Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de BA Amadou Bal, Paris 19ème ISSN 2555-3003 (BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCE) Bnf Gallica
  • Le blog de BA Amadou Bal, Paris 19ème ISSN 2555-3003 (BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCE) Bnf Gallica
  • : Ce blog personnel de M. Amadou Bal BA est destiné à l'échange en politique, littérature, histoire, faits de société et le bien-vivre ensemble. Google News BIBLIOTHEQUE NATIONALE DE FRANCE ISSN 2555-3003 BNF GALLICA
  • Contact

Recherche

14 mai 2017 7 14 /05 /mai /2017 14:54

«C’est à la fin de la foire que l’on compte les bouses de vaches» dit un dicton breton. Que retiendra dans l’Histoire du bilan de François HOLLANDE de 2012 à 2017 ?

Après avoir passé le pouvoir à M. MACRON, ce dimanche 14 mai 2017, M. HOLLANDE est venu au siège du Parti socialiste à la rue Solférino. François MIITTERRAND était également venu rencontrer les militants socialistes après la passation de pouvoir avec M. CHIRAC. Mais M. MITTERRAND, après l’alternance du 10 mai 1981, avait accompli un second mandat, et a laissé un héritage dont on peut être fier. En revanche, M. HOLLANDE, à défaut de l’inversion de la courbe du chômage, a été contraint de renoncer à un second mandat. J’étais au Bourget le 22 janvier 2012 et j’avais applaudi, sans modération, lors de son célèbre discours : «Mon adversaire, il n’a pas de nom, pas de visage, pas de parti, il ne présentera jamais sa candidature, il ne sera jamais élu, et pourtant, il gouverne cet adversaire, c’est le monde la finance».

 

Sans doute que M. HOLLANDE a assaini les finances publiques et réduit la dette. Cependant, le chômage est resté à un niveau insupportable. En effet, M. HOLLANDE avait lancé un slogan que j’ai abondamment relayé «le changement, c’est maintenant». Le changement est arrivé, mais pas celui qu’on attendait. M. HOLLANDE a regretté d'avoir initié la déchéance de la nationalité, une erreur tragique de son mandat que j'avais violemment désapprouvée. Il n’a pas non plus honoré sa promesse du droit de vote des étrangers aux élections locales. La Gauche a perdu son âme, et les militants sont désemparés et démobilisés. La leçon que j'en tire, la Gauche doit rester la Gauche, être attachée à ses principes et valeurs, être éthique et morale, respecter la parole donnée, dire ce qu'elle fait et faire ce qu'elle dit. La dissimulation et le mensonge doivent être bannis du comportement de nos dirigeants.

On se souvient de l’anaphore déclamé le 2 mai 2012 par M. HOLLANDE face au candidat du Fouquet’s qui constitue 15 engagements «Moi président de la République, je ne serai pas le chef de la majorité, je ne recevrai pas les parlementaires de la majorité à l’Elysée. Moi président de la République, je ne traiterai pas mon Premier ministre de collaborateur.
 

Moi président de la République, je ne participerai pas à des collectes de fonds pour mon propre parti, dans un hôtel parisien.
 

Moi président de la République, je ferai fonctionner la justice de manière indépendante, je ne nommerai pas les membres du parquet alors que l'avis du Conseil supérieur de la magistrature n'a pas été dans ce sens.
 

Moi président de la République, je n'aurai pas la prétention de nommer les directeurs des chaînes de télévision publique, je laisserai ça à des instances indépendantes.
 

Moi président de la République, je ferai en sorte que mon comportement soit en chaque instant exemplaire.
 

Moi président de la République, j'aurai aussi à cœur de ne pas avoir un statut pénal du chef de l’Etat ; je le ferai réformer, de façon à ce que si des actes antérieurs à ma prise de fonction venaient à être contestés, je puisse dans certaines conditions me rendre à la convocation de tel ou tel magistrat ou m'expliquer devant un certain nombre d'instances.
 

Moi président de la République, je constituerai un gouvernement qui sera paritaire, autant de femmes que d'hommes.
 

