Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de BA Amadou Bal, Paris 19ème ISSN 2555-3003 (BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE France B.N.F GALLICA. Http://baamadou.overblog.fr/
  • : Ce blog personnel de M. Amadou Bal BA est destiné à l'échange en politique, littérature, histoire, faits de société et le bien-vivre ensemble. Google News BIBLIOTHEQUE NATIONALE DE FRANCE ISSN 2555-3003 BNF GALLICA. Http://baamadou.overblog.fr/
  • Contact

Recherche

28 janvier 2017 6 28 /01 /janvier /2017 17:44

 

Ce post a été publié dans le journal FERLOO édition du 3 février 2017

Après la Primaire de la Droite et du Centre qui avait connu un retentissant succès, on croyait que M. FILLON était confortablement installé sur une autoroute le menant directement à l’Elysée. Or, ces élections présidentielles de 2017 en France ne cessent de nous réserver des surprises. En effet, l'affaire FILLON est devenue un cauchemar pour les Républicains, la pire catastrophe depuis le scandale CAHUZAC. Chaque jour apporte son lot de révélations embarrassantes. Dans une interview filmée en 2007 au Daily Telegraph, Pénélope a déclaré qu'elle n'a jamais occupé d'assistante de son mari et qu'elle ne s'est pas occupée de sa communication. Pourtant, M. FILLON qui s'enfonce davantage chaque jour, n'envisage pas encore de démissionner, s'enfonce de plus en plus. Il pense que ce qui lui arrive est injuste et il a "une colère froide". Il ne lâche pas le morceau en dépit de la succession des affaires. Il reste combatif dans l'esprit de résistance dans son programme d'une droite conservatrice. Cependant, l'unité des Républicains se fissure ; certains réclament déjà un plan B. "M. FILLON doit penser à l'intérêt de la France et non son intérêt personnel" lui assène une estocade Georges FENECH, un député Sarkozyste. La campagne de M. FILLON, en dépit de son entêtement dans une tragique erreur, quelque soit l'issue de cette affaire, est irrémédiablement plombée. Il est devenu inaudible et ne cesse de plonger dans les sondages. Son camp va donner l'hallali qui va provoquer un retrait volontaire ou forcé, de la candidature de M. FILLON.

Au-delà du problème juridique, c'est une difficulté politique et morale pour M. FILLON, à travers son programme de redressement, exigeant des autres des sueurs et des larmes. M. FILLON qui se prétendait "un chevalier blanc" rigoureux, intègre et bon gestionnaire des finances publiques, doit nous prouver, de façon convaincante et rapidement, que les 900 000 € gagnés par sa femme, en qualité d'assistante parlementaire, ne résultaient pas d'un emploi fictif. M FILLON, avec son projet de droite, "radicale", voulait privatiser la sécurité sociale, réintroduire massivement la TVA dans la fiscalité, saccager le statut de la fonction publique, réduire les allocations de chômage et remettre en cause le droit à l'avortement, et donc brutaliser les faibles, tout en protégeant et cajolant les privilégiés. M. FILLON est particulièrement dur avec les faibles, souvent qualifiés de parasites ou assistés, mais profite largement du système pour sa famille. Il a fait une annonce dans le Figaro pour corriger cette image de dur (relever les petites retraites et baisser les charges des petits salaires), mais c'est de l'improvisation et un vent de panique à la suite du "Pénélopegate". M. FILLON qui se croyait un candidat de l'alternance, est confronté à une bourrasque qui n'est pas prête de s'éteindre, à moins qu'il ne renverse, rapidement la table.

On apprend, par la bouche de M. FILLON, qu'il a aussi employé ses enfants (84 000 €), comme avocats, alors qu’ils ne l’étaient pas encore. En effet, Marie et Charles FILLON étaient encore étudiants en droit quand leur père, alors sénateur, les a rémunérés pour des «missions en raison de leurs compétences».

