Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de BA Amadou Bal, Paris 19ème ISSN 2555-3003 (BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE France B.N.F GALLICA. Http://baamadou.overblog.fr/
  • : Ce blog personnel de M. Amadou Bal BA est destiné à l'échange en politique, littérature, histoire, faits de société et le bien-vivre ensemble. Google News BIBLIOTHEQUE NATIONALE DE FRANCE ISSN 2555-3003 BNF GALLICA. Http://baamadou.overblog.fr/
  • Contact

Recherche

6 avril 2018 5 06 /04 /avril /2018 19:09

HIGELIN était un magicien des mots, un poète, grand maître de l’improvisation, capable d’enchanter le monde dans ses refrains. On l’imagine moins absorbé dans le silence, penché des heures durant sur ses cahiers, inspiré, concentré, traquant sans se lasser le mot le plus juste, le plus pertinent, le plus étonnant «Vivre l’écriture. Le corps et l’esprit tout entiers tendus vers elle. Malaxer les mots, comme un sculpteur le fait de sa terre glaise. Murmurer ad libitum des bribes de phrases, pour les accoucher tout à fait. Rester indifférent aux bruits et aux appels. A la faim et au sommeil. N’entendre rien, rien d’autre que le bouillonnement du verbe à l’intérieur de soi, et la musique parfois qui le précède. Ecrire des heures comme possédé» dit-il dans «Flâner entre les intervalles».

«Lettres d’amour», un livre chargé de sens, il y évoque, notamment, la mort de sa mère avec une justesse et un goût de la vie. «Ma mère. Mon âme a choisi ton ventre pour s’y bâtir la maison du petit homme que j’ai été et que je suis, ma mère. La barque d’amour où tu m’as couché enfant, je la ramène à ton port, chargée de toutes les richesses du monde où elle m’a emporté. (…) Amour, ma mère» écrit-il dans l’hommage à sa défunte mère. HIGELIN s’interroge, en 1960, sur la direction qu’il veut donner à sa vie «Qui suis-je ? Où vais-je ? Tout est prétexte à l’homme, parti à la recherche de lui-même, qui se mesure à la vérité des choses. Cette concentration de solitude est une puissante occasion». Il s’interroge dans «Couteaux de cristal», un poème de «Flâner entre les intervalles» sur le temps qui passe et fait le bilan de sa vie à un âge avancé : «On pleure de ne pas être celui qu’on croyait. On pleure de n’être plus celui que l’on était. Mais comment s’oublier alors qu’à chaque instant le temps vient maquiller une ride nouvelle, cette paupière usée de s’être frottée aux vérités cruelles. Ca fait chier de vieillir». 

«Moi, je suis le grain de sable qui fait le désert. Un petit grain de sable contre le renoncement» écrit-il.  Dans «Jacques HIGELIN, passeur d’étoiles», un livre de Jacques PERCIOT, l’auteur rassemble et regroupe par thèmes plusieurs centaines d'extraits d'entretiens de Jacques HIGELIN avec des journalistes. Beaucoup sont inédits et découlent de conversations avec l'auteur lui-même. En scène, HIGELIN donne sa démesure. Dégaine de farfadet monté en graine, il jongle avec les comètes, harangue la chimère, apprivoise les sortilèges, organise le tumulte. II en est l'épicentre, le camelot volubile, rageur, drôle et fraternel. «Des allumettes au fond de ses yeux, s'envole un enfant émerveillé, qui nous ressemble un peu. Le public devient une mer déchaînée. Tu deviens bateau ivre. Tu es hors de toi. Ça te traverse et ça jaillit. Tu n'es plus que l'instrument d'une force qui te transcende» écrit Jacques PERCIOT, son biographe. Du temps de l'école buissonnière, Jacques HIGELIN chantait pour les abeilles, merles et pâquerettes. Attiré par les planches, il aborde précocement le cinéma, le théâtre, les arts de la rue, le café-théâtre. La musique finira par avoir le dernier mot. Et cela va faire quarante ans qu'il chante! Inlassablement généreux, encore imprévisible, jacquot nous étonnera toujours. Un artiste n'a pas besoin d'autre chose que d'entrer dans le cœur des gens. C'est le plus bel endroit.

