Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de BA Amadou Bal, Paris 19ème ISSN 2555-3003 (BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE France B.N.F GALLICA. Http://baamadou.overblog.fr/
  • : Ce blog personnel de M. Amadou Bal BA est destiné à l'échange en politique, littérature, histoire, faits de société et le bien-vivre ensemble. Google News BIBLIOTHEQUE NATIONALE DE FRANCE ISSN 2555-3003 BNF GALLICA. Http://baamadou.overblog.fr/
  • Contact

Recherche

12 mars 2020 4 12 /03 /mars /2020 21:27

Dans son allocution du 16 mars 2020 le président MACRON a annoncé des «mesures de guerre» contre le Coronavirus (6633 cas 148 morts) et s'aligne sur les méthodes chinoise et italienne :

-  le mot «confinement» n’est pas prononcé ; il s’agit de «réduire nos déplacements et nos contacts au strict nécessaire», sur tout le territoire, à partir du mardi 17 mars à 12 h, pour 15 jours, mais pouvant être prolongés ;

- le 2ème tour des élections municipales est reporté, au plus tard mi-juin, si les règles sanitaires le permettent (30 000 maires ont été élus dès le 1er tour, 5000 communes en lice, pour le 2nd tour) ; le délai de dépôt des candidatures sera reporté ; le mandat des maires en exercice est prolongé d’autant ;

- les frontières extérieures européennes sont fermées pour 30 jours. Aucun déplacement transfrontalier non nécessaire est interdit.

Dans son «et en même temps», le président MACRON, tout en voulant être ferme, n’a pas voulu déplaire au petit peuple. «Le Nouveau monde» veut cajoler tout le monde, les chefs d’entreprises comme les laissés-pour-compte ; il est vrai que «Ancien monde», sans faire de bruit, est  en voie de renaître de ses cendres. La violation de ces mesures de confinement, ou de distance physique, peut entraîner des sanctions. L'armée est mobilisée, en faisant appel à la responsabilité de chacun. Cependant, chacun peut aller travailler, promener le chien et faire le jogging, maintenir le lien social, mais ne peut s’approcher des autres. «Les regroupements extérieurs, les réunions familiales ou amicales ne seront plus permises. Se promener, retrouver ses amis dans le parc, dans la rue, ne sera plus possible. Il s'agit de limiter au maximum ces contacts au-delà du foyer» dit-il. Et le Président de préciser : «Je pose des règles nouvelles, nous posons des interdits, il y aura des contrôles. Mais la meilleure règle, c'est celle qu'en tant que citoyen, vous vous appliquez à vous-mêmes» dit le président MACRON.

En réalité, au-delà de la santé de la France, je crois que notre Président a un agenda caché. En effet, le président MACRON, englué depuis la révolte des Gilets jaunes et réforme des retraites passée en force avec le 49-3, dans cette contestation permanente et résolue, ne savait pas comment se sortir de ce sale bourbier. Le 1er tour des municipales a été la bérézina pour la République en Marche. Le président MACRON sait parfaitement, à l’allure où vont les choses, que sa réélection en 2022 semblait gravement compromise et les municipales l’empêchant aussi de toute majorité au Sénat, sévèrement gardé par une Droite lepénisée. Alors, le Coronavirus est devenu, pour le président MACRON, une porte de sortie de son impopularité devenue, comme un rouleau compresseur, non maîtrisable. En politicien habile, ayant perdu son leadership dans la confection des listes du 1er (Paris, Lyon, Bordeaux), le président MACRON a su rebondir, en recherchant à limiter la casse pour le 2ème tour des municipales. Le Coronavirus, loin d’être parfois toxique et mortel, est devenu un délicieux de gâteau de revanche de la Macronie. Quand on perdu la bataille des forces populaire, toutes les occasions sont bonnes pour redonner son blason, surtout quand il y va de la santé et de la vie de tous, un domaine que les libéraux avaient sacrifié pour leurs grands et petits profits. On ne peut pas se plaindre que la mariée soit trop belle.