Par ailleurs, M. FILLON aurait touché au moins 200.000 euros en tant que «senior advisor» pour Ricol Lasteyrie.

M. Bernard DEBRE sous révèle le 31 janvier 2017 que Pénélope était aussi assistante de son mari quand il était premier ministre c'est-à-dire au même moment quand elle était assistante de Marc JOULAUD, ancien suppléant au parlement de M. FILLON. Avec ce cumul d'emplois avait-elle un double salaire ? M. FILLON ne souvient pas avoir signé les contrats de travail. Une affaire embarrassante, à suivre, attentivement.

Son frère, M. Pierre FILLON, un médecin ophtalmologue, est bénévole dans une association (Automobile Club de l’Ouest), mais touche un salaire mensuel de 12 337 € bruts. Drôle de façon de concevoir, dans la famille FILLON, une gestion désintéressée. Quel aurait été alors le niveau de son salaire s'il avait été un employé rémunéré ?

Dans son édition du 28 janvier 2017, MEDIAPART révèle également que M. François FILLON, quand il était sénateur, a empoché une partie des crédits théoriquement réservés au recrutement d'assistants parlementaires, grâce à un système de commissions occultes.

Maintenant que le Parquet financier est saisi d'une enquête préliminaire, qui osera penser qu'un candidat, comme M. FILLON, se disant intègre, et donnant des leçons de morale en politique, serait embourbé dans cette ténébreuse et glauque affaire ?

Peut-on imaginer le général de GAULLE engager sa femme, tante Yvonne, à l’Elysée ?

M. FILLON évoque "des boules puantes", de "manipulations grossières», dans ce contexte électoral, "des forces sont à l'oeuvre pour le faire taire", et la misogynie à l’égard de sa femme qui a le droit de travailler. "On ne m'intimidera pas", "Pénélope je l'aime à travers elle, c'est moi qu'on veut casser" ou encore "je n'ai peur de rien", ajoute-t-il. Cependant, la question n'est pas là ; elle est celle de savoir si c'est un emploi fictif ou non. En effet, la victimisation, la théorie du complot, l'émotion, l'irrationnel et l'indignation ne suffisent pas comme argument de défense. Pénélope n'est pas en cause, c'est le discours moralisateur de M. FILLON. Cette mauvaise communication de M. FILLON, solitaire et lâché par les siens, est «un Pénélopegate», un accident industriel majeur pour les Républicains, qui se croyaient déjà victorieux aux présidentielles de 2017. La Droite est saisie par un mouvement de panique. Si M. FILLON, en grande difficulté, se retirait qui pourrait reprendre le flambeau ? M. JUPPE, le seul éventuel candidat crédible se dit non intéressé par les présidentielles, au jour où on l'a interviewée ; ce qui signifie que sa position peut évoluer en fonction des circonstances. M. JUPPE s'est bien préparé mais avec un programme diamétralement différent de celui de M. FILLON. M. SARKOZY se cache. M. François BAYROU s'interroge : est-ce que la loi est la même pour tous ? Est-ce que les sacrifices sont équitablement répartis ?

Dans ce désarroi de la Droite en plein doute, certains militants Républicains suggèrent, dans cette épreuve que traverse M. FILLON, une solution de rechange (Mme Valérie PÉCRESSE ou M. François BAROIN). Par ailleurs, le démarrage de la campagne de M. FILLON est complètement raté. Il a une défiance à l'égard de la presse ; il fait vieux jeu. Comment pour a-t-il rebondir dans ce séisme concernant la mise en cause de sa probité ?

