Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de BA Amadou Bal, Paris 19ème ISSN 2555-3003 (BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE France B.N.F GALLICA. Http://baamadou.overblog.fr/
  • : Ce blog personnel de M. Amadou Bal BA est destiné à l'échange en politique, littérature, histoire, faits de société et le bien-vivre ensemble. Google News BIBLIOTHEQUE NATIONALE DE FRANCE ISSN 2555-3003 BNF GALLICA. Http://baamadou.overblog.fr/
  • Contact

Recherche

11 décembre 2016 7 11 /12 /décembre /2016 14:08

La Politique est un monde féroce et violent ; le seul slogan qui vaille, c’est l’instinct de tueur : «ôte-toi de là que je m’y mette !». Pendant longtemps, les rumeurs faisaient croire que, dans sa loyauté indéfectible vis-à-vis du président de la République, M. VALLS attendait son tour pour les présidentielles de 2022. Extraordinaire stratège, M. VALLS a su rebondir, avec ses 6%, lors des primaires de 2011, et trouver une place de choix dans l’équipe de HOLLANDE, là où MONTEBOURG avait fait pourtant 17%. M. VALLS, un «Sarkozyste de Gauche» a su utiliser ses fonctions de Ministre de l’Intérieur, puis celles de Premier Ministre, pour pousser M. HOLLANDE à la sortie. Et de quelle manière ! M. VALLS qui avait qualifié M. MACRON de «Brutus», a su, très habilement, «tuer le père», sans que son geste ne soit perçu comme une trahison. Reconnaissons-lui son grand talent de communicateur et son habileté, dans sa conquête du pouvoir. M. VALLS a d’autres qualités que personne ne peut, sérieusement, contester : transgressif, il a de l’expérience, de l’autorité et particulièrement ambitieux, il se donne les moyens pour parvenir à réaliser ses objectifs personnels, proprement et efficacement. Par ailleurs, il est cohérent, transparent et assume sa ligne politique orientée vers la droite du Parti Socialiste.

En tant que militant, je suivrai avec vous, attentivement, les primaires de la Gauche sans, apparemment, M. MELENCHON et M. MACRON. Pourtant, François MITTERRAND nous avait prévenu : «Je crois pour demain, comme hier, à la victoire de la Gauche, à condition qu’elle reste elle-même. Qu’elle n’oublie pas que sa famille, c’est toute la Gauche. Hors du rassemblement populaire, il n'y a point de salut». Dans cette déclaration de candidature de M. VALLS, j’ai quelques interrogations que je me pose à haute voix.

Tout d’abord, M. VALLS réussira-t-il à mobiliser tous les Hollandais ?

Il n’a échappé à personne que cet «assassinat du père» laissera des rancoeurs tenaces au sein des partisans de M. HOLLANDE. La candidature de Vincent PEILLON à ces primaires, soutenue par les Hollandais les amis de Martine AUBRY et Pierre MOSCOVI, posera des difficultés à M. VALLS. Comment donc M. VALLS s’y prendra-t-il pour rassurer et mobiliser les amis de M. HOLLANDE ?

Le président de la République, un tacticien, à travers la renonciation à sa candidature en 2017, veut se refaire une nouvelle virginité, pour laisser une trace plus honorable dans l’Histoire. Sans doute que certains Hollandais ayant des vestes hautement réversibles, n’hésiteront pas de «venir à la soupe», mais quid de la garde rapprochée qui pourrait avoir une capacité de nuisance ?

Ensuite, ce bilan du quinquennat de M. HOLLANDE ne sera-t-il pas un boulet pour M. VALLS ?

La renonciation de M. HOLLANDE de se présenter aux présidentielles de 2017 a été interprétée comme un échec cuisant de son mandat. Comment donc M. VALLS pourra-t-il transformer cette faiblesse en force ?

Quelle sera la vraie place de la diversité dans les engagements de M. VALLS ?

