Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de BA Amadou Bal, Paris 19ème ISSN 2555-3003 (BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE France B.N.F GALLICA. Http://baamadou.overblog.fr/
  • : Ce blog personnel de M. Amadou Bal BA est destiné à l'échange en politique, littérature, histoire, faits de société et le bien-vivre ensemble. Google News BIBLIOTHEQUE NATIONALE DE FRANCE ISSN 2555-3003 BNF GALLICA. Http://baamadou.overblog.fr/
  • Contact

Recherche

28 juin 2019 5 28 /06 /juin /2019 11:45

Je vous donne rdv le samedi 29 juin 2019, à 14 h, à la Sorbonne, métro Luxembourg, à l'invitation de l'Amicale des Etudiants Caribéens, Africains et Sympathisants (AMECAS), autour de mon livre : «L'Afrique, sa culture, son destin et sa diaspora».

Merci de vous inscrire, au préalable, sur la page Facebook de l'AMECAS, pour pouvoir entrer à la Sorbonne ; c’est une formalité importante.

L’Afrique n’est pas qu’un concept géographique, elle se prolonge dans le monde, à travers sa diaspora. Plus on est loin de son pays d’origine, plus on l’idéalise. La diaspora africaine a un double défi.

D’une part, après les indépendances formelles des années 60, qui sont en fait des indépendances dans la dépendance, la diaspora africaine se mobilise de plus en plus notamment autour des questions

  • de souveraineté économique et monétaire,

  • de moralisation de la publique, les pays africains étant riches de matières premières, mais vivent encore dans la misère,

  • de démocratie, en raison de la persistance de régimes monarchiques et dynastiques,

  • mais aussi la revendication de l’unité nationale et du panafricanisme, sont des enjeux.

L’exil et l’immigration, la castration de la jeunesse et des intellectuels s’expliquent, pour une large part, en raison de tous facteurs recensés. Tout n’est pas que de la faute du colonialisme et de l’esprit esclavagistes, les Africains ont une grande part de responsabilité dans catastrophes qui continuent de les accabler. Le salut ne viendra pas des autres, leur bonheur étant fondé sur le malheur des autres ; il appartiendra aux Africains, et à leur diaspora, contrainte à l’exil, de se prendre en charge.

D’autre part, la diaspora africaine présente en Europe, depuis maintenant des décennies, a souvent acquis la nationalité du pays d’origine. Mais le regard que l’ethnie dominante porte sur cette diaspora, est encore largement empreint d’un esprit colonialiste et esclavagiste.

Les Français issus de l’immigration sont largement perçus comme étant des indigènes de la République. En effet, les questions d’immigration, d’islamisme et de réfugiés, rejaillissent, négativement sur leur sort en France. Les populismes progressent et le racisme, devenu une opinion politique respectable et «républicaine», plastronne partout sur les grandes chaînes d’information.  Bref, la diaspora ayant perdu une partie de sa culture ancestrale et de ses repères, il lui est enjoint, en dépit de plusieurs siècles de colonisation et d’une langue commune, de s’assimiler, de rester sage, et peut-être que, un jour, dans sa grande magnanimité, le Grand Maître se souviendra que ces Français issus de l’immigration sont des êtres humains et des citoyens à part entière. La diaspora, souvent engluée dans des discussions oiseuses, des diatribes, des ressentiments de ce passé douloureux qui ne passe pas, ne sait plus qui elle est. Ni Africaine, ni Française.

Entre ces deux extrêmes, je continue dire, très fortement et solennellement, que nous sommes aussi la France, une France issue de la diversité, du continent africain, qui assume pleinement son héritage africain, mais une France particulièrement attachée aux valeurs républicaines de liberté, d’égalité et de fraternité, qui sont en train de vaciller, sous nos yeux. Tout en restant solidement attachés au multiculturalisme, à la défense de notre héritage culturel africain, nous partageons en commun avec nos ancêtres les Gaulois, les idéaux de la Révolution du bien-vivre ensemble, dans le respect mutuel. Fiers de notre citoyenneté française, à égalité de droits et d’obligations, nous sommes solidaires avec cette France républicaine, dans la joie que les souffrances. Un égale UN. C’est le sens de mon ouvrage publié uniquement sur le site d’Amazon, «L’Afrique, sa culture, son destin et sa diaspora».

Ce qui me choque et me scandalise, ce n’est pas tant la façon dont la France traite ses Français issus de l’immigration ; ils sont des nationaux, dans un pays encore peut-être pas pour longtemps démocratique, mais la diaspora dispose encore de sa carte électorale, une arme de guerre efficace ; ce qui me scandalise surtout c’est le traitement que les Africains accordent à leur diaspora. Pour les populations africaines au lieu de lutter contre les régimes préhistoriques et monarchiques, toute bande de voleurs responsables de leur misère, cela n’est pas graves ; elles ont leur tiroir-caisse, c’est la diaspora qui continue, chaque mois d’envoyer un mandat pour leur survie. Par ailleurs, on au Sénégal 15 députés de la diaspora et un Secrétaire d’Etat. Dans les difficultés quotidiennes que nous affrontons, qui connaît en France leur nom et leur visage ?

Pourquoi la France, compte tenu de son passé colonial et esclavagiste persistant et consacré maintenant par les urnes, s'évertuerait-elle à respecter une diaspora négligée et maltraitée par ses pays d'origine, et qui elle-même ne se respecte pas et s'enferme dans un repli citoyen, au lieu de s'engager dans la défense de ses droits ?

L'Afrique, sa culture, son destin et sa diaspora https://www.amazon.fr/…/…/ref=cm_sw_r_cp_apa_i_CtVfDb64P7QCD

Paris, le 28 juin 2019, par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

«Rdv à la Sorbonne le samedi 29 juin 2019 à 14 heures autour de mon nouveau livre, l’Afrique et sa diaspora» par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

Partager cet article

Repost0

commentaires

Liens