Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de BA Amadou Bal, Paris 19ème ISSN 2555-3003 (BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE France B.N.F GALLICA. Http://baamadou.overblog.fr/
  • : Ce blog personnel de M. Amadou Bal BA est destiné à l'échange en politique, littérature, histoire, faits de société et le bien-vivre ensemble. Google News BIBLIOTHEQUE NATIONALE DE FRANCE ISSN 2555-3003 BNF GALLICA. Http://baamadou.overblog.fr/
  • Contact

Recherche

11 septembre 2014 4 11 /09 /septembre /2014 17:15

M. Nicolas SARKOZY déclare son retour en politique, mais était-il vraiment parti ? Revenir, mais pourquoi faire ? par M. Amadou Bal BA – Baamadou.over-blog.fr.

M. SARKOZY qui n’avait jamais quitté la politique, veut y revenir. C'est un grand retour vers le passé. 60% des Français pensent que le retour de M. SARKOZY n'est ni utile, ni souhaitable.

Est-ce pour se protéger de ses avanies judiciaires ? En effet, M. Jean-François COPE va soutenir, M. Nicolas SARKOZY, dans la course aux présidentielles de 2017. Compte tenu de l'affaire Big Millions non encore élucidée, du gouffre de 83 millions creusé dans les finances de l'UMP, et du manque de transparence des comptes de ce parti, notamment du sort des 10 millions de quête des militants pour effacer l'ardoise laissée par M. SARKOZY aux dernières présidentielles, c'est une véritable association de malfaiteurs. Conscient de ses forfaits de nature crapuleuse, M. Copé se cache, et ne s'exprime désormais que par communiqué. Il évoque un "choix de cohérence". Oui, en effet, c'est un choix d'une ligne politique lepénisée, quasi mafieuse, qui a déjà échoué en 2012, sans aucun inventaire critique du bilan de M. SARKOZY.

A-t-il vraiment changé ? à bientôt 60 ans, avec son ami, Patrick BUISSON, M. SARKOZY a contribué à une forte lepénisation de la France. La fascination de M. SARKOZY pour l'argent, ses transgressions, ses déclarations outrancières et racistes ("L'homme africain n'est pas entré dans l'histoire", le débat sur l'identité nationale, "Je vais tout nettoyer au Kärcher", etc.), et la peopolisation de la vie publique, ont contribué, de façon décisive, à la montée et à la crédibilité du Front national. Quant à M. Copé, outre ses "casseroles" qui l'attendent, il s'est montré d'une arrogance et d'une intolérance dont même le Front National n'a jamais usé (Polémique sur le "pain au chocolat", attaques honteuses contre Mme TAUBIRA, etc.). On est bien loin des principes républicains du vrai Gaullisme qui auraient dû animer l'action de ces malfrats.

«Son bilan, c’est son boulet», dit M. CAMBADELIS, premier secrétaire du PS à propos du retour de l’ancien président de la République. M. SARKOZY c'est le ministère de la parole, or parler n'est pas agir. La Droite a été au pouvoir pendant 10 ans, même si cela ne justifie pas nos difficultés actuelles, ceci explique largement cela. François HOLLANDE s’est révélé le vrai réformateur. Il a engagé des réformes que M. SARKOZY des réformes que la Droite n’avait jamais osé mettre en œuvre (pacte de responsabilité, seuils sociaux dans les entreprises, travail le dimanche, austérité, etc.).

Comment un "couple", qui a aussi mal géré le pays et son parti, sans aucun examen de conscience, divisé la France, et fait reculer les valeurs républicaines, a t-il l'outrecuidance de nous narguer encore ?

Ce retour en politique est ce l’acte de décès de l’UMP, avec toutes les ardoises que M. SARKOZY a laissées à cette organisation politique ?

M. SARKOZY se déclare candidat à la présidence de sa famille politique : «Je suis candidat à la présidence de ma famille politique. Je proposerai de la transformer de fond en comble, de façon à créer, dans un délai de trois mois, les conditions d’un nouveau et vaste rassemblement qui s’adressera à tous les Français, sans aucun esprit partisan, dépassant les clivages traditionnels qui ne correspondent plus aujourd’hui à la moindre réalité".

M. SARKOZY a confirmé qu'il veut changer le nom de l'UMP "Je vais changer le nom du parti, mettre en place une nouvelle organisation, installer une relève et faire revenir les adhérents et donateurs pour redresser les comptes", a-t-il déclaré. "Si je réussi cette nouvelle formation, ils (Juppé et Fillon) ne pourront plus me rattraper", a estimé l'ancien chef de l'Etat.

M. SARKOZY veut promouvoir un "vaste rassemblement", avec "une ambition de renouveau". Comment peut-il rassembler, lui qui est si clivant ?

Le vrai projet politique de M. SARKOZY s’est de pouvoir trouver des idées nouvelles pour survivre à tous les actes délictueux qu’il a commis, dans un pays qui considérablement changé, avec son parti qui est en lambeaux.