«J’entendais ma grand-mère chanter dans le jardin. Elle avait une voix délicieuse. Après le boulot, mon père se mettait au piano et nous accompagnait. Plus tard dans la soirée, avant d’éteindre la lumière, il nous racontait des histoires, à Paulo et à moi. Je m’endormais au son de l’harmonica de mon papa. C’est drôle... Pendant des années, j’ai joué un air de guitare à Izïa et chanté au pied de son lit pour l’aider à s’endormir» confesse Jacques HIGELIN. Dans un livre, «Je vis pas ma vie, je la rêve», avec une journaliste de Télérama, Valérie LEHOUX, notre Jacques se met en scène, raconte et se raconte. La naissance dans la guerre, la découverte du jazz puis du théâtre, le service militaire en Algérie, les spectacles expérimentaux avec Brigitte FONTAINE, la vie en communauté, la drogue, la tornade du rock, les années dans la dèche, les grandes mises en scène, les peurs et les bonheurs, les voyages, les enfants.

Jacques HIGELIN est né le 18 octobre 1940, à Brou-sur-Chante-Reine, à cinq kilomètres de Chelles, en Seine-et-Marne. Sa famille avait quitté en 1939, menacée par l’Allemagne, pour s’installer dans ce coin. Enfant solitaire, contrairement son frère Paulo, il voue un amour infini à sa mère : «J’étais un enfant rêveur. Très sauvage, parfois très joyeux. Ma mère était ma complice en liberté et en rêverie. Pendant des heures, elle m’écoutait lui lire des poèmes, lui raconter des histoires. Ma mère d’amour, celle qui était là totalement. Qui ne me quittait pas des yeux. Quand je pêchais et que je me retournais, je la voyais sourire» dit-il. Ses grands-parents lui racontaient des histoires pas croyables. Son père a été cheminot, puis a travaillé dans les assurances.

Mais à l’Armistice, en 1940, les Allemands s’installent à Vaires et à Brou, et son grand-père qui parle allemand, est réquisitionné pour servir d’interprète entre l’occupant les habitants. Il n’a jamais collaboré avec les Allemands. Le 29 mars 1944, les Anglais bombardent la gare de Vaires, un lieu stratégique pour les Alliés. Après le bombardement sa famille déménage pour un village, tout proche, Le Pin. A la Libération, sa famille déménage à Chelles. «Pour la première fois, je voyais des Noirs, soldats et libérateurs, qui nous jetaient des chewing-gums et des tablettes de chocolats» écrit-il. Jacques HIGELIN n’oublie pas la guerre et ses conséquences, les privations et parfois les humiliations : «L’époque était rude, on image mal aujourd’hui. L’après-guerre, c’était la pauvreté pour beaucoup. Avec des huissiers féroces : une histoire de faire honte aux familles, ils étaient capables de vendre les meubles sur le trottoir, devant les maisons».

Il relate, après la guerre, les moyens limités de sa famille qui partait toujours en vacances, au même endroit, à Frocourt, en Picardie : «Quand notre voiture approchait, on l’entendait. On s’écartait, on regardait. La notre était un peu pourrie. Il fallait s’arrêter en cours de route pour refroidir le moteur et rechaper les pneus. Ils éclataient tout le temps et mon père n’avait pas les moyens d’en acheter d’autres. Neuf heures pour faire cent kilomètres. Tout devenait une aventure» écrit-il.

Jacques HIGELIN a pendant longtemps habité à Paris 20ème, à la Porte des Lilas, le nouveau quartier de François HOLLANDE. Il jouait, à ses débuts, à Paris 5ème et a régulièrement participé aux Francofolies de la Rochelle. L’itinéraire de Jacques HIGELIN est un chemin extraordinaire de liberté et de découvertes permanentes, sur lequel on croise, entre autres, des cascadeurs, le guitariste Henri CROLLA, Georges MOUSTAKI, Peter BROOK, Jacques CANETTI, un conteur de Marrakech, Charles TRENET, Jacno ou Barbara. Le récit musarde sans cesse entre passé et présent, reflet de la personnalité d’un homme qui se promène dans la vie sans se soucier du temps.