On prétendait que le 2ème tour des présidentielles était un plié d'avance pour la Gauche, et qu'il opposerait, immanquablement, la Droite et l’Extrême-droite. Par ailleurs, la candidature de M. Benoît HAMON ne serait que de la figuration, "une candidature de témoignage", suivant une expression désobligeante de M. VALLS pourtant devancé au 1er tour de ces primaires et traînant, comme un boulet, le bilan calamiteux de M. HOLLANDE qui lui-même a renoncé de se représenter. Ce que je reproche à M. HOLLANDE, un honnête homme, ce n'est ni son échec, ni la difficulté de la mission, mais c’est d’avoir menti au Bourget et avoir ainsi trahi le message de Jean JAURES. Amadou Hampâté BA, un sage africain, nous avait dit que "la parole c'est l'homme et l'homme c'est sa parole". Les peuples reprochent, désormais, aux élites leur dissimulation et leur mensonge. M. Lionel JOSPIN, un homme politique exemplaire, a bien dégagé les attentes : "faire ce qu'on dit et dire ce qu'on fait".

M. MELENCHON, un ancien socialiste, se croyant, jusqu’ici, favori à Gauche et qui tape sans arrêt sur le Parti socialiste, a répondu, de manière abrupte et cassante, à M. HAMON qui pourtant appelle, dans la transparence et le respect mutuel, à une unité de la Gauche. C'est le bon sens dans ces élections imprévisibles plus que jamais. L'entêtement, la fierté mal placée ou l'arrogance pourrait conduire, avec regret, l'acte de décès précipité de la Gauche au profit des entreprises familiales qui ont choisi de servir au lieu d'être au service de la République.

M. Emmanuel MACRON rêve de ramasser "les dépouilles" du Parti socialiste, qu'il croit moribond. Une partie du Parti socialiste lorgne, par opportunisme, du côté du mouvement "En Marche" pour les législatives. Mais ces députés ont perdu de vue que Benoît HAMON, dans sa dynamique de victoire et ses propositions audacieuses, a fondamentalement changé la donne à Gauche ; les cartes sont rebattues. En effet ces primaires sont un congrès qui ne dit pas son nom. Les militants estiment que le Parti socialiste doit être ancré à gauche, abandonner les politiques libérales et autoritaires, afin de faire renaître l'espérance. Depuis le congrès de Tours de 1920, le Parti socialiste a toujours oscillé entre l'ambition et le remords. J'espère que Benoît HAMON remettra le Parti socialiste, à l’endroit, dans l'éthique et les valeurs dégagées par Jean JAURES, en faisant renaître "un désir de Gauche", largement abimé par le duo HOLLANDE-VALLS.

Déjà, M. VALLS et les députés qui lui sont favorables, annoncent qu'ils ne feront pas la campagne de M. HAMON, s'il était confirmé en qualité de candidat du Parti socialiste, le dimanche 29 janvier 2017.

Mme Marine LE PEN, se disant nationaliste et souverainiste, mais dont les banques russes financent le Parti (9 millions €) est également mise en cause dans une enquête du parlement européen d'emplois fictifs (une ardoise de 340 000 €). Comment pourrait-on défendre l'indépendance de la France si on est financé par un État étranger qui demandera, le moment venu, un retour d’ascenseur ? Comment peut-on critiquer à longueur de journée l'Europe, si on émarge sur ses fonds avec des indemnités de député agrémentées de salaires d'emplois fictifs, dont un salaire de 5000 € à son compagnon, Louis ALLIOT ? Dans cette entreprise familiale, le père, M. Jean-Marie LE PEN, pourtant mêlé à une histoire douteuse d’héritage (héritage LAMBERT), disait qu’il était honnête avec «les mains propres et la tête haute».

Finalement les Républicains, comme le FN, ne défendent que leurs intérêts privés ; le masque est tombé : ce ne sont que des entreprises familiales. Or, depuis l'affaire CAHUZAC, la démocratie française a intégré des valeurs importantes dans le jeu politique qu'il ne faudrait jamais sous-estimer : celles de l'intégrité, la probité et l'exemplarité. Je vois mal comment M. François FILLON, pourrait défendre, durablement et victorieusement, sa candidature aux présidentielles, à moins qu'il ne soit disculpé, rapidement, avant que ne commence la bataille. M. FILLON s'est déjà dédit, juste après les primaires de la Droite et du Centre, dans les pages du Figaro, sur son "programme radical" concernant la sécurité sociale qui avait inquiète même les députés républicains. Pourra-t-il éteindre, à temps, cet incendie, après l'affaire Bigmallion que d'aucuns appellent, insidieusement, "Bigmillions" ?

