Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de BA Amadou Bal, Paris 19ème ISSN 2555-3003 (BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE France B.N.F GALLICA. Http://baamadou.overblog.fr/
  • : Ce blog personnel de M. Amadou Bal BA est destiné à l'échange en politique, littérature, histoire, faits de société et le bien-vivre ensemble. Google News BIBLIOTHEQUE NATIONALE DE FRANCE ISSN 2555-3003 BNF GALLICA. Http://baamadou.overblog.fr/
  • Contact

Recherche

25 juillet 2016 1 25 /07 /juillet /2016 17:58

Lisle-sur-Tarn domine la rivière qui a donné son nom au département. Au Moyen-Age, le village s'appelait Lisle-en-Albigeois. La cité médiévale comptait alors deux ports. Le commerce du vin et du pastel, les droits de passage, ont assuré la prospérité de cette ville nouvelle. Raymond VII, comte de Toulouse, a fondé Lisle-sur-Tarn en 1248 et il en fut son seigneur. Des chartes de 1192 et 1228 mentionnent plusieurs chevaliers portant le nom de Insula ou Illa. Au milieu du XIIIe siècle, Lisle-sur-Tarn était déjà administrée par quatre consuls et sa fondation remontait à plusieurs années. L’abbé de Moissac se plaint en effet en 1249 que le village et l’église de Lapeyrière soient depuis quinze ans gouvernés par le bayle de l’Isle-sur-Tarn. L’incendie de 1535 des archives communales explique sans doute la perte de la charte de coutumes et des documents qui nous auraient permis de connaître avec certitude la date de fondation de l’Isle-sur-Tarn. Jusqu'à présent, on estimait que Lisle était née immédiatement après le démantèlement de Montégut, en 1229, par les croisés de Simon de Montfort. Gérard VEYRIES indique lui que Montégut a survécu à son démantèlement et qu'à partir de 1234 et surtout 1248, les deux sites, la ville haute, Montégut et la ville basse, Lisle, se sont développés.

Première bastide du Tarne, mot désignant un centre de peuplement fortifié, fut bâtie, après la croisade des Albigeois, probablement à partir de 1229. Elle en possède les attributs essentiels, un plan géométrique articulé autour d’une place centrale, lieu de marché. En effet, Lisle possède la plus grande place à couverts du Sud-ouest. Au milieu, un joyau: le Griffoul, la fontaine offerte par Jeanne de Toulouse et Alphonse de Poitiers.

En déambulant dans les rues, le visiteur peut admirer de multiples maisons, à pans de bois, à encorbellement. Certaines ont conservé les «pountets», des passages couverts permettant de communiquer, à partir du premier étage, entre les maisons. Etonnantes aussi les quelques maisons en terre crues. Citons également ses hôtels particuliers - la mairie est installée dans l'un d'eux qui a appartenu à la famille Boisset - l'église Notre Dame de La Jonquière. Par conséquent, les principaux monuments sont la place Paul Saissac, l’hôtel de ville, le «Griffoul», l’église Notre-Dame, le musée Raymond Lafage ainsi que celui de la chocolaterie.

La place aux couverts, (place Paul Saissac), autour de laquelle fut organisé le tracé en «damier» des rues, est le cœur de la bastide. C’est la plus grande place à couverts du Sud Ouest (4425m²). Elle était et reste le centre économique et social de la cité : Hôtel de Ville, Office de Tourisme, salle des fêtes, musée du chocolat, banques, commerces, marché dominical, animations.

L’Hôtel de ville – Construit au XVIIIe siècle par la famille de Boisset, ce bel édifice appartient à la commune depuis 1936.

Le Griffoul (au centre de la place) est une fontaine, classée monument historique, offerte à la ville par Jeanne de Toulouse (Fille de Raimond VII) et son époux Alphonse de Poitiers (Frère de Louis IX). La frise qui orne la vasque, en alliage de plomb de 8m de circonférence, est parfois interrompue par la croix occitane et la fleur de lys qui symbolisaient l’union du comté de Toulouse et de la couronne de France.Cette vasque, datant du XIIIème siècle est surplombée d'une fontaine à Angelots, en bronze, fondue en 1611.

