Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de BA Amadou Bal, Paris 19ème ISSN 2555-3003 (BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE France B.N.F GALLICA. Http://baamadou.overblog.fr/
  • : Ce blog personnel de M. Amadou Bal BA est destiné à l'échange en politique, littérature, histoire, faits de société et le bien-vivre ensemble. Google News BIBLIOTHEQUE NATIONALE DE FRANCE ISSN 2555-3003 BNF GALLICA. Http://baamadou.overblog.fr/
  • Contact

Recherche

20 août 2014 3 20 /08 /août /2014 19:37

Dans un ouvrage à paraître, Mme Cécile DUFLOT qui avait fait partie du gouvernement de Jean-Marc HERAULT, s’en prend violemment au président HOLLANDE. "Le temps d'une campagne, il a su incarner avec talent un espoir (...) Or, depuis son élection, il n'a pas su répondre à cette aspiration et n'a pas trouvé non plus une autre incarnation", juge l'ex-patronne d'EELV dans cet ouvrage en forme de réquisitoire écrit avec la journaliste Cécile Amar. Le nouvelobs.com en publie des extraits mercredi ("De l'intérieur. Voyage au pays de la désillusion", édition Fayard). "Faute d'avoir voulu être un président de gauche, il n'a jamais trouvé ni sa base sociale ni ses soutiens. A force d'avoir voulu être le président de tous, il n'a su être le président de personne. Cela n'est pas une question de tempérament, c'est la conséquence d'une succession de choix souvent inattendus et, parfois, incohérents entre eux", écrit la députée écologiste de Paris. "François Hollande contre la dette, c'est pire que Sisyphe et son rocher. Un discours d'affichage non suivi d'effets... On devait tenir les 3% de déficit, on ne l'a pas fait. François Hollande passe son temps à fixer des objectifs qu'il ne peut pas tenir. L'effet est dévastateur", dit-elle encore. "J'ai fait le même chemin que des millions de Français. J'ai voté Hollande, cru en lui et été déçue... J'ai essayé de l'aider à tenir ses promesses, de l'inciter à changer la vie des gens, de le pousser à mener une vraie politique de gauche. Et j'ai échoué. Alors je suis partie", explique-t-elle.

Manuel Valls qui était alors ministre de l'Intérieur est accusé "d'avoir d'une certaine manière pris en otage le gouvernement". "A force de reprendre les arguments et les mots de la droite, de trouver moderne de briser les tabous, et donc de défendre la fin des trente-cinq heures, de dénoncer les impôts, de s'en prendre aux Roms, de prôner la déchéance de la nationalité pour certains condamnés, de taper sur les grévistes, quelle est la différence avec la droite ?", demande-t-elle, comparant Manuel Valls à Nicolas Sarkozy. "Dans la ligne qu'il incarne, je ne me reconnaîtrai jamais. Elle est contraire... à ce que je suis", écrit celle qui a refusé de rester dans le gouvernement formé par Manuel Valls.

De son expérience de ministre du Logement, elle dit avoir découvert "l'ampleur des lobbies" et "que le président de la République lui-même n'était pas insensible aux sirènes de ces lobbies".

Pour ce qui nous concerne, le chemin qui reste à parcourir pour atteindre l’égalité réelle, est encore long et sinueux. C’est ainsi que mon ami, Louis Mohamed SEYE qui a, activement, participé à la campagne des présidentielles de 2012, a été abandonné en rade, sans motifs légitimes et rationnels. M. Koffi YAMGNANE vous avait proposé qu’il soit nommé Secrétaire d’Etat. Et depuis lors nous n’avons aucune réponse. Pourtant, Louis Mohamed SEYE, avait invité M. HOLLANDE au local du PS, à Fontenay, en 2010. J’y étais. Contre vents et marées, avec une sincérité de l’engagement, sans aucun calcul politicien, Louis Mohamed SEYE, a tenu à manifester à M. HOLLANDE toute l’estime et la considération qu’il porte pour lui. Le candidat favori des sondages et du Parti était, à l’époque, DSK. Cette fidélité de M. SEYE, à vos côtés, est ancienne et constante. Je me souviens aussi du congrès du Mans en novembre 2005, j’y avais accompagné Louis M SEYE, ainsi que M. Saliou DIALLO, pour le compte du Mouvement Equité. M. HOLLANDE était premier Secrétaire du PS à l’époque. En pleine crise des banlieues de novembre 2005, le discours de M. HOLLANDE, truffé de références à la République, nous avait fait chaud au cœur. Finalement, à l’issue du congrès, aucun, d’entre eux, n'a pas été nommé au Secrétariat National. Plus préoccupant encore, Louis Mohamed SEYE vient de perdre, honteusement, son modeste poste de Secrétaire national à l'égalité. Une position, de surcroît, symbolique (L'égalité), qui aurait pu faire l'objet d'un consensus entre les différentes tendances du Parti. Comme toujours, nous avons le sentiment, peut-être que nous avons tort, que M. HOLLANDE est particulièrement dur avec ses amis, et encore plus avec certains amis, et toujours les mêmes personnes. En effet, sa haute administration, ainsi que les cabinets ministériels, où il a d’importantes marges de manœuvre, sont loin de refléter, la vraie diversité de ce pays. La nomination récente, de Jacques TOUBON, à une des institutions de l’Etat, a soulevé une vive indignation de tous les militants socialistes.

