Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de BA Amadou Bal, Paris 19ème ISSN 2555-3003 (BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE France B.N.F GALLICA. Http://baamadou.overblog.fr/
  • : Ce blog personnel de M. Amadou Bal BA est destiné à l'échange en politique, littérature, histoire, faits de société et le bien-vivre ensemble. Google News BIBLIOTHEQUE NATIONALE DE FRANCE ISSN 2555-3003 BNF GALLICA. Http://baamadou.overblog.fr/
  • Contact

Recherche

2 mars 2018 5 02 /03 /mars /2018 18:08

Je connaissais le professeur Lilyan KESTELOOT pour avoir résidé, pendant longtemps, à la rue des Boulangers dans le 5ème ardt, à Paris, non loin de sa rue Linné, à côté de Jussieu. J'avais revu, le 21 octobre 2017, le professeur KESTELOOT aux Universités de Présence Africaine, à la Colonie, près de la Gare du Nord. Mon ami Adrien DIOP et moi étions bluffés par sa forme qui nous semblait olympique. La seule chose que m'avait signalé le professeur KESTELOOT c'était son allergie permanente et ancienne aux nouvelles technologies ; elle n'aimait toujours pas ni courriel, ni ordinateur, ni portable.

On décelait, chez cette éminence grise humaniste, une spécialiste de la littérature africaine moderne et de la tradition de l’oralité, une curiosité pour les autres, un intérêt pour l'Afrique, et en particulier, pour le Sénégal où elle a enseigné pendant longtemps. Lilyan maintenait, en permanence, le contact avec les Africains, et se rendait aussi fréquemment au Musée Dapper, à Paris 16ème avant sa fermeture. Dès qu'il était question de l'Afrique, elle était là, attentive, attentionnée et toujours accessible.

Le professeur KESTELOOT a séjourné notamment au Congo, au Cameroun et au Sénégal à partir de 1971, pendant plus de 20 ans. Elle a rencontré les grands écrivains de la négritude notamment pour la préparation de sa thèse. Professeure à la faculté de Lettres à l'université de Cheikh Anta DIOP, puis directrice de recherches à l'IFAN, Lilyan KESTELOOT est une grande spécialiste de SENGHOR, de la tradition orale, des récits épiques et de la Négritude. Le professeur KESTELOOT a formé, et appuyé pour leur promotion, de grands universitaires sénégalais, ainsi que de nombreux étudiants. Cheffe de file pour une littérature africaine audacieuse et originale, elle s’est surtout distinguée par sa générosité, l’envie de partager son immense savoir ; c’est cela qui me semble, surtout, caractériser sa grandeur et sa noblesse d’esprit.

Quand on demande au professeur KESTELOOT pourquoi elle s'est intéressée aux écrivains africains et à la littérature orale de ce continent, elle n'a pas d'autre réponse que le silence de l'évidence. Cette explication est peut-être dans l’hommage que lui a rendu le journal Le Point : «Lilyan Kesteloot était de nature passionnée. Sa rencontre avec la littérature africaine éveilla en elle un engagement qui l'accompagna tout au long de sa carrière de critique et d'universitaire à la stature internationale. Paradoxalement, c'est cette Européenne ayant connu une enfance coloniale dans le Congo belge qui m'a fait comprendre ce qu'était réellement la littérature africaine : un riche héritage traditionnel en langues africaines, le talent des premiers écrivains de langue française, l'histoire du mouvement de la négritude, ainsi que le foisonnement de la production contemporaine» écrit Véronique TAJO.