L’église Notre Dame de la Jonquière d’art gothique fut construite, au XIIIe et XIVe siècles, sur l’emplacement d’une église d’art roman dont subsistent seulement un portail et quelques fenêtres sur la façade latérale. Elle a été classée monument historique le 12 juillet 1886.

Lisle, c'est aussi Raymond LAFAGE, célébre dessinateur du XVIIe siècle a son musée. On peut y voir des dessins et gravures de l'enfant terrible et doué du pays lequel a croqué de multiples scènes de bacchanales. Il est vrai que l'on se trouve ici dans une terre de vignoble. Une autre salle présente une collection de verres de la Grésigne. Parmi ces verres, citons quelques curiosités : une cloche à melon, un tire-lait, un gobe-mouches.

Ouvert il y a peu, le musée du chocolat propose de délicieuses gourmandises artistiques. Le chocolatier Michel THOMASO-DEFOS et l'artiste Casimir FERRER ont uni leur talent pour la réalisation de superbes sculptures en chocolat. En fait, le cacao est produit à plus de 52% en Afrique (Côte-d’Ivoire, Ghana, Nigéria), mais ce sont les chocolatiers belges, suisses et français qui ont raflé la mise. Il est vrai que leur savoir-faire relève de l’art.

La palette des plaisirs offerte par Lisle s'enrichit avec le lac de Bellevue et ses multiples activités nautiques et de plein air: pédalos, bateaux électriques, pêche, VTT, randonnée, découverte de la faune et de la flore dans la forêt de Sivens complètent ces loisirs de pleine nature.

Indications bibliographiques

VEYRIES (Gérard), De Montégut à Lisle en Albigeois, remise en question d’un mythe historique à partir de documents inédits, Lisle-sur-Tarn, mairie de Lisle-sur-Tarn, 1998, 239 pages ;

VEYRIES (Gérard), Les guerres de religions en terre albigeoise : Lisle-sur-Tarn aux XVIème, XVIIème et XVIIIème siècles, Toulouse, Les Auteurs de l’Occitanie, 2007, 330 pages ;

HIGOUNET (Charles), Paysages et villages neufs du Moyen Age, préface Charles Samaran, Bordeaux, Fédération historique du Sud-Ouest, 1975, 492 pages, spéc sur les bastides pages 243-397 ;

ROSSIGNOL (Elie-A), Monographies communales ou études statistique, historique et monumentale du Tarn, Toulouse, Delboy, Paris, E. Dentu, Albi, Chaillol, 1864-1866, vol 1, 288 pages, vol 2 239 pages, vol 3 429 pages et spéc sur Lisle sur Tarn, vol. 383 pages ;

Albi, le 23 juillet par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

«LISLE sur TARN, son éblouissante bastide et ses belles maisons», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«LISLE sur TARN, son éblouissante bastide et ses belles maisons», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«LISLE sur TARN, son éblouissante bastide et ses belles maisons», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«LISLE sur TARN, son éblouissante bastide et ses belles maisons», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«LISLE sur TARN, son éblouissante bastide et ses belles maisons», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«LISLE sur TARN, son éblouissante bastide et ses belles maisons», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«LISLE sur TARN, son éblouissante bastide et ses belles maisons», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«LISLE sur TARN, son éblouissante bastide et ses belles maisons», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«LISLE sur TARN, son éblouissante bastide et ses belles maisons», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«LISLE sur TARN, son éblouissante bastide et ses belles maisons», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«LISLE sur TARN, son éblouissante bastide et ses belles maisons», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«LISLE sur TARN, son éblouissante bastide et ses belles maisons», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«LISLE sur TARN, son éblouissante bastide et ses belles maisons», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«LISLE sur TARN, son éblouissante bastide et ses belles maisons», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/
«LISLE sur TARN, son éblouissante bastide et ses belles maisons», par M. Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/

Partager cet article

Repost0

commentaires

Liens