Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de BA Amadou Bal, Paris 19ème ISSN 2555-3003 (BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE France B.N.F GALLICA. Http://baamadou.overblog.fr/
  • : Ce blog personnel de M. Amadou Bal BA est destiné à l'échange en politique, littérature, histoire, faits de société et le bien-vivre ensemble. Google News BIBLIOTHEQUE NATIONALE DE FRANCE ISSN 2555-3003 BNF GALLICA. Http://baamadou.overblog.fr/
  • Contact

Recherche

26 août 2014 2 26 /08 /août /2014 10:47

N.B. Cet article a été publié dans le journal FERLOO du 25 août 2014.

Depuis le 6 mai 2012 nous sommes confrontés à cette question lancinante : quelle Gauche voulons-nous ?

La crise politique que nous vivons n’est pas seulement qu’une question de discipline gouvernementale, elle est, avant et surtout, celle de la confiance. Comment rebondir, et ne pas livrer la France au Front National ? On a été éliminé au 1er tour des présidentielles de 2002, et sévèrement sanctionnés à toutes les législatives partielles, aux municipales et européennes de 2014. On s'attend à perdre la majorité au Sénat en septembre 2014, ainsi les régionales de 2015. Si cela continue comme cela, le candidat socialiste serait éliminé au 1er tour des présidentielles de 2017. Aucun examen de conscience n’est fait et on fonce droit dans le mur, avec nos certitudes. le rôle d’un gouvernement c’est de répondre aux attentes des citoyens en termes d’emploi, de pouvoir d’achat, de logement, bref de changer leur vie. La politique c’est la volonté, mais dire qu’on ne peut rien faire, revient à décrédibiliser davantage l’action publique.

François HOLLANDE a été élu sur le profond rejet du Sarkozysme et son discours du Bourget fondé sur la défiance à la Finance. Le problème fondamental de François HOLLANDE est un sérieux doute sur la crédibilité de ses choix. Pendant deux ans, il a pratiqué une bonne synthèse, sans choisir. Puis il a affirmé son virage social-démocrate, mais malgré les sacrifices consentis notamment par les classes moyennes, les entreprises engrangent des bénéfices, mais ne créent pas des emplois et des déficits s’accumulent. Plus de 2 ans après, on n’a pas de résultats.

Nous sommes dans un pays démocratique, et ne rien peut contraindre les militants au silence lorsque notamment certains principes et valeurs sont en jeu. Les Socialistes ne doivent pas avoir peur du débat de fond. C’est un grand honneur que d’écouter ses militants. Le Parti Socialiste, comme l’avait dit Jean Jaurès, est le seul parti qui ait assez de foi dans la puissance de ses principes pour instituer un débat sur son orientation politique.

Nous voulons que la France réussisse, mais dans la compassion et l’attention accordée aux exclus et aux faibles. Tout le monde comprend la nécessité d’assurer les réformes et l’équilibre des comptes publics, mais à une double condition. D’une part, nous attendons, avec les efforts considérables consentis, des résultats en termes de croissance et d’emploi. D’autre part, la politique a une grande finalité, c’est rester au service de l’homme. Ce sont des politiques d’austérité inefficaces, injustes et conduisant à des succès électoraux de l’Extrême-droite. La peste brune menace. Nous devons introduire la morale en Politique. Pourquoi s’entêter dans l’erreur ? Le pouvoir politique doit arbitrer ce débat, en conformité avec nos valeurs de gauche.

Pour ce qui nous concerne, le chemin qui reste à parcourir pour atteindre l’égalité réelle, est encore long et sinueux. C’est ainsi que mon ami, Louis Mohamed SEYE qui a, activement, participé à la campagne des présidentielles de 2012, a été abandonné en rade, sans motifs légitimes et rationnels. M. Koffi YAMGNANE vous avait proposé qu’il soit nommé Secrétaire d’Etat. Et depuis lors nous n’avons aucune réponse. Pourtant, Louis Mohamed SEYE, avait invité M. HOLLANDE au local du PS, à Fontenay, en 2010. J’y étais. Contre vents et marées, avec une sincérité de l’engagement, sans aucun calcul politicien, Louis Mohamed SEYE, a tenu à manifester à M. HOLLANDE toute l’estime et la considération qu’il porte pour lui. Le candidat favori des sondages et du Parti était, à l’époque, DSK. Cette fidélité de M. SEYE, à vos côtés, est ancienne et constante. Je me souviens aussi du congrès du Mans en novembre 2005, j’y avais accompagné Louis M SEYE, ainsi que M. Saliou DIALLO, pour le compte du Mouvement Equité. M. HOLLANDE était premier Secrétaire du PS à l’époque. En pleine crise des banlieues de novembre 2005, le discours de M. HOLLANDE, truffé de références à la République, nous avait fait chaud au cœur. Finalement, à l’issue du congrès, aucun, d’entre eux, n'a pas été nommé au Secrétariat National. Plus préoccupant encore, Louis Mohamed SEYE vient de perdre, honteusement, son modeste poste de Secrétaire national à l'égalité. Une position, de surcroît, symbolique (L'égalité), qui aurait pu faire l'objet d'un consensus entre les différentes tendances du Parti. Comme toujours, nous avons le sentiment, peut-être que nous avons tort, que M. HOLLANDE est particulièrement dur avec ses amis, et encore plus avec certains amis, et toujours les mêmes personnes. En effet, sa haute administration, ainsi que les cabinets ministériels, où il a d’importantes marges de manœuvre, sont loin de refléter, la vraie diversité de ce pays. La nomination récente, de Jacques TOUBON, à une des institutions de l’Etat, a soulevé une vive indignation de tous les militants socialistes.