Moi président de la République, il y aura un Code de déontologie code de pour les ministres, qui ne pourraient pas rentrer dans un conflit d'intérêts.
 

Moi président de la République, les ministres ne pourront pas de cumuler leur fonction avec un mandat local, parce que je considère qu'ils devraient se consacrer pleinement à leur tâche.
 

Moi président de la République, je ferai un acte de décentralisation, parce que je pense que les collectivités locales ont besoin d'un nouveau souffle, de nouvelles compétences, de nouvelles libertés.
 

Moi président de la République, je ferai en sorte que les partenaires sociaux puissent être considérés, aussi bien les organisations professionnelles que les syndicats, et que nous puissions avoir régulièrement une discussion pour savoir ce qui relève de la loi, ce qui relève de la négociation.
 

Moi président de la République, j'engagerai de grands débats, on a évoqué celui de l'énergie, et il est légitime qu'il puisse y avoir sur ces questions-là de grands débats citoyens.
 

Moi président de la République, j'introduirai la représentation proportionnelle pour législatives, pour les élections non pas de 2012, mais celles de 2017, car je pense qu'il est bon que l'ensemble des sensibilités politiques soient représentées.


Moi président de la République, j'essaierai d'avoir de la hauteur de vue, pour fixer les grandes orientations, les grandes impulsions, mais en même temps je ne m'occuperai pas de tout, et j'aurai toujours le souci de la proximité avec les Français».

Reconnaissons à M. HOLLANDE sa grande probité, son intégrité et son exemplarité. Cependant, M. CAHUZAC, par son comportement inqualifiable, a mis en mal cette bonne image et ces vertus de M. HOLLANDE. Ses ennuis conjugaux avec Julie GAYET et Valérie TRIERWEILER n'ont rien arrangé.

M. HOLLANDE a voulu, dans des circonstances exceptionnelles rester un président normal : «J'avais évoqué une présidence normale. Rien n'est normal quand on est président de la République, puisque les conditions sont exceptionnelles, le monde traverse une crise majeure, en tout cas l’Europe. Il y a des conflits dans le monde, sur la planète, les enjeux de l'environnement, du réchauffement climatique : bien sûr que le président doit être à la hauteur de ces sujets-là, mais il doit aussi être proche du peuple, être capable de le comprendre».

Ce qui est principalement reproché à M. HOLLANDE, ce n’est pas d’avoir échoué face à la montée du chômage, mais d’avoir trahi sa promesse du Bourget. Ainsi, après la défaite aux élections municipales de mars 2014, j’ai été surpris de la nomination de M. VALLS qui représente l’aile droite assumée au Parti socialiste. Ce virage social-libéral, avec M. VALLS aura coûté très cher à M. HOLLANDE.

 

C’est en raison de ces renoncements que le FN est à presque 34%, et le Parti socialiste en panne de leadership et de cohérence de son logiciel, est menacé d’implosion. Pour M. HOLLANDE, le Parti socialiste n’est pas mort, il restera «un passeur de témoin» en vue de conquêtes sociales futures. Il est nécessaire de poursuivre le mouvement. Le socialisme a été et demeure toujours le porteur de la liberté et des conquêtes sociales. Il faut penser à notre utilité et il ne faudrait pas douter de notre message porteur de cohésion et de solidarité. Sans doute qu’il y a des périodes difficiles. On peut être éclaboussé par une vague, mais il ne faudrait confondre cette vague avec son écume. Il ne faudrait pas confondre non plus les tempêtes, les flux et les reflux qui font partie de la vie. Le Parti socialiste a surmonté dans le passé ses difficultés. C’est aux socialistes «d’inventer l’avenir».


Paris, le 14 mai 2017, par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

«François HOLLANDE et son bilan contrasté : un président normal ou un président banal ?», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«François HOLLANDE et son bilan contrasté : un président normal ou un président banal ?», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

Partager cet article

Repost 0
Published by Le blog de BA Amadou - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Liens