67% des Français pensent qu'il n'a pas changé et qu'il a fait diversion en chassant sur les terres du F.N. le fait de surfer sur un antihollandisme primaire ne sera pas suffisant. Il faudrait à M. SARKOZY un projet alternatif crédible, mais lequel ? Celui d'hier, avec M. Patrick BUISSON qui a lamentablement échoué ? Une poursuite ou une aggravation de la rigueur que les Français ont sanctionné aux dernières élections ?

J'espère que le retour de M. SARKOZY n'étouffera pas la voix des "frondeurs" du Parti Socialiste qui sont utiles, dans le débat interne au gouvernement.

Texte du 19 septembre 2014 de retour de M. SARKOZY publié sur son compte Facebook.

Mes chers Amis,

Le 6 mai 2012, au soir de l’élection présidentielle, j’ai remercié les Français de l’honneur qu’ils m’avaient accordé en me permettant de conduire les destinées de notre pays durant cinq années. Je leur ai dit ma volonté de me retirer de toute activité publique.

Depuis, j’ai pris le temps de la réflexion après toutes ces années d’activités intenses. J’ai pu prendre le recul indispensable pour analyser le déroulement de mon mandat, en tirer les leçons, revenir sur ce que fut notre histoire commune, mesurer la vanité de certains sentiments, écarter tout esprit de revanche ou d’affrontement.

J’ai pu échanger avec les Français, sans le poids du pouvoir qui déforme les rapports humains. Ils m’ont dit leurs espoirs, leurs incompréhensions et parfois aussi leurs déceptions.
J’ai vu monter comme une marée inexorable le désarroi, le rejet, la colère à l’endroit du pouvoir, de sa majorité mais plus largement de tout ce qui touche de près ou de loin à la politique.

J’ai senti chez beaucoup de Français la tentation de ne plus croire en rien ni en personne, comme si tout se valait, ou plutôt comme si plus rien ne valait quoi que ce soit.

Cette absence de tout espoir si spécifique à la France d’aujourd’hui nous oblige à nous réinventer profondément.

Je me suis interrogé sans concession sur l’opportunité d’un retour à la vie politique que j’avais arrêtée sans amertume et sans regret.

C’est au terme d’une réflexion approfondie que j’ai décidé de proposer aux Français un nouveau choix politique.

Car, au fond, ce serait une forme d’abandon que de rester spectateur de la situation dans laquelle se trouve la France, devant le délitement du débat politique, et la persistance de divisions si dérisoires au sein de l’opposition.

Je suis candidat à la présidence de ma famille politique. Je proposerai de la transformer de fond en comble, de façon à créer, dans un délai de trois mois, les conditions d’un nouveau et vaste rassemblement qui s’adressera à tous les Français, sans aucun esprit partisan, dépassant les clivages traditionnels qui ne correspondent plus aujourd’hui à la moindre réalité.


Ce vaste rassemblement se dotera d’un nouveau projet, d’un nouveau mode de fonctionnement adapté au siècle qui est le nôtre et d’une nouvelle équipe qui portera l’ambition d’un renouveau si nécessaire à notre vie politique.

J’aime trop la France ; je suis trop passionné par le débat public et l’avenir de mes compatriotes pour les voir condamnés à choisir entre le spectacle désespérant d’aujourd’hui et la perspective d’un isolement sans issue. Je ne peux me résoudre à voir s’installer dans le monde l’idée que la France pourrait n’avoir qu’une voix secondaire.

Nous devons faire émerger de nouvelles réponses face aux inquiétudes des Français, à leur interrogation sur la pérennité de la France, à la nécessité d’affirmer sa personnalité singulière, à la promotion de son message culturel qui est sans doute la plus belle part de notre héritage.

On ne fait rien de grand sans l’unité de la nation. On ne fait rien de grand sans espérance, sans perspective.

Pour construire une alternative crédible, il nous faut donc bâtir la formation politique du XXIème siècle. Je le ferai avec le souci du plus large rassemblement, la volonté d’apaiser les tensions, et en même temps de susciter l’intérêt passionné de tous ceux qui ne peuvent se résoudre à l’abaissement de la France. Nous aurons besoin de toutes les intelligences, de toutes les énergies, de toutes les bonnes volontés. Il nous faut tourner la page des divisions et des rancunes afin que chacun puisse s’inscrire dans un projet, par nature, collectif.

Je connais les difficultés qui nous attendent. Mais l’enjeu nous dépasse tellement, les perspectives sont si exaltantes, le redressement si nécessaire qu’à mes yeux les obstacles paraissent dérisoires.

Ensemble, par la force de notre engagement, par notre conscience commune de la gravité des enjeux, nous rendrons possible le sursaut dont nul ne peut douter de la nécessité et de l’urgence.

Que chacun soit convaincu de la force et de la sincérité de mon engagement au service de la France.

Paris, le 19 septembre 2014, Baamadou.over-blog.fr.

M. Nicolas SARKOZY déclare son retour en politique, mais était-il vraiment parti ? Pourquoi faire ? par M. Amadou Bal BA – Baamadou.over-blog.fr.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Liens