Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de BA Amadou Bal, Paris 19ème ISSN 2555-3003 (BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE France B.N.F GALLICA. Http://baamadou.overblog.fr/
  • : Ce blog personnel de M. Amadou Bal BA est destiné à l'échange en politique, littérature, histoire, faits de société et le bien-vivre ensemble. Google News BIBLIOTHEQUE NATIONALE DE FRANCE ISSN 2555-3003 BNF GALLICA. Http://baamadou.overblog.fr/
  • Contact

Recherche

3 mars 2020 2 03 /03 /mars /2020 20:33

Le président Macky SALL vient, ce 14 mars 2020, de prendre les mesures suivantes :

1. l’interdiction, pour une durée de 30 jours, de toutes les manifestations publiques sur l’ensemble du territoire national ;

2. la suspension temporaire de l’accueil des bateaux de croisière sur le territoire national et le renforcement systématique des contrôles sanitaires au niveau des frontières terrestres, aériennes et maritimes ;

3. la suspension des enseignements dans les écoles et universités, pour une durée de 3 semaines, à compter du lundi 16 mars 2020 ;

4. le renforcement de la protection des personnels de santé, de sécurité, de défense et de secours mobilisés ;

5. la suspension des formalités nationales liées aux pèlerinages, pour l’année 2020, aux lieux saints de l’islam et de la chrétienté.

Jusqu’ici les Sénégalais étaient relativement rassurés. Les deux premiers cas de Coronavirus détectés au Sénégal, et venant d’étrangers, ont été guéris. Le 1er cas détecté est celui d'un Européen venant de France. Il est hospitalisé à Dakar, à Fann, un centre spécialisé dans les maladies infectieuses et mentales. Ce Français s’en est sorti. Le deuxième cas, un Gambien venant d’Espagne, en moins de 3 jours, mis en quarantaine, s’est révélé négatif. Certains réseaux sociaux réclamaient la fermeture des frontières aux Européens. Comme le monde et ses préjugés peuvent parfois changer, à l’envers !

Mais depuis lors, d’autres cas sont apparus au Sénégal, mais venant d’un Sénégalais de l’étranger. Au 14 mars 2020, le cas de Coronavirus sont apparus, passant de 8 à 19 cas. Jusqu’ici ce sont des étrangers qui avaient contaminé le territoire sénégalais. Mais depuis le 8 mars, c’est un Sénégalais venant d’Italie, 2ème foyer mondial du virus, qui a contaminé des membres de sa famille et son entourage (11 personnes), à Touba, la capitale religieuse du Mouridisme au Sénégal, une ville de 1,5 millions de personnes. Dans Touba, et depuis l’indépendance, l’autorité de l’Etat est absente. Il n’y a ni écoles enseignant en français, ni forces de sécurité. C’est le marabout qui décide de tout. Résultat est dramatique : 71 personnes sont isolées et en observations, dans un pays, largement encore épargné par le Coronavirus.

Or, les structures médicales en Afrique sont fragiles et dotées peu de moyens. Ainsi, l’hôpital Fann, à Dakar, la capitale du Sénégal, pour les maladies infectieuses, n’a qu’une capacité d'accueil de 36 lits. Le gouvernement compte déjà mobilisé toutes ses ressources hospitalières, déjà saturées, mais aussi mettre à contribution les services des forces de sécurité (armée, pompiers, gendarmes, policiers, sécurité civile). Plus de 5 millions de personnes, soit le tiers de la population sénégalaise, est concentré dans la région de Dakar.

Le plus grand défi en Afrique et au Sénégal en particulier, c’est le civisme, et donc le respect, spontané de la population, des consignes de sécurité, de propreté données par le gouvernement. Au Sénégal, les autorités religieuses sont particulièrement nombreuses et puissantes. Elles organisent de grands rassemblement, en dépit des risques graves qu’elle font courir pour leurs disciples. Ainsi, le Dacca de Madina Gounasse a démarré, en dépit du bon sens. Si certains rassemblements religieux sont reportés, d’autres sont en perspectives maintenus. Ces rassemblements sont un moyen, pour les marabouts de s’enrichir, de soutirer des subventions de l’Etat. Une crise généralisée pourrait donc être catastrophique pour le Sénégal.

Cette crise sanitaire, pose encore plus généralement, une question de lacunes du droit actuel. Quelle sanction contre une violation des interdictions de rassemblement ou d’ouverture d’un lieu recevant du public, ou même de circulation ?

L’égoïsme et la grande cupidité des organisations religieuses, au détriment de la survie de tous, surgit au premier plan, de la vie politique au Sénégal. Si nous perdons la bataille de la santé devant cette pandémie, tout est perdu.

Dans le droit pénal de tradition française, il existe un principe de légalité des peines. Toute incrimination doit être préalablement posée par la loi. Or les mesures, politiques et souvent verbales, prises par les autorités publiques européennes et africaines, font appellent à la conscience et au civisme de chacun, pour éviter la propagation du virus ?

Les Chinois avaient prétendu, qu'en raison des fortes températures, l'Afrique serait immunisée contre le Coronavirus. Or, après l'Algérie, l'Égypte, et le Nigeria, c'est maintenant le tour du Sénégal, touché par cette épidémie.

Les symptômes ressemblent à un début de grippe. En attendant un vaccin efficace, le respect des normes d'hygiène s'impose : se laver les mains, et porter un masque, si on en a les moyens, et si on le trouve, se protéger quand on éternue et jeter son mouchoir dans une poubelle. Les Européens, peu avides de contacts physiques, évitent maintenant de serrer la main.

