1949-2020), un chanteur d’Ici et d’Ailleurs, de la Fraternité et de la joie de vivre» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Idir (1949-2020), un chanteur d’Ici et d’Ailleurs, de la Fraternité et de la joie de vivre» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

Partager cet article

Repost0

commentaires

Liens