Par conséquent, le président MACRON, dans sa grandiloquence, voyant tout le grand profit à tirer de ces grandes peurs, est dans de très hautes manœuvres politiciennes. Comme un programme du Conseil National de la Résistance, au sortir de la 2ème guerre mondiale, alors qu’il n’y a pas si longtemps, il voulait s’attaquer aux veuves, aux chômeurs, aux retraités et immigrés, voilà que tout devient possible, pour les faibles, du moins, dans sa rhétorique habituelle, souvent si vite oubliée : «Beaucoup de choses que nous pensions impossibles adviennent. Ne nous laissons pas impressionner. Agissons avec force mais retenons cela : le jour d’après, quand nous aurons gagné, ce ne sera pas un retour au jour d’avant. Beaucoup de certitudes, de convictions sont balayées, seront remises en cause. Beaucoup de choses que nous pensions impossibles adviennent» dit-il. Aussi le président MACRON a annoncé, un programme, comme celui des «Jours Heureux» :

- que les réformes en cours sont gelées dont la réforme des retraites : «Nous sommes en guerre. Toute l'action du Gouvernement et du Parlement doit être désormais tournée vers le combat contre l'épidémie. De jour comme de nuit, rien ne doit nous en divertir. C'est pourquoi, j'ai décidé que toutes les réformes en cours seraient suspendues, à commencer par la réforme des retraites» dit-il. Qu’attend-t-il donc pour retirer ces réformes injustes et calamiteuses ?

- des aides pour les entreprises et les personnes précaires.

- le paiement des loyers et autres charges (électricité et gaz) sera suspendu ; mais pour qui ? les entreprises et les particuliers ?

Au vu toutes ces promesses, le slogan du «Nouveau Monde» serait devenu : «Demain, on rase gratis !». Le Chef de l’Etat croit encore être en mesure de nous couillonner pendant longtemps. Mais s’il croyait, au moins, en ce qu’il dit, ne serait que dans la cohérence et la coordination de sa stratégie de gestion de cette crise sanitaire, ce serait un bon début.

N’étant pas qu’un simple commis de la banque Rothschild, dans son grand sens politique, qu’il ne faudrait jamais sous-estimer, François HOLLANDE en sait quelque chose. En effet, le président MACRON a délégué à ses sous-fifres, les sales besognes. Suivant Christophe CASTANER, Ministre de l’Intérieur, le non-respect des consignes sanitaires, avec des points de contrôle. Il faut justifier d’une attestation sur l’honneur ou d’une carte professionnelle, pour justifier de la nature de son déplacement (amende passant de 38 à 135 €). 100 000 policiers et gendarmes sont mobilisés pour verbaliser, même les piétons.

A stratégie du gouvernement évoluant, toutes les 48 heures, on perd parfois le fil conducteur. Ainsi, auparavant, le 14 mars 2020, la France, dont la progression du virus s’accélère était passée le 14 mars 2020 au stade III :

- La fermeture de tous les lieux publics non essentiels, à partir de minuit (cafés, restaurants, cinémas, discothèques). Les lieux de culte sont ouverts à la prière, mais sans autres rassemblements ;

- Les commerces essentiels (Magasins d’alimentation et pharmacie), restent ouverts ;

- Application rigoureuses des consignes de «distanciation sociale» en limitant ses déplacements au strict nécessaire, ses contacts avec les autres ;

- Les élections municipales sont maintenues. Mais quelles conséquences si le taux d’abstention était élevé ?

La France, et sans le dire, s’aligne, progressivement, vers les méthodes chinoise et italienne, dans le dire, expressément. En dépit des critiques de l'Italie, qui a adopté la méthode chinoise d'enfermement généralisé, le président MACRON avait maintenu, le 12 mars 2020, sa stratégie de réponse graduée. En effet, le président MACRON veut gagner du temps, pour se concentrer sur l'essentiel, avec une régulation médicale, pour éviter un afflux brutal encombrant les services d'urgence. «L'urgence est de protéger nos compatriotes les plus vulnérables. L'urgence est de freiner l'épidémie afin de protéger nos hôpitaux, nos services d'urgence et de réanimation, nos soignants qui vont avoir à traiter, comme je viens de vous l'expliquer, de plus en plus de patients atteints. Ce sont là nos priorités. C'est pour cela qu'il nous faut continuer de gagner du temps et suivre celles et ceux qui sont les plus fragiles. Protéger les plus vulnérables d'abord. C'est la priorité absolue» dit le président MACRON. Chacun est invité à adopter les bons gestes. Les opérations médicales non urgentes seront reportées, les fragiles seront protégés. Cependant, la France refuse les tests à grande échelle, ce qui est peut-être de propagation insidieuse du virus.