Or, depuis le BREXIT l'élection de M. TRUMP aux Etats-Unis, l'échec de Messieurs JUPPE et SARKOZY et le renoncement de M. HOLLANDE, rien n'est plus sûr dans la prévision politique. Les cartes sont constamment rebattues ; nous avons perdu toutes nos repères dans nos grilles d'analyse traditionnelles.

Ma seule certitude reste ma conviction personnelle : la gauche doit rester elle même, c'est-à-dire elle doit promouvoir l'espoir et l'espérance en vue de changer la vie pour l'égalité réelle contre l'injustice et pour le bien-vivre ensemble. L'utopie et le rêve sont des enjeux majeurs en politique, face à ceux qui professent le réalisme et la résignation face aux puissants. Nous avons besoin de bienveillance pour les faibles l'argent n'a de sens que s'il est mis au service du bien commun. A quoi cela à servi ces milliards qui ont été donné aux patrons, sans contrepartie ?

Dans la perspective des présidentielles de 2017, nous avons besoin d’un authentique représentant de la Gauche, comme M. Benoît HAMON, pour combattre, énergiquement, cette Droite tatchérisée et lepénisée dont le chef de file est maintenant M. FILLON, et cette entreprise familiale de LE PEN. En effet, pour eux, les exclus ne seraient que des assistés et les Français issus de l’immigration, des indigènes de la République, nécessairement tous des délinquants potentiels, des fondamentalistes et des profiteurs de la protection sociale. Il faudrait, par conséquent, diminuer la dépense publique, réduire les allocations de chômage et le nombre de fonctionnaires, porter le temps de travail à 39 heures payées 35 heures. Ils veulent surtout réduire les impôts des riches. Mais quelqu’un devra payer ; à travers la TVA ce sont, en fait, les pauvres qui paieront pour les riches ! Ces coupes sombres dans le budget se traduiront, immanquablement, par un saccage des acquis sociaux, une destruction de la qualité du service public, et une plus grande souffrance pour les exclus. La Droite promet la retraite à 65 ans et de faciliter le licenciement ; il faudra également recruter des infirmières pour s’occuper des petits vieux qui vont contraints et forcés d'aller au boulot.

C'est une Droite ultraconservatrice sur les questions de société qui propose, notamment de durcir ou interdire le droit au regroupement familial, de rétablir le contrôle aux frontières. Dans leur programme, ils proposent de construire encore des places en prison pour nos enfants, ravalés au rang d’indigènes de la République. M. FILLON comme Donald TRUMP souhaite renforcer la relation avec la Russie tsariste de POUTINE, alliée des dictatures musclées comme la Syrie.

C'est pour toutes raisons, que j'ai appelé à voter, massivement, pour M. Benoît HAMON, le dimanche 29 janvier 2017. On avait vite enterré la Gauche, depuis la victoire de Benoît HAMON a toutes ses chances. Ce Pénélopegate montre aussi, que les cartes sont rebattues et Benoît HAMON ne cesse de monter dans les sondages, et M FILLON de descendre dans les abîmes ; il dévisse. La bulle MACRON va s'effrondrer. Le programme dangereux et raciste du FN, cette entreprise familiale, est mis à nu.

Vive la France républicaine, citoyenne et fraternelle, pour un bien-vivre ensemble !

Paris, le 28 janvier 2017, par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

 

Les Républicains et le FN ce n'est qu'une entreprise familiale

Les Républicains et le FN ce n'est qu'une entreprise familiale

Partager cet article

Repost0

commentaires

Liens