Sur le plan international, la crise Ebola menace en Afrique. Mais j’ai le sentiment que cette épidémie, qui guette tous les pays, n’a pas été prise au sérieux, à la mesure des dangers qu’elle fait peser sur la santé de tous. Les grandes épidémies, contrairement, au fameux nuage nucléaire de Tchernobyl qui était censé s’arrêter à la frontière, traverseront les frontières. Par ailleurs, nous attendons avec un grand intérêt, votre engagement de mettre fin à la Françafrique. Ainsi, divers chefs d’Etat africains, préparent la modification de leur Constitution, afin de se maintenir, à vie, comme président (Joseph KABILA au Congo, Blaise COMPAORE au Burkina Faso, Ali BONGO au Gabon, Faure EYADEMA au Togo, etc.). L’aide la plus précieuse qui pourrait être apportée aux Africains, c’est bien sûr la paix. Vous avez raison d’insister sur ce point, mais aussi, et surtout la démocratie. Car la plupart, de ces pays évoqués sont riches, cependant leurs ressources sont pillées par des gouvernements autoritaires et corrompus. Ce qui alimente l’immigration, les guerres et la malgouvernance.

La colère gronde. Nous réclamons justice, égalité réelle pour que cessent, enfin, ces humiliations, et ce mépris permanent. Les pouvoirs publics parlent de "République". On cite à tort et à travers Jaurès, on nous tape sur le dos. Mais quand, il s'agit de récompenser de valeureux militants et très fidèles, comme Louis Mohamed, on nous dit, «il faut attendre». Cependant, nos demandes légitimes sont rejetées, de façon constante et sans appel. On attend le droit des étrangers aussi depuis 33 ans. En dépit des menaces de la rue, le mariage pour tous, une demande pourtant récente, est devenu une conquête pendant votre mandat. Certains anciens militants, et non des moindres, comme M. Soulé DIAWARA, qui a été pendant longtemps secrétaire de section du PS dans le 17ème arrondissement, nous quittent et rejoignent l’opposition. A mon grand désespoir, Soulé DIAWARA s’est présenté, sans succès, dans mon quartier, dans le 19ème, contre ami François DAGNAUD. L’humiliation, c’est la pire des choses, susceptible d’engendrer des comportements contraires à notre profonde conviction et à nos valeurs. Des personnes très modestes, comme les retraités, les veufs, sont frappées de plein fouet des mesures fiscales injustes, au même moment où des entreprises reçoivent d’importantes subventions, sans contreparties tangibles et mesurables. Ces situations, ou sentiments d’injustice, ont fait monter le FN à des niveaux, jamais égalés. Le pacte républicain est menacé du fait du progrès de ces idées nauséabondes. C’est ainsi que des élus locaux de gauche, qui avaient pourtant bien travaillé, ont été, fort injustement, sanctionnés. 2015 c’est l’année des régionales, il faut tout faire, pour ce qui reste du Socialisme territorial, soit sauvegardé. Notre grand parti, ne doit plus être synonyme de références théoriques à Jean Jaurès ou aux valeurs républicaines, avec de formules creuses et hypocrites. Les citoyens qui doutent sérieusement de la valeur de la parole publique, et se réfugient dans l’abstention, ou vont vers l’Extrême-droite. Le Parti Socialiste doit continuer à incarner l’espérance et le renouveau.

Notre colère est ancienne, mais personne ne nous écoute. On dit toujours «Soyez patients. Votre tour viendra». "Justice tardive, est déni de Justice" disent les juristes. On demande du respect pour notre militantisme, pour notre engagement républicain en faveur du bien-vivre ensemble. Nous souhaitons, vivement, de revenir à l’esprit du discours du Bourget, qui m’avait pleinement transporté dans l’ambiance de 1981. Nos espoirs en M. HOLLANDE étaient, et sont encore grands. Il reste encore trois ans, et il n’est jamais trop tard de bien faire. Car le disiez si bien, le candidat HOLLANDE, et j’y souscris, intégralement, «le changement, c’est maintenant».

Paris, le 25 août 2014, par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/.

François HOLLANDE, président de la République, Manuel VALLS, premier ministre.

François HOLLANDE, président de la République, Manuel VALLS, premier ministre.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Liens