Au Sénégal, avec la perspective du Ramadan et l'introduction d'avaler sa salive, on a tendance à cracher par terre, comme d'ailleurs les Chinois de grands cracheurs, en toute saison. Le président Macky SALL, avant cette crise sanitaire, a été visionnaire dans sa guerre contre la grande saleté, dans les rues de Dakar. Il faudrait poursuivre, amplifier et pérenniser cette excellente initiative.

Le discours des autorités sénégalaises est la transparence, puisque aussitôt après le chef de l'Etat et le ministre de la santé, M Abdoulaye DIOUF, après un conseil de défense, se sont exprimés sur la question. Cette parole publique, fortement inspirée du principe de précaution, se veut également rassurante.

Le Sénégal est l'un des rares pays africains à se doter d'un système de test et de contrôle efficaces aux frontières. En effet, le président Macky SALL a donné des consignes très strictes à l'entrée du territoire. Tout le monde doit s'y soumettre : «Pas de je suis Ministre», ambassadeur, marabout ou fils de ... : «Contrôlez tout le monde !» ordonne-t-il.

Le Sénégal s’aligne, progressivement, comme la France, sur les lignes de précautions sévères de la Chine et de l’Italie.

En France vient de passer au stade 3, et les rassemblements, de plus de 100 personnes, sont interdits, mais les élections municipales des 15 et 22 mars 2020, sont maintenues. Les transports publics restent ouverts. Parfois, le réalisme économique ou politique l’emporte sur le reste. C'est peut être l'occasion de relocaliser toutes les entreprises françaises installées en Chine. Les Français, si chauvins et rouspéteurs, passeront leurs vacances d'été dans l'hexagone, un merveilleux pays, à redécouvrir.

En France, comme au temps de la peste, du choléra ou lors du pic de l’épidémie du SIDA, certains milieux conservateurs voulant en profiter, pour une résurgence de la foi ou du mysticisme, avaient avancé que ce serait une punition de Dieu, en raison de nos péchés.

Un des points positifs du Coronavirus, en Chine, a été la très forte baisse de la pollution. Les Chinois ont quitté les masques de la pollution, pour ceux de la pandémie.

En France, les points négatifs sont que les restaurants, les magasins de luxe et les hôtels ont perdu de la clientèle. En revanche ayant peur de manquer de la nourriture les Parisiens ont dévalisé les magasins. Les pâtes et le riz commencent à manquer. Mais ceux qui ont ramassé le jackpot, ce sont les industries pharmaceutiques fabricants de masque et de produits hygiéniques.

L'Afrique pourra-t-elle faire face à cette pandémie qui se profile ?

La solidarité internationale devrait jouer à fond. Les pays riches, au lieu de continuer leurs guerres locales meurtrières, coûteuses et inefficaces contre les faibles, devraient renforcer, avec des moyens financiers conséquents, l'Organisation Mondiale de la Santé. Le monde étant un village planétaire, nous vivrons ensemble, mais nous mourrons aussi ensemble, si cette épidémie, qui a foudroyé les frontières, n'est pas enrayée à temps. Tout le monde sur les ponts !

En tout cas, en Afrique, dans nos grandes priorités, plus de 60 après l’indépendance, outre les questions agricoles, d’environnement et d’éducation, la santé devrait être un enjeu majeur. On meurt encore trop souvent de maladies banales pouvant être soignées, alors nos dirigeants et leurs familles vont bien se soigner en Suisse, à Londres ou Paris. Il est curieux de constater que les grands dirigeants africains meurent souvent à Paris.

L’Afrique devrait sortir de l’improvisation permanente. En effet, le Coronavirus peut être l’occasion de tester le fonctionnement des Etats africains en cas de crise ou catastrophe naturelle majeure (incendies, inondations, feux de brousse de grande ampleur, ou très graves accidents en série). Les pays Occidentaux disposent de lieux, de personnes ressources avec leurs coordonnées, afin de mettre en œuvre un plan d’urgence sous l’autorité du Préfet.

Il n'en reste pas qu'au Sénégal, un pays sous-développé et une population fort superstitieuse, des formules coraniques, supposées protéger contre cette épidémie, circulent déjà dans les réseaux WhatsApp. Ne vous laissez pas avoir par les marabouts de Barbès voilà la formule magique «Liyakhta a tarafane».

J’adresse à toutes et à tous, cette prière ardente : «Yo Allah Sour éen o daanda éne moussibadji adouna é lacra». Amin ya Rabbi !

J’invite aussi une grande discipline, responsabilité, de façon spontanée, de tous, devant cette pandémie. Il va de survie de nos sociétés africaines fragiles.

Paris, le 3 mars 2020, actualisé au 14 mars 2020, par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

«Le Coronavirus au Sénégal et la nécessité d’une certaine discipline et cohésion nationales» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le Coronavirus au Sénégal et la nécessité d’une certaine discipline et cohésion nationales» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le Coronavirus au Sénégal et la nécessité d’une certaine discipline et cohésion nationales» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le Coronavirus au Sénégal et la nécessité d’une certaine discipline et cohésion nationales» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le Coronavirus au Sénégal et la nécessité d’une certaine discipline et cohésion nationales» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Le Coronavirus au Sénégal et la nécessité d’une certaine discipline et cohésion nationales» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

Partager cet article

Repost0

commentaires

Liens