Les élections municipales des 15 et 22 mars 2020 sont maintenues, mais les écoles, universités et crèches sont fermées à partir du 16 mars 2020, jusqu'à nouvel ordre. Cependant, ces mesures de précaution doivent être conciliées avec un minimum de continuité du service et de la vie. En réalité, la mise en œuvre de ces décisions présidentielles, est d’une grande complexité. Dans ses annonces du jeudi 12 mars 2020, tout le monde avaient compris, trop hâtivement, que la fermeture des établissements scolaires et universitaires signifiaient aussi que les personnels de l’Etat (enseignants et administratifs) ainsi que des mairies (Agent de restauration, d’entretien, gardien, animateurs et ATSEM) qui y travaillaient, étaient également en vacances forcées. Or, les enseignants doivent, dès le 16 mars 2020, continuer à être présents sur leur lieu de travail et assurer des cours à distance. En raison des délais très courts, les enseignants, comme les élèves, n’avaient pas, à Paris, les identifiants et les mots de passe d’accès Paris Classe numérique. S’agissant des agents de restauration, dans les arrondissements où il y avait des hôpitaux, le Président de la République s’est engagé à faire garder et assurer la restauration des enfants des personnels des hôpitaux, en raison de la fermeture des crèches et écoles. Il faut donc que les cantines des mairies restent disponibles pour les enfants des personnels hospitaliers, sans qu’on sache exactement les effectifs de ces enfants et les restrictions alimentaires auxquelles ils sont soumis. 

Les personnels des hôpitaux savent-ils, exactement, les lieux où ils doivent faire garder et restaurer leurs enfants ? Pour les agents de restauration, ce sont souvent des femmes, pour leur grande majorité, avec de nombreux enfants de moins de 16 ans, qui avaient choisi ce métier qui concilier vie familiale et vie privée, la fermeture des écoles et crèches les obligera à rester domicile. Ils auront des autorisations spéciales d’absence, en remplissant un formulaire à cet effet. Les agents de restauration, souffrant de maladies chroniques, sous réserve d’un avis du Médecin de travail, ne pourront pas, non plus, venir travailler. Reste les autres, qui sont pris de panique et redoutent, en raison de la progression du virus, d’être exposés à la contamination du virus. Les absences irrégulières ou pour congé de maladie sont donc à redouter. L’absence de test généralisé suscite de la défiance. Le télétravail est encouragé, mais il ne peut être envisagé que pour certaines activités. Difficile de faire de la restauration ou de l’entretien, à distance. Même pour les activités, un minimum de présence et de contact, comme la gestion du courrier et l’arbitrage de plusieurs décisions, dans un contexte évoluant, sans cesse, est nécessaire. Comme le dirait le philosophe grec, Héraclite d’Ephèse (Fin du VIème siècle avant J-C), tout change, tout bouge «Un fleuve n’est jamais le même car il s’écoule constamment et nous-mêmes sommes en constante évolution. Entre la première et la seconde baignade, l’eau et le baigneur auront tous deux changé» dit-il. La vie n’est que perpétuel devenir et le changement toujours recommencé. Bref, pour l’instant, c’est le grand bazar. 

Certains appellent à fermeture des transports publics, mais dans ce cas comment assurer les approvisionnements alimentaires ainsi que la continuité du service public, comme les hôpitaux ? En tout cas, dans leur désarroi et leur panique, dès le vendredi 13 mars, les Français se sont rués, subitement, dans les magasins, pour faire des provisions. Plusieurs rayons sont vides. En réalité, depuis plus de 2 mois la communauté chinoise en France, instruite de l’expérience de leur pays d’origine, avait déjà anticipé cette mesure, en retirant leurs enfants des écoles françaises. En effet, les Chinois de France ont dévalisé les magasins, en faisant d’importantes provisions, pour plusieurs mois. En fait, les Chinois savent que dans leur pays d’origine, le gouvernement a menti en sous-estimant les chiffres des malades et morts du Coronavirus (80 000 contaminés, 3 176 morts) qu’il faut en fait multiplier par 100 (8 millions de contaminés, 317 600 morts).

L'État prendra en charge le chômage technique prononcé par les entreprises privées. Mais l’Etat qui a déjà diminué les subventions des collectivités territoriales et des hôpitaux, tout en gonflant les budgets des forces de répression et de lutte contre le terrorisme, va-t-il inverser la tendance ?