En artiste-poète, Jacques HIGELIN sait faire des déclarations d’amour, empreintes d’un grand lyrisme, parfois teinté de mélancolie dans la perspective de la mort : «Dans le ciel de ma vie qui finira un jour une nuit, vous êtes l’étoile unique qui apaise mon âme, éclaire mon esprit, et rend mon cœur serein», écrit-il.

Johnny a bénéficié d’obsèques nationales, même on ne sait pas encore s’il était Français, Belge ou Américain, il devait plus de 10 millions d’euros au fisc.

Jacques HIGELIN, poète et musicien, qui nous a quittés, le 6 avril 2018, mériterait bien, pour son talent, son humanisme et sa poésie, une reconnaissance de la Nation. C’était un homme engagé auprès des forces de gauche, un humaniste.

Il se battait pour le droit au logement et pour la régularisation des sans-papiers.

Repose en paix, mon Pote !

Indications bibliographiques

1 – Contributions de Jacques HIGELIN

HIGELIN (Jacques), Flâner entre les intervalles, Paris, Fayard, Pauvert, 2016, 304 pages ;

HIGELIN (Jacques), LEHOUX (Valérie), Je vis pas ma vie, je la rêve, Paris, Fayard, 2015, 416 pages ;

HIGELIN (Jacques), Lettres d’amour d’un soldat à vingt ans, Paris, Bernard Grasset, 1987, 250 pages ;

HIGELIN (Jacques), WATHELET (Michel), RIOUX (Lucien), Jacques Higelin, Paris, Seghers, 1980, 189 pages.

2 – Critiques de Jacques HIGELIN

BERTRAND (Jacques, André), Higelin, Paris, B. Barrault, 1990, 189 pages ;

LESUEUR (Daniel), Jacques Higelin Paris, Alternatives, 2000, 110 pages ;

PERCIOT (Jacques), Jacques Higelin : un passeur d’étoiles, Paris, Carpentier, 2005, 82 pages ;

VASSAL (Jacques), LEDUC (Jean-Marie), Jacques Higelin Paris, Albin Michel, 1985, 133 pages.

Paris, le 6 avril 2018, par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

Jacques HIGELIN, un poète et chanteur engagé (1940-018)
Jacques HIGELIN, un poète et chanteur engagé (1940-018)
Jacques HIGELIN, un poète et chanteur engagé (1940-018)
Jacques HIGELIN, un poète et chanteur engagé (1940-018)
Jacques HIGELIN, un poète et chanteur engagé (1940-018)
Jacques HIGELIN, un poète et chanteur engagé (1940-018)
Jacques HIGELIN, un poète et chanteur engagé (1940-018)
Jacques HIGELIN, un poète et chanteur engagé (1940-018)
Jacques HIGELIN, un poète et chanteur engagé (1940-018)
Jacques HIGELIN, un poète et chanteur engagé (1940-018)
Jacques HIGELIN, un poète et chanteur engagé (1940-018)
Jacques HIGELIN, un poète et chanteur engagé (1940-018)
Jacques HIGELIN, un poète et chanteur engagé (1940-018)
Jacques HIGELIN, un poète et chanteur engagé (1940-018)
Jacques HIGELIN, un poète et chanteur engagé (1940-018)
Jacques HIGELIN, un poète et chanteur engagé (1940-018)
Jacques HIGELIN, un poète et chanteur engagé (1940-018)
Jacques HIGELIN, un poète et chanteur engagé (1940-018)
Jacques HIGELIN, un poète et chanteur engagé (1940-018)
Jacques HIGELIN, un poète et chanteur engagé (1940-018)
Jacques HIGELIN, un poète et chanteur engagé (1940-018)
Jacques HIGELIN, un poète et chanteur engagé (1940-018)
Jacques HIGELIN, un poète et chanteur engagé (1940-018)
Jacques HIGELIN, un poète et chanteur engagé (1940-018)

Jacques HIGELIN, un poète et chanteur engagé (1940-018)

Partager cet article

Repost0

commentaires

Liens