Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de BA Amadou Bal, Paris 19ème ISSN 2555-3003 (BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE France B.N.F GALLICA. Http://baamadou.overblog.fr/
  • : Ce blog personnel de M. Amadou Bal BA est destiné à l'échange en politique, littérature, histoire, faits de société et le bien-vivre ensemble. Google News BIBLIOTHEQUE NATIONALE DE FRANCE ISSN 2555-3003 BNF GALLICA. Http://baamadou.overblog.fr/
  • Contact

Recherche

24 avril 2018 2 24 /04 /avril /2018 13:28

Le grand corrupteur de la Françafrique, ami et protégé de Nicolas SARKOZY, ayant le monopole des ports en Afrique et soupçonné de divers trafics, Vincent BOLLORÉ que l’on croyait au-dessus des lois, placé en garde à vue à Nanterre, est finalement mis en examen pour corruption d'agents publics, complicité d'abus de confiance et faux et usage de faux. Mais il n'a pas été mis sous contrôle judiciaire. En revanche, un étranger sans papiers peut, désormais, être détenu pendant 90 jours. Du transport et de la logistique, du fioul et des batteries électriques, du plastique et des palmiers en Afrique, il est le maître absolu, dans certains pays, et a apporté son soutien, par le groupe HAVAS, à Faure GNASSINGBE, une dynastie au Togo depuis 1962, et à Alpha CONDE, président de la Guinée en 2010. Francis PEREZ du groupe BOLLORE, gérant les casinos et hôtels en Afrique, est en charge de la communication de Faure GNASSINGBE. Jean-Philippe DORENT, responsable du pôle communication de Havas, a été en charge, en 2010, de la campagne de communication d’Alpha CONDE. BOLLORE a eu le port de Lomé, sans avoir le marché ; l’armée togolaise a éjecté, manu militari, l’attributaire du marché, la société NECOTRANS qui a déposé plainte auprès des tribunaux français. En effet, cette société NECOTRANS est tombée en faillite, et BOLLORE l’a rachetée avec un prix modique. Dans ces 16 terminaux de conteneurs africains de BOLLORE (15 00 milliards de FCA de chiffre d'affaires, soit plus 2 290 076 333 milliards d'euros), probablement, y transitent des ventes d’armes, ou peut-être même d’autres trafics illicites. BOLLORE a eu les principaux ports en Afrique, sauf celui de Dakar. L'essentiel de la richesse du groupe BOLLORE provient d'Afrique. En vingt ans, Vincent BOLLORE s'est construit un royaume sur les débris de l'empire colonial français. Des entrepôts aux ports, il contrôle l'ensemble de la chaîne logistique et de transports sur les matières premières produites en Afrique de l'Ouest. Mais son emprise va plus loin. Même s'il n'apparaît qu'au second plan, il est un des actionnaires majeurs de SOCFINAL, un groupe qui exploite parmi les plus grands domaines de plantation d'Afrique. J’espère que l’enquête mettra bien en lumière ses magouilles en Afrique. Naturellement, les concurrents de BOLLORE ont attaqué devant la justice française pour ces concessions obtenues en cassant les prix, «pour corruption d’agents publics étrangers», avec la complicité des régimes africains dociles et peu scrupuleux.

Dès que quelqu'un commence à enquêter sur ses combines, BOLLORE l'attaque en diffamation. Cette fois-ci, c'est un juge qui l'a convoqué. Il va falloir qu'il crache le morceau. Nicolas VESCOVASSI et Jean-Pierre CANET titrent leur ouvrage «Vincent, Tout-puissant», un livre d’investigation aux confins des affaires, de la politique et de la liberté d’informer. Les auteurs sont des journalistes d’investigation chevronnés, de ceux qui ne se laissent pas intimider. Du courage, il en fallait pour aller au bout de cette enquête sur Vincent BOLLORE, un homme qui aime posséder des médias mais pas qu’on enquête sur lui. Un des auteurs a-t-il eu ainsi un jour la surprise de recevoir une assignation en justice lui demandant 750 000 euros de dommages et intérêts pour avoir juste cherché à interviewer les hauts cadres entourant l’homme d’affaires ! 750000 euros pour avoir juste voulu exercer le métier d’informer. M. Adama GAYE, journaliste sénégalais, a été traîné devant le Tribunal de Grande Instance de Paris ; il s’en est sorti avec un euro de dommages-intérêts. Vincent BOLLORE a-t-il un secret lourd à cacher ?