En effet, la théorie de M. VALLS des «guerres des civilisations» n’est pas de nature à rassurer et à mobiliser, la diversité retranchée dans l’abstention aux élections. Or, les élections présidentielles se gagnent souvent à la marge. La Droite a mobilisé son camp. Cette «France métissée» en référence à une expression de Ségolène ROYAL, est, globalement favorable à la Gauche, mais pourvu que sa place dans la République ne soit pas ravalée au rang d’indigènes de la République. Le président HOLLANDE a reconnu que son pitoyable projet de loi sur la déchéance de nationalité a été une erreur tragique. On sait M. VALLS avait défendu vigoureusement ce texte, au point d’exclure, fort injustement, Mme TAUBIRA de son gouvernement. Le droit de vote des étrangers aux élections locales, promesse datant de 1981, ainsi que la place de la diversité dans la haute administration, ont disparu dans le discours de nos candidats, au profit du «Burkini» et de la laïcité, concept noble, mais détourné de ses objectifs en devenant un vrai repoussoir contre les Français musulmans, dans leur écrasante majorité sont pour le bien-vivre ensemble.

Quelle est la conception de M. VALLS des relations entre la France et l’Afrique ?

La FrançAfrique est toujours là. On ne parle que des opérations au Mali, mais des régimes ignobles, devenus héréditaires, continuent d’être soutenus par la France (Congo, Togo, Gabon, Cameroun, Tchad). L’alternance, contestée aux élections présidentielles en Gambie, est à surveiller. La France qui défend ses intérêts, ce qui est légitime, devrait aussi favoriser et encourager la démocratie en Afrique, pour une vraie coopération.

Par ailleurs quel mode de gouvernance M. VALLS va-t-il mettre en œuvre ?

Nous avons besoin d’autorité et non d’autoritarisme. Les primaires de 2011 avaient fait émerger «les Frondeurs» et la mise en œuvre de l’article 49-3 a laissé un goût amer. Comment assurer l’unité dans la diversité, la cohérence et la solidarité gouvernementale ?

Enfin, ces primaires ne seraient-elles qu’un congrès «clandestin» du PS qui ne dit pas son nom ? La ligne sociale-libérale, face à une droite musclée, sera-t-elle adaptée pour les présidentielles de 2017 ?

En effet, le peuple de Droite a clairement indiqué sa volonté de violenter les plus faibles et de stigmatiser les Français issus de l’immigration. En revanche, la Gauche tâtonne encore dans sa ligne politique. Accordons-nous de le dire ces primaires de la Droite et du Centre indique est une victoire nette et sans bavure d’une Droite musclée, la plus conservatrice depuis MAC-MAHON.

M. VALLS avait préconisé, lors des primaires de 2011, de changer le nom du Parti Socialiste «Il faut transformer de fond en comble le fonctionnement du PS, nous dépasser, tout changer: le nom, parce que le mot socialisme est sans doute dépassé; il renvoie à des conceptions du XIX° siècle", dit-il dans une interview à Sud Ouest Dimanche du 14 juin 2009.  M. VALLS a toujours assumé cette ligne située sur l’aile droite du PS, et a été en cohérence avec cette position. Mais avant d’être désigné candidat aux présidentielles, il faudrait d’abord franchir le cap des primaires. Or, les militants sont en demande d’une vraie offre de gauche, face à une Droite dure et lepénisée. Une gauchisation du discours de M. VALLS, qui se dessine actuellement, serait considérée comme étant une «Gauche cosmétique», sans sincérité des engagements. En effet, si M. HOLLANDE a été sanctionné, c’est en grande partie, non pas du fait de sa politique, mais parce qu’au cours des primaires il avait annoncé une autre ligne politique qu’il n’a pas appliquée par la suite : «La Finance est mon ennemi», «le changement c’est maintenant», ou cette fameuse tirade «Moi, Président» ; or, en termes d’exemplarité les épisodes CAHUZAC et Léonarda ont laissé un goût amer.