La trêve hivernale est reportée de 2 mois. Les entreprises seront aidées et soutenues.

L'Europe doit réagir fort vite avec un soutien aux entreprises et une relance. L'Europe n'a pas pu jusqu'ici parler d'une même voix. Le repli sur soi et les égoïsmes nationaux sont dramatiques pour la société internationale. Le multilatéralisme, la paix, la santé et l’environnement et la justice dans les relations internationales sont des biens précieux, sans lesquels tout est perdu, et même les bourses s’affolent.

A certains moments de son long discours, j’avais cru que le président MACRON aller brandir le drapeau rouge et entonner l’Internationale. Le président MACRON en appelle à la responsabilité et à la solidarité de tous, à cette «âme généreuse», à l'union sacrée, et que l’Etat de providence est bien précieux. «Nous tiendrons tous ensemble» dit le président MACRON et semble ainsi condamner implicitement sa politique libérale. «La santé n'a pas de prix. Le Gouvernement mobilisera tous les moyens financiers nécessaires pour porter assistance, pour prendre en charge les malades, pour sauver des vies quoi qu'il en coûte. Beaucoup des décisions que nous sommes en train de prendre, beaucoup des changements auxquels nous sommes en train de procéder, nous les garderons parce que nous apprenons aussi de cette crise, parce que nos soignants sont formidables d'innovation et de mobilisation, et ce que nous sommes en train de faire, nous en tirerons toutes les leçons et sortirons avec un système de santé encore plus fort» déclare le président MACRON. «Ce que révèle d'ores et déjà cette pandémie, c'est que la santé gratuite sans condition de revenu, de parcours ou de profession, notre Etat-providence ne sont pas des coûts ou des charges mais des biens précieux, des atouts indispensables quand le destin frappe. Ce que révèle cette pandémie, c'est qu'il est des biens et des services qui doivent être placés en dehors des lois du marché. Déléguer notre alimentation, notre protection, notre capacité à soigner notre cadre de vie au fond à d'autres est une folie. Nous devons en reprendre le contrôle, construire plus encore que nous ne le faisons déjà une France, une Europe souveraine, une France et une Europe qui tiennent fermement leur destin en main. Les prochaines semaines et les prochains mois nécessiteront des décisions de rupture en ce sens. Je les assumerai» précise le président MACRON qui a gauchisé son discours, pour la circonstance. 

Dans ces oxymores, le président des riches, M. Emmanuel MACRON nous a toujours habitué à des formules emphatiques, non suivies d’effet. Prétendu représentant du «Nouveau monde», il s’est constamment attaqué aux faibles, en cajolant les gens du Château. Pour lui, tout est communication, instrumentalisation et mensonges. Mais depuis la révolte des Gilets jaune et le 49-3, plus personne n’est dupe. En pleine crise du Coronavirus, Mme BUZIN a abandonné son Ministère de la Santé, pour s’engager dans la galère des municipales à Paris. Libéral assumé, jusqu’ici, le président MACRON a fait le contraire de ce qu’il vient de dire. Il est donc urgent de faire ce qu’on dit et dire ce qu’on fait, en faisant de la Politique autrement. Si le président MACRON veut incarner la solidarité et l'unité nationales, ce qui est une très belle et noble ambition, il faut qu'il le soit, dans les faits, plus qu'il ne l'est dans ses réformes injustes et désastreuses. En effet, cette crise montre que la santé, l'environnement, la paix et le multilatéralisme sont des biens précieux. L'humain doit être placé au-dessus de tout et les politiques libérales, saccageant l'hôpital et les acquis sociaux, devraient être stoppées. Ces réformes désastreuses et injustes devraient être abrogées. «L’homme est au début et à la fin de tout», pour paraphraser une formule du président Léopold Sédar SENGHOR.

Finalement, toutes ces politiques libérales assumées, et ces réformes injustes nous questionnent fortement : «nos vies valent mieux que leurs millions» comme le dirait l'autre. La Politique au sens noble du terme, comme l’avait conçue Aristote, c’est le bien-vivre ensemble, la poursuite du bonheur de tous. Notre divergence, de ce point, avec la Macronie reste plus que jamais encore intacte et irréconciliable.

Paris, le 12 mars 2020, actualisé le 16 mars 2020, par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

 

«Le président Emmanuel MACRON et le Coronavirus» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

Partager cet article

Repost0

commentaires

Liens