C’est Léopold Sédar SENGHOR qui a suggéré à Mme KESTELOOT de venir au Sénégal. Dans sa contribution littéraire, le professeur KESTELOOT s’est faite l’avocate passionnée de la Négritude dont les deux figures de proue sont Aimé CESAIRE et Léopold Sédar SENGHOR. En effet, le mouvement de la Négritude a mobilisé les intellectuels noirs d'Afrique et d'Amérique entre 1932 et 1960, pour protester contre le racisme, la ségrégation et la colonisation. Le pont sur l'Atlantique fut alors virtuellement réalisé, reliant l'Afrique à ses diasporas de l'autre rive, dans la prise de conscience de leur destin par les intellectuels noirs de toute provenance. Mme KESTELOOT a saisi l’occasion de cette ambiance culturelle pour rencontrer les plus grands écrivains noirs, notamment aux congrès de Paris en 1956 et à Rome. «La négritude n’aurait pas connu un tel éclat, sans Lilyan KESTELOOT» écrit Abdourahman WABERI, dans le journal Le Monde daté du 2 mars 2018.

En particulier, Mme KESTELOOT en raison de sa connaissance parfaite de la Négritude a produit des ouvrages en qualité de critique littéraire sur CESAIRE et SENGHOR, ainsi que sur les différents mouvements littéraires naissants en Afrique. Mme KESTELOOT a raconté aussi les grandes figures de la Négritude dont Cheikh Anta DIOP, qu’elle a rencontré, à plusieurs reprises. Son histoire de la littérature négro-africaine, est devenue un grand classique, un livre de chevet.

Le professeur KESTELOOT s’est illustrée par ses récits épiques, notamment l’épopée de l’épopée de Soundiata Keita du Mali. En effet, Mme KESTELOOT relate les hauts et bas d'un royaume soudanais qui prit le relais des Etats malien et songhay durant les XVIIIème et XIXème siècles ; le royaume de Ségou, païen et guerrier, domina le territoire du Mali jusqu'à la conquête d'El Hadj Omar TALL, quelques années avant la colonisation française. Dix épisodes de cette geste furent enregistrés par Mme KESTELOOT entre 1965 et 1966. Cette épopée est toujours déclamée et chantée aujourd'hui, à la radio et dans les villages du Mali, de Côte d'Ivoire et du Burkina Faso. Mme KESTELOOT a retracé, aussi, l’épopée de Chaka Zoulou, qui a donné naissance à un poème célèbre de SENGHOR, ainsi que celle de Biton Coulibaly, fondateur de l’empire de Ségou, avant sa conquête par les Peuls.

Mme KESTELOOT a fait revivre des contes et mythologies africaines. Ainsi de Seth au Bida de Wagadou, du Tyamaba Peul au M’Boose Sérère, nous voyagerons sur les sentiers peu fréquentés des mythes à travers les siècles, à travers Ghana, Tékrour, Waalo et Djolof, Ségou, Baol et Saloum.

C'est donc avec une grande tristesse que j'ai appris la disparition, le mercredi 2 mars 2018, du professeur Lilyan KESTELOOT. Nous prions pour le repos de son âme.

En 2013, et sous la direction d’Abdoulaye KEITA, un hommage a été rendu à l’extraordinaire contribution littéraire de Lilyan KESTELOOT, chez Karthala, sous le titre : «Au carrefour des littératures Afrique-Europe». Par conséquent, il n’y a pas, à ma connaissance, de biographie sur cette écrivaine. Je ne doute pas, un instant, que les talentueux écrivains du Sénégal ne manqueront pas de s’atteler à cette mission exaltante.

Pour l’instant, la meilleure façon de rendre hommage à Lilyan est de lire ou relire, attentivement, ses ouvrages.