Mme DUFLOT, qui a été Ministre pendant 2 ans, crache t-elle dans la soupe ? ou y a t-il une part de vérité dans ce qu'elle dit ? Les communistes avaient déjà hué, très fortement, M. HOLLANDE, le 31 juillet 2014, à l’occasion du centenaire de l’assassinat de Jean Jaurès avec une pancarte «Hollande tu as trahi Jaurès». Les électeurs nous ont sévèrement sanctionnés aux deux précédents scrutins (municipales et européennes de 2014) et le FN est devenu le 2ème parti de France. Si on y ajoute la fronde de certains députés socialistes, cela fait beaucoup. Les impôts ne cessent d’écraser, notamment les plus faibles, le chômage augmente et on donne des cadeaux aux entreprises, sans aucune contrepartie. Depuis 2 ans, on n’a pas encore entrevu le bout du tunnel pour tous efforts mal répartis. Il est grand temps d’écouter ceux qui souffrent. C’est que disent deux Ministres du gouvernement Hollande. Ainsi, pour Benoît HAMON, ministre de l’Education Nationale "la relance de la demande est la condition de la réussite de la politique de l'offre qui a été faite depuis deux ans. On ne peut rien vendre aux Français s'ils n'ont pas des revenus suffisants". Arnadu MONTEBOURG, Ministre de l’Econome, que l’Allemagne d’Angela MERKEL "ne peut plus être celle qui donne le la de l'orientation européenne. L'Allemagne sert ses intérêts personnels, pas ceux de l'Europe".

Sur le plan international, la crise Ebola menace en Afrique. Mais j’ai le sentiment que cette épidémie, qui guette tous les pays, n’a pas été prise au sérieux, à la mesure des dangers qu’elle fait peser sur la santé de tous. Les grandes épidémies, contrairement, au fameux nuage nucléaire de Tchernobyl qui était censé s’arrêter à la frontière, traverseront les frontières. Par ailleurs, nous attendons avec un grand intérêt, votre engagement de mettre fin à la Françafrique. Ainsi, divers chefs d’Etat africains, préparent la modification de leur Constitution, afin de se maintenir, à vie, comme président (Joseph KABILA au Congo, Blaise COMPAORE au Burkina Faso, Ali BONGO au Gabon, Faure EYADEMA au Togo, etc.). L’aide la plus précieuse qui pourrait être apportée aux Africains, c’est bien sûr la paix. Vous avez raison d’insister sur ce point, mais aussi, et surtout la démocratie. Car la plupart, de ces pays évoqués sont riches, cependant leurs ressources sont pillées par des gouvernements autoritaires et corrompus. Ce qui alimente l’immigration, les guerres et la malgouvernance.

La colère gronde. Nous réclamons justice, égalité réelle pour que cessent, enfin, ces humiliations, et ce mépris permanent. Les pouvoirs publics parlent de "République". On cite à tort et à travers Jaurès, on nous tape sur le dos. Mais quand, il s'agit de récompenser de valeureux militants et très fidèles, comme Louis Mohamed, on nous dit, «il faut attendre». Cependant, nos demandes légitimes sont rejetées, de façon constante et sans appel. On attend le droit des étrangers aussi depuis 33 ans. En dépit des menaces de la rue, le mariage pour tous, une demande pourtant récente, est devenu une conquête pendant votre mandat. Certains anciens militants, et non des moindres, comme M. Soulé DIAWARA, qui a été pendant longtemps secrétaire de section du PS dans le 17ème arrondissement, nous quittent et rejoignent l’opposition. A mon grand désespoir, Soulé DIAWARA s’est présenté, sans succès, dans mon quartier, dans le 19ème, contre ami François DAGNAUD. L’humiliation, c’est la pire des choses, susceptible d’engendrer des comportements contraires à notre profonde conviction et à nos valeurs. Des personnes très modestes, comme les retraités, les veufs, sont frappées de plein fouet des mesures fiscales injustes, au même moment où des entreprises reçoivent d’importantes subventions, sans contreparties tangibles et mesurables. Ces situations, ou sentiments d’injustice, ont fait monter le FN à des niveaux, jamais égalés. Le pacte républicain est menacé du fait du progrès de ces idées nauséabondes. C’est ainsi que des élus locaux de gauche, qui avaient pourtant bien travaillé, ont été, fort injustement, sanctionnés. 2015 c’est l’année des régionales, il faut tout faire, pour ce qui reste du Socialisme territorial, soit sauvegardé. Notre grand parti, ne doit plus être synonyme de références théoriques à Jean Jaurès ou aux valeurs républicaines, avec de formules creuses et hypocrites. Les citoyens qui doutent sérieusement de la valeur de la parole publique, et se réfugient dans l’abstention, ou vont vers l’Extrême-droite. Le Parti Socialiste doit continuer à incarner l’espérance et le renouveau.

Notre colère est ancienne, mais personne ne nous écoute. On dit toujours «Soyez patients. Votre tour viendra». "Justice tardive, est déni de Justice" disent les juristes. On demande du respect pour notre militantisme, pour notre engagement républicain en faveur du bien-vivre ensemble. Nous souhaitons, vivement, de revenir à l’esprit du discours du Bourget, qui m’avait pleinement transporté dans l’ambiance de 1981. Nos espoirs en M. HOLLANDE étaient, et sont encore grands. Il reste encore trois ans, et il n’est jamais trop tard de bien faire. Car le disiez si bien, le candidat HOLLANDE, et j’y souscris, intégralement, «le changement, c’est maintenant».

Paris, le 24 août 2014, par Amadou Bal BA - http://baamadou.over-blog.fr/.

Pancarte de militants communistes, le 31 juillet 2014, au Café Croissant, à Paris 2ème, lors du centenaire de l'assassinat de Jean Jaurès.

Pancarte de militants communistes, le 31 juillet 2014, au Café Croissant, à Paris 2ème, lors du centenaire de l'assassinat de Jean Jaurès.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Liens