Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de BA Amadou Bal, Paris 19ème ISSN 2555-3003 (BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE France B.N.F GALLICA. Http://baamadou.overblog.fr/
  • : Ce blog personnel de M. Amadou Bal BA est destiné à l'échange en politique, littérature, histoire, faits de société et le bien-vivre ensemble. Google News BIBLIOTHEQUE NATIONALE DE FRANCE ISSN 2555-3003 BNF GALLICA. Http://baamadou.overblog.fr/
  • Contact

Recherche

30 juin 2014 1 30 /06 /juin /2014 01:04

Ce sont des élections de mi-mandat. Le calendrier électoral du Sénégal ressemble, à s'y méprendre, à celui de ses Ancêtres les Gaulois. En effet, M. Macky SALL a été élu président du Sénégal en 2012. Son mandat s'achèvera en 2017. Dans mon post précédent, je vous avais fait part de la "hollandisation" du pouvoir de Macky SALL (consulter mon blog baamadou.over-blog.fr), c'est à dire une rhétorique séduisante, mais peu de résultats satisfaisants, notamment pour les laissés-pour-compte. Bien qu'il s'agisse d'élections locales, le gouvernement redoute un vote sanction. S'agissant d'un gouvernement de coalition entre le centre gauche et des socialistes, les appétits à l'occasion de ces municipales sont aiguisés, et des alliances contre nature ont vu le jour.

Par ailleurs, le parti au pouvoir, l'APR, est une formation politique très jeune, qui a accédé aux commandes de l'Etat, en moins de 5 ans. Ce qui constitue une performance et une faiblesse. En effet, l'ivresse du pouvoir, ainsi que le manque d'expérience des cadres du pouvoir, leur arrogance ainsi que diverses combines, comme l'histoire rocambolesque de la liste d'Ogo, ont éloigné cette formation du peuple. Le slogan semble être "enrichissez-vous vite !". Se servir au lieu d'être au service de la population, voila la sanction de ces élections locales.

En dépit du départ d'Abdoulaye WADE, le pouvoir religieux a refusé d'appliquer la loi sur la parité pour ces municipales et a défié l'Etat républicain, à Touba, capitale du Mouridisme.

M. Khaly SALL, le maire socialiste de Dakar, la capitale, opposé Grand Yoff à Aminata Touré, la première ministre, conservera t-il le trône, avec un Parti socialiste qui se "soviétise" ? Khalifa a gagné à Grand-Yoff.

Maître Aïssata TALL SALL qui a été évincée, fort injustement, lors de l'élection du Secrétaire Général du PS sénégalais, sera t-elle réélue à Podor ? Apparemment, Mme SALL est sortie victorieuse, avec une avance de 6 voix. Elle a réaffirmé qu’elle restera militante socialiste et a déclaré que «l’achat de conscience n’a pas fonctionné». Elle a été soutenue par Idrissa SECK, de REWMI.

Dans un contexte où le fils de l'ancien président (Karim WADE), est en prison depuis plus d'un an, pour un vaste détournement de deniers publics de plus de 2 milliards d'euros, quel sera le rapport de forces entre la majorité et l'opposition ? L'opposition veut faire de ces élections un referendum contre la politique de M. Macky SALL. Le président SALL, qui refuse toute nationalisation de ces élections, s'est fortement impliqué dans cette bataille.

Avec l'Acte III de la décentralisation, généralisant la communalisation, toutes les communes sont de plein exercice, et sont donc des pouvoirs plus importants, on a vu se développer "le mercenariat politique". Plus de 2700 listes, encadrées de 228 partis politiques, sont en compétition dans ces élections locales. La politique est devenue un moyen pour accéder des privilèges.

La participation a été faible, dans certaines localités. Mais c’est un système compliqué, en dehors de Dakar, Pikine et Guédiaye, il faut voter deux fois, aux municipales et aux départementales, mais quand il y a entre 5 et 30 listes, ce n’est pas simple. Avec les alliances contre nature, et le nombre important de listes électorales (2700) et de partis politiques (228), il est difficile de s’y retrouver.

Un point acquis au Sénégal, en raison de sa longue tradition démocratique, on y vote depuis 1848, les élections sont, en règle générale, pacifiques et transparentes. Il y a eu quelques incidents pendant la campagne électorale qui ont été maîtrisés. Le multipartisme, le pluralisme de la presse, ainsi que les nouvelles technologies, rendent difficiles des fraudes massives. Même la presse d'Etat retransmet en direct, le processus électoral sous le contrôle d'une Commission électorale nationale autonome. Les résultats provisoires sont remontés par les états-majors des partis.

Tels me semblent être les principaux enjeux des élections municipales au Sénégal, dont je vous rendrai compte des résultats significatifs.

Sont élus :

- Khalifa SALL, à Grand Yoff,

- Aïssata TALL SALL à Podor,

- Alioune SALL, frère du président, aux 5 communes de Guédiawaye,

- Abdoulaye Baldé à Ziguinchor,

- Aly NGouille N'Diaye, à Linguère
- Oumar SARR, à Dagana.
Le parti au pouvoir a perdu les grandes villes (Dakar, Saint-Louis, Thies), même s’il a sauvé les meubles dans certaines localités, comme Guédiawaye. Diverses personnalités soutenant le président Macky SALL ont été battues : Seydou GUEYE à la Médina à Dakar, Abou Latif Coulibaly à Sokhone, Abdou SOW, député, Benoît SAMBOU, Ministre, Thierno Alassane SALL, etc. Le PS et le PDS sortent renforcés, Moustapha NIASSE recule et le Réwmi, d’Idrissa SECK stagne.

Ce sont des élections locales qui sanctionnent le gouvernement ; elles ne remettent pas en cause la légalité et la légitimité du pouvoir en place. Mais ce scrutin revêt, indubitablement, une signification politique, dans la perspective des présidentielles de 2017. En effet, il n’y a pas d’avenir pour celui qui ne veut pas agir sur le présent. Par conséquent, le gouvernement de M. Macky SALL serait bien avisé :
- De tenir compte les préoccupations des populations, en termes d’urgence sociale et d’intervention dans les grands projets (inondations, énergies, infrastructures, éducation et santé pour tous) ;
- D’élargir et consolider sa majorité politique ; élu à 65% la base politique de M. Macky SALL est mise à rude épreuve ;
- de professionnaliser et mobiliser l’APR, le parti présidentiel, qui pêche par sa jeunesse, son manque de culture politique et de solidarité et sa grande indiscipline. L’APR devrait se mobiliser, non pas autour de stratégies d’ambitions personnelles, mais en vue des demandes de la population qui émergent de ces élections de mi-mandat.

Paris, le 29 juin 2014. M. BA Amadou http://baamadou.over-blog.fr/

M. Khalifa SALL, socialiste, réélu maire de Dakar, capitale du Sénégal.

M. Khalifa SALL, socialiste, réélu maire de Dakar, capitale du Sénégal.

Partager cet article

Repost0

commentaires

BA Amadou 10/07/2014 13:18

Merci Badara pour ces encouragements et bonne journée.

Badara 10/07/2014 09:17

Tout ce qui arrive à Sall, c'est de n'avoir pas pu massifier son parti. En plus, d'avoir la maîtrise et la poigne qu'il faut pour créer un climat d' entente et de discipline dans sa formation où règne des tiraillements juvéniles à caractère d'arrivistes.
De manière globale il ne doit pas se plaindre outre mesure car si l'effet Wade avait fonctionné comme prévu, ce serait la débâcle d'un pouvoir prématuré.
Merci pour vos analyses.

Liens