Indications bibliographiques :

BA (Mamadou, Soulèye), HENANE (René),  KESTELOOT (Lilyan), Introduction à Moi, Laminaire, d’Aimé Césaire, étude critique, Paris, L’Harmattan, 2012, 278 pages ;

DIENG (Bassirou), KESTELOOT (Lilyan), Contes et mythes Ouolofs du Tiéddo au Talibé, Paris, Présence Africaine, ACCT, Dakar, IFAN, 2015, 250 pages ;

GOUNONGBE (Ari), KESTELOOT (Lilyan), Les grandes figures de la Négritude, paroles privées, Paris, L’Harmattan, 2007, 164 pages ;

KESTELOOT (Lilyan), Aimé Césaire, Paris, Seghers, 1989, 193 pages ;

KESTELOOT (Lilyan), Biton Koulibaly, fondateur de l’empire de Ségou, Dakar, Abidjan, Lomé, Nouvelles éditions africaines, 1983, 96 pages ;

KESTELOOT (Lilyan), Césaire et Senghor, un pont sur l’Atlantique, Paris, L’Harmattan, 2006, 200 pages ;

KESTELOOT (Lilyan), Chaka Zoulou, fils du Ciel, Paris, Casterman, 2010, 91 pages ;

KESTELOOT (Lilyan), Comprendre cahier d’un retour au pays natal, Paris, L’Harmattan, 2008, 128 pages ;

KESTELOOT (Lilyan), Comprendre les poèmes de L.S Senghor, Paris, L’Harmattan, 2008, 144 pages ;

KESTELOOT (Lilyan), Contes fables et récits du Sénégal, Paris, Karthala, 2006, 202 pages ;

KESTELOOT (Lilyan), DIENG (Bassirou), Les épopées noires, Paris, Karthala, UNESCO, 1997, 626 pages ;

KESTELOOT (Lilyan), Dieu du Sahel, voyage à travers les mythes du Seth à Tyamaba, Paris, L’Harmattan, 2007, 328 pages ;

KESTELOOT (Lilyan), Histoire de la littérature négro-africaine, Paris, Karthala, AUF, 2001, 386 pages ;

KESTELOOT (Lilyan), KOTCHY (Barthélémy), Aimé Césaire, l’homme et l’oeuvre, Paris, Paris, Présence Africaine, Versailles, Les Classiques africains, 1993, 223 pages ;

KESTELOOT (Lilyan), L’épopée Bambara de Ségou, recueillie et traduite en collaboration avec Amadou Traoré et Jean-Baptiste Traoré, Paris, Orizons, 2010, 328 pages ;

KESTELOOT (Lilyan), Les écrivains noirs de langue française : naissance d’une littérature, Bruxelles, éditions de l’université de Bruxelles, 1983, 340 pages ;

KESTELOOT (Lilyan), Mémento de la littérature africaine et antillaise, histoire, auteurs et oeuvrages, Versailles, Les Classiques africains, Dakar, CAEC-Khoudia, 1995, 61 pages ;

KESTELOOT (Lilyan), Négritude et situation coloniale, Yaoundé, éditions CLE, 2010, 124 pages ;

KESTELOOT (Lilyan), Neuf poèmes camerounais, anthologie, Yaoundé, Clé, 1971, 111 pages ;

KESTELOOT (Lilyan), Soundiata, l’enfant-lion, Bruxelles, Casterman, 2010, 112 pages.

Hommage à la contribution littéraire du professeur KESTELOOT

KEITA (Abdoulaye) sous la direction de, Au carrefour des littératures Afrique-Europe, Paris, Karthala, Dakar, IFAN, 2013, 372 pages.

Paris, le 1er mars 2018, par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/


 

 

Lilyan KESTELOOT, une militante de la cause des Noirs. Merci Lilyan.
Lilyan KESTELOOT, une militante de la cause des Noirs. Merci Lilyan.
Lilyan KESTELOOT, une militante de la cause des Noirs. Merci Lilyan.
Lilyan KESTELOOT, une militante de la cause des Noirs. Merci Lilyan.
Lilyan KESTELOOT, une militante de la cause des Noirs. Merci Lilyan.
Lilyan KESTELOOT, une militante de la cause des Noirs. Merci Lilyan.
Lilyan KESTELOOT, une militante de la cause des Noirs. Merci Lilyan.

Lilyan KESTELOOT, une militante de la cause des Noirs. Merci Lilyan.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Liens