Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de BA Amadou Bal, Paris 19ème ISSN 2555-3003 (BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE France B.N.F GALLICA. Http://baamadou.overblog.fr/
  • : Ce blog personnel de M. Amadou Bal BA est destiné à l'échange en politique, littérature, histoire, faits de société et le bien-vivre ensemble. Google News BIBLIOTHEQUE NATIONALE DE FRANCE ISSN 2555-3003 BNF GALLICA. Http://baamadou.overblog.fr/
  • Contact

Recherche

12 septembre 2014 5 12 /09 /septembre /2014 15:28

Démocratie, sécurité, paix durable, défense de la Justice et de l’Equité dans la société internationale, par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/.

N.B. Cet article a été publié dans le journal Ferloo, édition du 14 septembre 2014.

Au moment où des bruits de botte résonnent très fort sur la scène internationale, je me demande si l’on a tiré toutes les leçons des guerres passées. Juifs et Palestiniens s’affrontent depuis plus de 2000 ans. Chaque guerre, supposée être la dernière, ne fait que raviver la tension et les affrontements, avec son lot de désolation pour toutes les parties. Ce conflit, paradoxalement, a renforcé le Hamas, et marginalisé les Palestiniens modérés. En Israël, où les partisans de la paix sont plus nombreux qu’on ne le pense, les belliqueux ont trouvé, dans cette tension permanente, leur fonds de commerce. En Afghanistan, Russes et Occidentaux, depuis plus 35 ans, se sont embourbés dans une guerre sans fin. En dépit, de cette formidable coalition, les Russes et certains pays occidentaux ont fini, devant leur impuissance, à plier bagage. En Libye et en Egypte les dictateurs ont été chassés, mais la violence et le fondamentalisme sont encore plus que jamais présents. Il y a de cela 20 ans, les Etats-Unis, première puissance militaire du monde, étaient déjà venus avec leur armada, écraser et pendre Saddam HUSSEIN. Pourtant, l’Irak est devenu le pays le plus dangereux du monde et manque de tout, y compris le pétrole. Et c’est encore reparti pour la guerre. Ces guerres perçues comme un affrontement entre l’Occident et l’Orient, attisent, immanquablement, la haine, les provocations, la répression, la barbarie, la solidarité. Et puis, c’est un cycle infernal de violence, sans fin.

Par ailleurs, les objectifs de chaque guerre et les moyens de les atteindre (rétablir la paix ? partage du gâteau ? opération humanitaire ou punitive ?), devraient être précisés et connus de tous, afin d’en vérifier la légitimité et la légalité. Un des grands objectifs des Occidentaux, lorsque les Russes avaient envahi l’Afghanistan (1979-1989), était de lutter contre le communisme, en aidant les «Moudjahidines» (guerriers saints), des combattants religieux. Le résultat est désastreux, puisque le fondamentalisme, jusqu’ici groupusculaire et léthargique, s’est développé, et a pris une ampleur sans précédent, avec Al-Qaïda (la Base) dirigé par Oussama Ben Laden (1957-2011). Par ailleurs, les Etats occidentaux ont mal à avouer que la guerre est un moyen de défendre leurs intérêts économiques, pour l’accès aux matières premières stratégiques (pétrole au Moyen-Orient, ou iranium au Mali). Par conséquent, la dissimulation ou le non-dit, dans la conduite de la guerre, sont fréquents dans ce domaine. Ainsi, la conduite de la guerre, sur le plan international, n’est pas souvent dépourvue d’arrière-pensées politiques, sur le plan interne. Il est indubitable que la guerre est tributaire des données internes. Tuer et dépenser sans compter, pour obtenir le soutien d’une partie de l’opinion publique ou pour se refaire une légitimité politique, quelle horreur absolue !

Peut-on vaincre, durablement, les extrémistes islamistes, s’ils sont dispersés partout dans le monde, et si on ne s’est pas attaqué aux causes de cette folie humaine sans précédent ?