Dans sa déclaration de candidatures aux Primaires, M. VALLS se veut être un candidat de la «conciliation» et de «réconciliation» pour rassembler toute la Gauche.  Or, pour gagner les présidentielles de 2017, sa théorie des «Gauches irréconciliables» mériterait une clarification : «Le problème n’est pas d’organiser une primaire qui irait de Mélenchon à Macron. Parfois, il y a des positions irréconciliables à gauche et il faut l’assumer. Moi, je ne peux pas gouverner avec ceux qui considèrent que François HOLLANDE, c’est pire que Nicolas SARKOZY, ou que Manuel VALLS, c’est pire que Jean-Marie Le PEN» avait-il dit le 15 février 2016. 

M. VALLS avait pour mentor, M. Michel ROCARD, avec sa fameuse théorie de la «2ème Gauche» qui me semble être contredite par cette théorie Vallséenne des «Gauches irréconciliables». En effet, progressivement, M. VALLS est en train construire une ligne politique, à lui, qui semblait originale, par rapport aux démons du Congrès de Tours de 1920. Le Parti Socialiste a souvent un discours de Gauche quand il est dans l’opposition, et pratique une politique de droite quand il est au pouvoir. Seuls François MITTERRAND, dans une certaine mesure, et Lionel JOSPIN, pour une large part, ont honoré leurs engagements. Le drame du PS, depuis la disparition de Jean JAURES, c’est que sa ligne oscille entre «l’ambition et le remords» en référence au titre d’un ouvrage sur le PS d’Alain BERGOUNOUX et de Gérard GRUNBERG. Les vrais militants sont à Gauche, et s’estiment trahis à chaque fois que le PS est confronté au pouvoir. Comment donc clarifier les engagements politiques, à l’avance, et afin d’éviter toute «erreur sur la marchandise», toute dissimulation ? Il est incontestable que Messieurs MACRON et MELENCHON ont pris de l’avance ; leurs voix vont compter pour le 2ème tour des présidentielles et pour les législatives de 2017, et bien au-delà. Cette tendance des hommes politiques à la duplicité est un problème majeur de notre siècle.

Il est bien évident que, derrière ces primaires, se faufile la perspective du contrôle du Parti Socialiste. Le vainqueur du Parti Socialiste sera le vrai patron du Parti Socialiste, mais s’il le dirigeait à distance. Cette position de M. HOLLANDE soit-disant d’absence de contact direct avec les députés et le parti majoritaire, est hypocrite. En effet, dans les faits, M. Stéphane LE FOLL a été toujours, de façon officieuse, le gardien vigilant du temple.

Ces primaires sont aussi une technique du partage «partage du gâteau» ou ce qui en restera, les prochaines élections locales (municipales, départementales et régionales) ; les grandes manœuvres ont déjà commencé. Chacun des barons du PS veut déjà placer ses pions. Le fait que Mme Marie-Noëlle LIENEMANN ait retiré, subitement, sa candidature, dès qu’elle a été investie pour les sénatoriales, montre bien que ces postures ne trompent personne.

A mon sens, ne soyons pas dupes, ces primaires ne pourront pas résoudre, immédiatement, ces questions fond. Nous serons en présence de postures ; les convictions sincères seront souvent occultées. En effet, je suis persuadé, qu’après les élections législatives, suite aux congrès de Tours en 1920 et d’Epinay-sur-Seine en 1971, il faudrait un autre congrès du Parti Socialiste, pour clarifier sa ligne politique devenue illisible et inaudible. Car, là est tout le problème : qu’est-ce socialiste à notre époque, s’il s’agissait seulement d’appliquer les politiques libérales ?

Pour ma part, notre identité est brouillée ; il faudrait éclaircir notre ligne politique. Ceux qui n’ont rien à voir avec le Socialisme devraient rejoindre le Centre (M. MACRON, M. BAYROU).

Vive la France républicaine, citoyenne et fraternelle et pour un bien-vivre ensemble !

Paris, le 11 décembre 2016 par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

 

«Primaires à Gauche : Manuel VALLS a tué le père», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

Partager cet article

Repost0

commentaires

Liens