Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de BA Amadou Bal, Paris 19ème ISSN 2555-3003 (BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE France B.N.F GALLICA. Http://baamadou.overblog.fr/
  • : Ce blog personnel de M. Amadou Bal BA est destiné à l'échange en politique, littérature, histoire, faits de société et le bien-vivre ensemble. Google News BIBLIOTHEQUE NATIONALE DE FRANCE ISSN 2555-3003 BNF GALLICA. Http://baamadou.overblog.fr/
  • Contact

Recherche

10 octobre 2014 5 10 /10 /octobre /2014 19:57

Depuis que peu cas de virus Ebola se sont déclarés, ou ont été suspectés, dans les pays occidentaux, un vent de panique est savamment entretenu par une presse avide de sensation. Les frontières se referment encore plus brutalement. Les fouilles particulièrement vexatoires, y compris pour le personnel diplomatique, les mises en quarantaine, et surtout la stigmatisation des Africains redoublent d’intensité. Le Noir reste associé à toutes les malédictions, notamment du SIDA et maintenant d’Ebola. Le tourisme à destination de l’Afrique va en souffrir ; ce qui va accroître nos difficultés. Je me rappelle de ces peurs irrationnelles au début des années 80, quand le SIDA s’est déclaré. Presque plus personne ne fréquentait les lieux publics, notamment les restaurants et le métro parisien. Jean-Marie LE PEN, dans sa bêtise monstrueuse, disait que le SIDA pouvait se répandre par la salive ou les sueurs. Maintenant, c’est sa fille, Marine, qui a repris le flambeau, et répand son poison de l’intolérance, encore plus dangereux que ces épidémies. Car partout où la haine s’est logée dans le cœur des hommes, non seulement, il sera difficile de l’en extraire, mais elle est surtout porteuse d’une logique de violence et de destruction.

Il n'y a pas de risque d'épidémie Ebola, en masse, dans les pays occidentaux. Ce sont les Africains, déjà confrontés hier à l'esclavage, au colonialisme, aujourd'hui aux guerres, aux calamités naturelles, aux régimes dictatoriaux, au sous-développement, à l'intolérance, qui sont maintenant les principales victimes de ces grandes épidémies. 4 033 Africains sont déjà morts dans l’indifférence totale. Mais quelques suspicions cas d'Ebola, dans les pays occidentaux, ont suffi pour provoquer un tremblement de terre. Non seulement on ne nous aide pas, mais en plus, on a un profond sentiment qu’il existe un regard méprisant des autres, comme si nos vies n’avaient aucune valeur. On peut mourir en masse, mais cela ne suscite aucune émotion. Qui se souvient des 200 000 Algériens égorgés par les islamistes depuis 1992, et son lot de 17 000 disparus ? Ebola existe en Afrique centrale, et notamment au Congo, depuis plus de 25 ans, et a fait de nombreux morts, sans que cela suscite une quelconque compassion. Les Occidentaux bouclent les frontières, comme une façon de nous adresser cette injonction : «Vous les Africains, vous pouvez mourir, en masse, mais ne faites pas de bruit !».

Mais cet égoïsme des Occidentaux peut être mortel, pour eux, également. J’ai le sentiment que cette épidémie, qui guette tous les pays, n’a pas été prise au sérieux, à la mesure des dangers qu’elle fait peser sur la santé de tous. En effet, il n’a pas échappé à personne que le monde est un village planétaire. Les grandes épidémies, contrairement, au fameux nuage nucléaire de Tchernobyl censé s’arrêter à la frontière, traverseront les frontières. Aucune mesure administrative ou de police ne pourra arrêter, à elle seule, les grandes épidémies. Je dis aux Occidentaux, se préoccuper des autres, notamment des Africains, ce n'est pas seulement qu'une opération humanitaire, c'est assurer, efficacement, la santé de tous. Il y va de la santé de la planète.

Les Nations riches devraient se préoccuper davantage de la lutte contre les grandes épidémies et la pauvreté. Je continue de penser, qu’une partie des dépenses militaires, dont certaines guerres, sont d’une efficacité douteuse, aurait pu servir à réduire la pauvreté au plan interne et dans le monde, notamment en Afrique, et à engager de vrais projets de développement, pour promouvoir la paix et la démocratie. Ainsi, la précédente guerre en Irak, aurait déjà coûté 815 milliards de dollars. Si on y inclut l’indemnisation des familles pour les militaires morts ou blessés au combat, cette guerre aurait déjà coûté, dans un contexte de contrainte budgétaire, 4 000 milliards de dollars aux Américains. En raison du manque de transparence dans ce secteur, les chiffres avancés sont peu fiables. On parle de 400 000 € ou d’1 million d’€uros de dépenses par jour pour la France, pour ses opérations militaires au Mali. Il serait utile de savoir combien ont coûté les guerres en Afghanistan, et en Libye, et pour quels résultats ?

L’immense richesse que les Occidentaux ont légué au monde n’est pas, à mon sens, la richesse matérielle, mais est la démocratie. Cependant, cette démocratie restera inachevée tant que, aussi sur le plan interne qu’internationale, la guerre n'est pas déclarée, de façon énergique, contre les inégalités et les injustices. En effet, nous avons besoin en Afrique d’une solidarité, pour améliorer la vie quotidienne des populations (accès eau potable, éducation, nourriture de base, santé, infrastructures défectueuses qui causent des accidents ou des maladies, etc.). C'est ce grand dénuement qui est la cause de certaines grandes épidémies menaçantes, comme le virus Ebola. C’est le sens de mon engagement en qualité de socialiste : l’Homme est la mesure de toute chose. "Nos vies valent bien vos millions", disait un slogan politique contre le libéralisme sauvage. Je ne comprends pas, parfois, le cynisme et la cécité des acteurs politiques, face de tels défis, alors qu'on a les moyens de les résoudre. Pourquoi s'entêter devant de tels périls ?

Paris, le 10 octobre 2014, par Amadou Bal BA, baamadou.over-blog.fr.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Liens