Une réponse énergique au fondamentalisme est, sans doute, nécessaire. Musulman, je dénie, violemment, à ces «fous de Dieu» qui assassinent des innocents, de s’exprimer en notre nom. Le mot «Islam», c’est la paix, intérieure qu’extérieure, l’obéissance stricte aux prescriptions de Dieu. Le seul fait d’avoir de mauvaises intentions, est déjà un début de transgression de ces règles. Par conséquent, la tolérance, la fraternité et le respect des autres sont au cœur de cette religion. Du temps de Mahomet, Juifs et Chrétiens d’Orient, devaient être protégés, et non persécutés. Par ailleurs, les fondamentalistes poursuivent, non pas des objectifs religieux, mais la conquête du pouvoir politique. Or, l’Islam est une communauté de croyants, ce n’est une société politique. Depuis le VIIème Siècle, la guerre religieuse, «Jihad», vouée à l’échec, n’est donc plus légitime. Nous sommes les otages de ces «fous de Dieu», qui ont provoqué le développement d’une islamophobie grandissante et une forte poussée de l’extrême-droite dans les pays occidentaux. Mon Dieu à moi, même si son message et son message ont été brouillés par une propagande insidieuse de certains et des activités criminelles d’autres malades mentaux, reste et restera une divinité de la Miséricorde, de la Bienveillance, du Bien souverain, et de surtout de l’Amour et de la Fraternité entre les Hommes. Nous devons, tous, apprendre à vivre ensemble, dans le respect mutuel. Les politiques fondées, notamment sur la duplicité, le tokénisme, la brutalité et la violence, n’ont aucun avenir, durable, dans le monde. J’ai la faiblesse de croire, même si la Mal, incarné par la violence peut se maintenir, momentanément, le Bien suprême, dans ses manifestations à travers la paix et la justice, finira toujours par triompher. C’est le sens de l’Histoire orientée vers le progrès humain.

C’est sur la scène internationale que l’action de François HOLLANDE recueille la quasi unanimité adhésion de tous. Je suis persuadé qu’une paix durable suppose, aussi et surtout, une recherche soutenue et vigoureuse de la démocratie, la défense énergique de la justice et de l’équité dans la société internationale. Pourquoi les gouvernements iranien et syrien, qui étaient infréquentables, sont devenus, subitement, le moindre Mal ? Il faudrait moraliser la société internationale. Je reconnais que la poursuite et la réalisation de ces objectifs ne sont pas faciles. En effet, les régimes autoritaires, comme celui de la Syrie aujourd’hui, comme celui de la Tunisie de BEN Ali hier, sont parfois un rempart contre le fondamentalisme. Cependant, la contrepartie de cette complicité internationale a un coût prohibitif : la destruction des forces démocratiques. Seuls l’Armée et les fondamentalistes religieux, dans les pays autocrates, sont restés des forces politiques viables. Quand, les soulèvements populaires balaient ces dictatures, les Occidentaux installent des gouvernements fantoches, qui eux-mêmes alimentent encore le fondamentalisme et l’instabilité.

Les Etats ont, sans doute, des intérêts économiques à protéger, et c’est légitime. Mais la défense des intérêts des Occidentaux, sur le long terme, n’est efficace que dans la démocratie et la justice dans la société internationale. La moralisation de la société internationale est un objectif exigeant. Mais c’est le seul combat qui vaille. Jadis, les Européens qui se sont affrontés, pendant des siècles, autour de guerres meurtrières, dont deux guerres mondiales particulièrement sanglantes, ont fini par comprendre, que la réconciliation, autour de la démocratie et de la coopération économique, est le seul chemin viable. Cette stratégie de la construction européenne, autour de la paix, est une indication majeure, de la façon efficace, de solutionner les différends internationaux. Le génie de Nelson MANDELA, et la puissance du message qu'il nous a laissé, dans une Afrique du Sud engluée dans le racisme et le génocide contre les Noirs, est que l'Amour est plus fort que la haine. Seul l'Amour nous permet de vivre ensemble, durablement, dans le respect mutuel, dans le cadre d'un Etat sud-africain multiracial et démocratique.