Résidant dans le XVIème arrondissement, Vincent BOLLORE est né le 1er avril 1952, à Boulogne-sur-Seine. En 1981, il a repris les papeteries familiales fondées en 1822 sur les bords de l’Odet, près de Quimper. Raider sans foi ni loi, il crée un montage financier de différents groupes à partir de 1988. Installé à Puteaux, BOLLORE figure parmi les 400 entreprises les plus importantes du monde. Il a su diversifier ses activités qui vont de la fabrication de papier plastique à la production télévisée, de la gestion des ports africains aux plantations d'Asie du sud-est, de la construction de la voiture électrique au Wimax ou aux journaux gratuits et Direct8.

BOLLORE a fait «main basse sur l’information en France» pour reprendre le titre d’un livre de Laurent MAUDUIT. Président du groupe VIVENDI, il a la mainmise sur une bonne partie de la publicité et sur un nombre important de médias en France. Il a racheté DELMAS, RIVAUD, s’intéresse à BOUYGUES, LAZARE, HAVAS et AEGIS. Il a conquis Canal +. Vincent BOLLORE est devenu, en très peu de temps, l’actionnaire principal de Telecom Italia. Il a beaucoup d’intérêts en commun avec Silvio BERLUSCONI. En raison de toute sa puissance dans les médias, le Français moyen croit que la pluralité des moyens d’information serait un gage de liberté. BOLLORE a pourtant interdit certains reportages d’être diffusés. «Alors que le Conseil national de la résistance espérait, à la Libération, que la France se dote d'une presse indépendante des "puissances financières", celles-ci contrôlent désormais presque tous les médias. Et la normalisation économique se double fréquemment d'une normalisation éditoriale, quand il ne s'agit pas d'une censure pure et simple» estime Laurent MAUDUIT.

Dans un système quasi mafieux, le pré-carré de la France en Afrique, ce sont quelques grands groupes qui se partagent le gâteau. Ces entreprises françaises donnent au gouvernement français quelques miettes qui sont reversées aux Etats africains sous forme d'aide. Mais cette aide, si elle n'est pas détournée, est conditionnée ; il faut recours à ces mêmes entreprises pour d'éventuels marchés publics. (Voir mon post Charles de Gaulle et l'Afrique).

Ce système quasi mafieux, organisé par un barbouze, Jacques FOCCART perdure toujours. Tous les candidats à l'élection présidentielle promettent de l'abroger, dont M. Emmanuel qui avait un excellent diagnostic de cette situation coloniale, mais une fois au pouvoir ils renouent avec l'ancien monde.

L’Afrique, contrairement ce que pense le Français ordinaire, est un continent riche. Mais ses matières premières sont spoliées avec la complicité de nos gouvernements. Cependant, l’opinion publique africaine, longtemps assoupie depuis l’esclavage et la colonisation, commence timidement à se réveiller. Et le FCA cristallise, à lui seul, ce réveil du nationalisme africain. Il ne s’agit pas d’éjecter la France, ancienne puissance coloniale de l’Afrique. Au contraire, en raison de ces liens historiques et de la communauté de langue, nous devrions établir une relation privilégiée avec la France, mais fondée sur la justice, l’équité et la démocratie. Il faut payer au juste prix nos matières premières.

L’indépendance des Africains reste encore factice ; il faut que les Africains retrouvent leur souveraineté et leur dignité en vue d’établir avec la France une vraie coopération avec la France fondée sur la Justice et la Fraternité.

Indications bibliographiques sur Vincent BOLLORE

BOTHOREL (Jean), Vincent BOLLORE : une histoire de famille, Picollec, 2007, 193 pages ;

CAPOZZI (Fiorina), Vincent Bolloré : le nouveau roi des médias européens, GoWere, 2016, 82 pages ;

GARRIGOS (Raphaël), ROBERTS (Isabel), L’empire : comment Vincent Bolloré a mangé Canal +, Paris, Seuil, 2016, 192 pages ;

MAUDUIT (Laurent), Main basse sur l’information, Paris, Don Quichotte, 2016, 448 pages ;

ORANGE (Martine), «Comment Vincent Bolloré s’est taillé un empire en Afrique» Médiapart, article du 3 février 2009 ;

ORANGE (Martine), «Concessions portuaires en Afrique ; Bolloré mis en examen pour corruption» Médiapart, article du 25 avril 2018 ;

VESCOVASSI (Nicolas) CANET (Jean-Pierre), Vincent Tout-Puissant, Paris, Jean-Claude Lattès, 2018, 400 pages.

Paris le 24 avril 2018 et actualisé le 26 avril 2018, par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

«Vincent BOLLORE, mis en examen pour corruption», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Vincent BOLLORE, mis en examen pour corruption», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Vincent BOLLORE, mis en examen pour corruption», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Vincent BOLLORE, mis en examen pour corruption», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«Vincent BOLLORE, mis en examen pour corruption», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

Partager cet article

Repost0

commentaires

Liens