Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de BA Amadou Bal, Paris 19ème ISSN 2555-3003 (BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE France B.N.F GALLICA. Http://baamadou.overblog.fr/
  • : Ce blog personnel de M. Amadou Bal BA est destiné à l'échange en politique, littérature, histoire, faits de société et le bien-vivre ensemble. Google News BIBLIOTHEQUE NATIONALE DE FRANCE ISSN 2555-3003 BNF GALLICA. Http://baamadou.overblog.fr/
  • Contact

Recherche

19 mars 2020 4 19 /03 /mars /2020 14:27

C'est le jeudi 19 mars 2020, la veille du printemps, et surtout le 3ème jour du confinement. Il fait plus de 19 degrés à Paris, et en espérant ainsi que ce soleil radieux tuera cette cochonnerie de Coronavirus.

Il faudrait s’attendre à une longue période de confinement. Aussi, j'ai activé Teamweaver pour prendre à distance l'ordinateur de mon bureau. La continuité du service s'impose à tous et il faut y aller, physiquement, quand c'est nécessaire.

En attendant le retour de la joie, j'ai réactivé mon Skype, il y a de nombreux livres à lire et relire, dont les «carnets du sous-sol» de Féodor DOSTOÏEVSKI (1821-1881). Réfugié dans son sous-sol, le personnage que met en scène DOSTOÏEVSKI ne cesse de conspuer l'humanité, condition pour prôner son droit à la liberté. Humilié, diminué et vilipendé, il en veut à la terre entière, incarnant ainsi les forces du Chaos.

Pour ma part, en dépit de la grande peur qui s'installe, comme au temps de la peste, du choléra, de la grippe espagnole, d’Ebola et du SIDA, il y a quelque chose de salutaire dans la pandémie que nous vivons. Subitement on revient aux valeurs fondamentales de la vie. C’est la résurgence des forces du progrès, de l'espoir que le Bien souverain est supérieur au Mal : «Et toi mon cœur, pourquoi bas-tu, comme un guetteur mélancolique. (..) Jamais les crépuscules ne vaincront les aurores. Étonnons-nous les soirs, mais vivons les matins» écrit, dans son poème «Le guetteur mélancolique» Guillaume APOLLINAIRE (1880-1918), mort de la grippe espagnole.

Cette pandémie nous décille les yeux ; elle nous en dit long sur les temps que nous vivons, faits de violence, de prédation, d’individualisme forcené, d’instrumentalisation et de mensonges, toujours pour que les forts puissent mieux asservir les faibles. Ainsi, lors de la crise financière de 2008, le capitalisme carnassier avait sauvé les banques, mais avait oublié les paupérisés, dans leur grand désespoir, leurs maisons, durement acquises, ont été saisies par les banques. En raison de cette crise sanitaire, ayant plongé les bourses dans une crise sans précédent, le capitalisme sauvage triomphant depuis la chute du communisme, se rend compte, enfin, que l'humain, avec les concepts de santé, de paix, de justice, d'environnement et d'égalité réelle, est au-dessus tout. «Nos vies valent mieux que leurs profits» avait dit fort justement, Olivier BESANCENOT du Nouveau Parti Anticapitaliste.

Cependant, cette prise de conscience des gens du château est encore partielle, et ne s'adresse essentiellement qu'au monde de l'entreprise. Ainsi en France, le président MACRON, jusqu'ici attaché au 3% de Maastricht et qui voulait retirer 5 € d’allocation de logement aux pauvres, subitement, veut débourser des milliards pour les entreprises, «quoi qu'il en coûte». Pour le Président des riches, l’entreprise se confond, exclusivement, avec le personne du patron. Or, je le redis, la principale richesse d’une organisation, sa seule valeur ajoutée, c’est le capital humain. Quid donc des chômeurs en fin de droits, des personnes qui avaient acheté leur maison et ne peuvent plus payer leurs traites ; ceux sans emploi qui n'ont plus rien ? Comment les gens sans ressources vont-ils payer leurs loyers et leurs charges (gaz, électricité) ?

Dans ses oxymores, ayant senti la menace pesant sur sa réélection en 2022, il parle beaucoup notre Président, il promet les Jours Heureux. Mais ce qu’on exige de lui, c’est des actes concrets, de mettre en accord sa parole et avec sa politique. Par conséquent, je demande au président MACRON, non pas de suspendre, mais de prononcer immédiatement le retrait de toutes ses réformes injustes qui ont provoqué une colère sans précédent des Gilets jaunes, des retraités, des immigrés, des étudiants, et surtout l'hôpital qui a été saccagé, avec une réduction drastique de personnels, de lits et de moyens. Quid des collectivités locales dont les subventions ont fortement diminuées, et qui sont en première ligne dans cette crise ?

Je suis donc, comme ce personnage de DOSTOÏEVSKI, dans «ses carnets du sous-sol», profondément habité par une immense colère contre ces guerres locales injustes, sans objectifs atteignables depuis plus de 40 ans, avec leurs flots de réfugiés et leurs morts, souvent civils. Tous ces milliards dépensés inutilement dans la guerre, depuis des décennies, à tuer les autres, auraient pu servir au développement du tiers-monde, au logement en France qui manque cruellement ; les maires désespérés sont envahis quotidiennement de demandes de logement. Le Président flatte maintenant le personnel de santé, mais avec les lits et les crédits supprimés, des millions d’heures supplémentaires non encore réglées et leur carrière à revaloriser. Il faudrait à rapatrier ces entreprises qui avaient fui la France pour se délocaliser en Chine ou l’Inde. Pendant qu’on largue encore des bombes coûteuses sur les faibles, on n'est pas foutu, ici et maintenant, en France, de donner des masques à nos personnels hospitaliers, à nos policiers, et toutes les personnes recevant du public, notamment dans les magasins d’alimentation. Si on est en guerre contre cette pandémie, pourquoi l’Etat est si déficient, à ce point que c’est la Chine qui envoie quelques masques en aumône ?

En ce temps de confinement, il ne faudrait pas prendre un poids excessif, dangereux pour la santé. Il va falloir se dégourdir les jambes, même si Mme Anne HIDALGO, notre maire de Paris, a fermé mes Buttes-Chaumont du 19ème arrondissement, pour la bonne cause.

Je mettrai à profit ce temps de confinement, pour lire et achever certains de mes travaux personnels, et surtout tenir un journal sur la vie quotidienne au temps de la pandémie du Coronavirus. Aussi, prenez garde à vous, je vais vous inonder d'articles et de chroniques !

Prenez surtout soin de vous-mêmes !

Paris, jeudi 19 mars 2020, 3ème jour de confinement, par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

«3ème jour de confinement : En attendant les beaux jours, il faudrait s'occuper utilement et sainement» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«3ème jour de confinement : En attendant les beaux jours, il faudrait s'occuper utilement et sainement» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«3ème jour de confinement : En attendant les beaux jours, il faudrait s'occuper utilement et sainement» par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

Partager cet article

Repost0

commentaires

Liens