La démocratie est possible dans les pays du Tiers-monde. L’exemple du Sénégal le prouve, avec éclat. Et, c’est la démocratie qui sera le seul puissant vecteur de développement et donc d’une vitalité du commerce international avec l’Afrique. Ce n’est pas un hasard que l’essentiel des activités économiques se réalisent avec les pays démocratiques. L’aide la plus précieuse qui pourrait être apportée aux Africains, c’est bien sûr la paix. Le président HOLLANDE a raison d’insister sur ce point. J’ajouterai que nous avons surtout besoin de démocratie. Sans la démocratie, aucun projet politique, dans l’intérêt des populations, n’est possible. Pire encore, nos maigres ressources sont détournées, et les conflits ethniques attisés. C’est la politique de la machette. On tue exécute son voisin, sans savoir pourquoi. Nous attendons, avec le grand intérêt, l’engagement de M. HOLLANDE de mettre fin à la Françafrique. Les dictatures alimentent l’immigration, les guerres et la mal gouvernance. Ainsi, divers chefs d’Etat africains préparent la modification de leur Constitution, afin de se maintenir, à vie, comme président (Joseph KABILA au Congo, Blaise COMPAORE au Burkina Faso, Ali BONGO au Gabon, Faure EYADEMA au Togo, etc.). Car la plupart, de ces pays évoqués sont riches. Cependant, leurs ressources sont pillées par des gouvernements autoritaires et corrompus. Au Mali, on parle de découverte de pétrole et de gisements d’uranium nécessaire pour faire fonctionner les centrales nucléaires françaises. Les gisements du Niger sont presque épuisés. Sans la démocratie et la paix qui assurent la stabilité du commerce international, si ces informations sont avérées, cela va attiser des convoitises et des guerres, comme jadis au Nigéria, et maintenant dans divers Etats comme le Congo.

Dans un contexte de crise, s’interroger sur l’efficacité de la dépense publique est encore plus légitime que par le passé. Un sou est un sou. Chaque centime dépensé devrait être utile. En effet, une bonne partie de toutes ces dépenses militaires colossales aurait pu servir à réduire la pauvreté au plan interne et dans le monde, notamment en Afrique, et à engager de vrais projets de développement, pour promouvoir la paix et la démocratie. Ainsi, la guerre en Irak, aurait déjà coûté 815 milliards de dollars. Si on y inclut l’indemnisation des familles pour les militaires morts ou blessés au combat, cette guerre aurait déjà coûté, dans un contexte de contrainte budgétaire, 4 000 milliards de dollars aux Américains. En raison du manque de transparence dans ce secteur, les chiffres avancés sont peu fiables. On parle de 400 000 € ou d’1 million d’€uros de dépenses par jour pour la France, pour ses opérations militaires au Mali. Il serait utile de savoir combien ont coûté les guerres en Afghanistan, et en Libye, et pour quels résultats ?

Ma voix dissonante n’appelle pas à l’inaction face à la menace terroriste. Loin de là. Mais il s’agit de retrouver la noblesse et l'efficacité durable de l’action sur la scène internationale. L’immense richesse que les Occidentaux ont légué donnée au monde, ce n’est pas, à mon sens, la richesse matérielle, mais est la démocratie. Cependant, cette démocratie restera inachevée tant que, aussi sur le plan interne qu’internationale, la guerre n'est pas déclarée, de façon énergique, contre les inégalités et les injustices. C’est le de mon engagement en qualité de Socialiste : l’Homme est la mesure de toute chose. "Nos vies valent bien vos millions", disait un slogan politique contre le libéralisme sauvage. Je ne comprends pas parfois, le cynisme et la cécité des acteurs politiques, face de tels défis, alors qu'on a les moyens de les résoudre. Pourquoi s'entêter dans l'erreur ? En effet, nous avons besoin en Afrique d’une solidarité, pour améliorer la vie quotidienne des politiques (accès eau potable, éducation, nourriture de base, santé, infrastructures défectueuses qui causent des accidents ou des maladies, etc.). C'est ce grand dénuement qui est la cause de certaines grandes épidémies menaçantes, comme le virus Ebola. Mais j’ai le sentiment que cette épidémie, qui guette tous les pays, n’a pas été prise au sérieux, à la mesure des dangers qu’elle fait peser sur la santé de tous. Les grandes épidémies, contrairement, au fameux nuage nucléaire de Tchernobyl censé s’arrêter à la frontière, traverseront les frontières.

Paris le 12 septembre 2014. M. Amadou BA - http://baamadou.over-blog.fr/

Démocratie, sécurité, paix durable, défense de la Justice et de l’Equité dans la société internationale, par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/.
Démocratie, sécurité, paix durable, défense de la Justice et de l’Equité dans la société internationale, par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/.
Démocratie, sécurité, paix durable, défense de la Justice et de l’Equité dans la société internationale, par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Liens